Fêtons Linux − Genève

Posté par . Édité par Benoît Sibaud et Nÿco. Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
Tags : aucun
12
22
avr.
2013
Communauté

Libres de 6 à 99 ans !

Le 27 avril 2013, hepia accueille la troisième édition de la manifestation « Fêtons Linux: le libre en fête », avec le soutien du Département de l’instruction publique de Genève. Le programme s’enrichit encore cette année : conférences de François Elie, philosophe et président d’ADULLACT, et de François Marthaler, ancien Conseiller d’État (VD), ateliers de graphisme, cours de programmation dès 6 ans et bien d’autres choses encore.

Logo Fêtons Linux

Quel est le point commun entre un ordinateur de la taille d’une carte de crédit, un dessin animé en 3D et des drones utilisés par des géomètres ? Tous sont motorisés par des logiciels libres ! « Fêtons Linux » propose, pour sa troisième édition, de venir découvrir ces projets étonnants, d’écouter des spécialistes et de participer à des ateliers pour petits et grands.

Sommaire

Contexte

Le 27 avril prochain, de 13h à 20h, un collectif d’associations accueille le public, profanes ou spécialistes, à « Fêtons Linux : le libre en fête ». Hébergée par hepia, la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève, et soutenue par le Département de l’instruction publique de Genève, la manifestation propose cette année plusieurs nouveautés, notamment des ateliers de programmation pour les plus jeunes : atelier d’initiation à la programmation dès 6 ans avec le Raspberry Pi (un mini-ordinateur de la taille d’une carte de crédit) et atelier « Programme ton jeu » autour de la carte hepiaLight (matériel libre programmé avec du logiciel libre). Au niveau des logiciels, l'accent sera mis sur le graphisme avec des logiciels libres (notamment Blender, Inkscape, Scribus).

« Fêtons Linux » a également invité cette année le projet R-Pod (photogrammétrie sur demande), qui réalise des images aériennes géoréférencées à la demande grâce à des ailes télécommandées. De son côté le prof. Jean-Daniel Nicoud, inventeur du Smaky et de la souris optique, proposera une découverte du monde Arduino.

Au-delà des aspects pratiques, les organisateurs désirent aussi apporter des réflexions sur les changements sociaux qui accompagnent les logiciels libres et l'irruption des nouvelles technologies dans tous les secteurs de la vie. C'est ainsi que l'après-midi verra les conférences du philosophe François Elie, de l’ancien Conseil d’État vaudois François Marthaler, et d'Alain Jacquesson, ancien directeur de bibliothèques et professeur HES.

Collaborations

Le collectif « Fêtons Linux : le libre en fête » a été créé par plusieurs associations actives en Suisse romande : le GULL (Groupe romand d’utilisateurs de logiciels libres), Post Tenebras Lab, le « hackerspace » de Genève, et Swisslinux.org ont été rejoints pour cette édition par la Free IT Foundation, organisatrice de la dernière édition des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL) à Genève.

Pour cette édition, le collectif reçoit de nombreux soutiens, dont ceux de Réalise (entreprise de réinsertion et de récupération de matériel électronique d’occasion) et d’Infomaniak Network (hébergement informatique). Certaines activités sont également développées par des centres de recherche romands : R-Pod est un projet de la Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud, et l’atelier de programmation Raspberry Pi sera animé par William Bell, chercheur au CERN et à l’Université de Genève.

Rencontrer les associations et entreprises sur les stands de la fête, recevoir des conseils et de l’aide personnalisés : c’est aussi cela que la manifestation « Fêtons Linux : le libre en fête » propose tout au long de l’après-midi.

Infos pratiques

« Fêtons Linux » à hepia, rue de la Prairie 4 (Genève), le 27 avril 2013 de 13h à 20h. Accès en transports publics: bus 6, 9, 10, ou 19, arrêt Prairie, et tram 14 ou 18, arrêt Lyon. Parking payant sous l’école.

Renseignements complémentaires

Cédric BRINER − briner CHEZ infomaniak.ch − +41 76 / 382 39 04
www.fetons-linux.ch


La suite de la dépêche a été rédigé par L.L / Free IT Foundation.

Un patrimoine technologique au service des administrations publiques

Aujourd'hui, de nombreuses administrations publiques ont déjà migré ou sont en cours de migration vers le logiciel libre de toutes ou une partie de leurs infrastructures informatiques.

On remarquera par exemple le Tribunal Fédéral avec la suite de logiciels OpenJustitia qu'il a développé sous licence libre GNU GPL v3, le Département de l'instruction publique de Genève avec son implémentation de GNU/Linux ou encore, hors de nos frontières, la Gendarmerie nationale française qui a intégré le système d'exploitation Ubuntu pour l'ensemble de ses postes de travail. Il est intéressant de remarquer que cette tendance est renforcée par une particularité inhérente à l'utilisation des logiciels libres. Les licences qui s'appliquent à ces logiciels, et plus particulièrement les licences GNU GPL et compatibles, assurent à leurs utilisateurs la constitution, la maîtrise et la pérennité d'un véritable patrimoine technologique.

En effet, les licences permettent d'adapter et d'évoluer la technologie exploitée selon le contexte d'utilisation et les critères de fonctionnalités recherchés. Les licences donnent également le droit aux utilisateurs de réorienter et de redistribuer la technologie sous un autre nom, mais bien entendu pour autant que les conditions de la licence soient respectées.

Ces mécanismes juridiques permettent la constitution d'un patrimoine technologique commun, dans lequel, tout un chacun peut en utiliser des briques pour construire son propre patrimoine technologique.

L'innovation en est accélérée et devient collective de par l'un des principes importants des licences libres qui consiste, en échange des libertés accordées aux utilisateurs, à les obliger à citer les auteurs originels des technologies utilisées et, dans le cas où la technologie est redistribuée, à partager sous la même licence les évolutions apportées afin d'offrir les mêmes droits aux futurs utilisateurs. Ce processus est le moteur du développement communautaire qui à permis au système d'exploitation GNU/Linux de devenir un standard technologique utilisé à travers le monde et à la source de grandes innovations.

Au cœur des communautés du libre, Genève accueille cette année M. François Elie, fondateur de l'ADULLACT, pour une conférence intitulée « L'argent public ne doit payer qu'une fois » à l'occasion de la 3e édition de la manifestation « Fêtons Linux : le libre en fête ». Cette conférence soulignera l'intérêt pour les organismes d'utilité publique de s'orienter vers le logiciel libre et apportera de plus amples précisions sur les principes et processus de gouvernance qui en résultent.

Agenda : samedi 27 avril de 13h à 20h, à la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (hepia).
Rue de la Prairie 4, 1202 Genève

La révolution des systèmes informatiques embarqués

Les technologies libres ont permis de révolutionner les méthodes et les possibilités de développement dans le domaine des systèmes informatiques embarqués. Du smartphone au système multimédia d'une voiture en passant par le bancomat d'une banque, les systèmes informatiques embarqués assurent l'autonomie, l'interopérabilité et le contrôle de tout type de périphériques électroniques.

Les technologies libres offrent dans ce domaine de nombreux outils et des briques technologiques performantes permettant d'accélérer et d'améliorer significativement la création de systèmes informatiques embarqués, spécialement adaptés pour une application donnée. De célèbres projets tels que Google Street View ou Google Books ont vu le jour grâce à des technologies libres. La technologie d'imagerie numérique Elphel est notamment utilisée dans ces deux projets, technologie dont le logiciel est sous licence GNU GPL et le matériel sous licence CERN-OHL. Il existe aujourd'hui un choix important de solutions pour faciliter le développement de systèmes informatiques embarqués. Les logiciels libres y jouent naturellement un rôle prépondérant de par leurs capacités à être copiés, modifiés et redistribués selon les termes de leurs licences.

Par le biais d'événements tels que Fêtons Linux qui aura lieu le 27 avril à Genève ou encore les 14es Rencontres Mondiales du Logiciel Libre qui se dérouleront du 6 au 11 juillet 2013 à Bruxelles, l'accès à ces technologies devient possible pour un plus large public.

On remarquera par exemple qu'il existe aujourd'hui des formations destinées aux enfants dès 6 ans pour leur permettre d’appréhender les bases élémentaires de la programmation de systèmes embarqués. Le CERN donne par exemple des formations qui s'appuient sur le matériel Raspberry Pi, un micro-ordinateur de la taille d'une carte de crédit fonctionnant grâce aux logiciels libres. On retrouve également de plus en plus de formation sur le matériel Arduino, un kit de développement électronique basé sur du logiciel libre et dont le matériel est quant à lui également basé sur une licence libre.

La révolution technologique du 3e millénaire est bel et bien en marche, nos enfants s'y préparent déjà.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.