Journal Le monde selon le BSA

Posté par .
Tags : aucun
21
1
sept.
2009
En introduction [http://www.bsa.org/country.aspx?sc_lang=fr-FR]

Le fait de copier ou de redistribuer tout logiciel protégé par des droits d'auteur constitue un acte de piratage, que ce soit en le copiant, téléchargeant, partageant, vendant, ou en installant plusieurs copies sur des ordinateurs personnels ou de travail.


Mis à part cette étroitesse d'esprit choquante pour les libristes, le communiqué de presse qui m'a mené sur leur site démontre d'une certaine filiation avec la loi hadopi. Ils reprennent juste l'ensemble des propositions actuelles pour leur propre cause.
[http://www.bsa.org/country/News%20and%20Events/News%20Archiv(...)]

Le plus intéressant dans ce communiqué, est la phrase:
Last year our industry lost over $50 billion (USD) worldwide, including to Internet piracy

Le "including to" (~~incluant) d'après moi n'a pas de signigication, et après vérification auprès de natifs est bien une erreur, révèle que la phrase initiale était probablement "Due to" (causé par) et que le "to" fautif est resté suite à une substitution de terme sans vérification.

Ce souci de précision de l'auteur montre donc que les pertes dans son industrie (ses membres!) ne sont pas en fait dues au piratage mais aussi à autre chose. Si ce n'est pas du piratage c'est quoi alors ? Incluraient-ils le passage au libre ou chez un éditeur libre dans leurs pertes ?

En fait c'est encore plus intéressant quand on creuse:
[http://global.bsa.org/globalpiracy2008/studies/globalpiracy2(...)]
Les chiffres donnés sont au niveau mondial... l'impact réel en europe n'est estimé qu'à de 13Mds$... mais autant donner les chiffres des pays émergeants dans le lot, pour "gonfler la note" et imposer une loi sur qq pays. Si on regarde par pays, on n'est plus qu'à 2Mds$ pour la France... Eh oui, encore un paquet à 13Mds$ qui englobait en fait la turquie, pays slaves, etc ...

Une technique de manipulation de chiffres est commune a tous les "supporters hadopi", a savoir: annoncer des pertes sans jamais en détailler les chiffres.

De manière analogue, il est donc très facile d'écrire "En incluant le véhicule polluant de mon voisin, la France contribue à l'effet de serre en rejettant annuellement plus de 500M de tonnes de CO2. Ce fléau automobile est à combattre impérativement..."
Jouer sur les chiffres et les mots est tout un art :/


Quant aux formules calculant les pertes et les pertes sont estimées comme avec le P2P, soit la valeur du contenu déployé (basée sur des matrices de prix 'secrètes'), et non le volume de produits piratés qui aurait légitimement été acquis dans un cas normal.
Les valeurs de certains pays sont estimées par des pays de proximité, ... et la répartition des logiciels sur les millions de PC dans le monde (!) est calculée sur un panel de 5000 personnes (!)

Bref, avec une telle transparence, la remise en cause de ces chiffres est loin d'être terminée. Alors nous imposée une loi fondée sur des approximations hasardeuses...

Note concernant les "remèdes" du même rapport:
"Vendor agreements with original equipment manufacturer (OEM): Agreements to preload software onto hardware systems before they are shipped are also paying off. As the number of non-branded (“white box”) vendors continues to fall, more of these
agreements will take place."

Tiens donc ? On nous disait pourtant que la vente liée n'était pas due a des accords avec les editeurs ! Ici on vous dit le contraire, et que ça va empirer :/
  • # "(...) constitue un acte de piratage"

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le fait de copier ou de redistribuer tout logiciel protégé par des droits d'auteur constitue un acte de piratage, que ce soit en le copiant, téléchargeant, partageant, vendant, ou en installant plusieurs copies sur des ordinateurs personnels ou de travail.

    Tiens, tiens, il n'y aurait pas un moyen de faire un procès pour perte de marché ou calomnie vu qu'aujourd'hui je distribue mon logiciel en autorisant tout ce qu'ils disent être interdit? Ca pourrait potentiellement me porter préjudice et c'est sanctionable non?

    Je ne suis prêt aujourd'hui à passer du temps dans les procédures et les frais d'avocat, mais si un groupe se sent motivé d'attaquer, je peux très bien servir de prête nom! (vu que parfois, c'est trouver un auteur motivé qui est difficile, cf gpl violations, si ça peut servir...)
  • # je ne sais pas ce qui est le plus gênant...

    Posté par . Évalué à 7.

    Qu'ils considèrent que le logiciel libre n'est pas soumis au droit d'auteur ( et donc qu'ils peuvent y prendre tout ce qu'ils veulent)
    Ou qu'ils cherchent à nous refourguer leur *biiiip* à chaque achat de machine...

    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # sed

    Posté par . Évalué à 4.

    Désolé pour les coquilles et autres virgules hasardeuses :/

    s/Les chiffres donnés sont/Les chiffres donnés le sont/
    s/le lot, pour /le lot pour /
    s/a savoir/à savoir/
    s/les pertes et les pertes/les pertes, les pertes/
    s/nous imposée une loi/nous imposer une loi/
    • [^] # Re: sed

      Posté par . Évalué à 3.

      pour une fois que c'est l'auteur qui sort les erreurs, et pas un long flameware sur otan/autant/au temps/...
      Et voila qu'il se fait moinsser.

      (bon certe il aurait peut etre pu le voir à la nieme relecture dans un monde parfait, mais la loi de murphy étant ce qu'elle est).
  • # Écrire

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Bon, vous savez ce qui vous reste à faire. À vos logiciels de messagerie, l'adresse est disponible depuis la page d'accueil, avec le lien « Contacter BSA ». Effectivement, leur encart sur la contrefaçon comporte de graves erreurs.
    • [^] # Re: Écrire

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Pour quoi faire ?
      Le but n'est pas d'aider ces gens à avoir une propagande inattaquable.
      • [^] # Re: Écrire

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ici, il attaquent frontalement le libre en laissant passer qu'aucun logiciel ne peut être copié librement.
        Alors que si leur propagande est inattaquable, ils parleront que des logiciels qui n'autorisent pas, et toi tu passera derrière en disant "écoutez la BSA, ne copiez pas les logiciels qui n'autorisent pas la copie... Et prenez en un qui autorise la copie".

        Oh que si c'est utile... Sous peine de te voir répondre "Mais la BSA m'a dit que j'avais pas le droit de copier aucun logiciel, ton logiciel libre me pose le même problème donc puisque tu dis des bêtises vu que je fais plus confiance à la BSA qu'à toi".
        • [^] # Re: Écrire

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ils attaquent surtout frontalement tout le logiciel en laissant passer qu'aucun logiciel ne peut être copié tout court.
  • # Petite exagération

    Posté par . Évalué à 2.

    Je pense que tu t'es un peu emballé sur le "quoi d'autre que le piratage par Internet" ?
    Je dirais plutôt que c'est lié par exemple aux multiples installations d'un logiciel dont on ne dispose que d'une licence, par exemple. Il ne faut pas voir le diable partout.

    Par contre, pour le reste, complètement d'accord, et surtout sur la première phrase d'introduction, que je trouve choquante.
    • [^] # Re: Petite exagération

      Posté par . Évalué à 2.


      Je dirais plutôt que c'est lié par exemple aux multiples installations d'un logiciel dont on ne dispose que d'une licence, par exemple

      Selon leur mode de calcul, ça rentre aussi dans la catégorie piratage.
      D'où ma question... j'ai du mal à voir ce qui est de la perte et non dû au piratage.
      • [^] # Re: Petite exagération

        Posté par . Évalué à 3.

        Nan mais moi je fais la différence entre "piracy" et "_Internet_ piracy", c'est peut-être ça que tu n'as pas vu.
  • # Pareil pour la version anglaise

    Posté par . Évalué à 2.

    Software piracy is the unauthorised copying or distribution of copyrighted software.

    meme si on peut considerer que le logiciel libre est sous une license "copyleft". Par ailleurs, leur moteur de recherche ne retourne rien avec "logiciel libre" ou "GPL" :)
    • [^] # Re: Pareil pour la version anglaise

      Posté par . Évalué à 2.

      Je me reponds a moi meme: en fait la version anglaise est bien meilleure car elle stipule bien "unauthorised", or dans le cas du logiciel libre, elle l'est, "authorised". Mea culpa !
      • [^] # Re: Pareil pour la version anglaise

        Posté par . Évalué à 4.

        Ha effectivement, ce serait une (grosse) erreur de traduction. La version anglaise est correcte.

        La version canadienne est également fausse (même si différente), par contre la belge est correcte !
        http://www.bsa.org/country.aspx?sc_lang=fr-BE
        Le piratage de logiciels consiste à copier ou à distribuer de façon non autorisée des logiciels protégés par des droits d'auteur.
  • # Y'en a plein des conneries \o/

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Si vous ou votre compagnie sont surpris à copier des logiciels, à titre onéreux ou gratuit, vous serez poursuivis en justice à titre civil et criminel.

    cf http://www.bsa.org/country/Anti-Piracy/What-is-Software-Pira(...)

    Criminel, rien que ça ! Comme le meurtre, l'assassinat, et le viol.
    • [^] # Re: Y'en a plein des conneries \o/

      Posté par . Évalué à 4.

      mais on t'avait dis que hadopi itou c'est pour lutter contre les pédo nazis.
      Si tu "pirate" (dieu que j'aime pas ce mot qui veut absolument pas dire ça) c'est donc que tu es un pedo nazis.
      non c'est pas ca ? J'ai faux ? :P
  • # Mouais bof.

    Posté par . Évalué à 4.

    Mis à part l'erreur (volontaire ou non) qui consiste à assimiler "droit d'auteur" et "interdiction de copier", le reste on s'en cogne un peu.
    Ils ne veulent pas qu'on copie leur merde? Ça tombe bien, on (moi, en tout cas) n'y touche pas.

    Autrement dit, je ne vois pas pourquoi tu leur reproches de gonfler les chiffres des pertes dues aux copies illégales. Tu fais des copies illégales? Ça te préoccupe de savoir que madame Michu qui pourrit son PC avec WIndows XP illégal au lieu de le pourrir Windows Vista illégal fait perdre 1€, 10€, 100€ ou 200 milliards? Moi ça m'en touche une (distro) sans faire bouger l'autre.

    Ils pourraient bien annoncer ce qu'ils veulent comme chiffres et traiter de pédonazis criminels les gens qui copient Photoshop, j'en ai rien à cogner: sapusaypalibre, donc je ne suis pas concerné. Chacun sa merde. Quand les gens en auront marre de se faire traiter de "criminels" parce qu'ils copient des oeuvres et des logiciels privateurs, le libre leur ouvrira les bras, et pis voilà.

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Mouais bof.

      Posté par . Évalué à 8.

      Quand on te fera passer une loi big brother pour ces raisons, et que par la suite on te fasse aussi probablement payer une taxe de contribution (loppsi) [http://www.odebi.org/content/apr%C3%A8s-hadopi-voici-lopsi2-(...)] pour les mêmes motifs que la sacem, tu t'en foutras moins.
      • [^] # Re: Mouais bof.

        Posté par . Évalué à 7.

        Oui mais non.

        Le problème avec ce raisonnement, c'est qu'implicitement tu acceptes le fait que, si les copies illégales sont un réel problème, il est alors nécessaire de passer par des lois liberticides pour le résoudre.

        Et tout le "débat" (ou plutôt dialogue de sourds..) autour de Hadopi, Loppsi et autres s'articule hélas autour de ce supposé choix à faire: soit faire respecter les libertés, soit faire respecter les droits d'auteur.

        Du coup, les anti-Hadopi et anti-autres lois de merde font totalement le jeu des lobbyes et du gouvernement, en entrant dans la "bataille de chiffres" afin de tenter de démontrer que la contrefaçon "c'est pas si grave".

        On s'en fout que ce soit grave ou pas de faire du tipiakage, notre problème n'est pas là! Le problème se situe au niveau du respect des libertés et des choix individuels. Aussi bien la liberté des artistes vendus à Universal ou des développeurs vendus à Microsoft ou Adobe, que la liberté des internautes, des utilisateurs de PC et de tous les citoyens en général.

        En sautant tout de suite sur les chiffres du BSA pour tenter d'en faire apparaitre l'exagération, et ce afin de lutter contre des lois liberticides, on joue totalement "leur" jeu: c'est à dire qu'on déplace la question du respect de nos libertés vers la question de savoir si leurs libertés sont respectées ou pas.
        On essaie, comme si nos vies en dépendaient, de démontrer que Adobe et Vivendi ne perdent pas de sous à cause du téléchargement illégal, comme si le fait qu'ils en perdent impliquait inéluctablement la nécessité de nous priver de nos libertés.

        Pire encore, en assimilant "défense de nos libertés" et "minimisation de leurs pertes", c'est nous, amis de la liberté, qui nous plaçons nous mêmes dans le "camp" des gens qui ne respectent pas la liberté et les droits des multinationales.

        Si je dis "Télécharger illégalement Photoshop c'est pas grave donc ne me coupez pas Internet et ne me taxez pas" j'indique implicitement que je télécharge illégalement Photoshop et que je veux échapper à la sanction.
        C'est pour cela que je préfère de loin le discours "Nan je ne télécharge pas vos trucs, si j'en ai besoin je les achète, donc merci de ne pas me taxer, me surveiller, me filtrer et me couper Internet": ça a le mérite d'être à la fois plus clair, plus respectueux et moins attaquable.

        j'irais même plus loin dans le raisonnement: même si le BSA, la SACEM et compagnie ont tendance à "gonfler" les chiffres, ils ont besoin d'une "base" à gonfler. Je veux dire par là que même en exagérant, ils ne parviendraient pas à prétendre perdre des millions si réellement il y avait très peu de monde qui copiait illégalement.

        Plus explicitement, ça me fait vraiment chier qu'on prenne prétexte des millions de kikoolols qui téléchargent Terminator 4 ou Photoshop je-sais-plus-combien, pour moi venir m'emmerder et me couper l'accès qui me permet de télécharger "Sita Sings The Blues" ou mettre à jour ma Debian.

        Je veux dire par là qu'une part de la responsabilité de ces lois de merde en incombe aux gens qui s'en foutent, et du respect des licences, et que la merde à laquelle ils donnent un prétexte va leur tomber dessus, mais va aussi me tomber dessus.

        En poussant le raisonnement jusqu'au bout, je me demande si le meilleur moyen, pour l'ensemble des "gus dans un garage" qui sont opposés à ces lois de merde, et qui sont respectueux des licences, ne serait pas de dénoncer toutes les contrefaçons dont ils sont témoins.

        Je dénonce l'assembleur du village qui "offre" un XP piraté => la contrefaçon de logiciels recule => le BSA a moins de chiffres à gonfler => la pression du BSA sur les législateurs diminue => on me fout la paix.
        Je dénonce madame Michu qui télécharge Lylloo => la contrefaçon de ""musique"" recule => la SACEM a moins de chiffres à gonfler => la pression de la SACEM sur les législateurs diminue => on me fout la paix.

        Je sais que c'est assez moche de voir les choses ainsi, mais quand t'as croisé des dizaines de regards bovins chaque fois que tu expliques que les logiciels "piratés" c'est mal, que le libre c'est mieux, qu'on te répond "ben c'est gratuit pareil je vois pas la différence", t'as juste envie de renvoyer les bovins à la merde qu'ils contribuent à favoriser si ça te permet d'y échapper.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Mouais bof.

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Ben, même si la pression de la SACEM diminue, et qu'on nous fout la paix, il reste quand même un problème : la SACEM elle-même. Cette organisation est une insulte au droit d'auteur, avec des trucs comme l'obligation (parfaitement illégale) de céder toute sa production passée, présente et future.
          • [^] # Re: Mouais bof.

            Posté par . Évalué à 3.

            La SACEM n'a rien d'obligatoire.

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Mouais bof.

              Posté par . Évalué à 3.

              Non en effet, mais si tu veux diffuser de la musique, dans une soirée ou autre, c'est super galère de s'en passer :
              * pas de reprise
              * pas de parodie
              * pas de truc que certains pourraient pense que ça ressemble à...
              * pas d'élément de leur répertoire...

              http://www.lhotellerie-restauration.fr/lhotellerie/Articles/(...)

              alors oui l'article date un peu (10 ans), mais je ne crois pas que le système ait tellement changé depuis...

              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

              • [^] # Re: Mouais bof.

                Posté par . Évalué à 1.

                Ben d'un autre cote, sans la sacem, faudrait que tu contactes chaque artiste individuellement pour lui demander l'autorisation de diffuser/reprendre/parodier sa musique, donc l'un dans l'autre, je prefere encore la sacem.

                Autant la gestion de la sacem est plus que questionnable, son systeme de reversement des redevances peut etre discute, certains petits artistes ne comprennent pas les implications d'adherer a la sacem etc., autant sur le fond, le principe quoi, j'ai du mal a voir ce qu'on peut critiquer.
                • [^] # Re: Mouais bof.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Sur le principe, rien. Dans l'application, le fait qu'elle pose des restrictions parfaitement illégales (qu'un artiste donne par avance ses créations à venir) sans être inquiétée le moins du monde. Et puis son monopole, aussi.
                  • [^] # Re: Mouais bof.

                    Posté par . Évalué à 1.

                    en quoi c'est illegal?
                    C'est grosso modo ce que font toutes les maisons de disques en signant un artiste pour plusieurs albums.

                    Si ca l'etait reellement, je pense que ca aurait ete demonte depuis longtemps, vu le fric en jeu...

                    T'as des sources sur l'illegalite de la chose?
                    • [^] # Re: Mouais bof.

                      Posté par . Évalué à 2.

                      DE tête c'est illégal, mais il y a une exception dans la loi pour la sacem (et les société d'auteur).
                      • [^] # Re: Mouais bof.

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Là, je demande à voir. Il y a bien des dispositions spécifiques pour certains types d'exploitation, mais je n'ai rien vu sur la session d'œuvres futures. Il me semble que ça relève plutôt d'une tolérance parfaitement incompréhensible.

                        Bref, pour moi il serait temps que l'exécutif mette en grande claque à la SACEM en cassant ces clauses ahurissantes et en affirmant de façon univoque que les chanteurs ne sont pas, et ne peuvent pas être vendus la SACEM. Seulement loués.
                        • [^] # Re: Mouais bof.

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Ceci dit, s'ils ont envie de se vendre, c'est leur merde. Bon débarras.

                          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                          • [^] # Re: Mouais bof.

                            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                            Et s'ils n'ont pas le choix de faire autrement ?
                            • [^] # Re: Mouais bof.

                              Posté par . Évalué à 3.

                              Ah, la SACEM c'est obligatoire?

                              Tu sifflotes un air dans la rue, et s'il n'existe pas déjà, le monsieur de la SACEM vient t'arracher les ongles un par un jusqu'à ce que tu signes? je ferai gaffe alors.

                              THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                              • [^] # Re: Mouais bof.

                                Posté par . Évalué à 2.

                                pour les auteurs/compositeur c'est difficile de s'y passer.

                                Et les inspecteurs de la sacem viennent réclamer leur dus (illégalement) lors de fêtes/... même si tu diffuse de la musique illégalement.
                                • [^] # Re: Mouais bof.

                                  Posté par . Évalué à 4.

                                  pour les auteurs/compositeur c'est difficile de s'y passer.
                                  C'est leur problème, pas le mien. Une des raisons pour lesquelles il est difficile de se passer de la SACEM est justement le fait que la plupart des artistes signent à la SACEM.
                                  Résultat, quand une radio veut de la musique, elle sait qu'il y aura à peu près tout ce qu'elle veut dans le répertoire de la SACEM.
                                  Les auteurs/compositeurs sont donc sous la pression d'un monopôle qu'ils contribuent à entretenir, ce qui ne constitue pas une excuse valable.
                                  La SACEM est quasiment incontournable tout comme Microsoft l'a été il y a quelques années.
                                  Dans le monde du logiciel des gens se sont bougé le cul pour dire "Non merci j'en veux pas de ta daube, je préfère être libre quitte à ce que ce soit plus compliqué pour moi et pour l'instant."
                                  Apparemment les artistes sont plus feignasses que les libristes.

                                  Le libriste qui a le choix entre "Windows préinstallé, tous les pilotes sont là, tu pourras lire 100% des fichiers qu'on t'envoie" et "Installe toi-même ta distro préférée et prépare toi à galérer pour échanger avec le monde extérieur" tend toujours à prendre la deuxième solution.
                                  D'une part parce qu'il sait que ce "coûteau sous la gorge" qu'on essaie de lui placer est justement du au fait que beaucoup de monde fait le premier choix, et que le deuxième choix facilitera la "libération" de ceux qui passeront après lui.
                                  D'autre part parce qu'il a des principes.

                                  Curieusement, dans le milieu musical, un tel mouvement semble quasiment inexistant. Qu'il s'agisse des choix des artistes, ou des choix des auditeurs, la mentalité reste aux oeuvres propriétaires, sous la coupe du monopôle privé "SACEM" en France.
                                  Et tout comme pour le logiciel, quand les adeptes du monopôle n'ont pas les moyens de suivre le mouvement, ils ont recours à la contrefaçon plutôt que de goûter au libre, parce que "c'est pas pareil".

                                  Signer à la SACEM en expliquant que "c'est difficile de faire autrement mais j'aimerais bien" c'est du même niveau qu'acheter Windows en expliquant "j'aimerais bien essayer ton truc libre mais c'est difficile" alors que la difficulté vient justement de la position de monopôle de ceux qui sont choisis par la majorité (j'entends par là que la difficulté n'est pas inhérente au choix libre, dans la mesure où débarrassé du monopôle il serait aussi voire plus accueillant que l'actuel monopôle).

                                  Télécharger illégalement la musique de la SACEM en expliquant que "la musique libre c'est bien gentil mais ça ne vaut pas ce que la radio me passe" c'est du même niveau que préférer un XP cracké plutôt qu'une distro GNU/Linux en expliquant "ton truc libre c'est bien gentil mais je veux pas changer mes habitudes".

                                  j'espère m'être fait comprendre. :/

                                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                                  • [^] # Re: Mouais bof.

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                    La SACEM est quasiment incontournable tout comme Microsoft l'a été il y a quelques années.

                                    Et l'est toujours. Le jour ou tu vois le choix à la FNAC et chez Carrouf, appelle-moi.

                                    Le libriste qui a le choix entre "Windows préinstallé, tous les pilotes sont là, tu pourras lire 100% des fichiers qu'on t'envoie" et "Installe toi-même ta distro préférée et prépare toi à galérer pour échanger avec le monde extérieur" tend toujours à prendre la deuxième solution.

                                    De quel choix parles-tu ? Depuis quand a-t-on un quelconque choix ? La seule chose qu'on ait le droit de faire, c'est d'acheter une licence Windows comme tout le monde et de la fermer.
                                    • [^] # Re: Mouais bof.

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      Le libre est plus facile à choisir dans le domaine de la musique que celui de l'OS.

                                      Si tu veux un PC sans OS ou avec un OS libre ça va être compliqué.

                                      Alors que des baladeurs USB sans musique dessus ça peut se trouver. Et il est plus facile de télécharger de la musique libre que d'installer un OS libre.

                                      Au fait, rien à voir, mais tu sais pas où je pourrais trouver un torrent de "Sita Sings The Blues" avec des codecs libres (Dirac ou Theora, et Vorbis ou FLAC pour le son), en bonne qualité? Et avec au moins <b>un</b> seeder au bout, si possible.

                                      Parce que bizarrement, ça a l'air plus difficile à trouver que plein de films propriétaires avec des codecs propriétaires avec plein de seeders au bout.

                                      Les gens sont cons.

                                      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                                    • [^] # Re: Mouais bof.

                                      Posté par . Évalué à 0.

                                      Et l'est toujours. Le jour ou tu vois le choix à la FNAC et chez Carrouf, appelle-moi.

                                      disons que t'as aussi le choix de ne pas acheter un PC dans un supermarché

                                      De quel choix parles-tu ? Depuis quand a-t-on un quelconque choix ? La seule chose qu'on ait le droit de faire, c'est d'acheter une licence Windows comme tout le monde et de la fermer.

                                      sors de ce putain de supermarché ! :o)
                                      • [^] # Re: Mouais bof.

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                        Je veux un portable ThinkPad parce qu'ils sont solides, par exemple. Ou un fixe de chez Darty parce qu'ils ont une bonne garantie.

                                        Désolé, mais le choix, on ne l'a pas. Et on doit l'avoir.
                                        • [^] # Re: Mouais bof.

                                          Posté par . Évalué à 0.

                                          je suis d'accord avec le fait que la taxe microsoft est une saloperie mais là c'est toi qui ne te donne pas le choix. Personne ne t'oblige a acheter un thinkpad ou d'acheter chez darty. Si tu fais des choix qui ne te convienne pas tant pis pour toi
                                          • [^] # Re: Mouais bof.

                                            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                            Non, je choisis d'acheter un ThinkPad. Pas la licence d'un logiciel, qui est un service qui n'a rien à voir, et que j'ai le droit de ne pas acheter en même temps.

                                            Imagine que l'opérateur téléphonique soit lié à la ville. Personne ne t'oblige à habiter à Paris, donc tu n'es pas obligé d'être chez France Télécom ? Ah, tu ne veux pas payer d'abonnement pour une ligne téléphonique fixe ? Mais c'est impossible, à Paris ça va avec les appartements. Mais tu as le choix, tu peux habiter à Lyon sinon. Ah, non, à Lyon aussi c'est France Télécom, ça va avec. À Marseille ? Pareil. À Toulouse peut-être ? Ah non, c'est pareil dans toutes les grandes villes. Forcément, si tu veux habiter dans une grande ville, c'est toi qui ne te donnes pas le choix. Personne ne t'oblige à habiter en ville, tu peux t'installer dans le Larzac pour élever des chèvres, si tu veux te contenter de ton téléphone portable ou d'une ligne chez SFR.
                                        • [^] # Re: Mouais bof.

                                          Posté par . Évalué à 2.

                                          SACEM ou pas, les artistes ont le choix.

                                          Par contre, une fois qu'ils ont signé, en tant qu'auditeur tu n'as plus le choix: si tu veux écouter leur musique tu es obligé de te plier aux conditions décidées, et par la SACEM, et par leur maison de disque.

                                          Signer à la SACEM, pour un artiste, c'est comme se faire embaucher par Microsoft pour un développeur.

                                          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                    • [^] # Re: Mouais bof.

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      Code de la propriété intellectuelle, article L131-1 :
                      La cession globale des oeuvres futures est nulle.

                      Ok, ce n'est pas illégal de demander à un auteur de céder les droits patrimoniaux de ses œuvres futures, c'est simplement que son approbation à une telle clause n'a aucune valeur, et qu'il n'est donc pas tenu de la respecter.

                      http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGI(...)
                      • [^] # Re: Mouais bof.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        heuuuu.
                        Je note une "globale" dans l'article que tu cites.
                        Je suis pas expert, donc dur d'etre categorique sans savoir ce que ce "globale" implique, mais je doute que l'inscription a la sacem se fasse via une cession globale de ses droits.

                        Ou alors ya qq chose que j'ai rate.
                      • [^] # Re: Mouais bof.

                        Posté par . Évalué à 2.

                        bon j'ai trouvé l'article qui dis que la sacem à le droit :
                        Article L132-18
                        Créé par Loi 92-597 1992-07-01 annexe JORF 3 juillet 1992

                        Le contrat de représentation est celui par lequel l'auteur d'une oeuvre de l'esprit et ses ayants droit autorisent une personne physique ou morale à représenter ladite oeuvre à des conditions qu'ils déterminent. Est dit contrat général de représentation le contrat par lequel un organisme professionnel d'auteurs confère à un entrepreneur de spectacles la faculté de représenter, pendant la durée du contrat,<u< les oeuvres actuelles ou futures, constituant le répertoire dudit organisme aux conditions déterminées par l'auteur ou ses ayants droit.

                        Dans le cas prévu à l'alinéa précédent, il peut être dérogé aux dispositions de l'article L. 131-1.
                        • [^] # Re: Mouais bof.

                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                          Bon, et bien merci, tu as trouvé l'article de loi qu'il faudrait faire sauter. Qu'une entreprise, qui plus est pourrie jusqu'à la moelle, puisse demander à un artiste de lui vendre son âme, ne devrait pas être possible.
                          • [^] # Re: Mouais bof.

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Ben pourquoi pas? Ça n'a pas l'air de les déranger, les "artistes".

                            Et ça n'a pas non plus l'air de déranger les gens qui les téléchargent.

                            C'est dingue cette façon de considérer, et les internautes, et les artistes, comme des moutons décérébrés.

                            On fout un contrat sous les yeux de l'artiste, c'est marqué dedans qu'il donne tous ses droits à la SACEM, et il le signe quand même. C'est un vendu.

                            T'entends une chanson à la radio, tu veux l'album complet, l'artiste est à la SACEM, c'est de la musique de vendu. Tu veux de la musique de vendu? Ben tu vas sur la boutique en ligne acheter un WMA DRMisé à 1€ le titre, ou tu achètes l'album à 25€. T'as choisi d'écouter cet artiste, il a choisi d'être distribué ainsi. Le choix de l'artiste fait partie de son oeuvre, du monde dans lequel il vit et fait sa musique. Il aurait pu faire un autre choix, il ne l'a pas fait.

                            Tu trouves que les textes des artistes sont en général totalement en décalage par rapport au choix qu'ils font d'être distribués en DRM ou hors de prix, par rapport au choix qu'ils font de faire risquer la prison à ceux qui les téléchargent? Tu trouves que c'est des faux-cul? Ben pourquoi tu veux écouter du baratin hypocrite, alors?

                            Faudrait un jour se sortir la tête du sable et regarder les choses en face: quand on télécharge la musique qui appartient aux gens de la SACEM, alors qu'on sait que la SACEM est bien décidée à faire "tomber des têtes", on assume ses choix.

                            Quand on est un "artiste" et qu'on décide d'être un vendu, on assume ses choix aussi.

                            Personnellement j'ai arrêté de téléchargé la musique de la SACEM, car je n'aime pas la SACEM.

                            Maintenant, si on aime la SACEM, si on trouve que la SACEM c'est bien, et qu'on télécharge illégalement la musique de la SACEM, on est doublement con:
                            - d'une part parce que quand on aime la SACEM, on pourrait faire preuve de respect et se plier aux règles selon la SACEM a décidé de distribuer sa musique,
                            - d'autre part parce qu'on prend un gros risque.

                            Pour en revenir à Jammie Thomas, si elle a décidé de télécharger de la musique qui appartient à des gens prêts à l'endetter sur trente générations, qu'elle assume ce choix.

                            C'est si compliqué à comprendre?

                            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                            • [^] # Re: Mouais bof.

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              Et si les artistes avaient autant le choix que nous de ne pas acheter de licence Windows ? Parce qu'on est nombreux, à être clients de Microsoft alors qu'on n'a absolument pas besoin de leurs services et qu'on n'a aucune envie de les aider par pure générosité.
                              • [^] # Re: Mouais bof.

                                Posté par . Évalué à 2.

                                Ça fait un moment que je n'ai pas acheté de licence Windows.

                                Et le jour où j'acheterai un laptop, je passe par http://racketiciel.info et je te promets que je me ferai rembourser le Windows jusqu'au dernier centime.

                                Après on peut poser son cul par terre et se lamenter, aussi, mais c'est moins efficace.

                                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                                • [^] # Re: Mouais bof.

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                  Je ne me lamente pas, je lamente le marché en général, si je puis dire. Des ordinateurs, je n'en achète que quand les miens tombent en panne, donc ma prochaine occasion d'essayer la détaxe, ce sera dans quelque chose comme 5 ans, je pense.
                              • [^] # Re: Mouais bof.

                                Posté par . Évalué à 2.

                                (deux posts, désolé).

                                Les artistes ont encore plus le choix, vu qu'ils sont du côté "production" et pas "consommation".

                                Dans la musique on est, désolé de le dire, bien plus libre de choisir que concernant les logiciels.

                                Il n'y a pas de vente liée dans le domaine de la musique, pas de bataille juridique à mener. Choisir la musique de la SACEM c'est volontaire, on n'essaie pas de te la fourguer quand tu achètes un baladeur. Et choisir de signer à la SACEM est tout autant un choix volontaire.

                                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

              • [^] # Re: Mouais bof.

                Posté par . Évalué à 4.

                "La SACEM c'est pas obligatoire."
                Non en effet, mais si tu veux diffuser de la musique, dans une soirée ou autre, c'est super galère de s'en passer :
                * pas de reprise
                * pas de parodie
                * pas de truc que certains pourraient pense que ça ressemble à...
                * pas d'élément de leur répertoire...


                "Windows c'est pas obligatoire."
                Non en effet, mais si tu veux utiliser un PC, au boulot ou à la maison, c'est super galère de s'en passer:
                * pas possible de lire des fichiers sous DRM Microsoft
                * pas de pilotes pour certains matériels
                * pas de support constructeur
                * pas de lancement de .exe à part Wine que certains pourraient penser qu'il fonctionne comme...
                * aucun logiciel Microsoft...


                Hé les artistes, barrez-vous de la SACEM, merde!

                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Mouais bof.

          Posté par . Évalué à 1.

          on joue totalement "leur" jeu: c'est à dire qu'on déplace la question du respect de nos libertés vers la question de savoir si leurs libertés sont respectées ou pas.
          C'est pas jouer "leur jeux", c'est jouer le jeux de la société.
          En société tu n'es pas seul, et comme dis le proverbe "la libertée des un s'arrête où s'arrête celle des autres".

          Au départ c'était ma liberté de rouler n'importer où (sur la voie publique) n'importe comment.
          Ca a entrainait une ablation de liberté d'autres personnes (liberté de vivre, ...) et donc depuis, il y a des règles pour rouler sur la voie publique.

          vouloir jouer à l'autruche en disant "non mais on a le droit c'tout" c'est au contraire faire leur jeux : "vous pouvez dire tout ce qu'on veut, moi je ferais ce que je veux nananère".



          Pire encore, en assimilant "défense de nos libertés" et "minimisation de leurs pertes", c'est nous, amis de la liberté, qui nous plaçons nous mêmes dans le "camp" des gens qui ne respectent pas la liberté et les droits des multinationales.
          Quelqu'un a fait cet assimilation ?
          La minimisation de leur perte sert à démonter l'argument principal comme quoi ils perdent de l'argent à cause du "tipiak", pas ca vaut nos libertés.
          Et par conséquent vouloir retirer des libertés est d'autant plus ILLEGITIMES.


          C'est pour cela que je préfère de loin le discours "Nan je ne télécharge pas vos trucs, si j'en ai besoin je les achète, donc merci de ne pas me taxer, me surveiller, me filtrer et me couper Internet": ça a le mérite d'être à la fois plus clair, plus respectueux et moins attaquable.
          C'est ce qui a été fait depuis le début. Gain ? Dadvsi, taxe sur la copie privée importante, ...




          Si je dis "Télécharger illégalement Photoshop c'est pas grave donc ne me coupez pas Internet et ne me taxez pas" j'indique implicitement que je télécharge illégalement Photoshop et que je veux échapper à la sanction.
          Si je dis "juste posséder une arme c'est pas grave" c'est que j'indique implicitement que je posséde une arme ?
          Ben je le dis, et pourtant je possède pas d'armes.
          Bref du grand n'importe quoi. (idéologie, toussa).
          Voltaire disais "je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, et pourtant je mourrais pour que vous puissiez le dire", mais je présume que ceci t'es inconnu.


          j'irais même plus loin dans le raisonnement: même si le BSA, la SACEM et compagnie ont tendance à "gonfler" les chiffres, ils ont besoin d'une "base" à gonfler. Je veux dire par là que même en exagérant, ils ne parviendraient pas à prétendre perdre des millions si réellement il y avait très peu de monde qui copiait illégalement.
          Vraiment ?
          Regarde l'affaire Jammie Thomas.
          On en reparle après ?


          En poussant le raisonnement jusqu'au bout, je me demande si le meilleur moyen, pour l'ensemble des "gus dans un garage" qui sont opposés à ces lois de merde, et qui sont respectueux des licences, ne serait pas de dénoncer toutes les contrefaçons dont ils sont témoins.
          La dénonciation on a déjà vu ce que ça a fait...

          Je dénonce l'assembleur du village qui "offre" un XP piraté => la contrefaçon de logiciels recule la contrefaçon prouvé augmente => le BSA a moins d'autres de chiffres à gonfler => la pression du BSA sur les législateurs diminue augmente, avec des affaires aux pénales plus importantes => on me fout la paix en prison.
          • [^] # Re: Mouais bof.

            Posté par . Évalué à 1.

            Regarde l'affaire Jammie Thomas.
            On en reparle après ?


            J'ai jeté un oeil. Pour éviter à d'autres des recherches, Jammie Thomas a été condamnée à 220 000$ d'amende pour avoir téléchargé 24 chansons.

            Ce qui m'étonne, c'est que tout le monde trouve horrible de demander une amende de 220 000$ pour un téléchargement de 24 titres, mais que personne ne trouve stupide de télécharger leur musique si le risque est si élevé.

            Si je vois un panneau "interdit de marcher sur la pelouse sous peine de prison à perpétuité" je vais trouver ça dingue, mais ce qui est certain c'est que je n'irai pas marcher sur ladite pelouse.

            Pourquoi les gens s'obstinent à télécharger des oeuvres dont les détenteurs des droits réclament de telles peines?

            Quand on a un minimum de jugeotte et d'amour-propre, on ne télécharge pas des oeuvres, que d'une part il est très risqué de télécharger, et dont d'autre part les propriétaires ont décidé de cracher sur leur public potentiel.

            Ça fait un moment que la question du téléchargement illégal fait du bruit: les artistes ne peuvent ignorer ce débat qui les concerne directement.

            Partant de là, si un artiste décide que télécharger sa musique mérite trois ans de prison, il peut aller se faire f*** en se qui me concerne: je ne suis pas tombé si bas que j'aille écouter les vers de quelqu'un qui me crache dessus en prose.

            Mais ça, y'a beaucoup de monde, et même parmi les opposants à Hadopi, qui a du mal à le comprendre. Ils ont décidé de nous cracher à la gueule, de soutenir des lois de merde, de nous escroquer chaque fois qu'on achète un CD vierge ou un disque dur? Mais merde, la moindre des choses quand on a un peu de respect pour soi-même est de ne pas se jeter sur leurs oeuvres comme si elles étaient indispensables à la vie!

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Mouais bof.

              Posté par . Évalué à 2.

              Petite parenthese.

              J'ai pas suivi l'affaire en detail, mais je doute que les $220 000 soient une amende, mais plutot des dommages et interets (faramineux, on est d'accord).

              Le truc avec ton argument de risque trop eleve, c'est que justement le concept du dommage et interet, c'est que c'est le plaignant qui demande un montant et que c'est le juge qui, partant de ce montant, decide du montant de dommage et interet a payer.

              Et que donc, on ne peut pas mettre un panneau "interdit de marcher sur la pelouse sous peine de payer $220 000 de dommages et interet", parce que ca va dependre du proprietaire de la pelouse.
              En clair: le telechargeur n'a aucune idee a l'avance de ce que le telecharge va demande en dommages en interet.
              Et encore moins de ce que le juge va juger raisonnable.

              Dans le cas present, le juge devait probablement etre sous crystal meth (ou peut etre que le jamie thomas a decidement trop joue au con pendant le proces et le juge a estime qu'il l'avait cherche, va savoir, on a generalement plus la version du pauvre particulier que celle des majors dans ces affaires).
            • [^] # Re: Mouais bof.

              Posté par . Évalué à 5.

              y a juste une question de proportionnalité; quand ça devient plus risquer de télécharger un mp3 que de faire des détournement de fonds, abus de biens sociaux, et autre babioles, la loi est perçue comme injuste. Et une loi injuste n'est pas respecté, ou alors par la terreur.

              Tu l'as bien expliqué, d'ailleurs si c'est la prison à vie pour avoir marché sur la pelouse, ce qui empêche de le faire n'est pas le bons sens ou une envie de respecter la loi, mais la terreur.

              Maintenant, une fois que j'ai été vu (même par erreur ou involontairement), qu'est ce qui m'empêche d'aller chercher une arbalète à décathlon (ou tout autre armes en vente libre) et aller faire un carton sur les forces de l'ordre venant m'arrêter? (ou sur un nain surexcité) J'ai déjà choppé le max, autant en profiter...

              Pour le reste, une grande partie du problème vient de là; les gens ne comprennent pas pourquoi c'est interdit de télécharger sur la mule, alors que
              * le film/ la série passe gratuitement à la télé
              * le mp3 passe gratuitement sur les radios
              * on paye une taxe (et pas petite) sur nos supports de stockage pour avoir le droit d'enregistrer.
              * On peut enfin regarder les épisodes dans le bon ordre :D
              Et comme la peine est absurde, (200 000€ et 3 ans de prisons), et qu'on est pas (encore) dans un régime de terreur, ce n'est tout simplement pas respecté.

              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

              • [^] # Re: Mouais bof.

                Posté par . Évalué à 1.

                Dans le cas de Jammie Thomas, il faut noter un point important de l'esprit nord-américain, en ce qui concerne les délits et crimes.
                Il me semble que son principal tort, qui lui a valu une amende aussi lourde, n'est pas d'avoir téléchargé de la musique (24 morceaux, rien quoi), mais de ne pas s'être repentie et ne pas avoir dit qu'elle regrettait son acte.
                Un escroc comme Madoff s'est dit désolé d'avoir détourné l'argent qu'on lui avait confié, et on va presque le considérer comme un héros (bon, j'exagère, mais c'est l'esprit).

                Si tu te repens, Dieu va te pardonner, sinon, tu es voué à aller brûler en Enfer.

                C'est complètement débile vu d'Europe, mais c'est toute une logique teintée de moralisation religieuse très très lourde.
                • [^] # Re: Mouais bof.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Pas besoin d'aller chercher de la religion. Si tu te repends, tu n'as pas envie de recommencer, et ça, c'est utile à la société.
                  • [^] # Re: Mouais bof.

                    Posté par . Évalué à 2.

                    y'a un truc chez les humains qui s'apellent l'hypocrisie.
                    • [^] # Re: Mouais bof.

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      En quoi ça s'appliquerait plus à l'utilité civile du repentir qu'à son sens religieux ?
                      • [^] # Re: Mouais bof.

                        Posté par . Évalué à 3.

                        gnéé ???
                        tu dis "si il se repends c'est qu'il a pas envie de recommencer" , et je te répond juste "il peut juste être hypocrite et s'en fout completement de recommencer ou pas".
                        Et là tu me dis "en quoi ca s'appliquerait plus à l'utilité civile qu'a son sens religieux" ?

                        Le sens de la religion je m'en fous un peu beaucoup, juste que croire parce que la personne se repend ben c'est qu'il le pense vraiment et que ca va etre utile a la société, c'est de la naïveté, c'tout
                        • [^] # Re: Mouais bof.

                          Posté par . Évalué à 2.

                          Exactement, c'est pour cela que je parle de Madoff. Je suis persuadé que si il avait l'occasion de recommencer, il n'hésiterait pas une seconde. Voire, il s'arrangerait cette fois-là pour fuir le pays juste avant la découverte du pot-aux-roses.

                          Et c'est parce que la société est fortement imprégnée de religion que ça ne choque pas trop de gens qu'une personne qui refuse les règles soit condamnée aussi lourdement (au civil, certes).
                          Franchement, j'ai du mal à imaginer qu'un juge français accorde le moindre crédit à un défendeur réclamant 200 000 € pour une vingtaine de morceaux partagés.
                        • [^] # Re: Mouais bof.

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          Bon, reprenons l'échange, en gros :
                          Jak : Aux É-U ils atténuent les peines des gens s'ils se repentent, c'est un truc religieux.
                          Moi : Pas besoin d'aller chercher une explication religieuse. Le repentir a un intérêt civil.
                          briaeros007 : Oui mais il y a des hypocrites.
                          Moi : L'hypocrisie s'applique aussi bien au sens religieux que civil. Sous-entendu : même s'il y a des hypocrites, ma réponse tient toujours, pas besoin d'aller chercher une explication religieux.

                          Pour détailler ma pensée : atténuer les peines de quelqu'un qui se repend a du sens, sans aller parler de religion. Et si quelqu'un fait semblant de se repentir, ce ne sera ni bon pour la société (il recommencera peut-être) ni pour lui dans le cas où la religion a raison (comme son repentir n'est pas sincère, il ira brûler en enfer).
                          • [^] # Re: Mouais bof.

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Dans le civil, je ne pense pas que ça aide en cas de récidive aux US, tel que je l'imagine. Ça doit allourdir la peine, si ce n'est pas compté comme parjure ...
                • [^] # Re: Mouais bof.

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Dans le cas de Jammie Thomas, il faut noter un point important de l'esprit nord-américain, en ce qui concerne les délits et crimes.
                  C'était du civil si je ne m'abuse, pas du pénal (dmca complaint toussa).
                  D'ailleurs on remarquera qu'elle n'a pas eu de peine de prison.

                  Il me semble que son principal tort, qui lui a valu une amende aussi lourde, n'est pas d'avoir téléchargé de la musique (24 morceaux, rien quoi), mais de ne pas s'être repentie et ne pas avoir dit qu'elle regrettait son acte.
                  Donc la justice américaine ne juge pas l'acte mais un gros n'importe quoi ?
                  Le jugement ne portait pas sur les 24 morceaux mais sur le fait de ne pas s'être repentie ?
                  (par contre le manque flagrant de preuve : ils n'ont jamais pu prouvé que c'était ELLE et pas un de ces enfants/hack/... ca c'est pas génant).
                  A hard drive containing the copyrighted songs was never presented at the trial. Thomas turned over to the plaintiffs' attorneys a hard drive that contained neither Kazaa nor the infringing files.
                  ...
                  • [^] # Re: Mouais bof.

                    Posté par . Évalué à 1.

                    > Donc la justice américaine ne juge pas l'acte mais un gros n'importe quoi ?

                    Elle a refusé l'accord à l'amiable et est allée jusqu'au procès. Déclarée coupable, le fait qu'elle ait refusé auparavant de plaider coupable lui vaut donc (!) une très lourde amende.
                    Que les preuves ne soient pas concluantes importent peu, c'est qu'une idiote de pauvre. 'faudrait rétablir la peine de mort pour ce genre de parasite.

                    Vivent les États-Unis d'Amérique …
                    • [^] # Re: Mouais bof.

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Elle a refusé l'accord à l'amiable et est allée jusqu'au procès.
                      Pour quelqu'un d'innocent ...

                      Déclarée coupable, le fait qu'elle ait refusé auparavant de plaider coupable lui vaut donc (!) une très lourde amende.
                      Sauf que c'est pas une amende mais des dommages et intérêts.
                      • [^] # Re: Mouais bof.

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Pour quelqu'un d'innocent ...

                        heuuu... J'irais pas jusque la quand meme.
                        Elle a ete presumee innocente, puis jugee coupable.
                        Et personne n'a l'air de s'indigner du verdict sur sa culpabilite, mais plutot sur le montant des dommages et interets.

                        Apres, on peut discuter sur la facon dont les proces ont ete conduit, mais la qualifier d'innoncente, heum, comment dire...
  • # Autre hypothèse de traduction

    Posté par . Évalué à 2.

    Le plus intéressant dans ce communiqué, est la phrase:
    Last year our industry lost over $50 billion (USD) worldwide, including to Internet piracy

    Le "including to" (~~incluant) d'après moi n'a pas de signigication, et après vérification auprès de natifs est bien une erreur, révèle que la phrase initiale était probablement "Due to" (causé par) et que le "to" fautif est resté suite à une substitution de terme sans vérification.


    Je comprends ce "to" comme la continuation du "lost".
    -> lost $50 billion to Internet piracy
    ce que l'on pourrait traduire par
    -> perdu 50 milliards de dollars au profit de la piraterie Internet

    Il y a donc, je pense, une omission qui rend la structure grammaticale bancale. Plus correct aurait été :
    "Last year our industry lost over $50 billion (USD) worldwide to various kinds of thieves, including to Internet piracy"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.