Journal Réflexion sur le concept d' « influence » et des réseaux sociaux

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags : aucun
9
9
jan.
2012

Sommaire

Comme vous avez pu le constater sur la première page du site, j'ai proposé un sondage sur l'utilisation du bépo:
https://linuxfr.org/sondages/la-disposition-b%C3%A9po%E2%80%A6

En effet, je suis réellement curieux de savoir quelle est la percée du bépo chez les geeks, pas seulement en termes d'utilisation mais surtout en termes de perception.

Cependant, histoire de tater d'autres eaux que Linuxfr, j'avais également posté un sondage sur les réseaux sociaux identi.ca, Twitter et G+:
https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dC1yY2tkV3B6R0xuLUxCd3NZajlkTVE6MQ#gid=0

Sondage dont les résultats sont ici: http://forum.bepo.fr/viewtopic.php?id=521

Ce sondage a été « retweeté », repartagé, envoyé sur des forums. Bref, il a circulé beaucoup. Malgré cela, il n'a a ce jour « que » 469 réponses.

Cela fait réfléchir à la pseudo-viralité des réseaux sociaux qui connectent tout le monde. Est-ce que finalement tout cela ne serait pas surfait ? Parce que, force est de constater, ce n'est pas un bien grand nombre de votants pour un lien qui a pas mal circulé.

Les mesures de l'influence

Un concept dont on parle beaucoup dans le monde des réseaux sociaux est celui de l'influence. Il n'y en a pas de réelles définition et le concept est plus que vague.

Sur les réseaux sociaux, on peut mesurer l'influence avec:
- le nombre de followers/amis/abonnés
- des algos proprios comme Klout (qui donne votre longueur de zizi sociale)

L'influence d'un site web particulier peut, lui, être mesurée:
- Par le nombre de visiteurs moyen
- Par le page rank
- Par le nombre d'abonnés au flux RSS

Quantité vs qualité

Le problème avec toutes ces méthodes de mesure c'est que, d'une manière ou d'une autre, elles privilégient la quantité sur la qualité. Sur Twitter/Identi.ca, je passais au début un temps bête à retirer de mes followers des spammeurs ou des bots. En faisant ça, je diminuait ma supposée influence.

Klout mesure notamment le nombre de fois que vos messages sont retweetés/repris ou cités. La technique la plus simple consiste à poster très souvent. Plus on poste, plus on a des chances que qqn réponde à un message.

De même, sur un blog ou un site, mettre à jour très souvent va: augmenter les visiteurs en faisant en sorte que les abonnés visitent le site, va augmenter le page rank, va augmenter la probabilité des liens externes tout en augmentant les liens internes.

De manière générale, je constate que tous les indicateurs de pertinence/qualité d'un site web/d'une personne sont en fait liés plus à la quantité produite par ce site que par la qualité elle-même.

Les internautes sont loin d'être innocents dans l'histoire: une argumentation intéressante apportant de nouvelles idées ne sera lue que par 10 personnes si dépassant 10 lignes, une vidéo de panda se roulant par terre sera vue par 10.000 personnes.

Ne sommes-nous pas dans un processus de fast-foodisation de l'internet ?

Les curateurs

Le gros termes à la mode pour le moment, c'est la « curation ». En fait, c'est faire le tri dans cette montagne d'infos et faire une sélection plus ou moins pertinente.

Il est d'ailleurs marquant que les gros blogs à succès sont des blogs qui ne crée ni n'apporte rien de neuf. Ils se contentent de sélectionner des liens, traduire des news anglophones ou relayer des annonces. Ce travail peut être poussé, incluant des tests (korben, presse-citron) ou être juste une pelletée de liens (sebsauvage).

Ces blogs agissent finalement comme une forme de distributeur. Les lecteurs de ces blogs sont généralement des personnes influentes dans leur entourage direct qui vont relayer le plus rigolo/intéressant à leurs amis proches via facebook.

Ce qui est interpellant c'est que peu d'internautes s'intéressent à l'origine de l'information et, surtout que les curateurs ont un pouvoir énorme. Qu'ils décident de parler ou d'ignorer un sujet précis peut avoir un impact non négligeable.

Mon approche

Ce qui est amusant c'est que j'ai moi-même une approche complètement différente. Au début, succombant aux sirènes du RSS, j'étais abonné à plein de sites de news. J'ai finalement décidé de faire un tri et de supprimer tous les sites qui étaient mis à jour trop souvent. Mon critêre est simple: si je n'ai pas le courage de lire les news en retard d'un site en rentrant de vacances, c'est que je peux vivre sans ce site. Exit donc Slashdot, Ars Technica et tout le reste. Ce qui est vraiment important sur ces sites finira bien par m'atteindre d'une manière ou d'une autre.

Je ne m'abonne donc qu'aux sites et blogs qui offrent un contenu original et qui sont pas trop souvent mis à jour (les journaux linuxfr, le blog de Rick Falkvinge, le Framablog, Planet GNOME, c'est à peu près tout).

Sur mon propre blog, j'ai pris pour règle de ne jamais publier deux fois le même jour et de garder un niveau de qualité minimum, gardant en tête la question: « M'abonnerais-je à mon propre blog ? ».

D'un point de vue stratégique, ça a été une grave erreur, mon PR et mon nombre moyen de visiteurs étant en constante baisse depuis 2007. (Comme je ne gagne pas un balle sur ce blog, on se fout de la stratégie, c'était juste un exemple pour illustrer). On pourrait me rétorquer que c'est juste ma qualité qui baisse mais vu le succès de certains blog, je pense que la qualité n'est pas nécessaire au succès ;-)

Finalement

Mais finalement, tout cela est quand même très anecdotique. Le web prend de plus en plus de place et les acteurs du web sont remplacés par les stars people. Lorsqu'on compare l'influence d'un blogueur avec 500 followers avec un curateur/blogueur à succès avec 5000 followers, il ne faut pas oublier que le fait d'avoir un rôle parlant dans une série télé à deux balles suffit à vous donner immédiatement 50.000 followers. Si vous avez sorti un disque ou si vous avez votre nom sur l'affiche d'un film, c'est de 500.000 followers qu'on parle.

Il est quand même démoralisant de constater que le web n'est finalement que le reflet de la vie de tous les jours: ce n'est pas avec des bonnes idées qu'on devient important, c'est parce qu'on est important que nos idées sont bonnes. Le fait que les acteurs/chanteurs soit tellement impliqués dans les campagnes politiques ne cesse d'ailleurs de m'interpeler.

Enfin, bonne semaine :-)

  • # Web de liens

    Posté par . Évalué à 10.

    En fait, le web 2.0 est surtout un web de liens. Tous les internautes participent, mais peu d'entre eux sont réellement capables de créer du contenu. Du coup, tout le monde a son bloc, son fesse-bouc, son twitter, et passe son temps à créer des réseaux de liens à coups de j'aime/j'aime pas ou de posts-bookmarks. Regardez même les sites de la presse en ligne : il y a finalement très peu de contenu, on retrouve principalement des copier-coller de dépêches AFP, et des pages de "news" reprenant telle ou telle info. Les magazines web sont des liens vers des sites intéressants (donc zéro contenu) ; les forums de discussion sont souvent des collections de liens ("tel site ou tel site peut donner l'info que tu cherches", "voici un lien vers un ancien post qui contient ta réponse", etc). Et très souvent, en remontant tous ces liens, on finit par tomber sur une info datée, peu fiable, parfois vraiment merdique, ou vers une erreur 404.

    • [^] # Re: Web de liens

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Je pense que tu mets le doigt sur qqch d'important: le web a fait croire au créateur de contenu qu'ils pouvaient diffuser leur création sans entraves.

      Mais, finalement, ne pas être diffusé ou avoir une diffusion inexistante sur un site web, c'est presque pareil. Il faut passer par des « diffuseurs ».

      Le web a peut-être plus modifié le rôle des diffuseurs de contenu que celui des créateurs proprement dit.

      • [^] # Re: Web de liens

        Posté par . Évalué à 4.

        Je ne suis pas certain d'être d'accord. Il est assez facile de vérifier que grâce aux moteurs de recherche, les pages comportant du contenu sont souvent mises en avant par rapport aux pages sans contenu -- ce n'est pas un hasard si Wikipedia sort si souvent en tête. Au contraire, les sites de fermes de liens doivent lutter de toutes leurs forces, voire "tricher", pour ne pas disparaitre des moteurs de recherche. Je n'ai jamais vu une page Facebook ou un lien Twitter apparaitre dans Google après une requête sérieuse -- j'irais même jusqu'à dire que les réseaux de liens facilitent grandement le travail des moteurs de recherche, en faisant converger les réseaux vers les page possédant du contenu. Ceci dit, je ne pense pas que ceci soit une raison suffisante pour justifier ces réseaux de liens sans contenu.

        • [^] # Re: Web de liens

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Oui mais, même dans le contenu, il y a pléthore. Exemple bête: la musique. Il y a des tas de nouveaux disques tous les jours. Comment tu fais pour être au courant des nouveautés ? Il faut un filtre, qui enlève le plus gros et te propse un échantillon de ce qui est nouveau. Non ?

        • [^] # Re: Web de liens

          Posté par . Évalué à 3.

          Je n'ai jamais vu une page Facebook ou un lien Twitter apparaitre dans Google après une requête sérieuse

          Titre de l'image

          depuis cet article qui parle du problème

          • [^] # Re: Web de liens

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Ça tombe bien, ce ne sont pas les pages Facebook ou des liens Twitter ;)

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Web de liens

              Posté par . Évalué à 3.

              Mais ce sont des pages comportant du contenu mises en arrière par rapport aux pages sans contenu. Donc la différence c'est que c'est google et pas facebook. Je suis prêt à croire que c'est un problème de réglage des algos parce que googleplus(*) est en phase de naissance, mais pas trop longtemps. Et en attendant, l'auteur de l'article a raison de gueuler.

              (*)J'aime bien google plus parce que j'y lis des choses très intéressantes qui me mènent ensuite vers de vrais sites et de vrais blogs très intéressants, (et donc vers de vrais gens); je n'aimerais donc pas devoir le shunter comme je shuntai facebook parce qu'il entend enfermer l'internet à l'intérieur de ses limites (**).

              (**) Parallèlement, c'est bien dommage que les admins et modos linuxfr lors de la discussion sur le sujet des RSS n'est pas vu l'intérêt d'ouvrir leur site sur le monde extérieur; bien qu'on ne puisse pas les accuser, eux, de vouloir enfermer le monde dans leur site, juste de vouloir s'en couper, d'une façon toute paradoxale.

              • [^] # Re: Web de liens

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                (**) Parallèlement, c'est bien dommage que les admins et modos linuxfr lors de la discussion sur le sujet des RSS n'est pas vu l'intérêt d'ouvrir leur site sur le monde extérieur; bien qu'on ne puisse pas les accuser, eux, de vouloir enfermer le monde dans leur site, juste de vouloir s'en couper, d'une façon toute paradoxale.

                Je ne comprend pas ce que tu veux dire.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                • [^] # Re: Web de liens

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Le problème de facebook ou potentiellement googleplus, c'est qu'ils veulent faire tenir internet, ou le plus possible de ses usages dans leur site. C'est aol ou infonie qui redémarrent.
                  Dans les faits, linuxfr fonctionne de la même manière avec ses journaux, si tu es un bloggeur linuxien français, tu te demandes à un moment s'il vaut mieux faire ton blog ou poster sur linuxfr. Poster sur linuxfr t'assure avoir plus de lecteurs et des discussion dans ton journal, mais tu perds l'administration de ton blog. Si tu veux faire les deux il faut jongler (voir l'exemple de ploum qui essaie d'être sur plusieurs plateformes).
                  Mais l'intention est différente. S'ils ne veulent pas ouvrir les journaux aux blogs extérieurs, ce n'est pas avec l'intention que les gens viennent les poster sur linuxfr, par désir d'appropriation, c'est simplement parce qu'ils n'y voient pas l'intérêt.
                  L'intérêt c'est de pouvoir communiquer avec plus de linuxiens, de s'ouvrir aux linuxiens qui blogguent mais ne fréquentent pas linuxfr et d'ouvrir dans l'autre sens linuxfr et sa communauté à eux.
                  Le paradoxe c'est que linuxfr est un lieu où on met en avant l'auto hébergement d'une part et que la cause première des logiciels libres c'est de permettre à un société plus communiquantes de continuer à exister d'autre part.

                  • [^] # Re: Web de liens

                    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                    J'avais personnellement jamais vu la chose sous cet angle. Ça mérite réflexion quand on y pense: « Linuxfr est-il un équivalent Facebook/Google plus ? Et comment pourrait-il s'améliorer ? »

                    Vous avez deux heures.

                    • [^] # Re: Web de liens

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Je sais qu'en tant que lecteur le problème se pose aussi, j'aime bien te lire mais ta prose étant éclatée entre le blog, linuxfr et googleplus, j'ai choisi de ne suivre que les journaux linuxfr parce que les discussions y sont plus intéressantes.
                      Si tes autres billets apparaissaient aussi ici (et ils cadreraient bien avec le site, c'est les mêmes thèmes) avec possibilité de les discuter ici, j'aurais le meilleur des mondes.

                      • [^] # Re: Web de liens

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Tu as déjà vu les réactions quand j'ai le malheur de lier mon blog dans un journal linuxfr?

                        J'ai déjà pensé plusieurs fois à tout mettre uniquement sur mon blog, histoire d'avoir plus de contrôle mais, pour le moment, je trouve que le blog est bien pour une publication « statique » alors que, sur linuxfr, je lance des idées, comme ça, pour voir ce que les gens en pensent.

                  • [^] # Re: Web de liens

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Il y a quand même plusieurs problèmes autres que ceux que tu cite, par exemple, il n'y a pas moyen de transmettre les commentaires de l'un à l'autre, ça veut dire des fils de commentaires en double. Ça peut amener aussi beaucoup plus de hors sujet qui finiront par lasser les lecteurs. En plus, il existe déjà suffisamment de planet pour ne pas que la demande soit vitale.

                    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                    • [^] # Re: Web de liens

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Les commentaires peuvent aussi être décentralisés. Beaucoup de sites ont supprimé les commentaires built-in au profit des commentaires Facebook. On peu imaginer la même chose décentralisé avec Diaspora ou qqch d'équivalent.

                      • [^] # Re: Web de liens

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Bof, ça veut dire qu'il faut un compte diaspora (ou que linuxfr se mette à héberger un pod, avec les inconvénients que ça représente) et ça ne résoud pas le problème d'augmenter le bruit (qui est différent pour chacun mais la majorité a quand même un notion plus ou moins commune avec une tolérance plus ou moins grande).

                        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

              • [^] # Re: Web de liens

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Sinon, c'était juste une blague sur la citation

                Je n'ai jamais vu une page Facebook ou un lien Twitter apparaitre dans Google après une requête sérieuse

                qui parlait évidemment de tous les réseaux sociaux et autres assimilé. Si maintenant les blagues ne sont plus prisent comme telles lorsqu'on met un smiley, il y a quand même un problème.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                • [^] # Re: Web de liens

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Sinon, c'était juste une blague sur la citation

                  J'avais bien vu, mais de la même manière que tu as décidé d'ignorer le coté sérieux de mon post pour faire une blague, j'ai décidé d'ignorer le coté amusant de ton post pour prolonger le coté sérieux original.

                  Si maintenant les blagues ne sont plus prisent comme telles lorsqu'on met un smiley, il y a quand même un problème.

                  Mais non, pas plus qu'il n'y a de problème à faire une blague dans un fil sérieux.

      • [^] # Re: Web de liens

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Le web permet à tout le monde d'être diffuseur mais depuis la concurrence des diffuseurs existent, il y en a qui sont plus influents que d'autres. Si tu veux que ta musique/ton actualité/… soient entendue, tu as plutôt intérêt à passer par une radio avec une grande audience plutôt qu'une radio écoutée par 3 ploucs dans la foret.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Web de liens

          Posté par . Évalué à 2.

          Tout dépend de l'influence respective des 3 ou des x milles ploucs sur lesquels tu influes.

  • # influence == melon

    Posté par . Évalué à 9.

    Le problème des gens d"influence", c'est qu'ils ont un melon gros comme une pastèque; Utilisation du "je" en permanence, appropriation des ressources pour traiter leur préoccupation... Leur petit cul, voilà ce qui les intéresse. Personnellement, j'appelle ça des vampires. Ils sucent les bonnes idées en ce les appropriant.

    Sur le web plus qu'ailleurs, c'est le paraître qui prime. Heureusement qu'il y a des gens comme RMS pour montrer la voie à suivre. Heureusement qu'il y a des faiseurs comme Linus ou Theo qui se sont "juste" contenté de s'enfermer dans leur chambre et de coder un noyau x86 "for fun".

    Un mec d'influence se serait contenté de poster un billet sur le yacofocon, ou pire, gueuler et critiquer l'un des faiseurs.

    Tu cherches à répondre à la question « M'abonnerais-je à mon propre blog ? », la vraie question est pourquoi on s'abonnerait au blog d'un mec dont le seul intérêt est son nombril ?

    • [^] # Re: influence == melon

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Tu as un exemple d'un bloggeur d'influence qui ne parle que de lui-même ?

      • [^] # Re: influence == melon

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Mickael Vandetta ?

        Je dis ça, j'ai jamais lu. Mais ça m'avait l'air très nombrilo-centriste, ce personnage...

        • [^] # Re: influence == melon

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Oui mais c'est peut-être le seul blogueur qui a vraiment réussi: il en vit confortablement, il est célèbre (plus que n'importe quel autre blogueur), il a sa page wikipedia, il a publié son autobiographie et a une ligne de vêtrements à son nom, le tout à moins de 25 ans ! Non, il n'a jamais rien fait, ce qui rend sa performance encore plus impressionnante.

          • [^] # Re: influence == melon

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            En plus quand on est involontairement ridicule, on peut plus tard expliquer que tout cela était calculé et jouer sur son image pour buzzer encore plus. De toute façon, il suffit de passer suffisamment à la téloche pour s'assurer une bonne rente. Au pire, il fera comme Steevie Boulay et finira chroniqueur chez Ruquier.

          • [^] # Re: influence == melon

            Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 09/01/12 à 13:07.

            C'est un peu plus compliqué que ça.

            Vendetta a commencé par faire des vidéos nanar sur Dailymotion. À la date de celle-ci, son blog ne comptait que cinq pages. L'année suivante, Nanarland le repère (s'ensuit un topic de 22 pages). Le lien a tourné, je ne sais par quel truchement, à une vitesse fulgurante parmi les collégiens, ravis de casser du bellâtre comme il en traînait par paquet de douze dans les cours de récré à l'époque. Vendetta en profite pour troller (de mémoire, il a édité sauvagement ses posts en y rajoutant des "Vive Israël" totalement gratuits), puis c'est la presse people, d'ordinaire plutôt complaisante, qui en fait son bouc émissaire. Après un passage sur TF1 chez Cauet, qui l'a invité uniquement pour se foutre copieusement de sa gueule, Vendetta était devenu une vedette nationale sans que personne ne se souvienne comment.

            Après je ne pense pas que sa "notoriété" (tout le monde le déteste, enfin) lui garantisse de confortables années 2012 et suivantes, c'est pas comme s'il avait jamais été considéré comme "influent".

            • [^] # Re: influence == melon

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              je me souviens d'avoir vu un extrait de l'émission chez Cauet où, lorsqu'il se faisait casser, il a répondu: « Mon but c'est de devenir célèbre et de passer à la télé. Et je suis en train de réussir. »

              Quand à un 2012 confortable, je pense qu'il est pas dans la misère et qu'il gagne plus que beaucoup de personnes à son âge (mais j'avoue que c'est juste un sentiment que j'ai).

              • [^] # Re: influence == melon

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Ce que je veux dire par là, c'est que la société ne parait pas lui avoir accordé une place aussi confortable que ton message ne le laisse penser. Peut-on vraiment dire qu'il a réussi ? À avoir ses quinze minutes de gloire, certes, mais pour le reste, Vendetta ne me parait pas être un imposteur d'« influence », ni représenter fidèlement les blogueurs/curateurs qui te démoralisent. En bref, je suis plutôt optimiste, et je pense qu'il y a encore pas mal de marge sur le Web pour la juste reconnaissance des "vrais" créateurs de contenus.

    • [^] # Re: influence == melon

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je vais te répondre avec un blog que j'aime bien, celui de Rick Falkvinge: http://falkvinge.net/

      Il écrit en permanence en « je », donne des idées, analyse, critique certaines choses existantes et parle de sa vie. Bref, tout ce que tu as l'air d'abhorrer.

      Or, je trouve qu'il a une analyse et une réflexion particulièrement pertinente (il a d'ailleurs été nominé par le magazine Foreign Policies dans les 100 penseurs de l'année 2011).

      Je suis de ceux qui pensent que la réflexion doit englober l'action, qu'action sans réflexion n'est que courir comme une poule sans tête.

      La réflexion implique d'utiliser le "je". On ne peut pas dire "Les linuxiens sont tous des crétins" sans le démontrer. Par contre dire: "J'ai été à 10 conférences ces 2 dernières années et tous les linuxiens que j'y ai rencontré m'ont paru être des crétins" est un fait qui ouvre le débat (n'est-ce qu'une apparence? Quels sont tes critêres? Quelles étaient ces conférences? Etc) et permet d'engager la réflexion. Bref, certains peuvent parler de leur nombril et être intéressant.

      Après, ton exemple de RMS est amusant:

      • RMS n'est plus dans l'action vu qu'il ne programme plus ou très peu.
      • RMS passe son temps à critiquer ou à dire « ifoka » (genre il faut implémenter flash en libre)
      • le blog de RMS raconte sa vie et se concentre sur son nombril (photos de RMS à Rimini-les-bains-de-pieds, conf de RMS à Vladivostock)
      • J'avoue que RMS n'utilise pas le « je ». Il assène ses opinions comme des vérités absolues.

      Bref, je ne vois pas en quoi RMS différe de la majorité des « influenceurs ».

      • [^] # Re: influence == melon

        Posté par . Évalué à 4.

        RMS n'est plus dans l'action vu qu'il ne programme plus ou très peu.

        RMS est en voyage permanent, c'est de l'action, beaucoup plus que ce que fera n'importe quel blogueur.

        RMS passe son temps à critiquer ou à dire « ifoka » (genre il faut implémenter flash en libre)

        RMS est un leader, il ne programme plus directement tout comme un chef d'équipe ou de projet. Mais de là à dire que lui et la FSF ne servent qu'à critiquer, c'est un pas que je te laisse franchir seul.

        le blog de RMS raconte sa vie et se concentre sur son nombril

        Tu racontes n'importe quoi http://www.stallman.org/archives/2011-nov-feb.html ca parle de Guantanamo, de Damas, de la crise grecque.

        je ne vois pas en quoi RMS différe de la majorité des « influenceurs ».

        Les actes

        • [^] # Re: influence == melon

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Au temps pour moi, je parlais de ce blog-ci:
          http://www.fsf.org/blogs/rms/

          Le tiens ne raconte pas la vie de RMS, cela parle de ces intérêts et de ce qu'il pense. Bref, comme n'importe quel blogueur, non ?

          • [^] # Re: influence == melon

            Posté par . Évalué à 0.

            Bref, comme n'importe quel blogueur, non ?

            Quand Linus, quand RMS, quand Obama, quand RMS, quand Gandhi, quand BHL parlent de leurs intérêts et de ce qu'ils pensent, on ne peut pas dire que c'est comme n'importe quel blogueur. Non, on ne peut pas.

            • [^] # Re: influence == melon

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Pourquoi ? Quelle est la limite entre les deux mondes ?

              • [^] # Re: influence == melon

                Posté par . Évalué à -1.

                Je l'ai déjà dit. L'action et la légitimité par l'action

                • [^] # Re: influence == melon

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Est-ce que cette catégorisation est subjective (et donc propre à toi dans ce cas) ou penses-tu qu'il y a des règles objectives pour savoir ceux qui sont légitimiser par leur action et ceux qui ne le sont pas ?

                  Et est-ce que cette légitimisation est limitée à des domaines précis ou non ? (par exemple, Linus Torvalds parle beaucoup de plongée sous-marine pour le moment. Est-ce que son influence dans le domaine est légitime ?)

                  • [^] # Re: influence == melon

                    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 09/01/12 à 13:22.

                    Ça fait un bon sujet ça. La subjectivité est-elle propre à soi ? Z'avez quatre heures. Calculatrice autorisée, uniquement si elle porte le tampon de Linuxfr.

                    PS : la réponse est bien évidemment « oui, mais non ». Ou bien « non, mais oui », à vous de débattre.

            • [^] # Re: influence == melon

              Posté par . Évalué à 4.

              Quand Linus, quand RMS, quand Obama, quand RMS, quand Gandhi, quand BHL <-- HAHAHA! Blagueur detected.

              parlent de leurs intérêts et de ce qu'ils pensent

              Une seule chose est certaine dans ce que tu viens de dire, Obama ne dit jamais ce qu'il pense directement. Non, il ne peut pas.

  • # Tu as la réponse à ton sodage

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Cela fait réfléchir à la pseudo-viralité des réseaux sociaux qui connectent tout le monde. Est-ce que finalement tout cela ne serait pas surfait ? Parce que, force est de constater, ce n'est pas un bien grand nombre de votants pour un lien qui a pas mal circulé.

    Ou alors : personne n'a rien à faire de ton sondage, et ne fait pas passer le message à ses amis, en gros personne ne s’intéresse à Bépo.
    La viralité des réseaux sociaux, ça ne marche que pour ce qui intéresse les gens. Donc dans la case "je ne suis pas intéressé pour connaitre", mettre tous ceux qui ont zappé tes tweets/facebook/etc! Aïe les stats.

    Oups, désolé --> []

    • [^] # Re: Tu as la réponse à ton sodage

      Posté par . Évalué à 6.

      Ne sois pas désolé. L'influence n'existe que si le message intéresse les foules.

      Ou, dit autrement: un type qui a une forte influence qui explique qu'il a acheté une chemise verte ne verra pas le message se propager sur toute la Toile. (Bon, sauf si on est dans le cadre d'une secte plus que d'une influence par le contenu publié, parce qu'on va forcément trouver ici un mec qui connaissait la couleur des chaussettes de Steve Job).

      Si ce même type, qui est un super expert en économie écrit un article "ce qu'il faut voter en 2012 pour qu'on ait tous une augmentation de salaire et si, c'est possible", alors là tout le monde va le savoir!

      Et franchement, si je commence à parler de Bépo à mes proches (n'importe quels proches), je crois bien qu'ils vont m'interrompre avant que j'aie fini ou m'ignorer complètement.

      La population de gens potentiellement prêts à changer est dérisoire. Le seul moyen de faire vivre le Bépo, ce serait que les caractères soient imprimés sur le clavier par défaut!

      • [^] # Re: Tu as la réponse à ton sodage

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Ne sois pas désolé.

        Ben disons que comme je me pointais, comme ça, sur un journal pour les adorateurs de Bépo, je m'attendais à un lynchage bien organisé et hop -10.
        Mais ça fait plusieurs fois que le -10 auquel je m'attendais se voit retirer le "-", mais ma pauvre dame, tout se perd... Je n'arrive plus à faire un -10, je suis frustré :). Qu'est-ce que devient LinuxFr?

      • [^] # Re: Tu as la réponse à ton sodage

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        En même temps, je m'adresse pas à tout le monde, je m'adresse aux gens sur les réseaux sociaux, dans des contextes assez geeks.

        Et, si, si tu changes de chemises et que tu es un peu connu, ça va se savoir et se répercuter. Tu devrais voir ce qui se dit sur Twitter, c'est assez impressionnant ;-)

  • # Lien du blog

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    En lisant ça je me dis : je pense la même chose ! Donc (même si la relation logique n'est pas forcée) le blog doit être sympa alors un partage du lien du blog (même si 2 secondes sur DuckDuckGo va me donner le lien) aurait été apprécié.

    • [^] # Re: Lien du blog

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Duquel ?

      • [^] # Re: Lien du blog

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je parle de ce paragraphe :

        D'un point de vue stratégique, ça a été une grave erreur, mon PR et mon nombre moyen de visiteurs étant en constante baisse depuis 2007. (Comme je ne gagne pas un balle sur ce blog, on se fout de la stratégie, c'était juste un exemple pour illustrer). On pourrait me rétorquer que c'est juste ma qualité qui baisse mais vu le succès de certains blog, je pense que la qualité n'est pas nécessaire au succès ;-)

        • [^] # Re: Lien du blog

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ça c'est mon blog perso (clique sur "page perso" à coté de mon pseudo).

          J'ai pas mis de lien parce que sinon la moitié des commentaires auraient été pour dire que « ce journal ne sert qu'à te faire de la pub » et que le lien n'est de toutes façons pas utile au débat.

          • [^] # Re: Lien du blog

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Bah oui ça fait de la publicité mais après un sujet aussi long ça l'aurait mérité. Bon c'est mon avis.

    • [^] # Re: Lien du blog

      Posté par . Évalué à 2.

      bof, il l'aurait fait, on l'aurait taxer de venir faire sa pub ici (et ca serait justifié)

      à coté de chaque login, il y a un lien vers la page perso. Le blog y est.

  • # À propos des indicateurs d’« influence »

    Posté par . Évalué à 6.

    Sous un autre nom, c’est bêtement de la bibliométrie : on commence à mesurer le nombre de citation, on se rend compte que c’est foireux, alors on mesure le rapport production/citation, foireux mais un peu moins, etc.

    Et avec ça nos dirigeants se targuent d’évaluer la production scientifique.

  • # Pelletés ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

  • # Ton sondage n'est pas viral.

    Posté par . Évalué à 8.

    Pour que quelque chose devienne virale il lui faut une caractéristique, que ça soit con, magnifique, violent, trop mignon, stupide, artistique ou affligeant peu importe mais il faut quelque chose.

    Les réseaux sociaux facilitent mais ils ne sont pas l'essence de la "viralité". Avant le web 2.0 on avait des trucs viral par mail.

    Si tu veux faire connaitre le bépo je te propose la méthode suivante:

    1: nomme ton chat "bépo"
    2: apprend lui à prononcer toutes les lettres de l'alphabet en le filmant lettre par lettre
    3: tu fais un site web avec une photo d'un clavier bépo vue de dessus et un champ pour taper du texte
    4: quand on tape du texte on voit les pattes du chat sur le clavier et la vidéo de sa tronche qui prononce les lettres
    5: tu met ton sondage en dessous
    6: tu croise les doigts

    Gros bisous à toi.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.