Journal « Merci Patron ! » au cinéma

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
49
28
fév.
2016

Vous voulez vous détendre un peu et aller voir un film qui va vous faire marrer ? Allez voir « Merci Patron ! »

C'est un genre un peu particulier, une « comédie documentaire » comme le dit Jacques Mandelbaum dans Le Monde, voire un « film d'action directe » comme le qualifie Frédéric Lordon dans le Diplo. En effet, on aurait pu croire au début à un truc un peu larmoyant sur la condition ouvrière dans le Nord, comme avait plutôt l'habitude de faire François Ruffin, le réalisateur, mais là on se retrouve dans un truc qui après une première partie plutôt « classique » (aller protester contre le premier patron de France en s'incrustant à l'assemblée de sa boîte, LVMH) s'emballe dans un joyeux n'importe quoi digne d'une comédie théâtrale classique.

Bon, ça ne sort pas dans les grandes salles, comme vous pouvez vous en douter, mais il est quand même présent dans pas mal d'endroits pour que vous puissiez aller le voir : http://www.fakirpresse.info/Merci-patron-en-tournee
En surtout, il n'attend que vous pour être projeté près de chez vous ! L'équipe de diffusion de Fakir est prête à accueillir toutes les suggestions de projection.

Parce que ça n'est pas facile de faire la publicité de ce film quant on voit la censure à moitié cachée à l'œuvre dans la presse « libre » française : censure dans l'Obs comme l'avait signalé Le Canard il y a deux semaines, déprogrammation avec Taddéi sur Europe 1 pour le reprogrammer avec Apathie après des protestations, article étrange sur Ruffin dans Le Monde (celui positif que je cite ci-dessus est apparu en bus de page, plus petit), refus de subvention du CNC, … Bref, rappelez-vous que la presse n'obéit qu'à ceux qui la financent : si ça n'est pas vous, ne vous demandez pas pourquoi la presse en France va mal…

Enfin bon, ce film est vraiment décapant, super bien articulé, tellement qu'on ne dirait même pas que c'est un documentaire et qu'il aurait fallu inventer ce scénario s'il n'avait pas réellement eu lieu dans la vraie vie ! Et faites sa pub auprès d'un maximum de monde en passant si vous l'aimez (comme moi).

  • # Frédéric Lordon

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 28/02/16 à 22:20.

    Comme le journal parle aussi de Frédéric Lordon, j'en profite pour balancer quelques liens, car il écrit des choses intéressantes sur l'économie, la politique, l'euro, la crise, la Grèce, la philosophie de Spinoza, etc :
    - une vidéo de Usul sur Frédéric Lordon (à voir!!!)
    - une interview à propos de son livre Capitalisme, désir et servitude
    - son blog
    - sa page wikipedia : Frédéric_Lordon
    - un compte twitter (non géré par lui même) pour suivre ses activités : Fan2Lordon

    C'est obligatoire d'aller regarder la première vidéo.

    • [^] # Re: Frédéric Lordon

      Posté par . Évalué à 5.

      Usul a aussi fait une vidéo sur le salaire à vie :

      Le Salaire à Vie (Bernard Friot) - Mes Chers Contemporains

      • [^] # Re: Frédéric Lordon

        Posté par . Évalué à -3.

        http://blog.mondediplo.net/2016-02-29-L-utopie-du-revenu-garanti-recuperee-par-la

        Pourquoi un tel engouement ? Bien sûr, il y a d’abord la vieille allergie libertarienne à l’Etat-providence, un spectre que le revenu universel, combiné à un démantèlement total des services publics, pourrait définitivement réduire à néant.

        Et pim !

        Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

        • [^] # Re: Frédéric Lordon

          Posté par . Évalué à 4.

          Pourquoi un tel engouement ? Bien sûr, il y a d’abord la vieille allergie libertarienne à l’Etat-providence, un spectre que le revenu universel, combiné à un démantèlement total des services publics, pourrait définitivement réduire à néant.

          Et pim !

          Tu veux dire quoi ? L'article que tu cites n'est pas contre le revenu universel, il dit que la silicon valley utilise le revenu universel comme une sorte de green washing social.

          • [^] # Re: Frédéric Lordon

            Posté par . Évalué à -9.

            L'article que tu cites n'est pas contre le revenu universel

            Mais moi je suis totalement contre.

            Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

        • [^] # Re: Frédéric Lordon

          Posté par . Évalué à 10.

          Il ne faut pas confondre "revenu universel" ou encore "revenu de base" etc. avec le "salaire à vie" (défendu par le réseau salariat et Bernard Friot), c'est assez bien expliqué ici :

          Revenu inconditionnel ou salaire à vie ? - Réseau Salariat

          Sinon il y a ce débat filmé entre Lordon et Friot qui est intéressant :

          Bernard Friot et Frédéric Lordon chez Tropiques (1/2)

          Bernard Friot et Frédéric Lordon chez Tropiques (2/2)

          Après je suis d'accord que la notion de salaire à vie etc. est parfois difficile à penser. Mais l'analyse de Bernard Friot permet au moins de penser et défendre ce qui est déjà-là, c'est à dire :

          • les retraites financées par cotisations
          • l'assurance maladie financées par cotisations
          • l'assurance chômage financées par cotisations
            • dont l'intermittence du spectacle
          • les allocations familiales financées par cotisations

          Mais aussi le statut des fonctionnaire basé sur la qualification des personnes, le salaire est indépendant du poste (mais financé par impôt) et l'importance dans le privé de la qualification (mais malheureusement elle y est attachée au poste et pas à la personne).

          Bref de quoi voir avec optimisme et fierté ce qui a déjà été conquis : la mutualisation par cotisation. Et abandonner le discours patronal et culpabilisant des "charges".

    • [^] # Re: Frédéric Lordon

      Posté par . Évalué à 6.

      • une vidéo de Usul sur Frédéric Lordon (à voir!!!)

      Merci, je commence à regarder, ça a l'air sympa. Je voulais juste signaler que la musique (au moins au début) c'est du Francis Poulenc que j'adore et qui est vraiment très belle (la sonate pour flûte et piano je crois).

  • # je l'ai aussi vu

    Posté par . Évalué à 10.

    Salle pleine, applaudissement à la fin. J'ai aussi bien aimé. Difficile de croire à cette histoire si ce n'était pas réel.

    Il y a du Roger et moi de Michael Moore et du Fin de concession de Pierre Carles.

  • # Financement de la presse et subventions

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 29/02/16 à 11:35.

    Bref, rappelez-vous que la presse n'obéit qu'à ceux qui la financent : si ça n'est pas vous, ne vous demandez pas pourquoi la presse en France va mal…

    Dans quel monde vis-tu ?

    « Face à la crise de la presse quotidienne française, l'État français en 2010 a versé 1,8 milliard d'euros qui se répartissent en : (…) Sous-total presse papier + en ligne : 1 055,9 M€ » (source).

    « Pour la deuxième année consécutive, l’État a rendu public le 29 avril le montant des aides directes accordées la presse pour l’année 2013. Avant un décret d'avril 2012, il était impossible pour le public de connaître la répartition de l’enveloppe de quelque 400 millions d’euros versée chaque année aux titres de presse » (source);

    « 227 millions d'euros de subventions pour la presse en 2014 » (source).

    « Le 3 décembre 2013, sur proposition du gouvernement, les députés ont adopté un amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2013 qui annule l’énorme dette contractée par le journal L’Humanité auprès du Trésor public : 4 086 710 euros » (source).

    Et pour finir : « Un décret de Pellerin prive Valeurs actuelles et Minute d'aides à la presse » (source).

    D'où vient l'argent public qui finance les aides à la presse, si ce n'est directement des poches du peuple ? Rapportées aux nombre de journalistes, les aides représentent plus de 120000 € annuels par tête au journal Le Monde, par exemple.

    La presse écrite : les milliardaires la dirigent… les contribuables la financent

    PS : je pense que j'aimerais beaucoup le film, mais pas sûr qu'il passe dans le coin. :)

    • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

      Posté par . Évalué à 6.

      D'où vient l'argent public qui finance les aides à la presse, si ce n'est directement des poches du peuple ?

      Oui cet argent vient indirectement de toi, mais moi je parlais des contributions directes : les achats et les abonnements. Bien sûr que le financement de l'État à un journal ne va pas l'aider à être indépendant de l'État… Et donc tu constates exactement ce que je dis : la presse va tellement mal qu'il faut que l'État la soutienne de manière non négligeable. Comme l'indique le post en-dessous du tiens, par contre, tu verras que cette somme c'est moins de 20% du financement global de la presse. Oui, ça coûte cher de relayer de l'information de manière professionnelle ! En fait, je ne sais pas vraiment ce que tu insinues avec ton commentaire, mais je « sens » un peu un truc assez bof dans le genre « on paye trop d'impôts » blah blah. Ça me fait peur que tu sois autant plussé d'ailleurs, quand on voit que cet argent essaye normalement de contrecarrer l'effet néfaste d'une trop grande dépendance aux financements privés (mais il a ses propres désagrément, j'admets). Je rappelle qu'avoir une presse libre et indépendante est indispensable dans une vraie démocratie, et je m'inquiète de voir autant de personnes se foutre de la démocratie.

      Bref, comme je disais, si vous voulez un presse indépendante de tout pouvoir, qu'il soit politique ou économique, financez-là vous-même et directement.

      • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

        Posté par . Évalué à 10.

        Je comprends bien le fonds de ta remarque, et je suis d'accord avec toi.

        Là où nos points de vue divergent, c'est dans le sens où l'État nous ponctionne déjà beaucoup pour reverser des sommes considérables à la presse écrite chaque année. L'air de rien, plus de 2,5 milliards d'€ en 5 ans, 500 millions d'euros par an !

        Cette aide est d'autant plus néfaste qu'elle fausse la concurrence (ceux qui n'y ont pas droit sont nettement désavantagés, à la tête du client), qu'elle introduit un important lien de subordination de la presse à l'égard de l'État, et qu'elle permet à l'État d'avoir une influence considérable sur l'information diffusée, tout en faisant disparaître celle qui ne l'arrange pas, avec notamment des subventions arbitrairement distribuées, voire retirées, véritable condamnation à mort.

        Je suis totalement opposé à ce fonctionnement, qui employé avec de mauvaises intentions pourrait fortement participer à la mise en place d'un totalitarisme.

        Et pour en revenir à ce que tu réclames, je n'ai pas l'impression que le pouvoir d'achat soit à ce point élevé en France pour que la majorité des gens puissent se permettre de payer encore une fois de leur poche ce que l'État a déjà financé sur leur dos, tout ça pour obtenir des informations « validées par le Système ». Aucun intérêt. Ce n'est pas pour rien qu'il y a un tel désintérêt depuis des années.

        Par contre, tu as raison, il faudrait que les médias soient totalement indépendants (et juridiquement blindés contre le Système / la finance), et cela passe exclusivement par un financement citoyen. Alors je propose que l'État rende aux gens ces sommes qu'il ponctionne et distribue gracieusement à leur place, et uniquement afin de servir ses intérêts ou ceux des puissants de qui il est à la botte, et que les gens décident d'eux-mêmes de les investir ou non dans tel ou tel média.

        Et comme l'indépendance des médias ne pourrait se faire avec des annonceurs ou des financiers, je propose d'interdire la publicité dans leurs pages, ainsi que toute participation au capital de groupes financiers ou autres (un capital à 100% détenu par les employés, quelque chose du genre), et en contrepartie, que l'État offre un crédit (de sorte que même les ménages à faibles revenus en profitent) d'impôts plafonné pour tout abonnement à des titres de presse de notre choix.

        Ainsi, ce serait le peuple qui déciderait de manière juste et équitable la manière dont les « subventions » seraient attribuées, à une presse indépendante, non soumise aux intérêts financiers ou politiques, et ce serait le peuple qui déciderait de quelles idées sont les idées majoritaires, et quelles sont celles qui ne l'intéressent absolument pas.

        Là oui, je serais heureux de m'abonner à une telle presse, et je me délecterais de ses pages.

        • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

          Posté par . Évalué à 5.

          Cette aide est d'autant plus néfaste qu'elle fausse la concurrence (ceux qui n'y ont pas droit sont nettement désavantagés, à la tête du client), qu'elle introduit un important lien de subordination de la presse à l'égard de l'État, et qu'elle permet à l'État d'avoir une influence considérable sur l'information diffusée, tout en faisant disparaître celle qui ne l'arrange pas, avec notamment des subventions arbitrairement distribuées, voire retirées, véritable condamnation à mort.

          Tout à fait. Le Diplo en a d'ailleurs fait les frais : il n'est pas sur la « liste » depuis deux ans, je crois. Tandis que Closer et Télé 7 Jours le sont…

          Et pour en revenir à ce que tu réclames, je n'ai pas l'impression que le pouvoir d'achat soit à ce point élevé en France pour que la majorité des gens puissent se permettre de payer encore une fois de leur poche ce que l'État a déjà financé sur leur dos, tout ça pour obtenir des informations « validées par le Système ». Aucun intérêt. Ce n'est pas pour rien qu'il y a un tel désintérêt depuis des années.

          Là par contre je pense que tu te trompes. Certes la situation n'est pas rose pour plein de gens, mais je pense qu'il y a énormément de possibilités de rééquilibrage des dépenses pour financer une presse libre, au dépend de plein d'autres choses merdiques qui ne sont pas essentielles à une démocratie. C'est juste que la manipulation de la publicité fait que les gens dépensent « mal » le peu qu'ils ont.

          Par contre, tu as raison, il faudrait que les médias soient totalement indépendants (et juridiquement blindés contre le Système / la finance), et cela passe exclusivement par un financement citoyen. Alors je propose que l'État rende aux gens ces sommes qu'il ponctionne et distribue gracieusement à leur place, et uniquement afin de servir ses intérêts ou ceux des puissants de qui il est à la botte, et que les gens décident d'eux-mêmes de les investir ou non dans tel ou tel média.

          Alors une manière de diriger tes impôts vers le média que tu choisis, c'est de faire des dons à travers « Presse et pluralisme », qui permet de déduire 66% des dons de tes impôts : https://www.donspep.caissedesdepots.fr/. C'est géré par la CDC. Certes ça n'est pas la panacée et c'est réservé à ceux qui payent l'impôt, donc pas les plus pauvres, mais bon, c'est mieux que rien.

          Et comme l'indépendance des médias ne pourrait se faire avec des annonceurs ou des financiers, je propose d'interdire la publicité dans leurs pages, ainsi que toute participation au capital de groupes financiers ou autres (un capital à 100% détenu par les employés, quelque chose du genre), et en contrepartie, que l'État offre un crédit (de sorte que même les ménages à faibles revenus en profitent) d'impôts plafonné pour tout abonnement à des titres de presse de notre choix.

          Ça par contre, le 100% sans pub, je serais à fond pour dans l'idéal, mais j'ai tellement abaissé mes objectifs que je ne l'imagine pas de manière réaliste. C'est trop dur comme combat. Le crédit d'impôt, c'est un peu ce que je décrivais ci-dessus : le mécanisme existe déjà en partie.

          Ainsi, ce serait le peuple qui déciderait de manière juste et équitable la manière dont les « subventions » seraient attribuées, à une presse indépendante, non soumise aux intérêts financiers ou politiques, et ce serait le peuple qui déciderait de quelles idées sont les idées majoritaires, et quelles sont celles qui ne l'intéressent absolument pas.

          Là oui, je serais heureux de m'abonner à une telle presse, et je me délecterais de ses pages.

          Oui, ça serait beau. Mais en attendant, il faut faire avec ce qu'on a… même si je n'ai toujours pas trouvé de titre de presse quotidienne qui vaille vraiment le coup.

    • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 29/02/16 à 20:38.

      Ojim, valeurs actuelles, contribuables que du beau monde dis-moi.

      Ca y est : le ministère de la Culture a publié ce week-end un décret élargissant les aides publiques, sauf pour les titres condamnés pour racisme, antisémitisme ou incitation à la haine raciale.

      Je complète un peu ta citation. Histoire de…

      Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

      • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 29/02/16 à 22:04.

        Ojim, valeurs actuelles, contribuables que du beau monde dis-moi.

        Ca y est : le ministère de la Culture a publié ce week-end un décret élargissant les aides publiques, sauf pour les titres condamnés pour racisme, antisémitisme ou incitation à la haine raciale.

        Je complète un peu ta citation. Histoire de…

        Le critère de condamnation pour racisme ou antisémitisme, c'est du pur arbitraire. Le résultat c'est que l'Etat décide quelles opinions on a le droit de lire dans un journal et que pour telle autre opinion il vaut mieux protéger en les braves gens. Sans discussion et sans argument, c'est l'interdiction. On est dans le paternalisme et la pensée unique.

        Pour montrer ça, il y a quelqu'un qui a comparé des propos de Jean-Marie Lepen sur l'occupation allemande pour lesquels il a été condamné avec ceux de Stéphane Hessel sur le même sujet. Le texte est quasi identique, le critère de condamnation est donc à chercher ailleurs.

        https://www.youtube.com/watch?v=U-CYKo-1H6U (Jean Bricmont dans une conférence de l'Académie Royale de Belgique)

        • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

          Posté par . Évalué à -8.

          On est dans le paternalisme et la pensée unique.

          Ça s’appelle la démocratie. Mais vous avez toujours eu du mal vous autres avec ça. :/

          Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

          • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

            Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 01/03/16 à 13:18.

            On est dans le paternalisme et la pensée unique.

            Ça s’appelle la démocratie. Mais vous avez toujours eu du mal vous autres avec ça. :/

            Ca ne s'inscrit pas dans une démarche particulièrement démocratique à ce que je sache. La population n'a pas été consultée, en dehors d'éventuels sondages. Mais on ne donne pas un avis éclairé dans un sondage et le choix des questions échappe au contrôle. Tu as juste voté il y a quelques années sur des questions sans rapport avec cette décision et tu vas pouvoir bientôt sanctionner ce gouvernement, mais sans jamais qu'on sache bien pourquoi.

            Et sinon, c'est qui ce "vous" qui a du mal avec la démocratie ? C'est lié aux gens qui défendent la liberté d'expression ? Toi tu n'as pas de critique sur la démocratie ? On a le meilleur système qui possible ?

          • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

            Posté par . Évalué à -9.

            Eh beh, +0/-5 pour un principe élémentaire de la démocratie. L’achèvement de la dictature est en bonne marche, avec les compliments de la populace.

            Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

            • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

              Posté par . Évalué à 2.

              Eh beh, +0/-5 pour un principe élémentaire de la démocratie. L’achèvement de la dictature est en bonne marche, avec les compliments de la populace.

              C'est vraiment curieux que tu sois dérangé. Je n'ai vu aucun dénigrement des valeurs humanistes habituelles dans ce fil de discussion. Ou bien ?

              • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

                Posté par . Évalué à -9. Dernière modification le 01/03/16 à 23:17.

                C'est vraiment curieux que tu sois dérangé. Je n'ai vu aucun dénigrement des valeurs humanistes habituelles dans ce fil de discussion. Ou bien ?

                Ce qu’il y a d’extraordinaire avec vous autres les gens d’extrême-droite, c’est qu’on ne sait jamais si vous êtes les pires enfoirés du monde en nous prenant pour des imbéciles à ce point, ou si vous êtes à ce point incultes pour ne pas vous rendre compte à ce point des délires dans lesquels vous êtes enferraillés.

                le habituelles me fait pencher pour la seconde. Ce serait trop énorme…

                Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

                • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

                  Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                  tu penses vraiment que j_m serait d'extrême droite ?

                  te poser en victime :

                  • n'améliorera pas ton karma
                  • n'empêchera pas de s'en foutre : tout le monde surfe à -42 ;-)
                  • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

                    Posté par . Évalué à -10.

                    tu penses vraiment que j_m serait d'extrême droite ?

                    Sans aucun doute.

                    Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

                • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

                  Posté par . Évalué à 7. Dernière modification le 02/03/16 à 18:27.

                  C'est vraiment curieux que tu sois dérangé. Je n'ai vu aucun dénigrement des valeurs humanistes habituelles dans ce fil de discussion. Ou bien ?

                  Ce qu’il y a d’extraordinaire avec vous autres les gens d’extrême-droite, c’est qu’on ne sait jamais si vous êtes les pires enfoirés du monde en nous prenant pour des imbéciles à ce point, ou si vous êtes à ce point incultes pour ne pas vous rendre compte à ce point des délires dans lesquels vous êtes enferraillés.

                  le habituelles me fait pencher pour la seconde. Ce serait trop énorme…

                  D'une part tu n'apportes aucune justification à tes accusations. Ce n'est que de l'injure.

                  D'autre part, je te trouve de dangereuses tendances de petit dictateur. Manifestement tu es vite choqué quand tu entends des idées qui ne te sont pas familières et tu es favorable à l'interdiction des opinions choquantes. C'est inquiétant ça.

      • [^] # Re: Financement de la presse et subventions

        Posté par . Évalué à 3.

        La liberté d'expression, on l'a ou on ne l'a pas. Il n'y a pas de nuance possible avec cette liberté, on est totalement libre ou on ne l'est pas. À partir du moment où elle est restreinte, on n'est plus libre.

        Libre à toi de cautionner et préférer vivre et dans un monde où tu n'es pas libre.

        « La liberté de publier son opinion ne peut donc être autre chose que la liberté de publier toutes les opinions contraires. Il faut, ou que vous lui donniez cette étendue, ou que vous trouviez le moyen de faire que la vérité sorte d'abord toute pure et toute nue de chaque tête humaine. Elle ne peut sortir que du combat de toutes les idées vraies ou fausses, absurdes ou raisonnables. C'est dans ce mélange que la raison commune, la faculté donnée à l'homme de discerner le bien et le mal, s'exerce à choisir les unes, à rejeter les autres. » — Maximilien de Robespierre, Discours sur la liberté de la presse, 11 mai 1791

        Et pourtant, je suis loin de porter ce Robespierre dans mon cœur, je crois même m'en être déjà ouvert ici, mais quel décalage entre les idéaux révolutionnaires et ce qu'il en est advenu aux mains des marionnettes qui occupent le pouvoir, ils ont été totalement pervertis et réduits à peau de chagrin.

  • # Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 29/02/16 à 13:44.

    Le Monde Diplo, en reprenant les idées de cotisations sociale développé par le CNR puis analysée par Bernat Friot, propose un modèle alternatif pour financer la presse libre :

    Financement de la presse d’intérêt général - Vers la cotisation information

    Le dossier est présenté ainsi sur le site du diplo :

    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/A/51031

    En 1928, le dirigeant socialiste Léon Blum, échaudé par les campagnes d’affolement financier de la presse de droite pendant l’expérience du Cartel des gauches (1924-1926), suggère l’établissement d’un service public de l’information généraliste :

    « L’Etat prendrait à sa charge, en recettes et en dépenses, le service de la presse politique. Les journaux seraient publiés par les soins et sous la responsabilité des partis. Il suffirait, par exemple, qu’un parti fût représenté au Parlement pour participer de droit au service.

    Le service public fournirait les locaux, le matériel d’impression, analogue pour tous, des budgets de rédaction équivalents. Il centraliserait la publicité commerciale (…) et toute intrusion d’intérêts quelconques dans la rédaction serait frappée des mêmes peines que le trafic d’influence et la corruption de fonctionnaire.

    Le service assurerait également le transport, la distribution, la vente au détail des journaux, toujours sur un pied de stricte égalité. Bref, le handicap entre les journaux n’aurait d’autres éléments que la qualité de la rédaction, l’originalité de la présentation et, surtout, la force de rayonnement et d’attraction du parti auquel il se rattache. »

    (« Vous voulez une presse libre ? Nationalisez-la ! », Le Populaire, Paris, 1er avril 1928.)

    • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

      Posté par . Évalué à 6.

      On pourrait imaginer le même type de système, à adapter, pour les logiciels libres ou autres productions etc. (c'est déjà le cas pour l'intermittence du spectacle

      Voir les analyses de Bernat Friot sur le statut politique du producteur.

    • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      cotisations sociale

      Quand ça va pas financièrement, que personne n'a envie de dépenser de sous pour toi, oblige les gens a passer a la caisse. sérieusement? ha ouais, quand même…

      Service mutualisé

      style Prestaliss en pire? On a déjà vu ce que ça donne dans le vieux monopole hors de prix où les seuls gagnants sont les syndicats qui gèrent la chose, non merci. Pour le moment les journaux essayent plutôt de s'en débarrasser… (Merci Internet pour tuer la chose, à défaut de pouvoir diffuser du papier)

      Il suffirait, par exemple, qu’un parti fût représenté au Parlement pour participer de droit au service.

      Donc seuls les partis déjà en place y auraient le droit, toute nouvelle idée serait éliminée, la sclérose applaudie.

      Non, vraiment, non merci.
      Des fois, ce qu'on peut lire fait sacrément peur.

      • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

        Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 29/02/16 à 19:23.

        Non, vraiment, non merci.
        Des fois, ce qu'on peut lire fait sacrément peur.

        Les théoriciens marxistes croient que quand leurs idées seront représentées dans un gouvernement, ce gouvernement sera constitué de gens sincères et bien-veillants, comme ils le sont eux-mêmes. Alors qu'en général le pouvoir est capturé par des gens de pouvoir et ces gens aiment surtout qu'on soit d'accord avec eux. C'est vraiment pas eux qui peuvent gérer la presse.

        Ca admet peut-être des exceptions plus ou moins passagères, mais ce n'est pas sérieux de baser des espoirs là-dessus.

        Mais bon je reste aussi surpris car je pensais (et j'espérais) quand même que l'idéal du socialisme bureaucratique était mort.

      • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

        Posté par . Évalué à -2.

        Dénoncer la médiocrité de la presse puis remercier Internet de la tuer.

        Y’en a qui ont de l’humour… :)

        Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

      • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

        Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 29/02/16 à 22:47.

        Des fois, ce qu'on peut lire fait sacrément peur.

        Je crois bon de rappeler que quand on parle de Léon Blum, les attaques de la presse de droite ont pris rétrospectivement une autre signification…

        Tout spécialement quand d’autres commentaires sous le même journal t’expliquent que ce n’est qu’une simple opinion, juste au-dessus : oui là, tu le retrouveras facilement…

        Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

        • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

          Posté par . Évalué à -6.

          Bon ben manifestement on a chacun ses peurs hein… Enfin linuxFR as usual.

          Toi aussi ami, fasciste, réactionnaire, néo-nazi, antisémite, défenseur du patronat persécuté, viens rencontrer tes amis sur Linuxfr pour combattre cette engeance gauchiste islamophile qui viole ta femme, mange ton bébé et pratique la sodomie.

          • [^] # Re: Projet pour une presse libre, par Pierre Rimbert

            Posté par . Évalué à 4.

            Dis, je ne te connais pas, je ne me souviens pas avoir vu ton pseudo souvent dans les journaux, mais une chose est sûre : si à chaque fois que tu te fais moinsser tu commences à attaquer l'intégralité du site, alors que les gens te répondent indépendamment de la note de tes posts, c'est pas étonnant que tu continues à t'enfoncer niveau notes de pertinence.

            Personne n'aime un pleurnicheur.

  • # CNC

    Posté par . Évalué à 5.

    refus de subvention du CNC,

    Beaucoup de projets sur divers sujets sont refusés par le CNC.

  • # I ❤ Bernard

    Posté par . Évalué à 5.

    Suite à ce journal je suis allé voir ce film pour me faire une idée, et j'ai beaucoup aimé. À la fin de la projection il y a eu une demi-heure de questions-réponses avec des membres de l'équipe (je crois), elle aussi très intéressante. Un film qui laisse le spectateur comme seul juge, au point qu'une personne a demandé à l'équipe quelle était la morale de leur film :)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.