Journal Le web social, pourquoi faire, et surtout comment faire ?

Posté par .
Tags : aucun
20
7
août
2009
Je suis atterré.

Cela fait des mois et des mois que j'entends parler de Twitter, et je ne comprends toujours pas à quoi ça sert.
Écrire un t********... blam, voilà, j'ai déjà dépassé la limite des 140 caractères imposés par ce format censé représenter le futur de la communication, et je n'ai rien pu dire encore. Je disais donc, écrire un texte trop court pour exprimer ses idées, pourquoi pas, mais pourquoi par ce moyen uniquement ?

Non, ne croyez pas que je suis aigri, je suis juste désabusé. J'ai plus de 30 ans, je suis presque né avec un Atari PC 8086 entre les mains, mais je ne comprends toujours pas comment on utilise un truc comme Twitter avec ses 140 malheureux caractères qui ne me permettent même pas d'écrire un haiku ou une sextine en entier. Dans 15 ans, vous croyez que l'informatique sera comment ? Est-ce que j'y comprendrai encore moins que maintenant ?

Ce truc trop simple est tellement basique que même Facebook, qui est déjà un truc de vieux croulants has been, a tremblé quand il s'est rendu compte que son système de notification de statut était déjà dépassé, et a dû s'adapter en conséquence !

Et parlons-en de Facebook justement ! (Presque) tous mes amis sont dessus, mais je doute que certains aient personnellement et volontairement envoyé de façon individuelle la requête : "Survivrais-tu à une infestation de zombies?". En fait c'est pareil que Twitter, je ne vois pas trop l'intérêt de ce service, en plus de ses multiples "applications" intrusives qui envoyent automatiquement des requêtes à tout le carnet d'adresses sans avoir un minimum de contrôle dessus.

Mais là n'est pas le fond du problème, en plus de celui des limites la vie privée.

Le gros intérêt d'internet, c'est de proposer des services décentralisés. C'est le B.A. BA, mais j'ai une adresse internet avec le prestataire A, j'envoie un message à un correspondant chez le prestataire B qui est indépendant du premier, et cela fonctionne bien.
De même, si je veux communiquer avec le protocole XMPP, j'ai une adresse jabber chez le prestataire C, je peux écrire en direct à un ami chez le prestataire D. (on peut bien entendu remplacer tous ces prestataires A, B, C et D par de l'auto-hébergement)

Je fais mon site ou mon blog chez le prestataire E (ou suis auto hébergé etc. mais vous avez tous compris), et quelqu'un d'autres peut visiter ce site ou ce blog en ayant l'adresse ou par un moteur de recherche. Si je suis assez malin, dans le cas où le prestaire E déciderait de résilier son service, je peux toujours déplacer cette présence sur le web vers un autre hébergeur ou prestataire de service.

Dans le cas de tous ces nouveaux services dits "sociaux", comme Twitter, Facebook, Last.FM, Remember the milk, MySpace, digg it, Flickr, Youtube etc, on se retrouve dans un cas exactement inverse : toutes nos informations, tout le travail qu'on a pu faire dessus, se retrouvent sur un serveur dont on n'a aucun contrôle puisque presque tout est entré directement depuis un navigateur internet. Si le service ferme ou décide de pratiquer des tarifs exorbitants, l'utilisateur est pris en otage.

Certains permettent peut-être de récuperer une partie des informations pour les sauvegarder chez soi, mais pas tous. Certains sont quand même pratiques, et pourraient peut-être difficilement trouver un équivalent sur des serveurs privés (je pense par exemple à flickr et son service de photos).

L'intérêt de ces services, c'est quand même que l'on peut retrouver des informations ou documents par associations d'idées, mots-clé ou même licences, comme dans le cas de flickr, que l'on pourrait difficilement transposer sur un site perso de façon aussi pratique.

Cela permet également de générer plus de visites, toujours par le fait que l'on peut tagger les informations que l'on partage. J'ai par exemple déposé des musiques sur Jamendo, parce que je sais qu'en faisant cela, j'aurai 100 fois plus de visiteurs et auditeurs que sur mon site perso. Certains n'hésitent pas d'ailleurs à proposer leurs musiques sur autant de plateformes que possible, du fait de la multiplicités des offres proposées : dogmazic, jamendo, myspace etc.

De même, certains s'inscrivent sur plusieurs réseaux sociaux en fonctions de leurs amis : facebook, orkut, skyblog (!!) etc.

Ici, on voit que le fait de se donner rendez-vous sur ces plateformes commerciales peut être un atout, en "rencontrant" plus de monde que sur un site perso, d'autant plus que tout le monde n'a pas forcément les compétences pour se créer un site internet. Mais d'autre part, le morcellement de toutes ces offres montre une faiblesse en éparpillant les réseaux : finalement on ne sera pas aussi exhaustif si on doit trouver un public ou des amis sur myspace d'un côté, et sur facebook, copainsdavant ou orkut de l'autre.

On peut donc se demander s'il ne serait pas possible de réunir le meilleur des 2 mondes, en proposant du contenu "social" et fluctuant auto hébergé, mais distribué de façon moderne à tous ses contacts et au monde qui les entoure.

Par exemple, on peut lire sur la page wikipedia de Twitter : "Une des forces de Twitter est de proposer une interface de programmation ouverte et documentée". On retrouve le même genre de chose pour Facebook, mais en fait d'interface "ouverte", on trouve surtout un moyen d'interfacer sur un site externe ou un blog du contenu enfermé sur leurs serveurs privés. (Une principale caractéristique de ces services de réseaux sociaux est qu'ils s'interconnectent tous entre eux)

On pourrait imaginer une API qui ferait l'inverse de cela, c'est à dire que l'on pourrait publier sur son propre serveur des informations déterminées et génériques, les bases du web social, tels que par exemple :

"statut actuel"
"albums préférés"
"commentaire sur une photo avec la photo associée"
"je suis ami avec untel"
"j'ai visité tel pays et souhaiterais visiter tel autre"
"j'aime tel livre"
"je suis en train de lire tel autre livre"
"je pratique tel sport"
"flus rss"
"lien internet"
etc.


Des services tiers pourraient ainsi proposer une aggrégation de ces données pour permettre d'interconnecter tout ce monde (un peu comme les "planets" ?). Bien sûr, cela pourrait être bien moins intéressant pour ces prestataires qui n'auraient plus de ce fait une clientèle aussi captive, mais on pourrait grâce à cela revenir à une base un peu plus saine, pour des réseaux sociaux non dépendants d'acteurs dits "incontournables" (twitter, facebook...) dont l'éthique ou la pérénité peuvent être remises en cause à tout moment.

Le protocole XMPP pourrait-il être envisagé pour ce genre de choses ? Est-ce que cela a déjà été développé ou imaginé ailleurs, de façon réellement libre et indépendante ?

Reste à savoir si les bases de cela étaient posées et définies, quel intérêt pourraient trouver les services existants à passer à une base commune, et comment les inciter et encourager à le faire.
  • # Intérêt de twitter

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    L'un des intérêts de Twitter c'est de trouver un intérêt à TinyURL /o\

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

  • # Google Wave

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Est-ce que ce que tu cherche ne ressemblerait pas à google wave?¹ Un truc que chacun peut hébergé chez soi et on peut partager des documents (au sens large, aussi bien mail que +/- odt) avec qui on désire (1 personne à tout le monde).



    ¹: https://linuxfr.org//~termitor/28342.html , http://www.waveprotocol.org/ , http://wave.google.com/

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Google Wave

      Posté par . Évalué à 2.

      c'est possible ! Je demande à voir, par contre pour le moment les beta se font en s'inscrivant sur le site de google, donc on reste dans la même logique de service détenu par une société tiers, et non pas un protocole appartenant à tout le monde, réimplémentable n'importe où.
      Mais attendons que cela sorte avant de juger.

      Une manière pour une société de répondre à la dernière question, c'est de sortir un logiciel et des protocoles vraiment libres, mais de proposer en plus : "si vous installez cela sur vos serveurs c'est possible si vous vous y connaissez, par contre si vous le faite sur nos serveurs à nous vous ne vous prenez pas la tête et vous bénéficiez de la qualité de nos serveurs / services"

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: Google Wave

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Tu a cliqué sur http://www.waveprotocol.org où c'est expliqué qu'une fois les spécifications terminé, n'importe qui pourra se faire son propre serveur?

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Google Wave

          Posté par . Évalué à 2.

          De plus ils ont sorti le serveur open source: http://code.google.com/p/wave-protocol/
        • [^] # Re: Google Wave

          Posté par . Évalué à 2.

          j'ai vu cela après, effectivement, cela pourrait bien ressembler à un réseau non centralisé.
          Je suis curieux de voir ce que cela va donner.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: Google Wave

      Posté par (page perso) . Évalué à -8.

      Ouai, mais Google c'est des sales cons ! (comme ça c'est dit)

      Comment peut-on être libriste et apprécier Google ? Ils font quoi pour le libre ? À part le Google summer of code (et encore ils organisent ça uniquement pare qu'ils ont les moyens de le faire, y a rien de philosophique derrière) je vois pas…
      • [^] # Re: Google Wave

        Posté par . Évalué à 5.

        Ils font quoi pour le libre ?

        je crois que la liste est trop longue pour passer mon temps à la compiler... mais un début de réponse peut être trouvé sur http://code.google.com/ + le fait qu'ils démocratisent des formats et protocoles libres et ouverts (xmpp, odf, ogg etc)

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: Google Wave

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Ils font entre autre: GWT http://code.google.com/intl/fr/webtoolkit/

        Et pleins d'autres trucs.
      • [^] # Re: Google Wave

        Posté par . Évalué à 3.

        Contrairement aux précédents commentaires, j'ai bien perçu ta note d'humour de libriste poilu à qui il manque quelques neurones...

        Sinon, pour le gsoc, c'est simple, c'est bêtement du repérage de développeurs qualifiés qui contribueront à l'écosystème dans lequel google développe une partie de ses applications.
      • [^] # Re: Google Wave

        Posté par . Évalué à 4.

        Ah, alors pour que tu apprécies une entreprise, il faut qu'elle organise des choses bénéfiques au logiciel libre qu'elle n'a pas les moyens de payer, simplement par conviction philosophique. Cela ne me paraît pas très solide comme modèle d'organisation. Bien sûr que Google organise le GSOC parce qu'ils en retirent des bénéfices. Cela n'amoindrit pas l'intérêt pour les logiciels libres.
  • # Si tu veux un twitter libre : Identi.ca

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    (voir le titre ↑)

    C'est bien fait mais pas très grand public, la plupart de ceux qui arrivent sont des geeks libristes... mais c'est sympa ;)

    « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

    • [^] # Re: Si tu veux un twitter libre : Identi.ca

      Posté par . Évalué à 2.

      ok, je connais effectivement identi.ca. Mais si je monte mon serveur laconi.ca chez moi (appelé par exemple cachezmoi.ca), est-ce que je peux communiquer avec les autres serveurs, notamment identi.ca ou alors ils restent complètement indépendants ? Si c'est le cas, cela ne change pas grand chose que le logiciel derrière soit libre, car on reste encore tributaire d'un serveur sur lequel on n'a pas le contrôle des données qui y sont envoyées, même si les infos sont minces (juste des twitt de 140 mots).
      D'un autre côté, si on imagine cela en serveur privé qui duplique l'information à ses contacts ou sur des mirroirs (un peu comme usenet), on n'a pas non plus le contrôle de les traces que l'on laisse de soi sur internet, mais au moins si le serveur cesse ses activités, on a toujours les mirroirs qui restent.

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # Troll du vendredi...

    Posté par . Évalué à 10.

    AVERTISSEMENT: le message suivant est extrêmement populiste. Vous êtes averti. D'un autre côté, c'est vendredi, alors tapez pas trop fort, merci.

    Twitter m'effraie.
    Parce que Radio-Canada avoue s'en servir régulièrement pour y trouver des informations (ce qui expliquerait sans doute la qualité et la fiabilité de leurs infos, mais c'est un autre débat) malgré les risques évidents de supercherie.
    Parce que j'ai du mal à comprendre comment on peut faire passer un message intelligible et argumenté en 140 caractères.
    Parce que j'ai le sentiment que la communication au format SMS est en train de devenir un standard.
    Et sans doute aussi parce qu'on m'a appris à l'école qu'une phrase de français correct, en temps indicatif, se termine par un point, et non pas par LOL.

    Mon sentiment rejoint en grande partie le tien, et je m'approche doucement de la trentaine également, né avec un Atari 520STF et sincèrement, j'ai déjà accepté le fait de paraître pour un ringard et un vieux con face à toutes ces technologies dont je ne comprends toujours pas l'intérêt, et c'est sans doute parce que le seul "outil social" (même cette expression m'insupporte) que j'utilise encore, c'est le courriel. Peut-être ai-je raison, sans doute crois-je avoir raison; après tout, si tout le monde utilise ces outils mais pas moi, c'est que je dois avoir un problème, non ?

    Je me suis dit qu'un jour, je devrais essayer de m'y mettre. Histoire d'être à nouveau "dans le coup".

    Et puis un jour, j'ai lu ça:
    http://www.bestkungfu.com/archive/date/2008/09/twitter-ye-ma(...)

    Et depuis ce jour, je me dis qu'une entreprise qui est soit-disant censée apporter de grandes évolutions à la manière dont nous utilisons le réseau Internet et qui n'est pas capable de coder deux lignes de html correctement ne mérite vraiment pas qu'on s'intéresse à elle.

    Je suis devenu un anti-social du web. Et le plus rigolo dans tout ça, c'est que je m'en porte plutôt bien. Mais cette fracture du web, entre ceux qui adoptent les réseaux sociaux et ceux qui ne veulent pas en entendre parler, me fait quand même assez peur, d'autant plus que je ne vois pas cette division s'amenuiser.
    • [^] # Re: Troll du vendredi...

      Posté par . Évalué à 5.

      merci de ton témoignage intéressant.

      Par contre je suis déçu du "le seul "outil social" (même cette expression m'insupporte) que j'utilise encore, c'est le courriel."

      je pensais que tu aurais dit linuxfr :)

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: Troll du vendredi...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je dois être un vieux con de bientôt 25 ans car je partage ton opinion.

      D'ailleurs ce qui m'énerve le plus en soirée, c'est bien les phrases du genre :
      "Tu as vu les photos que j'ai mis sur facebook, c'est sympa on est tous les 4 dessus"

      La réponse est souvent du genre :
      "Bien sûr que non, je risque pas de les voir, je n'ai pas de compte. Et puis le droit à l'image, tu t'es demandé avant de mettre ma tête en public si cela me plaisait ? Mon avis sur la question t'importe-t-il ?"

      Pour moi twitter, facebook, et consort ne sont que la suite logique de ce que le monde à découvert lors des premières télé réalité : "Tout le monde veut voir Loana dans le jacuzzi", pour autant tout le monde dit que ce genre de programme... c'est trop nul !

      Bande de voyeurs !

      Alexandre COLLIGNON

    • [^] # Re: Troll du vendredi...

      Posté par . Évalué à 6.

      Parce que Radio-Canada avoue s'en servir régulièrement pour y trouver des informations (ce qui expliquerait sans doute la qualité et la fiabilité de leurs infos, mais c'est un autre débat) malgré les risques évidents de supercherie.

      C'est un des moyens le plus efficace (en fait rapide) de diffusion d'info, ça n'empeche pas de faire des vérifications. Tous les derniers tremblements de terre ont été annoncé en premier sur twitter par exemple. Bref c'est une technologie, ça n'empêche pas de faire du fact checking, et un système de réputation pour savoir la confiance à accorder à une source.

      Parce que j'ai du mal à comprendre comment on peut faire passer un message intelligible et argumenté en 140 caractères.
      Parce que j'ai le sentiment que la communication au format SMS est en train de devenir un standard.
      Et sans doute aussi parce qu'on m'a appris à l'école qu'une phrase de français correct, en temps indicatif, se termine par un point, et non pas par LOL.


      Je crois que tu as beaucoup d'a priori sur twitter. C'est vrai qu'on ne developpe pas de grandes argumentations (c'est pas fait pour, pour ça tu met un lien vers un post plus long par exemple vers un blog), mais 140 caractères permettent de faire passer une information malgré tout.
      En fait contrairement aux idées reçues, malgré la limite de 140 caractères, les gens n'utilisent pas le langage SMS et font des phrases complètes. Le jeu est de ne laisser que l'essentiel (j'avoue que je trouve ça plus facile en anglais qu'en français), c'est un excellent exercice d'écriture pour ceux qui écrivent autre chose que de la fiction (la plupart d'entre nous ?).

      D'autre part, je regrette le coté fermé de twitter (même si identi.ca/laconi.ca résoud ce problème) mais je le trouve bien plus respectueux de la vie privée qu'un service comme facebook:
      - Twitter n'incite nullement à reveler son nom ou son identité, alors que l'interet de facebook est quasi-nul si l'on utilise un pseudo.
      - Twitter est accessible pour les personnes qui ne sont pas inscrites, d'ailleurs pour quelqu'un qui ne ferait que lire, il y a peu d'interet à s'inscrire.
      - Twitter peut n'être utilisé que pour diffuser des infos, sans jamais raconter sa vie.
      • [^] # Re: Troll du vendredi...

        Posté par . Évalué à 4.

        du fact checking ! C'est compliqué d'utiliser les mots français ?
        • [^] # Re: Troll du vendredi...

          Posté par . Évalué à -2.

          Oui, quand y'a pas d'équivalent et quand ça ne gêne pas la compréhension: http://translate.google.com/translate_t#en|fr|fact%20checkin(...)

          Pourquoi ? Tu sais pas ce que ça veut dire ? Si tu veux je peux t'expliquer :)
          Toi aussi tu dis fin de semaine plutôt que week-end ?
          • [^] # Re: Troll du vendredi...

            Posté par . Évalué à 6.

            google ne propose pas de traduction donc c'est impossible à traduire en français ?
            Genre "vérification des faits". D'autant que tu utilises déjà le mot "vérification" dans la phrase précédente de ton commentaire originel.

            C'est pas tant le fait que tu utilises "fact checking" qui me gène que la très mauvaise justification que tu donnes (google ne sait pas donc on ne peut pas traduire) qui me fait réagir.
            • [^] # Re: Troll du vendredi...

              Posté par . Évalué à -1.

              google ne propose pas de traduction donc c'est impossible à traduire en français ?

              Ce n'est pas que google ne sait pas, c'est que google le traduit en "fact checking". Cela montre que l'algo de machine learning a déduit que la traduction était "fact checking".

              Sinon c'est surtout que je prends le terme qui me vient à l'esprit que tout le monde connait, si c'est en anglais, tant pis, je suis pas intégriste de la langue française. Je suis vraiment pas fan par exemple des traductions "forcés" de terme informatique alors que tout le monde connaît le terme anglais. La c'est pareil, le terme le plus connu c'est le terme anglais (principalement parce que le fact checking en journalisme est une tradition anglo-saxonne).
              • [^] # Re: Troll du vendredi...

                Posté par . Évalué à 3.

                oui, car l'algo de google est infaillible, forcément.

                bon, j'ai farfouillé un peu.
                http://www.blogbilger.com/blogbilger/2006/11/le_journalisme_(...)
                Mon expérience personnelle depuis 2003 n'a cessé de me le démontrer. Le fact checking ne fait pas partie de la culture du journalisme à la française

                Du coup, tu as raison sur le fait que l'expression "fact checking" désigne quelque chose qui n'a pas de traduction française répandue.

                Encore une fois, ne connaissant pas le terme "fact checking", ce n'était pas sur l'utilisation du terme anglais que je tiquais, mais sur la justification que tu donnais.

                Qu'il soit maintenant admis que "fact checking" peut rester non traduit et désolé pour le bruit :)
                • [^] # Re: Troll du vendredi...

                  Posté par . Évalué à 6.

                  on peut traduire fact checking par vérification des sources

                  Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

                  • [^] # Re: Troll du vendredi...

                    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                    Et quand on parle en français, on a pas besoin de traduire... juste de parler directement en français. J'ai l'impression que les gens considèrent de plus en plus que l'anglais est la seule langue originale et que toutes les autres ne sont que des traductions... incroyable.
                    • [^] # Re: Troll du vendredi...

                      Posté par . Évalué à 2.

                      C'est pas un phénomène inévitable quand 90% de ce qu'on lit sur son ordi/sur le net est en anglais, ce qui doit être le cas de pas mal de personnes ?
      • [^] # Re: Troll du vendredi...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        C'est un des moyens le plus efficace (en fait rapide) de diffusion d'info, ça n'empeche pas de faire des vérifications. Tous les derniers tremblements de terre ont été annoncé en premier sur twitter par exemple. Bref c'est une technologie, ça n'empêche pas de faire du fact checking, et un système de réputation pour savoir la confiance à accorder à une source.

        Un peu comme IRC il y a quelques années ? (les événements du 11 septembre 2001 je les avait appris la dessus)
        Certes IRC ne passe pas à travers tous les proxy/firewall, au contraire de Twitter qui utilise le protocole HTTP. Par contre IRC avait permettait de saisir messages de plus de 140 caractères, le transfert de fichier, la connexion pair à pair directement sans passer par le serveur, etc.

        Donc finalement "on" est passé d'IRC à Twitter pour contourner les firewall / proxy ?

        Si je ne me trompe pas Jabber, qui utilise HTTP, propose plus fonctionnalitées qu'IRC, et avec un protocole plus propre, donc ce ne doit pas être ça. Donc (?) ce n'est pas une question de proxy / firewall.

        A moins que ça soit pour éviter d'avoir à installer une application sur le PC ?

        Ou peut être que la raison n'est pas liée à une raison technique, mais liée la façon dont est perçue l'"application". Selon Wikipedia : Twitter est un outil de réseau social et de microblogging .
        Blog : je vais pouvoir parler de moi
        réseau social je ne serais pas tout seul

        Je caricature, quand je lis des "j'ai 200 amis sur facebook et je suis tout seul ce soir"...
        • [^] # Re: Troll du vendredi...

          Posté par . Évalué à 2.

          Donc finalement "on" est passé d'IRC à Twitter pour contourner les firewall / proxy ?

          Twitter reste assez différent, surtout dans l'ouverture. IRC c'est des communautés fermés en général alors que twitter tout le monde peut faire des recherches, voir les mots clés à la mode, etc.
    • [^] # Re: Troll du vendredi...

      Posté par . Évalué à 4.

      Pour ceux qui s'intéressent au débat sur la racourcissement des pensées et le mode de communication "rapide" décrit au dessus, regardez soit "Enfin pris" ou "La sociologie est un sport de combat" de Pierre Carles, où on voit entre autres Pierre Bourdieu expliquer pourquoi il refusait la télévision comme moyen de "débat". Ou aussi Serge Halimi (du Diplo) pour un contemporain encore vivant.
  • # L'interrêt

    Posté par . Évalué à 8.

    Montrer à tous (ses amis, entre autres) sont "statut" : "au taf", "complètement beurré", "a loupé ses exams", "mange des bonbons chiantos" ainsi tout le monde peut savoir en quasi temps réel ce que tu fais. Certains y trouvent un intérêt. Certains y trouvent aussi l'intérêt de savoir ce que les autres font ou à quoi ils pensent à un instant t.

    Pour Fesses(de)bouc, ça va plus loin : tu partages des photos, des liens, des vidéos, tu montres que tu est fan de tel ou tel groupe, personnalité, activité, logiciel, marque, livre, auteur... et t'inscrit dans des groupes plus ou moins pertinents (du groupe super sérieux au plus débile et inutile). L'idée est de montrer à la face du monde (ou à tes amis seulement, ou à tes amis et à leurs amis) qui tu es vraiment.
    Tu peux aussi, éventuellement, re-prendre contact avec tes camarades de primaire perdus de vue et théoriquement avec toute personne ayant fréquenté les mêmes bahuts et boîtes que toi.

    Au final, au lieu papoter régulièrement avec tout le monde pour être au courant de tout par téléphone ou messagerie instantanée, tu peux juste te connecter et voir et exposer tout ça, et éventuellement réagir (voire même juste montrer que "tu aimes")

    Concernant les applications Fb, il n'es plus obligatoire d'envoyer une invitation à tout le monde : tu as donc le contrôle.

    Pour les autres trucs de ce genre j'ai pas expérimenté... mais l'esprit est là.

    Pour Twitter : 140 caractères, c'est court, certes, mais ça permet simplement de dire de manière simple et concise ce qu'il t'arrives là maintenant. Si les autres ont envie d'en savoir plus : il le feront savoir.

    En espérant t'avoir éclairé.
    • [^] # Re: L'interêt

      Posté par . Évalué à 3.

      Pour compléter avec mon avis.

      Je trouve que twitter est une suite logique dans l'évolution de la communication sur internet aujourd'hui.

      Grosso modo en moyen de communication, on a les mails et les listes de diffusions, sont arrivés les sites web, les blogs et les sites web muni de rss, les réseaux sociaux etc. Plus ça va, plus on va vers acquérir l'information le plus rapidement possible, le tout connecté etc.
      Twitter est un outil qui va dans ce sens.
      Personnellement, je vois twitter comme une sorte de RSS sur les personnes. D'ailleurs, c'est marqué ou l'on peut entrer ses twitts : 'What are you doing?' (Qu'est-ce que vous faites en ce moment ?). C'est fait pour suivre l'activité des gens, ce qu'ils font ou les choses 'intéressantes' qu'ils veulent communiquer. Au lieu de suivre un blog sur un thème intéressant, tu suis une personne qui communique des choses intéressantes (et finalement ça revient parfois au même).
      Alors le format de 140 caractères est frustrant mais logique, c'est pas fait pour écrire des articles (et revenir à être un annuaire de blog), c'est du relais d'instantanée, l'allumette et la poudre de diffusion de l'information. Ensuite y'a l'aspect réseau social : on peut prendre contact très facilement avec plein de monde, ce qui peut être pratique.
      L'intérêt par rapport au blog finalement ? C'est un outil super efficace pour diffuser les buzz et faire circuler l'information à toute vitesse, échanger et découvrir des gens.

      Pratiquement, je crois qu'il y a peu de personnes vraiment actives et plus de gens qui suivent l'information voir la relaie. Il y a aussi tout un tas de personnes un peu narcissique sur les bords qui doivent poster 'je mange une banane' 'Je sais pas quoi foutre' et autres trucs super intéressant. Mais comme dit Jeff, tu as le contrôle sur qui suivre ou non et qui te suit.
      Après c'est simplement un outil supplémentaire, charge à chacun de faire ce qu'il en veut ou de pas l'utiliser (comme moi, je l'utiliserai le jour ou j'en aurai une utilité).

      Sinon rapport à la centralisation/décentralisation des services, je répondrai comme le commentaire un peu plus haut. Google wave (protocole ouvert et futur client open source normalement) me semble bien parti pour répondre à ce besoin, la vidéo de la conférence Google IO donne un première idée. Et il me semble que c'est basé sur XMPP. Ce que j'ai retenu de la conférence: Le gros avantage est l'intéraction et l'aggrégation des moyens de communications existants, l'idée me semble être : tu veux diffuser une information et tu choisis tes médias de diffusion (mail, messagerie instantanée, blog, twitter, cequetuveux), tu la diffuses et tu gèrent également les retours d'informations (commentaires de blogs, réponse au mail etc) uniformément. L'information étant quand même stocké seulement la ou nécessaire, et non centralisé.
      • [^] # Re: L'interêt

        Posté par . Évalué à 2.

        oui vous avez tous raison, j'avais un peu oublié google wave, cela semble répondre à une partie des questions que je me posait dans ce journal. Je vais aller regarder la video en entier sur le sujet.

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: L'interêt

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        [twitter] c'est du relais d'instantanée, l'allumette et la poudre de diffusion de l'information.

        D'ailleurs c'est pour cela que les journalistes sont fous de cette technologie. Pouvoir avoir de l'information très vite et pouvoir faire circuler de l'info très vite. Lorsqu'un article sort sur la mort de Mickael des gens vont twitter et ça va arriver rapidement à l'oreille du journaliste qui va pouvoir vite allers voir le site à l'origine de la source et tester sa crédibilité.

        Comme les journalistes aiment l'outil ils en parlent, et comme ils en parlent des gens s'inscrivent pas curiosité mais n'y voient pas l'intérêt. En gros, twitter est utile pour 80 % des journalistes et inutile pour 80 % des gens.
      • [^] # Re: L'interêt

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Au sujet de Twitter, Fabrice Epelboin a publié récemment un article très intéressant : je ne vais pas le paraphraser, surtout qu'il est bien écrit, alors j'en donne juste le lien

        http://fr.readwriteweb.com/2009/07/20/analyse/twitter-twitte(...)
        • [^] # Re: L'interêt

          Posté par . Évalué à 8.

          effectivement, l'article est plutôt intéressant, même s'il ne répond qu'au pourquoi faire, et pas au comment faire, puisqu'il prend comme postulat que twitter est devenu le standard de fait et l'outil (=service) ultime pour le faire, sans remettre en cause que c'est une infrastructure unique qui gère cela.

          L'auteur dit d'ailleurs par 4 fois que twitter est "ouvert" : "Twitter est ouvert, très ouvert /.../"
          Or, ce n'est pas parce qu'on peut interfacer un logiciel dessus ou récupérer un flux rss sur une autre page que cela le rend plus libre ou ouvert qu'un minitel : Si le service ne répond plus (comme il y a peu avec le DDOS, promis je n'ai rien à voir là-dedans), c'est tout le "temps réel" qui n'arrive plus à temps, et ce flux quasi organique s'effondre. Avec un système distribué, cela limite quand même la casse et n'impacte pas le monde entier.

          En plus, et là c'est une honteuse attaque ad-hominem que je vais faire (mais quand on est une personne publique et un blogeur influent il faut s'attendre à ce genre de chose), on remarque directement en voyant la page twitter de l'auteur [http://twitter.com/epelboin] quelques limites de ce système :

          - multiplicité des médiums : il met 5 liens vers 5 autres formes de communications sur 5 autres services : courriel, page web (blog), linkedin, facebook, friendfeed. Manque plus que copainsdavant, mais il doit sans doute trouver cela trop dépassé comme concept donc il préfère favoriser les connaissances du présent.

          - limite des 140 caractères bien visible : par exemple :
          * Data.gov a de la concurrence http://bit.ly/HsWgh
          * La Loi, c’est le Code http://bit.ly/px4l3
          * Lefebvre, le casse-tête http://bit.ly/rOaoW
          * Twitter dans les amphis http://bit.ly/A2BQ2

          (le dernier lien traite même du medium utilisé, d'ailleurs sur une page de "nouvelles", 4 tweets sont pour traiter uniquement de twitter, preuve que twitter cela sert aussi beaucoup à parler de twitter)

          À chaque fois ce ne sont pas des informations directement digérables, c'est une phrase dont ne ressort guère plus d'information qu'un titre de journal linuxfr, suivi d'un lien raccourci et cryptique (140 caractères obligent) qui ne veut rien dire de plus. Le gars suit 573 autres personnes, mais je doute que si toutes les 6 heures ces 573 autres personnes postent chacune un lien incompréhensible, il va s'embêter à tous les suivre, ou alors il n'a que cela à faire de ses journées.

          Heureusement, certaines informations dignes d'intérêt sont (presque) directement compréhensives :
          * Un concours de bloggeurs pour gagner un cochon (qui a dit BBQ ?) http://bit.ly/q2E0o

          Ensuite, même si cet article est intéressant pour comprendre le phénomène et imaginer pourquoi certains en deviennent accros (c'est sûr que si je n'ai que 15 contacts qui me lisent cela sera bien moins euphorisant de publier un billet), je n'adhère pas forcément à ce qui est dit dedans.

          Par exemple il se gausse d'un "expert de la communication" qui selon lui fait des erreurs de jugement, et pourtant, même si je n'adhère pas à 100 % non plus dans ce qui est dit dans cet autre article [http://www.lejdd.fr/Medias/Actualite/L-instant-contre-la-dem(...)], le titre de "L'instant contre la démocratie" ne me semble pas indiquer que "Virilio [qui] voit dans Twitter la fin de la démocratie…", juste qu'il voit surtout dans cette recherche de l'"immédiateté" et du temps réel un leurre face à la réalité et complexité du monde, puisque souvent ce flux d'informations en temps réel, ce nouveau buzz, occulte très facilement et rapidement le buzz d'hier.
          Oublier les malheurs d'hier ou d'ailleurs (cas de l'Iran) pour se focaliser sur une anecdote (Michael Jackson, les histoires de Carla, Nicolas et Cécilia) ou papillonner de causes en causes sans constance, c'est très totalitarisant comme mode de pensée finalement.

          D'autre part, qu'une information arrive 2 minutes après son événement ou 3 heures après, qu'est-ce que cela peut faire pour le commun des mortels ? (cela rejoint des remarques ici que cela pourrait être plus adapté pour les professionnels et les journalistes). En plus dans la majorité des cas, cela va surtout être un secret de polichinel qui sera proposé comme un scoop par des milliers de perroquets. Genre je suis geek, après le vote d'hadopi on a dû avoir des milliers de "trop dégoûté, hadopi voté" qui se télescopent dans les logiciels de tweet.

          Ce que confirment les :

          * Loppsi reportée aux calendes Grèques ? http://bit.ly/3ah8M5
          * Au final, pas convaincu que #Loppsi ne nous revienne pas violemment dans la g... http://bit.ly/Tk6S3

          Enfin, l'information ne passe que là où il y a de la technologie, et ne sera jamais totalement exhaustive : le prisonnier politique torturé, l'espèce animale qui disparaît, la grand-mère qui crève seule dans son appartement ne pourront pas venir participer au flux de données en temps réel qui acheminent l'Homme vers une maîtrise joyeuse de son information.

          Ne trouvez-vous pas ironique d'ailleurs que l'auteur de cet article qui démontre la supériorité de twitter sur les médias et les moteurs de recherche traditionnel, sera informé (peut-être) dans seulement quelques heures ou jours (ou jamais) de ma moquerie à son encontre, alors qu'il peut savoir en temps réel que quelqu'un situé à des milliers de km a eu son msword qui n'a pas arrêté de planter de l'après-midi ?

          Pour en revenir à l'idée d'une API commune pour être utilisable sur plusieurs réseaux en même temps, je viens de trouver cela (encore de google), mais je ne sais pas si c'est exactement aussi ouvert que cela : http://code.google.com/intl/fr/apis/opensocial/

          Un exemple donné en tutoriel indique que ce n'est pas possible de l'utiliser en intranet non connecté car cela utilise igoogle, mais c'est peut-être juste pour cet exemple :
          http://wiki.opensocial.org/index.php?title=OpenSocial_Tutori(...)

          Avez-vous de l'expérience là dedans ?

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

          • [^] # Re: L'interêt

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            L'auteur dit d'ailleurs par 4 fois que twitter est "ouvert"

            J'ai un compte Facebook parce que j'ai répondu poliment à l'invitation de quelqu'un que j'apprécie, mais je ne l'utilise pratiquement pas, car je déteste ce coté Compuserve ou MSN (je parle du MS Network, pas du clone de Jabber) qui se referme sur lui-même : un événement annoncé ou un article publié sur FB ne sera lisible qu'à l'intérieur de FB.

            Qu'on ne vienne pas me dire que c'est pour la protection de la vie privée : la majorité des comptes FB ne sont pas protégés, et n'importe qui peut y ouvrir un compte sous une fausse identité pour lire ce qu'il s'y passe.

            Au contraire, Twitter est ouvert, au sens où ce qu'il s'y dit est accessible par n'importe qui (là aussi très peu de comptes sont protégés) et son contenu est indexé par les moteurs de recherche. Je ne le classerais d'ailleurs pas dans les réseaux sociaux, car les gens que l'on suit ne sont pas forcément des amis, mais simplement des personnes à qui l'on s'intéresse un jour et que l'on pourra remplacer par un autre le lendemain. Pour moi, c'est plutôt un avatar d'IRC, comme le rappellent ses canaux en #.

            Ceci dit, c'est vrai qu'un système distribué comme IRC est beaucoup plus robuste - surtout en ces périodes de DDoS... On pourrait en dire autant de l'abandon progressif de Usenet au profit des web forums, mais il semble que l'on préfère désormais les mickeys qui clignotent à la robustesse.
      • [^] # Re: L'interêt

        Posté par . Évalué à 2.

        Pour pécho des meufs, twitter et facebook c'est cool aussi !
  • # et trop long ?

    Posté par . Évalué à 7.

    d' un autre cote un texte trop long sur un sujet comme le web social, qui va le lire ?
    • [^] # Re: et trop long ?

      Posté par . Évalué à 2.

      LOL, ptdr

      je me suis dit aussi que ce texte était un peu long, mais je sais que cela n'effrait pas forcément les lecteurs de linuxfr ;)

      Je vais pouvoir maintenant le proposer sur agoravox, en rajoutant une note sur googlewave !

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # Juick.com

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    J'étais de ton avis à propos de Twitter et de sa limitation à 140 caractères. Même chose pour tous les sites dits "sociaux" où il faut à chaque fois se créer un nouveau compte et disperser un peu plus son adresse e-mail pour qu'elle soit vendue à "on ne sait qui".

    Et puis hier, je suis tombé sur ce billet : http://nyco.wordpress.com/2009/08/05/juick-com-reseau-social(...)

    Après un test rapide, j'ai été plutôt impressionné par Juick.com . Pas d'inscription autre que l'ajout d'un contact à sa liste dans son client Jabber/XMPP préféré, pas de limitation à 140 caractères, la possibilité d'envoyer des photos, une communauté francophone en rapide expansion... bref pas mal d'avantages. Ça vaut le coup d'œil.
    • [^] # Re: Juick.com

      Posté par . Évalué à 6.

      Hyey mais ça l'air sympa comme truc, je m'en vais l'essayer un peu...
      On dirait un Twitter en bien mieux

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Juick.com

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est vraiment ultra génial et bien pensé, en plus cela évite d'avoir un client exprès pour cela. Par contre ce qui me dérange un peu, c'est que cela n'est pas plus libre que twitter, c'est à dire il n'y a qu'une seule instance de Juick sans possibilité de communiquer comme avec laconi.ca

        Espérons que cela n'en reste pas là, l'idée est super !

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # Idée pour le nom

    Posté par . Évalué à 10.

    On pourrait imaginer une API qui ferait l'inverse de cela, c'est à dire que l'on pourrait publier sur son propre serveur des informations déterminées et génériques, les bases du web social, tels que par exemple :
    [...]
    Des services tiers pourraient ainsi proposer une aggrégation de ces données pour permettre d'interconnecter tout ce monde


    Et on pourrait appeller ça RSS :D
    • [^] # Re: Idée pour le nom

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu rigoles mais de plus en plus de sites proposent de les suivre sur Twitter et ne proposent plus de flux RSS :(

      L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

      • [^] # Re: Idée pour le nom

        Posté par . Évalué à 4.

        Dans le monde du non initié, les mots de "flux" "rss" "atom" voire "syndication" ne veulent pas dire grand chose et dans le grand public, peu de gens utilisent le rss (hélas) par contre twitter, il y a une seule et unique interface, un seul et unique mode de consultation, un seul et unique format.

        Ceci explique cela, amha.
  • # vivre sans

    Posté par . Évalué à 3.

    Je tiens juste à préciser que personne ne force quiconque à utiliser ces services.

    Personnellement, j'avais créé un compte bidon (avec un générateur de nom) sur facebook juste pour savoir ce que c'était après en avoir parlé, maintenant que j'ai vu, je ne l'utilise pas plus.

    idem pour twitter et les autres sites du même type.

    Donc bon on peut très ben vivre en ignorant ces sites et ça ne fait pas de nous des gens has-been.

    Pour twitter d'après ce que j'en ai vu, ça semble pouvoir avoir un intérêt lors de manifs, concerts, festivals de musiques ou autres rassemblements. Si tu connais les comptes twitter des x personnes que tu voudrais rejoindres et que chacun prend la peine d'updater son statut, ça te permet de savoir s'ils sont dans la fausse, aux stands de bière plus loin ou ailleurs. ça évite à celui qui veut faire savoir où il est d'envoyer un sms à 15 personnes. Faut voir ça comme un uploader rapide de messages sur flux rss. Ça peut permettre aussi d'envoyer des brefs compte-rendus/mises à jours lors d'évênements sportifs, politiques, ou autres. En dehors de ça je ne vois pas trop, mais on ne peut pas dire que c'est sans intérêt, c'est plus pratique à utiliser sur un téléphone mobile que d'autres systèmes. Après que le truc soit centralisé ou décentralisé, c'est un autre problème indépendant de l'intérêt ou pas qu'on peut avoir de ce genre de systèmes.
    • [^] # Re: vivre sans

      Posté par . Évalué à 2.

      s/fausse/fosse pardon.
    • [^] # Re: vivre sans

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Pour Facebook ce que tu dis est déjà moins vrai. Si un de tes amis a posté des photos sur Facebook, tu n'as d'autres moyens que de te créer un compte pour aller les voir. On te force pas à créer un compte mais si tous tes amis sont sur Facebook, si tu ne crées pas de compte tu risques de perdre le lien avec ces amis.

      L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

      • [^] # Re: vivre sans

        Posté par . Évalué à 1.

        archi FAUX.

        suffit d'être ferme à propos de facebook. Je n'ai pas perdu tous mes amis qui utilisaient facebook. Mes amis n'ont pas subitement arrêté d'utiliser leur email et leur téléphone portable quand ils se sont inscrits à facebook.

        Si je veux voir leur photos de vacances, je viens les voir et ils me les montrent, et s'ils sont trop loins, je me débrouille pour qu'ils me les envoient. Ma vie sociale n'a absolument pas changé.
        • [^] # Re: vivre sans

          Posté par (page perso) . Évalué à 8.

          Bien sûr j'exagérais mais si tout ton groupe d'amis est sur FaceBook et échange majoritairement par ce média, tu es un peu coupé de ce qui se passe dans le groupe ou alors tu es prévenu après les autres.

          Même si l'impact n'est pas énorme, il existe.

          L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

  • # Micro blogging

    Posté par . Évalué à 3.

    Je suis un contributeur à Jeux Linux, et des petits évenements dans le monde des jeux libres, il y en a quand même pas mal. Des annonces de features, des versions mineures qui sortent, des développeurs qui se remettent au travail après une période d'activité ou des billets qui parlent de l'avancement du projet. Tout cela ne mérite pas la rédaction d'une brève, bien sûr, mais ça peut être bien d'en parler quand même. J'ai donc pensé à utiliser Identi.ca pour ça ... Mais au deuxième message, j'ai été limité par les 140 caractères, refusant de sacrifier de la qualité, j'ai arrêté.
    Du coup, en rédigeant ce commentaire, je me suis dit que j'allais poster tout ça sur le forum, tout simplement, j'aurais du y penser plus tôt.
  • # Twitter, Twitter, Twitter…

    Posté par . Évalué à 2.

    Voici un article de ReadWriteWeb intéressant sur Twitter:
    http://fr.readwriteweb.com/2009/07/20/analyse/twitter-twitte(...)
  • # Interrogations légitimes

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Tes interrogations sont tout à fait légitimes.

    Pour annoncer la couleur, je ne vois dans tous ces réseaux sociaux qu'une télé 2.0.

    Tous ces petits services qu'on t'offre n'ont comme but que de te maintenir sur les sites de fournisseurs de ces services (d'où le modèle fortement centralisé et très peu interopérable) afin de te balancer de la pub ou te piquer tes informations personnelles.

    Donc en gros le principe de la télé. Bon pas tout à fait car là tu es dans un mode participatif mais c'est peut-être encore plus pervers car tu as l'impression de faire quelque chose. Mais au final tu as fait quoi en fin de journée ? Tu as mis à jour ton profil, uploadé une photo, envoyé un message de 140 caractères et surtout tu t'es connecté des dizaines et des dizaines de fois sur les sites en question pour des motifs futiles.
  • # c'est normal

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    voilà, j'ai déjà dépassé la limite des 140 caractères imposés par ce format censé représenter le futur de la communication
    Bah quand on a été habitué à la limitation de 64kB, c'est dur de redescendre à 140B
  • # Pas loin de 140 mots à propos de Twitter.

    Posté par . Évalué à 8.

    Il faut bien comprendre que Twitter, beaucoup de gens en parlent mais pas grand monde ne l'utilise. C'est un peu comme les étudiantes françaises qui se prostituent pour payer leur frais de scolarité.

    Twitter, c'est la sempiternelle preuve que les journalistes, ou les rédacteurs, ou les lecteurs, je n'en sais rien, sont des boulays.

    Twitter fait une chose, et il le fait bien. Il est réservé à deux catégories de personnes : les boulimiques de l'info et les hyper spécialisés. Bref, pas la terre entière. Jusqu'à il y a peu, Twitter vivait et n'emmerdait personne.

    Et puis, à un moment, il y a eu un concours de circonstances.
    Les papiers sur Facebook commencaient à ne plus intéresser grand monde. Obama a utilisé Twitter pendant sa campagne. Et puis, le vrai élément déclencheur, c'est ce fameux twitt annoncant un tremblement de terre, plusieurs secondes avant toutes les agences de presses.

    Twitter avait acquis le pouvoir magique de prédire l'info.

    Alors on a fait couler des litres et des litres d'encre sur le site, et sur ses dérivés, et puis du coup on a fait des dossiers sur les 'media sociaux', enfin bref l'emballage médiatique dans toute sa splendeur.

    Du coup même ma mère connait Twitter, mais bien sûr elle n'y foutra jamais les pieds parce que, et je vais le crier, Twitter n'est pas pour le grand public et ne le sera jamais.

    A l'époque, la boîte dans laquelle j'étais réfléchissait sérieusement à racheter Twitter, à un prix dépassant l'entendement (plusieurs centaines de millions), et ce n'était pas la seule.

    La raison ? Les gens très haut placés sont des boulays comme les autres. Ils se laissent berner par le tapage médiatique, qui de ce fait prend encore plus d'ampleur. Le serpent se mord la queue, les gens lisent des articles sur un site sur lequel ils n'iront jamais, les grosses boîtes se battent pour l'acheter, ce qui engendre encore plus d'articles.

    Bref encore une fois les media font n'importe quoi.

    En France, en mai 2009, selon médiamétrie, facebook comptait plus de 8 millions de visiteurs en France, Twitter 300 000 (de mémoire).

    Bref encore, tu entends parler de Twitter non pas parce que c'est utile, ou que la moitié de la planète l'utilise, mais bel et bien parce que l'on croit que ça pourrait rapporter de l'argent (ce qui est totalement faux amha).
    • [^] # Re: Pas loin de 140 mots à propos de Twitter.

      Posté par . Évalué à -2.

      Grand gourou kursus_hc a parlé ! Que sa parole soit entendue !

      Il y a quelques années, les SMS étaient vus comme un machin inutile. Les opérateurs télécom permettaient d'en envoyer parce que cela ne leur coûtait rien. Puis, un engouement est apparu pour ce moyen de communication et les opérateurs ont très rapidement mis en place des options sur mesure pour le faire payer très cher.

      Aujourd'hui, pourquoi Kévin ne pourrait pas envoyer des messages du genre « le concert est trop cool » ou « Kévina, je te kiff trop ! » ? Ces messages seraient juste des SMS jetés sur la place publique. Et pourquoi la pub ne pourraient pas financer tout ça ?
      • [^] # Re: Pas loin de 140 mots à propos de Twitter.

        Posté par . Évalué à 7.

        Et pourquoi la pub ne pourraient pas financer tout ça ?

        Parce que le jour ou la pub financera tout, qu'est-ce qui financera la pub ?
      • [^] # Re: Pas loin de 140 mots à propos de Twitter.

        Posté par . Évalué à 6.

        Je pense que tu n'as rien compris à ce que je voulais dire (c'est peut-être de ma faute).
        Quand je dis que ce n'est pas pour le grand public, je ne dis pas qu'il faut lui en interdire l'accès.

        Le sujet du journal est 'Cela fait des mois et des mois que j'entends parler de Twitter, et je ne comprends toujours pas à quoi ça sert'.

        Mon post tente d'expliquer pourquoi un truc qui ne sert qu'à une minorité fait parler de lui depuis des mois et des mois.

        Le Twitter du Kevin tout le monde s'en fout. Le Twitter dont tout le monde parle c'est celui de l'info et du monde professionnel, celui qui a des choses à dire. Sans cette adoption par des personnes intéressantes, Twitter serait resté au même niveau que des dizaines d'autres sites qui font plus ou moins la même chose.

        Bref, tu n'as pas besoin de mon aval pour t'inscrire sur Twitter et jeter un 'Maman, tu pourrais laver mes t-shirts pour samedi stp?' à la face du monde au lieu de lui envoyer un SMS, même si ça me semble à peu près aussi utile que d'acheter un ratelier à fusils quand on n'a pas la queue d'un flingue.
      • [^] # Re: Pas loin de 140 mots à propos de Twitter.

        Posté par . Évalué à 3.

        D'ailleurs, je n'ai jamais compris comment on se trouve avec des forfaits avec des heures de communications mais un nombre minuscule de SMS (et à un prix de dépassement supérieur) alors que ça coûte certainement bien moins à l'opérateur.
  • # CV et résal social

    Posté par . Évalué à 2.

    Le post a un article sur le sujet :
    [http://www.lepost.fr/article/2009/08/07/1649181_travail-les-(...)]

    Ça raconte une sélection de CV en présence d'un journaliste par un patron de bar.

    édifiant !
    • [^] # Re: CV et résal social

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Ah oui, super la méthode du mec ! En l'appliquant à mon cas il aurait dit « ah regardez, le sale menteur est curé mais ne l'a pas mis dans son C.V. ».
      • [^] # Re: CV et résal social

        Posté par . Évalué à 2.

        Avez-vous déjà tapé votre nom et prénom sur Google juste pour voir ?
        Ce que vous y avez trouvé vous a t-il surpris ?


        oui, j'y ai trouvé des homonymes :)

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # de mon côté

    Posté par . Évalué à 2.

    je vais aller dans SecondLife créer un pantheon pour les sites du web 2.0 tombés au combat...

    d'ici 2 ans ont aura tous oublié le nom de facebook et twitter. Par contre y en aura 4 ou 5 autres sur qui on gueulera...
    • [^] # Re: de mon côté

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      twitter, peut-être.

      fesses de bouc, je ne pense pas. Ça a pris une mesure très importante quand même.

      Envoyé depuis mon lapin.

      • [^] # Re: de mon côté

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est sûr, mais perso je penche sur un prochain effet de mode à grande échelle : la Grande Désinscription de Facebook.

        Je parie également qu'il y aura des centaines d'articles sur le sujet...

        (les mauvaises langues feront remarquer qu'il est techniquement impossible de se désinscrire de Facebook, seulement de 'désactiver son compte').
        • [^] # Re: de mon côté

          Posté par . Évalué à 3.

          pas certain. Une petite partie se sentira concernée par la "vie privée", mais la plupart n'en a rien à faire.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: de mon côté

        Posté par . Évalué à 1.

        Regarde MySpace... est-ce que t'en entends parlé de nos jours?
  • # J'me demandais à l'instant même ce qu'était Twitteur

    Posté par . Évalué à 3.

    Car je suis un peu largué question web fashi... web 2.0.

    Comme tout le monde, j'en ai entendu parlé sans pour autant essayer de savoir ce que c'était.
    Mais dans mon aggregateur de flux RSS, un tier des flux contient au moins le mot "twitter".

    Je ressortais il y a à peine 1 heure de Wikipedia avec un peu plus de compréhension mais pas encore satisfaisante.
    Je n'arrivais pas à voir la plus-value de ce truc à un bon, vieux flux RSS ou tout simplement son client de message instantanné basé sur XMPP. :)

    Par contre, ça permet de pourrir encore un peu plus la langue française avec ces technos "fastfood©" qu'on nous balance chaque mois et que les deux ou trois "metro-sexuels" - de cursus commercial et qui font la partie "techno decouvertes" dans les émissions grand public (tv et radio) - qui s'empressent de vendre le truc comme l'indispensable à avoir ou à utiliser...


    Vivement qu'on débranche la prise!
  • # Pourtant ...

    Posté par . Évalué à 2.

    Twitter est , entre autres choses, un excellent outil de salle de gym (pour l'esprit)
    pour tous ceux qui ont
    (et j'en fais partie)
    la tendance aux digressions
    (cela m'arrive tout le temps)
    et des difficultés à sérier un sujet et à le traiter
    (ça c'est tout moi)
    ((d'ailleurs je me demande si ...))
    Twitter aide à la reformulation,
    (être obligé de trouver plus court permet parfois de trouver plus) juste
    et montre à celui qui écrit
    (fou ce que ça m'arrive souvent)
    à quel point il fait de temps à autre un usage abusif de détour
    (ici j'aurais peut-être pu faire plus simple !)

    A lire votre article
    je me suis dit plusieurs fois que
    l'exercice pourrait vous servir.

    Sinon
    J'avais commencé avant twitter
    en n'usant que de 80 caractères (sans compter les espaces)
    oui
    vraiment l'exercice est salutaire.
    http://twitter.com/account/profile_image/lebateleur2?hreflan(...)




    ____________
    à propos de votre introduction
    je suis vieux+ j'avais un apple II à l'époque où cette firme faisait des produits ouverts (un langage machine accessible directement, et tout l'intérieur - hard et soft - bricolable)
    je ne crois pas que l'âge ou l'ancienneté dans l'accès ou l'intérêt pour le gazouilleur
  • # Et les blogs ?

    Posté par . Évalué à 5.

    Un petit peu à la AJAX, on peut tenter de faire du nouveau avec des technos déjà existantes !

    Par exemple on pourrait imaginer, une simple surcouche au concept de blogs.

    Je crée un blog, et dessus apparaitront en plus des mes publications des liens vers les articles de mes "amis" (à la facebook). Par exemple via le flux RSS, peut-etre formatté d'une manioère un peu particulière ?

    Ainsi les autres blogs (compatibles) liront ce flux RSS et pourront, selon leurs options locales, publier ou pas les infos que je publie.

    Du coup chacun a son blog, hébergé ou bon lui semble (chez lui, sur skyblog ou googleblog si ça lui chante), et le reseau est totalement décentralisé !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.