Fin de l'Unité Réseaux au CNRS

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags :
21
2
juil.
2010
Éducation
Ce matin, les administrateurs systèmes et réseaux (ASR) du CNRS ont eu la tristesse d'apprendre la disparition de l'Unité Réseaux du CNRS (UREC) et l'enterrement de ses missions. Le bruit courait depuis des mois, mais le directeur de l'unité l'a appris officiellement le 16 juin dernier.

De l'accueil des nouveaux arrivants aux journées réseaux en passant par le site PLUME, l'UREC était un acteur majeur dans le travail quotidien des ASR, et plus particulièrement pour ceux qui utilisent et défendent les logiciels libres. En général, les informaticiens connaissent l'UREC avant d'entrer au CNRS. Récemment, un internaute qui me contactait à propos de sa configuration sendmail m'a écrit que j'avais de la chance de travailler dans un tel environnement. Que l'on se retrouve isolé dans un petit laboratoire ou au sein d'une solide équipe informatique, on a toujours besoin des collègues.

Une fois, le concours passé, j'ai assisté à une journée organisée par l'UREC pour les nouveaux entrants. C'est un bon exemple du rôle important que jouait l'unité d'abord dans son rôle d'expertise puis surtout dans la fédération de réseau de métier. Quel soulagement de pouvoir échanger sur nos pratiques, sur les problèmes rencontrés ou de savoir qu'il existe des structures où l'on peut rencontrer ses collègues. Chacun peut au niveau de son campus décider de réunir les informaticiens des labos à côté, mais c'est tout de même plus facile quand il y a une structure dans laquelle ces réunions peuvent s'inscrire.

Une des difficultés du métier d'ASR est d'actualiser ses connaissances. Le CNRS propose bien sûr des formations, mais pas toujours sur ce dont on a besoin tout de suite. Par exemple, après le départ d'un collègue, j'ai dû utiliser ce qu'il avait fait sur LDAP. C'est quoi ? Comment ça marche ? Par où commencer ? J'ai trouvé un document sur le site de l'UREC qui répondait tout à fait à mes questions.

L'UREC fait partie des organisateurs des journées réseaux (JRES), qui tous les deux ans réunissent toute la communauté. C'est également une occasion d'échanger, de partager, de voir les limites des solutions développées par les collègues.

J'ai assisté à la journée Plume-Cléo intitulée Communication scientifique en ligne : outils livres, pratiques et analyses. Geneviève Romier, de l'UREC, a présenté le projet Plume en donnant quelques chiffres impressionnants :
- 196 800 pages ont été lues en mai 2010 ;
- Il y a 1260 membres Plume et 558 contributeurs actifs.
Elle a encouragé les laboratoires à devenir soutien officiel de Plume et les membres de la communauté à participer.

L'UREC était comme un moteur dans les activités quotidiennes des administrateurs systèmes et réseau du CNRS. Avec sa disparition, c'est une partie du patrimoine culturel et des compétences techniques du CNRS qui risque de s'évaporer.
  • # Remplaçants ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Sur la page de présentation des missions de l'UREC je lis :
    * Assister la mise en œuvre des moyens nécessaires au maintien et à l’optimisation de la performance des systèmes et des réseaux informatiques et de télécommunication, pour l’ensemble du CNRS,
    * Organiser les réseaux informatiques au CNRS, développer les services qui leur sont associés et apporter son expertise technique à la communauté qui les administre,
    * Diffuser ses savoirs, notamment par des actions de formation de la communauté des administrateurs système et réseau (ASR) du CNRS


    Qui va faire leur boulot par la suite ? Un boite privée externe ? Son boss fréquente-t-il le Fouquet's ?
    • [^] # Re: Remplaçants ?

      Posté par . Évalué à 3.

      L'INRIA ne reprend pas le flambeau ?

      Les logiciels sous licence GPL forcent leurs utilisateurs à respecter la GPL (et oui, l'eau, ça mouille).

    • [^] # Re: Remplaçants ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pas loin, le nouveau boss externalisera encore... Marrant, le cout d'une operation de cette nature doit avoisiner double du salaire de l'ensemble des informaticiens encore en place et qui, en tant que fonctionnaires, risquent de le rester encore pour de nombreuses annees.
      • [^] # Re: Remplaçants ?

        Posté par . Évalué à 10.

        Mmmmm... Confier la gestion d'un système d'informations contenant des données sensibles à une boîte privée (voir plusieurs, au fil du temps et en fonction des appels d'offre) me semble quelque peu suicidaire: comment contrôler la loyauté d'un personnel qui ne sera peut être que de passage chez le prestataire? De plus, l'ASR fait partie des domaines pour lesquels la connaissance de l'existant est essentielle...

        Quand à l'alibi des économies réalisées par l'externalisation, on peut doucement rigoler en pensant aux tarifs de GDF privatisée, à la catastrophe du rail britannique, ou de la fourniture d'électricité par des filiales d'Enron en Californie.

        Nous vivons une bien triste époque...
        • [^] # Re: Remplaçants ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Moins pire que demain...

          heureusement que mon côté cyber-punk me dit qu'on peux aussi voir ça comme très drole...
    • [^] # Re: Remplaçants ? - Non, UREC intégré à la DSI

      Posté par . Évalué à 2.

      http://www.urec.cnrs.fr/rubrique324.html

      Nuance :

      "L’Unité Propre de Service 836 - Unité Réseaux du CNRS" n’est pas renouvelée. Le Directeur des Systèmes d’Information devient pouvoir adjudicateur à compter du 1er juillet 2010. L’UREC est donc incluse dans la DSI à compter de cette date."

      Cordialement.
  • # Mauvaise compréhension, mauvaise économie

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Cela ressemble à une gestion faite par un comptable : ça coûte cher mais ça ne rapporte rien car il n'y a aucune ligne comptable qui montre que ça rapporte de l'argent. Pour un comptable, c'est un puits sans fond.

    Pourtant, ce genre de structure est d'une grande efficacité mais son intérêt économique n'est appréciable que dans la mesure où l'on est capable de chiffrer le coût de son absence. Un économiste talentueux serait sans doute capable de l'évaluer.

    L'efficacité des structures en réseau est indéniable, elles ont montré toute leur capacité avec Internet et les logiciels libres. Cela fait de l'ombre aux vieilles structures hiérarchiques où la compétence diminue quand la position augmente.

    Je parie que des solutions utilisant les ressources d'internet vont prendre le relais. Mais il aurait sans doute mieux valu les mettre en place avant de fermer le service. Encore une économie de bout de chandelle...
    • [^] # Re: Mauvaise compréhension, mauvaise économie

      Posté par . Évalué à 8.

      Tiens, je viens de lire ya 30s la signature de khane<, je je trouve plutôt bien à propos :
      Administrateur système : Personne ne sait ce qu'on fait, tout le monde sait quand on ne le fait pas.
    • [^] # Re: Mauvaise compréhension, mauvaise économie

      Posté par . Évalué à 4.

      L'efficacité des structures en réseau est indéniable, elles ont montré toute leur capacité avec Internet et les logiciels libres. Cela fait de l'ombre aux vieilles structures hiérarchiques où la compétence diminue quand la position augmente.

      Bravo, tu viens de comprendre pourquoi ils ferment le service.
  • # Projet Plume

    Posté par . Évalué à 2.

    Je trouve que le travail issu du projet Plume est remarquable. Les fiches sur les logiciels sont nombreuses et une bonne partie concerne des logiciels libre. Les conférences qui sont régulièrement organisées mettent en avant les logiciels libres.
  • # PLUME n'est pas mort

    Posté par . Évalué à 9.

    L'UREC n'est pas renouvelée, malheureusement, mais PLUME n'est pas mort. Nous, les initiateurs, acteurs, partenaires et soutiens de ce projet, travaillons à pérenniser les services qu'il rend à notre communauté enseignement supérieur recherche et bien au-delà.
    Si vous pensez que cette pérennisation est utile et nécessaire vous pouvez aider PLUME :
    - si vous travaillez dans l'enseignement supérieur ou la recherche, apportez votre soutien en vous inscrivant sur le site et en participant
    - si vous représentez une entité qui apprécie, utilise les services de PLUME, devenez soutien ou partenaire, tout est expliqué sur le site

    www.projet-plume.org

    Merci à vous de votre soutien !
    Geneviève Romier
  • # Regrets...

    Posté par . Évalué à 6.

    C'est avec tristesse, mais sans surprise réelle, que j'apprends la disparition de l'UREC (ce n'est pas le premier coup porté au CNRS).

    N'étant pas membre du CNRS, j'appréciais particulièrement d'avoir néanmoins accès à leurs informations techniques/cours/tutos, ainsi qu'à leur très intéressante revue "Sécurité de l'information". C'est toujours intéressant de voir les solutions implantées ailleurs, et de voir des retours d'expérience.

    Que les membres de l'Urec soient remerciés de leur travail.

    Trollgouin
    • [^] # Re: Regrets...

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      On pourrais espérer qu'il ne s'agisse que d'un regroupement hiérarchique sous la tutelle de la DSI du CNRS, et que les missions de l'UREC soient pérennisées.
      Mais ça ne semble pas gagné.
  • # c'est général

    Posté par . Évalué à 4.

    sous-traitance, sous-traitance...
    ...va simplement remplacer des fonctionnaires par des boites privées et des contrats à qui moins moins avec pions corvéables à souhait et très motivés pour garder leur poste même avec un sous salaire de misère jusqu'au prochain appel d'offre...
    c'est du vécu, dans un grand centre de recherche rempli de petites gens (le CERN pour ne pas le citer) où la médiocrité s'insère par toutes les fissures, pour des raisons économiques dit-on
    bon courage!
  • # C'est pas le DSI du CNRS qui n'aime pas les logiciels Libres ?

    Posté par . Évalué à 1.

    C'est pas le DSI du CNRS qui a fait Supinfo (Une école privée non reconnue par la commission des titres et lobbyisée par Microsoft ) et qui n'aime pas les Logiciels Libres ... ???
  • # On est seul aussi chez les hommes

    Posté par . Évalué à 1.

    Bonsoir Elisabeth

    C'est bien triste.
    et, moi qui rêve de rentrer au CNRS et de ne plus être un sous traitant pour l'administration et les entreprises et travailler dans un cadre riche et ne plus être " un pions corvéables à souhait " ;-) merci romi.
    Si les unités arrêtent... il nous reste encore le partage et la forge pour idéaliser notre métier qui est super et ne pas rester isolé.
    • [^] # Re: On est seul aussi chez les hommes

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      L'UREC s'arrête mais on le savait depuis plusieurs années... Cela fait au moins 2 ou 3 ans que c'était "dans l'air du temps". En fait, un peu depuis le départ de Jean-Luc Archimbaud de la tête de l'UREC (et avant qu'il ne se lance dans PLUME).

      Mias si l'UREC n'est plus, il reste plein d'UMR qui ne demande qu'à avoir des informaticiens compétents près à donner du temps pour la collectivité (UMR = Unité Mixte de Recherche).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.