Journal C'est quoi le "Cloud Computing" ? 2/2

Posté par . Licence CC by-sa
20
4
jan.
2017

Sommaire

Ce journal est la suite du premier morceau de journal qui a attiré quelques curieux, et des commentaires sympathiques.

Le document du NIST décrit donc 3 modèles de services (IaaS, PaaS, SaaS) qui sont l'objet de nombreux contresens, quiproquos ou autres tentatives de positionnement marketing fumeux. Le concept clé dans les modèles de services, c'est la logique même de "as a Service", qui reprend les caractéristiques détaillées précédemment. On achète l'accès à une ressource et non plus la ressource elle même.

IaaS : Infrastructure as a Service

Dans le cas de "l'infrastructure", le fournisseur de cloud va mettre à disposition des composants d'infrastructures (des serveurs, du stockage, du réseau, etc.) le plus souvent virtualisés, ce qui lui permet d'assurer les 5 caractéristiques essentielles pour que ce soit du vrai "cloud" (et non pas du "kloud" de Mr Presgurvic), mais attention ce n'est pas toujours le cas ! C'est pour cela qu'il faut bien lire les petites lignes des contrats, ou mieux, demander à vos acheteurs et vos juristes préférés d'éplucher les petites lignes des contrats pour vous. On comprend ainsi mieux la logique de "as a Service", qui amène à passer plus de temps sur les contrats et moins de temps sur les infrastructures. Les fournisseurs vendent donc maintenant de l'accès à des ressources, opérées suivant des standards, et non plus les ressources elles mêmes que vous devez opérer ou faire opérer chez vous. C'est la magie du "Cloud Computing". Les DRHs, les DAFs et les DSIs sont ravis, car votre boite a besoin de moins de personnels (barbus et pénibles) pour configurer, installer et surveiller les babasses, moins de CAPEX (matériels chers, compliqués à amortir et au cycle de vie assez courts), et la DSI réagit plus vite que son ombre pour mettre à disposition une infrastructure compliquée pour un projet VIP (toute ressemblance …).
Dans ce modèle de service, la fourniture de serveurs virtualisés s'accompagne en général du système d'exploitation et de l'accastillage nécessaire pour administrer (supervision, sauvegarde, etc.) le serveur, mais pas plus. On peut noter que notre OS préféré s'est taillé une confortable part de marché sur les différentes offres de IaaS, y compris chez Microsoft (d'ailleurs les Romuliens y ont pris gout !).

SaaS : Software as a Service

Le "Software as a Service" est un modèle de service ou l'application est accessible à l'aide d'un client standard (client léger, navigateur web) et provisionné à la demande. Ce modèle est largement proposé au grand public, parfois même "gratuitement", l'exemple emblématique étant la suite en ligne proposée par google (gmail, google docs, google drive, etc.). Un quiproquo classique consiste à confondre la suite proposée (les fonctionnalités) et le modèle de service SaaS de Google. Ce qui fait de l'offre de Google une offre de "Cloud Computing", c'est la façon dont vous pouvez vous enrôler et ensuite accéder aux solutions. Par suite, le fait de mettre en place un petit serveur chez vous pour stocker vos données et celle de votre moitié avec une solution dite de "Cloud Personnel" (c'est nulle part dans l'ISO !) ne fait pas de vous un fournisseur de "cloud" (la bise aux devs de CozyCloud, OwnCloud, NextCloud, et j'en oublie).
Pendant ce temps là, dans l'entreprise, de l'autre coté du datacenter, nos clients internes préférés (RH, Finance, Marketing, etc.) n'ont pas attendu la DSI et sont allés faire leur marché sur les internets, munis d'une expression de besoin sous powerpoint, d'une carte bleue en état de marche et des conseils avisés d'un consultant à chemise Desigual. La "magie du Cloud Computing", appliqué au SaaS, c'est que les métiers n'ont plus besoin de la DSI, ils peuvent acheter 300 comptes Salesforce en 10 minutes, ou externaliser la paie en 3 clics. La bonne nouvelle, c'est que nos nouveaux amis les acheteurs et les juristes sont sur le coup eux aussi. Sur ces sujets là, il est capital d'avoir des RSSIs qui soient vigilants, ainsi qu'un correspondant CNIL (en fonction de la taille de la boite). A chaque apéro de l'eurocloud, on me raconte des histoires qui glacent le sang à propos de données personnelles …
Attention, de nombreuses applications hébergées historiques, à la demande ("on demand"), ont été rhabillées sauce "SaaS" avec l'avènement du "Cloud Computing". Là aussi, la lecture minutieuses des petites lignes du contrat, l'audit de l'infrastructure, de ses performances ou des conditions d'hébergement peut s’avérer nécessaire avant de faire le pas. Il ne faut pas négliger non plus le coût d'intégration de la solution "SaaS" à l'existant.

PaaS : Platform as a Service

Le "Platform as a Service" est un modèle ou le fournisseur met à disposition une "plateforme", qui se compose d'un ou plusieurs composants d'infrastructures et/ou des logiciels préparamétrés (en plus du système d'exploitation). Cette plateforme va permettre au client de développer son propre code. C'est le modèle le plus complexe à appréhender, et les solutions proposées par les fournisseurs sont extrêmement variées. Entre la définition du NIST (2011) et maintenant, de nombreuses solutions ont émergées chez les grands fournisseurs (e.g. Google App Engine, BlueMix chez IBM, OpenShift chez RedHat)

De nombreuses offres intermédiaires (MBaaS, DBaaS, iPaaS, aPaaS, FaaS) sont apparues et ont surfé sur la vague du "as a Service". La plupart peuvent se raccrocher à un des 3 grands modèles, évitez d'en rajouter ("PAAS++", ce n'est pas une bonne idée).

Cloud Souverain

L'état français a très tôt compris l'intérêt stratégique du "cloud computing" et a tout mis en oeuvre pour faire émerger des champions nationaux grâce à l'initiative Andromède qui consistait à dépenser intelligemment 150 millions d'euros issu du grand emprunt. Ayons une pensée pour les barbus qui ont participé dans les différents projets des différentes sociétés éligibles (Cloudwatt, Numergy) ou pas, pour les moustachus d'Ikoula qui proposent déjà le "cloud gaulois", les octavistes d'OVH et les gars de Outscale (y'a que chez eux que j'ai jamais joué mais ils sont sympas).
En 2015 ont été publiés par la DINSIC des référentiels très intéressants et des guides à destination des collectivités qui précisent notamment les définitions "en bon français" et un concept très intéressant, le "cloud souverain" :

"Dans un contexte d’externalisation des ressources informatiques, le concept de souveraineté
des données est essentiel.
Tout client, confiant ses données à un prestataire hébergeur, doit pouvoir disposer :
• d’une garantie technique, sur le niveau de sécurité offert par le prestataire et ses sous-traitants
pour garantir la protection et la confidentialité des informations (dispositifs anti-intrusion, dispositifs
de cryptage…) ;
• d’une garantie juridique, sur d’une part la non-utilisation des données par un tiers, d’autre
part le non-accès aux données par un tiers en vertu de réglementations n’assurant pas une
protection optimale.
Ces éléments doivent pouvoir être contractualisés et vérifiés auprès des différents fournisseurs,
d’où l’importance des projets de labels et de certifications portés au niveau de l’État."

puis

"Concernant la juridiction française, qui s’applique à certains types de données (données personnelles,
notamment données de santé), la souveraineté pourra être garantie si :
• d’une part, le Datacenter hébergeant les données est localisé en France ;
• d’autre part, l’entité juridique qui opère le Datacenter est de droit français.
Le « Cloud souverain » ne doit donc pas s’entendre exclusivement comme « un acteur dont l’État
est actionnaire », mais s’étend à « un acteur disposant d’un hébergement en France avec un
actionnaire majoritaire français (voir européen si les réglementations s’uniformisent au sein des
pays de l’Union) »."

Ils ont fini par comprendre que les données des boites françaises (et du public français) sont hébergées dans les datacenters de Google, Amazon, Facebook ou Microsoft situés en Irlande ou en Hollande. Choses étonnantes en 2017, Amazon, Microsoft et leurs amis vont ouvrir des datacenters dans l'hexagone.
On attend impatiemment la mise au point d'un OS souverain pour aller avec.

L'ANSSI de son coté a planché sur des certifications pour pouvoir estampiller les "clouds" avec deux niveaux : élémentaire ou standard (Diffusion Restreinte).

Si votre boite a un statut d'OIV (Opérateur d'Importance Vitale), je vous conseille de lire ces documents
avec attention pour éviter des migrations idiotes dans les mois qui viennent.

J'espère que cela vous a plu, la permanence sera assurée dans les commentaires par les méta-experts de la moulosphère.

  • # Opérer

    Posté par (page perso) . Évalué à 6 (+4/-0).

    Parmi les différents anglicismes que l’on rencontre souvent, il y en a un qui m’incommode plus que d’autres : « opérer ». Explications sur la banque de dépannage linguistique.

    • [^] # Re: Opérer

      Posté par . Évalué à 3 (+1/-0).

      Merci pour ce lien que je bookmarke immédiatement … pardon … que "j'ajoute à la longue liste de mes liens favoris afin de pouvoir le retrouver rapidement".

  • # Cloudwatt/Numergy

    Posté par . Évalué à 5 (+2/-0).

    L'état français a très tôt compris l'intérêt stratégique du "cloud computing" et a tout mis en oeuvre pour faire émerger des champions nationaux grâce à l'initiative Andromède qui consistait à dépenser intelligemment 150 millions d'euros issu du grand emprunt. Ayons une pensée pour les barbus qui ont participé dans les différents projets des différentes sociétés éligibles (Cloudwatt, Numergy) ou pas[…]

    Il s'agissait là uniquement d'arroser les grandes entreprises d'informatique. Une façon de créer de l'activité même si c'est pour ne rien faire.


    Sinon des 3 les PaaS est de loin le plus large, il couvre des usages très différents entre le serveur d'application java sur le quel on dépose un war/ear et les dernières lambda d'Amazon. Il arrive aussi souvent d'avoir de la composition entre les formes. D'avoir une base de données en SaaS, l'exécution du code en PaaS et d'avoir éventuellement quelque machine en IaaS pour des besoins précis.

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

  • # Quelques nouvelles du front dans la vrai vie ...

    Posté par . Évalué à 2 (+0/-0).

    Bonjour,
    Je me permet d'émettre un avis car il s'agit de choses que je côtoie tout les jours …

    • IAAS : > car votre boite a besoin de moins de personnels (barbus et pénibles) pour configurer, installer et surveiller les babasses

    C'est presque vrai, sauf que quand ça merde (eh cela merdera un jour ou l'autre) … eh ben … faut rappeler les barbus pénibles qui sont encore plus pénibles car contrariés.
    Chez certains hébergeurs (claoudeurs ?) parfois il y a des barbus … parfois non .. alors on empilent des briques sans se poser de questions en fonction du contrat vendu, personne n'a de vision globale de l'infra et au moindre problème il n'y a plus personne.
    Le client n'a plus que la menace ultime … je vais voir ailleurs … pour que cela bouge

    IAAS c'est bien, surtout que la plupart des développeurs, ont besoin de To pour bosser sinon c'est pas des z'hommes
    Alors les copies d'environnements de plusieurs 100 de go vont bon train …
    En final faut pas se leurrer cela revient à payer une infra tout les ans, on gagne en souplesse mais je ne suis pas convaincu que le gain financier soit présent. mais au moins il est prévisible … ce qu'apprécient les financiers.
    Dans certains services informatiques hypertrophiés oui … mais avec une équipe et une infra qui tient la route c'est pas sur …

    • SAAS : > ou externaliser la paie en 3 clics.

    En France ? avec la complexité des programmes de paie … la législation qui changent tout le temps et la redoutable DSN …
    si tu connais des noms … essaye de négocier avec l'URSSAF peut être qu'il te donneront un pourcentage de l'amende

Envoyer un commentaire

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.