Journal Galaxie Wikidata : le hub est en extension

11
25
jan.
2015

On a régulièrement parlé ici de Wikidata (pour ceux qui ne seraient pas convaincus, consultez le tag idoine. C'est un projet bas niveau, qui ne prend sens que si les données que la bases stocke sont utilisées.

Le Point Central de la série Valérian, par Mézière

Ça fournit une explication au titre de mon journal à dessin obscur a dessin, dans l'immense espace à explorer qu'est le cyberespace, il existe des connexions infinies et des étoiles à explorer. Des nouveaux outils et des routes galactiques viennent en permanence le peupler, certaines constituant des hubs permettant de créer des ponts entre les différents univers du web

Trève de lyrisme, du concret : dans les nouvelles hebdomadaires Wikidata [1], deux projets intéressant illustrant cette notion de Hub (encore plus central depuis que google va intégrer freebase dans Wikidata):
* Un outil de traduction automatique des articles Wikipédia, utilisant les labels des items Wikidata pour les ébauches de traduction
* Une intégration de Wikidata dans gnome shell, pour intégrer Wikidata dans les recherches de gnome [3]. C'est moins ambitieux que Nepomuk, mais c'est un début.

Au passage je découvre Apertium, l'outil libre utilisé pour la traduction automatique. À suivre.

[1] https://www.wikidata.org/wiki/Wikidata:Status_updates/2015_01_24
[2] https://blog.wikimedia.org/2015/01/20/try-content-translation/
[3] https://github.com/6ahodir/wikidata-search-provider

PS: j'en profite encore pour tenter de repousser l'entrée 1291 du suivi. Oui je suis lourd.

  • # Assistant personnel

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    J'y pensais encore récemment, avec l'arrivée de Cortana sous Windows 10.

    Ça risque d'être une killer app de leur prochain système, tandis que de notre côté, on commence à prendre un retard monstre. La synthèse vocale laisse franchement à désirer sous Linux (j'avais testé Orca / eSpeak il n'y a pas si longtemps, et j'avais trouvé le rendu hautement insupportable), et que je sache, nous n'avons pas le début du commencement d'un assistant personnel à qui poser des questions de culture générale, lui demander d'effectuer des opérations, lancer certaines tâches, rechercher des fichiers, dicter un mail… sans les mains \o/

    Puis ça apprend à nous connaître, nous conseiller et que sais-je encore. Après, que l'on aime ou pas, le fait est que certains vont adorer, et qu'on aura rien à proposer en retour. D'autant plus qu'avec les questions de respect de vie privée, avec Google / Microsoft qui sont de plus en plus présents dans la vie des gens, on avait une carte à jouer de ce côté. Puisque ça ne m'étonnerai pas que par défaut, Cortana renvoie un paquet d'informations chez Microsoft.

    D'autant plus dommage qu'avec Wikidata et un certain nombre d'autres briques libres, on devrait déjà pouvoir assembler quelque chose de plutôt sympa. Comme d'hab, yakafokon. Je trouvais juste étonnant que ça ne semblais pas intéresser plus que ça Red Hat ou Mozilla, pour ne citer qu'eux.

    • [^] # Re: Assistant personnel

      Posté par . Évalué à 4.

      Tu connais https://tools.wmflabs.org/bene/ask/ ? C'est libre et extensible sur github :)

      • [^] # Re: Assistant personnel

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Il y a également le Projet Pensées Profondes, développé par des étudiants de l'ENS de Lyon, et qui commence à voir un peu plus large que simplement Wikidata, en ajoutant d'autres sources libres comme OpenStreetMap, ce qui permet de demander où se trouve Saint-Malo.

        Maintenant, ça serait bien d'y ajouter les données météo d'OpenWeatherMap, les données musicales (infiniment plus complètes que celles de Wikidata) de MusicBrainz (qui peut également retrouver un morceau à partir de son empreinte), les informations sur les produits alimentaires d'Open Food Facts

        Malheureusement, dans les deux cas, ce sont des bénévoles ou un projet étudiant, forcément limités par le facteur temps, ou leurs propres compétences. Pour construire un projet complet et cohérent, qui pourrait être une pièce importante des systèmes de demain (d'autant plus qu'avec du logiciel libre, ça pourrait être utilisé aussi bien sur les ordinateurs personnels, que sur les smartphones, la domotique ou les robots…), tôt ou tard, il faudra y mettre des moyens.

        • [^] # Re: Assistant personnel

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          En fait, actuellement, nous n’utilisons pas de données d’OpenStreetMap (à part les tiles, dans l’UI) ; les informations géographiques actuelles viennent de Wikidata.
          Nous sommes néanmoins sur le point de commencer à développer un module pour en récupérer, car il y a effectivement des informations qui nous intéressent dedans ; par exemple des indications de surface (c’est un peu triste que “Where is France?” indique actuellement un point au centre de la France) ou encore des horaires d’ouverture.

          Et merci pour les idées ! Les trois ont l’air d’être des bases de données prometteuses.
          (Et les contributions sont bienvenues si vous voulez développer vous-même un module pour l’une d’elle :) ).

    • [^] # Re: Assistant personnel

      Posté par . Évalué à 5.

      Ça risque d'être une killer app de leur prochain système, tandis que de notre côté, on commence à prendre un retard monstre.

      Mmh, alors 2 choses:
      - apple et google ont ca depuis un bail. Google a degaine le premier ya tres longtemps, puis apple avec siri en 2011, et google a fini par merger ca avec google now. Une killer app avec 3+ ans de retard sur les autres, c'est pas vraiment ce que j'appelle une killer app.
      - ya une bonne raison pour laquelle apple a jamais release ca sur macosx, ni google sur chrome desktop, parce que t'as vraiment l'air d'un con a parler a ton pc (vachement moins a ton telephone, note). C'est pas un retard, c'est juste pas un produit utile sur un desktop. Oui, microsoft release ca dans windows 10, on verra bien le succes que ca aura, c'est pas comme si ms etait super inspire dans le milieu grand public ces temps ci.

      Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

      • [^] # Re: Assistant personnel

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Récemment, j'ai regardé la série Extant, qui se déroule dans un avenir assez proche, très technologique, où les personnages pouvaient communiquer avec l'ordinateur, où qu'ils soient dans la maison. Possibilité qui semblait plutôt naturelle, et qui commence dores et déjà à arriver avec des produits comme Amazon Echo.

        Maintenant, bien sûr, un power user, par habitude ou parce qu'il s'est constitué un workflow aux petits oignons, n'aura clairement pas envie de parler avec sa machine, et de sûrement perdre une partie du contrôle en cours de route.

        Mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Quand je vois ma mère, qui ne maîtrise absolument pas l'outil informatique, et qui décide qu'à son âge, ça ne vaut plus le coup d'apprendre, qui met littéralement plus de trois heures à taper une courte phrase, et à qui il ne faut pas demander grand chose, je me dis que c'est la cible idéale.

        Elle se mettrai devant sa machine, lui demanderai d'aller sur tel ou tel site, d'envoyer un email à telle personne, de lui afficher les photos du jour de l'an… elle serait la plus heureuse. Et d'après la démo que j'ai pu voir de Cortana sous Windows 10, ça semble déjà pouvoir offrir toutes ces fonctionnalités de base.

        • [^] # Re: Assistant personnel

          Posté par . Évalué à 4.

          Mouais, le rêve de l'interface intuitive… Je n'ai jamais rien vu de vraiment convainquant. En général, plus c'est censé être intuitif et moins c'est souple (voire, moins c'est utilisable). Ce n'est pas un hasard si en 2015 le moyen le plus efficace de demander des choses complexes à un ordinateur, c'est un terminal et un langage de programmation.

          J'ai l'impression qu'il est probablement impossible de commander finement une machine programmable sans savoir ce qu'est une machine programmable et comment elle fonctionne. Ton interface domotique, elle ne va que transformer quelque chose comme "Maison, change la température à 20 degrés dans le salon" en "Command: temp[room0] = 20". Et forcément, ça va être bourré de bugs. "Température à deux degrés de moins que dans la cuisine" et pouf, il fait -2°C dans la baraque. En fait, pour avoir ce qu'on veut, il faudra apprendre un nouveau langage de programmation qui ressemble à un pseudo-langage humain, mais qui n'en est pas un. Un langage pour le frigo, un langage pour la télé, un langage pour le chauffage, un langage pour la voiture, le tout conçu par des américains ou des coréens, qui pige mal le français, qui ne va pas te comprendre quand tu as une trachéite… Une sorte de dépendance inévitable aux limites de tous ces objets débiles que leurs concepteur osent prétentieusement appeler "intelligents". Aucun service rendu, que du gadget.

          • [^] # Commentaire supprimé

            Posté par . Évalué à -3. Dernière modification le 27/01/15 à 16:33.

            Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Assistant personnel

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Clairement, les intelligences artificielles sont encore balbutiantes.

            Maintenant, je ne pense pas que la solution soit d'avoir un langage / système différent par appareil. Pour apprendre à réellement bien te connaître, il faut qu'elle soit unique, centralisée. Elle aura une culture de base adaptée à l'être humain (la température idéale pour la plupart des gens, c'est ça, les minium et maximum tolérables, c'est ça). Ensuite, avec le temps, elle apprend à te connaître et personnaliser les valeurs te concernant. Donc non, si tu lui sort que t'as un peu trop chaud, elle ne va pas descendre à -2°. Ou alors, il n'y a strictement aucune intelligence :)

            Enfin bon, pour le moment, ce n'est pas encore de l'intelligence, juste du simulacre, à base d'algorithmes de recommandation, de prédiction… Mais ce n'est qu'une question de temps.

            Sinon, pour en revenir à mon post initial, le but n'est pas non plus d'inventer, d'entrée de jeu, la solution parfaite, celle qui donnera le résultat le plus précis qui soit, à celui qui aura longuement étudié pour y parvenir.

            Je partais du principe que les utilisateurs sont loin de tous maîtriser l'outil. Il y avait donc deux solutions. Soit leur demander d'apprendre et de se démerder par eux-même (mais dans ce cas, on devrait tous apprendre à maîtriser tous les sujets qui nous concernent dans la vie de tous les jours), soit créer un outil qui tenterai de les comprendre et de leur permettre d'obtenir un résultat.

            Par exemple, affiche moi les photos de Noël dernier. L'outil va se baser sur la date indiquée dans les données Exif, puis, quand on aura amélioré les algorithmes de reconnaissance d'images, trouver celles avec un arbre ou un costume de Noël, du papier cadeau… Imparfait, il ne trouvera sûrement pas toutes les photos. Mais j'ai envie de dire qu'il y a fort à parier qu'il en soit de même pour la plupart des gens (on ne sait plus comment on a nommé les photos, où on les a rangées…)

            • [^] # Re: Assistant personnel

              Posté par . Évalué à 2.

              Donc non, si tu lui sort que t'as un peu trop chaud, elle ne va pas descendre à -2°. Ou alors, il n'y a strictement aucune intelligence :)

              Jusqu'à preuve du contraire, une machine n'a aucune intelligence. Il va donc descendre à -2°C s'il pense qu'il doit descendre à -2°C, à moins que son programmeur ait prévu une limite. Dans ce cas, la machine n'est pas plus intelligente qu'avant, c'est juste le programmeur qui l'est.

              Enfin bon, pour le moment, ce n'est pas encore de l'intelligence, juste du simulacre, à base d'algorithmes de recommandation, de prédiction… Mais ce n'est qu'une question de temps.

              Sur quels arguments te bases-tu? Des séries TV de science fiction? Je ne connais aucun produit grand public ayant les caractéristiques d'une intelligence artificielle. Bien sûr, on peut noter de nombreux progrès dans bien des domaines, et on requalifie le concept d'AI au fur et à mesure. "Gagner aux échecs contre un grand maître" par exemple n'est plus depuis longtemps considéré comme un exemple d'AI, ça n'est que du calcul. Si on considère des applications d'AI "pures", par exemple les chatbots, on n'avance pas très vite. D'ailleurs, c'est assez frustrant, mais les algos qui marchent le mieux sont les moins "intelligents" : on recopie des trucs qui ont l'air de correspondre à des conversations à partir d'une immense base de données. Le big data permet de singer l'intelligence, mais les programmes qui "comprennent" réellement une conversation ne ressemblent pas à grand chose. On pourrait dire la même chose des outils de traduction : quand ça marche à peu près, ça n'est pas lié à une analyse syntaxique et contextuelle, c'est juste un algo qui pioche dans une énorme banque de données de bouts de phrases traduites par des humains.

              Bref : ce n'est qu'une question de temps, j'en sais absolument rien. Avec les algorithmes actuels, on pourrait s'approcher de quelque chose qui fait illusion quelques minutes, mais on ne peut rien confier de critique à de telles "intelligences" qui ne comprennent rien : 1) tu n'es jamais à l'abri d'un déraillement total (il n'y a aucun garde fou), et 2) l'intelligence ne pourra jamais faire mieux que d'exploiter sa base de connaissances. Il n'y a pas grand chose à attendre d'un tel algorithme, en tout cas, il est totalement incapable d'innover d'une manière autonome.

              Pour ton exemple de photos, ça va pouvoir marcher avec "Montre-moi les photos de Noël". Mais ça pourrait ne jamais marcher avec "Affiche les images prises deux jours avant le 13 Novembre". Pourquoi? Simplement parce que tu utilises un langage de programmation, avec des mot-clés, une syntaxe, des règles, et des opérations prévues par le programmeur. Ce langage est conçu de manière à ressembler à un dialecte du langage naturel, c'est certainement plus pratique que de dire "ShowPic Dec 25", mais ça masque le fait que c'est un dialecte restrictif du langage naturel, qui ne comprendra plus rien dès que tu modifieras la syntaxe de la phrase de manière innocente. Et avec les technologies actuelles, un tel truc ne pourrait marcher qu'avec une connexion permanente à la base de données de Google…

              • [^] # Re: Assistant personnel

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Pour toute la première partie, tu réponds finalement la même chose que moi, à savoir que pour le moment, nous n'avons pas encore de réelles intelligences artificielles. Pour le moment, on ne sait pas faire, on est d'accord. Maintenant, quand je vois les progrès fulgurants accomplis ces vingt cinq dernières années, entre le moment où je tripotais MS-Dos et ce qu'on peut faire de nos jours, je serais bien incapable de dire ce que l'on pourra faire en 2040.

                Ensuite, tu devrais jeter un œil au rapport du Projet Pensées Profondes. Chapter 1. State of the art… ça explique les algos utilisés, le coup de la triple représentation.

                Si Valentin Lorentz repasse dans le coin, je serais curieux de connaître son avis. Pour le moment, si on lui demande When is Portugal Day?, il nous répond bien le 10 juin (pour le coup, j'avais initialement commencé par lui demander Noël, tout en m'étonnant de l'absence de résultat… avant de réaliser que cette information n'était pas présente sur Wikidata. Je m'en suis occupé entre temps, mais il existe désormais plusieurs dates possibles. À voir comment il s'en sortira, lors de la prochaine mise à jour :)

                Donc, si on lui demande quel jour étions nous deux jours avant Noël, s'il arrive à trouver qu'il y a un double triplets, la date du jour de Noël, et le fait qu'il faille y soustraire deux jours, il devrait obtenir le bon résultat. Même si le projet n'y arrive pas encore aujourd'hui, je doute qu'il faille encore attendre vingt cinq ans pour y arriver.

                Mais là encore, ce n'est pas de l'intelligence. Pour moi, c'est comparable à l'apprentissage des bébés. Ce sont des êtres qui seront un jour capables d'intelligence, mais qui commencent tout d'abord leur apprentissage par mimétisme. Pour le moment, j'ai l'impression que les algos en sont encore à découper la question, tenter de trouver le sujet, le contexte. Comprendre tout ça. Pour les phrases courtes et simples, on sait faire. La difficulté semble tout de suite plus ardue sur les phrases complexes, et encore plus quand il y a plusieurs phrases et qu'on doit faire une analyse globale. Mais je reste confiant sur l'avenir XD

                • [^] # Re: Assistant personnel

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Je pense que dans la compréhension des questions, il y a deux parties différentes à distinguer : la structure, et le sens.

                  La structure, on sait plus ou moins faire, on en parle dans le rapport. On utilise le Stanford CoreNLP, qui est un outil qui combine des approches grammaticales « classiques » (écriture de règles pour des lexers, parsers, etc.) et du “machine learning” (l’apprentissage sur des corpus). Et de façon assez surprenante, ça marche plutôt bien ! (Je ne m’attendais pas à de tels résultats en quelques mois de travail.)

                  C’est le sens qui est délicat. Pour la plupart des questions simples (une requête de données), on peut extraire le sens à partir de la structure grammaticale.
                  Pour reprendre l’exemple « Affiche les images prises deux jours avant le 13 Novembre », cela ne me semble effectivement pas être quelque chose d’inatteignable, car il n’y a pas d’implicite (identifier « 13 novembre », chercher deux jours avant, prendre les images de ce jour). Ça ne va pas être simple de gérer ce genre de requêtes, mais c’est raisonnablement faisable. (Note : je viens de jeter un coup d’œil, et cette phrase n’est pas parsée correctement. Ça demanderait donc aussi du boulot grammaticalement.)
                  En revanche, ce qui devient plus compliqué, c’est dès qu’il y a de l’implicite. Comment comprendre « Qui est le premier président des États-Unis ? » ? On peut récupérer la liste des présidents sans problème, mais il faut comprendre comment on veut la trier (par ordre de mandat), ce qui est beaucoup moins évident à gérer.
                  Si ça vous intéresse, la solution technique que l’on envisage actuellement, c’est de mettre une sorte d’annotation sur les ressources, par exemple « présidents des États-Unis » sur la liste, ce qui permettrait ensuite d’en déduire qu’il faut trier par date de mandat. Par exemple via une règle « toutes les ressources annotée par un poste se trient par ordre d’entrée en fonction ». (Mais il y a très probablement des contrexemples ; c’est là qu’est la complexité de ce genre de choses.)

                  Et pour revenir sur le sujet d’intelligence artificielle, je suis d’accord avec Okki que ce qu’on cherche plutôt, c’est de l’apprentissage. Mais c’est possible d’apprendre par soi-même ! Par exemple, du feedback à partir de l’interface utilisateur.
                  Google fait ça en trackant les clics sur des liens ; nous, nous pourrions le faire avec un bouton de vote +/-, et éventuellement la possibilité de corriger les phrases (ou une salle d’êtres humains chargés d’ajouter les questions mal gérées et leur réponse attendue dans le corpus à partir duquel faire apprendre les algorithmes).

                  (J’espère avoir répondu aux questions ; j’en ai peut-être oublié / mal interprété certaines)

                  • [^] # Re: Assistant personnel

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Merci pour la réponse détaillée.

                    En ce qui concerne les requêtes logiquement bien formulées mais qui n'ont pas de réponse directe dans la base de données ("quel temps faisait-il la veille de Noël 2004 à Paris"), j'ai peur que la solution ne vienne que très lentement, par l'ajout de nouvelles fonctions au fil des rapports de bugs. Intuitivement, j'ai l'impression que l'ensemble des requêtes tordues est infini, et qu'il sera toujours possible de formuler quelque chose de logique que la machine ne saura pas interpréter ("quel pilote de F1 est né le lendemain du jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl?"). Dans un langage de programmation, il y a un jeu de mot-clés, mais dans le langage réel, on peut inventer à volonté des mots clés que la machine ne connait pas. Tu vas documenter "lendemain", "veille", "semaine suivante", etc., mais la liste de concepts me semble infinie ("dont le signe astrologique rime avec 'tuyau'" : bon courage! C'est trivial d'aller chercher la liste des signes astrologiques, mais il faut qu'un programmeur code un bout de script pour expliquer qu'il n'est pas nécessaire d'avoir le signe astrologique dans Wikidata ; on peut le déterminer à partir de la date de naissance. Il faut ensuite aller récupérer la transcription phonétique des mots et comparer le dernier son : encore une fois, ça n'est pas insurmontable, mais il faut juste coder le concept de "rimer". Et il faudra faire ça avec chaque concept. Ça représente probablement des milliers de concepts à coder. Chacun d'entre eux n'est pas spécialement insurmontable, mais c'est la tâche d'ensemble qui est virtuellement infaisable). Résultat, une AI qui semble profondément débile et qui se gamelle sur du niveau école primaire ("Désolé, je ne sais pas ce que veut dire 'avoir le même nombre de consonnes' veut dire"). Avec le temps, et au prix d'une base de code gigantesque, il pourrait devenir de plus en plus dur de trouver des questions triviales que l'IA ne sait pas traiter, mais un tel logiciel n'a pas les propriétés d'un système "intelligent".

                    Étrangement, j'aurais l'impression que l'affaire des présidents américains est plus facile à traiter. Il suffit d'avoir un algo de tri par défaut, à adpater en fonction du type de liste. Ici, c'est une liste de mandats, la solution est généralisable à toutes les listes de mandats. Ce qui me semble le plus difficile, c'est de déterminer quand il ne faut pas répondre, parce que ça repose sur l'intuition. Un être humain saura très bien qu'il faut comprendre différemment "Quel est le plus grand compositeur" et "quel est le plus grand arbre". Et qu'il faut probablement demander une précision sur "quel est le plus grand basketteur". Trouver la limite à laquelle il est raisonnable de demander une information supplémentaire me semble quasiment impossible. "Quelle est la taille de la Joconde" ne devrait jamais déclencher la question "parlez-vous de la largeur, de la hauteur, ou de l'épaisseur?", alors que répondre "2503 mètres cubes" à "quel est la taille moyenne des parkings publics marseillais" est ridicule.

                    • [^] # Re: Assistant personnel

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Bof, la bonne question est surtout, si un humain est capable d'apprendre une sémantique, pourquoi une machine et de bons algos d'apprentissage n'y parviendraient pas ?

                      Ce qui manque aux machines jusqu'à présent, c'est une représentation du monde qui soit un tantinet complète, mais avec des projets comme Wikidata on arrive doucement mais surement à avoir un graphe de choses réelles et des choses qui correspondent au monde réels et aux connaissances que peut avoir un humain, au traver s de l'ensemble de relations qui lient deux concepts.

                      À partir de là un algo d'apprentissage peut établir la correspondance entre les entités linguistiques comme les termes, donner du sens (sémantique) aux verbes en les faisant correspondre à des relations … à condition qu'il y ait assez de données pour bootstrapper, ça prend des années à un petit humain pour apprendre tout ce qu'il y a à apprendre et à faire la correspondance entre un arbre et le concept abstrait et les structures grammaticales. Déja le parsing on sait à peut prêt faire, c'est déja ça de moins.

                  • [^] # Re: Assistant personnel

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Si ça vous intéresse, la solution technique que l’on envisage actuellement, c’est de mettre une sorte d’annotation sur les ressources, par exemple « présidents des États-Unis » sur la liste, ce qui permettrait ensuite d’en déduire qu’il faut trier par date de mandat.

                    C'est typiquement le genre de questions qu'on se pose dans la modélisation sur Wikidata (bon an mal an, c'est difficile de faire collaborer des gens très différents dans les idées et dans le niveau technique)

                    Par exemple il y a une propriété "liste de" https://www.wikidata.org/wiki/Property:P360 utilisée par l'outil reasonator par exemple pour générer une liste d'item correspondants. https://tools.wmflabs.org/reasonator/?&q=35073

                    C'est aussi grâce à la propriété "instance de" et "sous classe de", on peut identifier "président des états unis" comme une classe d'humains et de présidents.

              • [^] # Re: Assistant personnel

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Histoire de passer l'ennuie, vais ajouter une deuxième réponse XD

                Quand tu dis que nous ne sommes pas à l'abri d'un déraillement total, j'ai envie de dire, comme l'être humain. Certains sont schizophrènes, psychopathes, d'autres sont justes dépourvus d'empathie et n'en auront rien à foutre. Même chose quand tu dis qu'on ne pourra pas faire mieux que d'exploiter sa base de connaissances. L'être humain, s'il n'étudie pas, s'il n'apprend pas, soit il ne sait pas faire grand chose, soit il le fait mal.

                Maintenant, pour l'apprentissage, l'innovation, je pense que ça doit pouvoir s'implémenter. Finalement, quand on regarde ce qu'est un être humain, ce n'est finalement qu'une machine (parfois défaillante), avec des fonctions. Je pense que le jour où l'on réussira à mettre au point une véritable IA, ça ne sera qu'un assemblage de différents algorithmes, tout comme c'est également le cas chez l'être humain.

                Même si, adultes, tout nous semble naturel et intuitif, nous ne sommes pas nés avec des fonctions (algorithmes) de reconnaissance et synthèse vocale pleinement fonctionnelles. Même chose pour la recherche de chemin, le raisonnement ou que sais-je encore.

  • # tag idoine

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    • [^] # Re: tag idoine

      Posté par . Évalué à 4.

      C'est un quantificateur existentiel de tags, le moteur du site ne supporte pas encore une telle abstraction théorique.

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à -3. Dernière modification le 27/01/15 à 16:34.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.