Journal C'est bientôt le « salon du vélo »

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
15
17
août
2015

Bonjour !

À ceux qui aiment le vélo, et qui veulent en savoir plus sur les nouveautés à venir, l'Eurobike prendra bientôt place, du 26 au 29 août à Friedrichshafen, sur les bords du lac Constance.

Les premières journées sont réservées à la presse, et la dernière est ouverte au public.

Les journalistes et les chanceux conviés pourront essayer les modèles exposés 1 jour avant le festival, mais ce n'est pas ouvert au public…

Cette année, voici ce qui est majoritairement attendu :

  • VTT à assistance électrique ;
  • Incorporation de la batterie des électrique dans le tube inférieur du cadre ;
  • Fat bikes à pneus un peu moins fat ;
  • Généralisation des pneus dit 27.5 pouces/650B (soit 584 mm) sur les VTT et des vélos de villes.

Le marché se développe vraiment beaucoup pour l'assistanat électrique.

Il semblerait également que les dérailleurs sans fils soient poussés par les marques, et ils pourraient se généraliser de plus en plus.

Enfin, les freins à disque s'imposent de plus en plus sur les vélos de route amateurs, et comme leur taille n'est pas standard (pas encore), c'est le moment de faire vos jeux !

Quant à moi, je me demande si la boîte de transmission Pinion au niveau du pédalier va se voir sur plus de modèles, ou si ça va faire un flop (assez chère d'ailleurs).

Bref, le seul point commun avec le salon de l'auto, ce sont les prix exorbitants, mais ça donne une belle entre-vue du champ des possibles d'aujourd'hui !

  • # eurobike

    Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 17/08/15 à 15:51.

    Par fat bikes un peu moins fat, tu sous-entends les 27.5+ et 29+ ? Je suis pour ma part assez intéressé par le premier puisque mon cadre de 29er pourrait être un candidat à une éventuelle conversion vu qu'il offre pas mal de dégagement à l'arrière.

    J'ai failli y aller l'année dernière. On verra si je me fais inviter à nouveau cette année. Pour ma part ça fait déjà 3 ans que je roule en freins à disque sur route. Si les grandes marques ont été un peu lentes à l'adopter, ça existait déjà depuis des années chez des petits fabricants même si on était limité aux freins à câbles

    Je n'ai rien contre les vélos électriques comme véhicule urbain/utilitaire/de transport. En revanche j'ai peur que les e-MTB qui ne sont au final plus que des motocross à pédales sonnent le glas à la libre circulation de tous VTT sur les sentiers et chemins de randonnées.

    • [^] # Re: eurobike

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Par fat bikes un peu moins fat, tu sous-entends les 27.5+ et 29+ ?

      Tu parles ici de taille de roue. les fatbikes sont en référence à leurs pneus épais et larges. Ici, il semblerait que les nouveaux pneus seraient moins large, soit entre la largeur des pneus de VTT et ceux des fatbikes actuels. Peut-être aux alentours de 7 cm de large.

      • [^] # Re: eurobike

        Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 17/08/15 à 17:32.

        Le + dans les dénominations 27.5 + et 29 + fait justement référence au volume du pneu.

        La dénomination Fat bike fait référence historiquement à des vélos 26 et (à moindre mesure) 24 pouces équipés de pneus de largeur allant de 4 à 5pouces.

        Les 27.5+ et 29+ font respectivement référence à des vélos etrto 584mm/650b/27.5" et etrto 622mm/700c/29" équipés de pneus entre 2.8 et 3.5" donc à mi-chemin en terme de largeur entre des vtt traditionnels et des fat bikes.

        L'un dans l'autre, dimension de roues et largeurs de pneus sont liés car le volume du pneu augmente la circonférence de la roue. Mêmes s'ils ont des jantesde dimensions totalement différentes un fat bike, un 27.5+ et un 29er auront au final une circonférence très proche.

        • [^] # Re: eurobike

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          J'avoue que je n'y connais pas grand chose aux fat bikes, et je pensais que la largeur des pneus était décorrélée de la taille des jantes.

          Merci pour la correction !

  • # dérailleurs

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Il semblerait également que les dérailleurs sans fils soient poussés par les marques, et ils pourraient se généraliser de plus en plus.

    dérailleurs électriques ;) les dérailleurs sans fils n'existent pas encore officiellement (mais sram a un proto)

    Enfin, les freins à disque s'imposent de plus en plus sur les vélos de route amateurs, et comme leur taille n'est pas standard (pas encore), c'est le moment de faire vos jeux !

    La taille des disques n'est pas spécialement un problème, ça se change rapidement. C'est surtout la largeur du moyeux (135 ou 142) et le diamètre de l'axe (classique en 9mm, 12 mm, voir 15mm) qui risque d’être rigolo car ça va bien segmenter le marché.

    Quand à moi, je me demande si la boîte de transmission Pinion au niveau du pédalier va se voir sur plus de modèles, ou si ça va faire un flop (assez chère d'ailleurs).

    c'est mort je pense, trop spécifique, trop cher et pas bcq de retour

    • [^] # Re: dérailleurs

      Posté par . Évalué à 3.

      Le sram sans fil est utilisé par un certain nombre d'équipes depuis l'hiver dernier et fais plus figure de pré-série que de proto à ce stade.

      Pour les standards de moyeu à part shimano la plupart des grandes marques offrent des moyeux qui sont convertibles d'un format à l'autre en échangeant les cones et axes/attaches. C'est l'affaire de 30 secondes chez DTSwiss par exemple.

      • [^] # Re: dérailleurs

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Quand les coureurs utiliseront des dérailleurs sans fil, on pourra avoir des affaires de piratage sur le tour. Ça va être fun.

    • [^] # Re: dérailleurs

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      dérailleurs électriques ;) les dérailleurs sans fils n'existent pas encore officiellement (mais sram a un proto)

      Ça date d'au moins 1999, comme on peut le voir sur ce document, mais ça n'a pas percé car peut fiable…

      C'est donc une remise au goût du jour !

  • # Fautes…

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    À ceux qui aime

    Et bien, je suis désolé pour cette faute ignoble !

    Quand à moi

    Bon, celle-ci aussi est bien immonde…

  • # Intérêt ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    VTT à assistance électrique ;

    Ça vise quel public ça ? Pour moi, le VTT, c'est pour faire du sport ou de l'exercice en roulant en terrain très accidenté, voire dans la boue, alors que l'assistance électrique, c'est pour ceux qui veulent rouler sur deux roues mais n'ont une musculature, une motivation ou une confiance en leurs propres capacités insuffisante pour faire cela par leur propres forces, du coup je ne vois pas bien le recoupement entre les deux.

    Sachant par ailleurs que, depuis quelque chose comme trois ou quatre décennies, beaucoup de vélos de type VTT basiques sont à mon avis tout simplement vendus à des gens qui ne savent en réalité pas choisir un modèle approprié, et qui l'utiliseront essentiellement en ville ou sur chemin de bonne qualité. Ces VTT d'assistés ne seraient-ils dont pas tout simplement l'extension de cela, c'est à dire des vélos pour gens qui se trompent toujours de modèle à l'achat, cette fois-ci avec un moteur histoire de pouvoir leur vendre un truc cher qui leur fait plaisir ?

    Généralisation des pneus dit 27.5 pouces/650B (soit 584 mm) sur les VTT et des vélos de villes.

    Là, je suis encore plus perplexe. Pendant des décennies, on a eu des vélos de ville et VTC en 28 pouces, et, pour une raison que je n'ai jamais pu comprendre, des VTT avec des roues de 26 pouces, très petites donc, pas rapport à la hauteur de selle. Récemment, j'ai vu apparaître des VTT de 29 pouces, avec, à l'extrême inverse donc, des roues anormalement grandes, utilisant une taille jusqu'alors non standard, histoire de bien compliquer la recherche de pièces de remplacement. Et maintenant, on introduit de nouvelles tailles non standard intermédiaires ‽

    • [^] # Re: Intérêt ?

      Posté par . Évalué à -5.

      VTT à assistance électrique ;
      

      Ça vise quel public ça ?

      La réponse est dans la dénomination : c'est pour les assistés.
      Et malheureusement ça va se répandre, saleté de marketing :-/

      Mais bon, je me marrerai bien le jour où je doublerai un type épuisé, poussant son engin de 20 kg suite à une fin de batterie ou une rupture de câble.

      Je roule sans suspensions, et sans dérailleurs : le single ça fait travailler le dos et les bras, en plus des jambes. C'est nettement plus physique, mais on a vraiment la banane en fin de sortie, contrairement aux FEIGNASSES qui coupent simplement le contact de leur VTTAE.

      • [^] # Re: Intérêt ?

        Posté par . Évalué à 9.

        La réponse est dans la dénomination : c'est pour les assistés.
        Et malheureusement ça va se répandre, saleté de marketing :-/

        Eh bien, ton seuil de compréhension de l'autre est bien plus bas que ton niveau de troll. Sérieusement, oui, c'est pour les assistés. Et alors ? Certaines personnes ne peuvent faire sans assistance.

        Le type un peu sportif, qui pète la forme, n'a pas tant que ça de décennies derrière lui, il peut se permettre de faire comme toi. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde.

        Je vais te donner un exemple, pour te montrer qu'il n'y a pas que ton beau petit corps en pleine forme à toi sur cette planète. Mon oncle, un peu plus de 70 ans, adore le vélo. C'était (c'est toujours, pour son âge) quelqu'un de sportif : il était moniteur de VTT en été, guide en haute montagne en hiver. Mais voila, il a son âge, et celui-ci se fait sentir, surtout qu'il a donné de son corps pour sa passion. Il s'est offert un VTT à assistance électrique il y a maintenant quelques mois, et il est heureux. Il peut faire ce qui était devenu pour lui impossible depuis quinze ou vingt ans. Il se fait plaisir, sans trop tirer sur ses capacités physiques et sans compromettre sa santé.

        Peut-être que tu comprendras, dans quelques années où décennies, quand tu seras malheureux comme les pierres de ne plus pouvoir pratiquer ta passion principale, ou de ne pouvoir en profiter qu'à moitié et en risquant de casser ta santé.

        • [^] # Re: Intérêt ?

          Posté par . Évalué à -3.

          Le type un peu sportif, qui pète la forme, n'a pas tant que ça de décennies derrière lui, il peut se permettre de faire comme toi.

          Dans trois ans, j'en serai à six décennies.
          Quand je ne pourrai plus rouler en tout rigide, je passerai à la suspension.
          Quand je ne pourrai plus rouler en single, je remettrai un dérailleur.
          Mais quand je ne pourrai plus faire avancer le vélo avec mes jambes, j'irai me balader à pied. Chacun sa philosophie.

          • [^] # Re: Intérêt ?

            Posté par . Évalué à 4.

            Quand il avait ton âge, il utilisait lui aussi quelque chose de plus conventionnel.

            Je suis d'accord avec toi : chacun sa philosophie. Chacun fait comme il le veut, comme il le peut, et comme il le souhaite.

            C'est une vision des choses plus sympa et compréhensive que « les autres qui font pas pareil que moi, c'est des feignasses et des assistés qui se font avoir par du marketing ».

            • [^] # Re: Intérêt ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Je suis d'accord avec toi : chacun sa philosophie. Chacun fait comme il le veut, comme il le peut, et comme il le souhaite.

              Bien sûr que chacun fait comme il veut !
              Je voulais juste mettre en avant que pour une certaine partie des acheteurs de VTTAE, ils vont se donner l'illusion de faire du sport alors que ce ne sera pas le cas.

              Le VTT est une discipline bien plus exigeante que le vélo de route, or ces personnes vont pouvoir s'aventurer plus loin que les chemins de halage dont ils ont l'habitude. Et ils vont se retrouver avec un vélo peu maniable dans des zones techniques, c'est carrément dangereux si on n'a pas un minimum de condition physique.

              • [^] # Re: Intérêt ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Le VTT est une discipline bien plus exigeante que le vélo de route,

                Heu… pour pratiquer les 2, la comparaison me semble assez risquée.

                Si c'est d’exigence sur le plan technique, alors le VTT l'est effectivement davantage dès les premiers tours de roue, même si descendre un col à grande vitesse en vélo de route ne peut pas se faire sans un minimum de pratique. D'autre part, lorsqu'on atteint un bon niveau en vélo de route, d'autres questions se posent, comme celle la technique de pédalage par exemple, qui n'est pas forcément triviale et demande concentration, pratique et entraînement.

                Si c'est d'exigence sur le plan physique, l'un et l'autre sont aussi violent, avec le VTT qui fait travailler les filières courtes, et la route qui en plus fait travailler les filières longues. Sans pratique du vélo de route, je suis très sceptique sur la capacité à pratiquer de façon convaincante du VTT autrement qu'en descente, et encore, les cuisses brûleront bien vite…

                Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que, généralement, ceux qui sont bons dans une discipline le sont aussi dans l'autre, et que les entraînements de VTTistes incluent généralement >80% de pratique sur route, pour le foncier.

                • [^] # Re: Intérêt ?

                  Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 18/08/15 à 18:19.

                  et que les entraînements de VTTistes incluent généralement >80% de pratique sur route, pour le foncier.

                  Ne réduirais tu pas le VTT au cross-country ? Si pour être bon dans ton sport il faut faire 80% d'un autre sport alors soit ton sport est bien pourri soit tu t'es trompé de sport…

                  À une époque ceux qui devenaient mauvais en route passaient au VTT ou le niveau physique était moindre et la technique largement compensable par du bourrinage. Maintenant je pense que plus personne n'en a rien à foutre du cross-country (autant faire de la route) et les gens qui font du VTT bha… font du VTT.

                  • [^] # Re: Intérêt ?

                    Posté par . Évalué à 2.

                    C'est en effet principalement au XC que je faisais référence.

                    Le reste de tes propos n'engage que toi :-)

                • [^] # Re: Intérêt ?

                  Posté par . Évalué à 5. Dernière modification le 18/08/15 à 21:40.

                  Un célèbre champion disait que quelque soit le niveau, le vélo ce n'était jamais plus facile, on allait juste plus vite.

                  J'estime que c'est la même chose selon les disciplines. La différence pour aussi pratiquer les deux (mais aussi le cyclocross et la piste), c'est que le VTT fait travailler l'ensemble du corps car on est très mobile dans les passages techniques et les descentes alors que la route mobilise quasi uniquement les jambes. À moins d'avoir une mauvaise position, on ne sort pas d'une sortie de route avec des douleurs aux épaules ou aux bras.

                  Mais sinon c'est toujours pareil, quand t'es à fond, t'es à fond.

    • [^] # Re: Intérêt ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Pendant des décennies, on a eu des vélos de ville et VTC en 28 pouces, et, pour une raison que je n'ai jamais pu comprendre, des VTT avec des roues de 26 pouces, très petites

      Les roues plus petites pour les VTT, c'est pour la maniabilité.
      Un vélo avec des roues plus grandes, d'après le marketing, c'est pour "les capacités de franchissement".
      Mais comme avec le 29" ça donnait trop l'impression de conduire un camion, ils ont coupé la poire en deux avec le 27.5". Pour ne pas revenir au 26" et vendre de nouveaux vélos.
      Le 26" me convient très bien, je ne suis pas près de changer.

      • [^] # Re: Intérêt ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Couper la poire en deux et passer au 28 pouces, ç'aurait été trop simple, évidemment…

        Bon, on est essentiellement d'accord en fait, 26 et 28 pouces, c'est bien assez comme gamme. Évidemment, n'étant pas amateur de VTT, j'ai du mal à m'imaginer sur des roues de 26 sans avoir l'impression que c'est trop petit.

    • [^] # Re: Intérêt ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Ça vise quel public ça ?

      Le vélociste de mon père (qui en vends régulièrement) m'a dit que dans sa région (PACA), c'était essentiellement des gens d'un certain âge qui ne souhaitaient pas faire de la route mais qui n'avait pas la condition pour le tout-terrain qui est assez exigeant dans le coin (forts dénivelés, pistes très rocailleuses). Cela dit, je te rejoins sur le fait que beaucoup de VTT basique sont utilisés en chemin et en ville. D'ailleurs mon vélo-taf et de ce type, sauf qu'étant tout rigide, je l'ai assez facilement ré-adapté à la route. ça fait un vélo lourd, mais plutôt confortable. Mais généralement, de ce que je perçois dans mon entourage, c'est principalement car ceux qui les achètent ne veulent de toute façon pas aller sur la route car c'est trop dangereux, pensent alors aller en tout-terrain, puis quand ils y vont, il se rendent compte que ça engage un peu plus qu'ils ne l'imaginaient. C'est aussi le principe de polyvalence. Un VTT peut servir en ville et en tout-terrain, un VTC va vite être limité dés que le terrain devient un peu technique.

      Pour le 29 pouces, j'en ai monté en tout rigide, j'en avais envie depuis longtemps. Bah dans le vélo (comme en moto), on est pas toujours rationnel :). Je trouve que c'est adapté aux chemins roulants, ça reste relativement confortable quand c'est rocailleux, ça franchit bien. C'est par contre nettement moins agile et plus casse-gueule.

      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Intérêt ?

      Posté par . Évalué à 9.

      VTT à assistance électrique ;
      Ça vise quel public ça ? Pour moi, le VTT, c'est pour faire du sport ou de l'exercice en roulant en terrain très accidenté, voire dans la boue, alors que l'assistance électrique, c'est pour ceux qui veulent rouler sur deux roues mais n'ont une musculature, une motivation ou une confiance en leurs propres capacités insuffisante pour faire cela par leur propres forces, du coup je ne vois pas bien le recoupement entre les deux.

      ça vise différents publics.

      -les adeptes de la descente/enduro mais qui ont la flemme ou pas envie de perdre le temps à monter à la pédale, en bus ou via une remontée en haut de leurs spots préférés. En gros des gens qui feraient de la moto si elle était autorisée partout.

      -ceux qui veulent se balader dans la nature sans trop se fatiguer (en gros comme la rando à pied mais en allant 3-4x plus vite). Au final vu le poids des machins ils vont devoir se contenter de passages pas trop techniques du coup je ne vois pas bien la plus-value d'un modèle tout-terrain par rapport à un vélo électrique standard, c'est pas comme s'il y'avait besoin de gros crampons pour prendre des chemins 4x4, mais bon c'est psychologique comme les gens qui s'achètent des 4x4 pour prendre des routes non goudronnées.

      -ceux qui veulent un vélo électrique avec un côté bling bling hummer terreur de la route.

      Là, je suis encore plus perplexe. Pendant des décennies, on a eu des vélos de ville et VTC en 28 pouces, et, pour une raison que je n'ai jamais pu comprendre, des VTT avec des roues de 26 pouces, très petites donc, pas rapport à la hauteur de selle. Récemment, j'ai vu apparaître des VTT de 29 pouces, avec, à l'extrême inverse donc, des roues anormalement grandes, utilisant une taille jusqu'alors non standard, histoire de bien compliquer la recherche de pièces de remplacement. Et maintenant, on introduit de nouvelles tailles non standard intermédiaires ‽

      Faut connaitre un peu l'histoire du VTT. Le 26 pouces, a été choisi par hasard/opportunisme et pas parce que c'était la taille idéale. Le VTT au départ, c'était des gars qui ont décidé de prendre des vieux vélos cruisers à ballon des années 30-40-50 à frein à rétropédalage pour aller faire les cons en descendant des collines et montagnes. Au fur et à mesure ils les ont bricolés et renforcés parce que ça cassait tout le temps puis fait évoluer les pneus mais la taille des roues est restée la même. Dès le début quelques uns de ces inventeurs de la discipline comme Gary Fisher ont voulu pousser pour augmenter la taille des roues mais le marché était déjà en plein essors et à eux seuls ils n'ont pas su convaincre tout le monde.

      Le 29 pouce (qui est en fait la même chose que le 28 pouce) a été introduit progressivement et a convaincu bon nombre d'adeptes parce qu'il offre de bien meilleurs capacités de franchissement et rendement. En gros les roues sont plus lourdes mais une fois lancée la circonférence fait que les moindres caillous/racines freinent moins. C'est réellement une avancée majeur.

      Le hic c'est que le 29 pouce amène des contraintes importante pour les petites tailles puisque si on veut garder un débattement de suspension correct il impose que la douille de direction, et donc le guidon, soit haut perché. Les premiers 29 pouces avaient aussi une géométrie pas très agile.

      Du coup certaines marques, poussées par Kirk Pacenti, ont cherché un juste milieu et ont opté pour le 27.5 qui n'est en fait rien d'autre que le 650B/ETRTO 584mm, la taille de jante historique des randonneuses à la française, mais avec des pneus de tout terrain :
      Randonneuse Renée Herse

      Du coup le 26pouce se cantonne maintenant aux vélos bas de gamme parce qu'on trouve encore beaucoup de pièces de remplacement dans la grand distribution et les vélos de descente (pour l'agilité). Le 27.5 commence à être la taille un peu universelle, du cross country à la descente en passant par toutes les pratiques entre les deux (all mountain, enduro…). Certaines marques comme Giant on d'ailleurs décidé de ne plus vendre que du 27.5 et d'abandonner le 26 et 29. Le 29 se limite au cross country / all mountain où ses capacités de franchissement restent très intéressante, surtout pour les grands gabarits. Il existe une taille hyper confidentielle qui est le 36er mais ça tient plus de la grande blague qu'autre chose même si c'est pratique pour monter les escaliers :
      36er
      36er stair ride

      • [^] # Re: Intérêt ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Le 27.5 commence à être la taille un peu universelle

        Mouais. Universel, il faut le dire vite, parce que quand tu vas dans le premier magasin que tu trouves, eh bien ce qu'ils ont, c'est du 26 et du 28, pas du 27,5.

        Franchement, je ne sais pas qui a eu l'idée d'introduire du 27,5, mais c'est vraiment une idée de merde, sachant qu'il y avait déjà du 28 partout. Tout ça pour un demi-pouce…

        • [^] # Re: Intérêt ?

          Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 18/08/15 à 10:50.

          Le 27.5 commence à être la taille un peu universelle

          Mouais. Universel, il faut le dire vite, parce que quand tu vas dans le premier magasin que tu trouves, eh bien ce qu'ils ont, c'est du 26 et du 28, pas du 27,5.

          Dans la grande distribution oui. Maintenant tout vélociste qui se respecte est équipé en 27.5. C'est la taille qui est le plus en essort actuellement.

          D'autre part ça ne concerne que la taille des jantes et le cadre. Toute le reste des composants ne sont pas spécifiques. Donc franchement ça change peu de choses.

          Franchement, je ne sais pas qui a eu l'idée d'introduire du 27,5, mais c'est vraiment une idée de merde, sachant qu'il y avait déjà du 28 partout. Tout ça pour un demi-pouce…

          ça c'est parce que tu réfléchis à l'envers, à l'américaine et avec des termes marketings qui désignent une estimation hyper vague du diamètre de la roue pneu compris. Une roue équipée d'un pneu de 27.5 ne fait même pas 27.5pouces réels en diamètre, ils ont choisi ce terme pour montrer au grand public que c'était une taille entre le 26 et 29 pouces.

          Le "28 pouce", ce sont des jantes de 622mm de diamètre avec des pneus "de route" à très faible largeur et volume.

          Le "27.5 pouce", ce sont des jantes de 584mm de diamètre avec des pneus larges et volumineux.

          Si tu veux utiliser le même type de pneus en terme de largeur et de volume sur ces deux types de jantes tu as d'un côté le 27.5 et le 29 pouces.

          Les tailles des roues et l'impact que ça a dans le monde du VTT :
          Titre de l'image
          Titre de l'image
          Titre de l'image
          Titre de l'image
          Titre de l'image

          Enfin, on parle de vélos, pas de logiciels qui ne vont plus fonctionner dans la version Y de ton sytème d'exploitation avec une architecture Z de processeur. Ton vélo ne va pas s'arrêter de fonctionner et s'il utilise des standard communs tu trouveras toujours facilement de quoi le réparer. On trouve toujours de quoi restaurer des vieux vélos avec des pneus dans des tailles obscures abandonnées dans nos contrées depuis des dizaines d'années (700A, 700B).

          • [^] # Re: Intérêt ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            On trouve toujours de quoi restaurer des vieux vélos avec des pneus dans des tailles obscures abandonnées dans nos contrées depuis des dizaines d'années (700A, 700B).

            Où ? Parce que j'ai déjà mise au rebut de vieux vélos faute de pouvoir trouver de quoi les réparer, à savoir de nouvelles roues avec une longueur de moyeu plus faible que ce qui se fait actuellement.

            Après, perso, j'ai un VTC, ou une randonneuse, un vélo de rando, de trekking, de ville, c'est tellement fluctuant ces noms : c'est un vélo avec une forme de VTT, des pneus plus fins, des garde-boue et un porte-bagage. Enfin bref, ça on s'en fout, il a des roues de 28 pouces, et j'espère que ce n'est pas demain qu'ils cesseront d'en vendre chez Décat. Et si je sens que ça commence à disparaître, il faudra que je pense à en acheter d'avance pour me constituer un stock, enfin surtout de pneus, parce que je ne change pas les roues elles-même bien souvent, évidemment.

            • [^] # Re: Intérêt ?

              Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 18/08/15 à 11:45.

              Pour les trucs les plus exotiques, ils faut chercher online il n'y a pas de miracle. Il y'a des sociétés comme compass ou velo-orange qui se spécialisent dans des composants dans des standards un peu désuets.

              Pour les pneus en taille exotique il faut parfois aller chercher en australie ou Thaïlande. Vive internet pour cela.

              Le problème n'est pas qu'on ne trouve pas, mais que ça peut être coûteux.

              • [^] # Re: Intérêt ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Donc, s'agissant d'un vieux vélo d'occase pourri, la mettre au rebut était sans doute la meilleure solution. :-)

                • [^] # Re: Intérêt ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  en fait, ces histoires de tailles de roues, c'est du détail de passionné.

                  Mais beaucoup moins que les X distributions de linux, les 45 Os ou encore les X constructeurs de PC.

                  La diversité ne peut être que bénéfique à tous. Alors oui, il y a des histoires de marketing … bien sur que certains diront que cela ne sert à rien, bien sur que pour un vélotaf ou un VTC c'est inutile, mais ce n'est pas le public visé.

                  C'est juste un paramètre de plus à prendre en compte lors de l'achat de son vélo … et plus il y a de choix, plus il est possible de trouver celui qui nous convient le plus … et si on n'y connait rien .. et bien c'est comme pour un PC ou tout autre chose … on subit les affres du marketeux sans aucun doute ….

                  • [^] # Re: Intérêt ?

                    Posté par . Évalué à 3.

                    … bien sur que certains diront que cela ne sert à rien, bien sur que pour un vélotaf ou un VTC c'est inutile, mais ce n'est pas le public vise

                    Oui enfin en vrai le facteur limitant n'est pas le matériel, et de très loin, dans 99% des cas. Mais comme dans tout les sports tu as une fuite en avant sur le matos il suffit au marketing de vendre un peu de rêve et au journalistes de remplir leurs pages pour que les gens se précipitent. Dans le vtt c'est encore pire en ce moment où on a passe le stade où les fabriquants admettent presque ouvertementous faire du consommable sous prétexte de 《performance》 (oui monsieur c'est normal que votre fourche fox à 1500€ soient morte en un an par ce que la tolérance des bagues de guidage est pourrie mais pour être performant il faut bien ça. C'est plus aussi solide qu'avant vous savez)

                    et plus il y a de choix, plus il est possible de trouver celui qui nous convient le plus

                    Et plus le marché est segmenté avec des standard incompatibles faisant grimper en flèche le prix des pièces et le coût de l'évolutivite. Je pense qu'en 5 ans les trois seuls pieces que sont restée compatibles sur un dh ce sont les pédales, les grips et les freins. Pendant ce temps là un vélo correct se trouve dans la tranche 3500 .. 5000€ et le jeu des standards par catégorie plus ou moins inventée fait que les équipements se transfèrent de plus en plus mal de vélo en vélo.

                    Bref le progrès c'est cool, mais avant de gobber toutes les révolutions il faut peut être se souvenir que tu roulera aussi mal avant qu'après et que tu te feras toujours piler par les gens qui savent rouler. Sur ceux je retourne faire du xc/all mountain/marathon/enduro light/enduro engagé/slopestyle/freeride/dh enfin rouler quoi…

                    • [^] # Re: Intérêt ?

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Oui enfin en vrai le facteur limitant n'est pas le matériel, et de très loin, dans 99% des cas. Mais comme dans tout les sports tu as une fuite en avant sur le matos il suffit au marketing de vendre un peu de rêve et au journalistes de remplir leurs pages pour que les gens se précipitent. Dans le vtt c'est encore pire en ce moment où on a passe le stade où les fabriquants admettent presque ouvertementous faire du consommable sous prétexte de 《performance》 (oui monsieur c'est normal que votre fourche fox à 1500€ soient morte en un an par ce que la tolérance des bagues de guidage est pourrie mais pour être performant il faut bien ça. C'est plus aussi solide qu'avant vous savez)

                      On ne vis pas vraiment dans le même monde… :) Personnellement je suis sur des prix 10 à 15 fois inférieurs. Mon vélo coûte 150 €. Je ne fais pas énormément de sport, je ne suis pas dans la recherche de performance à tout prix (mon vélo est lourd, il a des porte bagages), mais passer de pneus cranté à des pneux lisses (et plus fin), ça m'a changé la vie. Quand je suis vite fais repasser à des pneus classiques j'avais l'impression de rouler avec des pneus dégonflés.

                      Tout ça pour dire que oui, mettre des centaines et de centaines € dans un vélo ça n'apporte pas grand chose, mais que le matriel peu faire une différence sur quelques euros de différence (la différence de prix entre mes pneus actuels et les précédents doit être inférieur à 10€).

                      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                      • [^] # Re: Intérêt ?

                        Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 19/08/15 à 10:44.

                        Tu compares un sport avec un moyen de transport ;) Je parle du sport.

                        C'est un peu comme comparer une autolib avec une routière / sportive / bagnole de circuit / Formule 1. Ou des tongs pour aller à la plage avec des chaussures de rando / course etc.

                        • [^] # Re: Intérêt ?

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Oui, mais bon, il m'arrive de faire des sorties de 20 à 40km (ma plus grande était de 70km) et de faire 200m de dénivelé positif. C'est peut être rien pour ceux qui s'achètent des vélos en un seul morceau de carbone avec des tailles de roues sur mesures mais bon, c'est tout de même du sport.

                          Pour comparer avec un sport que je connais vraiment. C'est comme dire qu'acheter un kimono à Décathlon c'est pour se détendre et que ceux qui font du judo pour faire du sport achètent de l'Adidas ou du Matsuru. Ce n'est pas la marque ou le prix de mon kimono qui vont changer ma façon de te faire chuter ;-) Mais quand tu es dans ton rayon Décathlon, il vaut mieux prendre un kimono de judo et pas de karaté (histoire qu'il ne finisse pas en lambeaux après le premier cours).

                          Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                          • [^] # Re: Intérêt ?

                            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 19/08/15 à 14:23.

                            Je crois qu'il y'a autant de pratique de vélos que d'utilisateurs. Pour un américain moyen prendre un vélo même pour faire 2km c'est faire de l'exercice. Alors que son équivalent néerlandais ne considère pas comme un sport de prendre son vélo pour aller en ville à 20-30 minutes voire 1h de chez soi.

                            On parlait des vtt électriques, c'est un peu pareil. On a essentiellement vendu pendant 25 ans de lourds VTT à monsieur et madame tout le monde parce que c'était la mode. La plupart de ces vélos n'ont jamais fait du tout terrain, tout au plus un peu de chemin caillouteux. Alors qu'au lieu de ces vélos surdimenssionnés à la suspension inutile on aurait souvent du leur proposer des vélos avec garde-boues et porte-bagages bien plus adaptés à l'utilisation de tous les jours. Les 3/4 des vélos électriques vont être achetés par des kékés qui vont s'amuser à sprinter au milieu des routiers (à vélo) pour faire des concours de bite. J'ai déjà eu affaire à eux. Dès que t'as les habits de cyclistes et que tu traverses une zone urbaine il faut toujours qu'il y'ait 2-3 idiots qui essayent de te faire la course entre 2 feux comme si ça nous intéressait.

                            L'industrie tente de nous faire croire qu'il faut inventer une nouvelle catégorie de vélo (le gravel grinder) pour faire du vélo sur des chemins caillouteux. Pourtant des gens comme moi prennent leurs vélos de course en carbone avec boyaux slicks dans des chemins de montagne sans aucun problème depuis des années:
                            vélo de route au Christ Roi
                            vélo de route sur le Raid Evolennard

                            (pour info, la deuxième photo c'est une partie du tracé du Raid Evolennard, une course de VTT Marathon qui faisait office de championnat Suisse de la discipline cette année.)

                            Bref, on a tous nos préférences et nos envies mais les besoins en terme de matériel, c'est beaucoup dans la tête.

                            • [^] # Re: Intérêt ?

                              Posté par . Évalué à 1.

                              Très jolies photos !

                              Par curiosité, ce n'est pas trop inconfortable ? Tu ne crèves pas ? Tu as quels pneus/boyaux ? Tu gonfles à combien ?

                              • [^] # Re: Intérêt ?

                                Posté par . Évalué à 2.

                                Pour la pression tout dépend des routes et chemins utilisés, je n'hésite pas à adapter la pression en fonctione de l'usage. L'avantage des boyaux c'est que justement on risque moins la crevaison par pincement. J'utilise actuellement des Schwalbe One en 25 et 28mm suivant les vélos gonflés entre 4 (ça c'est avec le 28mm uniquement) et 7 bar pour un poids qui oscille (je suis gourmand) entre 75 et 80kg.

                                J'ai fais Paris-Roubaix cette année avec ces boyaux (le vélo était un cyclocross par contre), regarde la déformation du pneu avant sur le pavé :
                                Paris-Roubaix

                                • [^] # Re: Intérêt ?

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  Merci pour ces explications. La déformation du pneu sur la photo est effarante :-/

                                  Entre les pneus tubeless, et les pressions ajustées, je comprends un peu mieux ce qui s'apparente à de la sorcellerie, en tout cas vu depuis mes Continental GP 4000S 23mm et gonflés en conséquence - sachant je suis encore plus gourmand que toi d'environ 10kg.

                                  On pourrait peut-être faire un club "LinuxFR" sur Strava ? Ou à défaut, imaginer un Strava libre, décentralisé et auto-hébergeable, pour rouler sans laisser trop de traces ?

                                  • [^] # Re: Intérêt ?

                                    Posté par . Évalué à 4.

                                    Si tu es plus lourd que moi, je te conseilles en tout cas de passer au 25 voire 28mm et éventuellement de tester le tubeless pour pouvoir diminuer en pression sans risque de pincer. À Paris-Roubaix je n'ai pas vu un seul participant crever avec des boyaux alors qu'on roulait tous entre 4 et 5.5bar de pression. Les utilisateurs de pneus traditionnels étaient obligés de gonfler minimum à 6-6.5bar avec tout ce que ça impliquait en terme de tenue de route et vibration sur les pavés et malgré ça j'en ai vu énormément sur le bord de la route à changer de chambre à air.

                                    Je préfère personnellement le boyau pour une question de poids, de sécurité dans la région montagneuse où je vis et avouons le un peu par élitisme et tradition. Le tubeless ne me paraissait pas du tout intéressant ces 2-3 dernières années sur route parce que l'offre en terme de roues et pneu était assez bof. C'est en train de changer et maintenant je trouve qu'il y'a des offres plus intéressantes. Par exemple Schwalbe va sortir avec l'euro bike le Pro-One qui est un pneu tubeless léger et au rendement élevé, le S-One plus typé endurance confort. Hutchinson a sorti le Secteur en 28mm qu'on peut imaginer utiliser sur n'importe quelle route. Et il y'a maintenant une offre en terme de roues assez importante.

                                    Les pneus de 20 à 23mm, ce sont des aberrations d'une époque où on s'imaginait que le rendement baissait magiquement en diminuant la largeur des pneus et en gonflant le plus fort possible.

                            • [^] # Re: Intérêt ?

                              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                              Je plussoie sur les pratiques / utilisateurs.

                              Pour ce qui est des suspensions, il y aussi des voies intermédiaires avant le tout-suspendu : Le tube de selle à suspension (Airwings Air 360, entre autre).

                              J'ai installé ça sur mon vélotaf, après des problèmes de dos. Je regrette presque mon choix du tout suspendu pour le VTT…

                              En fait non, je regrette que dans les montées (c'est lourd, c'est souple). En descente, dans les bosses, je regrette pas, j'ai pas le temps.

                              • [^] # Re: Intérêt ?

                                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                Et les cadres en acier, plus souple que l'aluminium qu'on trouve partout. En comparaison au carbone, je ne sais pas.

                                • [^] # Re: Intérêt ?

                                  Posté par . Évalué à 4.

                                  Faut se méfier des idées préconcues sur les matériaux. Il y'a certe des vérités de bases mais j'ai connus des cadres acier "bout de bois" (qui a dit Columbus Max) et certains alus modernes sont étonnant de confort.

                                  En carbone il est impossible de faire des généralités. Il y'a de tout puisque c'est en jouant avec les épaisseurs, les types et directions de fibres qu'on peut en faire varier les caractéristiques.

                                • [^] # Re: Intérêt ?

                                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                  Oui et non. Les cadres acier, j'en ai plié/cassé quelques un.

                                  En alu, c'est aussi, voire plus, léger, et mon ressenti de rigidité est annulé par les suspensions.

                                  Le carbone, y'a de tout, voir réponse de PsychoFox. J'ai pu tester un VTT Scott full-carbone semi-rigide qui était ultra souple, je me croyais sur un tout-suspendu, et Time propose des cadres full-carbone (sur mesure, prix en conséquence) où la rigidité dépendra du choix du client.

                                  • [^] # Re: Intérêt ?

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/08/15 à 18:01.

                                    Oui et non. Les cadres acier, j'en ai plié/cassé quelques un.

                                    C'est normal ça, un vélo n'est pas éternel, ça finit par casser. J'ai cassé un cadre acier après des années sans compteur, puis un cadre alu après un peu plus de 20.000 kilomètres — ce qui me semble plutôt raisonnable comme longévité — et j'utilise actuellement un cadre acier dont j'espère qu'il durera plus longtemps vu ce que je l'ai payé.

                                    • [^] # Re: Intérêt ?

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                      Les cadres carbones ne sont, en théorie, pas touché par le phénomène de fatigue.

                                      Souvent, les cadres sont fragilisés par un impact ou des égratignures, et là, faut réparer tout de suite, sinon c'est généralement brutale, et sans indicateur comme les cadres en aciers.

                                      Les aciers ont une réputation de résister longtemps, basée principalement sur le fait que l'on trouve encore des vélos vieux de 70 ou 80 ans qui roulent toujours parfaitement bien.

                                      Faut dire qu'à l'époque, c'était un peu comme avec les ponts romains : c'est sur-dimensionné, car on sait jamais.

                                      Les cadres en acier au Chrome-Molybdène récents sont souvent conçu de manière à minimiser le matériaux, en affinant les parois au milieu du tube, et en épaississant les parois en bout de tube (multi-butted tubes). Il est possible de faire ça par itération, et de mettre de la matière là où le tenseur mécanique est important, et d'en retirer là où il est faible. Ça coûte plus cher, et là, je ne sais pas trop quant à la longévité.

                                      Après, j'aimerais bien essayer un cadre en bois comme celui-ci, mais ça coûte un bras (3 450 $ le cadre).

                                  • [^] # Re: Intérêt ?

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 19/08/15 à 18:16.

                                    Tiens, tant que j'y pense, un avantage de l'acier, à ce qu'il me semble, c'est que, quand ça commence à se casser, ça se déchire lentement, ce qui laisse largement le temps d'aller en acheter un nouveau en roulant précautionneusement. En fait, mon premier vélo d'adulte en acier, après des années de service, a mis plusieurs mois à se casser après que sa barre inférieure eût commencé à se déchirer près du tube de fourche.

                                    Tandis que l'aluminium, ça se déchire beaucoup plus vite : mon vélo suivant en alu, s'est cassé en une journée après avoir commencé à se déchirer au même endroit. Évidemment, comme c'était moins de 2.000 kilomètres après l'avoir acheté, il s'agissait clairement d'un vice caché, de sorte que je l'ai fait changer en faisant jouer la garantie ; après l'avoir changé, il a tenu un peu plus de 20.000 kilomètres, et a finalement commencé à se déchirer, toujours au même endroit : cette fois-ci, je m'attendais à ce que ça casse rapidement et à disposer de moins de 50 kilomètres pour en changer, et j'ai donc immédiatement été en acheter un autre avant qu'il ne lâche.

                                    Pour mon premier vélo, je n'avais pas su identifier le problème, de sorte que je roulais comme si de rien n'était : pour les cyclistes inexpérimentés donc, si votre vélo commence à grincer quand vous êtes en danseuse, sans que vous puissiez identifier la cause, c'est qu'un tube de votre cadre a commencer à se déchirer et qu'il est temps d'en changer. Pas de panique toutefois, si votre vélo n'est pas un B'Twin à cadre design, la rupture d'un tube du cadre ne vous fera pas chuter : c'est un triangle, et avec un côté brisé, ça reste en un seul morceau, même si ça devient alors très fragile, et très mou, de sorte que ça se comporte très mal. Si votre vélo est un B'Twin, eh bien, ça dépend où ça casse : si c'est dans le triangle, tout va bien, si c'est dans la partie frontale qui n'a qu'un seul tube, c'est comme une rupture de fourche, vous êtes mort.

                                    • [^] # Re: Intérêt ?

                                      Posté par . Évalué à 3.

                                      20000km ça me parait léger comme durée de vie. Ceux qui font 10000 à 20000km par année ne changent pas de vélo tous les ans forcément.

                                      J'ai encore un vélo qui doit avoir entre 60 et 80000km dans les dents (ouais je sais c'est vague comme estimation mais j'ai connu des années où j'étais sponsorisé et où on me fournissait un vélo).

                                      • [^] # Re: Intérêt ?

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                        20000km ça me parait léger comme durée de vie. Ceux qui font 10000 à 20000km par année ne changent pas de vélo tous les ans forcément.

                                        Ceux qui roulent autant prennent sans doute des vélos de meilleure qualité que celui que j'avais acheté à l'époque, un peu en urgence d'ailleurs. Pour le prix que je l'avais payé, je m'estime heureux avec mes 20.000 km.

                                        • [^] # Re: Intérêt ?

                                          Posté par . Évalué à 1.

                                          À titre de comparaison, j'en suis à 30000km sur un cadre alu de chez Canyon. La seule surprise que j'ai eu, c'est une fracture du cintre alu (un ritchey) - et donc pas du cadre - lors d'une descente rapide. Heureusement pas de chute car j'ai pu réagir très vite et que la guidoline a retenu la partie fracturée (la cocotte droite et avec elle les manettes de dérailleur arrière/frein arrière).

                                          Si j'avais fait ma guidoline régulièrement, j'aurais vu que l'alu était fissuré - en témoignait l'intérieur du cintre de ce côté-là, qui était sale, et donc exposé au moins depuis plusieurs mois. Depuis, je fais gaffe.

                                    • [^] # Re: Intérêt ?

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                      C'est pas mon vécu sur l'acier. Mais on ne doit pas être sur les même types de cadre ni les mêmes usages.

                                      Les deux que j'ai cassé :
                                      Un VTT rigide d'entrée de gamme (Go Sport, de mémoire), < 500 km, cassé net au tube de fourche, sur une descente de trottoir. Belle gamelle, ça n'est pas passé loin des dents.

                                      Un VTC d'entrée de gamme Décathlon, < 200 km , cassé net à la jonction "tube de selle - triangle arrière", au démarrage (à un feu, le matin, en allant en boulot. Le soir, sans selle, c'était… folklo).

                                      Les deux autres VTT (Décathlon semi-rigide, 1 acier, 1 alu) que j'ai plié, c'était toujours sur le triangle arrière, sur une réception de bosse. Et c'était sur des entrées de gamme encore. Et j'ai des amis qui roulent avec le même modèle depuis des années sans aucun problème. On est dans la même gamme de poids, on roule sur les mêmes sentiers…

                                      Après avoir testé du carbone (tant qu'à casser la tirelire…), j'ai finalement choisi l'alu, en moyenne gamme (1000 ~ 2500€). Au poids, c'est kifkif dans cette gamme. En VTT tout-suspendu, pour le moment, ça tient (3 ans, ~3000 km).

                                      Mon vélotaf a 10 ans et > 30 000 km (mais c'est un semi-rigide alu, et j'ai toujours eu un tube de selle suspendu monté dessus). Lui aussi est impec.

                                      Enfin, 90% des cadres (toutes marques et matières confondues) sont de toutes façon fabriqués en Chine. Et pas forcément bien controlé à l'assemblage, donc…

                                      http://www.velofcourse.fr/velo-materiel/lieu-fabrication-pays-mondialisation/

                                      http://usrehoncyclo.wifeo.com/ou-est-fabrique-votre-velo.php

                                      • [^] # Re: Intérêt ?

                                        Posté par . Évalué à 3.

                                        Enfin, 90% des cadres (toutes marques et matières confondues) sont de toutes façon fabriqués en Chine. Et pas forcément bien controlé à l'assemblage, donc…

                                        Ça ne veut rien dire. Taiwan est le roi de l'alu c'est eux qui ont le meilleur savoir faire. Taiwan est capable de te faire du très mauvais et du très bon selon ce que tu demandes. Si tu paies pour de la merde… tu as de la merde.

                                        Après vu ce que vous casser, vous devez vraiment acheter de la crotte. Sauf choc accidentel (type gros poney ou énorme pression frontale du la fourche/douille de direction type percussion d'un arbre) un cadre correct prend sans soucis 5 à 10 ans d'abus réguliers sans broncher. Quand tu vois ce qu'on leur met dans la face la résistance est juste hallucinante.

                                        • [^] # Re: Intérêt ?

                                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                          Après vu ce que vous cassez, vous devez vraiment acheter de la crotte.

                                          Je ne dis pas le contraire. Ce que j'ai cassé, c'était du noname, "entrée de gamme/premier prix", en grande distribution…

                                          Aujourd'hui, ça ne me viendrait plus à l'idée de faire ce choix.

    • [^] # Re: Intérêt ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      pour une raison que je n'ai jamais pu comprendre, des VTT avec des roues de 26 pouces, très petites donc, pas rapport à la hauteur de selle

      Si je ne dis pas de bêtises, à l'origine les pneus des VTT n'étaient pas assez épais, et c'était pas super. À l'époque, aux États-Unis, les Cruisers étaient courants, et possédaient des pneus 26 pouces, et épais pour le confort. Ils ont ré-utilisé ça, et c'est devenu le standard de fait.

      On a aussi hérité des tailles en unité impériales en pouces, au lieu de celles en millimètres, beaucoup plus parlantes en dehors des É.-U.

      • [^] # Re: Intérêt ?

        Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 18/08/15 à 10:35.

        La question d'unité c'est purement marketing. Le 29pouce c'est du 700c/622mm. Le même diamètre de jante que le standard de fait de ces 70 dernières années pour les vélos de route. Le 27.5 c'est du 650B/584mm, comme les randonneuses françaises. Le 26pouce étant une taille historiquement américaine elle a moins d'équivalents mais a quand même une dénomination métrique (standards ETRTO) de 559mm.

        Faut garder en tête que dans le vélo, que ce soit en terme de roues, en filetages ou en diamètres de tubes il n'y a jamais eu de standard figé mais de multitudes de formats avec certains plus populaires que d'autres dans certaines pratiques/époques.

        • [^] # Re: Intérêt ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Peu importe, le standard de fait, ça se voit dans tous les magasins de sport généralistes, genre Decathlon ou Go Sport, voire dans les supermarchés avec un rayon vélo : ils vendent des roues et des pneus de 26 et de 28.

          Constatant cela, un ingénieur qui trouve que le 26 historique, c'était trop petit pour les VTT, et que le nouveau 29, c'était finalement un peu trop grand, et qui, pour répondre a cela, introduit, ou plutôt réintroduit, en sortant des oubliettes de l'histoire du cyclimse, une taille de 27,5, sans avoir l'idée de reprendre la taille très proche et actuellement très répandue de 28, mérite d'être roué de coups.

          À moins donc, que ce ne soit le marketing qui ait choisi le 27,5 histoire de pouvoir vendre de nouvelles roues, plus chères, puisque plus rares. Auquel cas c'est sans doute le comportement normal de ces nuisibles.

          • [^] # Re: Intérêt ?

            Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 18/08/15 à 10:54.

            Non ça c'est parce que tu n'as rien compris aux tailles des roues et à leur dénominations marketing/américaines. Traduit ça au standard ETRTO et tout devient clair. Le 28 et le 29 c'est la même chose : du ETRTO 622mm qu'on appelle aussi la roue de 700C. Le 27.5 et le 650B (la taille historique des vélos de randonnées depuis les années 50) : du ETRTO 584mm.

          • [^] # Re: Intérêt ?

            Posté par . Évalué à 3.

            Peu importe, le standard de fait, ça se voit dans tous les magasins de sport généralistes, genre Decathlon ou Go Sport, voire dans les supermarchés avec un rayon vélo : ils vendent des roues et des pneus de 26 et de 28.

            À part ça je viens de vérifier mais Decathlon a des 27.5 dans son catalogue donc ça m'étonnerait qu'ils ne vendent pas de pneus et de roues dans ce format. Et si ce n'est pas le cas ils vont les introduire rapidement.

  • # Freins à disques...

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je trouve que c'est plutôt une bonne chose que les freins à disques se répandent… y compris sur les VTC et route.

    J'y ai goûté sur VTT (un petit plaisir après des années de rigide à patins) et je pourrais plus m'en passer.

    J'en ai installé sur mon vélotaf (VTC bien modifié), l'année dernière et je ne regrette vraiment pas. La remorque l'imposait, c'était devenu impossible d'avoir un freinage sûr, remorque chargée, sur sec ou mouillé, avec des patins. Et les plaquettes durent plus longtemps (nonobstant météo et kilométrage).

    Quand le cadre et les jantes le permettent, un kit "bas de gamme" revient à ~ 100 euros. C'est ultra-simple à monter. Le seul défaut des disques, à mon goût, c'est pour vérifier l'usure des plaquettes. Les montures sont pas toujours bien foutues, et "jeter un rapide coup d'oeil" peut valoir un bon lumbago.

    • [^] # Re: Freins à disques...

      Posté par . Évalué à 3.

      Sur les freins à disques, je suis dubitatif. Certes, ça freine bien, mais c'est plus complexe, enfin, les hydrauliques en tout cas. Avec un bête câble, suffit d'en avoir un de rechange si il pète. Si t'a une fuite sur le circuit hydraulique, c'est mort pour réparer au bord du chemin. Je me suis déjà retrouvé avec un frein arrière déficient. Après une purge (opération quand même un peu technique), il est revenu. Mais bon, j'ai moyennement confiance. Je met ça sur mon inexpérience de la chose (du moins en vélo, parce qu'en moto, j'ai résolu le problème, je freine plus, j'en ai marre, à chaque fois, je me pète la gueule).

      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Re: Freins à disques...

        Posté par . Évalué à 2.

        Je n'ai encore jamais flingué de gaine hydraulique. C'est sûr que tout peut arriver. On peut même péter un cadre parfois. Bref shit happens mais ce n'est pas si complexe que ça.

        Par contre il faut choisir son fournisseur. Shimano, Magura, Hope sont des marques sûres pour du frein hydraulique. Sram/Avid, beaucoup moins par exemple.

        • [^] # Re: Freins à disques...

          Posté par . Évalué à 1.

          Ha ben merci du conseil, c'est du SRAM justement. Je pense pas que la gaine soit le problème, elle à l'air costaud. Mais l’étanchéité des raccords. Un peu d'air dans le tuyau suffit.

          Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Re: Freins à disques...

        Posté par . Évalué à 3.

        en moto, j'ai résolu le problème, je freine plus, j'en ai marre, à chaque fois, je me pète la gueule

        Titre de l'image

        Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: Freins à disques...

          Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 18/08/15 à 11:56.

          A ouais, le side. Mais bon, personne n'a jamais compris comment on arrivait à tourner avec ça, même ceux qui y arrivent.

          Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Freins à disques...

      Posté par . Évalué à 2.

      un kit "bas de gamme" revient à ~ 100 euros.

      J’ai un VTT depuis quelques années. J’ai des freins à patin. Le vendeur m’avait déconseiller les freins à disque non hydraulique. « Il vaut mieux des bons patins » m’a-t-il dit. Quand a doubler le prix de mon vélo pour ça, je ne suis pas assez aguerri pour m’offrir un vélo à 1000 €.

      • [^] # Re: Freins à disques...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        désolé : s/"bas de gamme"/"bas de gamme hydraulique"/

        Même avec des bons patins, sur le vélotaf, remorque chargée, j'ai vu la différence. Les disques, c'est mieux.

        Mon vélotaf "de base" valait ~700€. En 10 ans, j'ai du rajouter autant, avec la fourche, tube et selle, porte-bagage, protection, éclairages, jantes, pneus… freins.

      • [^] # Re: Freins à disques...

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Quand a doubler le prix de mon vélo pour ça, je ne suis pas assez aguerri pour m’offrir un vélo à 1000 €.

        C'est souvent les accessoires qui coûtent cher.

        Typiquement, en achetant un vélo d'une marque x, tu achètes plus le cadre de la dite marque, auquel est rajouté un ensemble de marques diverses :

        • fourche, parfois de même marque ;
        • et tout le reste de marque complètement différente (dérailleurs, roues, pneus, etc.)

        C'est assez différent d'acheter une voiture de marque y, dont la marque fabrique presque tout (à part certains consommables).

        Je crois que l'important est d'avoir un bon cadre qui te convient, et le reste, ça dépend plus de l'utilisation au fil du temps, puisque ça se change plus souvent.

        De cette manière, tu n'as pas forcément à payer super cher pour avoir un vélo de bonne facture (je ne parle pas de carbone, que je ne trouve pas bien et cher).

        Au poids, c'est intéressant de regarder le prix au kilo :

        • 25 € / kg pour une moto (à 4 k€ et 150 kg) ;
        • 15 € / kg pour une voiture (à 15 k€ et 1 tonne) ;
        • 20 € / kg pour un vélo (à 300 € et 15 kg)
    • [^] # Re: Freins à disques...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Personnellement, je comprends tout à fait l'intérêt des freins à disque, mais je n'en veux pas pour moi, pour une raison simple : les freins sur jante me forcent à maintenir mes roues bien plates et à corriger le moindre voilage. Avec des freins à disque, j'aurais peu de devenir fainéant et de laisser mes roues se voiler sans les dévoiler, sans compter que je n'aurais plus les patins de frein pour me servir de repère pour cela.

      • [^] # Re: Freins à disques...

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        J'ai des disques sur mes deux vélos maintenant, je ne supporte pas plus une roue même trés légèrement voilée.

        La fainéantise, ça vient pas des disques :o)

        • [^] # Re: Freins à disques...

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Du coup, tu dévoiles comment, sans les patins de frein pour servir de guide ?

          • [^] # Re: Freins à disques...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Je vais au "Recycleur", l'atelier communautaire kilébien, où y'a tout ce qu'il faut. De la chance d'être sur Lyon :o)

          • [^] # Re: Freins à disques...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Autre "truc" : Je ne prends que des jantes mixtes (compatible disques et patins) sur le vélotaf. Elles sont plus rigides, plus solides que les disc-only et ne voilent quasiment jamais (moins d'un réglage par an). Point négatif : Elles sont plus lourdes et plus chères.

          • [^] # Re: Freins à disques...

            Posté par . Évalué à 2.

            Moi j'ai un stand de montage de roue pliable qui prend très peu de place. Mais en vérité c'est hyper rare que j'ai du voile sur une roue. Le stand, c'est surtout parce que je monte certaines de mes roues moi-même.

            Il existe des plans pour s'en faire un en bois tout simple. Mais sinon le vélo à l'envers et de simple collier nylon peuvent faire l'affaire.

            • [^] # Re: Freins à disques...

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              Pour un parfait béotien comme moi c'est fascinant de voir ces discussions techniques sur les vélos.
              Un vélo c'est un vélo quoi. Deux roues, une selle, des pédales et puis c'est tout.
              Mais là d'un coup on découvre tout un monde de détails techniques ésotériques: des freins à disques (hydrauliques ou pas) et des freins à patins (V-Brakes ou Cantilever), des roues de 27.5 pouces mais qui en fait n'en sont pas, le standard ETRTO, les dérailleurs électriques, les largeurs de moyeux…etc.
              Médaille d'or pour la phrase "Leviers au cadre car les plateaux ne sont pas indexés et cela permet d'avoir une ligne de chaîne quasi-parfaite".

              On comprend un peu mieux ce que peuvent ressentir les gens qui ne s’intéressent pas aux ordinateurs quand on leur parle de passer à Linux ou bien d'acheter un SSD pour remplacer leur disque dur.

              • [^] # Re: Freins à disques...

                Posté par . Évalué à 4.

                Attends on n'a même pas parlé des standards de boitiers de pédaliers, de capteurs de puissance ni de thru-axle ;-)

              • [^] # Re: Freins à disques...

                Posté par . Évalué à 1.

                Y'a des geeks de tout, c'est presque flippant :D

                Pour la phrase que tu cites, la ligne de chaîne n'est dépendante que de la position relative du/des plateaux et du/des pignons, pas de la technologie des commandes des dérailleurs.

              • [^] # Re: Freins à disques...

                Posté par . Évalué à 3.

                Un vélo c'est un vélo quoi. Deux roues, une selle, des pédales et puis c'est tout.

                Ça c'est un fixie ou un single speed. Mon prochain (et second) vélo !
                Il faut juste que je trouve l'endroit où le stocker :) !

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

              • [^] # Re: Freins à disques...

                Posté par . Évalué à 1.

                Détrompe-toi, un vélo, ce n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît

                Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

  • # En fait, ça dépend de l'utilisation.

    Posté par . Évalué à 3.

    Bonjour à tous,

    Voici mon ressenti en temps que cycliste moyen "touche à tout" (je pratique un peu le VTT et le vélo de route et beaucoup de cyclo-camping dans des endroits pas du tout roulants).

    Déjà, les salons ne sont que des vitrines sur ce qui peut par la suite arriver sur le marché. Certaines choses prendront, d'autres non.

    Ensuite, tout dépend de l'utilisation que l'on souhaite faire de son vélo. Personnellement, je suis un adepte du pragmatisme et du minimalisme. Je vais vous donner deux exemples, que sont mon vélo de randonnée et le VTT de ma fille qui pratiquait le cyclisme et le triathlon. J'ai monté les deux de A à Z, un peu comme un PC.

    Le vélo de randonnée :

    Cadre en acier CroMo et roues 26 pouces à 36 rayons. Les jantes sont des jantes de descente, donc très larges. Les roues n'ont jamais pris de voile malgré les tortures sur les routes roumaines et ukrainiennes. Dans ce cas, la taille de 26 pouces me semble un excellent compromis : facilement remplaçable en cas de casse même dans des endroits obscurs, large choix de roues et fiabilité certaine car les rayons sont courts. Les 27,5 et 29 pouces n'ont aucun intéret pour mon utilisation. Plus chers, plus lourds et pas forcément plus fiables.

    Freins à patins de type "Cantilever". Les Cantilever ont la réputation de moins bien freiner que les V-Brakes et surtout que les freins à disques. C'est vrai pour les Cantilever de bas de gamme. J'ai des Cantilever Shimano de cyclo-cross et le freinage n'est jamais brutal, juste progressif. Cela permet entre autres de pouvoir freiner du frein avant sans se vautrer (pratique lorsqu'on lache sont bras droit pour signaler que l'on tourne à droite). Pour un freinage d'urgence, il suffit d'appuyer plus fort sur les cocottes. À noter aussi que les Cantilever bourrent beaucoup moins dans la terre… Sinon, j'ai un double système de leviers (issus du monde du cyclo-cross) sur un guidon de type course. Pas de V-Brakes et encore moins de freins à disques pour moi : trop brutal et difficulté à trouver des pièces pour ces derniers à l'étranger. Nota : chargé à 30kg, le freinage est efficace car on peut alterner frein avant et frein arrière, sans risque d'OTB.

    Transmission de VTT, gamme Shimano XT. Du cable et encore du cable. Leviers au cadre car les plateaux ne sont pas indexés et cela permet d'avoir une ligne de chaîne quasi-parfaite : cela ménage la transmission. On peut désindexer aussi les le passage des pignons si les vitesses passent mal. Ce n'est pas ergonomique mais en cas de gamelle, si je casse une cocotte, je ne casse rien au niveau des leviers de dérailleurs.

    Éclairage, une bonne dynamo bouteille. Le rendement est tout juste moyen mais, en cas de changement de roue à l'arrache, j'ai toujours de la lumière…

    Donc, pour un usage "au long cours", il me faut de la simplicité, de l'interchangeabilité et de la fiabilité.

    Le VTT de ma fille :

    Le challenge était de lui monter un VTT de compétition de 10kg. Je me suis donc orienté il y a 5 ans sur un cadre aluminium 29 pouces avec un fourche rigide en carbone : vu le poids plume de ma fille, les "pneus ballons" de 29 pouces gonflés à 1,5 bars faisaient office d'amortisseurs. J'aime beaucoup ce vélo et je lui emprunte pour des randos VTT sportives. Le 29 pouces permet de passer au dessus des creux et nids de poule plus facilement que le 26 pouces. Sans compter qu'en montée, ce vélo est un régal avec son faible poids et le ressenti que l'on a du terrain (fourche rigide oblige - par contre ça fatigue plus) ! Sinon, le groupe est un Shimano SLX et les freins sont des freins à disques à cable, plus légers, moins chers et plus fiables que des freins à disques hydrauliques.

    Conclusion :

    Tout ceci pour dire qu'en fait le monde du vélo est assez vaste et que certaines technologies peuvents être utiles dans certaines applications et inutiles voire source d'ennuis dans d'autres. Voire même dangereuses (le projet d'autoriser les freins à disques dans des courses sur route). Et que chacun peut avoir une approche différente du vélo…

    • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

      Posté par . Évalué à 4.

      Voire même dangereuses (le projet d'autoriser les freins à disques dans des courses sur route).

      FUD.

    • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Voire même dangereuses (le projet d'autoriser les freins à disques dans des courses sur route)

      Je suis d'accord avec le « FUD » là. C'est quoi la différence entre les patins sur ta jante et les plaquettes sur un disque ?
      La roue est utilisée comme un disque géant, ni plus, ni moins, et ça marche bien.

      L'avantage des disque au niveau du moyeu, c'est la fiabilité en cas de mauvais temps, puisque c'est moins accessible.

      Après, avec des freins à disque, tu ne freines qu'avec 1 doigt, pas comme avec les cantilevers. Bref, c'est pas plus dangereux que sur les motos à disques qu'à tambour :/

      • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

        Posté par . Évalué à 2.

        FUD ? En cas de chute massive en peloton avec les roues qui tournent encore, je vous laisse imaginer les dégâts avec des disques chauds et tranchants. Sinon, pour info, ce ne sont pas des cantilever sur les vélos de route.

        Je n'ai rien contre les freins à disque sur des vélos de route mais ils peuvent s'avérer dangereux dans des courses en peloton.

        • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

          Posté par . Évalué à 6.

          Le coup des disques tranchants et brûlant, tous les vieux retrogrades ressortent cette excuse. D'une part il faut que les disques soient chauds, ils ne le sont pas constamment, seulement après de long et fort freinage. J'ai couru en elite et je peux te dire qu'en peloton en général quand ça chute t'es par terre avant même d'avoir eu le temps de freiner. Il faudrait une chute massive en descente de col pour que les disques soient assez brûlants pour être un problème. Coup de bol, ça n'arrive jamais car la descente, les freinages suivis de relances étire le groupe.

          T'as déjà un disque tranchant sur ton vélo qui s'appelle le grand plateau. Ben figure toi que c'est hyper rare qu'un cycliste se coupe avec et que quand ça arrive…ben c'est juste une coupure (souvent au mollet) et ça se soigne très bien. J'ai jamais vu quelqu'un se trancher l'artère fémorale avec alors qu'un bête guidon peut être bien plus dangereux.

          Le rotor lui, est globalement isolé du cycliste d'une part par la roue de diamètre bien supérieure, d'autre part par le cadre.

          • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

            Posté par . Évalué à 2.

            Le grand plateau est enrobé/protégé par la chaîne en cas de chute à grande vitesse, non ? C'est peut-être pour cela qu'il y a très peu de coupures dues au grand plateau dans des chutes à haute vitesse…

            Sinon, entièrement d'accord avec toi sur l'aspect guidon. D'où dans les compétitions jeunes la vérification de la présence de bouchons sur les guidons course et l'interdiction (pas systématique, hélas) des cornes de vache sur les VTT…

            Enfin, je ne suis pas rétrograde. Je m'interroge simplement sur le ratio avantages/inconvénients de freins à disques sur un vélo de route (sécurité - on en a parlé, poids, fourche renforcée, section de pneu plus large) sachant que de bons étriers sont déjà suffisamment "violents". Ces freins sont d'ailleurs autorisés en cyclo-cross où la notion de peloton est à mille lieues des courses sur route et où les vitesses sont bien moindres. Sauf que l'argument principal n'est pas la puissance de freinage mais la capacité à moins bourrer.

            • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

              Posté par . Évalué à 2.

              Tout dépend de la pratique mais pour être en disque en cyclocross depuis 3 ans pour moi c'est le jour et la nuit. Sous la pluie des freins sur jante se transforment en vagues ralentisseurs en comparaison. En montagne idem, sans compter le danger chez les utilisateurs de jantes carbone à pneu.

              C'est simple j'ai fini par revendre mon route pour commander un équivalent à disques après m'être fait des frayeurs en passant de l'un à l'autre.

            • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

              Posté par . Évalué à 3.

              Au niveau des coupures, je ne sais pas si tu te souviens des spinergy rev-x. Tout le monde avait peur des lames carbones mais au final il n'y a pas eu d'acvident de ce type enregistré alors qu'elles avaient envahies tous les pelotons pros comme amateur. Et tu connais les class actions et organismes de sécurité américaines. Au final elles ont été interdites en coursr par l'UCI parce qu'elles risquaient de se désintègrer d'un coup si une lame cassait. En gros le risque n'était pas de se couper mais plutôt de devoir aller chez le dentiste.

              • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

                Posté par . Évalué à 1.

                Oui, je me rappelle des Spinergy (les "coupe-jambons")… Sinon, au vu de tes arguments, je révise mon jugement quant aux freins à disques sur les vélos de route : ils apportent effectivement un gain de sécurité en descente (pas chauffe de la jante et d'usure et moins de perte de mordant) et sous la pluie (freinage plus efficace et moindre usure des plaquettes par rapport aux patins). Néanmoins, je reste circonspect quant à "l'effet disqueuse"… ;-)

                • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Néanmoins, je reste circonspect quant à "l'effet disqueuse"… ;-)

                  Vu la relative faible inertie de la roue et le minuscule diamètre du disque, la chance sur 2 de ne pas toucher le "côté disque", ta crainte me parait irraisonnée.
                  Tu peux tenter l'expérience de couper du jambon avec. ;)

                  Par contre, le risque d'être momentanément en contact avec le pneu d'une roue qui tourne rapidement, me parait supérieur (et plus désagréable).

            • [^] # Re: En fait, ça dépend de l'utilisation.

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Ces freins sont d'ailleurs autorisés en cyclo-cross où la notion de peloton est à mille lieues des courses sur route et où les vitesses sont bien moindres. Sauf que l'argument principal n'est pas la puissance de freinage mais la capacité à moins bourrer.

              un des arguments des disques pour le cyclo-cross, c'est aussi un freinage constant.

              Quand tu passe dans une marre de boue ou un bac de sable, il y a un dépôt sur la surface de freinage de la jante ce qui peut être ennuyant pour freiner.

              Il n'y a pas ce genre de prob avec des disques.

              Par contre "l'ancienne" génération a un peu du mal a s'y mettre, Nys roule de temps en temps avec pour des raisons de sponsoring alors que des petits jeunes comme

  • # Puisqu’on a des pro du vélo

    Posté par . Évalué à 3.

    Salut,
    J’ai un VTT Rockrider de décathlon (400€ en 2005). J’aimerai être capable de régler mon dérailleur, y-a-t-il des tuto correct pour les réparations réglages des vélos. Je pourrais chercher sur le net, mais je ne suis pas sûr de pouvoir juger si un tuto est valable ou pas avant d’avoir réparé ou pété mon vélo.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.