Hackathon Open Democracy Now! à la mairie du 18e de Paris les 15, 16, 17 septembre 2016

Posté par . Édité par Nÿco, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par Yvan Munoz. Licence CC by-sa
Tags : aucun
5
13
sept.
2016
Communauté

Rendez-vous ce week-end pour la quatrième étape du cycle de hackathons Open Democracy Now!

Initiée en janvier, l’initiative Open Democracy Now rassemble une communauté d’acteurs aux profils complémentaires désireux d’apporter des solutions concrètes aux enjeux d’une démocratie plus participative et collaborative.

ODN4

Pendant deux jours complets, les participants seront invités à imaginer et construire des solutions open source pour les défis que pose la démocratie à l'ère d'Internet. Cette quatrième étape sera l'occasion de poursuivre les ateliers initiés depuis janvier, et d'en initier de nouveaux.

En partenariat avec les élus et les services de la mairie, un accent particulier sera mis sur l'inclusion citoyenne des quartiers populaires et des plus jeunes grâce au numérique. Les conclusions des tables-rondes de la Nuit des débats d'avril 2016 seront également une source d'inspiration pour les nouveaux projets proposés.

Les inscriptions sont ouvertes sur Eventbrite.

Découvrez l'ensemble des projets ainsi que les comptes-rendus des précédents hackathons (organisés au Numa et à la Fondation Mozilla) sur : http://opendemocracynow.net/hackathons/.

Les hackathons Open Democracy Now! sont co-organisés par DemocracyOS France, Open Law, Open Source Politics, République citoyenne, Etalab, avec le soutien du Paris Open Source Summit et de l'Open Government Partnership Summit.

Programme

Vendredi 16 à 19h

  • Présentation du hackathon et de ses ateliers
  • Temps d'annonce par Etalab
  • Conférence "Comment le numérique peut-il rapprocher les publics les plus éloignés de la démocratie ?"

Avec la participation de : Sylvia Fredriksson (Open Knowledge Foundation France) ; Damien Monnerie (association ICI) ; Pauline Véron (adjointe à la Maire de Paris chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative, de la jeunesse et de l'emploi) ; une sociologue (à confirmer).

La table ronde sera modérée par Benjamin Jean, président d'Open Law.

Samedi 17 & dimanche 18 à partir de 9h

Deux jours complets d'ateliers de réflexion et de développement :

Une meilleure information pour les citoyens :

  • Des débats citoyens à la télé avec AgoraLabTV
  • La réalisation d'une encyclopédie des débats sur Débapédia
  • Un kit portable contenant tous les éléments d'un débat public avec Démocratie Box

Des plateformes consultatives et participatives open source :

  • Une consultation internationale et inclusive sur Assembl avec Bluenove
  • Le déploiement en France de la plateforme de budget participatif espagnole Consul
  • L'animation de la communauté et des améliorations techniques sur Democracy OS
  • Un système de procuration intergénérationnel pour l'élection de 2017 avec le projet Donne ta voix
  • Une plateforme de réponse et d'accès aux informations juridiques d'urgence avec DroitDirect.fr
  • L'avancée des prototypes de Grandma Votation
  • De nouvelles fonctionnalités pour laprimaire.org
  • Un module de vote pour #MAVOIX
  • Une plateforme reliant boîte à idées et portail collaboratif avec Nova-Idéo

Une mise en pratique du Gouvernement ouvert :

  • Une charte éthique pour les démarches open gov
  • Un data science challenge sur les données budgétaires proposé par Mantic Data
  • La constitution de la boîte à outils de l'OGP avec Etalab (parmi quelques surprises !)
  • La poursuite de la réflexion sur les contributions aux logiciels libres dans les administrations

Des ateliers de réflexion ouverts sur l'international et les enjeux de demain :

  • Les enjeux démocratiques autour de la blockchain ;
  • Une participation à la Global Legislative Openness Week avec un atelier de Regards Citoyens
  • Et des ateliers sur la démocratie en Afrique, en Algérie et en Europe !

Un atelier sur l'inclusion des quartiers populaires dans la conception du futur Civic Hall de Paris sera également organisé en partenariat avec la mairie.

Les restitutions prévues à 18h le samedi et 17h le dimanche. La diversité des ateliers permettra à tout le monde de contribuer, avec ou sans bagage technique !

Retrouvez Open Democracy Now sur ses récents comptes Facebook et Twitter !

Hackathon Open Democracy Now!

  • # But

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Tout cela me parait très intéressant, mais quel est le but final ?
    - Créer un nouveau parti "ouvert" ?
    - Améliorer la démocratie actuelle ?
    - Créer des propositions/idées que les partis actuels pourraient adopter ?
    - … ?

  • # Super concept, implémentation pas terrible ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    C'est vraiment super que des gens s'emparent des enjeux techniques de demain ! C'est une thématique récurrente, à gauche (Parti Pirate et sa démocratie liquide), comme à droite (Étienne Chouard et sa secte des "Gentils Virus").

    Du coup, j'ai été très déçu il y a quelques semaines quand l'annonce du hackathon a révélé la liste des projets, et que je me suis rendu compte que la plupart tentaient naïvement de résoudre des problèmes humains avec des réponses techniques. Pourtant, force est de constater qu'on ne corrige pas plus une fuite avec un ordi qu'on attrape une mouche avec du vinaigre.

    Parfois, il faut réfléchir au-delà du bling bling HTML5/CSS3. Je vais donc me faire l'avocat du diable, sans rancœur ni rancune. Si jamais je critique à tort un projet du hackathon, n'hésitez pas à répondre en commentaire, mon but étant de générer de la discussion à travers un état des lieux non-exhaustif.

    Des débats citoyens à la télé avec AgoraLabTV

    Un projet d'émission télé où 4 personnes ont voté pour le sujet qui va être traité. Cela n'a a priori aucun lien ni avec la démocratie en tant que pratique (la démocratie c'est beaucoup plus que le vote), ni avec nos institutions politiques pourries.

    Une mise en pratique du Gouvernement ouvert

    Encore des ateliers Open Gov au services du gouvernement scélérat français. Que des gens veuillent tirer du cash à ces connards en formant l'Etalab, je peux comprendre. Mais se mettre gratuitement au service de la logique mercantile et fascisante de l'État, c'est scandaleux pour un programme qui se réclame de la démocratie.

    De nouvelles fonctionnalités pour laprimaire.org

    Un site en bleu-blanc-rouge qui ressasse tout au long du site la grandeur de la France et de ses valeurs, avec des références royalistes (les fleurs de lys de la devise française) ? Qui parle du "peuple de France", de "race blanche" et d'autres horreurs concernant l'immigration.

    laprimaire.org c'est un discours volontairement flou mais orienté réactionnaire-présenté-humaniste, exactement comme savent le faire Étienne Choaurd et Alain Soral. C'est pas rassurant.

    En conclusion, sans jeter l’opprobre sur tout un hackathon dont quelques projets sont vraiment chouettes, je trouve cela dommage que la dépêche n'ait pas mis en avant une courte présentation de quelques projets cool, au lieu de reprendre telle quelle la liste avec toutes ces merdes au milieu.

    • [^] # Re: Super concept, implémentation pas terrible ?

      Posté par . Évalué à 4.

      je me suis rendu compte que la plupart tentaient naïvement de résoudre des problèmes humains avec des réponses techniques

      N'est-ce pas l'enjeu de cet événement ? Quand on organise un « hackathon » pour « apporter des solutions concrètes aux enjeux d’une démocratie plus participative et collaborative » (joli charabia, soit dit en passant, qui présente les dits "enjeux" comme une évidence), c'est bien qu'on essaie de résoudre des problèmes humains avec des réponses techniques.

      Du coup, je ne comprends pas pourquoi ton message est titré "super concept, implémentation pas terrible" alors que tu critiques le concept en lui-même.

      des ateliers Open Gov au services du gouvernement scélérat français.

      Que des gens veuillent tirer du cash à ces connards

      la logique mercantile et fascisante de l'État

      Rien que ça… Rappelons que ce "gouvernement scélérat", ces "connards" à la logique "mercantile et fascisante" (sic, re-sic…) sont issus du processus représentatif, certes imparfait, mais qui permet tout de même aux citoyens d'exprimer leurs préférences politiques.

      • [^] # Re: Super concept, implémentation pas terrible ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -3.

        Du coup, je ne comprends pas pourquoi ton message est titré "super concept, implémentation pas terrible" alors que tu critiques le concept en lui-même.

        En fait je pense que le problème tient à ce que le projet « présente les dits "enjeux" comme une évidence » comme tu le dis. Ces gens partent du principe que leur expertise technique doit servir la république Française, qui a mon sens est tout sauf une démocratie (j'y reviens après).

        Je n'ai aucun problème avec l'idée d'utiliser la technologie pour résoudre des problèmes, mais il ne faut pas envisager qu'une approche − technique ou non − peut être neutre. Du coup, développer des outils techniques au service d'une véritable démocratie me semble être une bonne idée ; mais prétendre que des outils d'open data et de débat où la majorité l'emporte sont de « l'open democracy » c'est du bullshit.

        Donc non, je critique pas l'implémentation et pas le concept.

        Rappelons que ce "gouvernement scélérat" (…) sont issus du processus représentatif, certes imparfait, mais qui permet tout de même aux citoyens d'exprimer leurs préférences politiques.

        Oui, et ?

        Voter une fois tous les deux ans t'appelles ça une démocratie ? Quand l'État et les grands groupes médiatiques s'arrangent pour n'avoir que leurs candidat⋅e⋅s favorit⋅e⋅s à la télé, t'appelles ça une démocratie ? Quand dès que t'es élu⋅e tu deviens membre intégrante de l'oligarchie française en touchant presque 10 SMIC et en ayant des avantages à vie, t'appelles ça une démocratie ? Quand pour se présenter faut avoir 10000€ en poches pour imprimer des bulletins pour que les gens puissent voter pour toi, t'appelles ça une démocratie ?

        On nous sert régulièrement un choix à faire entre la peste et le choléra. Qui de PCF / PS / UMP / FN l'emportera ? On s'en fout, de toute façon ils ont exactement la même idéologie : la nation et le business. Même Mélenchon qui se prétend progressiste, communiste (et tous les "istes" que tu veux), sa réforme la plus osée c'est d'augmenter le SMIC. On est loin d'avoir la possibilité pratique de voter pour une alternative, pour une société radicalement différente.

        • [^] # Re: Super concept, implémentation pas terrible ?

          Posté par . Évalué à 3.

          au service d'une véritable démocratie

          Même question que pour les « enjeux d'une démocratie plus participative et collaborative » : à quoi on reconnaît une véritable démocratie ? C'est comme la vérité vrai ? Il y a des fausses démocraties et des véritables démocraties ? Quel est le critère, ou quels sont les critères, pour reconnaître une véritable démocratie ? Je veux dire : tout le monde se fait une idée intuitive de la notion de simultanéité de deux événements, Einstein ne trouvait pas cela évident, il en a donné un critère et cela a engendré la relativité restreinte.

          Je ne dis pas être en possession d'un tel critère, donc justement je m'interroge. D'autant que comme tu emploies l'expression « véritable démocratie » qui ne semble pas correspondre à notre régime politique, tu pourrais peut-être éclairer ma lanterne sur le sujet.

          Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

        • [^] # Re: Super concept, implémentation pas terrible ?

          Posté par . Évalué à 4.

          On est loin d'avoir la possibilité pratique de voter pour une alternative, pour une société radicalement différente.

          Peut-être parce que proposer une "société radicalement différente", expliquer à quoi ça ressemblerait et comment ça fonctionnerait, c'est un peu plus difficile que de simplement dire "je veux une société radicalement différente" ? En fait je ne vois personne qui fasse ce boulot, seulement des gens qui au mieux disent être "contre le capitalisme". C'est facile d'être "contre"…

          Par ailleurs, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de gens qui veuillent une "société radicalement différente". La plupart des gens sont conscients que la société actuelle offre un certain niveau de vie, et voudraient l'améliorer sans tout casser.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.