Journal La licence globale

Posté par .
Tags : aucun
0
18
jan.
2006
Comme beaucoup aiment bien ce sujet, je dis ici ce que j'en pense.

La license globale est par ses farouches partisans vendue comme un solution miracle. La license globale parfaite :
- est légale est bien acceptée par tous les artistes du monde (ou bien que les artistes puissent rentrer/sortir du catalogue).
- est optionnelle, bien sûr.
- les souscripteurs à cette licence n'abuseraient pas trop de leur forfait de 7¤ (ou 10 ¤), parce que tout le monde est gentil, et que les profiteurs c'est pas bien
- les titres échangés seraient de qualité, bon bitrate, pas de fake, parce que bon, il faut une QoS irréprochable, ca sert à rien de se battre pour l'accès à la culture si le résultat est douteux
- seule la musique est comptabilisées, parce que les isos linux ou le cinéma, ça doit pas brouiller les cartes
- il faut des stats fiables, pour reverser aux artistes leur juste part
- il faut pouvoir contrôler les fichiers échangé et la quantité
- faut que ça fonctionne en p2p [1]
- faut que dans la limite du possible les artistes aimés gagnent le plus d'argent

[1]On s'en fout en fait que ca soit du p2p, c'est juste un argument de la licence globale raccorcher au problème emule-Kazaa des désirs d'un modèle économique qui n'existe pas actuellemnent.

Haem, haem...

Ca ressemble furieusement à une entreprise, une offre légale qui n'existe pas encore.
Quel est donc ce besoin impérieux de vouloir créer une entreprise d'état monopolistique, alors que ce qui manque c'est juste une nouvelle entreprise, qui n'a aucun besoin d'être légitimée par une loi.

C'est pas au parlement de légiférer sur ce qui n'est finalement qu'un problème d'offre. Problème qui finira par se résoudre dès qu'un allofmp3 voudra réellement s'installer en France, ou des que des nouveaux acteurs tenteront une percée (Orange n'a t'il pas réussi à faire la nique à tout le monde avec Madonna, Wanadoo peut très bien demain lancer une plateforme de musique aggressive sur le modèle "idéal" décrit ci-dessus).
Pourquoi voulair légaliser ce qui se passe actuellement sur la mule (les échange sont crades, aucune qualité, faut chercher pour trouver des trucs potables), alors que justement ce sont des alternatives bien propres et efficaces qui sont désirées

Si la spedidam veut faire sa plateforme, libre a elle de tenter au lieu de pleurnicher ?

Les pro-licence globale ont qu'a développer une plateforme parfaite qui fonctionne par forfait. Rien ne l'interdit. Alors pourquoi chercher à imposer par la loi leur modèle économique (si parfait qu'il soit).
La loi n'a rien a foutre là dedans. Cette idée de licence globale est une fumisterie intellectuelle.

Et quand on voit ce fameux sondage spedidam-médiamétrie, où 75 % des internautes "sont" pour la license légale. Mouarf. C'est de l'interpretations. Ils veulent les "Services" de la licence globale. Mais ce service doit être concurentiel, surtout pas géré à la n'imp comme le médiocre p2p actuellment. Cette licence, c'est un manque d'ambition.

Donc j'ai une question claire que je pose aux plus ardents défenseurs de la licence légale :
Pourquoi demander au parlement d'inscrire dans la loi un truc qui relève strictement du privé ?

Bien sur l'argument "les fnac/itunes tiennent le marché" ne tient pas. Si les syndicats spedidam/UFC-que choisir&co arrivent a faire que le débat soit national, la création d'une plateforme doit leur être possible.
  • # ce sont des alternatives bien propres et efficaces qui sont désirées

    Posté par . Évalué à 10.

    Totalement d'accord !!! Une genre de services comme ceci ;
    - le choix du format : mp3 (de bonne qualité), ogg (si absent des plateformes actuelles), flac...
    - évidement une absence de drm qui empêche la compatibilité non seulement du point de vue des systèmes d'exploitation mais aussi des baladeurs : si on souhaitait fermer le marché on ne s'y serait pas pris autrement!
    - ne pas limiter la copie (j'entends que l'exception de la copie privée soit respectée)
    - pouvoir justifier de l'achat d'un morceau. suppose un compte en ligne où sont sauvegardées les musiques achetés. Celà peut poser des problèmes aux niveaux de la vie privée, mais imaginons que quelqu'un se fasse voler son pc, avec je ne sais pas une vingtaine d'albums, celà permettrait de récupérer sa musique sans repayer. (je rêve un peu là non?).
    - j'allais oublier : ne pas limiter les plateformes à un type de navigateur! Aujourd'hui on apprend que 20% des internautes européens utilisent Mozilla Firefox et pourtant je me fais jeter de toutes les plateformes légales parce que "mon navigateur n'est pas compatible". (ou plutôt ils ne sont pas compatibles)(je parle de firefox mais n'oublions pas opera, epiphany, konqueror)

    Malheuseusement cette plateforme de téléchargement idéale repose sur un point : avoir confiance en ses clients. Et ce ne semble pas être la politique actuelle des industriels de la musique qui nous considèrent tous comme des pirates potentiels d'où les DRM. (ce qui est un truc totalement idiot car les drm sont sur des fichiers/cd que les gens achètent donc pas des pirates)
  • # euh...

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne sais pas si tu es au courant, mais les entreprises aussi obeissent a la loi. On ne peut pas vendre tout et n'importe quoi, encore moins n'importe comment.

    Le probleme de vendre des mp3, c'est que les industriels vont gueuler comme quoi ca favorise le piratage (pas de drm) en facilitant la copie numérique. Donc, la loi est la pour mettre tout le monde d'accord.

    Ensuite, je pense que tu n'as pas compris l'enjeu de la licence globale. Sans etre pour ou contre, celle-ci intervient dans le cadre de la copie privée : le P2P est reconnu un moyen comme un autre de faire sa copie privée.

    Après, dans les critiques que tu soulèves, le coup des stats n'a rien a y faire : tout le monde s'accorde pour dire que ce n'est pas le bon moyen de rémunérer les ayant droits. Le coup du QoS, des profiteur etc.. la c'est toi qui fait de la fumisterie intellectuel. Tu trouveras toujours des defauts a ce que tu veux.

    La license globale n'est pas la pour concurencer un systeme de distribution, mais est la pour reconnaitre le P2P comme servant a la copie privée.

    Corrigez moi si je me trompe, et apportez des précisions, mais il me semble que l'auteur du journal n'a pas compris l'enjeux de la license globale.

    Après, bien que penchant pour, je n'ai pas encore vraiment d'avis définitif sur la question. Ca soulève énormément de problèmes, mais a mon avis, pas vraiment ceux décrits ici.
    • [^] # Re: euh...

      Posté par . Évalué à 5.


      Je ne sais pas si tu es au courant, mais les entreprises aussi obeissent a la loi. On ne peut pas vendre tout et n'importe quoi, encore moins n'importe comment.

      Le probleme de vendre des mp3, c'est que les industriels vont gueuler comme quoi ca favorise le piratage (pas de drm) en facilitant la copie numérique. Donc, la loi est la pour mettre tout le monde d'accord.


      Rien n'interdit à telle entreprise de se créer.
      Le problème est contractuel. La loi n'a rien a foutre là dedans.


      Corrigez moi si je me trompe, et apportez des précisions, mais il me semble que l'auteur du journal n'a pas compris l'enjeux de la license globale.


      Ca va plus loin que la copie privée. La copie privée, c'est la légalisation du téléchargement descendant (ce qui est déjà légal, cf les jursprudence).
      La Licence globale, c'est dire "faites ce que vous voulez sur le p2p, du moment que vous payez un forfait".

      Pour défendre la compensation à la copie privée, il faudrait proposer un truc genre 3 euros obligatoire par abonnement. Un truc comme sur les cdvierges, quoi. La on ne pourra pas balancer d'arguments contre la finalité (enfin, pas plus que sur la taxe CD/disque durs).

      Mais la copie privée telle que défendue, par les internautes et par les assoc', c'est bien le forfait optionnel pour échanger ce qu'on veut.
      Et ça, je suis désolé, c'est contractuel.
      Et c'est pour ça que ca ne passe pas dans les camps politiques.
      • [^] # Lapsus

        Posté par . Évalué à 3.

        Oups :-/
        Mais la licence globale telle que défendue, par les internautes et par les assoc', c'est bien le forfait optionnel pour échanger ce qu'on veut.
      • [^] # Re: euh...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Rien n'interdit à telle entreprise de se créer.


        Ben si: pour vendre de la musique, il faut l'accord des ayants droits. On ne peut pas créer une entreprise comme ça sans demander l'accord de chaque ayant droit. C'est justement un problème: une telle entreprise ne pourra jamais se créer en l'état actuel...

        Et ça, je suis désolé, c'est contractuel.


        Actuellement, malheureusement oui. Ce qui ne veut pas dire que ce soit un bien.

        Quel est donc ce besoin impérieux de vouloir créer une entreprise d'état monopolistique, alors que ce qui manque c'est juste une nouvelle entreprise


        Je ne comprends pas bien de quelle entreprise d'état monopolistique tu veux parler, mais un monopole d'état n'est pas forcément une mauvaise chose: monter une armée fait partie des choses qui doit rester un monopole d'état.

        Je ne vois pas le coté monopolistique de la chose puisque la licence globale n'est qu'un moyen parmi d'autre de financer les artistes, auteurs et producteurs. Les concerts, la vente de CD dans les magasins, ou la vente de mp3 sur internet existeront toujours.
      • [^] # Re: euh...

        Posté par . Évalué à 2.

        Si justement il n'y a pas d'entreprises qui se lancent la dedans, c'est peut etre qu'il y a probleme. Il y a surement beaucoup de personnes qui y ont vu un filon, mais toujours rien...

        Ce n'est pas parce que, a priori, la loi ne t'interdit pas de faire quelque chose, que tu peux y aller. Pour la raison très simple est qu'on ne peut pas penser à tout, surtout à comment sera le monde dans 10 ou 20 ans.

        S'il y a des voix qui s'élèvent contre le téléchargement, d'autre pour etc... C'est que effectivement, il y a un problème. On demande au gouvernement de légiférer pour que ce problème soit régler. Après, qu'il soit "bien" régler, c'est autre chose.


        Ca va plus loin que la copie privée. La copie privée, c'est la légalisation du téléchargement descendant (ce qui est déjà légal, cf les jursprudence).
        La Licence globale, c'est dire "faites ce que vous voulez sur le p2p, du moment que vous payez un forfait".


        Il faudra que tu répètes ça à l'enseignant qui s'est pris 6 mois de prisons avec sursis et je ne sais plus combien de milliers d'euros d'amendes a reverser aux maisons de disques...
        De plus la jurisprudence n'est pas la loi, c'est son interprétation. Je veux dire par la que c'est inscrit dans aucun texte. Un jugement contraire peut etre rendu, meme s'il a de grandes (enfin plus ou moins) chances d'etre débouté en appel.


        Mais la copie privée telle que défendue, par les internautes et par les assoc', c'est bien le forfait optionnel pour échanger ce qu'on veut.


        Non, pas d'échanger. De télécharger. Oui je joue sur les mots, et d'ailleur tu connaissais certainement la nuance.

        J'ai l'impression que tu vois ca que d'un point de vu : le P2P moyen de "vente" de musique par un forfait. Et tu dis que ce n'est pas a l'Etat de gérer ca.

        Voici un autre point de vu. Le P2P et le piratage existent. Les uns y voient un manque a gagner. Les autres un outil d'accès a la culture.
        Les uns veulent l'interdire, les autres en font la promotion. On demande à l'Etat de trancher et, si possible, de trouver un "juste milieu".

        Des solutions envisagées à ca sont :
        - des offres légales (DRM + IE pour l'instant) ET interdiction du P2P
        - des offres légales (toujours pareil) ET forfait optionel sur le P2P, ce dernier étant _reconnu_ par la loi comme permettant la copie privée.

        Voila, j'espère que tu t'ouvriras a cet autre point de vu. Sinon on peut toujours rentrer dans le débat : si le privé ne se lance pas sur un marcher, pourquoi l'etat ne pourrait pas le faire ? Mais ce dernier étant idéologique, je doute de son issue ;)
        • [^] # Re: euh...

          Posté par . Évalué à 2.

          Tu confond les amendements votés et la licence globale (merci les médias, d'ailleurs.

          Les amendements adopté réaffirme la copie privée avec comme source le net.
          la license globale telle que défendue par l'alliance public artiste.
          C'est cette licence globale que je trouve stupide, et que c'est pas à l'état d'instaurer ce système.


          La licence globale

          La licence globale c'est une autorisation donnée aux internautes pour accéder à des contenus culturels (musique, images, films, textes) sur Internet et les échanger entre eux à des fins non commerciales en contrepartie d'une rémunération versée aux artistes à l'occasion du paiement mensuel de l'abonnement Internet.
          • [^] # Re: euh...

            Posté par . Évalué à 1.

            Je parlais effectivement des amendements votés, sans confondre. Je croyais que c'était de ça dont tu voulais parler étant donné l'avis que tu donnais vis à vis de l'etat etc... A tord.

            Je n'ai pas d'avis fixé comme je l'ai dit sur les amendements, je n'en ai pas non plus sur la licence globale telle définie ici.

            Moralité : toujours vérifier si on parle bien de la même chose :)
      • [^] # Re: euh...

        Posté par . Évalué à 3.

        Mais la copie privée telle que défendue, par les internautes et par les assoc', c'est bien le forfait optionnel pour échanger ce qu'on veut.
        Et ça, je suis désolé, c'est contractuel.


        La redevance TV, c'est aussi optionnel : ceux qui regardent la TV la payent afin de financer le réseau de distribution et les chaînes publiques, les autres ne la payent pas car ils n'utilisent pas le réseau ni les chaînes. Où est la différence avec la licence globale pour les utilisateurs d'Internet ?
        • [^] # Re: euh...

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          On peut utiliser internet pour autre chose que télécharger la derniere daube a la mode, et ca me ferait bien chier de payer pour des "artistes" qui ne m'interessent pas.

          Ca n'a pas grand chose a voir avec la redevance.
          • [^] # Re: euh...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Mais la licence globale est optionnelle. Si tu n'es pas intéressé, tu ne la prends pas et tu rémunères tes artistes par d'autres moyens (concerts, achats de CD, achat de musique en ligne ...)... ou rien du tout si tu n'aimes pas la musique.

            D'autres part, la redistribution tient compte de ce que les gens écoutent. Donc si télécharge que certains artistes, cela augmentera les revenus de ces artistes-là.

            Si tu veux critiquer le mécanisme de répartition, pourquoi pas, mais c'est un problème qui existe déjà, et qui est indépendant de la licence globale.
            • [^] # Re: euh...

              Posté par . Évalué à 4.


              Donc si télécharge que certains artistes, cela augmentera les revenus de ces artistes-là.


              A oui ? Avec un système juste, je me demande combien vont peser les petits groupes au milieu des barons de la musique mondiale.
              Le système de répartition ne fonctionnerait, au pif, qu'au dessus de 5000 titres titres télécharger (ca ne servirait à rien de reverser 5 ¤ par ans

              Dernières enquêtes : 1,2 miliards de fichiers musiques échangé.
              Rendement théorique de la taxe : 4 millions * 7 ¤ * 12 mois = 336 millions
              = 0,28 centimes par fichier reversé aux ayants droits.

              Bien entendu, si la licence globale passe, les fichiers passerons facilement au double, triple et plus.

              Donc disons 0,10 centimes par chansons pour les ayants droit (producteurs, artistes, interprètes).
              Là dessus, tu enlève 90 % qui iront aux ténors.

              Le petit groupe toucherait quoi ? 10 centimes par chansons ?

              Il a autant se faire distribuer par jamendo ou autres réseau de découverte musicale, et empecher le "piratage légale" de ses oeuvres (car le public fait soit l'un, soit l'autre).

              Tu vas me dire "oui, mais c'es un gentil petit groupe, moi je vais aux concerts, j'achète leur disque". Je veux bien.
              Mais il est où l'interet de la licence globale ? Nulle part
              • [^] # Re: euh...

                Posté par . Évalué à 2.

                Mais il est où l'interet de la licence globale ? Nulle part


                Elle permet de faire en sorte que les DRM ne puissent plus être présentés par les Majors comme la seule possibilité de rétribuer les artistes lorsque le médium est Internet. Pour l'instant, le seul argument des Majors en faveur des DRM, c'est que le « piratage » sur Internet fait perdre de l'argent aux artistes, et que les DRM sont la seule solution pour rétribuer les pauvres artistes. Avec la licence globale, cet argument ne tient plus.
              • [^] # Re: euh...

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Le petit groupe toucherait quoi ? 10 centimes par chansons ?


                Note que actuellement le petit groupe ne touche absolument rien du téléchargement. Il toucherait donc plus qu'avant.

                Je n'ai pas bien compris le calcul mais j'ai l'impression que la principale critique de la licence globale, c'est comment répartir. Ce serait intéressant d'avoir un vrai débat parlementaire sur ce que serait la meilleure répartition.

                Mais mieux vaut une répartition moyenne que pas de rémunération du tout. Ca arrange tout le monde: les artistes qui auront plus (336 millions selon toi) et qui pourront faire connaitre leur musique légalement, et les auditeurs qui pourront écouter la musique sans risquer le pénal.

                Il a autant se faire distribuer par jamendo ou autres réseau de découverte musicale


                J'ai entendu dire que les artistes qui passent par la SACEM ne peuvent pas proposer en téléchargement leur musique sur leur site web (problème contractuel). Vrai ou FUD?

                Tu parles bcp de problème contractuel. Mais le problème n'est-il pas justement la contractualisation de la diffusion de la musique? La licence globale peut peut-être défaire les méfaits de la contractualisation.
  • # Les détracteurs

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je me demandais, ceux qui sont contre la licence globale ont comme principale argument qu'ils auront plus d'argent pour faire de la musique (ce qui est en soit vrai), mais c'est pour les grands labels, les petits artistes eux par contre (qui sont à mes yeux les plus importants, les autres ayant plus d'argent que ce qu'il leur en faut), ils gagnent combien et gagnerait combien avec la licence globale? Est-ce que ca serait vraiment moins que ce qu'ils gagnent actuellement?
    Et pis ca permetterait de se débarasser de labels? (Maintenant que j'y penses on revient quasiement à la musique (presque)libre mais avec donation possible sur jesaisplusquelsite...........)
    • [^] # Re: Les détracteurs

      Posté par . Évalué à 1.

      Avec le système de license globale, juste envers tous les artistes, tu calcule la part pour ton aritste préféré.

      Tu prends la somme récolté, tu la divise par tous les ayants droits du monde (ben oui, faut être juste).
      Il reste quoi ? Rien, à part tes yeux pour pleurer.

      C'est dingue de croire que ça peut marcher.

      C'est pas les 10 millions d'internautes français qui vont profiter de toute la musique du monde en ne finançant que les artistes français.
      C'est du grand n'importe quoi. Madonna va réclamer sa part, U2 aussi, etc.
      Ca irait droit au conflit à l'OMC.

      On parle beaucoup de la "longue traine". Mais la longue traine, c'est beaucoup de gens, qui ne recevront pas grand chose. Ca ne changerait rien pour eux, la manne serait bouffée par les plus télécharger.
      • [^] # Re: Les détracteurs

        Posté par . Évalué à 5.

        Tu prends la somme récolté, tu la divise par tous les ayants droits du monde (ben oui, faut être juste).


        D'ailleurs, je vais autoproduire un disque de mes plus grandes oeuvres personelles chantees dans ma salle de bain. Je n'ai aucun talent d'auteur, n'ai jamais etudie la musique, et quand je chante, je n'oserais meme pas appeler ca "chanter". Mais je vais vendre mes CD sur le marche, m'inscrire a la SACEM, et je mettrai mon "oeuvre" sur les reseaux P2P. A ce titre, j'estime que je serai en droit de percevoir les memes compensations financieres que les autres ayants droits.
        • [^] # Re: Les détracteurs

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          A ce titre, j'estime que je serai en droit de percevoir les memes compensations financieres que les autres ayants droits.


          Si les gens téléchargent ta musique sur le P2P, c'est que les gens aiment et tu recevra de l'argent via la licence globale.

          Si les gens n'aiment pas, ils ne téléchargeront pas et donc tu ne touchera rien.

          La redistribution tient compte de l'audimat, tout de même, et heureusement ;-)
          • [^] # Re: Les détracteurs

            Posté par . Évalué à 2.

            Et donc, comme le dit DTC2 plus haut, c'est le retour a la repartition par "popularité". Qui sont les plus telechargés, ceux qui vendent deja beaucoup, font de la pub, passent a la radio. Bref, retour a la case depart, la licence globale va refiler du pognon aux majors et aux masthodontes de l'industrie musicale. Les autres auront a peine, avec beaucoup de chance, de quoi payer leur cotisation a la SACEM.
            • [^] # Re: Les détracteurs

              Posté par . Évalué à 2.

              Les autres auront a peine, avec beaucoup de chance, de quoi payer leur cotisation a la SACEM.


              Ça leur fera peut-être comprendre que la SACEM ne répond pas forcément à leur besoin.

              Mais tu entrevois quoi comme solution technique qui permettrait de garantir le droit à la copie privée dans la pratique (sans technologie qui serait là pour t'en empêcher dans les fait, comme le font les DRM), de faire une comptabilité exacte de quelles oeuvres sont copiées et combien de fois, et de garantir l'anonymat des gens qui ne veulent pas que Big Brother viennent s'installer dans leur ordinateur pour effectuer la tâche de comptabilité ? Sans parler de la garantie que le système de comptabilité soit multi-plateforme, voire encore mieux, indépendant de toute plateforme ? Les DRM permettent un contrôle de chaque copie, mais au détriment de toutes autre choses que j'ai exposées (disparition de la copie privée dans les faits, limitation aux plateformes propriétaires et contrôle de l'ordinateur par des multinationales aux dents longues).

              À mon avis, contrôle total et liberté individuelles sont antithétiques. La licence globale est une solution très imparfaite, mais je n'en vois malheureusement pas de meilleure, surtout en ce qui concerne la garantie que la copie privée sera toujours possible.
              • [^] # Re: Les détracteurs

                Posté par . Évalué à 2.

                Ça leur fera peut-être comprendre que la SACEM ne répond pas forcément à leur besoin.


                Quand j'ecris SACEM, il faut comprendre "l'organisme qui sera en charge de recuperer les fonds de la licence globale et de les redistribuer".

                Pour le reste je suis d'accord, les DRM c'est a peu pres ce qui peut arriver de pire, et si j'avais une solution technique ca fait longtemps que je l'aurais deja proposee.

                Ce qui me saoule vraiment, c'est qu'on nous presente la licence globale comme la revolution culturelle ultime, qui va tout changer, tuer les major , sauver ceux qui ne gagnaient pas grand chose et nous debarasser des DRM.
                A l'arrivee, rien du tout. Non seulement la majorite de l'argent recolté va aller aux major en question et a ceux qui vivent deja de leurs creations ; les petits artistes vont y gagner de quoi payer les timbres pour les formalites administratives ; mais en plus, rien dans la licence globale n'interdit les societes d'edition de nous foutre des DRM a la pelle s'ils en ont envie.

                Autre probleme, sans le cote "Big Brother", comment on fait pour connaitre la "popularité" des differents titres ?

                NB : je réside en Angleterre, donc la licence globale ne me concerne pas.
      • [^] # Re: Les détracteurs

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ca irait droit au conflit à l'OMC.


        D'ailleurs un argument du gouvernement contre la licence globale, c'est que ça ne respecte pas les engagements internationaux de la France. L'alliance prétend le contraire.

        Mais je n'ai vu aucun document qui explique de quels engagements il s'agit précisement et qui explique un peu tout ça. Je n'ai trouvé de document ni "pro licence globale" ni "contre licence globale".

        Si vous avez ça, je suis preneur...

        Finalement j'ai trouvé ça chez l'Alliance:
        http://www.lalliance.org/pages/8_1.html
        (lire page 16, à partir du point 29 ...)
  • # Non, une entreprise ne peut pas le faire

    Posté par . Évalué à 5.

    Une entreprise ne peut pas faire ce que la license légale, prévue dans une loi, fait : forcer la main aux entreprises et surtout aux Majors, les forcer à accepter qu'une quantité non maîtrisable de musique soit échangée, pour une somme fixe et, osons le dire, ridiculement basse (on parlait de 7 EUR par mois, ça fait le tiers du prix d'un CD, et la moitié du prix d'un album au tarif iTune).

    ÀMHA aucune des Majors n'acceptera de laisser (entendez par là « signera des accords commerciaux avec ») une entreprise diffuser une quantité illimité de musique pour un prix aussi ridicule.

    Par ailleurs, ce que permet la license légale (si j'ai bien compris et arrêtez-moi si je me trompe), c'est aussi que moi, en tant que particulier, je puisse partager la musique dont je dispose sur mon ordinateur, y compris des vieilleries, des trucs non identifiés, des morceaux qui intéressent une petite minorité de la population et qui ne sont pas rentables commercialement et qui seraient sinon voués à disparaître. Je dois être un martien ou un truc comme ça, mais j'ai une assez grosse collection de musique de fillms, et je serais heureux de pouvoir la partager en toute légalité et en faire profiter tous ceux que ça intéresse.

    Et puis, la license légale ça permet aussi d'avoir une alternative libre au tout-DRM, et ça, ça n'a pas de prix, surtout par les temps qui courrent.
    • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

      Posté par . Évalué à 3.


      Une entreprise ne peut pas faire ce que la license légale, prévue dans une loi, fait : forcer la main aux entreprises et surtout aux Majors, les forcer à accepter qu'une quantité non maîtrisable de musique soit échangée, pour une somme fixe et, osons le dire, ridiculement basse


      Si la licence globale est viable pour avoir le soutien de la loi, c'est qu'elle n'a pas besoin de la loi.
      Si c'est une somme ridiculment basse pour des échanges non maitrisés, c'est que le projet est stupide.
      CQFD


      Et puis, la license légale ça permet aussi d'avoir une alternative libre au tout-DRM.


      N'importe quoi. La licence globale n'a rien a voir avec les drm dans les textes. Donc le problème des DRM est distinct.
      C'est n'importe quoi d'être pour la license globale parceque les DRM sapu.

      Le contournement des DRM peut exister sans la licence globale, la non apposition d'un DRM sur un fichier diffusé peut -être interdite avec la licence globale.
      • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Si c'est une somme ridiculment basse pour des échanges non maitrisés, c'est que le projet est stupide.


        Le but n'est pas de maitriser les échanges de fichiers mais d'assurer une rémunération supplémentaire aux artistes/auteurs/producteurs.

        Supplémentaire, puisque la licence globale ne sera bien évidemment pas la seule source de revenue mais une source supplémentaire de revenue. Les concerts existeront toujours. La vente de CD existera toujours (ne croyez pas qu'on peut tout trouver sur le P2P).

        Le prix est forcément plus petit puisque qu'il ne comprend pas la distribution qui reste à la charge de l'internaute: l'internaute continue à payer sa bande passante pour son logiciel de P2P. Le prix correspond donc à la rémunération des artistes, auteurs et producteurs.

        Actuellement, quand on achète un CD, tu paies 1/ la distribution 2/ l'artiste, auteur et producteur. Si tu choisis de télécharger qqch via la licence globale, tu paies toujours 1/ la distribution (la bande passante c'est pas gratuit) 2/ l'artiste, auteur et producteur.

        Après, on peut critiquer le mécanisme de répartition des sous récupérés via la licence globale, mais c'est un problème indépendant. Ce problème existe déjà. Ce n'est pas un argument contre la licence globale.
        • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Je rappelle le principal site qui défend la licence globale:
          http://www.lalliance.org/

          Et le principal site qui défend l'intéropérabilité contre les DRM:
          http://eucd.info/

          On peut être pour ou contre la licence globale, et pour ou contre les DRM.

          A mon avis, les 4 positions sont cohérentes.
          • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

            Posté par . Évalué à 2.

            J'ajoute qu'on peut être être sans opinion sur un des deux sujets.

            En l'occurrence, je n'interviens pas sur la licence globale. Par contre les DRM, ça me fait vomir. J'ai acheté des CD, des DVD, je veux pouvoir les utiliser comme ça me chante chez moi, dans le cadre de mon usage privé. Les CDs avec DRM, c'est de la merde. Le DVD et son zonage, ça me gave déjà un peu (mais grâce à Bush, j'ai pas l'intention de déménager aus USA à court terme, avec ma maigre collection), au-delà, je n'achéterai plus rien.
      • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

        Posté par . Évalué à 3.

        Si la licence globale est viable pour avoir le soutien de la loi, c'est qu'elle n'a pas besoin de la loi.


        Il y a bon nombre de limitations, viables, qui sont inscrites dans la loi afin de limiter les abus, et qui ont besoin du soutien de la loi afin de pouvoir réprimer les abus (complètement au hasard : la mention obligatoire qu'un produit contient des OGM, l'interdiction de breveter les logiciels, la limitation à 50 km/h en ville, l'interdiction de vendre à perte...)

        Si c'est une somme ridiculment basse pour des échanges non maitrisés, c'est que le projet est stupide.


        C'est ridiculement bas comparé au prix d'un CD du commerce, en particulier ceux de Majors, mais c'est tout bénef de toutes façons pour ceux qui en profiteront (pour l'instant, leur musique se fait copier, et ils ne touchent rien du tout).

        N'importe quoi. La licence globale n'a rien a voir avec les drm dans les textes. Donc le problème des DRM est distinct.
        C'est n'importe quoi d'être pour la license globale parceque les DRM sapu.

        Le contournement des DRM peut exister sans la licence globale, la non apposition d'un DRM sur un fichier diffusé peut -être interdite avec la licence globale.


        Le but des Majors est de contrôler de bout-en-bout la diffusion de la musique en imposant des DRM à tout le monde, y compris au petit artiste indépendant qui voudrait bien diffuser librement sa musique (cf. l'amendement VU/BSA/SACEM à DADVSI). Le rêve des Majors c'est d'avoir une loi qui impose l'omniprésence des DRM dans toute la distribution de la musique (et par là même l'éviction des logiciels libres du juteux marché des applications multimédia, ce qui explique que le BSA soit co-auteur de l'amendement) sous prétexte de rémunérer les auteurs. Entendons-nous bien : si leur rêve se réalise, diffuser de la musique sans DRM sera illégal, sous prétexte qu'il faut rémunérer les artistes, et que seuls les DRM permettent de le faire. Si la license globale est appliquée, le prétexte en question ne tient plus, puisque les échanges non contrôlés par les DRM rémunèreront aussi les artistes.
    • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      > (on parlait de 7 EUR par mois, ça fait le tiers du prix d'un CD,
      parfois oui, parfois non.

      > et la moitié du prix d'un album au tarif iTune).
      Non, un album sur iTunes Music Store (TM), c'est 9,99 euros(c).

      >Une entreprise ne peut pas faire ce que la license légale, prévue dans une loi, fait : forcer la main aux entreprises et surtout aux Majors, les forcer à accepter qu'une quantité non maîtrisable de musique soit échangée, pour une somme fixe et, osons le dire, ridiculement basse

      Je peux voir ton étude de marché précise et détaillée qui te permet d'affirmer celà ? Les sociétés d'assurance privées sont capables pour un prix dérisoire (tu paies chaque année moins cher que ce que te coûterait un accident) de t'offrir un accès quasi illimité au catalogue d'½uvres des garagistes. Alors, évidemment si les assurés décident du haut de leur volonté malveillante de tous avoir un accident chaque semaine pour rentabiliser leur assurance, les compagnies en question vont augmenter leur tarif, mais en général, c'est quelque chose qui marche.
      • [^] # Re: Non, une entreprise ne peut pas le faire

        Posté par . Évalué à 2.

        > (on parlait de 7 EUR par mois, ça fait le tiers du prix d'un CD,
        parfois oui, parfois non.


        Lorsque j'achetais des BO de films dans les 2 seuls magasin de ma ville qui en vendent, les CD coutaient 22 EUR.

        > et la moitié du prix d'un album au tarif iTune).
        Non, un album sur iTunes Music Store (TM), c'est 9,99 euros(c).


        Je comptais 14 pistes à 0.99 EUR par CD. Ils font des prix promotionnels pour les albums achetés d'un coup, alors ?

        Les sociétés d'assurance privées sont capables pour un prix dérisoire (tu paies chaque année moins cher que ce que te coûterait un accident) de t'offrir un accès quasi illimité au catalogue d'½uvres des garagistes. Alors, évidemment si les assurés décident du haut de leur volonté malveillante de tous avoir un accident chaque semaine pour rentabiliser leur assurance, les compagnies en question vont augmenter leur tarif, mais en général, c'est quelque chose qui marche.


        Ça marche parce qu'avoir un accident par semaine pour rentabiliser l'assurance, ça te bloque la voiture pendant le restant de la semaine pour la faire réparer, et donc ça fait chier et donc personne ne le fait. En plus, quand tu as un accident, tu te rends compte que \begin{ironie}ceci n'était pas couvert, ni cela, et comme tu as eu un accident entre 22h45 et 23h15 un 2è samedi du mois c'est couvert seulement à moitié\end{ironie}, et autres surprises de ce genre. Si c'était facile de taper de l'argent aux compagnies d'assurance, tu penses bien que tout le monde le ferait. D'ailleurs, si les compagnies d'assurance augmentent ton bonus tous les ans, c'est bien parce que ça leur rapporte davantage de pognon et que ça te fidélise (entends par là : elles te retiennent captif).

        Mais les Majors ne sont pas des compagnies d'assurance. En lisant je ne sais plus quel texte à propos de SDMI, l'auteur disait que les Majors sont tellement sûres de leur succès et du fait d'être indispensables à tout le monde qu'elles ne cherchent pas à satisfaire leur client ni à le fidéliser. Pour elles, le client est un chien à qui on veut bien jeter un morceau de viande avec condescendance s'il fait le beau (c'est à dire donner un morceau de musique s'il paye). Avec un esprit de ce genre, je vois mal ces entreprises accepter de distribuer une quantité de musique inconnue au forfait, alors qu'elles sont convaincues qu'on peut techniquement faire payer le consommateur pour chaque morceau de musique, et que le consommateur leur dira « merci » en prime avec un grand sourire (la license légale à la radio est un cas à part, comme on ne peut pas connaître le nombre d'auditeurs, un forfait est la seule solution. Dans le cas de téléchargement depuis un site de musique en ligne, on peut comptabiliser exactement le nombre de clients, et les faire payer chacun individuellement pour chaque morceau).
  • # Pourquoi...

    Posté par . Évalué à 6.

    .. tout le monde pense le P2P et la licence globale comme une alternative aux ventes de CD ?

    Ne peuvent ils être des offres différentes pour des publics différents ? personnellement chaque fois que j'achete un CD je le numérise et hop ! dans un carton. Je n'ais pas de lecteur CD.
  • # Yakafokon

    Posté par . Évalué à 5.

    M'est avis que le P2P est là pour rester. Si on réprime, la fuite en avant technologique fera que de nouveaux protocoles de plus en plus coûteux à pister apparaîtront.

    Alors que sans répression, une licence globale obligatoire comme celle qu'il y a sur les CD enregistrables est possible. Des carottages statistiques fiables devraient être possibles, vu qu'il ne sera plus nécessaire de se cacher. Les tentatives de fraude massive, je n'y crois pas, du moins j'y crois moins que la fraude si la répression du P2P se met en place.

    Alors bon, c'est peut être pas une solution optimale ni 100% juste, mais ça me parait techniquement le plus réalisable. Quant à la licence globale optionnelle, qui ne prendrait pas en compte le cinéma, c'est vraiment une demi-mesure qui me parait cumuler les défauts de toutes les options possibles (on maintiendrait une police du net pour chercher les fraudeurs, et il faudrait analyser précisément dans le trafic qui a payé la licence et qui ne l'a pas payée et ce qu'il télécharge et ce qu'il ne télécharge pas).
    • [^] # Re: Yakafokon

      Posté par . Évalué à 1.

      Concernant le problème des statistiques utilisées pour la répartion, je me demander si ce n'était pas possible d'utiliser une mécanisme de P2P à la audiogalaxy :

      - des serveurs centralisés qui permettent la récolte de statistiques, la recherche de fichiers et le contrôle de ceux-ci.
      - des "satellites" sur les ordinateurs des personnes connectés qui permettent le partage (upload/download).

      la licence global permettrait alors d'accéder à ce type de transfert de fichiers. Les avanatages que je voie sont :
      - limiter les échanges à des fichiers au format type MP3, Ogg, ...(pas de .exe ..),
      - gérer les idtages des fichiers est assez facile,
      - contrôle de l'intégrité des fichiers échangés,
      - il n'est pa nécéssaire de tout stoker sur un serveur en profitant des satellites,
      - un contrôle géographique à partir des IP est possible,
      - un contrôle de l'utilisation du droit est possible à partir d'un code.

      En interdisant le P2P en dehors de cette application, on pourrait alors "réguler" les échanges illégaux de fichiers sur internet.

      Qu'en pensez vous ?

      A+
      • [^] # Re: Yakafokon

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je reprendrais l'argument de DTC2 :
        qu'est-ce que l'état a à foutre sur ma machine ???

        Contrôler, contrôler, ils n'ont que ça à la bouche !

        J'aimerais que, pour une fois (doux rêve) on laisse un peu de liberté, on enlève un peu de contrôle ... Bref, qu'Internet conserve son idée de liberté historique ...

        Voir le dernier texte de L.Chemla (je ne sais plus où, je l'ai retrouvé ici : http://forum.subversiv.com/133016.html )

        en tout cas, si un tel système de p2p existe, comptez sur moi pour
        - Le bloquer sur mes firewalls,
        - Interdire leurs "bots de contrôle"
        - Promouvoir tout autre système ouvert, non contrôlable, de préférence chiffré et anonymisé etc. histoire de mettre vraiment la grouille ...

        Bref, faire valoir mon droit à une liberté fondamentale qui consiste à pouvoir communiquer et s'exprimer librement sans être contraint en quoi que ce soit ...
        • [^] # Re: Yakafokon

          Posté par . Évalué à 2.

          Plusieurs points :

          - c'est optionnel donc si tu veux tu l'utilise, sinon c'est à tes risques et périls,

          - je préfère un controle indirect de l'état avec un structure style CSA qu'un contrôle fait par une multinationnale,

          - je veux bien rêver mais je suis un peu pragmatique et ce système n'étant qu'optionnel il n'est pas attentatoire à la liberté.

          A+
      • [^] # Re: Yakafokon

        Posté par . Évalué à 3.

        Bravo, pour obtenir des stats superprécises, tu te donnes les moyens de controler entièrement le P2P. Du coup, je vois mal ton réseau s'imposer. Et si par miracle, il s'imposait, plus besoin de licence globale, vu que le contrôle total du trafic devient possible. Clap clap.
        • [^] # Re: Yakafokon

          Posté par . Évalué à 2.

          Il ne s'agit pas de contrôler le P2P mais d'un moyen technique (*) d'appliquer un méthode équitable pour la répartition des revenues tirés de la license légale.

          Encore une fois, il ne s'agit pas de traiter ou de contrôler totalement le traffic sur In ternet mais proposer une méthode assez simple pour parvenir à un équilibre :
          - rénumérer les auteurs, chanteurs, .. pour leur travail en utilisant un paramètre le plus juste possible;
          - proposer un système assurant une certaine qualité de échanges

          Je me rend compte queje n'ai pas préciser que la collecte d'information et le transfert des fichier doivent être, bien entendu, anonyme (si t'en est que l'on peuisse l'être sur la Toile).

          (*) Malgrès une lecture plus ou moins assidue des discussions sur la licence globale, je n'est pas vu une esquisse d'une méthode qui puisse satisfaire les différents acteurs de ladicussion.
      • [^] # Re: Yakafokon

        Posté par . Évalué à 1.

        En résumé tu veux une plateforme légale superbien, et interdire le reste.
        Bref, une nouvelle offre

        Bravo.
        Mais c'est pas ça la license globale.


        Moi je veux bien qu'on me dise que la license globale c'est la solution, mais pour l'instant tout le monde décrit son r^ve de plateforme à la allofmp3.

        Et là, je vois pas pourquoi il faudrait inscrire ce principe obligatoirement dans la loi. C'est ça qui est hypocrite dans ce système de licence globale tel que proposé par l'alliance et la spedidam. Celle-ci est une solution à chier, mais d'une force. Ca tuerait carrément toute innovation dans la distribution de la musique (après, pour proposer un service rentable, vas-y. ).

        C'est un besoin exprimé (au sens entreprise) qui n'est pas comblé.
        • [^] # Re: Yakafokon

          Posté par . Évalué à 3.

          Le marché du CD ne s'est pas effondré durant la période entre laquelle les graveurs sont devenus courants et où le P2P est arrivé. Il ne s'est même pas effondré depuis. Et les offres légales commencent à devenir significatives aux Etats Unis, alors que le P2P y existe toujours.

          C'est bien la preuve que la demande pour une offre légale existe. Parce qu'on sait qu'on aura pas de fakes, un encodage foireux et qu'on ne mettra pas forcément 10 ans à télécharger un titre. Et que peut être qu'on a envie de payer l'artiste. Donc je ne crois pas qu'une banalisation du P2P soit la fin des offres légales. Mais c'est clair que son projet est absurde.
        • [^] # Re: Yakafokon

          Posté par . Évalué à 2.

          D'abord, je ne veux rien interdire mais proposer de manière légale et abordable un système de gestions des échanges de musique uniquement.

          C'est pas une nouvelle offre. C'est un moyen légal de rallier les points de vue des artistes et des amateurs de musique.

          Je n'ai jamais utilisé le service allofmp3 mais ce dont j'ai compris - et c'est peut-être faux- c'est que les données sont disponibles sur un serveur sur lequel je télécharge.

          L'idée ici est plutôt de faire une interface de recensement des titres échangées pour permettre une juste répartition des revenus de la license.

          Quant-à lal loi, je ne pense pas qu'il faille que cela soit détaillé si finement mais qu'elle autorise la license gobale selon les critères suivants :
          - interdiction sous peine d'une amende, ... de l'échange de fichiers avec des droits d'auteurs sans rémunaration juste de ceux-ci,
          - mise en place au niveau étatique d'un sytème d'échange de fichier musicaux présentant les caractéristique suivantes :
          * accessible au seul résidents en France,
          * accessibles au seules personnes participant à la license globale,
          * rénumération des artistes suivant leur popularité (de téléchargement par exemple).

          Maitenant, si tu n veux pas utiliser le "service" de la license globale, libre à toi d'utiliser d'autres "services" (achat de CD, achat de fichiers en ligne, ...) ou d'autre moyens (copie de CDs, P2P, ...) mais dans ce cas c'est à tes risque et périls.

          Sur le point de la mort de "l'innovation dans la distribution de la musique", je pense exactement le contraire. Car il faudra que les nouveaux modes de distributions soient extraordinaires innovateurs pour conquérir leur public.

          Maintenant que cela na soit pas chose aisée de monter un nouveau canal de diffusion, j'en conviens volontier mais est-ce qu'il faut vraiment de nouveau type de diffusion de la musique ?

          A+
        • [^] # Re: Yakafokon

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Ca tuerait carrément toute innovation dans la distribution de la musique


          Au contraire pour distribuer de la musique, il faudra se montrer innovant en proposant une vraie valeur ajoutée. Si le service ne fournit pas mieux qu'un logiciel quelconque de P2P, c'est qu'il n'est pas bien innovant...

          Certains ont montré qu'il est possible de donner une vraie valeur ajoutée à la distribution: encodage et bitrate de son choix, tags mp3/vorbis/flac bien positionnés, recherche simple... Tout ça est bien difficile actuellement avec le P2P, il y a donc de la place sur le marché pour innover.

          Ensuite que l'internaute télécharge par le service innovant ou par le peer2peer... dans les 2 cas, il va choisir la même musique et donc rémunérer les mêmes artistes, que ce soit par la vente de mp3 ou que ce soit par la licence globale.

          La licence globale pourrait même stimuler l'innovation: un peu plus de concurrence dans le secteur de la distribution, ça peut être favorable au consommateur.

          C'est un besoin exprimé (au sens entreprise) qui n'est pas comblé.


          Je suis bien d'accord. Je suis demandeur d'un site de vente en ligne avec choix du codec (ogg vorbis pour moi) et bitrate avec du choix, sans DRM.

          La licence globale serait un concurrent des services en ligne. Pourquoi refuser la concurrence? Je ne crois pas qu'il soit impossible de concurrencer le P2P...
  • # ben non

    Posté par . Évalué à 2.

    Pourquoi voulair légaliser ce qui se passe actuellement sur la mule (les échange sont crades, aucune qualité, faut chercher pour trouver des trucs potables), alors que justement ce sont des alternatives bien propres et efficaces qui sont désirées

    Par ce que si ce qu'on trouve sur le p2p actuellement n'est pas toujours de bonne qualité, c'est principalement par ce que tout ca est plutot illegal, et peut difficilement etre organisé proprement au grand jour. Avec une license legale, des gens pourront créer des sites de télechargement bien propres et efficaces, en utilisant par exemple bittorrent, bien organisés, avec uniquement des fichiers de bonne qualité.

    Et les alternatives bien propres dont tu parles ne sont pas pretes d'exister avec la loie actuelle.

    Les pro-licence globale ont qu'a développer une plateforme parfaite qui fonctionne par forfait. Rien ne l'interdit. Alors pourquoi chercher à imposer par la loi leur modèle économique (si parfait qu'il soit).

    Ben si, la loi actuelle interdit ce genre de choses, en interdisant la copie libre de fichiers copyrightés.
    • [^] # Re: ben non

      Posté par . Évalué à 2.

      Avec une license legale, des gens pourront créer des sites de télechargement bien propres et efficaces, en utilisant par exemple bittorrent, bien organisés, avec uniquement des fichiers de bonne qualité.

      Prouve le. Ca ca ressemble à un service privé super, pas à la licence globale.

      La licence gloabale, c'est pas une "autorisation" pour faire un super service de la mort. Ca ca peut déjà exister.
      La licence globale, c'est dire "ce qui se passe sur la mule est légal, en échange d'un forfait".

      Où est ce que ça pousse à l'innovation ? Nul part.
      Où est ce que ça favorise les ayants droit ? Nul part
      Où est ce que ça favorise le consommateur ? Nul part.

      Le consommateur serait satisfait par ce que tu (ou je) proposes . Mais c'est pas ça la licence globale. Et c'est pour ça que personne n'en veut.

      Le combat Pro/Contre license globale, comme TOUS les débats autour de cette loi, est plein d'amalgammes.
      La majorité de ceux qui défende la licence globale sont pour avoir des superservices.
      Mais c'est pas la licence globale qui va les offrir. Pour la simple raison que la proposition n'apporte pas un service.

      la licence gloabale, ca va augmenter la qualité de la mule, au point que les autres services propres n'auront plus une si grande valeur ajoutée, mait pas au point que le service soit impecable.

      Déjà que beaucoup de gens utilisent Pandora/Lastfm/Itunes pour choir des musiques et les prendre sur la mule.

      La licence gloabale n'apporte AUCUNE solution. C'est une idée pourrie

      Ben si, la loi actuelle interdit ce genre de choses, en interdisant la copie libre de fichiers copyrightés.
      La copie libre n'a rien a voir. La loi n'interdit pas au "super service" d'être créé. Le problème est contractuel.

      Comme je l'ai dit, si ce superservice est si bien, il a pas besoin d'être soutenu par une loi. (heureusement d'ailleurs)

      Sous la bannière de la licence globale, il y a un faux combat, qui n'en déplaise à certaine, n'a aucune chance
      1) au parlement Francais
      2) au parlement Européen
      3) à l'OMC
      • [^] # Re: ben non

        Posté par . Évalué à 2.

        Prouve le.


        Tu n'aurais pas par hasard un temps hanté fr.comp.os.linux.débats sous le pseudo de Luc2 ? :)

        La licence gloabale, c'est pas une "autorisation" pour faire un super service de la mort. Ca ca peut déjà exister.


        Mais pas avec un investissement de départ minime, ni par un particulier, si sans l'accord (probablement très cher) des Majors pour avoir l'autorisation de diffuser leur catalogue.

        La licence globale, c'est dire "ce qui se passe sur la mule est légal, en échange d'un forfait".


        C'est vrai. Mais dire ça a des conséquences, dont on est justement en train de discuter ici.

        Où est ce que ça pousse à l'innovation ? Nul part.
        Où est ce que ça favorise les ayants droit ? Nul part
        Où est ce que ça favorise le consommateur ? Nul part.


        Ça ne pousse pas à l'innovation. Cela dit, ce n'est pas le but. Ça favorise les ayant-droits car ça leur fait une source de revenus supplémentaire. Ça favorise le consommateur et le citoyen, qui peut faire profiter les autres du contenu de son disque dur en toute légalité, partager en somme.

        Mais c'est pas ça la licence globale. Et c'est pour ça que personne n'en veut.
        [...]
        La majorité de ceux qui défende la licence globale


        il y a donc quand même des gens qui veulent la licence globale alors ? Je croyais que personne n'en voulait ?

        La licence gloabale n'apporte AUCUNE solution. C'est une idée pourrie


        C'est un « aucun » absolu, comme « personne n'en veut », ou un « aucun » relatif, avec des solutions quand même ?

        Comme je vois la chose, la licence globale apporte au citoyen un droit, celui de partager sa musique (voire autre chose) sans se faire taper sur les doigts. Ça n'a pas de valeur, à tes yeux, le droit de faire ça, sans discrimination de la part des ayant-droit ? Le droit de diffuser la culture (en plus du divertissement à deux balles genre Star'Ac) sans que quelqu'un vienne te dire « désolé, tu n'as pas le droit de faire ça, parce que ça ne nous rapportera pas assez de pognon » ?
  • # Les maifaits de la licence globale !

    Posté par . Évalué à 1.

    citation:
    Et quand on voit ce fameux sondage spedidam-médiamétrie, où 75 % des internautes "sont" pour la license légale. Mouarf. C'est de l'interpretations. Ils veulent les "Services" de la licence globale. Mais ce service doit être concurentiel, surtout pas géré à la n'imp comme le médiocre p2p actuellment. Cette licence, c'est un manque d'ambition.

    C'est clair qu'on ne demande pas a un chien si il veut un os !
    (s'cuzez pour cette aboyante métaphore)

    Pour dire que ce debat ne peu et ne doit pas faire l'objet d'un scrutin "global" (au quel cas les pro piretoupire seraient sûr de gagner)
    C'est comme si je disais si vous votez pour moi, vous n'aurez plus a payer votre voiture (par exemple) et on se retrouverait avec 30 millions d'automobilistes votant "oui" et défendant leurs intérêt de consomateur "égoïste", et en face 1 million de gens qui seraient socio économiquement tributaire (directement ou indirectement) a l'industrie automobile.
    Qui gagnerait d'après vous?
    Je pense que la politique demande un plus grand sens des responsabilités que du simple "éléctoralisme a deux balles" !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.