Software Heritage : l’ADULLACT premier contributeur technique

29
26
avr.
2017
Internet

Le logiciel libre fait ses premiers pas vers le patrimoine immatériel de l’UNESCO. Le 3 avril dernier, au siège parisien de l’Unesco, en présence de François Hollande, un accord historique a été signé entre l’Inria et l’Unesco pour préserver le patrimoine logiciel de l’humanité.

Software Heritage est le projet numérique le plus ambitieux de cette décennie. Sa plate‐forme de collecte, d’archivage et de partage de tout le code source disponible dans le monde va permettre de préserver un patrimoine numérique dont aucun outil ne garantissait jusque‐là la pérennité. C’est une reconnaissance du travail et des recherches réalisées par tous les professionnels et passionnés du Numérique.

La suite de l’article vous explique comment l’ADULLACT contribue à Software Heritage.

Journal Pétition pour le « dégroupage du Cloud souverain français »

20
3
fév.
2013

On le sait (cela a déjà été discuté ici, en http://linuxfr.org/users/beberking/journaux/le-cloud-computing-a-la-francaise ) le gouvernement français a un projet de « cloud souverain », c'est-à-dire d'une infrastructure informatique permettant de gérer un grand nombre de machines et de services sur une plate-forme distante, mais située en France, notamment pour des raisons de sécurité (en raison du Patriot Act, les machines d'Amazon, par exemple, peuvent être fouillées par le FBI à tout moment).

Ce projet se nommait Andromède puis, suite à des désaccords internes, (...)

Élections : ADULLACT écrit aux candidats à l’élection présidentielle de 2012

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par Malicia.
17
1
fév.
2012
Communauté

L'ADULLACT (Association des Développeurs et des Utilisateurs de Logiciels Libres pour l'Administration et les Collectivités Territoriales) vient de publier une lettre aux candidats à l’élection présidentielle de 2012.

Cette lettre, rédigée par François Élie, reprend en neuf points les thèmes qui sont souvent évoqués sur ce site, à savoir : brevets, publications scientifiques, œuvres orphelines, HADOPI, enseignement de l'informatique, vente liée, standards ouverts, argent public investi en logiciels libres et données publiques.

Bien que destinée aux candidats à l'élection présidentielle, cette lettre est un bon résumé des problèmes sociétaux posés par la révolution technologique passionnante que nous vivons. Comprendre ces changements majeurs de notre civilisation est un impératif, non seulement pour les candidats à l'élection présidentielle mais aussi pour tous nos élus et même pour les citoyens qui les élisent.

C'est pourquoi cette lettre mérite une très large diffusion et une réutilisation qui ne se limite pas au temps d'une élection.

NdM : l'April poursuit par ailleurs son initiative Candidats.fr pour les législatives et la présidentielle française de 2012. Un débat avec des représentants de candidats a eu lieu le 25 janvier et les enregistrements audio sont disponibles.

Économie du logiciel libre

Posté par (page perso) . Modéré par Florent Zara.
12
23
nov.
2008
Communauté
Eyrolles vient de publier un nouveau livre dans sa collection "Accès libre". Intitulé Économie du logiciel libre, il est écrit par François Élie, lui même président d'ADULLACT mais aussi professeur de philosophie, ce qui donne une couleur fort intéressante à cet ouvrage mariant réflexion et expérience.

Il est particulièrement intéressant de remarquer que l'exemple d'ADULLACT sous-tend le propos de l'auteur, qui montre comment l'on peut associer le travail rémunéré et le logiciel libre sans faire le grand écart entre un idéal éthique et des contraintes financières. François Élie considère l'arrivée du logiciel libre dans le temps, comme un tsunami. Il explique « comment, tranquillement, le monde du logiciel libre va devenir le monde du logiciel tout court. »

Cet ouvrage complète les documents AFUL et April concernant les modèles économiques des logiciels libres.

Découvrez également le point de vue de Jean Peyratout sur ce livre, sur le site de SCIDERALLE.

DADVSI : les associations du libre réagissent aux amendements du Sénat

Posté par (page perso) . Modéré par Benoît Sibaud.
0
18
avr.
2006
Justice
Les associations du libre (ASS2L / APRIL / FFII France / FRAMASOFT / FSF France / SCIDERALLE [0] et ADULLACT/AFUL [1]) ont publié aujourd'hui deux communiqués de presse après la publication des amendements au projet de loi DADVSI adoptés par la commission des affaires culturelles du Sénat le 13 avril 2006.

Ces associations constatent que le rapporteur sur le projet de loi et ses collègues ont dénaturé le travail des députés qui avaient su s'unir, par delà les clivages habituels, pour encourager l'innovation, la libre entreprise et la recherche française. Ils étaient en effet parvenus à un accord sur la rédaction de l'article 7 (adopté le 16 mars en seconde délibération à l'unanimité).

Cet article 7 faisait de la France le premier pays d'Europe à véritablement défendre activement l'interopérabilité. Il garantissait la libre concurrence sur des marchés stratégiques et la sécurité de développement du logiciel libre dans notre pays. Cette première mondiale avait d'ailleurs été saluée Outre-Atlantique [2].

Or la commission des affaires culturelles a décidé de revenir sur les avancées du texte en soumettant la fourniture des informations essentielles à l'interopérabilité à des licences dites « équitables et non-discriminatoires », qui ne sont pas sans rappeler les licences RAND ("raisonnables et non-discriminatoires") pour les brevets. Lors du débat concernant la directive européenne sur les brevets logiciels, des milliers de PME ont pourtant témoigné que ce type de licence est hors de leur portée financière et n'était avantageux que pour les grandes entreprises en situation de quasi-monopole.