Journal Ras le bol des journaleux

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
6
26
oct.
2010
Oui, c'est un journal qui dénonce ! Et grave en plus !! Et c'est aussi un journal bookmarks !!!

Ras le bol des journalistes qui se contentent de relayer des informations sans une bribe d'analyse. Depuis l'affaire Oracle/Google, on trouve régulièrement des articles sur X viole les brevets de Y, ou d'accords concernant ces mêmes brevets.

Exemple : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/10/26/violat(...)

Pas un mot sur le fait que les brevets logiciels sont fortement contestés là où ils existent.

Pas un mot sur le fait que ces brevets logiciels n'ont rien a voir avec de l'innovation, et que les firmes constituent des portefeuilles de brevets délirants afin d'avoir une arme de dissuasion en cas de procédure.

Pas un mot sur le fait que ces brevets logiciels n'ont aucune reconnaissance en Europe, a part par une officine trouble appelée OEB.

Et évidemment, pour corriger cela au moins dans les commentaires, il faut être "abonné", et débourser. Bravo ! On pourrait presque y voir (en mode parano) une contribution tacite à l'instauration de brevets logiciels en Europe...
  • # le choc

    Posté par . Évalué à 3.

    Y a pas le choc des images
    Par contre y a toujours le poids des mots.

    Crois tu sincèrement qu'ils n"aient pas choisi en toute connaissance de cause le terme de brevets pour désigner ces trucs qui n'ont rien d'innovations réelles, et qui en plus ont le mauvais goût de ne être penser pour partager tout en garantissant un revenu à l'auteur, mais pensé pour assoir certains monopoles ?

    Un commentaire qui dénonce : marre de la niaiserie ! (naaan j'déconne j'adore ça)
  • # pas content

    Posté par . Évalué à 10.

    pas content ! pas content ! pas content !

    (oui, ceci est un commentaire inutile dans un journal qui dénonce sur un site de moules sur un internet encore libre dans un monde de fou dans un système solaire ma foi bien sympathique, en tout cas pour le moment).

    Vous voulez pas la jouer soft ? Je suis pas contraignant... vous voulez la jouer hard ? On va la jouer hard

  • # Il est où le problème ?

    Posté par . Évalué à 4.

    - C'est un article du Monde, pas celui de SVM, ni de GLMF. Les détails informatiques ce n'est pas ce qui donne des orgasmes aux lecteurs.
    - Le commun des mortels, donc 80% des lecteurs du Monde, n'y connait que dalle à ses histoires de brevets logiciels et s'y intéresse probablement très peu.
    - Même un abruti de première saurait, en lisant l'article, que les popups et autres notifications .. ben on peut difficilement appeler ça une innovation, encore moins en tirer un quelconque bénéfice lucratif.
    - L'article est un texte informatif, il n'apporte aucune analyse sur les brevets logiciels ou autres.

    De plus, au moins l'article utilise le terme "violation de brevet" et non "viol" comme certains. Imaginez un peu faire ça avec un brevet, c'est carrément de la chartiouphilie ! en tout cas ça serait vraiment une innovation.


    PS: les brevets logiciels en Europe ? mieux vaut s'y préparer, ça va finir par arriver ...
    • [^] # Re: Il est où le problème ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Le problème est dans l'usage du vocabulaire
      Permettant d'immiscer dans l'esprit des gens que des brevets informatiques ont la même valuer que les brevêts de l'industrie ou du concours lépine. Le problème est, précisement, ce jeu permettant d'attacher un outil de renforcement de monopole à la communément comprise notion de brevêts.

      Ce qu'on attends de la part d'un journal comme Le Monde c'est de la qualité. Cette qualité passe par des explications et un éclairage clair pour tous (ou presque), afin d'éliminer ces mal-entendus, qui peuvent sinon conduire à une catastrophe ici aussi.
      • [^] # Re: Il est où le problème ?

        Posté par . Évalué à 1.

        s/brevets informatique/brevets informatique de ce type là, n'étant que de vagues idées non implémentées voire implémentées par d'autres, sans respect de la notion d'antériorité, des vues de l'esprit transformés en texte, ou "premier arrivé premier servi, si premier à le pognon" et pas du tout "invention à partager, dont l'auteur à une rémunération protégé"
        bref le n'importe quoi du système de brevets américains.
      • [^] # Re: Il est où le problème ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Perso je n'attend plus grand chose du journal Le Monde. Pour moi il y a longtemps que l'esprit critique n'y est plus, la finance et les idées dominantes y ont imposé leurs vues.

        Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

    • [^] # Re: Il est où le problème ?

      Posté par . Évalué à -4.

      Et ce n'est pas forcément une mauvaise chose. Il faudrait cependant que les conditions d'obtention des brevets soient respectées et que les durées soient aménagées.
      • [^] # Re: Il est où le problème ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Il est moinssé mais moi je plussoie:
        Le monde du logiciel ne se limite pas à Linux et les développements ouverts et collaboratifs.

        Il y a un tas d'applications pour lesquelles le développement a coûté une petite fortune, mais l'utilisation du logiciel lui-même est simple, sur un marché limité, et des petites start-up qui aimeraient bien passer sur un mode plus ouvert, sans pour autant se dire qu'elles sabordent toute possibilité d'avoir un revenu.

        Alors oui, les grosses boites pourraient tomber dessus à bras raccourcis avec un panel de brevets. Mais c'est là qu'on précise "conditions d'obtention respectées": réelle innovation, pas un truc banal utilisé par tout le monde et n'importe qui.

        Cela dit, avec la confiance qu'on peut accorder aux institutions concernées, je préfère aussi un monde sans brevet logiciel.
        • [^] # Re: Il est où le problème ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Si un brevet interdit l'utilisation ou la modification dans certaines conditions, le logiciel n'est plus vraiment libre.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Il est où le problème ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Là-dessus, je suis d'accord. Je n'ai pas dit libre au sens FSF, j'ai dit plus ouvert. Ça permettrait peut-être au client une meilleure intégration à la fin, ou des collaborations avec la recherche publique.
            Et pourquoi pas une ouverture générale du source à tout le monde et autorisation d'utilisation dans le cadre privé, pourvu que la boite arrive à rentabiliser son investissement chez les entreprises.

            Il est clair que le but du brevet c'est que tu n'en fasses pas ce que tu veux, et en particulier, rien qui puisse affecter les revenus de la boite qui dépose le brevet sur le sujet concerné.

            L'équilibre se ferait sur la qualité de l'évaluation de l'innovation, et la durée de validité du brevet.
  • # Vraiment ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Pas un mot sur le fait que les brevets logiciels sont fortement contestés là où ils existent.

    Fortement contestes ? Vraiment ?

    Il y a qui a part la communaute du libre qui les conteste reellement ? Quid de l'industrie dans son ensemble ?

    Faut relativiser un peu, autant sur un site comme linuxfr.org l'enorme majorite est contre, autant dans le monde reel, la population est extremement differente et je n'ai pas vu de vraie opposition a part quelque cas isoles
    • [^] # Re: Vraiment ?

      Posté par . Évalué à 5.

      L'écrasante majorité de la population ne sait pas vraiment de quoi il retourne non plus.

      Mais par contre, si on lui parle de brevet sur le vivant, je suis sur qu'elle voit plus facilement le danger des brevets quand c'est appliqué n'importe comment.
    • [^] # Re: Vraiment ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Il y a qui a part la communaute du libre qui les conteste reellement ?

      Ces incorrigibles libriste-communistes-anarchistes que sont les juges de la cour suprême des États-Unis ?
      http://www.supremecourt.gov/opinions/09pdf/08-964.pdf


      je n'ai pas vu de vraie opposition a part quelque cas isoles Ce qui n'est pas étonnant de la part de quelqu'un qui semble favorable aux brevets logiciels, même de bonne foi.

      On retient plus facilement les arguments ou les déclarations des gens avec lesquels on est déjà d'accord à priori.


      Mais des cas isolés comme la cour suprême des États-Unis, j'en redemande.
      • [^] # Re: Vraiment ?

        Posté par . Évalué à 2.

        les juges de la [C]our suprême des États-Unis [d’Amérique]

        Euh, tu parles de ceux qui n’ont eu que le courage de tièdement pisser l’arrêt Bilski v. Kappos (vers lequel tu donnes un lien) ?
        Ok, c’est mieux que rien mais, faute de propos clairs et directs dans ce sens, ce n’est pas vraiment une contestation des brevets sur les idées abstraites.
    • [^] # Re: Vraiment ?

      Posté par . Évalué à 3.

      oui vraiment,

      Il faut savoir que des entreprises comme Microsoft - Oh Microsoft quel hasard ! - étaient fondamentalement contre les brevets logiciels dont l'octroi aux États-unis date des années 80, soit depuis pas très longtemps, avant de faire volte-face une fois que c'est devenu dans leur intérêt d'en déposer encore et toujours plus. Ce n'est pas un hasard si en Europe les logiciels ne sont pas (encore) brevetable.

      Cf. http://www.nytimes.com/2007/06/09/opinion/09lee.html?_r=2&am(...)
      et http://endsoftpatents.org/
  • # re

    Posté par . Évalué à -1.

    Pas un mot sur le fait que les brevets logiciels sont fortement contestés là où ils existent.

    Pas un mot sur le fait que ces brevets logiciels n'ont rien a voir avec de l'innovation, et que les firmes constituent des portefeuilles de brevets délirants afin d'avoir une arme de dissuasion en cas de procédure.

    Pas un mot sur le fait que ces brevets logiciels n'ont aucune reconnaissance en Europe, a part par une officine trouble appelée OEB.


    Probablement parce que c'est pas le sujet de la nouvelle.
    C'est un billet sur une affaire en justice entre paul allen et toute l'industrie du web, pas un sujet de reflexion/vulgarisation sur le bien fonde des brevets et leurs pretendues apports a l'innovation.

    If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

    • [^] # Re: re

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      C'est un billet sur une affaire en justice entre paul allen et toute l'industrie du web, pas un sujet de reflexion/vulgarisation sur le bien fonde des brevets et leurs pretendues apports a l'innovation.

      Tout à fait d'accord ! Ce n'est pas le rôles des journaux de proposer une réflexion sur l'actualité de savoir prendre du recul. Les grands journaux (Le Monde, 20 minutes...) ne sont là que pour informer le lecteur en relayant des dépêches AFP.
      • [^] # Re: re

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        C'est ironique de citer «20 minutes» ?

        Envoyé depuis mon lapin.

        • [^] # Re: re

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Tu connais la différence entre "20 minutes" et "Le Monde" ?
          L'un n'est qu'un ramassis de dépêches AFP sans analyse, d'articles creux et bidons pour faire sensation, de raccourcis et de choses bien-pensantes. L'autre est un journal gratuit qui n'a que la prétention de divertir, pas d'informer.
          • [^] # Re: re

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Donc tu proposes quoi comme grand journal (mis à part ceux de linuxfr) ?

            Envoyé depuis mon lapin.

            • [^] # Re: re

              Posté par . Évalué à 4.

              Le Figaro évidemment !
            • [^] # Re: re

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je ne sais pas répondre à cette question. Je ne lis aucun journal papier, je ne regarde pas les informations à la télévision. Ca fait longtemps que j'ai constaté que les journalistes sont à 99% "comme vouzémoi" dans leurs analyses, donc aucun intérêt. Autant discuter avec ses amis (je dis ça parce que c'est ce que je fais, mon avis est biaisé).
              Je limite ma prise d'information à google lorsque j'entends parler de quelque chose qui m'interpelle, mais cela nécessite que je mette en route quelques neuronnes, et ça prends plus de temps que de s'envoyer un prédigéré prêt à penser.

              A vrai dire, ce qu'on appelle l'information ne m'intéresse pas. Savoir qu'il y a eu un tremblement de terre à tel endroit, et le suivre heure par heure, c'est vraiment lorsqu'on a trop de temps libre.
              Le sport, je n'en ai rien à battre (si au moins c'était du sport, je ne dis pas...).
              Savoir que tel parti politique est contre telle loi, ça ne m'avance à rien non plus.

              Tout cela ne m'empêche pas de savoir à peu près dans quel monde je vis. Je précise ça car on me reproche souvent de ne pas me tenir au courant. Mais au courant de quoi bordel ? :-)
              Une personne qui se tient à l'écart des médias rate quoi exactement ? Car selon moi: média != information
              Et même sans être "informé" sur les grands problèmes de l'humanité (les mêmes depuis 3000 ans minimum), on rate quoi ?

              Je prends un exemple récent: les grèves contre la réformes des retraites.
              Je n'ai absolument pas suivi l'affaire. J'ai raté quoi ?
              Je sais que certains veulent un système à l'américaine, d'autres veulent un système plus à gauche, et d'autres encore prétendent qu'en ne changeant rien ça marche.
              Bon, ben je n'ai pas été au courant au jour le jour des grèves. Ni des manifestations (avec casseurs, estimations différentes entre la police et les syndicats, pas besoin d'être devin). Ni des bons mots de tel ou tel ministre.
              En gros, je n'ai rien perdu.
              Par contre j'ai gagné du temps libre avec ma chérie. Ca, ça m'importe un max.
      • [^] # Re: re

        Posté par . Évalué à 0.

        Faire juste une nouvelle factuelle sans fioriture, c'est interdit alors?
        Les journaux sont donc obliges de ne faire que des articles extremement documente ou le journaliste donne son avis?
        Et la on va avoir Janfi qui va venir faire un journal disant que c'est un scandale, l'article n'est pas neutre et que c'est un con parce qu'il est pas d'accord avec lui.

        If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.