Journal Diamond Trust of London

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
19
17
mai
2012

Bonjour,
j'inaugure mon compte (mon deuxième en fait, j'en avais un avant le Grand Nettoyage, au cours duquel je ne me suis pas manifesté) avec ce premier journal, quelque peu publicitaire.

Bref, certains d'entre vous ont probablement déjà entendu parler de Jason Rohrer, un type un peu bizarre qui fait des jeux vidéos un peu bizarres, dans le domaine public (enfin, c'est ce qu'il déclare systématiquement, même si c'est pas vraiment légalement possible, ni ici, ni chez lui, si je dis pas de bêtises).

Parmi ces jeux, certains sont empaquetés dans votre distribution préférée, et vous pourrez probablement y trouver transcend, cultivation, gravitation, passage, between ou encore primrose.

Mais je ne suis pas venu vous parler de ces anciens jeux, mais de son prochain, Diamond Trust of London,
un jeu DS qui vous permettra de jouer contre un ami (mode multi-joueur local avec deux consoles et une cartouche, via le “Download Play” ou « Téléchargement DS ») à celui qui profitera le plus de la vente de diamants.

Dans ce jeu, chaque joueur dispose de trois agents, qu'il peut payer comme bon lui semble, et envoyer chercher des diamants en Angola.
Dans chaque région d'Angola, un guide indiquera l'emplacement des diamants au plus offrant. Bien sûr, vous ne savez pas dans quelle zone l'autre joueur ira, ni combien il paiera le guide… à moins qu'un de ses agents ne vous soit loyal ? En effet, vous pouvez soudoyer les agents du joueur adverse que vos agent rencontrent. Si vous payez un agent plus cher que son salaire, il commencera à vous donner des informations (par exemple le budget et déplacement prévus) sur l'autre joueur, et ce discrètement.
Vous l'aurez compris, le jeu repose sur la connaissance partielle des actions planifiées de l'autre joueur, et de la question de ce que l'autre joueur sait sur nous, voire ce qu'il sait que l'on sait.

Une fonctionnalité qu'on pourrait qualifier « d'annexe » puisque ne participant pas directement au gameplay, mais qui me paraît quand même important de noter, est la musique « interactive », générée de manière procédurale, qui évolue avec la situation du jeu.

Maintenant le jeu (dont le développement est fini, rappelons-le) décrit, passons à sa vente…
Là aussi, c'est assez atypique, pour un jeu DS. Diamond Trust of London est un jeu indépendant, qui n'a donc pas le soutien d'un grand éditeur. C'est d'autant plus embêtant pour un jeu DS, dont la fabrication des cartouches est le monopole de Nintendo.
Du coup, ça coûte cher, et Jason a lancé une levée de fonds. Si le seuil n'est pas atteint, le jeu ne sortira pas.
Il vous reste encore une bonne semaine pour faire un don et commander une copie du jeu !

  • # Putains de systèmes propriétaires…

    Posté par . Évalué à 6.

    Ceci dit les petites cartouches magiques pour charger des roms non officielles, ça existe, et dans ce cas là (si la rom est ditribuée en DP par le gars) c'est légal (je crois ? j'espère)

    • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      La vente de ces « cartouches magiques » a été jugée illégale en France, récemment, je crois (oui, c'est abusif).
      Sinon, le jeu est un jeu officiellement approuvé par Nintendo, compilé avec le SDK de Nintendo, ça m'étonnerai fortement que le contrat autorise la diffusion de la ROM, et encore moins d'encourager à utiliser un outil qu'ils cherchent à combattre…

      • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Je suis sûr à 99,9% que les conditions posées par Nintendo pour obtenir le fameux "Seal of Quality" prohibent expressément l'usage de licences libres. Même taux de certitude s'agissant des conditions de Sony et Microsoft.

        • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Pourtant, le jeu est bien approuvé par Nintendo, et Jason a confirmé qu'il publierai le code source dans le domaine public, comme à son habitude (après un certain moment : ce jeu étant fait de A à Z pour la DS, il préfère que les gens le découvre sur ce support plutôt que sur PC, avec une interface pas du tout adaptée).
          Cela peut peut-être s'expliquer par le fait que le code publié n'utilise pas directement le SDK de Nintendo (j'en sais rien, ce n'est qu'une spéculation, je ne connais pas le SDK de Nintendo, ni les conditions du contrat).

        • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Je tiens à préciser qu'il existe un autre jeu DS dont la libération est prévue (après son portage sur une autre plateforme). Il s'agit de Soul Bubbles, un jeu développé par Mekensleep, des anciens de Nevrax (boîte à l'origine de Ryzom). Je crois que seul le code source (et donc pas les données) du jeu sera libéré, par contre.

          • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Autant j'espère que ce que tu dis est vrai, autant je reste circonspect, car je pensais comme le post auquel tu réponds. En effet, si je me souviens bien, il y a quelques années il y a eu une affaire avec EA qui avait fait développer un jeu pour plateforme Nintendo par un studio. C'était un jeu d'aventure point n' click, et ledit studio avait utilisé ScummVM (sous GPL). Quand cela s'est su, la libération des sources a été demandé pour se conformer à la licence de ScummVM, mais d'un autre côté la licence du SDK de Nintendo interdisait justement le libre[]. EA s'est donc retrouvé pris en étau avec 2 licences contradictoires qu'il devait respecter, et avait finit par donner une somme d'argent aux développeurs de ScummVM, comme pour acheter une licence propriétaire, et n'avait pas libéré les sources.

            [*] comme quoi on peut apprécier certains aspects d'une boite (je pense que Nintendo a certain des meilleurs game designers du monde, et j'admire leur ténacité face à des entreprises autrement plus grosses), et trouver au final que ce sont des gros b*t*rds !

            • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

              Posté par . Évalué à 3.

              EA Atari s'est donc retrouvé pris en étau avec 2 licences contradictoires qu'il devait respecter, et avait finit par donner une somme d'argent aux développeurs de ScummVM

              Euh non, pas vraiment. Ils ont surtout menace d'attaquer en justice en retour, puis fait un arrangement incluant un don a la FSF et les frais d'avocat. Et pas de code source en effet.

              • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Hum, intéressant… De ce que je comprends de l'article, il suffit de ne pas faire référence au SDK de Nintendo, et ça passe (un backend SDL, et un backend DS, et hop, du moment que tu violes pas une autre licence en même temps, ça devrait passer).
                Pour Soul Bubbles, ils cherchaient à virer tout code spécifique à la DS avant de le libérer (de toutes façons, comme ils le portent sur une autre plateforme, ça sera fait).

                Bon après, encore une fois, j'ai jamais vu le contrat, donc je peux pas vraiment en dire plus :p

              • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Désolé pour les erreurs et approximations, dues à ma flemme de chercher (l'important étant la position de Nintendo face au libre) et merci pour tes corrections.

          • [^] # Re: Putains de systèmes propriétaires…

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Hé, c'est cool que les mecs de Mekensleep aient préservé leur attachement aux licences libres (les crédits de Soul Bubbles y faisaient déjà référence, et il me semble même qu'Inkscape y est cité). Je me demandais si cela faisait toujours partie de la culture de la boîte, vu qu'ils n'ont sorti aucun jeu depuis et qu'Omar Cornut (dév sur Soul Bubbles, et surtout créateur de l'émulateur Meka) n'y bosse plus.

  • # Un type un peu bizarre

    Posté par . Évalué à 2.

    Donc pour toi, un mec qui pratique la simplicité volontaire c'est "un type un peu bizarre" ? Parce qu'il choisit de se passer de voiture et de prendre en compte son impact sur l'environnement dans ses choix de vie ?

    En attendant, tous les types un peu bizarres comme ça, ils vont tomber de moins haut quand il faudra vraiment se passer de plein de choses parce qu'on n'aura plus l'énergie pour les faire tourner…

    • [^] # Re: Un type un peu bizarre

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Boarf, on sera morts avant (et non, je ne compte pas faire d'enfants).

      Envoyé depuis mon lapin.

    • [^] # Re: Un type un peu bizarre

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      En attendant, tous les types un peu bizarres comme ça, ils vont tomber de moins haut quand il faudra vraiment se passer de plein de choses parce qu'on n'aura plus l'énergie pour les faire tourner…

      Ça les empêche pas d'être un peu bizarres…
      C'est pas une insulte ni nécessairement péjoratif, il remarquait juste que la démarche sortait de l'ordinaire.
      Un type qui se fixe un budget annuel d'une dizaine de milliers de dollars et qui se passe de réfrigérateur, c'est suffisamment inhabituel pour le qualifier "d'un peu bizarre"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.