Journal Le président du Parti Pirate a du mal avec Creative Commons

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
23
28
avr.
2011

Non, ce n'est pas un journal politique.

Je me suis perdu sur Wikipédia et je suis arrivé sur la page du Parti Pirate (France), puis sur la page de son président actuel : Paul da Silva. Alors, je vois qu'il a un blog, je lis un peu, j'arrive au bas de la page et là : «Le contenu de ce blog est publié sous licence Creative Commons (NdA: CC-BY-SA) Pensez à demander avant de reproduire le contenu» !!! Depuis quand faut-il demander avant de reproduire du contenu sous licence CC-BY-SA ?

Ça serait sur un blog d'un homme ou d'une femme politique quelconque, je dis pas, j'accepterais cette bourde. Mais là, le président du Parti Pirate, qui veut réformer le droit d'auteur, et qui doit donc s'y connaître un petit peu. Ça fait pas très sérieux.

(Du coup, je coche la case pour placer ce journal sous CC-BY-SA mais vous n'avez pas besoin de me demander avant de reproduire le contenu ;) )

  • # A priori…

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Les licences libres sont parfois soumises à réservation, mais a priori la CC-by-sa échappe à ce cas, d'autant plus que le site des CC précise :

    > Paternité — Vous devez attribuer l'oeuvre de la manière indiquée par l'auteur de l'oeuvre ou le titulaire des droits (mais pas d'une manière qui suggérerait qu'ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l'oeuvre).

    C'est peut-être au sens propre : "pensez à demander"… dans votre tête !

    Debug the Web together.

  • # Ce n'est pas forcément obligatoire

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Ce n'est pas parce qu'il l'écrit qu'il l'oblige, il aimerait peut-être simplement savoir qui recopie et être sûr qu'il respecte la licence mais ne veut pas l'empêcher.

    « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache. » Raymond Devos

  • # Un simple oubli

    Posté par . Évalué à  10 .

    Bonjour à tous,

    C'est en effet un oubli de ma part de l'époque où je pensais que le duplicate content était dangereux pour un blog... J'ai depuis évolué sur mes positions et changé vers du Creative Commons (ce blog commence à être vieux).

    J'applique le changement de suite vers un CC0 beaucoup plus en accord avec les valeurs que je défends et avec l'intérêt que je porte à ce que je créé se propage.

  • # Déja corigé ?

    Posté par . Évalué à  1 .

    Déja corigé ?

    Ce blog fonctionne sous WordPress
    Theme Blass by 1000ff
    Dans l'intérêt de la libre diffusion des idées, le contenu de ce blog est publié sous licence Creative Commons CC0
    Fell free to reproduce ;)
    Blog perso de Paul Da Silva

    • [^] # Re: Déja corigé ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  3 .

      ce blog est publié sous licence Creative Commons CC0

      Marrant pour un type qui s'est tatoué un copyleft. :)

      Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Déja corigé ?

        Posté par . Évalué à  4 .

        Il y en a qui croient qu'il n'existe pas de licence ultime qui est la meilleure solution quelque soit le cas...

        Je suis dans ma tour d'ivoire (rien à foutre des autres, dites moi un truc pour moi), si je ne pose pas explicitement une question pour les 99%, les kévin, les Mm Michu alors c'est que je ne parle pas d'eux.

  • # Mauvaise pratique

    Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

    Lorsqu'on découvre un problème sur un système, il faut avertir son propriétaire avant de l'annoncer en public. Là par exemple, c'était simplement un oubli.

    Bon, évidemment, lorsqu'il s'agit de grosses entreprises, par exemple Microsoft, et qu'on veut leur signaler un problème sur leur propre infrastructure, par exemple des serveurs DNS toupétés, on n'a pas la moindre chance de réussir — j'ai essayé —, mais après, ça les regarde s'ils ne sont même pas à l'écoute des rapports de problèmes.

    En revanche, quand on s'adresse à des amateurs, ça vaut la peine de signaler les problèmes, ils réagissent en général de façon plutôt efficace.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.