Journal L'appel du 7 avril 2015 : Référentiel Général d'Interopérabilité

Posté par . Licence CC by-sa
38
23
avr.
2015

Bonjour,

À TOUS LES FRANÇAIS

L'État Français modernise son Référentiel Général d'Interopérabilité alias RGI.

Comme il n'a pas la science infuse, il demande aux spécialistes du terrain de donner leur avis sur le brouillon de ce qui deviendra la version 2.0:
Appel public a commentaires RGI

/!\ Attention /!\ La période de consultation se fini le 15 mai[1], c'est-à-dire dans 3 semaines.

Si tu es expert dans un domaine ou bien simple utilisateur et que tu souhaites promouvoir l'interopérabilité (dans la mesure du possible avec un format ouvert et documenté) et ne pas te retrouver sur ton Linux/*BSD à devoir lire des formats proprio venant de l'administration mais inutilisable, alors ton avis est le bienvenu.

Notez que l'AFUL et l'APRIL viennent d'ouvrir un framapad pour coordonner tout cela:
https://mensuel.framapad.org/p/QI4p72ls2O

Observations

Voici ce que j'ai relevé (je rappelle que je suis un simple utilisateur):

  • Le document a réalisé sous LibreOffice 4.1. L'administration utilise bien la version proposée par MIMO
  • Disparition de Ooxml (page 67, il est noté comme supprimé) au profit de l'ODF 1.2. La France semble suivre le choix des sujets de sa gracieuse majesté :

  • IPv4 passe en observation et IPv6 est toujours recommandé, une manière subtile de pousser les administrations à passer sur IPv6 ?? (Dans le RGI IPv4 était obligatoire et IPv6 recommandé).

  • WebM est en observation mais aucun codecs vidéos (VP8 ou VP9) qu'il peut contenir n'est présent dans le document à la différence du H264, MPEG-2 (statut retiré) et MPEG-4. Vorbis et Flac sont présent à côté du mp3. Le conteneur mastroka dont est tiré WebM est aussi de la partie. Opus est absent alors que c'est le premier format audio validé par l'IETF.

  • PDF et PDF/A sont toujours recommandé. Je pense qu'il serait bon de préciser la version du PDF. LibreOffice ne produit que 1.4 et j'ai l'impression que les lecteurs sous Linux s'arrêtent au 1.6.
    Pour le formuler autrement, on a souvent du PDF mais pour lire le document de manière complète et total il faut le logiciel Adobe et Linux a droit à une veille version obsolète. Donc un linuxien ne peut pas remplir les formulaires PDF.
    D'ailleurs il est question de PDF Advanced Electronic Signature, cela existe sous Linux ??

  • TXT est en observation mais quid de l'encodage (UTF-8, unicode, ASCII, …) les retours de chariot et autres joyeusetés ??

Les effets d'UN standard au lieu de 2

Je troll un peu mais depuis que le gouvernement britannique a décidé de prendre qu'un seul format de bureautique (puisque MS Office 2013 sous Windows, LibreOffice et Apache OpenOffice connaissent tous l'ODF 1.2), nous remarquons:

Critique de la forme

Si il est bon que l'État fasse un tour de table, il est dommageable que les commentaires de chacun ne puissent pas être connu. Les anglais avaient laissé les commentaires de chacun consultable au public et cela avait permis à certains de critiquer les points erronés soulevés par d'autres.

[1] Si tu n'es pas au courant c'est que tu ne lis pas la revue de presse

  • # important

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je confirme que le RGI est un outil important pour promouvoir le libre et contrer l'envahissement des fichiers au format docx. Quand on explique pourquoi, les gens comprennent.

    • [^] # Re: important

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      contrer l'envahissement des fichiers au format docx

      cela correspond à un format de travail, pas de publication vu que cela requière un logiciel spécifique pour le lire tel que formaté (l'ooxml validé en fast track n'ayant jamais, en réalité, été implémenté par Microsoft… 5 à 8000 pages étant trop aussi pour eux ?)
      Pour l'OdT, c'est le même enjeu, mais un peu mieux géré on va dire et déployé : un exemple minimaliste en étant google docs ;-)

      Quand on explique pourquoi, les gens comprennent.

      Il est question d'interopérabilité : cela est non discriminant concernant l'outil utilisé, un format mono-plateforme est évidemment éjecté. C'est aussi une question de pérennité : quand déjà en 2015, il n'est pas possible de voir le document de la même manière sur Mac et PC, qu'en sera-t-il dans 100 ans ? (que ceux qui n'ont pas eu de régression de word 2000 à word 2003 à word 2007 puis word 2010 et word 2013 me jettent la première pierre… sans même revenir de word 2 à word 6).

      Il est aussi question de différencier la publication : du PDF, de l'HTML, il y a des normes.
      Pour l'édition il y a aussi des normes : un format ouvert est clairement plus efficace et plus pérenne (car documenté et lu plus universellement).

      Il y a sans doute des arguments plus simples, mais oui, expliquer fait partie de la pérennité : lisible un jour, lisible toujours.

  • # Consultation de l'Autorité de la Concurrence

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 24/04/15 à 13:28.

    A toutes fins, bien que cela ne soit pas exactement le même sujet, les domaines peuvent cependant être très proches : l'Autorité de la Concurrence a lancé une consultation concernant les processus de normalisation.

    Bien entendu, cette consultation dépasse très largement le domaine de l'informatique. Cependant, nous avons aussi connu des processus de normalisation dans le domaine de l'informatique, notamment et surtout dès lors qu'il s'agit de question de formats de fichiers (cf OpenXML, ODF, PDF ….).

    Vous remarquerez que l'intitulé du document fourni par l'Autorité par cette consultation fait réfléchir ….

    Vous pouvez faire vos remarques jusqu'au 1er Juin 2015.

    Peut être que cette consultation de l'Autorité de la Concurrence devrait faire l'objet d'un "journal" à elle toute seule ?

  • # Format d'échange 3D

    Posté par . Évalué à 2.

    L'open DWG a disparu (bien), par contre il n'y a pas d'alternative, j'ai suggéré COLLADA qui a le mérite d'avoir de nombreuses implémentations (par rapport à X3D) y compris dans les logiciels utilisés par les architectes.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.