Journal Critique de la propriété intellectuelle et présage des hackerspaces dans un texte datant de 1892

Posté par . Licence CC by-sa
66
12
juin
2015

Salut,

Au cours de la lecture de de La conquête du pain de Pierre Kropotkine, je suis tombé sur un passage qui critique la propriété intellectuelle (plus précisément une vision économique de l'invention à travers les patentes), et qui semble aussi décrire avant l'heure hackerspaces, fablabs, etc. où les activités collaboratives véhiculent engouement du savoir et créativité. J'ai fait le rapprochement avec l'univers du libre. C'est assez saisissant, je trouve. Je vous laisse apprécier.

On peut dire pour les inventeurs en général ce que l’on a dit pour les savants. Qui ne sait au prix de quelles souffrances presque toutes les grandes inventions ont pu se faire jour ! Nuits blanches, privation de pain pour la famille, manque d’outils et de matières premières pour les expériences, c’est l’histoire de presque tous ceux qui ont doté l’industrie de ce qui fait l’orgueil, le seul juste, de notre civilisation. Mais, que faut-il pour sortir de ces conditions que tout le monde s’accorde à trouver mauvaises ? On a essayé la patente et on en connaît les résultats. L’inventeur affamé la vend pour quelques francs, et celui qui n’a fait que prêter le capital empoche les bénéfices, souvent énormes, de l’invention. En outre, le brevet isole l’inventeur. Il l’oblige à tenir secrètes ses recherches, qui souvent n’aboutissent qu’à un tardif avortement ; tandis que la plus simple suggestion, venant d’un autre cerveau moins absorbé par l’idée fondamentale, suffit quelquefois pour féconder l’invention, et la rendre pratique. Comme toute autorité, la patente ne fait qu’enrayer les progrès de l’industrie.

Injustice criante en théorie, — la pensée ne pouvant pas être brevetée, — le brevet, comme résultat pratique, est un des grands obstacles au développement rapide de l’invention.

Ce qu’il faut pour favoriser le génie de la découverte, c’est d’abord le réveil de la pensée ; c’est l’audace de conception que toute notre éducation contribue à alanguir ; c’est le savoir répandu à pleines mains, qui centuple le nombre des chercheurs ; c’est enfin la conscience que l’humanité va faire un pas en avant, car c’est le plus souvent l’enthousiasme, ou quelquefois l’illusion du bien, qui a inspiré tous les grands bienfaiteurs.

La révolution sociale seule peut donner ce choc à la pensée, cette audace, ce savoir, cette conviction de travailler pour tous.

C’est alors qu’on verra de vastes usines pourvues de force motrice et d’instruments de toute sorte, d’immenses laboratoires industriels ouverts à tous les chercheurs. C’est là qu’ils viendront travailler à leur rêve après s’être acquittés de leurs devoirs envers la société ; là qu’ils passeront leurs cinq à six heures de loisir ; là qu’ils feront leurs expériences ; là qu’ils trouveront d’autres camarades, experts en d’autres branches de l’industrie et venant étudier aussi quelque problème difficile : ils pourront s’entraider s’éclairer mutuellement, faire jaillir enfin du choc des idées et de leur expérience la solution désirée. Et encore une fois, ce n’est pas un rêve ! Solanoï Gorodok de Pétersbourg en a déjà donné une réalisation, partielle du moins sous le rapport technique. C’est une usine admirablement outillée et ouverte à tout le monde : on y peut disposer gratuitement des instruments et de la force motrice ; le bois seul et les métaux sont comptés au prix de revient. Mais les ouvriers n’y viennent que le soir, épuisés par dix heures de travail à l’atelier. Et ils cachent soigneusement leurs inventions à tous les regards, gênés par la patente et par le Capitalisme, malédiction de la société actuelle, pierre d’achoppement dans la voie du progrès intellectuel et moral.

Source : Pierre Kropotkine, La conquête du pain, Paris, Tresse & Stock, 1892, p. 144-146. (une version électronique sur wikisource).

  • # C'est très bien !

    Posté par (page perso) . Évalué à -10.

    Par contre, ça a vieilli au niveau de la langue, et c'est un peu long à lire.

    J'imagine que ce commentaire sera dans le même cas dans un siècle ;)

    Merci pour ce partage !

    • [^] # Re: C'est très bien !

      Posté par . Évalué à 10.

      Ça m'interpelle comme commentaire. Quels sont les mots/constructions que tu as trouvé vieillot?

      Et si on trouve ton commentaire vieux au niveau de la langue et long à lire (170 caractères), cela signifie qu'on aura basculé sous le règne de Twitter :)

      Sinon texte sympathique même si l'auteur fait abstraction de comment protéger l'idée du méchant capitalisme s'il souhaite l'ouvrir à tous (à moins de considérer l'humanité comme vertueuse mais bon hum)

      • [^] # Re: C'est très bien !

        Posté par . Évalué à 9.

        Sinon texte sympathique même si l'auteur fait abstraction de comment protéger l'idée du méchant capitalisme s'il souhaite l'ouvrir à tous (à moins de considérer l'humanité comme vertueuse mais bon hum)

        Kropotkine développe ces différents points dans son oeuvre, notamment à travers une nette critique de la propriété de façon générale à travers un certain collectivisme (pas seulement la propriété intellectuelle, qui était d'ailleurs une moins grande problématique qu'aujourd'hui ; celle de l'époque, et qui le reste sans doute, c'est celle de la propriété des moyens de production). C'est développé dans La Conquête du Pain justement.

        Pour ce qui est de l'humanité vertueuse, il le considère justement :) à travers son bouquin L'entraide. Il répond aux théories du darwinisme social notamment de Spencer (dont les développements politiques eurent des funestes conséquences au cours du XXe siècle), mais qui ne furent en rien la pensée de Darwin (qui théorisa une empathie chez les animaux). Kropotkine va dans ce sens à coups d'analyses éthologiques sur la solidarité dans le règne animal, jusque dans l'histoire humaine récente.
        Si tu doutes de la véracité de ces propos éthologiques du XIXe (je doutais moi-même de leur scientificité), il y a aujourd'hui des études nombreuses sur ce thème de la solidarité dans le monde animal. Un exemple avec des vampires qui régurgitent du sang pour trinquer avec des potes…

        • [^] # Re: C'est très bien !

          Posté par . Évalué à 1.

          Bon va falloir que je lise plus que cet extrait donc :o

          • [^] # Re: C'est très bien !

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Ça semble nécessaire ;)

            Je conseille vraiment la lecture de l'Entraide, c'est un texte plein d'humanité. C'est d'ailleurs ce qui caractérise les écrits de Kropotkine : l'humanité et l'humilité. À lire et à relire. Kropotkine construit son discours sur le doute (c'était un scientifique), il ne prends rien pour acquis et observe.

            M'en vais ouvrir mes vieux cartons. Merci de m'en redonner l'envie.

            « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

      • [^] # Re: C'est très bien !

        Posté par . Évalué à 3.

        Et si on trouve ton commentaire vieux au niveau de la langue et long à lire (170 caractères), cela signifie qu'on aura basculé sous le règne de Twitter :)

        Longtemps, j'ai twitté de bonne heure. Parfois, à peine mon portable allumé, mes doigts s'agitaient si vite que je n'avais pas le temps de m

        merde trop court

  • # De la vacuité de l'accord parfait

    Posté par . Évalué à 2.

    Arf c'est marrant, le propos est bon, le sujet intéressant et du coup pas de commentaires. Seulement une tentative de troll sur le niveau du langage du texte.
    Typique de linuxfr ;-)

    "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

    • [^] # Re: De la vacuité de l'accord parfait

      Posté par . Évalué à 9.

      Et un tröll sur la communauté linuxfr !
      T'as raison en fait, deux trolls sur un message intéressant…

      Mais sinon, t'avais rien d'intéressant à ajouter ?

      Yth, plouf !

  • # Merci

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Merci de nous faire découvrir cet extrait, il est effectivement très intéressant, même (et peut-être surtout) 123 ans plus tard !
    Du coup ça me donne envie de lire le livre complet !

    • [^] # Re: Merci

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Pareil, puis j'ai commencé à le lire et je crois bien que je vais le lire jusqu'au bout. C'est saisissant comme la plupart de ce qui y est dit est transposable aujourd'hui tel quel à peu de choses près.

  • # Purée ! Ah, ah, ça, j’aime !

    Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 14/06/15 à 10:35.

    Ça fait franchement plaisir de voir quelqu'un citer la conquête du pain ici, et de voir que ce livre magnifique n'est pas oublié. J'avais vu quelqu'un le citer aussi à une conf l'année dernière je ne sais plus où (RMLL ?) qui parlait de constructions en bois…

    Les hackerspaces n'ont pas inventé grand chose, c'est juste une version moderne de choses qui existent depuis longtemps. Ça n'est pas une critique, c'est une très bonne chose, et je pense que leur intérêt principal, outre l'accès aux outils, est surtout le lieu de rencontre et d'échange, bref le lieu social.

  • # Proudhon

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Parmi les auteurs peu connus du grand public, mais ayant des analyses intéressantes, il y a Pierre-Joseph Proudhon. Je recommande "Qu'est-ce que la propriété ?" qui n'est pas très facile d'accès, car effectivement les tournures de phrases sont parfois étonnantes et parce que les références très fréquentes à la Révolution française nous obligent a revoir un peu ce pend de notre histoire (mais le livre date de 1840, sommes toutes peu après la révolution et donc avec une interprétation beaucoup plus directe).

    Donc, parmi toutes les analyses intéressantes, Proudhon s’est beaucoup intéressé à la propriété, ce qui est l'élément de base de notre société et qui sous-tend beaucoup des discussions que nous avons ici sur le libre, les brevets…

  • # L'utilité des brevets

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    On commence à voir quelques personnes qui se posent la question de savoir à quoi servent les brevets.
    J'ai fait un texte pas très tendre sur le sujet : http://pjarillon.free.fr/redac/brevets.html

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.