Journal MoodleBox : un petit projet pour du BYOD en classe

44
26
mai
2016

Bonjour,

petite autopromotion pour mon premier projet libre un peu sérieux : la MoodleBox

L'ensemble du projet est hébergé chez tuxfamily : http://moodlebox.tuxfamily.org

Précision préalable : je ne suis absolument pas informaticien, tout au plus bricoleur. Mon vrai métier c'est prof et mes connaissances informatiques sont autodidactes. La suite est peut-être pleine de conneries, mais je compte bien sur les commentaires pour en discuter.

C'est quoi ce truc ?

À l'image de la piratebox, la MoodleBox est serveur web portable, embarquant une installation de moodle et un point d'accès wifi.

L'idée derrière ce projet est de pallier le manque de matériel (tablettes notamment) dans les établissement scolaires en utilisant les téléphones portables des élèves. C'est le BYOD (ou AVEC en français).

Ce projet à plusieurs origines :

  • j'utilise moodle avec mes élèves de collège depuis quelques années, mais surtout en travail à la maison
  • mon collège ne dispose pas de tablettes, donc l'utilisation de moodle en classe, c'est une heure complète en salle info ou rien… Pas moyen de prévoir une utilisation ponctuelle au milieu d'autres activités
  • de fréquentes discussions avec des collègues sur les tablettes et autres équipements mobiles
  • un fil de discussion sur moodle.org que j'ai squatté, un peu par hasard.

Daniel Méthot, formateur moodle et grand contributeur des forums, y voit plutôt une solution pour ce qu'il appelle les « naufragés du web » : écoles des pays en voie de développement entre autres.

Technique

Pour le hardware, la MoodleBox est basée sur un RaspberryPi 3 ce qui en fait un dispositif très bon marché.

moodlebox

Une powerbank de 2200 mAh rend le tout totalement autonome.

powerbank

Pour la partie logicielle :

  • raspbian jessie pour le système d'exploitation
  • hostapd et dnsmasq pour la partie wifi
  • nginx, postgresql et php5 pour le serveur web
  • moodle 3 enfin

Je me suis principalement inspiré de quelques essais trouvés sur le web notamment https://moopi.uk/ Malheureusement, je n'y ai pas trouvé de retour d'expérience sur une utilisation réelle, avec un vrai cours et de vrais élèves.

Nicolas Martignoni, contributeur actif aux forums moodle, propose quant à lui une image construite un peu différemment. Par manque de temps je n'ai hélas pas eu le temps de comparer le fonctionnement des deux installations.

Et ça marche ce truc ?

C'est là où j'en suis le premier surpris… non seulement cela fonctionne, mais en plus ça fonctionne plutôt bien. Après avoir fait une installation (un peu dans l'urgence en plus) j'ai profité d'une formation regroupant une poignée de profs geeks pour faire un essai. Essai qui s'est révélé concluant. À la surprise de tous, ce petit machin bricolé était plutôt réactif et tout à fait utilisable.

J'ai dernièrement fait un essai grandeur nature, avec de vrais élèves et un vrai cours : avec 29 élèves et leurs ordiphones ça fonctionne convenablement.

BYOD

Il faut néanmoins concevoir les cours moodle en prenant en compte les spécificités des terminaux : écran minuscule, glissé-déposé quasiment inutilisable mais cet essai m'a convaincu de poursuivre à la fois le développement et l'utilisation en classe de cet objet pédagogique encore mal identifié.

Pour la suite

Dans les travaux en cours, je suis en train de réaliser une IHM web pour permettre la configuration de la MoodleBox (arrêt-redémarrage, paramètres réseau et wifi notamment), l'idée étant de rester le plus possible dans une utilisation ultra-simple.

Enfin, au-delà de la partie technique, j'espère que ce premier exemplaire de MoodleBox fera des petits et que ce sont ensuite des cours adaptés qui seront échangés, distribués, sous licence libre évidement !

Voilà quelques lignes pour partager ma dernière petite folie. Merci à ceux qui se sont déjà intéressés à ce projet et à mes élèves qui ont accepté de travailler ;-) pour me permettre de tester leur prochain instrument de torture.

  • # Clavier qui se bloque

    Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 26/05/16 à 12:55.

    Merci pour ton partage :)

    • de fréquentes discussions avec des collègues sur les

    Il doit manquer un bout de phrase. C'est moi ou ton clavier se blo

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # performance

    Posté par . Évalué à 2.

    À la surprise de tous, ce petit machin bricolé était plutôt réactif et tout à fait utilisable.

    Ça ne me surprend pas plus que ça que ça soit réactif, un serveur web ce n'est pas spécialement lourd, et le rPI3 à quand même 1Go de RAM et un quad core à 1.2GHz. En terme de RAM, 1Go suffit à faire pas mal de choses, tant qu'on ne lance pas un navigateur web ou un jeu. Niveau CPU, je crois bien que je n'ai jamais eu de machine personnelle avec plus de 2 cœurs, donc 4… même si la fréquence est peu légère (1.2 c'est pas énorme) le quad-code compense pas mal si les applications sont écrites correctement.

    Dans la pratique, avant de lancer un navigateur web (donc Xorg, i3, quelques terminaux et mpd(lecteur de musique), en gros), la charge de ma RAM est inférieure à 150Mio, et je ne me suis pas amusé à recompiler mes applications pour en enlever les modules inutiles (je pourrai, et peut-être même devrai, parce que debian compile avec le maximum de fonctionnalités activées, ce qui résulte en un système plus lourd).
    Pour ce qui est de raspbian, je ne serai pas surpris que ce soit plus léger que debian.

    On à tendance à s'être habitué à utiliser des bêtes de course, mais si on gardait un œil sur l'utilisation des ressources système, il est probable que la moyenne soit d'utiliser ~20% du CPU (au doigt mouillé) et que ça dépasse rarement les 3Gio de RAM (hors utilisations particulières type jeux/travail multimedia).

    Dans les travaux en cours, je suis en train de réaliser une IHM web pour permettre la configuration de la MoodleBox (arrêt-redémarrage, paramètres réseau et wifi notamment), l'idée étant de rester le plus possible dans une utilisation ultra-simple.

    Il n'y à rien de ce genre de déjà fait? Ce serait surprenant. Sinon, tu fais comment pour configurer le réseau via un navigateur/serveur web si le réseau n'est pas encore en place?

    PS: phrase coupée: "- de fréquentes discussions avec des collègues sur les "

    • [^] # Re: performance

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Il n'y à rien de ce genre de déjà fait? Ce serait surprenant.

      il y a évidement tout ce qui est déjà disponible pour debian, mais pour utiliser network-manager-gnome (juste par exemple) il faut installer plein de truc inutiles ici ;-)

      Sinon, tu fais comment pour configurer le réseau via un navigateur/serveur web si le réseau n'est pas encore en place ?

      J'aurais dû écrire : « modifier la configuration réseau » :-)

      • [^] # Re: performance

        Posté par . Évalué à 2.

        J'aurais dû écrire : « modifier la configuration réseau » :-)

        Et j'aurai du le comprendre :)
        D'ailleurs, pendant qu'on y est, je suppose que tu as prévu un fallback sur la dernière config, au cas où la nouvelle ne marcherait pas?

        • [^] # Re: performance

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          je suppose que tu as prévu un fallback sur la dernière config, au cas où la nouvelle ne marcherait pas?

          non mais c'est une bonne idée ;-)

          • [^] # Re: performance

            Posté par . Évalué à 4.

            Ce n'est pas une idée, c'est une habitude. Toujours prévoir un moyen de retomber sur ses pattes pour éviter que l'utilisateur dise "putain mais c'est de la merde ça marche jamais" :)
            Voit ça comme le fait d'avoir subi des réunions "développeur-utilisateurs" (parent-prof) :p

    • [^] # Re: performance

      Posté par . Évalué à 2.

      Ça ne me surprend pas plus que ça que ça soit réactif, un serveur web ce n'est pas spécialement lourd […] mais si on gardait un œil sur l'utilisation des ressources système, il est probable que la moyenne soit d'utiliser ~20% du CPU (au doigt mouillé) et que ça dépasse rarement les 3Gio de RAM (hors utilisations particulières type jeux/travail multimedia).

      Je suppose que tu n'as jamais travaillé sur un serveur Moodle ? Parce que le doigt mouillé, c'est bien pour les avions en papier, mais c'est un peu limité pour diriger un airbus ;-)

      En pratique, contrairement à ce que tu sous-entends, le facteur qui limite Moodle est généralement le CPU. C'est surprenant pour beaucoup, et c'est d'ailleurs en contradiction avec les docs du Wiki officiel de Moodle. Il faut dire que Moodle, c'est environ 2 millions de lignes de code PHP, sans parler du JavaScript où il paie depuis des années la dette technique de YUI. Le serveur web, Nginx, n'a guère de boulot, mais PHP-FPM sue sous le fardeau.

      Pour une dizaine de personnes qui consultent des documents, donc sans connexions intensives, un RaspberryPi3 peut convenir, mais une centaine d'utilisateurs concurrents peut suffire à mettre à genoux une VM à 8 cœurs dans un Xeon. Certaines opérations sont très coûteuses en CPU, par exemple l'authentification locale ou la soumission d'un QCM (quiz). Alors, bien sûr, le CPU ne fait rien la plupart du temps, mais le jour où plusieurs classes passent des tests simultanés, il faut une bête de course pour tenir la charge.

      • [^] # Re: performance

        Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 08/06/16 à 21:36.

        Je me souviens qu’effectivement 20~25 élèves qui fait un QCM sur Moodle ça demande beaucoup de ressources… Ça avait planté à l’époque, l’admin a surement alloué plus de ressources à la VM pour que ça fonctionne correctement par la suite.

        Écrit en Bépo selon l’orthographe de 1990

  • # powerbank

    Posté par . Évalué à 4.

    Intéressant. Et avec le powerbank de 2200 mAh, ça peut tenir combien de temp ?

    • [^] # Re: powerbank

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      J'ai eu plus d'une heure d'autonomie mais avec une charge initiale inconnue :-( Il faudrait que je teste chrono en main après charge complète.

      Je ne sais pas non plus quelles sont les capacités du raspberry en terme d'économie d'énergie : l'autonomie dépendra-t-elle beaucoup de la charge du serveur ? Puis-je faire le test en lassant le RPi dans son coin ou faut-il forcement le faire en utilisation réelle ?

      • [^] # Re: powerbank

        Posté par . Évalué à 3.

        l'autonomie dépendra-t-elle beaucoup de la charge du serveur ?

        Très probablement.
        Je doute que le processeur tourne à fond quand il n'a pas de charge (sur ma machine, quand il n'a pas grand chose à faire, il tourne à 800 MHz par exemple… c'est à dire tout le temps sauf quand je compile ou regarde une vidéo :)).
        D'ailleurs, si ça se trouve, tu as des trucs qui tournent en arrière-plan pour rien. Ou du matériel allumé inutilement. Il y avait un outil pour modifier ce genre de trucs, mais impossible de me rappeler le nom?

  • # Bonjour,

    Posté par . Évalué à 7.

    L'idée derrière ce projet est de pallier au manque de matériel (tablettes notamment) dans les établissement scolaires en utilisant les téléphones portables des élèves. C'est le BYOD (ou AVEC en français).

    On dit « pallier le manque ».

    Utiliser le téléphone portable des élèves ? Ça va être ajouté à la liste des fournitures scolaires demandées en début d’années ?

    Collège ? Lycée ? Un(e) élève sans smartphone ça n’existe plus de nos jours ? Ça ne me semble pas très égalitaire de faire reposer un cours (ou des exercices) sur un équipement personnel de l’élève, surtout ce genre d’équipement…

    • [^] # Re: Bonjour,

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      On dit « pallier le manque »

      un gentil administrateur ayant les droits qui vont bien pourrait-il bien pallier mes lacunes en français ? ;-)

      Utiliser le téléphone portable des élèves ? Ça va être ajouté à la liste des fournitures scolaires demandées en début d’années ?
      Collège ? Lycée ? Un(e) élève sans smartphone ça n’existe plus de nos jours ? Ça ne me semble pas très égalitaire de faire reposer un cours (ou des exercices) sur un équipement personnel de l’élève, surtout ce genre d’équipement…

      J'ai volontairement éludé la question dans mon journal me disant que ça viendrait tout seul. Merci de cette remarque.

      Ma démarche est pragmatique : l'expérience montre qu'un très grand nombre d'élèves disposent effectivement d'un smartphone (que personnellement je n'ai pas). Testé sur 3 classes soit 85 élèves, un élève n'en a pas du tout et un se l'était fait confisqué par le principal en arrivant :-D
      J'enseigne certes dans un collège fréquenté majoritairement par des enfants de CSP++ mais il semble que la tendance à l'équipement très important soit général même dans des quartiers moins favorisés. Cela ne dispense évidement pas de régler ce problème : pour ma part, j'ai prêté ma tablette perso, à charge pour l'élève dont le portable avait été confisqué d'expliquer à l'autre le fonctionnement de la tablette.
      Le BYOD est aussi un moyen de compléter une « flotte » de quelques tablettes pour arriver à un équipement par élève.

      Le problème de l'accès égalitaire se pose d'ailleurs aussi avec les calculatrices : vous avez-vu le prix des calculatrices disposant du « mode examen » pour les lycées ? Ce n'est pas donné pour un truc qui fait bien moins que le smartphone.

      • [^] # Re: Bonjour,

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        un gentil administrateur ayant les droits qui vont bien pourrait-il bien pallier mes lacunes en français ? ;-)

        Corrigé. Par contre il me faut une piste pour « de fréquentes discussions avec des collègues sur les <> »

        • [^] # Re: Bonjour,

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          merci !

          de fréquentes discussions avec des collègues sur les tablettes et autres équipements mobiles

      • [^] # Re: Bonjour,

        Posté par . Évalué à 4.

        Ce n'est pas donné pour un truc qui fait bien moins que le smartphone.

        Il y a quoi comme applications pour smartphone qui permette d'émuler une TI… disons, 82 (oui ça date, si ça se trouve ça ne se vend même plus)?
        Parce qu'une TI (pour les casio non, je trouve leur interface déplorable) ça permet de rapidement et relativement facilement faire pas mal de choses complexes. Tracé de graphs suivant divers modes (je me rappelle plus les termes exacts), calculs sur matrices & listes, et j'en oublie.

        Pour le coup, la TI82 j'en ai vu à 15$ sur le net, et personnellement elle était plus que suffisante pour un STI électronique / BTS IRIST. Améliorée avec quelques programmes de mon cru, elle était même bien plus utile que les grosses machines des autres.

        Le BYOD est aussi un moyen de compléter une « flotte » de quelques tablettes pour arriver à un équipement par élève.

        Encore faut-il avoir une flotte qui puisse potentiellement équiper une classe complète.

        • [^] # Re: Bonjour,

          Posté par . Évalué à 4.

          Pour le coup, la TI82 j'en ai vu à 15$ sur le net[…]

          Le prix neuf de la TI82Plus c'est 80 € (~ 50 € d'occasion) le prix neuf du Wiko Sunset2 c'est 60 €.
          Ajoute à ça une application de calculatrice scientifique gratuite comme : https://play.google.com/store/search?q=calculatrice%20scientifique&c=apps

          Tu pourra bien sûr ergoter sur l'ergonomie et l'autonomie des 2 périphériques :) (mais la TI82 montre ses limites quand tu veux un peu pousser son utilisation, ça m'embêter de ne pas avoir les calculs formels dessus - sans que ça m'empêche d'avoir mon bac -)

          En soit les lycées ne se gênent pas pour mettre en liste scolaire des équipements qui coûtent entre 70 et 100 € (les calculatrices en tête). Là il s'agit non pas d'obligé mais de profiter d'un équipement qui empiriquement est bien présent.

          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Bonjour,

            Posté par . Évalué à 0.

            Il existe ceci aussi

            Maxima on Android ,auquel il ne manque qu'une interface plus user-friendly pour les lycéens et étudiants. C'est aussi présent sur le store Google, ainsi que Sage.

      • [^] # Re: Bonjour,

        Posté par . Évalué à 3.

        Le problème de l'accès égalitaire se pose d'ailleurs aussi avec les calculatrices

        À moins que ça ait changé, on peut suivre les cours et les exercices avec une bête calculatrice scientifique (ni programmable ni avec une mémoire digne de ce nom, voir une « quatre opérations » basique). Donc il n’y a aucunement besoin d’en acheter une patentée « mode examen ».

        Là, si j’ai bien compris tu fais reposer ton cours sur la possession d’un smartphone, ce n’est pas la même chose.

        Mais bon… note que je chipote un peu, ton projet me semble malgré cela très intéressant dans son ensemble.

        Testé sur 3 classes soit 85 élèves, un élève n'en a pas du tout et un se l'était fait confisqué par le principal en arrivant :-D

        Effectivement :)

        • [^] # Re: Bonjour,

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          À moins que ça ait changé, on peut suivre les cours et les exercices avec une bête calculatrice scientifique

          Oui, les choses ont changé ;-) mais je ne sais pas quel est ton âge et de toute façon le public de linuxfr n'a rien à voir avec le public de collège.

          ce n’est pas tant la physique-chimie (que j'enseigne) que les élèves qui ont changé. Un exercice est formateur, ce qui l'est encore plus c'est le retour (feedback en jargon) et sur ce point moodle (enfin un cours moodle bien pensé dans un certain nombre de cas) peut être plus efficace que l'enseignant : le feedback est immédiat et (un peu) personnalisé. De même moodle a été pensé et développé par un grand fan du socio-constructivisme. Je ne veux pas faire venir ici les trolls velus de #collège2016, mais ça mérite de l'intérêt.

          Là, si j’ai bien compris tu fais reposer ton cours sur la possession d’un smartphone, ce n’est pas la même chose.

          Mais bon… note que je chipote un peu, ton projet me semble malgré cela très intéressant dans son ensemble.

          Non, tu ne chipotes pas du tout, c'est un point majeur à prendre en compte. D'autant plus que c'est le principal argument utilisé par les #cetaitmieuxavant #fautpaschanger

          • [^] # Re: Bonjour,

            Posté par . Évalué à 4.

            Attention au ridicule : le dièse devant une expression sans espace, c'est le Comic Sans Ms de demain.

            Plus sérieusement, caricaturer comme tu le fais les personnes qui peuvent avoir un discours critique sur la technologie tout en te soumettant à la mode électronique jusque dans la structure de tes phrases ne montre que ton manque de distance avec ton sujet.

            Tu me diras si je me trompe, mais j'ai l'impression que ce "point majeur à prendre en compte" va plutôt consister en l'application de techniques d'acceptabilité que par la mise en place d'une alternative.

            Que va-t-il se passer ensuite ? Il y a fort à parier qu'un fois le travail d'assouplissement des esprits accompli par des "pionniers" comme toi, une grosse société comme microsoft finira par récupérer la chose sous forme de marché. Et sous couvert de modernitude, on remplacera enfin le mauvais enseignement (du passé poussiéreux) par la merveilleuse pédagogie automatique rentable (moderne et scintillante).

            Je suis toujours ébahi de voir les enseignants bidouilleurs et apostolats du tableau blanc électronique se complaire à ce point dans le spectacle de leur propre disparition.

            • [^] # Re: Bonjour,

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Attention au ridicule : le dièse devant une expression sans espace, c'est le Comic Sans Ms de demain.
              Plus sérieusement, caricaturer comme tu le fais les personnes qui peuvent avoir un discours critique sur la technologie tout en te soumettant à la mode électronique jusque dans la structure de tes phrases ne montre que ton manque de distance avec ton sujet.

              je te donne entièrement raison, j'ai un peu trop la tête dans le guidon en ce moment et je «manque de distance» avec ce que je fais. J'essaye de me soigner néanmoins. En ce qui concerne les discours critiques, je les écoute mais malheureusement l'argument « d'imposer l'achat d'un équipement coûteux » est trop souvent utilisé en façade par des personnes qui pour d'autres raisons ne souhaitent pas voir l'école évoluer vers le numérique. Deux remarques là dessus :
              - Marotte ne m'a pas donné l'impression d'être dans ce cas,
              - je préfèrerais pouvoir débattre aussi de ces autres raisons.

              Tu me diras si je me trompe, mais j'ai l'impression que ce "point majeur à prendre en compte" va plutôt consister en l'application de techniques d'acceptabilité que par la mise en place d'une alternative.

              Je ne vois pas ce que tu appelles des « techniques d'acceptabilité » mais je pense avoir exposé plus haut mon avis sur la manière de prendre en compte les élèves non équipés. Des inégalités existent sur l'équipement numérique comme sur le milieu culturel ou l'environnement affectif des enfants. Dans aucun de ces cas l'école ne doit faire l'autruche mais au contraire chercher à combler ces inégalités.

              Je suis toujours ébahi de voir les enseignants bidouilleurs et apostolats du tableau blanc électronique se complaire à ce point dans le spectacle de leur propre disparition.

              Le mammouth n'est pas, à mon avis en voie d'extinction, il est juste en train d'évoluer ;-)

              • [^] # Re: Bonjour,

                Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 28/05/16 à 09:27.

                Le mammouth n'est pas, à mon avis en voie d'extinction, il est juste en train d'évoluer ;-)

                Si je peux me permettre, tu devrais prêter d'avantage attention aux mots. Si tu parles de "mammouth" à propos de l'éducation nationale, tu te places dans la même perspective que M. Claude Allègre en 1997 qui souhaitait "le dégraisser", c'est à dire supprimer des postes, quelques années avant de passer à l'UMP.

                De fait, l'éducation nationale évolue vers le remplacement des enseignants par des robots achetés à des multinationales. Ajouter des téléphones portables ne me paraît pas faire partie de la solution.

                L'informatisation dans l'enseignement n'est un "progrès" qu'en apparence : elle permet aux enseignants de composer plus facilement avec le grand nombre d'élèves dont ils doivent s'occuper. Si l'on veut faire de la meilleure pédagogie et laisser aux élèves d'avantage d'autonomie, diminuons le nombre d'élèves par enseignant en augmentant le nombre d'enseignants. C'est ce que font les écoles de riches.

                Bonne réflexion.

                • [^] # Re: Bonjour,

                  Posté par . Évalué à 7.

                  Euh… Sincèrement faut se détendre. Non utiliser un mot d’il y a 20 ans de manière ironique ne fait pas de toi un défenseur de cette cause.

                  De fait, l'éducation nationale évolue vers le remplacement des enseignants par des robots achetés à des multinationales. Ajouter des téléphones portables ne me paraît pas faire partie de la solution.

                  Pour répondre à la fois à ce commentaire et au précédent. Ton ennemi est déjà depuis longtemps en train de s’immiscer dans l’éducation des enfants (choisi : Google et ses chromebooks, Apple et ses iPads, Miscrosoft et sa suite Office et son programme MSDN, Facebook pour tous…). Soit tu cris à tort et à travers que c’est mal en te positionnant principalement sur des arguments philosophiques (la déontologie etc) et essayant de nier les apports de ces technologies. Mais comme ils sont réels, tu auras juste l’air d’un idiot et tel un Don Quichotte des temps moderne tu vas te fatiguer pour rien… Sinon tu essayes de créer une autre voie, qui utilise ces technologies pour se rapprocher de ces gains tout en se substituant aux multinationales. Ainsi tu apportes bien plus aux élèves :

                  • ils découvrent qu’il n’y a pas que les GAFA
                  • ils bénéficient des avantages de ces technologies

                  L'informatisation dans l'enseignement n'est un "progrès" qu'en apparence […]

                  Bien sûr ça n’est pas ludique, ça ne réduit pas le temps de feedback, ça ne permet pas de faire des cycles essaies/échoues pour approcher de la solution, ça ne permet même pas de présenter des expériences compliquées ou coûteuses à faire en cours, ça n’aide pas du tout les dyslexiques… Non rien de tout ça… Je t’ai déjà dis que nier qu’il existe des bénéfices, ça décrédibilise ?

                  Bonne réflexion.

                  Partir sur des postures dès qu'un enseignant fais quelque chose d'un peu différent de ce que le ministère lui demande, ne me paraît pas vraiment une piste de réflexion intéressante.

                  Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                  • [^] # Re: Bonjour,

                    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 31/05/16 à 21:28.

                    Euh… Sincèrement faut se détendre. Non utiliser un mot d’il y a 20 ans de manière ironique ne fait pas de toi un défenseur de cette cause.

                    Je crois pour ma part que l'ironie suppose une distance qui suppose elle-même une connaissance partagée de la chose non ironique, ce qui n'est probablement pas le cas pour tout le monde ici, même si c'est ton cas à toi. Du reste, un petit rappel historique ne fait jamais de mal. Et "sincèrement", même détendu par ton injonction, je continue à penser que les mots sont chargés de connotations dont le sens dans échappe parfois au locuteur. Avant de te détendre toi même complètement, je te conseille la lecture du livre de Viktor Klemperer, "Langue du Troisième Reich : carnet d'un philologue".

                    Je t’ai déjà dis que nier qu’il existe des bénéfices, ça décrédibilise ?

                    Où vois-tu que je nie les bénéfices des nouvelles technologies à l'école ? Précisément, quand j'écris que l'informatisation dans l'enseignement n'est un "progrès" qu'en apparence, c'est bien que l'apparence du progrès est là : ce sont lesdits bénéfices. Pour le coup, détends toi, prends le temps de lire, et accorde le bénéfice du doute ("s'il me paraît avoir tort, c'est peut être que j'ai mal compris") à ton interlocuteur, comme on le fait quand on débat de manière civilisée, au lieu de l'accuser de prendre des postures alors que tu l'as toi-même mis dans une catégorie.

                    Prenons un exemple que je connais bien : l'intégration des braillistes en milieu scolaire. À un moment, les élèves braillistes sont tous regroupés dans des écoles spécialisées. Les enseignants sont eux-mêmes spécialisés, la plupart est brailliste également. Ces écoles coûtent cher et sous beaucoup d'autres aspects, la chose n'est pas non plus idéale.

                    Ultérieurement, l'état décide l'intégration des élèves braillistes dans les écoles de voyants. Brutalement, le matériel scolaire et l'enseignement, qui n'était pas prévu pour, n'est en grande partie plus accessible à l'élève : manuels scolaires, pages photocopiées, schémas, cartes ; et l'enseignant n'a plus, à l'inverse, accès à la production écrite de l'élève.

                    À ce moment, soit l'élève est assisté par une personne compétente, ce qui coûte cher, soit il dispose d'un assistant personnel robotisé, moins bon mais moins cher. Bien sûr, l'état retient quand elle le peut la deuxième solution, pour de strictes et compréhensibles raisons budgétaires. Exemple inverse, à l'université, les personnes sourdes peuvent, en théorie du moins, disposer d'un traducteur en langue des signes : c'est que dans ce cas, l’ersatz technologique du traducteur en langue des signes n'existe pas encore.

                    Si l'on se place maintenant dans la perspective de l'enseignant qui s'est vu confier un élève brailliste, pour tout ce qui est écrit, le progrès est indéniable : en utilisant un ordinateur, il va pouvoir transcrire les exercices en Braille et l'élève pourra détranscrire ses réponses, si bien que la communication sera presque aussi facile qu'avec les élèves voyants.

                    Cerise sur le gâteau, on peut utiliser un logiciel libre pour le faire : insatisfaits de l'état des logiciels existants (chers, incomplets, souvent liés à un matériel et faisant de nombreuses entorses aux règles du Braille) et devant l'impossibilité de corriger ces logiciels au code fermé, certains ont écrit des logiciels meilleurs et libres.

                    Si je me mets à ta place, tout est, pour ainsi dire, "pour le mieux dans le meilleur des mondes". D'ailleurs, l'enseignant constate une amélioration (quand ça marche), l'élève constate une amélioration (quand ça marche). Les entreprises privées constatent une amélioration des finances (à coup sûr), et l'état dira le faire aussi (ce qui, simultanément, sera douteux).

                    Cependant, que s'est-il passé en pratique ? La technologie aura rendu supportable une situation déterminée principalement par des conditions économiques, au prix de l'accroissement de la dépendance vis à vis de la technologie. Ce qui veut dire, en particulier, et très concrètement : dépendance vis à vis de ses fabricants mais aussi de leurs fournisseurs et guerre de ressources pour les minerais rares, exploitation morbide de travailleurs des mines et de l'électronique dans des conditions dégradantes, dégradation des sols, utilisation massive d'eau à toutes les étapes, production accrue de déchets, etc. La fabrication d'un ordinateur n'a rien de réjouissant.

                    Cela ne me parait avoir aucun sens quand on aurait pu aussi bien, comme je le disais, augmenter le nombre d'enseignants. Le lien que je donnais mentionnait le fait que certaines écoles des hauts gradés de l'armée technologique de la silicon valley, qu'on peut difficilement juger conservatistes ou anti-libéraux, avaient tout bonnement supprimé les ordinateurs des écoles de leurs enfants.

                    Partir sur des postures dès qu'un enseignant fais quelque chose d'un peu différent de ce que le ministère lui demande, ne me paraît pas vraiment une piste de réflexion intéressante.

                    Comme, je pense tu l'as maintenant compris, ce ne sont "des postures" et ça n'est pas non plus "dès que" (tu n'as qu'un exemple) et cela n'a rien à voir avec ce que demande ou non le ministère.

                    Une génération d'Obélix est née dans la potion magique ; la technologie "a pu élever une génération pliée à ses lois". De part l'attraît de fétiche qu'elle suscite et son rôle économique d'accroissement de la productivité, elle se voit apporter à la fois les faveurs du public émerveillé et celle des puissants. Conquis à la fois intérieurement et structurellement par la technologie et son renouvellement permanent, il nous est parfois difficile de prendre de la distance. Il est très malvenu que lorsqu'on y arrive, ce soit pour se retrouver souvent devant le même mur que les antinucléaires avant les catastrophes ukrainienne et japonaise, avec des "à bas les 'c'était mieux avant'" en guise de "nucléaire ou la bougie".

                    L'auteur du journal, qui reconnaissait lui-même avoir un peu "la tête dans le guidon", a pourtant su faire preuve de plus d'ouverture d'esprit que toi ! Je lui recommande chaudement la lecture de Charbonneau, Ellul ou de leurs amis critiques du "progrès". Et à propos du travail salarié et de technologie, le courant de la "critique de la valeur", notamment Anselme Jappe, a produit des choses en rapport avec l'automatisation qui pourraient vous intéresser.

                    • [^] # Re: Bonjour,

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Je crois pour ma part que l'ironie suppose une distance qui suppose elle-même une connaissance partagée de la chose non ironique, ce qui n'est probablement pas le cas pour tout le monde ici, même si c'est ton cas à toi.

                      Lorsque l'on dit que « si tu n'a pas une rolex a 50 ans tu as raté ta vie » c'est que tu es fan de Jacques Séguéla ? Si tu dis : « Non mais allô ? T'es une fille et ta pas de shampoin ?! » Nabila est ta maître à penser ? Si tu trouve que « Maurice pousse le bouchon un peu trop loin » tu es fan de mousse au chocolat ? De même si tu affirme qu'une marmotte met du chocolat dans un papier d'allu ?

                      Les phrases après avoir étaient prononcée vivent leur propre vie. Être réactionnaire à ce sujet c'est comme vouloir que la langue soit figée.

                      Ce qui veut dire, en particulier, et très concrètement : dépendance vis à vis de ses fabricants mais aussi de leurs fournisseurs et guerre de ressources pour les minerais rares, exploitation morbide de travailleurs des mines et de l'électronique dans des conditions dégradantes, dégradation des sols, utilisation massive d'eau à toutes les étapes, production accrue de déchets,

                      Effectivement, c'est comme les fumeurs qui entraînent le trafic d'organes (ainsi que le blanchiment d'argent, le trafic de drogue, le terrorisme, etc) par exemple ?

                      Quand tu choisi de dépenser beaucoup pour des enfants non ou malvoyants, c'est que tu décide d'en dépenser moins pour les autistes, les dyslexiques, les établissements en zone d'éducation prioritaire,… C'est dommage mais tu ne peux pas t'abstraire de l'économie et tes choix ont des implications. Je suis heureux de ne pas avoir à faire ce genre de choix…

                      Plus généralement encore, l'école, c'est un fait, n'est pas là que pour transmettre des connaissances à des enfants. Elle prépare à la vie en société. Réfléchir à l'école comme un cocon ne me semble pas forcément pertinent.

                      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Bonjour,

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              le dièse devant une expression sans espace, c'est le Comic Sans Ms de demain.

              C'est surtout des canaux IRC désespéréments vides, en général…

              * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

      • [^] # Re: Bonjour,

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Bravo à toi de ne pas t'être mis toutes les barrières qui sont évoquées ici (coût, virus, etc). La réalité t'a donné raison et 84 élèves sur 85 qui ont un smartphone au collège, c'est juste bluffant.
        Je suis presque sûr que c'est pareil pour les établissements fréquentés par des élèves moins favorisés.
        Je trouve très bien que chacun utilise son matériel, ca évite leur détérioration, ils le connaissent, ils l'utilisent pour quelque chose d'utile.
        On ne s'en rend pas toujours compte, mais l'école évolue !

        • [^] # Re: Bonjour,

          Posté par . Évalué à 2.

          ravo à toi de ne pas t'être mis toutes les barrières qui sont évoquées ici (coût, virus, etc). La réalité t'a donné raison et 84 élèves sur 85 qui ont un smartphone au collège, c'est juste bluffant.

          On en reparlera quand le système aura tourné pendant quelques mois en utilisation réelle. Pour le moment, il n'a fait que des tests, et le système à beau être très prometteur et très utile, je suis prêt à parier que tout le bien qu'il aura fait sera oublié le jour ou il y aura un problème.
          Et ce, y compris si le problème ne proviens pas de cet outil. Quand on cherche un responsable, on n'est pas tout le temps très malin.

          Ne pas penser à ce genre de choses risque juste de tuer le truc au premier problème. Ce qui serait dommage.

          • [^] # Re: Bonjour,

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            tu peux préciser ce à quoi tu pense ?

            • [^] # Re: Bonjour,

              Posté par . Évalué à 2.

              Je l'ai précisé dans un autre commentaire.

              Concrètement, que se passerait-il si un jour un élève:

              • dont les responsables légaux n'ont signé aucune décharge ou document officiel
              • dépense le fric de ses responsables légaux (volontairement ou non, qui sait?) sans leur accord via son smartphone
              • constate que son smartphone est vérolé
              • accuse l'école d'être la source de la vérole

              Je pense avoir cité un scénario pas si improbable? Surtout compte tenu du fait que ton dispositif s'adresse à des gens dont l'aisance avec la technologie est en moyenne supérieure à celle de leurs parents, et qui sont dans ce qui est communément nommé "l'âge bête".

              • [^] # Re: Bonjour,

                Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 29/05/16 à 14:19.

                Accuser en général ça ne suffit pas. Il faudrait déjà qu'il puisse apporter des preuves de ses dires où que ça puisse être confirmé par un expert. Je n'ai pas étudié en détail les systèmes des smartphones mais je doute que ce soit la panacée niveau logging et tracabilité pour savoir ce qui a pu se passer il y'a x jours/semaines/mois.

                J'imagine que les écoles, et l'éducation nationale, ont une assurance juridique suffisamment béton pour que la charge d'un procès pèse plus du côté des parentsque de l'école elle-même.

              • [^] # Re: Bonjour,

                Posté par . Évalué à 5.

                Si on va dans ce sens là tu arrête tout ce que tu fais et tu te contente de ne faire plus que ce que ton assurance t'autorise à faire. Si tu veux laisser la peur et donc les compagnies privées décider de ce que tu peux faire ou non, ça te regarde.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Bonjour,

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                dont les responsables légaux n'ont signé aucune décharge ou document officiel

                décharge de quoi et à quel sujet ?

                dépense le fric de ses responsables légaux (volontairement ou non, qui sait?) sans leur accord via son smartphone

                L'utilisation avec la moodlebox se fait sans accès à Internet, juste à son réseau wifi. Je n'y ai pas de système de payement en ligne ;-)

                constate que son smartphone est vérolé

                je ne fais utiliser que le navigateur. Aucune appli à installer. Risque faible à mon avis, preuve à apporter délicate en plus. Il y a à mon avis beaucoup plus de risques à utiliser une clé USB sur un client windows normal

                accuse l'école d'être la source de la vérole

                Toujours sur les clients windows normaux de l'établissement, l'antivirus couine de temps à autre. Je n'ai pas encore eu de parent râler à cause d'un virus ayant (soit-disant ou réellement) migré dans le sens collège --> maison. Dans ce cas, je me limiterai à expliquer que le réseau de l'établissement est protégé par un antivirus, installé selon les préconisations des services compétents du rectorat.

                Curieusement, je dors beaucoup plus sereinement avant de faire faire des activités numérique avec mes élèves qu'avant de faire une sortie.

    • [^] # Re: Bonjour,

      Posté par . Évalué à 4.

      C'est vrai. Particulièrement dans le cas des smartphones, les téléphones les plus chers (pour info, on trouve des téléphones portables classique dans les 10€).
      Il faut aussi se rappeler que les enfants ne sont pas nécessairement soigneux entres autres problèmes (smartphones => cher => racket, par exemple), donc si un élève n'a pas son téléphone sur lui au moment du cours (peut-être un oubli? Moi, j'oubliais régulièrement ma TI ainsi qu'équerre et rapporteur… assez pour apprendre à faire la plupart des mesures d'angles et calculs sans XD) comment faire?

      Sans parler des problématiques liées aux malwares: le BYOD pose ce genre de problème, alors même qu'il arrive que les entreprises aient de véritables DSI (pour les collèges je serai surpris, seuls les lycées de bonne taille et/ou avec un enseignement lié me paraissent avoir le potentiel nécessaire en terme de compétences).
      Comment faire si un malware infecte toute la classe, qui prendra en charge les frais de nettoyage? Entres autres (surtout, au lycée, certains élèves commencent à être plus que démerdars avec l'info… je le sais d'expérience).

      Mais on peut imaginer que l'établissement ait une "banque" de smartphones, qui sont quand même plus simples à trimbaler, à déployer qu'une tour et moins chers. Ça résous déjà la problématique économique (côté élève). Pour la problématique de sécurité, je ne sais pas s'il est possible de descendre des ghost sur des téléphones, mais si c'est le cas j'imagine que ce serait assez correct.
      Le problème, c'est que ça amène une problématique de gestion des réservations/stocks, mais en théorie c'est déjà en place pour les télé & autres matos déplaçables?

      • [^] # Re: Bonjour,

        Posté par . Évalué à 1.

        Les deux derniers smartphones que j'ai achetés coûtaient 55€ et 95€ (un Nokia et un Xiaomi). Tous les deux neufs, multi-coeurs, double sim 4G, Bluetooth 4.0, etc. Le risque de se le faire voler n'est plus très grand. Et c'est certainement le seul objet qu'un élevé n'oubliera pas.

        Cette signature est publiée sous licence WTFPL

  • # super le bricolage !

    Posté par . Évalué à 4.

    Chouette bricolage.

    J'ai un petit doute sur le fonctionnement du bousin. À la première lecture, j'ai l'impression que c'est un relais wifi qui permet de se connecter à plusieurs au réseau ethernet du ton établissement. À la relecture, j'ai pris conscience que Moodle tourne en local sur le RPi3.

    Du coup une série de questions:
    – l'engin est-il connecté au réseau de l'établissement ?
    – si oui, serait-il possible de compter sur le serveur Moodle de l'établissement et d'utiliser le matos uniquement comme relais wifi ?

    • [^] # Re: super le bricolage !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est bien un réseau wifi totalement indépendant du réseau filaire, moodle n'est accessible que depuis ce réseau, il est bien hébergé sur le RPi.

      Mais si je branche le port ethernet au réseau filaire, je peux donner accès à internet par la moodlebox (modulo le réglage du proxy dans l'établissement). Accès possible dans l'autre sens aussi : depuis le réseau filaire, je peux accéder à moodle. Pratique pour ajouter des postes fixes dans le jeu.

      Donc oui, il est possible d'accéder à un moodle d’établissement en utilisant la moodlebox comme simple relais mais :
      - la carte réseau du RPi est un goulot d'étranglement à ce que j'ai compris (usb2 inside)
      - mon moodle d'établissement est hébergé sur internet, pas super rapide et la connexion internet de l’établissement est un deuxième goulot
      - il peut être souhaitable de ne pas avoir accès à internet lors de l'utilisation de moodle (quoi que avec la 4G… bof)
      - une connexion à internet depuis l’établissement est sous la responsabilité du chef d'établissement, et les connexions doivent être journalisées ce qui n'est pas le cas avec la moodlebox.

  • # super

    Posté par . Évalué à 1.

    Il y a aussi un projet "EmNet" du même acabit créé en Guadeloupe avec des Logiciels Libres, des Communs et des raspi : EmNet.cc

  • # Concept fun

    Posté par . Évalué à 8.

    J'adore le concept, et je pense repiquer l'idée, mais pour tout autre chose.

    Je suis bassiste dans un groupe de rock, et pourquoi ne pas mettre, lors de nos concerts, une telle box à disposition du public ? Avec un wifi qui porte le nom de notre groupe, inviter les spectateurs à s'y connecter dessus, et peut-etre télécharger une video inédite, ou des fonds d'écran, ou laisser un mot dans un livre d'or (ah putain c'est pas con ça)… Bref un truc plus ou moins éphémère qui n'existe que pour les concerts.

    Question technique : y a-t-il un portail captif dans ton système, ou est-ce que tu invites les élèves à se connecter à une certaine adresse une fois connectés au WiFi ?

  • # Merci pour ton initiative

    Posté par . Évalué à 9.

    De voir des profs se casser le c.. pour leurs élèves cela me mets du baume au cœur …

    En plus le raspberry a été conçu dans ce sens.

    Sauver un enfant : Messieurs et Mesdames les profs refusez les licences Microsoft et avec l'argent économisée achetez un raspberry.

    Au lieu de "préparer" des consommateurs, faites de nos cheres têtes blondes des "créateurs".

    Ah si cela peu t'aider Webmin est un outil super pour administrer via le web un serveur, mais cela permets aussi de donner le droit à certain utilisateur le droit de lancer certaines commandes "dangereuses" pour le système.
    Cela permet d'avoir une interface sympa pour permettre de lancer des scripts spécifiques par exemples.

    • [^] # Re: Merci pour ton initiative

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      De voir des profs se casser le c.. pour leurs élèves cela me mets du baume au cœur …

      Merci à toi, c’est aussi pour des remarques comme celle là, de temps en temps, que j'aime mon boulot ;-)

    • [^] # Re: Merci pour ton initiative

      Posté par . Évalué à 1.

      De voir des profs se casser le c.. pour leurs élèves cela me mets du baume au cœur …

      Sans rien enlever au collègue (ce qu'il a fait est super), il y a aussi des profs qui se cassent le cul sans que cela se voit.

      • [^] # Re: Merci pour ton initiative

        Posté par . Évalué à 5.

        Tu as raison, on ne remarque que les trains en retard.
        Mais pour moi l'éducation est ce qu'il y a de plus important.

        L'avenir de tous commence sur les bancs de l'école.

        Mais malgré les crétins et crétines qui se succèdent depuis des années au ministère de l'éducation nationale, et les réformes quasiment de plus en plus débiles, sans parler des parents d'élèves complétement a coté de la plaque (et je reste poli), malgré tout ça, des profs ont envie d'avancer et d'innover.

        Je n'ai qu'une chose à dire : respect et merci pour nos enfants

        Honnêtement : le Raspberry existe depuis 2012, ce petit truc ne coute pas grand chose, il dispose d'une logithèque libre assez conséquente.

        Mais non l'éducation nationale préfère passer un contrat avec Microsoft, le message est clair on veut des consommateurs pas des makers ou des hackers.

        • [^] # Re: Merci pour ton initiative

          Posté par . Évalué à 1.

          des profs ont envie d'avancer et d'innover.

          je suis d'accord avec tout le reste mais je suis circonspect sur cette injonction qu'on nous fait quotidiennement sur l'innovation, qu'on doit changer nos façons d'enseigner, que les élèves, ma petite dame, mon bon monsieur, ils sont plus pareil.
          (notez bien que je n'ai rien contre celles et ceux qui innovent).

          pour la prochaine réforme : les profs de maths devront devenir prof d'info d'un claquement de doigts : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Algorithmique_et_programmation/67/9/RA16_C4_MATH_algorithmique_et_programmation_N.D_551679.pdf

          • [^] # Re: Merci pour ton initiative

            Posté par . Évalué à 4.

            les élèves, ma petite dame, mon bon monsieur, ils sont plus pareil

            Même si c'est vrai qu'il y en a qui affirment ça (et c'est vrai en partie), il y a d'autres raisons de changer :

            • ils ne sont plus dans le même monde : ils ont accès à toutes les informations de la planète en mode brute de décoffrage, il faut leur enseigner à avoir du recule sur tout ce qu'on leur explique
            • il y a des laissé pour compte dans l'éducation national, comme les dyslexiques, trouver des moyens de les repérer au plus tôt et trouver la façon la plus efficace de les éduquer, c'est de l'innovation
            • même sans parler des handicaps, on forme très mal, le niveau en langue étrangère, en français sont souvent décrié, mais même sans ça la maîtrise des mathématiques est encore difficile pour toute une partie de la population, la compréhension de notre histoire, la connaissance de notre géographie… ce sont pleins de choses où nous pêchons bien souvent (il n'y a qu'à voir les lacunes de nos politiques sur ces sujets eux qui sont très bons en cours)

            Innover ça ne veux pas dire « mettre un ordinateur (un truc avec un écran et une entrée de commande) quelque part dans la boucle », ça peut être d'apprendre les choses dans un sens différent qui peut paraître plus logique, ça peut être de faire sortir les élèves de la classe pour leur faire rencontrer de la réalité, etc.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

          • [^] # Re: Merci pour ton initiative

            Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 30/05/16 à 10:13.

            Ah facile c'est du scratch

            Bon choix pour une fois :)

            Pour le temps que j'y ai passé c'est pas mal foutu et cela a été conçu pour l'éducation

            • [^] # Re: Merci pour ton initiative

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              J'ai découvert ça l'an dernier, pour occuper (intelligemment ?) les gamins en fin d'année scolaire. Je ne connaissais que de réputation. Prise en main un lundi soir fin juin, mardi matin atelier scratch avec des élèves de 5e - 4e. En trois heures certains sont arrivé à coder une « course de voiture » : déplacement au clavier, gestion du parcours (sortie de route)

              J'ai peut-être un peu plus de notions d'algo que certains de mes collègues de maths, mais c'est vrai que c'est super simple à prendre en main, pour le prof comme pour l'élève.

  • # Moodle

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    À quoi vous sert moodle en cours ? À diffuser des documents ? À faire faire des exercices notés ? ? ? ?

    • [^] # Re: Moodle

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Les notes, c'est vraiment la partie de mon boulot qui m'intéresse le moins, j'avoue que de temps en temps un test sur moodle me permet d'avoir une note sans passer de temps en correction (mais j'en passe deux fois plus à concevoir le test sur moodle, va comprendre)

      Plus sérieusement, ce que je recherche avec moodle c'est la possibilité de mettre les élèves en activité.

      Pour reprendre les deux exemples que tu donnes, diffuser un document c'est bien, poser des questions pour les inciter à le lire, c'est mieux. Si les questions sont sur moodle, les élèves auront plus de mal à espérer ne pas être celui qui sera interrogé. Je ne peux pas en classe rapidement vérifier en détail la réponse à 10 questions pour 30 élèves. Moodle le peut et me laisse prendre mon temps avec les quelques élèves (et ceux là je les connais, je n'ai pas besoin de moodle pour les repérer) qui ont vraiment besoin d'une aide spécifique.

      De même les exercices c'est bien… Un corrigé ou une remarque sur une erreur un peu individualisé, c'est mieux. Si en plus les élèves ne font pas les mêmes exercices parce qu'ils n'ont pas les mêmes besoins, c'est encore mieux.

      Autre exemple que j'utilise assez couramment : un rapport de TP rédigé à 2 ou 3 élèves oblige incite à se mettre d'accord sur le contenu du rapport. J'espère que le travail en est plus efficace.

      Bien sûr, je décris ici une situation largement idéalisée, mais je pense que cela en vaut largement la peine.

      • [^] # Re: Moodle

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Merci pour votre réponse. Même si je ne suis pas bien sûr de bien comprendre tout, votre usage de moodle à l'air intéressant.
        L'idée de savoir en temps réel comment progresse un étudiant dans un exercice me paraît excellente. En revanche, je n'arrive pas à me figurer comment vous procédez pour les comptes-rendus de TP. Est-ce que les étudiants rédigent directement sur moodle pendant le TP ? Ou ensuite ils collaborent à distance via moodle ?

  • # Synchronisation MoodleBox avec Moodle en ligne

    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 02/06/16 à 17:54.

    Bonjour,
    Est ce que c'est imaginable d'avoir un plugin sur le Moodle en ligne (de l'école) qui permettrait de regrouper dans un fichier zippé (ou targézédé) toutes les mises à jour de cours sélectionnés au préalable pour les rendre dispo dans un dossier accessible du serveur Moodle en ligne ?
    La moodlebox branchée en fin de journée au réseau filaire pour disposer du maximum de bande passante irait chercher ce fichier grâce à script "cronné" qui viendrait rajouter/mettre à jour des cours sur le Moodle offline de la Moodlebox.
    C'est jouable facilement ? Il existe déjà un plugin Moodle pour faire des sauvegardes automatiques pour backuper et faire du offsite ?
    Merci

    • [^] # Re: Synchronisation MoodleBox avec Moodle en ligne

      Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 03/06/16 à 09:29.

      Est ce que c'est imaginable d'avoir un plugin sur le Moodle en ligne (de l'école) qui permettrait de regrouper dans un fichier zippé (ou targézédé) toutes les mises à jour de cours sélectionnés au préalable pour les rendre dispo dans un dossier accessible du serveur Moodle en ligne ?

      whouaou… je n'étais pas du tout parti dans cette direction là pour plusieurs raisons :

      • l'usage que j'en prévois est vraiment ponctuel, plutôt sur des activités à très court terme (exercices avec feedback immédiat) ou évaluation diagnostique façon « boitiers de vote » (Désolé si je jargonne, je fais court mais je peux développer si besoin). Du coup, je n'ai pas forcement besoin de conserver les données et encore moins les transférer sur le moodle « académique »
      • le moodle académique utilise une authentification par CAS sur l'ENT auquel le n'ai pas accès avec la moodlebox, difficile dans ce cas de prévoir une synchro simple entre les comptes CAS du moodle académique et le mien (sans parler de la différence de version).

      Néanmoins, c'est du libre : Use the source Luke. Tu auras peut-être des pistes en posant la question sur le forum technique de moodle.org

      Hors aspect technique, tu sembles (par ta question) intéressé par l'utilisation « en vrai » de la moodlebox. Si c'est le cas et si tu es prêt à partager tes expérimentations, peux-tu me contacter directement : christian(point)westphal(arobase)ac-strasbourg(point)fr

  • # Superbe projet

    Posté par . Évalué à 1.

    Superbe projet, content de voir le mal que tu te donnes pour rendre l’utilisation de Moodle possible avec les ordinateurs de poches (surpuissant) de tes élèves :)

    Petite faute dans l’article en passant : les établissement*S*

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.