Journal Comment on codait un jeu sur un ordi 8 bits dans les années 1980s

Posté par  (site Web personnel) . Licence CC By‑SA.
Étiquettes : aucune
38
22
nov.
2018

Cette semaine, notre invité a conçu deux jeux qui eurent leur succès d'estime sur Thomson MO5 (suite d'une précédente émission). Didier Guillion nous fait découvrir comment il programmait des jeux avec une RAM rikiki, sans IDE, sans assembleur, sans logiciel de graphisme ou de musique, beaucoup de cahiers et de crayons et un versionning à base de cassettes audios.

Et le plus surprenant dans tout ça ? Ses jeux se sont vendus.

Bonus : les sportages sur d'autres ordis, les relations avec les éditeurs, sa vision sur les abandonware, et un mode de distribution de jeux par radio FM, dont notre radio fut support.

  • # Retro gaming

    Posté par  . Évalué à 10. Dernière modification le 22/11/18 à 15:38.

    Pour ceux qui s'intéressent un peu au retro gaming, ou du moins à l'histoire de certains développeurs, société de développement, etc. jetez un œil au magazine Retro Gamer Collection.

    Le rapport avec ce journal ? Ils effleurent régulièrement l'aspect technique (sans rentrer en dur dedans) de conception d'un jeu, les difficultés organisationnels, les choses écartées par manque de temps ou de moyen, etc.
    C'est un trimestriel avec un contenu assez consistant, et c'est un des seuls mag JV dans lequel on trouve des informations, sujets et interviews qu'on ne retrouve pas déjà sur Internet (ou alors très éparpillé).

  • # Ça continue !

    Posté par  . Évalué à 5.

    Il est intéressant de noter qu'une communauté Thomson existe et est encore assez active même en 2018.
    L'un des événements, d'ailleurs, est la sortie sur TO8D de cette petite pépite le mois dernier, « mission : lift off ».

    https://www.youtube.com/watch?v=47ZuQm4XWew

    30 ans après la fin de la production de ces machines, il devient d'ailleurs difficile de se rendre compte de ce que cela représente de produire cela sur cet appareil. La démo que l'on voit à l'écran présente un jeu qui est en fait au niveau des consoles de la génération suivante.

  • # Mode Ancien combattant : on

    Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 10.

    une RAM rikiki, sans IDE, sans assembleur, sans logiciel de graphisme ou de musique, beaucoup de cahiers et de crayons et un versionning à base de cassettes audios.

    Et je rajouterais :

    • Les claviers de m….. sans francisation ( on s'y fait au QWERTY)
    • Le matériel spécifique à chaque machine ( CBM 64 et lecteur de disquette + imprimantes … )
    • La lenteur désespérante des machines de l'époque (Amiga 500 7 Mhz)
    • Pas d'internet comme base de connaissance … Parfois des livres très pointus mais hors de prix
    • Des langages qu'il fallait acheter ( langage C sur Amiga => 5000 Francs en 1987 soit 750 euros )

    Mode ancien combattant off

    Bref vous ne mesurez pas la chance que vous avez d'avoir :

    • Linux et les logiciels libres
    • Internet et le claoude
    • USB, RJ45 et HDMI
    • Plus de RAM et de disque qu'il ne vous en faut
    • des forums comme LinuxFR.org
    • Unicode … etc …
    • [^] # Re: Mode Ancien combattant : on

      Posté par  . Évalué à 4.

      Mode pinailleur: on

      Des langages qu'il fallait acheter ( langage C sur Amiga => 5000 Francs en 1987 soit 750 euros )

      5000 Francs en 1987, c'était un smic. Donc aujourd'hui ça ferai plutôt 1500 euros.

      Les vrais naviguent en -42

      • [^] # Re: Mode Ancien combattant : on

        Posté par  . Évalué à 2.

        Mon smic il n'est pas 1500€. Tristesse.

      • [^] # Re: Mode Ancien combattant : on

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

        De toute façons c'était TROP CHER

        j'ai eu beau manifester … mais tout seul cela n'a pas eu beaucoup d'impact

        Si c'était a refaire … je mettrais un gilet jaune :)

      • [^] # Re: Mode Ancien combattant : on

        Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 3.

        Pas mal, d'après un simulateur d'inflation trouvé sur internet, ça me donne 1314€.

        • [^] # Re: Mode Ancien combattant : on

          Posté par  . Évalué à 1. Dernière modification le 27/11/18 à 23:16.

          De mon côté, je me suis basé sur les montants du smic (selon l'INSEE) en faisant quelques arrondis.
          Donc en 1987, le smic (brut mensuel) était à 4704.96 francs (soit presque 5000 francs).
          Aujourd'hui, il est à 1498.47€.

          Par contre je n'ai pas été comparer le montant des prélèvements obligatoires (et je n'ai aucune idée de leur évolution).

          Les vrais naviguent en -42

          • [^] # Re: Mode Ancien combattant : on

            Posté par  (site Web personnel) . Évalué à 2.

            Par contre je n'ai pas été comparer le montant des prélèvements obligatoires (et je n'ai aucune idée de leur évolution).

            ça c'est une question intéressante : l'évolution des prélevements obligatoires et aussi l'évolution du taux d'imposition depuis 1987

            Il me semble qu'il y a eu une grosse augmentation dans ces années la, impot et/ou prelevement, mais je ne peu en être sur car mon patron de l'époque me payait par chèque avec des chiffres ronds : 4000 francs etc …
            (mais j'avais des fiches de paie quand même)

            Puis après 2002 une grosse période de flou à cause de l'euro

            C'est le genre de chose que l'on devrait pouvoir trouver et/retrouver l'evolution du smic
            des impots des prevelements de la baguette de pain, du café au comptoir …

            mais aussi du taux de crédit immobilier, du cout de l'internet, du cout du telephone portable ou non

            comme toujours on ne parle que des trains qui arrive ne retard …

  • # Retranscription ou synthèse ?

    Posté par  . Évalué à 5.

    Ca raconte quoi en gros ?

    Le sujet m'intéresse mais l'enrobage de l'émission (blabla, chansons) ne me plait pas : c'est donc assez pénible de tâtonner pour trouver les passages ou ils parlent du sujet et j'ai fini par laisser tomber.

    BeOS le faisait il y a 20 ans !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à celles et ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.