Journal Qui maîtrise le code?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags : aucun
9
7
fév.
2012

C'est la question que pose l'article intitulé « Logiciel libre, malaise dans la société québécoise » de Cyrille Béraud.

Nuancé et non dénué d'esprit, l'article est cependant trop court pour nous offrir une réflexion profonde.

Extraits et commentaires:

La question de savoir qui maîtrise le code est centrale pour l'avenir de nos sociétés démocratiques.

À la société de la surveillance on oppose la question « Who watch the watchmen? », à celle du traitement logiciel généralisé il faut opposer la question « qui maîtrise le code? ». Il revient au mouvement du logiciel libre d'avoir soulevé cette question. Il lui revient aussi d'avoir montré que les réponses apportées à cette question ne sont pas dénuées d'enjeu pour la démocratie. Autour de cette question « qui maîtrise le code? » s'articulent les enjeux éthiques du logiciel libre.

Il est parfois dit ici que l'enjeu éthique de l'informatique moderne n'est plus tant l'accès aux sources que la maîtrise des données privées. Mais au fond, en donnant la maîtrise du code à l'utilisateur du code, le logiciel libre répond d'avance à ce déplacement d'enjeu: la question « qui maîtrise le code? » est plus haute que celle de savoir « who watch the watchmen? ».

le logiciel libre est sans doute ce que le capitalisme moderne a inventé de plus efficace. C’est d’abord cela qui explique son succès, et bien plus que ses valeurs.

Souvenez-vous de la nature des débats d'il y a quelques années: l'enjeu éthique des logiciels libres était grosso modo reconnu, mais on leur opposait leurs carences techniques. La communauté du logiciel libre a ainsi été mise au défit de démontrer l'efficacité technique des logiciels libres. Divers arguments sont alors apparus: le modèle de développement ouvert offre des garanties concernant la sécurité, la pérennité, la diversité, et l'inter-opérabilité du code. Au moment même où ces arguments se développaient avec insistance, le logiciel libre démontrait son efficacité sur le plan économique, et imprégnait manifestement le marché du logiciel. À l'intérêt éthique des logiciels se sont associés une efficacité technique et économique.

La question est maintenant de savoir si l'efficacité du logiciel libre ne contredit pas l'éthique du logiciel libre. L'auteur pose cette question ainsi:

Il porte en lui-même un ordre ségrégatif, entre ceux qui maîtrisent la technologie et ceux qui en sont exclus, encore plus brutal qu’auparavant. Dans l’économie du libre, la dépendance entre le fournisseur et son client, certes, change de nature, mais elle reste peut-être plus forte et plus pernicieuse encore.

Je crois que c'est du fud. Certes, si je ne maîtrise pas la technologie, je ne peux pas modifier le logiciel. Mais la situation est pire encore si je n'ai pas accès aux sources des logiciels, ou si je n'ai pas le droit de les modifier. N'oublions pas par ailleurs que le partage du code est un moyen efficace de faciliter l'apprentissage de la technologie pour ceux qui n'en font pas le cœur de leurs études: on apprend sur le tas, en lisant les sources, et en les modifiant.

Néanmoins, la question de fond me semble pertinente: l'efficacité économique et technique du logiciel libre ne va-t-elle pas à l'encontre de l'éthique qu'il défend?

Faute d'avoir le temps de développer cette question, je me contenterai d'une remarque: De plus en plus, dans les commentaires de Linuxfr, c'est pour des raisons techniques et économiques que le logiciel libre est défendu, et l'argument éthique est moins présent qu'il a pu l'être il y a quelques années. Je crois que dès que le débat se déploie sur un plan technique, le logiciel libre a perdu la bataille: il n'est plus défendu pour ce qui justifie son existence.

  • # Firefox.

    Posté par . Évalué à 6.

    "Je crois que dès que le débat se déploie sur un plan technique, le logiciel libre a perdu la bataille: il n'est plus défendu pour ce qui justifie son existence."

    Je n'utilise pas Chrome pour cette raison.

    Linux semble avoir perdu sur le desktop mais depuis, il y a les box internet, les téléphones portables, les télé connectés. Tout cela tourne sous Linux, très majoritairement. En gros, Linux est partout sauf sur le client Desktop.

    Mais le libre n'est pas que Linux, il y a aussi Vlc et Firefox.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Firefox.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Perdu sur le desktop, si on raisonne en terme de "parts de marché", peut-être. Techniquement parlant, je n'en suis pas si sûr.

      J'ai connu l'époque où avant d'acheter un matériel, il fallait être très prudent pour sélectionner LE modèle correctement géré. Aujourd'hui, c'est plutôt le contraire, il ne faut pas avoir de chance pour tomber sur un matériel pas du tout supporté.

      Aujourd'hui, je peux réaliser toutes les tâches qui m'importent avec ma machine sous Linux. Toutes. Alors Linux a t'il perdu sur le desktop ? Nous sommes toujours plus nombreux à l'utiliser, même si la proportion évolue peu : la taille du "marché" continue de grossir : je ne suis donc pas de cet avis.

      Toutefois, c'est toujours une déception de voir tant d'utilisateurs de logiciels si peu respectueux de leurs libertés, qui au mieux passent à la caisse, au pire sont les rois du warez.

      La vraie bataille a gagner, et sur laquelle il ne faut pas lâcher, AMHA c'est celle de l'interopérabilité.

  • # Pas d'éthique!

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Dans l’économie du libre, la dépendance entre le fournisseur et son client, certes, change de nature, mais elle reste peut-être plus forte et plus pernicieuse encore.

    C'est du FUD : si je n'ai pas les compétence, je peux embaucher n'importe qui sur terre pour compenser, tout comme j'embauche un artisan pour faire la maison etc.
    On a la liberté de, on délègue si on sait pas faire, mais on peut faire. C'est ce qui compte.

    De plus en plus, dans les commentaires de Linuxfr, c'est pour des raisons techniques et économiques que le logiciel libre est défendu, et l'argument éthique est moins présent qu'il a pu l'être il y a quelques années.

    Peut-être parce que le libre n'a aucune éthique, et que seuls quelques "anti-système" trollaient seuls dans leur coin?
    Le libre, c'est les 4 libertés. Pour construire Linux ou une bombe nucléaire (ou utiliser Linux pour construire une bombe nucléaire). Si tu y vois une éthique... Moi j'en vois aucune. J'en vois un outil. Technique (accès au code).

    il n'est plus défendu pour ce qui justifie son existence.

    Quelle justification? La seule que je peux voir, c'est l'accès au code du pilote de l'imprimante de RMS. Et ça, ben c'est toujours la : l'accès au code. On est même en plein dedans en 2012.
    Après, la "morale" ou le "communautaire" mis part certains en avant, ben... C'est pas plus libre qu'autre chose, donc c'est normal que ça soit juste un sujet parmi d'autre pour des libristes (et que des libristes ne soient pas automatiquement subjugués par ces domaines)

    • [^] # Re: Pas d'éthique!

      Posté par . Évalué à 7.

      Peut-être parce que le libre n'a aucune éthique, et que seuls quelques "anti-système" trollaient seuls dans leur coin?
      Le libre, c'est les 4 libertés. Pour construire Linux ou une bombe nucléaire (ou utiliser Linux pour construire une bombe nucléaire). Si tu y vois une éthique... Moi j'en vois aucune. J'en vois un outil. Technique (accès au code).

      Alors quelle est la différence entre libre et open source ? Pour moi, le libre, c'est l'open source + l'ethique. Ceux qui ne veulent que le coté technique sans parler d'ethique parlent le plus souvent d'open source.

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Alors quelle est la différence entre libre et open source ?

        La personne qui a mis le nom dessus?
        "FLOSS", comme ça pas de jaloux, ça fait plaisir à tout le monde.

        Maintenant, j'attends que tu me donnes ta définition de "libre" avec l'éthique compris. On va s'amuser, parce que ta vision de l'éthique ne sera pas la même que celle du voisin.

        L'éthique, c'est un bien grand mot pour faire du bla bla.

        Dit-moi déjà : est-ce libre (donc éthique pour toi) de faire une bombe nucléaire libre (ou open-source?) et tuer 10 millions de personnes? Et oui, dès qu'on met de l'éthique, ça merde.

        • [^] # Re: Pas d'éthique!

          Posté par . Évalué à 1.

          Remplaceons le mot éthique par philosophie, car il correspond plus a ce que je voulais dire (j'ai employé ethique car c'etait celui qui etait utilisé par les gens auxquels je répondais).

          La philosophie du libre, pour moi, c'est le partage de l'information à tous. La diffusion du savoir (et par là, du pouvoir qu'entraine ce savoir).

          Dit-moi déjà : est-ce libre (donc éthique pour toi) de faire une bombe nucléaire libre (ou open-source?) et tuer 10 millions de personnes? Et oui, dès qu'on met de l'éthique, ça merde.

          On pourra discuter des heures sur les effets de la bombe atomique. Certains te diront qu'elle a certainement sauvé plus de vie qu'elle n'en a détruite, notemment en empechant la guerre froide de devenir une vraie troisième guerre mondiale (notion de destruction mutuelle assurée).

          • [^] # Re: Pas d'éthique!

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            La philosophie du libre, pour moi, c'est le partage de l'information à tous.

            Faudrait le mettre dans les 4 libertés, pour que ce soit bien précisé. Parce que pour le moment, la philosophie du libre, celle écrite noir sur blanc, commune, c'est le partage de l'information à celui qui reçoit le produit.

            Ce que j'essaye de faire comprendre, c'est que ta philosophie, c'est que la tienne. Elle n'est pas mal, elle est juste indépendante de la philosophie du libre telle que commune à tous les libristes.

            On met beaucoup de chose dans la philosophie du libre, mais beaucoup sont totalement HS (comme "à tous" de ta phrase). Ce n'est pas incompatible, mais c'est autre chose.

            • [^] # Re: Pas d'éthique!

              Posté par . Évalué à 7.

              J'ai surtout l'impression que tu essayes de nous dire que tout ce qui existe, c'est l'open source, et que le libre, bah c'est que de l'open source. Et je pense que tu nies une réalité.

              • [^] # Re: Pas d'éthique!

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                Et je pense que tu nies une réalité.

                Ou alors... C'est que tu nies une réalité (celle sans différence fondamentale à part se faire plaisir à troller)

                • [^] # Re: Pas d'éthique!

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Ce que je veux dire, c'est qu'il existe bien une communauté qui s'accorde sur une philosophie du libre. Qu'elle ne soit pas inscrite dans la définition de l'open source ou dans la GPL n'y change rien.
                  => Certes, techniquement, le libre et l'open source c'est la meme chose. Simplement, dans le libre, beaucoup de gens y ajoutent une notion philosophique.

                  Ca ne veut pas dire que ceux qui ne voient que la partie technique de l'open source ont tord. Par contre, nier que cette communauté qui se rejoint sur une philosophie du libre existe, c'est nier une réalité.

                  • [^] # Re: Pas d'éthique!

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    Par contre, nier que cette communauté qui se rejoint sur une philosophie du libre existe, c'est nier une réalité.

                    Du moment où tu me trouves une définition commune de libre...
                    Je trouve des communautés qui aiment être en communauté (autant en libre qu'en proprio), des communauté anti-xxx etc.

                    Que tu trouves des communautés qui aiment tel ou tel truc, oui, mais je ne vois pas le rapport avec le libre. Ou alors donne-moi la définition exacte de la philosophie du libre.

                    Qu'elle ne soit pas inscrite dans la définition de l'open source ou dans la GPL n'y change rien.

                    Si ça change tout : quand ce n'est pas écrit, c'est super-facile de croire que les autres sont d'accord avec toi juste parce qu'ils utilisent le même mot. Un mot sans définition, ça marche bien, ça permet de ne pas faire de vagues. Mais du coup on a tout et son contraire.

                    Donne une définition, et tu verra que pas mal de monde sera en désaccord. Tu veux un exemple? X.org qui a fait une scission parce que d'autres libristes voulaient une reconnaissance (parait que c'est dans la philosophie du libre de reconnaître l'upstream... Ou pas. Ben oui, tu ne donnes pas de définition donc on peut tout dire!)

                    Vachement pratique de ne pas donner de définition...

                    • [^] # Re: Pas d'éthique!

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Bon, tu as gagné. J'arrete de discuter sur le sujet. Seul l'open source existe, le libre n'existe pas. Que cela soit ecrit, et accomplit.

                      Faudra juste qu'on m'explique pourquoi on a créé 2 mots différents, si c'est pour exprimer la meme notion.

                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Open source n'est pas un mot français, donc il n'y a plus qu'un seul mot. Hop, fin du problème :)

                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                          Posté par (page perso) . Évalué à -2.

                          Bravo. Effectivement, en français, on n'a même pas eu le courage d'inventer deux mots, c'est dire... Après, les esquimaux ont bien une centaines de mots pour dire "blanc", et pas nous, certes... Mais ça révèle le détail :).

              • [^] # Re: Pas d'éthique!

                Posté par . Évalué à 10.

                Ben "libre" (au sens de la FSF) et "open source" (au sens de l'OSI) définissent la même chose, à quelques petits détails près qui n'intéressent que les juristes pointilleux. Dans les deux cas les 4 libertés sont nécessaires et suffisantes.

                "libre" est généralement utilisé pour parler du logiciel du point de vue de l'éthique hackers (Donc, une éthique fondée uniquement sur des libertés techniques), alors que "open source" est une approche plutôt business. C'est deux façons de parler de la même chose, à deux publics différents. S'il s'agit de convaincre un alter-mondialiste on va lui dire "logiciel libre", si c'est un dissaïdor pressé on parle de "open source".

                THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Pas d'éthique!

              Posté par . Évalué à 0.

              à celui qui reçoit le produit.

              C'est qui, celui qui recoit le produit ? C'est tout le monde. => A tous.

              Merci

              • [^] # Re: Pas d'éthique!

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                C'est qui, celui qui recoit le produit ? C'est tout le monde. => A tous.

                N'importe quoi.
                Libre ne veut pas dire "disponible sur un site web". C'est qu'un moyen parmi d'autres.

                Prouve-moi ton idée : file-moi le code source des serveurs Google, ils sont sous GPL (licence libre de chez libre, pas open-source)
                Ah oui...

                • [^] # Re: Pas d'éthique!

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Moui, enfin bon, si tu donnes la liberté aux gens d'etudier le code source, de le modifier, et de le partager, mais que tu ne leur donne pas le code source en question... Bah en fait, tu ne donnes pas ces libertés.

                  • [^] # Re: Pas d'éthique!

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    Tu le fais exprès? Le libre, c'est pour celui qui reçoit le programme. Ca ne dit jamais à tous.
                    Celui qui reçoit n'a aucune obligation de le partager avec d'autres.

                    Dur le libre... Et ses libertés qui vont à l'encontre de ce que tu t'imagines.

                    • [^] # Re: Pas d'éthique!

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Oui, mais jsutement : dans le cas de google, il donne certaines libertés à ceux qui recoivent le logiciel. Pas de chance, personne ne recoit le logiciel. Pour moi, on peut dire qu'ils n'accordent aucune liberté.

                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Tiens, le "à tous" disparaît de ton argumentation... Bizarre.
                        Je n'ai jamais dit le contraire de la phrase généraliste que tu balances la. Je réagis sur ta croyance que le libre c'est pour "à tous", ce qui est faux.

                        De plus, je n'ai jamais parlé de Google qui file des logiciels, je t'ai demandé le code des serveurs. Comme tu as dis que le libre c'est pour à tous, j'imaginais bêtement que les modifs GPL qu'ils faisaient seraient pour tous... Ou pas.

                        Ce qui est étonnant, c'est que RMS n'ai pas créé de licence qui oblige le partage à tous... Pourquoi n'a-t-il pas fait de licence qui corresponde à ce qu'on dit ce qui devrait être le libre? C'est pourtant pas dur de faire une telle licence ("vous devez diffuser le code à tous")... Bizarre.

                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                          Posté par . Évalué à 1.

                          J'ai jamais dit que dans la GPL y'avait l'obligation de partager a TOUS. Ou alors faudra que tu me retrouves ou.

                          J'ai dit que c'etait, d'apres moi, dans la philosophie du libre. Et j'ai bien reconnu que ca n'avait rien a voir avec ce qui est techniquement l'open source.

                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                        Posté par . Évalué à 3.

                        Y'a la clause "Affero" qui traite cette question en considérant qu'utiliser le service fourni par le logiciel fait entrer l'utilisateur dans la liste des gens devant recevoir une copie.

                        Mais sinon, tu te trompes : un logiciel que tu codes et que tu ne diffuses pas, est libre. L'utilisateur dispose bien des 4 libertés, il est tout seul chez lui avec le code source dont il est l'auteur. C'est le cas de quelqu'un qui commence à écrire un code sous GPL/BSD/whatever avant de le publier, et c'est aussi le cas de Google.

                        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                    • [^] # Re: Pas d'éthique!

                      Posté par . Évalué à 0.

                      J'ai jamais parlé d'obligation de partager a d'autres. Par contre, l'obligation d'en donner la possibilité.

                      Si je le donne a une personne en lui donnant la possibilité de le partager à d'autres et en lui donnant l'obligation de transmettre cette possibilité, c'est bien que je compte permettre à tout le monde de recevoir le logiciel en question, meme si je n'emet aucune obligation.

                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 07/02/12 à 14:31.

                        Pas forcément.. en cherchant un peu je suis tombé sur un logiciel de compta qui était sous licence libre, mais payant, et dont les sources n'étaient pas publiées ni empaquetées dans une distro. En gros, fallait payer pour accéder au logiciel. Bien sûr, rien n'empêchait ensuite de le publier, code source compris, mais de fait personne ne l'avait fait. Pourtant c'est un logiciel libre, géré certes d'une façon inhabituelle (pas de communauté, pas de dépot public, pas de présence dans les distros), mais libre quand même.

                        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                          Posté par . Évalué à 1.

                          C'est un cas très particulier ou tous ceux qui ont reçu une liberté choisissent de ne pas l'exercer.

                          A mon avis, ce n'est qu'une question de temps.

                          • [^] # Re: Pas d'éthique!

                            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                            Cas particulier compatible avec le libre.

                            Le libre n'est pas sectaire, et accepte leur vision et la tienne. C'est chiant le libre, pas d'éthique (du moins pas celle que tu voudrais)

                            • [^] # Re: Pas d'éthique!

                              Posté par . Évalué à -1.

                              Cas particulier compatible avec le libre.

                              J'ai jamais dit le contraire !
                              Arrete de faire dire aux gens ce qu'ils n'ont pas dit !

                              • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 07/02/12 à 15:03.

                                Donc reprenons : le libre c'est éthique, je demande un exemple, on parle de "partage à tous", il y a un contre exemple donné, et finalement c'est plus ça.

                                Il reste donc quoi comme différence entre libre et open-source à part une bataille d'égo?

                                • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                  Posté par . Évalué à 1.

                                  Il reste donc quoi comme différence entre libre et open-source à part une bataille d'égo?

                                  Et hop, on en revient a ce qu'on a toujours dit tous les deux : Techniquement, aucune différence.

                                  • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                    Et non techniquement?
                                    Un truc pas "que toi", s'il te plait, un truc commun aux libristes...

                                    Ah, sans doute "aucune différence" à force d'éliminer les trucs non commun... Donc tu peux éliminer "techniquement" de ta phrase.

                                    • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                                      Je tente la bagarre avec le troll du moment...

                                      Open Source : J'ai accès aux sources et je peux faire des modifications sur mon soft. Je suis donc indépendant de mon fournisseur.

                                      Libre : Les utilisateurs de mon soft sont libres de l'utiliser comme ils veulent. Je ne leur impose aucune contrainte.

                                      C'est techniquement identique mais dans l'idée c'est quand même différent.

                                      Matthieu Gautier|irc:starmad

                                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                                        A part le changement de qui parle (open source : celui qui reçoit, libre : celui qui file), j'avoue que je ne vois pas la différence entre les deux définitions, synonyme dans l'idée...

                                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                          Évidemment, puisque c'est techniquement la même chose, on parle de subtilités.

                                          Mais si on admet les deux points de vue différents (ce que tu ne réfutes pas) alors on a deux idées bien différentes :

                                          • Dans le premier cas, on a une position individualiste : je fais ce que je veux.
                                          • Dans le deuxième cas, on a une position plus altruiste : je n'impose rien.

                                          Certes, la liberté est la même mais «l'utilité» de cette liberté est différente.

                                          Après on est d'accord, que ce soit dans la définition de «libre» ou «open source», la finalité de cette liberté n'est jamais écrite (et encore heureux). Mais nier l’existence de deux courants différents (qui ont leur variantes) c'est un peu de la mauvaise foi.

                                          Matthieu Gautier|irc:starmad

                          • [^] # Re: Pas d'éthique!

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Et c'est là que toute notion d'éthique ou de philosophie va partir en sucette:

                            -Tu ne diffuses pas les sources que tu viens d'acheter légalement.
                            Ben tu n'adhères pas à ta propre doctrine de partage universel.

                            -Tu diffuses gratuitement les sources achetées. Tu en as le droit.
                            Certes, mais la boite qui les produit ne connait pas de modèle éconmique qui lui permette de vivre de ses activités sans vendre ces sources (et les binaires avec, tout ça). Ils pourraient tenter les contrats de support, mais on suppose (purement imaginaire) qu'ils font un boulot extraordinaire, donc l'utilisation du logiciel est très très intuitive, et il s'adapte à tous les usages.
                            Et là tu détruis leur gagne-pain.
                            On suppose que la boite coule: tous les dévs au chômage, "punis" pour avoir fait du Libre.

                            Alors, qu'est-ce qui est "mieux" d'un point de vue éthique?

                            Question subsidiaire: crois-tu que la Communauté fédérées derrière des "valeurs" du Libre sera parfaitement homogène sur cette question?

                            • [^] # Re: Pas d'éthique!

                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                              Et c'est là que toute notion d'éthique ou de philosophie va partir en sucette

                              Merci.

                              Question subsidiaire: crois-tu que la Communauté fédérées derrière des "valeurs" du Libre sera parfaitement homogène sur cette question?

                              Ca peut être très démonstratif que le libre contient beaucoup beaucoup de "valeurs" et d' "éthiques" très différentes... C'est ce qui fait que ça marche! Et j'aime ce libre, celui qui laisse la liberté de faire et penser ce qu'on veut.

                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        c'est bien que je compte permettre à tout le monde de recevoir le logiciel en question

                        Non, juste à ceux qui reçoivent, toujours...
                        Le "tout le monde", le libre n'en parle pas : une personne qui a pour but de transmettre qu'à celui qui reçoit le code (avec obligation) va utiliser la même licence que toi.

                        Le libre accepte les deux buts, pas que le tient.

                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                          Posté par . Évalué à 1.

                          une personne qui a pour but de transmettre qu'à celui qui reçoit le code (avec obligation) va utiliser la même licence que toi.

                          Une personne qui souhaite que seules les personnes à qui il envoie le code source ne puisse y avoir accès et surtout pas les autres n'utilisera pas la GPL, ou alors c'est qu'elle a une sacré confiance dans les personnes à qui elle l'envoie, puisqu'en fournissant le source sous gpl, et donne aux gens à qui elle envoie le droit de le partager avec d'autres.

                          • [^] # Re: Pas d'éthique!

                            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                            une personne qui a pour but de transmettre qu'à celui qui reçoit le code (avec obligation de continuer à transmettre la licence aux autres qui reçoivent le produit) va utiliser la même licence que toi.

                            Si si, ça arrive. Il n'y a pas que ta façon de penser ou méchant proprio sur terre. Et le libre l'accepte très bien.

                            qu'elle a une sacré confiance

                            Aucunement de confiance, juste une notion de cercles : encore une fois, la licence GPL se marie très bien avec les serveurs de Google : quiconque a accès au programme a le code (GPL). Mais pas toi, ni moi. Toujours pas de "tous". Nul part. Le libre se fout du "tous", en tous cas il n'y a pas de licence qui va avec... l'AGPL s'en rapproche, mais il faut que tu sois utilisateur quand même.

                            Encore une fois : si le libre s’intéresse à tous, mais pourquoi donc ne fait-il pas de licence qui corresponde? On compterait plus facilement ceux qui pensent comme toi...

                            • [^] # Re: Pas d'éthique!

                              Posté par . Évalué à 2.

                              Il n'y a pas que ta façon de penser ou méchant proprio sur terre.

                              Tu commence a sérieusement me gonfler a me prendre pour un abruti et a me faire dire ce que je n'ai pas dit.

                              encore une fois, la licence GPL se marie très bien avec les serveurs de Google : quiconque a accès au programme a le code (GPL). Mais pas toi, ni moi. Toujours pas de "tous".

                              Pour la derniere fois : je n'ai jamais dit que dans la GPL il y avait ni l'obligation de partager, ni le mot tous.

                              Le seul de mes commentaires ou tu trouveras ce mot, c'est celui ou je parlais de ce qu'est, d'apres moi (c'etait bien dans le commentaire en question, ce 'd'apres moi') la philosophie du libre, et j'ai bien reconnu que c'etait PAS dans la GPL.

                              • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                                d'apres moi

                                Faut-il que j'ai un dico par personne? On parle du libre. Pas du libre (dictionnaire de CHP).
                                Donc : on me dit que le libre a une différence avec l'open-source, je demande laquelle, la réponse est "d'après moi, xxx", euh... OK, donc : pas de différence entre open-source et libre (commune à tous les libristes).

                                • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  Donc, maintenant, tu réagis sur le "d'apres moi" qui etait présent environ 10 messages plus haut... T'aurais pas pu donner cette réponse (absolument valable) plus tot, au lieu de me mettre 10 messages dans lesquels tu me fais dire ce que j'ai pas dit, en me traitant de "sectaire", en m'atribuant des volontés que je n'ai pas ?

                                  Je crois surtout que tu aimes plus que tout avoir le dernier mot. Cadeau : reponds à ce commentaire, et je te le laisse. Promis.

                                • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                  Posté par . Évalué à 2.

                                  La différence est qu'un logiciel open source n'est pas forcément libre. Tu peux très bien fournir les sources mais interdire, ou du moins contrôler, certaines choses comme redistribuer une version modifiée. C'est open source mais non libre. À l'inverse un logiciel libre est forcément open source. Dit autrement, le libre est inclus dans l'open source mais pas l'inverse.

                                  On pourra ensuite tergiverser longuement sur le libre qui impose de redistribuer tout travail dérivé sous la même licence (GPL) ou le libre qui n'impose que de citer l'auteur original (BSD) ou encore le libre qui n'impose strictement rien comme le domaine public ou une licence type "Do what the fuck you want".

                                  (commune à tous les libristes)

                                  Les "libristes" ne sont pas un groupe de personnes homogène et faisant preuve d'une pensée unique.

                                  • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                    Tu peux très bien fournir les sources mais interdire, ou du moins contrôler, certaines choses comme redistribuer une version modifiée.

                                    Cite-moi une licence Open Source non libre.
                                    La liste est la : http://opensource.org/licenses/alphabetical
                                    En attendant, c'est juste du mensonge. Et non, je ne parle pas de l'Open Source non Open Source OSI, ne devions pas de sujet quand on commence à se rendre comtpe que c'est intenable comme discours...

                                    On pourra ensuite tergiverser longuement sur le libre qui impose de redistribuer tout travail dérivé sous la même licence (GPL) ou le libre qui n'impose que de citer l'auteur original (BSD)

                                    Les 2 sont libres, je sais ça déplaît à certains libristes que la BSD soit libre...

                                    Les "libristes" ne sont pas un groupe de personnes homogène et faisant preuve d'une pensée unique.

                                    Ah oui, alors quand je demande qu'on précise, finalement hop on s'enfuit... ah ah ah. Donc on est bien d'accord : rien d'autre que les 4 liberté lient les libristes, le reste n'est pas homogène donc n'est pas dans l'idée du libre, donc pas d'éthique dans le libre, chacun ayant son éthique qui peut être tout et son opposé.

                                    On rigole bien quand même : le libre est éthique contrairement à l'open source, mais hors de question de dire ce qui est éthique, on se rendrait compte qu'on raconte n’importe quoi...

                                    • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                      Posté par . Évalué à 2.

                                      je ne parle pas de l'Open Source non Open Source OSI

                                      Dans ce cas tu as peut-être raison. Mais si il faut préciser open source OSI c'est bien qu'il y a certaines licences considérées par certains comme open source qui ne sont pas acceptables par l'OSI.

                                      • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                        Donc dans TOUT ce que je dis, considère Open Source = Open Source OSI.
                                        Ca sert à rien de causer "Open Source" non OSI, c'est complètement différent et il n'y a rien à débattre : ça n'a rien à voir, de près ou de loin, avec le libre.

                                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                          Posté par . Évalué à 0.

                                          Et hop, voila le moment ou je peux te ressortir ton propre discours :

                                          Faut-il que j'ai un dico par personne ? On parle d'open source, pas d'open source (dictionnaire de Zenitram).

                                          Oui, c'est petit. Mais ca fait du bien ^^

                                          • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                            La "petite" différence est que "Open Source" dans Google ou Wikipedia donne...
                                            A part quelques petits malin qui essayent de "capter" la bonne réputation de l'open source sans en faire, personne ne pense autre chose que OSI.

                                        • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 08/02/12 à 16:40.

                                          Tu as bien raison si on en croit Wikipédia :

                                          En utilisant la désignation Free Software, on tient à mettre en avant la finalité philosophique et politique de la licence, tandis que la désignation Open Source met l'accent sur la méthode de développement et de diffusion du logiciel.
                                          [...]
                                          Il s'agissait de fournir une approche plus pragmatique des avantages du logiciel libre, en mettant de côté les connotations politique et philosophique, afin de n'en conserver que les avantages sur le plan de l'ingénierie.

                                          C'est bien une histoire de point de vue et cela semble effectivement plutôt stérile de vouloir faire une différence.

                                          Cependant cela n'a pas toujours été le cas :

                                          On a pu un temps citer un contre-exemple célèbre avec le projet Darwin d'Apple qui était Open Source selon l'OSI, mais pas Free Software au sens de la Free Software Foundation6. Depuis la version 2.0 de l'APSL, la licence sous laquelle il est distribué, ce n'est plus le cas.

                                          • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                            Posté par . Évalué à -1.

                                            Pinaise !

                                            Vite, Zenitram, vas corriger cet article de Wikipedia, qui a l'outrecuidance de parler de philosophie dans le logiciel libre !

                                            N'empeche, je ne suis encore qu'un padawan : je n'ai meme pas pensé à l'argumentum ad wikipedia...

                                            • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                              Posté par . Évalué à 2.

                                              L'article open source sur le wikipédia francophone est quand même assez bien sourcé.

                                            • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                                              Et au final, le libriste (qui met en avant la finalité philosophique) et utilise Mac OS X, il est accepté ou il est renié?

                                              • [^] # Re: Pas d'éthique!

                                                Posté par . Évalué à 5.

                                                Le libriste qui utilise MacOSX n'est pas vraiment un libriste, un sympathisant à la rigueur. On l'accepte mais on s'en sert comme bouc émissaire ;)

    • [^] # Re: Pas d'éthique!

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Peut-être parce que le libre n'a aucune éthique

      Ah bon ? Le fait de pouvoir aider autrui en lui donnant une copie du logiciel ce n'est pas lié à l'éthique ? Et pourtant c'est bien la licence libre qui me permet de faire ça.

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Tu as une utilisation particulière du libre. Ce n'est pas généralisable à tous les libristes.

        Ce que j'essaye de faire comprendre, c'est que la façon de faire de chacun (toi y compris) n'est qu'une possibilité. Ca ne fait pas tout le libre. Et c'est parce que le libre est bien plus généraliste que ça marche.

        Si on veut parler d’éthique, restons à l'éthique des 4 libertés (comme ton exemple), mais alors ne parlons pas de communauté, d'upstream etc... Car le libre n'apporte pas ça (il y a plein de libre sans ça)

    • [^] # Re: Pas d'éthique!

      Posté par . Évalué à 8.

      Peut-être parce que le libre n'a aucune éthique, et que seuls quelques "anti-système" trollaient seuls dans leur coin?

      En général j'aime assez tes commentaires, mais tu est vraiment lourd à systématiquement nier ou dénigrer ceux qui ne pensent pas comme toi.

      Le libre « sans éthique » existe autant que le libre « avec éthique ». C'est comme pour le bio : entre le bio de supermarché et le bio de l'AMAP il y a un monde, ça ne veux pas dire que l'AMAP n'existe pas, même si c'est minoritaire.

      S'il n'y avait réellement aucune éthique ni philosophie derrière un partie du logiciel libre, à mon avis beaucoup de gens (dont je fais parti) ne s'y serait pas intéressé. Pour certains le logiciel libre est une façon de progresser vers un monde meilleur. Je pense par exemple au contrat social de Debian : http://www.debian.org/social_contract Quelle est sa raison d'être s'il n'y a pas de philosophie derrière ??

      Nier cette partie pourtant fondamentale du libre est une grossière erreur, tout comme nier la part « je fais du libre parce que c'est bon pour le business ».

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par . Évalué à 1.

        Merci Adrien d'avoir mieux exprimé ce que j'essayais de dire depuis un moment !

        Tiens, on est au moins deux a partager cette meme philosophie, qui n'existe pourtant pas...
        Je suis sur qu'on peut encore en trouver ^^

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        En général j'aime assez tes commentaires, mais tu est vraiment lourd

        C'est classique : je suis toujours super sur des trucs, et nul sur d'autres. Mais jamais les mêmes suivant les gens :).

        Sinon :
        Je ne dénigre que ceux que tu as envie que je dénigre.

        TOUT LE MONDE EST LE BIENVENUE.

        Je n'ai jamais dit le contraire. Le libre accepte tout le monde. Ce que je n'accepte pas, c'est qu'on mette une éthique derrière un truc sans éthique.

        C'est comme pour le bio : entre le bio de supermarché et le bio de l'AMAP il y a un monde, ça ne veux pas dire que l'AMAP n'existe pas, même si c'est minoritaire.

        Je n'ai pas dit le contraire. Ce que je dis c'est que bio ne veut pas dire bio de l'AMAP.
        C'est ce que voudraient faire croire certains.

        Ne mélanges pas : le bio me va très bien (supermarché ou AMAP), mais je n'accepte juste pas qu'on dise que le bio de supermarché n'est pas du bio. Le bio englobe tout (supermarché et AMAP). C'est la seule chose que je dis. Si j'en dénigre, ce sont uniquement ceux qui veulent que bio AMAP soit la seule définition de Bio, et que les autres ne devraient pas imaginer se dire bio. Ce n'est pas parce que je refuse que les adorateurs d'AMAP prennent le mot pour eux tout seul que je refuse de voir que les AMAP existent, elles existe juste que ce n'est pas 100% du bio qui existe. (remplace maintenant bio par libre, supermarché par non-éthique et AMAP par éthique). Et à la différence du libre "éthique", les AMAP ont une définition. J'attend toujours une définition claire et acceptées par tous les libristes de leur éthique commune (qui ne l'est pas)

        • [^] # Re: Pas d'éthique!

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est comme pour le bio : entre le bio de supermarché et le bio de l'AMAP il y a un monde, ça ne veux pas dire que l'AMAP n'existe pas, même si c'est minoritaire.
          

          Je n'ai pas dit le contraire. Ce que je dis c'est que bio ne veut pas dire bio de l'AMAP.
          C'est ce que voudraient faire croire certains.

          J'ai jamais dit que l'open source n'etait pas libre.

          • [^] # Re: Pas d'éthique!

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            oepn-source (non éthique) serait libre (éthique)?
            Désolé, la logique se perd... Du non-éthique qui est éthique, faut que tu me dises comment tu fais pour trouver ça possible.

            • [^] # Re: Pas d'éthique!

              Posté par . Évalué à 0.

              Ma grand-mere te dirais : "tu raisonne comme une casseroles trouée".

              J'ai jamais dit que, pour être libre, il fallait absolument avoir la philosophie du libre. J'ai meme expressement dit que c'etait pas le cas, et plusieurs fois (la GPL ne fait aucune allusion a une philosophie).

          • [^] # Re: Pas d'éthique!

            Posté par . Évalué à 2.

            Pourtant il me semble à une époque qu'on disait "Open Source" pour "à sources ouvertes" pour un logiciel dont le code source est accessible, et libre ("free" en Anglais, encore qu'ils ont tendance à utiliser "Libre" de temps en temps parce qu'ils ne voulaient pas dire "gratuit") pour un logiciel qui octroie un certain nombre de liberté à ses utilisateurs.

            C'est là qu'on parle de "Libre au sens de la FSF", "Libre au sens DFSG", "Libre selon RMS", etc.

            Il y a donc bien une différence entre Libre et Open Source, le premier étant un sous-ensemble du second.

            Voilà, c'était la minute "proposition de normalisation du vocabulaire". À vous les Trolls!

        • [^] # Re: Pas d'éthique!

          Posté par . Évalué à 2.

          Je n'ai pas dit le contraire. Ce que je dis c'est que bio ne veut pas dire bio de l'AMAP.
          C'est ce que voudraient faire croire certains.

          Dans ce cas on est d'accord : une partie des participants au libre est guidée par une certaines éthique, une philosophie de vie, mais ça n'englobe pas tout et ça ne DOIT pas englober tout. Dans ton premier commentaire, j'avais surtout vu une négation du « bio de l'AMAP » face au « bio supermarché » justement, tout le contraire de ton idée apparemment :)

          J'attend toujours une définition claire et acceptées par tous les libristes de leur éthique commune (qui ne l'est pas)

          Effectivement, c'est un peu comme pour l'anarchisme : chacun à son idée là-dessus, il y a autant de philosophie que de gens, dur dur de donner une définition exacte, qui représente les idées de chacun ;-) Mais même s'il y avait une philosophie par personne, ça n'enlève rien : pour une partie des développeurs libre, la motivation a faire du libre n'est pas technique, mais plutôt philosophique.

          Pour donner une définition consensuelle, je pense que beaucoup de gens se retrouvent dans un idéal de partage des connaissance, d'entre-aide, de libre accès à l'information.

          • [^] # Re: Pas d'éthique!

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Dans ton premier commentaire, j'avais surtout vu une négation du « bio de l'AMAP » face au « bio supermarché » justement, tout le contraire de ton idée apparemment :)

            Ah ouais... Ben je me suis complètement loupé, en effet!

            pour une partie des développeurs libre, la motivation a faire du libre n'est pas technique, mais plutôt philosophique.

            Je n'ai jamais dit le contraire (ou alors je me suis trompé entre la pensé et l'écrit). J'ai réagis car le posteur du journal est effaré que le libre contient du bio de supermarché en même temps que du bio AMAP. Et je suis effaré qu'on soit effaré par ça. Le bio, c'est le bio tout compris, sans enlever aucune de ses composantes.

            Pour donner une définition consensuelle, je pense que beaucoup de gens se retrouvent dans un idéal de partage des connaissance, d'entre-aide, de libre accès à l'information.

            Pas mal...

            • [^] # Re: Pas d'éthique!

              Posté par . Évalué à 2.

              Dans ton premier commentaire, j'avais surtout vu une négation du « bio de l'AMAP » face au « bio supermarché » justement, tout le contraire de ton idée apparemment :)

              Ah ouais... Ben je me suis complètement loupé, en effet!

              Pinaise ! Merci de reconnaitre enfin qu'il existe des gens pour qui il existe une philosophie du libre, meme s'il t'a fallu pour cela passer par une métaphore maréchaire ^^

              Ce que je comprends pas, c'est que ce que j'ai toujours voulu dire, c'est ce qu'Adrien a dit (beaucoup plus clairement que moi, bravo ^^), mais qu'avec moi tu t'es tout de suite braqué sur UN mot (tous), que du coup tu t'es tout de suite mis a me prendre pour un con et a me faire tourner en bourrique.

              Vu que je ne suis pas si con, et que je ne pense pas que tu le soit non plus, j'imagine que la différence de réaction vient de moi... Mais je vois pas ce que j'ai pu faire de si catastrophique.

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Je pense par exemple au contrat social de Debian : http://www.debian.org/social_contract

        On a celle de Debian, oui, et c'est bien.

        Maintenant : celle du libre?
        La seule chose que je connais, ce sont les 4 libertés. Qui ne parlent pas d'éthique. Je suis preneur de la définition de "libre" qui parle d'éthique, et que tout le monde qui se dit libriste adhère.

        Bref : quel est le contrat social du libre? Ou est-il affiché? Les développeurs libristes sont-ils d'accord?

        • [^] # Re: Pas d'éthique!

          Posté par . Évalué à 4.

          Après avoir lu ce commentaire (après tous les autres), j'ai enfin compris ce qui me chiffonnais dans ton raisonnement. Car moi aussi, j'aime la "philosophie du libre".

          Je crois que j'ai enfin trouvé la réponse: les 4 libertés sont une éthique. Une façon de faire, de se comporter. Elles définissent une philosophie (ce qui est libre doit rester libre, par exemple), en soi, car les règles que le libre définit implique une façon de partager les choses, et donc une façon de se comporter par rapport au monde logiciel.

          Ne penses-tu pas ?

          • [^] # Re: Pas d'éthique!

            Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 07/02/12 à 16:20.

            Elles définissent une philosophie (ce qui est libre doit rester libre, par exemple),

            Les BSD ne sont-elles pas libres? Raté, ce n'est pas une limite du libre, le libre s’intéresse à celui qui reçoit le code, ensuite on est libre (d'imposer que ce qui est libre doit rester libre, ou ne pas l'imposer). Je n'ai rien vu dans les 4 libertés qui dise que ce qui est libre doit rester libre (les 4 libertés ne s’intéressent pas au récepteur du récepteur)

            les 4 libertés sont une éthique. (...) Ne penses-tu pas ?

            On peut mettre le mot "éthique" sur les 4 libertés, pourquoi pas...
            Ce que je réfute, c'est le libre qui a d'autres définition (genre "bouh t'es pas un libriste car pas de diffusion à tous", "bouh t'es pas un libriste car ton dépot est non public", "bouh t'es pas libriste car tu remonte pas upstream" et j'en passe dans les évaluations du "degré de librisme" faites par certains qui voudraient rajouter des choses aux 4 libertés).

            Si l'éthique du libre est de filer les sources (et des libertés) avec tout produit fournis à une personne, alors oui, le libre est éthique. Mais que sur ça. Pas sur d'autres choses qu'on voudrait lui coller mais qui sont qu'une composante du monde du libre.

            • [^] # Re: Pas d'éthique!

              Posté par . Évalué à 2.

              Elles définissent une philosophie (ce qui est libre doit rester libre, par exemple),

              Les BSD ne sont-elles pas libres? Raté, ce n'est pas une limite du libre, le libre s’intéresse à celui qui reçoit le code, ensuite on est libre (d'imposer que ce qui est libre doit rester libre, ou ne pas l'imposer). Je n'ai rien vu dans les 4 libertés qui dise que ce qui est libre doit rester libre (les 4 libertés ne s’intéressent pas au récepteur du récepteur)

              Mauvais argument : les gens qui font dans la BSD ont généralement 2 ou 3 arguments classiques :

              1. Tant qu'on reconnaît ma contribution (citer les auteurs), tout va bien
              2. Je me fous de ce que font les gens avec, c'est leur problème (vraiment ? alors pourquoi ne pas publier dans le domaine public ? Ah ben oui, à cause de mon 1. :-) )
              3. De toute manière, si on nous forke de façon proprio notre projet, nous sommes plus nombreux et plus expérimentés : à ceux qui font du proprio de se faire chier à se synchroniser avec nous. Ça irait plus vite pour eux s'ils nous filaient leurs contributions.

              À cela je rajouterais un quatrième argument : il y a une certaine forme de « gentleman's agreement » parmi ceux qui codent en BSD, du genre « on te force pas, mais ce serait quand même plus poli de nous remonter les bugs ou les features que tu as trouvés/ajoutés, mais c'est toi qui voit.

              Perso j’exècre le terme « libriste », parce qu'il rime un peu trop avec « fondamentaliste » (et pourtant, je me considère comme BSDiste dans l'âme, va comprendre).

              Je pense que l'esprit du journal reste « valide » dans le sens où beaucoup de gens oublient que ce qui a fait que la GPL et la notion de logiciel libre ont été créés, c'est bien une éthique de partage de la connaissance, et que cette connaissance devrait être accessible à qui reçoit l'objet qui la contient (nous sommes bien d'accord, je ne parle pas de « tous »).

              Tu colles aux mots un peu trop je trouve. Par exemple, tu vas sauter à pieds joints sur un mec qui dit que son livre est « libre » (alors qu'il ne respecte pas les 4 libertés du logiciel libre), mais lorsque quelqu'un essaie de dire que le libre ne s'applique pas forcément de la même manière à tous les supports selon leur nature, tu aboies. Je n'y vois pas de contradiction dans ton comportement cependant, simplement, il se trouve que pour toi, voir uniquement les 4 libertés du logiciel libre t'arrange. Et ça ne convient pas à tout le monde.

          • [^] # Re: Pas d'éthique!

            Posté par . Évalué à 4.

            Pour moi le libre est purement technique. Les 4 libertés sont définies sur un plan technique, point barre.

            On peut être faire du logiciel libre et avoir une éthique pourrie, c'est typiquement le cas des fabricants qui partagent leur code parce qu'ils en sont bien obligés, mais qui ne fournissent aucun support, aucun outil, aucune aide à la communauté.

            Cette garantie technique, est peut-être dénuée de tout sens éthique, mais ça ne me gêne en rien : vu qu'elle contient des obligations (par exemple je considère la GPL et sa viralité comme libre dans ce cas), elle ne peut pas contenir d'éthique : il est faux de croire qu'on peut obliger qqu'un sur de l'éthique.

            Ensuite, basé sur cette définition technique, libre (!) à chaqu'un d'y mettre l'éthique qu'il veut, et c'est là que ça devient intéressant : l'effort, le don, le partage sont des valeurs que chacun est à même de pondérer selon sa conception de la chôse.

    • [^] # Re: Pas d'éthique!

      Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 07/02/12 à 17:10.

      De plus en plus, dans les commentaires de Linuxfr, c'est pour des raisons techniques et économiques que le logiciel libre est défendu, et l'argument éthique est moins présent qu'il a pu l'être il y a quelques années.

      Peut-être parce que le libre n'a aucune éthique, et que seuls quelques "anti-système" trollaient seuls dans leur coin?

      Surtout par lassitude, tout le monde n’a pas ta pugnacité. Il y a aussi que les bases éthiques du libres sont établies depuis longtemps, et qu’à part tourner en rond, il n’y a pas grand chose à ajouter. Et si j’insiste, le libre a une éthique, liée au quatre libertés, loin d’être créée ex nihilo. Parmi les textes qui me l’ont fait découvert :
      Piège dans le cyberespace ;
      Hold-up planétaire ;
      Le droit de lire ;
      Du bon usage de la piraterie ;
      La cathédrale et le bazar.

      (pfiou… galère pour les retrouver… EDIT: +52 commentaires le temps d’écrire le mien, c’est décourageant… -_-)

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par . Évalué à -1.

        Oula malheureux !

        J'ai abandonné la bataille avant que tu ne la rejoigne, fatigué par l'attitude de Zenitram.
        Comme tu le dis, tout le monde n'a pas la meme pugnacité (ni la meme envie d'avoir le dernier mot et d'imposer sa vérité).

      • [^] # Re: Pas d'éthique!

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Surtout par lassitude,

        Pour une fois ;-), je ne te donne pas tord. Quand on voit comment les gens "différents du moule" sont accueillis, ça donne pas envie. C'est sans doute aussi pour cette raison que les libristes "éthiques" sont de moins en moins nombreux (du moins en pourcentage), car à force d'envoyer balader "tu n'es pas des nôtres" si on n'est pas à fond dedans, ben... ca élague. Et les gens vont faire du libre ailleurs, là où ils sont mieux accueillis.

    • [^] # Re: Pas d'éthique!

      Posté par . Évalué à 3.

      De plus en plus, dans les commentaires de Linuxfr, c'est pour des raisons techniques et économiques que le logiciel libre est défendu, et l'argument éthique est moins présent qu'il a pu l'être il y a quelques années.

      Peut-être parce que le libre n'a aucune éthique, et que seuls quelques "anti-système" trollaient seuls dans leur coin?
      Le libre, c'est les 4 libertés. Pour construire Linux ou une bombe nucléaire (ou utiliser Linux pour construire une bombe nucléaire). Si tu y vois une éthique... Moi j'en vois aucune. J'en vois un outil. Technique (accès au code).

      Dire ça, c'est totalement ignorer « l'esprit des lois » : tu choisis d'ignorer le côté éthique lié au mouvement des logiciels libres, tu le nies, ça n'en rend pas moins la chose vraie : la première personne à avoir réellement pensé et tenté de formaliser ce qui rendait un logiciel libre¹, c'est quelqu'un qui a fait en sorte qu'au moment où il créait sa propre licence libre, elle assurerait que redistribution du programme == redistribution des sources...

      Oui bien entendu, on peut toujours faire en sorte de respecter la loi à la lettre, et ce faisant détourner l'intention originelle de la loi (ou en ce qui nous concerne, de la licence). Tivo l'a bien fait, après tout. Ils respectent la GPL (v2) à la lettre. Et techniquement/légalement, il n'y a rien à faire. Nous sommes bien d'accord. Mais la notion de partage qui est la base sur laquelle RMS s'est basé pour définir le logiciel libre et la GPL, elle, n'est plus là. Pas dans son acception originelle.

      [1] Le logiciel libre (i.e. qui respecte les 4 libertés selon Stallman) existait avant bien entendu. Simplement, à ma connaissance, personne n'avait tenté d'en faire une catégorie explicitement : il s'agissait juste d'un usage normal (surtout dans les milieux académiques).

  • # Pas compris

    Posté par . Évalué à 7.

    Il est parfois dit ici que l'enjeu éthique de l'informatique moderne n'est plus tant l'accès aux sources que la maîtrise des données privées. Mais au fond, en donnant la maîtrise du code à l'utilisateur du code, le logiciel libre répond d'avance à ce déplacement d'enjeu: la question « qui maîtrise le code? » est plus haute que celle de savoir « who watch the watchmen? ».

    Je ne comprends pas la derniere phrase de ce paragraphe.

    En quoi le fait d'ouvrir le code source permet de maitriser les données privées ? Si facebook libère soudain son code source, ca n'empechera pas que c'est toujours facebook qui possède toutes les informations que certains ont bien voulu lui donner, et qu'il refuse de supprimer. De plus, à cause de l'effet de réseau, les gens continueront d'utiliser facebook tel qu'il est, et pas un facebook auto-hebergé, et donc ils ne gagneront pas un poil de maitrise sur leurs données. De plus, je ne vois pas le rapport avec le fameux "Quis custodiet ipsos custodes ?"

    Il porte en lui-même un ordre ségrégatif, entre ceux qui maîtrisent la technologie et ceux qui en sont exclus, encore plus brutal qu’auparavant. Dans l’économie du libre, la dépendance entre le fournisseur et son client, certes, change de nature, mais elle reste peut-être plus forte et plus pernicieuse encore.

    Je crois que c'est du fud. Certes, si je ne maîtrise pas la technologie, je ne peux pas modifier le logiciel. Mais la situation est pire encore si je n'ai pas accès aux sources des logiciels, ou si je n'ai pas le droit de les modifier. N'oublions pas par ailleurs que le partage du code est un moyen efficace de faciliter l'apprentissage de la technologie pour ceux qui n'en font pas le cœur de leurs études: on apprend sur le tas, en lisant les sources, et en les modifiant.

    Toutafè (r) (c) (TM)

    Néanmoins, la question de fond me semble pertinente: l'efficacité économique et technique du logiciel libre ne va-t-elle pas à l'encontre de l'éthique qu'il défend?

    Je ne vois pas en quoi. Je veux bien en discuter, mais il faudrait alors développer un peu. Je ne vois pas pourquoi le succès de l'open source irait à l'encontre de la philosphie du libre.

    • [^] # Re: Pas compris

      Posté par . Évalué à 2.

      Néanmoins, la question de fond me semble pertinente: l'efficacité économique et technique du logiciel libre ne va-t-elle pas à l'encontre de l'éthique qu'il défend?

      Je ne vois pas en quoi. Je veux bien en discuter, mais il faudrait alors développer un peu. Je ne vois pas pourquoi le succès de l'open source irait à l'encontre de la philosphie du libre.

      Là j'ai l'impression de voir un certain à-priori typique Franco-Français du "qui est riche a forcément été et/ou est toujours un pourri!".

      Donc si quelque chose réussit sur le plan commercial/économique, il sera forcément corrompu.

      • [^] # Re: Pas compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Là j'ai l'impression de voir un certain à-priori typique Franco-Français du "qui est riche a forcément été et/ou est toujours un pourri!".

        C’est un a priori car comme toutes les lois empiriques il souffre quelques limitations, cependant il me paraît difficile de nier la forte corrélation entre riche et pourri qui rend cet a priori finalement assez fiable. Ensuite, comme pour tous les modèles, il n’est valable qu’à un certain niveau de détail, quand on veut une meilleure distinction il faut passer à un autre modèle, plus fin.

        • [^] # Re: Pas compris

          Posté par . Évalué à 4.

          Oui et bien en prenant cette hypothèse (que je refuse d'admettre comme une généralité, il semble que nous soyons au moins d'accord là-dessus), on devrait admettre que le problème n'a rien à voir avec le Libre, et a finalement peu de chance de le toucher: la production audio-visuelle de loisir est bien pourrie, et pourtant l'art audio-visuel existe toujours!

      • [^] # Re: Pas compris

        Posté par . Évalué à 2.

        Je dois être con, car non seulement je ne vois pas non plus d'où sort cette phrase "l'efficacité économique et technique du logiciel libre ne va-t-elle pas à l'encontre de l'éthique qu'il défend?", mais en plus je ne vois pas le rapport entre demander des explications et cette histoire de salauds de riches.

        Quelqu'un pour m'expliquer clairement ces allusions ?

        • [^] # Re: Pas compris

          Posté par . Évalué à -1.

          Ben la phrase sort du journal (avant dernier paragraphe).
          Et si tu ne comprends pas la phrase, je ne vois pas pourquoi tu comprendrais plus les commentaires qu'on en fait...

          • [^] # Re: Pas compris

            Posté par . Évalué à 2.

            Quand je dis "d'où elle sort", je veux dire, "quel est le raisonnement derrière" ? Ensuite CHP demande une explication (comme moi !), et comme explication ont lui sort qqchose qui, à mon sens, n'a rien à voir.

            Donc peut-on expliciter un peu tout ça ?

    • [^] # Re: Pas compris

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je ne vois pas pourquoi le succès de l'open source irait à l'encontre de la philosphie du libre.

      Il faudrait que je développe, effectivement, et je ne suis pas vraiment en mesure de le faire faute d'avoir les idées vraiment claires à ce sujet. Surtout que ça rejoint en partie le problème difficile de savoir s'il y a une éthique du logiciel libre.

      Mais j'essaye ici, quitte à faire mieux une autre fois:

      Je crois - mais peut-être ai-je tort - que les quatre libertés ont été pensées comme un étant un moyen en vue d'une fin. La fin est éthique, le moyen est le texte juridique qui offre quatre libertés à l'utilisateur.

      Cela a peut-être fonctionné à merveille durant un temps au sens où le moyen n'était pas détaché de la fin. Mais, le succés des licences libres est tel qu'on en arrive à une situation où la fin est parfois perdue de vue, et où le moyen est devenu une fin en soi.

      À titre d'exemple, le logiciel libre sert aussi à développer des applications qui enferment l'utilisateur. C'est légal donc légitime disent certain, d'autres trouvent que c'est illégitime bien que légal, car c'est détourner l'esprit de la licence, renier la raison pour laquelle le logiciel a été publié sous licence libre. La défense de ceux qui considèrent qu'il y a une éthique associée au logiciel libre consiste alors à modifier la licence (clause affero, clause anti-tivoisation, et d'autres à inventer) pour qu'elle continue à être le moyen correspondant à une certaine fin. Mais dans cette course, ils ont toujours un train de retard, leurs logiciels servent d'ores et déjà des fins qui vont à l'encontre de celles qu'ils espéraient lui donner via les licences libres.

      • [^] # Re: Pas compris

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        les quatre libertés ont été pensées comme un étant un moyen en vue d'une fin

        Question peut-être stupide, mais... Quelle est cette finalité? Sans la définir, on n'avance pas, on ne peut débattre sans définir ce qu'on imagine être la finalité du libre, car sans définir chacun invente sa définition de la finalité du libre. Et combien de gens adhèrent avec cette finalité qui serait définie?

        • [^] # Re: Pas compris

          Posté par . Évalué à 0.

          C'est bon, on a compris ton discours, tu peux arreter là. A l'heure actuelle, sur 76 commentaires, y'en a 66 qui sont dédiés à ta thèse (soit a la défendre, soit à la contredire).

          Y'a enfin un commentaire qui ne tourne pas autour de ca, si tu pouvais laisser les gens en parler, sans encore revenir sur ce sujet, ca serait sympa.

          • [^] # Re: Pas compris

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Cool... Les gens parlent d'une finalité commune, sans jamais la spécifier.
            C'est pensé comme un étant un moyen en vue d'une fin, mais on ne va pas dire laquelle, comme ça tout le monde est d'accord (que c'est son objectif à lui, différent du voisin).

            Ca fait vachement avancer de se féliciter de ne pas s'être mis d'accord.

            Si, ça tourne toujours autour du même problème : dire qu'il y a une finalité, mais ne pas dire laquelle c'est. "La fin est éthique", c'est tout ce qu'on a. Et ça ne choque pas. Va comprendre...

            • [^] # Re: Pas compris

              Posté par . Évalué à 2.

              Je vais citer Adrien, qui l'a bien mieux exprimé que je n'aurais pu le faire :

              Pour donner une définition consensuelle, je pense que beaucoup de gens se retrouvent dans un idéal de partage des connaissance, d'entre-aide, de libre accès à l'information.

              Note que j'ai bien fait attention de ne pas rajouter les mots "à tous" dans "libre accès à l'information", vu que sinon on est repartis pour un tour....

            • [^] # Re: Pas compris

              Posté par . Évalué à 1.

              Cool... Les gens parlent d'une finalité commune, sans jamais la spécifier.

              Tu lis les réponses aux commentaires que tu fais ? Allez, je t'aide : copier-coller d'un commentaire de BB qui répond à ce problème :

              Il y a aussi que les bases éthiques du libres sont établies depuis longtemps, et qu’à part tourner en rond, il n’y a pas grand chose à ajouter. Et si j’insiste, le libre a une éthique, liée au quatre libertés, loin d’être créée ex nihilo. Parmi les textes qui me l’ont fait découvert :
              — Piège dans le cyberespace ;
              — Hold-up planétaire ;
              — Le droit de lire ;
              — Du bon usage de la piraterie ;
              — La cathédrale et le bazar.

      • [^] # Re: Pas compris

        Posté par . Évalué à 1.

        À titre d'exemple, le logiciel libre sert aussi à développer des applications qui enferment l'utilisateur. C'est légal donc légitime disent certain, d'autres trouvent que c'est illégitime bien que légal, car c'est détourner l'esprit de la licence, renier la raison pour laquelle le logiciel a été publié sous licence libre. La défense de ceux qui considèrent qu'il y a une éthique associée au logiciel libre consiste alors à modifier la licence (clause affero, clause anti-tivoisation, et d'autres à inventer) pour qu'elle continue à être le moyen correspondant à une certaine fin. Mais dans cette course, ils ont toujours un train de retard, leurs logiciels servent d'ores et déjà des fins qui vont à l'encontre de celles qu'ils espéraient lui donner via les licences libres.

        C'est effectivement plus clair comme ca, merci ! Globalement, après explication, je suis d'accord.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.