Journal Mendoza et les presidentielles

Posté par .
Tags : aucun
1
2
oct.
2006
En lisant le roman d'Eduardo Mendoza , "La Ciudad de los prodigios" je me suis arrete sur ce passage qui m'a sembler fort interessant:


Sans dissimuler son orgueil, il lui montra aussi les travaux du stade. Cette construction avait une surface de 46225 m² et était destinée aux manifestations sportives, expliqua le marquis. Depuis que l'idéologie fasciste s'était répandue en Europe, tous les gouvernements encourageaient la pratique du sport et l'assistance massive aux compétitions sportives. Avec cette mode, les nations essayaient d'imiter l'Empire romain, dont elles prenaient les usages pour anachronique modèle. C'étaient maintenant les victoires sportives qui symbolisaient la grandeur des peuples. Le sport n'était plus dorénavant une activité des classes oisives ni un privilège des riches, mais le mode naturel de détente de la population urbaine ; politiciens et penseurs y voyaient un moyen d'améliorer la race. - L'athlète est l'idole de notre temps, le miroir dans lequel se regarde la jeunesse, dit le marquis.


Quand on voit ce qu'ont donne les derniers evenement sportifs mondiaux , en terme d'engoument massif et d'abrutissement collectif, on se prend assez facilement a faire le rapprochement avec cette analyse. certes c'est un roman , et certes aujourd'hui on voit difficilement des penseurs ou des politiciens qui pronerait une "amelioration de la race" , mais on se dit que les foules sont pretes de nouveau pour une certaine ideologie de triste memoire. De la a predire la victoire d'un certain N.S. aux prochaines presidentielles...
  • # gni ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Il dit qu'il voit pas le rapport.
    • [^] # Re: gni ?

      Posté par . Évalué à 5.

      Il dit que c'est un très bon roman. Je recommande fortement.
      On a comparé ce roman (comment l'auteur dépeint la ville de Barcelone) à celui de James Joyce (qui décrit une fresque de Dublin).
  • # Zut !

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Et moi qui croyais qu'on allait parler des mystérieuses cités d'or... Déçu je suis.
    • [^] # Re: Zut !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      enfants du soleil ...!!! esteban !! zia !!
      • [^] # Re: Zut !

        Posté par . Évalué à 4.

        Au fait, oubliez Esteban et Zia qui dévalent les pyramides avec des tongs aux pieds! J'ai testé ces même pyramides cet été, même avec des tongs Nike, les escaliers font peur!
        • [^] # Re: Zut !

          Posté par . Évalué à 0.

          [Complètement OFF] Je suis sûr que t'as pris des photos, t'aurais pu m'envoyer le lien que je vois ça.... Moi j'en ai pleins à te montrer si tu veux, y avait pas de pyramides mais des baobabs notamment ;-) [/Complètement OFF]
  • # Mauvais raisonnement, changer raisonnement

    Posté par . Évalué à 9.

    Ton raisonnement est aussi maladroit que le suivant : « Les terroristes répandent l'idéologie de la terreur. La France répand l'idéologie des droits de l'Homme. Puisque la France répand une idéologie, c'est un pays terroriste. Certes la France ne répand pas l'idéologie de la terreur mais quand même, elle répand une idéologie ». La maladresse réside dans la différence d'un élément significatif (la nature de l'idéologie) dans chaque proposition.

    Ainsi, comme tu le dis toi-même, les politiques ne brandissent pas le sport pour "améliorer la race", donc le lien avec le fascisme ne tient pas d'autant que les politiques profitent tout simplement de la popularité et de la surmédiatisation d'un événement sportif (et plus généralement, de n'importe quel événement).

    « Je vous présente les moines Shaolin : ils recherchent la Tranquillité de l'Esprit et la Paix de l'Âme à travers le Meurtre à Main Nue »

  • # Sans aller jusque là...

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Pas la peine de brandir les vieux démons !
    Par contre, ce qui est vrai dans ton texte, c'est qu'aujourd'hui, si Jésus descendait sur terre, il devra être avant-centre dans l'équipe de France pour se faire entendre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.