Forum Linux.général Est-ce libre si ?

Posté par (page perso) .
Tags :
1
24
août
2011

Bonsoir
Sans but concret pour le moment je réfléchis à des business models libres au cas où une occasion se présenterai pour moi de lancer une entreprise ou d'en rejoindre une.

Au niveau pratique je me demandais par exemple si:
- Une entreprise développe un logiciel de A à Z (appli Web ou appli en dur)
- Elle le vend à des clients
- Elle fournit le code source seulement à ces clients uniquement
Est-ce que le logiciel serait libre du point de vue de la FSF ? (ou autres)

On peut évidemment imaginer des variantes, un cœur libre et gratuit, des développements spécifiques, des plugins payants (sous forme d'un service de développement grâce à l'expertise de l'entreprise sur l'appli donc) et pour ces derniers les sources seraient diffusées à ceux qui ont payé leur développement uniquement.
En théorie si les clients respectent le contrat ils ne diffuseraient pas les sources dans la nature..

Je ne sais pas du tout si ça marcherait en tant que business model rentable (donc une entreprise viable) mais je ne fais que réfléchir à de la théorie actuellement :)

Merci d'avoir lu ;)

  • # Four freedoms

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    La deuxième liberté (au sens de la FSF) est :

    The freedom to redistribute copies so you can help your neighbor (freedom 2).

    Ce qui contredit ce que tu souhaites :

    [Une entreprise] fournit le code source seulement à ces [ses ?] clients uniquement
    ...
    si les clients respectent le contrat ils ne diffuseraient[-seront ?] pas les sources dans la nature

    Dès qu'un de tes clients a accès au code source, il a le droit de le mettre sur un FTP accessible au grand public.

    • [^] # Re: Four freedoms

      Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 25/08/11 à 00:09.

      ça veut dire que si tes clients l'ont selon une licence libre (la GPL comme évoqué), bin c'est respectueux du libre (pas forcément de l'esprit, selon certains mais bon...). Qu'un de tes clients le redistribue en libre aussi, avec la même licence est légitime et libre, ils ne le feront pas forcément.

      Pour une appli web, regarder du côté de l'AGPL v3 : autrement, ton client pourrait redistribuer via la GPL, sans que tu en bénéficies en tant qu'upstream :/).

  • # logiciel libre VS open source

    Posté par . Évalué à 3.

    Si la licence utilisée respecte les quatre libertés y compris celles de pouvoir redistribuer le logiciel, alors tu as un logiciel libre du point de vue de la FSF.
    Si tu ne fais que fournir le code source à tes clients, alors c'est un logiciel open source. Voir ici pour plus de détail.

    Pour ta deuxième proposition (un cœur libre et gratuit et faire payer des développement spécifique, on a l'exemple de MySQL ou de Sensio Labs/Symfony qui ont basé leur économie sur ce principe, le premier proposant des services, hébergement et outil spécifique, le deuxième étant un éditeur d'application web proposant un framework libre.

    • [^] # Re: logiciel libre VS open source

      Posté par . Évalué à 3.

      Le meilleur exemple était Qt. Une version GPL et une version 100% payante. Cela ne s'applique qu'au library mais l'idée est de faire payer ceux qui ne joue pas le jeu.

      "La première sécurité est la liberté"

  • # Pour la GPL

    Posté par . Évalué à 2.

  • # En résumé

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    C'est un peu étrange effectivement:
    Si j'ai bien compris la GPL oblige donc à ce que le code devienne gratuit dès le deuxième niveau de distribution puisqu'il doit être disponible sans que les mêmes conditions ne soient respectées (que le lecteur du code source soit client de l'entreprise qui lui a fourni ou de l'entreprise éditrice)

    Effectivement il y a les autres licences libres autour qui comblent des besoins différents, heureusement :)

    Bon j'y vois plus clair, ça montre bien qu'il ne peut y avoir une seule façon d'être libre et d'en vivre. On doit pouvoir produire du code GPL et arriver à ne vendre que du service autour sinon ? Installation du/des logiciel(s), assistance technique

    Merci pour les liens et les réponses :)

    • [^] # Re: En résumé

      Posté par . Évalué à 5.

      la GPL oblige donc à ce que le code devienne gratuit dès le deuxième niveau de distribution

      gratuit, NON
      libre, OUI

      ne pas confondre libre et gratuit
      car on peut tres bien faire un logiciel libre payant

      • [^] # Re: En résumé

        Posté par . Évalué à 2.

        un peu quand même, une fois vendu à un client, le logiciel peut être redistribué gratuitement par le client.

        C'est d'ailleurs le mode de fonctionnement de certaines entreprises dont j'ai oublié le nom (voir la conférence "ESS et logiciel libre" qui s'est tenu à la MACIF) : on trouve quelqu'un qui veut un logiciel libre particulier, on lui fait payer le développement de ce logiciel qui devient gratuit une fois fini.

        • [^] # Re: En résumé

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          Tu mélanges les concepts le logiciel ne devient pas gratuit. Il est libre (donc gratuit si et seulement si quelqu'un a envie de le redistribuer).

          Si une entreprise paye pour un développement libre, ce qui a été développé ne devient pas gratuit puisque ça a été payé. Ça deviendrait gratuit si le développeur redonnait l'argent. Par contre la distribution/recopie/etc du source et/ou des binaires est éventuellement gratuite à condition que quelqu'un le fasse.

        • [^] # Re: En résumé

          Posté par . Évalué à 3.

          tout comme kerro, et j'ajouterais qu'une boite qui va payer un certain prix pour le developpement d'un logiciel n'a surement pas envie que son logiciel soit dispo 2 semaines apres gratuitement sur le net.

          Elle attendra donc un peu pour eventuellement le redistribuer.
          Mais là encore rien n'oblige le "client" à redistribuer le logiciel qu'il a acheté.

        • [^] # Re: En résumé

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          C'est justement l'un des buisiness models auquel je réfléchissais pour savoir si c'était envisageable/viable, faire payer le dév pour quelque chose de libre.

          Et donc si comme dit ci-dessous la boite ne distribue pas les sources du logiciel qu'elle s'est payée (et fait faire) il n'est pas libre pendant ce laps de temps.

          Je savais que libre n'est pas gratuit mais justement je cherchais des cas concrets pour comprendre les rouages de la licence en application dans le monde professionnel, avec des entreprises qui peuvent devenir rentables

          C'est maintenant plus clair, merci à tous :)

          • [^] # Re: En résumé

            Posté par . Évalué à 1.

            Au contraire, il reste libre. Il faut qu'on puisse le redistribuer. Le fait que l'entreprise ne le fasse pas ne rend pas le logiciel. Le libre n'exige pas une redistribution forcée. Je télécharge un logiciel gnu, cp par exemple. Ce n'est pas parce que je ne le donne pas à mon voisin que le logiciel n'est plus libre.

            • [^] # Re: En résumé

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Si, dans le cas où l'entreprise qui a fait développer le logiciel n'en distribue pas les sources pendant quelques temps, le temps de le vendre par exemple, et que celle qui l'a développé ne le fait pas non plus parce qu'elle n'a fait que fournir le service de développement

              Mais j'ai compris ce que tu veux dire ;)

              • [^] # Re: En résumé

                Posté par . Évalué à 3.

                Moi je ne comprend pas ce que tu veux dire.
                Si l'entreprise se contente de vendre le logiciel avec une licence propriétaire c'est évident qu'il n'est pas libre.
                Mais ce n'est possible que si la société en question a financé entièrement le développement du logiciel et est effectivement propriétaire du copyright, et n'a pas utilisé de code sous copyleft.

                • [^] # Re: En résumé

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  J'imaginais plutôt le cas où une entreprise se fait faire un logiciel, qu'elle souhaite rendre libre mais après avoir pu "s'installer" et se faire connaitre, en gros se le garder pour commencer à faire du chiffre avant de le mettre à disposition.

                  • Celle qui l'a développé ne peut pas le distribuer il me semble (selon les termes du contrat entre les deux je suppose)
                  • Celle qui l'utilise et vend ses services autour à ses clients doit le redistribuer pour qu'il soit libre.

                  Enfin ta remarque me fait réaliser qu'effectivement si le logiciel utilise des briques libres, ce que j'imagine n'est pas permis, la redistribution libre doit se faire sans délai. Me trompe-je ?

                  • [^] # Re: En résumé

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Ça dépend du type de licence, comme j'indiquait s'il s'agit d'une licence de type copyleft (comme GPL ou CC-BY-SA) alors l'ensemble ne peut être redistribué que sous la même licence ou une licence compatible.
                    S'il s'agit d'une licence moins restrictive sur la redistribution (comme BSD nouvelle version, apache ou CC-BY) il suffit généralement de lister les sources des différents morceaux que le programme utilise (à vérifier les détails pour chaque licence).

                    Ah, et bien sur, ce n'est que l'avis de quelqu'un qui s'intéresse au sujet depuis plusieurs années, mais sans formation juridique, en résumé IANAL ;-)

                    • [^] # Re: En résumé

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Merci pour les réponses, même si tu n'es pas avocat tu m'a bien éclairé en tant qu'averti ;)

          • [^] # Re: En résumé

            Posté par . Évalué à 2.

            Oui cela peut intéresser une entreprise de payer pour développer un logiciel qui deviendra libre.
            Car elle peut avoir un besoin non couvert par un produit existant.
            Et miser sur le fait que ce logiciel intéressera d'autres utilisateurs (la communauté in fine) et ainsi amortir la maintenance (documentation, tests, support, correctifs) de ce produit devenu libre. Car dans un logiciel, la maintenance coûte plus cher que le développement de la première version.
            D'autre part, elle peut souhaiter que son logiciel devienne plus ou moins un standard de fait (cf wordpress) et ainsi maximiser le retour sur investissement (vente de services, développement de compétences, etc.).
            Bref, une entreprise ne le fera pas par altruisme, mais comme un choix stratégique.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.