Journal Linux semble intéresser (financièrement) les constructeurs

Posté par .
Tags : aucun
4
14
mar.
2009
Répondant assez souvent à quelques sondages (mini-rémunérés) en ligne, je tombe aujourd'hui sur un sondage portant sur les systèmes d'exploitation.

Parmi les questions, "Connaissez vous Windows XP / Vista / 7 / MacOS / Linux", "qu'en pensez-vous", etc.

Arrivée à la partie concernant le choix de l'OS pour le prochain PC que l'on compte acheter. Après avoir donné sa préférence parmi tous les OS (j'ai coché Linux), on arrive à la question suivante :

Quel système d'exploitation auriez-vous choisi si (...)

Luc Chatel veut la fin de la vente liée

Posté par . Modéré par Nÿco.
0
4
juil.
2008
Commercial
Souvenez-vous, il y a encore quelques semaines, Luc Chatel (secrétaire d’État chargé de l’Industrie et de la Consommation, auprès de la ministre Français de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi) nous annonçait que la vente liée n'était pas un problème, et que lier la vente d'une licence de système d'exploitation et d'un système informatique était tout à fait normal et ce, en dépit de l'article L122-1 du code de la consommation (voir le communiqué de l'April dénonçant l'opportunisme du secrétaire d'État).

Or aujourd'hui, ne voilà-t-il pas qu'il change (encore) d'avis :

"Je souhaite que, sur le montant des ordinateurs, on précise le prix des logiciels préinstallés, afin que les consommateurs aient le choix et puissent se faire rembourser [le prix du système d’exploitation]", indique Luc Chatel.
Le secrétaire d'État doit réunir prochainement les fabricants, distributeurs et éditeurs pour leur demander de faire la transparence sur les prix. Ce dispositif doit être mis en place "dès septembre".
À terme, sur le lieu de vente, le consommateur aura le choix : ordinateur nu ou pas et système d’exploitation. "L’idée, précise Luc Chatel, ce serait que l’on mette en place un dispositif où le système d’exploitation, éventuellement installé d’origine, puisse être activé par un simple code remis en magasin."


Bonne nouvelle donc, il ne reste plus qu'à attendre sa concrétisation. Ou pas.