Des bases de données sociales aux réseaux sociaux

38
3
juil.
2011
Internet

Quelques sites très populaires ont mis à la mode le terme « réseau social ». Pourtant, ce terme dont usent et abusent les médias cache le caractère extrêmement centralisé de ces sites et avec lui les problèmes que posent le fait de confier des données personnelles à une entreprise unique.

Des alternatives décentralisés existent, même si elles n'ont pas encore la faveur des médias. Grâce à elles, les utilisateurs soucieux de leur vie privée peuvent passer des bases de données sociales aux réseaux sociaux.

Sommaire

Définitions

Qu'est-ce qu'un réseau ?

Un réseau est un ensemble de nœuds et de liens. Un lien relie deux nœuds.

Cette définition simple s'applique à de nombreux domaines : EDF, les chemins de fer ou encore les routes sont des réseaux « physiques » que nous utilisons tous les jours. Nos relations amicales ou professionnelles sont aussi des réseaux : les sociologues les baptisent réseaux sociaux.

Depuis un certain nombre d'années, nous utilisons un réseau, encore un, pour mettre en œuvre ces relations : Internet.

Internet lui même est un ensemble de réseaux. On peut en distinguer au moins trois types :

  • des réseaux physiques constitués de câbles, d'équipements informatiques et d'ondes ;
  • des réseaux logiques : chaque ordinateur fait partie d'un ou plusieurs réseaux : votre réseau domestique, celui de votre entreprise, celui de votre fournisseur d'accès...
  • des réseaux applicatifs : chat ou mail par exemple.

Qu'est-ce qu'une base de données ?

Une base de données est un ensemble d'informations stockées dans un système informatique. Il existe bien des manières d'accéder à une base de donnée, l'une d'elle est d'utiliser un site web : la plupart des sites sont en fait des interfaces pour accéder à une base de données. Le site de la Fnac permet d'accéder à plusieurs bases de données : la base des produits, la base des commandes et des paiements...

Qu'est-ce qu'un réseau social ?

Un réseau social est un réseau dont les nœuds sont des individus ou des organisations et les liens sont leurs échanges. Une caractéristique de ces réseaux est que les liens n'ont pas d'existence physiques, pour ne pas disparaître, ils doivent en permanence être entretenus : un ami que vous n'appelez pas assez souvent, un client que vous ne démarchez plus, un oncle dont vous oubliez l'anniversaire...

Pour entretenir notre réseau social, nous utilisons des outils qui sont souvent eux mêmes basés sur réseaux : le plus ancien est sans doute le courrier que l'on s'échange via le réseau postal.

Outre le courrier ou le téléphone, de nos jours les outils les plus populaires passent par Internet : chat, mail et ce qu'on appelle les réseaux sociaux. Cette dernière appellation est problématique, car :

  • elle entretient la confusion entre le réseau social (amis, collègues...) et l'outil de communication ;
  • ce ne sont pas des réseaux : ce sont des sites et des bases de données dans lesquelles l'utilisateur stocke des informations sur son réseau social.

Il vaudrait donc mieux parler de sites sociaux ou plus clairement de bases de données sociales.

Bases de données et réseaux : avantages et inconvénients des différents modèles

La plupart du temps, on ne choisit pas son support de communication. Ce sont les autres qui nous l'imposent. À quoi bon disposer d'un dispositif ultramoderne si on ne peut entrer en contact avec personne ? L'effet de groupe est prédominant. C'est parce que tout le monde dispose d'un téléphone et d'une boite postale qu'il est quasiment impossible de s'en passer.

Pourtant le choix de ces supports a des conséquences importantes sur :

  • les coûts : cela va du paiement à la seconde aux financements par la publicité en passant par le forfait ;
  • la confidentialité et la sécurité : certains systèmes sont anonymes, d'autres exposent vos communications à tous, d'autres au contraire vous garantissent que seuls vos correspondants seront concernés ;
  • la maîtrise : qui peut décider de l'évolution voire l'arrêt du système ? qui autorise ou en interdit l'accès ?

Les bases de données sociales : la centralisation extrême

Les bases de données sociales se caractérisent par une relation, souvent contractuelle, entre un fournisseur unique et ses utilisateurs/clients.

Le fournisseur met à disposition un système informatique composé d'une base de données et des moyens, site ou application, pour l'utilisateur d'y stocker son réseau social et toutes ses communications.

La plupart du temps l'utilisateur n'a pas conscience qu'il s'agit d'une base de données puisque la seule chose qu'il voit, c'est le site ou l'application proposé par le fournisseur. Il s'incrit sur le site, lit vaguement les conditions ou le contrat d'utilisation et commence à l'utiliser sans se poser de questions.

L'avantage de ce modèle centralisé est en effet sa simplicité et son confort pour l'utilisateur. Toute la technique, de l'installation à la maintenance, est assuré par le fournisseur. L'utilisateur est un simple consommateur d'un service qu'il paye soit directement soit (paiement à l'utilisation ou abonnement), soit en « temps de cerveau disponible » (publicité) ou encore avec ses données personnelles (reventes de coordonnées, études marketing...).

Tant qu'il reste dans le cadre de la loi, le fournisseur est tout puissant : il décide qui peut ou ne peut pas accéder à son système, il peut y pratiquer la censure, le faire évoluer à tout moment... Bien sûr il doit se comporter en dictateur éclairé : les utilisateurs sont certes relativement captifs, ils risquent de perdre leur réseau social, mais restent des clients dont le mécontentement peut entraîner des départs en masse vers la concurrence. L'Etat peut également le contraindre, par exemple à communiquer toutes les données à la Justice, aux services de renseignements ou à censurer des contenus illégaux.

Les réseaux de bases de données sociales : la décentralisation possible

Ces réseaux sont proches des bases de données sociales. Il y a toujours au moins un fournisseur et des utilisateurs. La grande différence est que chaque utilisateur peut devenir son propre fournisseur, juste pour lui même ou pour d'autres utilisateurs (famille, association, entreprise...). Il doit alors gérer sa propre base de données et l'interconnecter avec celles des autres fournisseurs.

Être son propre fournisseur est assez contraignant. Il faut d'abord des compétences pointues en informatique et en réseau. Cela demande ensuite une maintenance non négligeable : les logiciels doivent être mis à jour, l'ordinateur doit tourner pratiquement 24h/24... En contrepartie, l'utilisateur/fournisseur maîtrise ses données et ne dépend pas du bon vouloir d'une entreprise ou d'une administration unique.

Même sans devenir son propre fournisseur, ce modèle donne une plus grande liberté de choix : si l'on ne se sent pas les compétences, on peut faire appel à un prestataire dont on pourra changer si jamais il est défaillant.

Les réseaux sociaux : la décentralisation totale

À la différence du précédent modèle, ces réseaux ont été pensés dès le début comme décentralisés, pour des utilisateurs lambdas et non pour des entreprises ou des administrations disposant d'une direction des systèmes informatiques. Ils ne nécessitent pas de connaissances informatiques trop poussées et ne demandent pas de laisser tourner un ordinateur jour et nuit.

Presque aussi simples qu'une base de données sociales, non dépendant d'une seule entreprise tout en laissant à l'utilisateur la maîtrise de ses données, ces logiciels pourraient être idéaux s'il n'y avait pas quelques obstacles à leur développement.

Tout d'abord, ils sont plus difficiles à créer et ne représentent pas d'intérêts financiers pour les entreprises du milieu, ce qui explique qu'on commence à peine à voir émerger des logiciels de qualité dans ce domaine.

Ensuite, ils sont souvent inutilisables en entreprise. Ces dernières mettent en place des politiques de sécurité qui font que généralement seul l'accès aux pages webs est possible. Or le web fonctionne de manière très centralisée, il ne peut donc pas servir de socle technique à ces logiciels.

Enfin l'effet réseau joue ici : les gens ne vont sur un réseau que s'il y a du monde. Or ces projets sont souvent jeunes et donc avec peu d'utilisateurs.

Rejoindre un réseau

Avec les bases de données sociales, rien de plus simple en apparence : tout le monde est capable de remplir un formulaire d'inscription. Lire les contrats et comprendre des conditions d'utilisation rédigés en argot juridique est une autre paire de manches, mais on peut retenir une chose : vous serez pratiquement toujours à la merci du fournisseur, notamment si le service est gratuit et financé par la publicité.

Examinons trois solutions plus décentralisées qui proposent les fonctionnalités minimales d'un réseau social moderne :

  • messagerie instantanée (chat) ;
  • messagerie asynchrone (mail) ;
  • partage de fichiers (photos, vidéos, documents...) ;
  • publication de contenu (blog).

Attention, ce ne sont que des propositions, pas une liste exhaustive des solutions de communication sur Internet

Les bonnes vieilles technos

Il existe depuis longtemps des technologies pour communiquer sur Internet. Leur ancienneté a plusieurs avantages : tous les ordinateurs disposent en standard de logiciels pour les utiliser, elles sont robustes et éprouvées et la documentation est abondante.

Cette première solution consiste à combiner quatre protocoles que vous connaissez sans doute déjà : IRC pour le chat, SMTP pour les mails, FTP pour le partage de fichier et HTTP pour le blog.

En installant ou en louant un PC qui tourne 24h/24 avec tous ces logiciels serveurs qui implémentent ces protocoles, vous disposerez des fonctionnalités listées ci dessus en toute indépendance et vos amis pourront y accéder sans installer de logiciels supplémentaires.

Peu contraignante pour vos amis, cette solution l'est pour vous. Prévus pour des informaticiens, ces logiciels sont complexes à configurer et à maintenir.

XMPP, le protocole qui devrait un jour tout faire

XMPP est un protocole de messagerie instantanée qui dispose d'extensions pour gérer les fonctions de mail, partage de fichier et blog. Il est utilisé pour les messageries de Facebook et Google, vous pouvez donc l'utiliser pour communiquer avec les gens inscrits chez ces fournisseurs.

Là aussi pour être indépendant, il faut un PC qui tourne en permanence, mais on n'a qu'un seul logiciel à configurer contrairement à la solution précédente.

XMPP serait parfait s'il ne souffrait pas d'un grave défaut : les logiciels que l'on utilise pour y accéder gèrent de façon très différentes et souvent mal tout ce qui est autre que le chat entre deux personnes.

Ainsi, si votre correspondant n'utilise pas le même logiciel client, certaines fonctionnalités ne seront pas utilisables. Cette situation est très pénible et dure depuis un moment, mais elle pourrait évoluer dans les années qui viennent. À condition que les utilisateurs, impatients, ne passent pas à autre chose.

Il faut quand même noter que de nouveaux clients, à l'interface calquée sur les bases de données sociales populaires, sont en cours de développement : Jappix, Lorea et Movim sont très prometteurs.

Retroshare, le challenger pensé pour les utilisateurs

Présentation

Retroshare est un logiciel de communication décentralisée. Il propose les fonctions de chat, mail, blog, le partage de fichier et de forum de discussion.

Contrairement aux précédentes solutions qui sont des bases de données sociales en réseau, il s'agit d'un vrai réseau social. Il a été créé pour être mis dans les mains des utilisateurs finaux et non d'administrateurs systèmes. Il n'est pas non plus nécessaire de le laisser tourner en permanence. Vous l'installez et commencez à l'utiliser en quelques minutes, vous le fermez quand vous n'en avez plus besoin.

Utilisation quotidienne

Plutôt que de longuement décrire Retroshare, voici une description d'une session typique du logiciel.

Une fois lancé, vous commencerez presque toujours par regarder le « fil d'actualité ». Il s'agit d'un résumé des différents évènements sur votre réseau. Vous pouvez ainsi par exemple voir qu'un forum a été créé ou qu'un ami a posté une entrée sur son blog.

En allant voir ce blog, « canal » dans le vocabulaire de Retroshare, vous constatez que cet ami résume ses vacances et a mis à disposition ses photos, un clic les ajoute à votre liste de téléchargement. Comme vous étiez aussi présent pendant ces vacances, vous répondez sur son canal en ajoutant vos propres photos.

Après avoir lu ce blog, vous décidez d'aller voir ce nouveau forum. Vous constatez qu'il s'agit d'une discussion sur les qualités cinématographiques d'un film de science fiction réalisé par David Lynch. Outré par la présence d'un lien pour télécharger ledit film, vous répondrez pour déconseiller aux gens de cliquer pour l'ajouter à leur liste de téléchargement.

L'auteur du message contenant le lien n'ayant pas utilisé le mode anonyme pour envoyer son message sur le forum, vous utilisez la messagerie pour lui indiquer qu'il est un vil pirate.

Comme il se fait tard, vous écrivez dans le chat un « bonne nuit » que tous vos amis verront. L'un d'eux vous engage dans un chat privé pour vous signaler de ne pas oublier un rendez vous important. Après lui avoir assuré que vous ne l'oublierez pas, vous fermez enfin l'application. Les photos ne sont pas toutes téléchargées, tant pis, le téléchargement reprendra à votre prochaine connexion.

Un avenir prometteur

Retroshare n'est pas parfait, mais c'est la solution la plus à même de redonner le contrôle aux utilisateurs de réseaux sociaux. Les seuls défauts viennent de la jeunesse du projet : il y a encore peu de monde dessus, la gestion des droits n'est pas encore assez fine (vous partagez tout ou rien avec tous vos contacts), la création d'un compte pourrait être plus conviviale... Mais ce projet, qui n'en est encore qu'à la version 0.5, évolue vite.

Il faut enfin noter que ce logiciel pourrait connaître un grand succès pour ses fonctionnalités « non sociales » : il permet de partager des fichiers ou de discuter dans des forums de façon totalement anonyme. Les lois et les attaques contre les sites de téléchargements vont pousser les utilisateurs vers ce type de logiciel.

Le futur

S'il est difficile de faire des prédictions, on peut être certain d'une chose : les considérations économiques et politiques vont modeler le futur des bases/réseaux sociaux. Les entreprises investiront pour fournir des bases sociales et capter des utilisateurs tant que leurs données privées auront de la valeur. Les États chercheront à les contrôler et à canaliser les mouvements
de masse qu'ils permettent.

La plus grande inconnue est ce que vont faire les utilisateurs ? Aujourd'hui, ils ont encore le choix entre rester consommateurs de bases sociales ou devenir acteurs de réseaux sociaux.

  • # Portable ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Si je veux me connecter à mon Retroshare depuis un autre PC c'est possible ? Est-ce que je vais retrouver ma liste de contacts etc ... ?
    Parce que si le seul point d'entrée sur le réseau est la machine sur laquelle j'ai installé le logiciel ça me paraît être un très gros handicap !

    J'ai parcouru la FAQ mais n'ai pas trouvé la réponse à ma question ...

    Par contre j'ai trouvé ça :

    5-1 Is Jabber XMPP used for the Message transfer protocol?
    No. The messenger uses a proprietary protocol.

    Il y a une raison particulière à l'utilisation de ce protocole propriétaire ?

    • [^] # Re: Portable ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Oui, il suffit d'utiliser les mêmes fichiers de configuration (la même clé GPG surtout).

      http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: Portable ?

      Posté par . Évalué à 1.

      D'après les sources, tout est sous GPL (allez voir dans trunk/libretroshare/src/licence). En fait je pense qu'il s'agit de la confusion entre own et proprietary chez un locuteur non-natif de l'anglais. Je pense qu'on doit pouvoir traduire par "le logiciel utilise notre propre protocole".

  • # Oh le joli FUD

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    XMPP serait parfait s'il ne souffrait pas d'un grave défaut : les logiciels que l'on utilise pour y accéder gèrent de façon très différentes et souvent mal tout ce qui est autre que le chat entre deux personnes.

    Ainsi, si votre correspondant n'utilise pas le même logiciel client, certaines fonctionnalités ne seront pas utilisables. Cette situation est très pénible et dure depuis un moment, mais elle pourrait évoluer dans les années qui viennent. À condition que les utilisateurs, impatients, ne passent pas à autre chose.

    Il faut quand même noter que de nouveaux clients, à l'interface calquée sur les bases de données sociales populaires, sont en cours de développement : Jappix, Lorea et Movim sont très prometteurs.

    Bon j'ai pas envie de répondre en détails, j'ai un peu autre chose à faire là tout de suite, mais:

    1. Les logiciels ne gèrent certainement pas de façon différente les choses: si on est XMPP, on suit le protocole qui est défini, documenté, détaillé, lu et relu, et on gère les choses à l'identique. Si ce n'est pas le cas, c'est une implémentation incomplète.

    2. Le « souvent mal » ça fait toujours plaisir pour ceux qui bossent sur ces logiciels

    3. Le moindre client XMPP de base gère à minima le partage de fichiers et le MUC, dire que ça se contente du chat à 2 personnes, ça dépasse la mauvaise foi.

    4. si on utilise un client différent, les fonctionnalités sont parfaitement compatibles _si elles sont implémentée_, cf 1. Sinon ça revient à dire: rohhhh si vous utilisez un client courriel qui ne gère pas les accusés de réception la fonctionnalité ne marchera pas, c'est fou non ?

    Là aussi pour être indépendant, il faut un PC qui tourne en permanence, mais on n'a qu'un seul logiciel à configurer contrairement à la solution précédente.

    1. ^W^W5. euh non, même si tu mets ton propre serveur chez toi, tu peux très bien l'éteindre, le message sera reçu quand il sera à nouveau en ligne

    Donc bon, faire du publireportage pour retroshare ok, ça a l'air effectivement pas mal et intéressant, mais il ne faudrait quand même pas sous-estimer le reste.

    • [^] # Re: Oh le joli FUD

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      1. Je parle en tant qu'expérience utilisateur qui ne fait pas la différence entre bug, implémentation incomplète et interface trop différente.
      2. Si on ne peut plus donner d'avis...
      3. Essaye avec le serveur le plus populaire (talk.google.com).
      4. C'est justement ce que je pointe: les clients sont trop différents pour ce qui sort du chat.

      même si tu mets ton propre serveur chez toi, tu peux très bien l'éteindre

      Arg comment on modifie une dépêche?

      Donc bon, faire du publireportage pour retroshare ok, ça a l'air effectivement pas mal et intéressant, mais il ne faudrait quand même pas sous-estimer le reste.

      J'ai quand même cité XMPP comme l'une des solutions possibles à égalité avec Retroshare.

      http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: Oh le joli FUD

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        J'y suis allé un peu à la provoc en parlant de FUD et de publireportage, mais c'est globalement l'impression que ça laisse: un goût de « XMPP est un moyen du passé », qui aurait sûrement pu être autre en développant un peu cette partie (et parler des projet prometteurs ne contrebalance pas suffisamment les critiques faites avant qui ne sont pas justifiées à mon avis, comme je le dis dans mon premier commentaire).

        Bon maintenant allons y de manière un peu plus constructive, vu qu'étant dév d'un projet qui touche à ce milieu, je suis concerné:

        (C'est super reloud Markdown, on ne peut pas numéroter comme on veut pour répondre, ou faire une citation puis une liste numérotée, ça reprend à 1)

        1. Dans ce cas peux tu me donner des exemples concrets ? Parce que moi que j'utilise Gajim, Psi, ou autre, ça marche très bien ensemble. Si tu parles de Jingle, les spécification sont finies pour la base, mais il y a encore des modifications faites en ce moment (genre sur les codecs pour l'audio).

        2. rien à ajouter, juste pour garder la numérotation avec markdown

        3. Je n'ai jamais utilisé gtalk, mais justement il me semble que jingle est implémenté chez eux (d'une ça vient d'eux, et de deux ils viennent de passer à la version standard) et que ça sort justement typiquement du chat à deux. Donc encore une fois, peux tu en dire plus ?

        4. alors là non je ne comprends pas. Les clients marchent ensemble, et c'est bien là l'intérêt principal de XMPP, y compris pour ce qui sort du chat (le partage de fichier ce n'est pas du chat). Après qu'entends tu par différent ? Interface différente ? Ça me semble une force au contraire: tu choisis celle qui te convient le mieux, et ça marchera avec les autres.

        Quelques autres points en vrac:

        • même si j'ai fait un premier commentaire de défense de XMPP, j'ai apprécié la dépêche sur plusieurs points, et retroshare me semble effectivement très intéressant (je suis d'ailleurs en train de l'essayer à force d'en entendre parler sur DLFP)

        • j'ai également apprécié que tu ne parles pas de Diaspora comme l'unique alternative au truc bleu, c'est un truc qui m'énerve passablement et régulièrement, surtout que c'est un des projets dont je me méfie le plus (et la FSF également).

        • toutes les interfaces ne sont pas calquées sur le truc bleu, loin de là.

        • rien à voir avec la dépêche, mais ça me tue que tout le monde s'extasie sur le net des « cercles » (encore un nom marketeux ridicule) comme un truc « nouveau » alors que bon, ce sont des groupes qui existent depuis pfiouuuuu.... et qui sont dans XMPP.

        • pour revenir à Retroshare, que j'essaye actuellement comme dit plus haut, je pense que c'est en effet très intéressant (j'attends que des amis l'installent pour pouvoir essayer plus en profondeur), mais ça me semble difficilement * en l'état * utilisable par le grand public. Déjà le partage de clé GPG, c'est par hyper simple à expliquer, à comparer au « c'est quoi ton nom ? Oki je t'ajouterai sur FB ». Ensuite l'interface n'est pas simple à appréhender. Mais bon, beaucoup de gens utilisaient bien emule qui n'est pas simple pour monsieur tout le monde non plus.

        • les problèmes que tu dis avoir avec les clients XMPP, tu ne les a pas avec Retroshare parce que c'est un client unique. Maintenant tu as 2 solutions: soit ça marche et il y aura d'autres clients et tu auras les mêmes problèmes de fonctionnalités existantes chez l'un et pas chez l'autre, soit tu auras toujours un client unique, et ce serait perdre un atout énorme du libre (des client adaptés à certains cas par exemple).

        • s'il vous manque des trucs dans un client, avant de publier un journal en disant que ça ne marche pas bien, vous pouvez passer par l'outil de suivi du projet, ou contacter les dév pour demander les améliorations (sans forcément ressortir le classique « envoies ton patch », on peut commencer par demander, ou en parler). Les dévs utilisent leur client à leur manière, et il est donc adapté pour eux, mais ils ne se rendent pas forcément compte de l'usage qu'en font les autres.

          À noter aussi que des fois c'est juste une façon d'utiliser qui n'est pas/mal comprise.

        • petit point bonus: XMPP peut fonctionner sans serveur (un exemple est donner dans la XEP-0174)

        • [^] # Re: Oh le joli FUD

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          bon commentaire inutile, mais celle là elle me fait trop mal aux yeux (y'en a sûrement d'autres):

          s/est donner/est donné/

        • [^] # Re: Oh le joli FUD

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Sur les serveurs de Google, il n'y a pas de conférence et l'implémentation des chats à plus de deux est spécifique (la dernière fois que j'ai essayé).

          Pour les clients différents, je n'arrive pas toujours à insérer une image dans la conversation, l'audio/vidéo ne marche presque jamais, les conversations à plusieurs ne sont pas toujours possibles (probablement encore la faute à Google)...

          Tu vas me dire que j'utilise de mauvais clients ou de mauvais serveurs, mais le problème c'est que même en changeant je resterai limité par les logiciels des autres.

          les problèmes que tu dis avoir avec les clients XMPP, tu ne les a pas avec Retroshare parce que c'est un client unique

          Plus pour longtemps, un client CLI et un client web sont prévu, mais ils seront tous basés sur la libretroshare ce qui devrait éviter pas mal de problèmes.

          C'est un peu dommage de la part de ses développeurs de ne pas avoir utiliser XMPP, mais je pense que ce n'était pas compatible avec les objectifs anonymats et de décentralisation forte.

          Peut être qu'un jour des passerelles existeront entre les deux.

          http://devnewton.bci.im

          • [^] # Re: Oh le joli FUD

            Posté par . Évalué à 2.

            Sur les serveurs de Google, il n'y a pas de conférence et l'implémentation des chats à plus de deux est spécifique (la dernière fois que j'ai essayé).

            Ça tombe bien, on peut utiliser les infrastructures d'un serveur tout en se connectant depuis un autre ;)

          • [^] # Re: Oh le joli FUD

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Sur les serveurs de Google, il n'y a pas de conférence et l'implémentation des chats à plus de deux est spécifique (la dernière fois que j'ai essayé).

            En gros t'es en train de me dire « j'utilise un truc non standard et ça ne marche pas », ben je te réponds que ça ne vient pas d'XMPP le problème.

            Pour les clients différents, je n'arrive pas toujours à insérer une image dans la conversation, l'audio/vidéo ne marche presque jamais, les conversations à plusieurs ne sont pas toujours possibles (probablement encore la faute à Google)...

            Insérer une image c'est déjà un comportement très particulier. Personnellement je n'en ai pas l'utilité donc je n'irai pas implémenter ça d'instinct dans mon client, mais si des gens me le demandent dans le bugzilla, je le ferai très probablement. Quant à jingle, j'ai dis dans mon commentaire précédent que tout jingle n'était pas standardisé (il y a un dernier appel aux retours avant standardisation pour les codecs audio en ce moment).

            Tu vas me dire que j'utilise de mauvais clients ou de mauvais serveurs, mais le problème c'est que même en changeant je resterai limité par les logiciels des autres.

            Mauvais pas forcément, mais qui ne te convient pas (enfin j'aurais tendance à dire qu'utiliser un serveur centralisé d'une grosse boîte commerciale est une mauvaise idée de toute façon). Comme dit par ailleurs tu peux utiliser un service sur un autre serveur tout en restant sur le tiens.

            Après les limitations, pareil je reviens sur ce que j'ai dit: un logiciel qui n'a pas une fonctionnalité, c'est indépendant du protocole, ça ne va pas se faire automagiquement. Demande ce qui te manque aux dévs, ou change de client, ou si tu en as les compétences et le temps, patche le.

            Plus pour longtemps, un client CLI et un client web sont prévu, mais ils seront tous basés sur la libretroshare ce qui devrait éviter pas mal de problèmes.

            Ça reste l'idée d'un client unique: une bibliothèque peut être plus intéressante dans un autre langage pour des questions de performance/popularité/rapidité de développement/etc.

            Peut être qu'un jour des passerelles existeront entre les deux.

            J'espère bien.

            • [^] # Re: Oh le joli FUD

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              En gros t'es en train de me dire « j'utilise un truc non standard et ça ne marche pas », ben je te réponds que ça ne vient pas d'XMPP le problème

              Je ne dis pas autre chose: XMPP serait parfait s'il ne souffrait pas d'un grave défaut : les logiciels que l'on utilise pour y accéder

              Ça reste l'idée d'un client unique: une bibliothèque peut être plus intéressante dans un autre langage pour des questions de performance/popularité/rapidité de développement/etc.

              Si ça permet d'éviter de se retrouver dans la situation d'un bon protocole avec 90% d'utilisateurs sur un serveur en carton (google) ou privateur (facebook) avec des clients à moitié finis, c'est une bonne idée :-)

              http://devnewton.bci.im

              • [^] # Re: Oh le joli FUD

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                Oui enfin ça vient de toi le problème là. Les logiciels y'en a des tas qui sont bons, tu fais le choix d'utiliser google qui d'après tes dires n'est pas un protocole XMPP (mais un protocole propriétaire basé sur XMPP), et tu critiques XMPP.

                Quant au client unique, bon ben j'ai dis ce que j'en pensais, après ça va finir en troll.

                Enfin ça commence un peu à tourner en rond là. Encore une fois, je t'invite à faire tes requêtes sur les divers outils de suivi...

                • [^] # Re: Oh le joli FUD

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  Oui enfin ça vient de toi le problème là

                  Peut être :-) Je me contenterai d'IRC et de Retroshare alors!

                  http://devnewton.bci.im

  • # et le projet GNU ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    C'est l'occasion de diffuser le lien : http://foocorp.org/projects/social/

    Je n'ai pas creusé en détail mais la news m'a immédiatement évoqué ce projet GNU. Visiblement la liberté des réseaux sociaux préoccupe du monde ! Désolé ça a l'air intégralement en anglais ;)

  • # Ronchon

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Dieu que c'est gonflant cette mode des réseaux sociaux, et avec le nouveau bidule de google on n'a pas fini d'en entendre parler.
    De plus les icônes "facebook", "twitter" et "buzz" ne doivent pas être assez envahissantes, les gens en redemandent.

    • [^] # Re: Ronchon

      Posté par . Évalué à 4.

      Ce n'est pas une mode, c'est juste une « internetisation » (ouh que c'est moche :) d'un truc qui a toujours existé.

      Tu n'aimes être en réseau avec des gens, c'est ton choix, mais que c'est gonflant de voir encore et encore des gens ronchonner dès que le mot réseau social est évoqué.

      Et pour une fois qu'il est évoqué de façon intéressante, c'est encore plus gonflant !

    • [^] # Re: Ronchon

      Posté par . Évalué à 6.

      Si tu n'es pas intéressé par l'idée des réseaux sociaux, tu n'utilises pas. Si tu es intéressé par l'idée mais que tu trouves que les offres commerciales où le véritable produit est l'utilisateur-final-et-ses-données, et le véritable client, des publicitaires-et-sociétés-commerciales, alors cette dépêche est très intéressante !

    • [^] # Re: Ronchon

      Posté par . Évalué à 4.

      Les réseaux sociaux peuvent avoir une utilité:
      Je vis à l'étranger, et je connais des gens dans mon "cercle d'amis" qui vivent aussi à l'étranger (et pas le même étranger), et des fois j'aimerais bien voir percer un vrai réseau social qui marche par vrais groupes pour communiquer avec mes "différents cercles d'amis".

      Or, FB, c'est pas ça:

      • Tu as bien un cercle d'amis, qui vont poster les photos des la soirée, qui sont mal protégées au départ, et n'importe qui peut préciser au monde que la fesse gauche sur l'écran, c'est la tienne!

      • La dernière fois que j'ai regardé, il fallait suivre un tutoriel pour comprendre comment limiter ce qui est public et moins public dans ce que tu postes. Pour dire si c'est intuitif!

      • Tu reçois un tas de "notifications" ou "truc a demandé à vous contacter" alors qu'en fait truc s'est juste inscrit à "Mafia Wars!", un jeu super que j'ai jamais essayé ou une des règles c'est que le jeu va spammer ta liste de poste FB...

      Bref, ça me motiverait peut-être enfin à avoir un serveur perso (auto-hébergé ou pas).

  • # Bizarre?

    Posté par . Évalué à 4.

    En cherchant des informations objectives sur RetroShare, je m'aperçois que (comme son nom le laisse supposer) c'est un logiciel avant tout destiné à partager des fichiers en les chiffrant.

    Du coup ça m'étonne de le voir présenté comme un outil de gestion de base de donnée de réseau social (le truc que t'as dit, là).

    Est-ce que Retroshare est né pour contourner les loi en I, puis a été étendu à la fonction de concurrence de Facebook?

    Ou au contraire est-ce que le partage de fichiers a été ajouté après coup, comme une killing feature sur un réseau social existant?

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Bizarre?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Quand on lit les docs développeurs, on voit qu'ils ont une vision beaucoup plus large que le simple partage de fichiers. Par contre l'anonymat des téléchargements attire beaucoup de kevins qui veulent du warez et pr0n.

      Mais je pense que comme partout sur internet, il faut faire un peu de pédagogie pour éviter ça! Qui ouvre une école ferme un skyblog!

      http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: Bizarre?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je suis assez d'accord avec toi : je ne sais pas vraiment quoi en penser.

      J'ai passé pas mal de temps sur leur wiki à comprendre ce qu'ils voulaient faire et comment.

      Et technologiquement, l'idée de base me plait bien :

      • Complètement décentralisé. Pas d'inscription sur un site à faire, juste un logiciel à installer et configurer.
      • Une connexion F2F (Friend to Friend) sécurisée et automatique. Je ne suis pas connecté avec plein de machines qui je ne connais pas. Je suis connecté seulement avec les machines de mes amis (et seulement si retroshare est lancé)
      • Utilisation de gpg. C'est pas super évident comme identifiant mais si ça se démocratise ben gpg se démocratise aussi. Et ça, c'est bien !
      • Je lance le soft, je suis sur le réseau. Je l'éteins je ne suis plus sur le réseau (et mes donnés non plus). On peut difficilement faire plus facile niveau maitrise des données.
      • Un partage facile de mes fichiers avec mes amis (cf plus loin). Même si le partage global des fichiers ne me plait pas du tous (cf plus loin aussi)

      Au niveau partage de fichiers avec mes amis, je trouve ça super : On se fait un we sympa, et tout le monde se retrouve avec des photos du we. Et bien croyez moi, que tout le monde ait les photos de tout le monde, c'est un bordel pas possible :

      • Par mail : à part envoyer les photos une par une faut oublier.
      • picassa,flickr et cie : C'est peut être le plus simple mais il faut un compte sur ces services (pour déposer les photos comme pour les récupérer) et tous le reste (service centralisé, maitrise des ses données, etc...)
      • Par ftp: Bien sur tous mes amis ont un serveur ftp perso pour ce genre de situation.
      • RetroShare: Je met mes photo dans un dossier partagé, mes amis font de même. Je clique sur télécharger dans retroshare, mais amis font de même. Pour ceux qui ne pensent pas à lancer retroshare, je peut même leur envoyer le lien par mail.

      Par contre, niveau partage global de fichiers, c'est plutôt moyen : les seules connexions que l'on a dans retroshare, c'est avec ses amis. Et donc sous prétexte d'anonymat et de liberté d'échange soit mon amis a le dernier mp3 de lady gaga, soit il le télécharge auprès d'un de ces amis (qui éventuellement fait de même) pour que je puisse le télécharger. En gros si mon voisin de palier à le dvix de matrix 4 et qu'on a un chaine d'amis commun qui passe par new-york et shangaï, ben les 640mo font le tour du monde pour arrivé chez moi. C'est cool si je suis un pedopornographe mais on s'éloigne pas mal des avantages p2p et du décentralisé (d'un point de vu technique). Ils ont voulu faire un clone de tor pour l'échange de fichiers mais j'aime pas vraiment l'idée du routage en oignon pour de gros fichiers binaires (légales ou non)

      Ensuite, comme déjà dit, c'est encore jeune. Il y a pas mal de trucs en prévision qui me feront le suivre :

      • Les groupes: Il sont pas encore implémentés mais pouvoir partager mes photos du we seulement avec ceux qui y étaient c'est pas mal.
      • du VPN avec ses amis. Ils ont personne pour l'implémenter mais ils envisagent que les connexions sécurisé avec ses amis puissent servir de tunnel pour du VPN décentralisé. Ça peut vraiment devenir une base super intéressant pour d'autres services classiques.
      • calendriers partagés
      • Discussions vidéos.

      Matthieu Gautier|irc:starmad

      • [^] # Re: Bizarre?

        Posté par . Évalué à 3.

        Et bien croyez moi, que tout le monde ait les photos de tout le monde, c'est un bordel pas possible :

        La dernière fois que ça m'est arrivé j'ai fait ça en deux étapes:
        - Mail général pour demander à ce qu'on m'envoie les photos/vidéos sur mon serveur perso, avec une page d'upload toute bête (du POST en PHP),
        - Puis un lien torrent envoyé à tout le monde par mail.

        du VPN avec ses amis. Ils ont personne pour l'implémenter mais ils envisagent que les connexions sécurisé avec ses amis puissent servir de tunnel pour du VPN décentralisé. Ça peut vraiment devenir une base super intéressant pour d'autres services classiques.

        Ouais, ça c'est une chouette idée, un LAN virtuel pour:
        - des partages CIFS/NFS,
        - des jeux en réseau,
        - du streaming audio/vidéo à des fins de visio-conférence (faut que la bande passante suive)...

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Bizarre?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Effectivement, j'ai jamais pensé au torrent ni fait de lien torrent. (je ne sais même pas si c'est facile).

          Mais ça ne règle que partiellement le problème car si tout le monde sait télécharger un torrent (et encore), il y en a très peu qui savent en créer un. Et dans l'absolue, il faudrait que le système fonctionne sans geek. Toutefois il reste les solutions des "torrent dans un navigateur web" dont je me souvient plus les noms...

          Matthieu Gautier|irc:starmad

  • # patrick_g y a bien droit

    Posté par . Évalué à 6.

    J'ai envie de dire bravo pour cette dépêche :-)

    C'est long, facile à lire, le sujet est intéressant. Le seul bémol est que ce n'est, au final, qu'une pub pour un logiciel (c'est a dire, dans tout les logiciels évoqués, un seul est décrit en détail, le reste est une mise en bouche pour ce paragraphe). Mais des pubs comme ça, j'en veux bien, d'autant que si on diminue la taille de la partie « Retroshare, le challenger[…] », on obtient vraiment un article de qualité, assez « neutre ».

    Je fais rarement tourner des liens vers LinuxFR, mes interlocuteurs étant rarement intéressés par la technique, mais si je parle avec eux un jour de réseaux sociaux, je crois que cette dépêche est suffisamment accessible pour un simple utilisateur (au pire, il ne comprendront pas les termes « protocole » et « base de donnée », mais j'espère les sous-estimer en disant ça).

    Et sinon, il y a une coquille (je crois) :

    L'utilisateur est un simple consommateur d'un service qu'il paye soit directement soit (paiement à l'utilisation ou abonnement), soit en « temps de cerveau disponible » (publicité)

    Dans ce paragraphe :
    2. Bases de données et réseaux : avantages et inconvénients des différents modèles
      1. Les bases de données sociales : la centralisation extrême
        4. (quatrième paragraphe)

    (si on supprime la parenthèse, on obtient « […] il paye soit directement soit, soit en […] »)

    • [^] # Re: patrick_g y a bien droit

      Posté par . Évalué à 6.

      Oui, je suis d'accord !

      Mais ce n'est pas plus une pub que toutes les dépêches sur les sorties de logiciels libres.

      Je ne sais pas pourquoi tant de gens voit ça comme du « publipostage ».

      C'est juste une news à propos d'un logiciel qui en plus est accompagnée d'une clarification de termes mal utilisés !

      Accessoirement cette clarification est utilisée comme moyen d'argumentation pour montrer que ce logiciel se démarque de l'existant !
      Franchement si on pouvait avoir un peu plus de news argumentées avec réflexion sur un sujet, moi je dis pas non !

      • [^] # Re: patrick_g y a bien droit

        Posté par . Évalué à 6.

        En fait, l'impression de pub vient du fait qu'on nous annonce une espèce de synthèse sur les bases de données et réseaux sociaux, puis qu'au final, on se voit présenter un seul logiciel (un seul est mis en avant). Un simple changement de titre peut modifier l'impression : avec « Retroshare, de la base de donnée sociale au réseau social » (c'est une toute petite modification, si vous regardez bien), on est prévenu, et on ne se dit plus « C'est une pub déguisée », on se dit « C'est une présentation originale et sympa ».

        C'est en tout cas mon ressenti, peut-être que les autres ont des raisons différentes de parler de pub :-)

    • [^] # Re: patrick_g y a bien droit

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Le seul bémol est que ce n'est, au final, qu'une pub pour un logiciel

      En fait je voulais faire un article beaucoup plus long, expliquer comment installer et maintenir les solutions "à l'ancienne" et "XMPP+", parler d'autres logiciels F2F, raconter l'histoire des réseaux sociaux...

      Alors que j'étais encore loin d'avoir terminé, Google+ est sorti et je me suis sentit obligé de publier quelque-chose!

      Du coup ça passe pour une pub pour Retroshare :-(

      http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: patrick_g y a bien droit

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est vraiment dommage. À vrai dire, tu aurais pu attendre. Les réseaux sociaux ont de toute façon le vent en poupe, et le temps que tu finisses ta dépêche, je ne pense pas qu'ils seraient devenu un sujet dépassé.

        Je me demande à quoi aurait ressemblé ta dépêche si tu avais pris ton temps (enfin, pris plus ton temps, parce que tu as déjà dû y passer du temps ;-)). Peut être quelque chose digne de figurer sur le wiki de LinuxFR ?

        Je renouvelle toutefois mes félicitations pour l'effort de rédaction. Comme ça, ça fait un peu mentir ledom.

  • # je ne comprends plus rien

    Posté par . Évalué à 5.

    Je ne comprends plus rien sur les "réseaux sociaux". En plus de la définition exacte, telle que la pointe cette dépêche, il y a la définition utilisée de nos jours, à savoir un service avec un ensemble de fonctionnalités. J'essaie de les lister :

    1. fonction de journal : on écrit ce que l'on veut sur sa vie, ses envies, ses idées.
    2. fonction d'aggrégation : on lit les blogs de nos contacts.
    3. fonction de discussion : on discute en instantané avec des contacts.
    4. fonction de partage : on partage des fichiers avec ses contacts, des photos.

    On liste maintenant le service :

    1. hébergement : on ne se soucie pas d'un aspect financier.
    2. sauvegarde : on ne se soucie pas d'un aspect technique.
    3. utilisation par des tiers : on accepte.

    Les critiques :

    1. on ne peux pas lire ce que les gens écrivent si on est pas inscrit.
    2. on est obligés d'accepter l'usage de nos informations à des fins publicitaires.
    3. le service est centralisé

    Les critiques des critiques :

    1. ce n'est pas le web, il s'agit donc de laisser le choix aux gens : ils peuvent laisser accès public à tout, ou partie, de leur contenu. S'ils le souhaitent. Meilleure est la granularité, meilleur est le service.
    2. on ne peux pas répondre à une problématique d'infrastructure avec une réponse logicielle.

    La critique personnelle :

    .Il y a appauvrissement par manque d'interopérabilité. Pourquoi vouloir tout re-centraliser dans une nouvelle solution plutôt que de faire des aggrégats de services existants ? Retroshare en est un exemple : il faut re-balancer ses photos sur ce réseau, alors qu'elles sont déjà en ligne ailleurs ?!? Et puis c'est quant même paradoxal de vouloir tout re-centraliser (en terme de contenu) dans un service dé-centralisé (en terme technique).

    La critique personnelle sur retroshare :

    Je n'y vois qu'un logiciel de partage de fichiers. On y met un coup de verni moderne "réseau social" et hop. Retroshare ne semble pas répondre au premier point de la liste des fonctionnalités. Qui est le point essentiel de l'usage d'un ""réseau social"" par les gens : facilement écrire et mettre à disposition ses écrits. Retroshare à l'air de "cartonner grave" en terme de partage de fichiers, et après tout, pourquoi pas. Mais de là à dire qu'il s'agit d'un outil de réseau social, je ne comprends pas bien ... J'y vois des fonctions de "mails" et de "discussions" en plus de ce qui semble être la fonction principale : le partage de fichiers. C'est un dc moderne, hein ? Avec, il est vrai, la possibilité ajoutée de se connecter de n'importe où, avec un compte.

    Mais je n'ai pas l'impression que Retroshare puisse répondre aux attentes des gens sur ce qu'ils pensent être un "réseau social", la définition communément admise aujourd'hui : écrire son blabla très facilement, suivre le blabla de ses contacts très facilement.

    A deux cents :

    Tout est dans la phrase "on y va parceque des gens y sont déjà" et l'aspect boule de neige crée par un usage initial. Alors pourquoi vouloir ré-inventer un outil pour Mme Michue ? Mme Michue elle va elle utiliser google+, et les enfants facebook. Point. Alors pourquoi ne pas créer un outil de "réseau social" qui soit dédié à une caste ? ;) Par exemple une extension à Git permettant de mettre en forme ses commentaires, et de blablater autour de, voir rien à voir, juste pour le fun. Que "planet" devienne une extension à Git. Et que ce qu'exploite ce "planet" soit en p2p. (pour l'idée générale, par pour l'exemple d'implémentation). Vous auriez quelque chose d'utile pour vous, de sympatoche, d'un poil élitiste. Et peut être à même de créer une boule de neige.

    • [^] # Re: je ne comprends plus rien

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Pourquoi vouloir tout re-centraliser dans une nouvelle solution plutôt que de faire des aggrégats de services existants ?

      L'aggrégat de services, c'est la solution "à l'ancienne". C'est celle que j'utilise le plus au quotidien, car elle est la plus interopérable (tout le monde peut recevoir un mail, pas besoin de créer un compte pour lire mon blog ou discuter sur IRC), mais c'est aussi la plus lourde, la plus geek et la moins sécurisée.

      XMPP et Retroshare peuvent remplir le même objectif: remplacer tous ces vieux protocoles par un seul plus moderne. XMPP a choisi de le faire en séparant client et serveur, Retroshare en les intégrant.

      Actuellement Retroshare est plus simple pour Mme Michu, mais on peut imaginer un packaging des clients/serveurs installable en un clic des deux autres solutions.

      Tout est dans la phrase "on y va parceque des gens y sont déjà"

      Peut être qu'un jour le marché, le bon sens ou une autorité de régulation imposera l'interopérabilité!

      http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: je ne comprends plus rien

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        XMPP et Retroshare peuvent remplir le même objectif: remplacer tous ces vieux protocoles par un seul plus moderne. XMPP a choisi de le faire en séparant client et serveur, Retroshare en les intégrant.

        Et c'est là l'avantage majeur de RetroShare.

        Il faut être réaliste, un projet nécessitant un serveur ne marchera jamais dans le grand public, parce que c'est plus chiant à gérer et parce qu'il faut avoir l'ordi allumé. Ce genre de projet ne pourrait marcher qu'en recentralisant tout chez un gros fournisseur (comme avec les mails), ce qui va à l'encontre du but initial.

        Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

        • [^] # Re: je ne comprends plus rien

          Posté par . Évalué à 4.

          Il faut être réaliste, un projet nécessitant un serveur ne marchera jamais dans le grand public, parce que c'est plus chiant à gérer et parce qu'il faut avoir l'ordi allumé.

          Le serveur peut aussi être minimaliste et configuré facilement. Surtout avec IPv6. Basiquement, si tu proposes aux gens un serveur XMPP sans configuration compliqué (ça peut nécessiter un minimum de centralisation pour faire du DNS dynamique, ok), ils l'installent et ça marche tout seul. Ordinateur allumé = l'utilisateur est en ligne. Ordinateur éteint = il est déconnecté.

          Après tout, c'est un peu ce que fait Retroshare, non?

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: je ne comprends plus rien

        Posté par . Évalué à 3.

        Peut être qu'un jour le marché, le bon sens ou une autorité de régulation imposera l'interopérabilité!

        Le marché est de préserver "ses clients" chez soi, jusqu'à présent. Mais cela atteint ses limites dans la mesure où si un déjà gros veut percer, il se doit de proposer des outils de "migration", on dira d'importation. Par exemple google+ permet de connecter son compte facebook et twitter (et d'autres). Il y a donc un paradoxe entre le fait de conserver les données, et le fait d'importer des données. C'est un peu éternel : ils cherchent à conserver les données, et cherchent à permettre facilement la migration, donc d'un côté x ne facilite pas la tache de migration, mais y arrive quant même à se connecter à x pour que michu puisse rapatrier ses données :p

        Au final, peut être que le mieux pour tous sera la décentralisation :
        cela ressemble plus au vrai réseau internet.
        l'important ce sont les données, pour ces sociétés comme pour nous, et la décentralisation ne va pas forcément contre ça pour ces sociétés.
        le coût de l'hébergement est lui aussi décentralisé.

        Il y a certainement encore une place pour une société proposant l'ensemble des services que propose google+, facebook, twitter, elgg (et lorea), dans un logiciel chez soi, fonctionnant en p2p chez tous. Ce logiciel pourrait tout à fait être promulgué par un F.A.I., car économiquement cela intéresse cette fonction du réseau, il reprend la main sur du contenu ;-)

        //circonvolution, hop, sieste...

  • # Très bon journal

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je partage :p

  • # Pisse vinaigre

    Posté par . Évalué à 4.

    Ben dis donc, les réactions sont pas vraiment positives...

    Dommage car l'article est bien rédigé, et le logiciel très interessant (manque plus que la gestion d'accés par groupe à la Elgg (ou Google+ qui n'a rien inventé)) et je l'adopte.

    Je suis étonné du choix qui est fait par la majorité des développeurs de créer des trucs comme Diaspora ou Elgg. Pourquoi centraliser alors qu'on a tout ce qu'il faut pour vraiment décentraliser... Héberger un truc comme ca impose de monter un serveur chez soit, et de le laisser tournée, alors qu'en utilisant le p2p les données peuvent être répliquée et donc accéssibles partout tout le temps, même serveur éteint (voir modèle de Wuala ou Peerscape).

    D'ailleurs au passage Peerscape me semble hyper prométeur (bien plus que Diaspora) et je suis étonné que personne n'ai pris la relève de ce projet aujourd'hui à l'abandon.

  • # Question centrale

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Pour moi le sujet des données "sociales" est central. Je suis beta testeur de Google+ en ce moment, et pour ce test, à aucun moment on ne m'a demandé/expliqué ce qu'on allait faire des données. Ensuite c'est très joli, c'est plus simple et plus beau que facebook, et en trois clics vos photos et vos vidéos de Picasa apparaissent, tous vos contacts sont récupérés...etc...

    Pour moi il y a la place dans l'avenir pour :
    - Des API coeur sur le partage des données "de base" (mails, contacts, photos, etc..) qui permettent l'interopérabilité entre les différents services et également une API de sauvegarde sur le client de tout ce qu'on a mis, de temps en temps.
    - Des API en plugins : connecteurs passerelles à la sync qui permettent de faire des choses plus évoluées. Synchro photo avec Flickr, agrégation site du Monde pour les abonnés, synchro contacts avec Nokia3210 ou android j'aime/j'aime pas de facebook, etc....
    - Un modèle payant ou l'on paye genre 3€/mois pour mettre ses contacts, photos, etc...sur un site qui nous garantit qu'elles ne vont pas être directement vendues et que vous pouvez vraiment les supprimer. Cela n'implique d'ailleurs pas une gérance centralisée des données comme déjà dit. Sur ce site vous avez 1. des modèles d'autorisations tout prêts, comme une convention Ruby : à ma famille je partage tout ou presque, à mes amis que ce qui me concerne, aux connaissances pas les coordonnées, et...2. un accès plus fin au besoin pour raisonner en mode exception - comme pour surcharger une fonction dont on veut que le comportement par défaut change légerement.

    C'est ambitieux mais c'est pour moi la voie royale pour une vision sobre et respectueuse des utilisateurs et de leur "vie numérique".

    Si vous connaissez des gens qui y réfléchissent ou des démarches vraiment prometteuses dans ce sens, il serait intéressant de les partager pour compléter la news !

    • [^] # Re: Question centrale

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Un modèle payant ou l'on paye genre 3€/mois pour mettre ses contacts, photos, etc...sur un site qui nous garantit qu'elles ne vont pas être directement vendues et que vous pouvez vraiment les supprimer.

      Tu veux payer pour avoir un droit sur tes données ?

      • [^] # Re: Question centrale

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        :-) La rétribution monétaire c'est pour les serveurs et l'infra, le coût de développement du code, la synchro facile avec le reste de l'écosystème, la sauvegarde, l'accès banalisé depuis n'importe quel poste connecté à internet. Pour moi tout cela est un vrai service et a un coût.

        Aujourd'hui ce coût existe, est payé par les annonceurs qui mettent de la publicité sur les youtube et qui font des propositions ciblées (ou type liens commerciaux google etc..). Et donc in fine, ce sont les particuliers en achetant des téléphones, du Coca-Cola, des CD, qui financent de toute manière cet écosystème publicitaire.

        Dit autrement, je préfère payer directement les gens qui me fournissent ce service plutôt qu'alimenter la chaîne de valeur :
        1. les consommateurs qui achètent des
        2. marques qui passent par des
        3. annonceurs qui achètent des espaces auprès des
        4. régies publicitaires qui financent et ont du pouvoir sur les
        5. medias et canaux de distribution.
        6. qui sont prescripteurs sur ce que doivent acheter les consommateurs...

        Les marchands ont trop de pouvoir aujourd'hui. Aujourd'hui tu les payes directement ou indirectement et en général cela ne te donne pas de droit sur tes données.

        • [^] # Re: Question centrale

          Posté par . Évalué à 2.

          D'accord.
          Mais en dehors d'une solution totalement chiffrée de bout en bout (hébergement & sauvegarde, accès et partage, discussions) il y aura toujours une exploitation commerciale des données. Le référencement par un moteur de recherche commercial est une exploitation commerciale, et le seul moyen d'être totalement hors commerce est d'être totalement invisible, dans son usage et les échanges avec les contacts de ses groupes, eux aussi totalement hermétiques au web.

          A partir du moment où il y a exploitation commerciale, pourquoi ne pas les laisser payer le coût du service et de l'hébergement ? Qu'apporterait réellement le fait de payer ici ? J'ai peur que ça ne soit aas grand chose à part le fait de payer :p

          • [^] # Re: Question centrale

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Ca peut apporter que si tu n'aimes pas l'idée d'avoir des pubs (ciblées), tu peux les enlever. Honnêtement, avoir mes données sur un service centralisé, je m'en fous. Ce que je veux c'est :
            1) Ne pas avoir de pubs
            2) Etre sûr que mes données ne seront jamais transmises à un tiers autre que l'hébergeur
            3) Pouvoir supprimer mes données
            4) Pouvoir faire des backups simplement
            5) Contrôler qui à accès à mes données. Je veux que certaines de mes photos soient publiques, d'autres pas.

            Google+ offre tout ça sauf le point 1). Je serais prêt à payer un abonnement mensuel pour avoir le point 1). Ca serait aussi un bon moyen de faire taire beaucoup de critiques sur l'exploitation de la vie privée puisque si tu paie l'hébergeur, il n'a pas besoin d'exploiter ta vie privée pour faire de l'argent.

            • [^] # Re: Question centrale

              Posté par . Évalué à -1.

              Il me semble que les points 2 et 5 sont contradictoires: à partir du moment où on donne un accès public (ou même limité à quelques personnes) à nos données le rôle de l'hébergeur est justement de permettre leur transmission!

              En fait le point 2 me semble irréalisable. On ne peut jamais accorder une entière confiance à un hébergeur (même dans le cas de l'auto-hébergement il reste encore le problème de la sécurité).

        • [^] # Re: Question centrale

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Dit autrement, je préfère payer directement les gens qui me fournissent ce service

          Moi je préfère utiliser un logiciel qui n'a pas besoin de fournisseur de service!

          http://devnewton.bci.im

        • [^] # Re: Question centrale

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Je suis pas sur qu'avoir juste le consommateur et un gros blob ( ie une boite qui fait tout ) pour tout le reste soit mieux.

          Aprés tout, c'est une forme de décentralisation que d'avoir des tas de métiers spécialisé, et certains diraient que c'est même le fonctionnement de UNIX :)

    • [^] # Re: Question centrale

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      à aucun moment on ne m'a demandé/expliqué ce qu'on allait faire des données

      Je ne sais plus comment ça se passe lors de la création du compte, mais en bas de la page il y a (et je pense qu'on doit pouvoir voir ces infos avant de se connecter la première fois) :

      Et il y aussi les règles de confidentialité de Google+1.
      Donc bon, les conditions elles sont là.

      Sinon :

      pour une vision sobre

      Ha oué, mais çà il me semble que c'est pas vraiment ce qui est voulu par beaucoup d'utilisateurs (d'ailleurs linuxsaifère le sait quand même, il n'y a qu'à voir le nombre de cas où on parle(ait) du côté kikoolol de msn)

      Un modèle payant ou l'on paye genre 3€/mois

      Idem, m'étonnerais bien que ça marche. Ou en tout cas pas de très grande envergure, c'est quand même assez rare les projets payants et très populaire (genre, j'en utilise aucun... les seuls qui pourraient à la rigueur j'ai une alternative chez moi, je préfère perso payer mon serveur que le service, et les "gens" la pub que payer)
      Et un tel service sans une masse d'utilisateur ... ben heu ... ça sert pas à grand chose (ou sinon une simple plateforme de blog suffit.

  • # Si on pouvait arrêter !

    Posté par . Évalué à 6.

    Si on pouvait arrêter de dire « décentralisé », à qui on a enlevé le centre, quand on parle de quelque chose « d'acentré », qui n'a pas de centre (qui n'en n'a plus ou qui n'en n'a jamais eu).

     

    Je sais, on va me dire que « on » est un con :)

  • # Problème de l'absence de serveur

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Bon en passant sur les points spécifiques à XMPP que j'ai évoqué plus haut, il y autre chose qui me gène dans l'utilisation d'un truc totalement (dé/a/ons'enfout)centralisé:

    la dépêche évoque l'intérêt de ne pas laisser la machine H24 (ce qui n'est d'ailleurs pas nécessaire avec XMPP comme dit précédemment), mais cela pose un problème.
    Si on veut partager ses photos, vidéos, autre, il faut bien que la machine soit allumé pour ce faire. Très bien quand la personne qui veut les fichiers est en ligne en même temps que vous, ou quand le fichier est déjà partagé auprès de vos amis. Mais si vos amis intéressés ne sont pas sur le même fuseau horaire, ou tout simplement pas libre en même temps que vous, c'est une autre histoire, et là je ne vois pas trop comment faire autrement que laisser la machine allumée.

    Autre point, que je dis d'expérience de voyageur: si on veut mettre les photos en ligne pendant le voyage (qui peut durer des mois/années), on le fait souvent depuis une bibliothèque/un cybercafé/chez une personne qui nous héberge/etc. Et là le serveur intermédiaire est bien pratique pour mettre les photos et les garder le temps que vos amis se réveillent pour les voir. Parce dans ces conditions, il n'est bien évidemment pas possible de laisser retroshare ou autre tourner toute la nuit.

    Le serveur intermédiaire a un intérêt qu'il me semble difficile à compenser sur un modèle entièrement décentralisé (bien que pas totalement impossible, cf les freesites sur freenet). Et niveau conso, il vaut mieux laisser une machine serveur connectée pour xxx personnes, que une par ami.

    • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

      Posté par . Évalué à 2.

      On pourrait donc très bien imaginer avoir des nodes permanentes et des nodes temporaires.

      Qui peut le plus peut le moins !

      • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        On pourrait donc très bien imaginer avoir des nodes permanentes et des nodes temporaires.

        Des serveurs quoi

        • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

          Posté par . Évalué à 2.

          La différence c'est que la notion de serveur n'est pas nécessaire pour que le modèle fonctionne !
          Avec des approches comme smtp ou xmpp, on est "obligé" d'avoir des serveurs (en tout cas pour le moment, et pour sûr si on veut certaines fonctionnalités).

          Avec des approches comme Retroshare, le truc a été fait de base pour que le contrôle soit décentralisé ! C'est comme avec les humains si tu veux : on est pas obligé d'avoir des gens pour en coordonner d'autres, mais si c'est nécessaire, on peut !

    • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu peux parfaitement laisser ta machine allumée le temps que tes amis récupèrent tes photos, voire laisser tourner un serveur perso ou en colocation (c'est ce que je fais d'ailleurs).

      http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Dans les cas que j'ai énoncé, non tu ne peux pas.

        Encore une fois, je trouve retroshare très intéressant, et je suis pour la décentralisation, mais ce n'est pas en l'état suffisant pour tous les cas d'utilisation.

        Et si on laisse le serveur tourner, on peut enlever l'un (le ?) des arguments principaux de la dépêche.

        • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Tu voudrais que par magie un logiciel transfère les données plus vite que le réseau ou soit accessible une fois l'ordinateur éteint? Non c'est en effet impossible. Comme je l'ai dit dans la dépêche, les trois solutions permettent de faire la même chose, juste plus ou moins facilement, plus ou moins minitel 2, plus ou moins internet.

          http://devnewton.bci.im

          • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

            Posté par . Évalué à 1.

            Freenet a un fonctionnement assez sympa pour ça (en fait, je ne suis pas plus que ça intéressé par l'anonymat fournit par Freenet, mais je trouve qu'ils ont poussé la liberté d'expression plus loin grâce au principe suivant) :
            Tu insères tes fichiers dans le réseau, et une fois insérés, il n'y a plus besoin de ton ordinateur. Les fichiers sont stockés sur les ordinateurs des autres (en petits bouts, chiffrés).

            Bon, pour le cas d'utilisation dont parle Goffi (en voyage), c'est compliqué, déjà parce qu'insérer un fichier est assez long, et ensuite parce qu'il faut un accès à Freenet (et même à supposer qu'on aie une version portable sur clef USB, si c'est possible, ça veux dire qu'il faudra rajouter le temps de faire chauffer le nœud Freenet au temps d'insertion du fichier).

            Mais j'aimerais bien retrouver cette idée dans les autres solutions de publication de contenu (ou alors, que Freenet soit plus répandu, plus facile à faire tourner, plus rapide…)

            • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Les forums de Retroshare semblent fonctionner de cette manière!

              Sinon pour les téléchargements, ça fonctionne un peu comme un torrent, tant qu'il y a au moins un seeder le fichier tourne!

              http://devnewton.bci.im

            • [^] # Re: Problème de l'absence de serveur

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Oui, Freenet est là solution ultime. Tout simplement parce que ce n'est pas juste acentré, mais distribué. Techniquement ça veut dire que les données se baladent sans cesse sur tout le réseau et qu'éteindre ton ordi n'empêche pas l'accès aux données

              Après oui, en pratique c'est un peu lent, si tu veux insérer 100 Mo de photo tu va y passer un bon moment. C'est principalement dû au découpage et chiffrage des fichiers ainsi qu'à l'upload limité des connexion actuelles.

              Après le petit défaut c'est qu'on a plus de contrôle sur les données insérées dans le réseau, elles vivent leur vie. Mais c'est aussi ça qui empêche la censure.

              Il existe deux catégories de gens : ceux qui divisent les gens en deux catégories et les autres.

  • # Amis ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Pourquoi personne n'a essayé de faire tourner sa clef RetroShare pour l'instant ? A priori c'est le premier réflexe que j'aurais eu…

    • [^] # Re: Amis ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu peux m'envoyer ta clé par mail à "devnewton hat bci.dyndns-server.com".

      http://devnewton.bci.im

  • # "Petit" oubli: Diaspora

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Je suis surpris qu'aucune mention ne soit faite de Diaspora. C'est certes un système criticable à certains points de vue mais dans une dépêche qui traite des "réseaux sociaux" c'est important de le mentionner.

  • # public-ation

    Posté par . Évalué à 2.

    Avertissement : ceci n'est que mon avis, sans doute différent de celui de bien des gens, au vu de ce qui se trame sur le 2e site le plus visité quotidiennement.

    Plutôt que de longuement décrire Retroshare, voici une description d'une session typique du logiciel.

    Une fois lancé, vous commencerez presque toujours par regarder le « fil d'actualité ». Il s'agit d'un résumé des différents évènements sur votre réseau. Vous pouvez ainsi par exemple voir qu'un forum a été créé ou qu'un ami a posté une entrée sur son blog.

    En allant voir ce blog, « canal » dans le vocabulaire de Retroshare, vous constatez que cet ami résume ses vacances et a mis à disposition ses photos, un clic les ajoute à votre liste de téléchargement. Comme vous étiez aussi présent pendant ces vacances, vous répondez sur son canal en ajoutant vos propres photos.

    Voilà un aspect que je n'aime pas beaucoup sur la plupart des réseaux sociaux informatisés. Je ne donnerai pas les mêmes photos de vacances à toutes les personnes, je ferai une sélection au moins basique pour chaque éventuel destinataire. Je ne ferais pas la même annonce (qu'elle soit inintéressante comme "je n'ai rien à faire, et vous ?", égocentrique comme "je déménage", ou n'importe quoi d'autre) à tout le monde de la même façon. On peut dire fondamentalement la même chose à plusieurs interlocuteurs, mais on ne le présente jamais de la même façon.

    On va me répondre que c'est la même chose pour les forums. C'est sans doute pour cela que je n'aime pas non plus les forums qui contiendraient beaucoup de personnes que je connais personnellement.

    [...]

    Comme il se fait tard, vous écrivez dans le chat un « bonne nuit » que tous vos amis verront. L'un d'eux vous engage dans un chat privé pour vous signaler de ne pas oublier un rendez vous important. Après lui avoir assuré que vous ne l'oublierez pas, vous fermez enfin l'application. Les photos ne sont pas toutes téléchargées, tant pis, le téléchargement reprendra à votre prochaine connexion.

    Je crois que si tous mes amis me disaient tous les soirs "bonne nuit", j'aurais une sensation d'étouffer.

  • # bdd sociales > réseaux de bdd > réseaux sociaux

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    j'ai voulu mettre à jour le wiki avec les différentes solutions libres que je connais, mais je ne suis pas sur de bien comprendre la progression : bdd sociales > réseaux de bdd > réseaux sociaux

    Diaspora et GNU social sont vus comme des réseaux sociaux, or j'avais cru les voir dans réseaux de bdd

    Et qu'est-ce qui rend plus décentralisé un outil que je n'ai pas à laisser tourner 24/24 ? Le fait que je puisse l'utiliser sur un réseau local (mes contacts dans ma boite par ex) et ensuite me resynchroniser avec mon réseau (mes potes) joignable sur internet quand je retrouve une connexion vers celui-ci ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.