1flow — plate‐forme libre pour l’information

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, ZeroHeure et Nÿco. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
38
28
mar.
2014
Internet

1flow est un outil de veille libre, pour rester informé et convertir l’information en action. C’est une application Web responsive qui assure l’agrégation (flux RSS et bientôt sociaux), la lecture (récupération des contenus complets et conversion de texte brut à la volée) et l’importation ou stockage de contenus numériques (PDF, vidéos, images…). À destination d’un public averti mais non-informaticien, son interface est épurée (regardez la vidéo d’introduction de 2 min).

Nous cherchons à monter une équipe d’utilisateurs contributeurs (développeurs ou non) pour tester et renforcer le projet. Plus de détails en seconde partie.

LibLogicalAccess : bibliothèque C++ pour la RFID

Posté par . Édité par Florent Zara et Nils Ratusznik. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
24
16
juil.
2013
C et C++

LibLogicalAccess, une nouvelle bibliothèque logicielle destinée à la lecture / écriture sur les puces RFID, est disponible depuis quelques semaines aux intéressés de l’identification par radio fréquence. Sous licence LGPL, elle se positionne comme une alternative C++ libre pour Linux et Windows à l'utilisation de puces RFID avec des lecteurs dépourvus de contrôleur NFC (n'entrant donc pas sous le giron de la libnfc), majorité des lecteurs déployés dans le monde aujourd'hui.

Circulaire du Premier ministre sur l’usage des logiciels libres dans l’Administration

85
22
sept.
2012
Communauté

Le Premier ministre Jean‐Marc Ayrault vient de diffuser à l’ensemble des ministères une circulaire concernant l’« Usage du logiciel libre dans l’administration ».

Cette circulaire constitue une avancée majeure pour le logiciel libre dans les systèmes d’information de l’État. Elle recense les succès passés et les cas d’utilisation les plus appropriés, permettant ainsi de dégager les axes d’une véritable politique en matière de logiciel libre et open source. Le groupe de travail de la DISIC, qui a rédigé la circulaire, met tout particulièrement l’accent sur les bénéfices économiques du logiciel libre pour ceux qui le déploient, mais il n’oublie pas de souligner l’importance des contributions, et fixe des objectifs précis en la matière : de 5 à 10 % du montant des économies réalisées doivent être réinvestis sous la forme de contributions.

Dans un courrier accompagnant cette circulaire, Jean‐Marc Ayrault souligne les avantages du logiciel libre : « moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs ».

Suivez le lien « lire la suite », pour quelques analyses et commentaires rédigés par le CNLL.