Haute disponibilité sous linux

Posté par (page perso) . Modéré par Yann Hirou.
Tags :
0
11
oct.
2001
Linux
Pendant cette dernière années, les initiatives de haute disponibilité sous linux se sont multipliées et maintenant un certain nombre d'entre elles semblent viables dans un environnement de production. Voila quelques liens utiles dans le domaine.

PS : Merci au chan #linuxfr pour cette nouvelle.
  • # et oui pasbill...

    Posté par . Évalué à  6 .

    ... tu as plus d'un an de retard en veille technologique. je te redonne le lien:
    http://www.linux-france.org/article/cel/SICOMOR/Haute_disponibilite(...)

    Là tu as un ensemble de lien sur l'avancement des projets. C'est fou, comme le libre avance en 1 an, n'est-ce pas ?
    • [^] # Re: et oui pasbill...

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Ne pas répondre. Ne pas répondre. Ne pas répondre. Ne pas répondre. Merde trop tard, je l'ai fait.

      J'avais étudié la chose, il y a un 1,5 an et c'était pas brillant les projets n'étaient pas très avancés (Linux High Availibility, Linux Virtual Server) et d'autres n'existaient pas encore.
      • [^] # Re: et oui pasbill...

        Posté par (page perso) . Évalué à  0 .

        Je crois pas non, Linux Virtual Server, c'est assez ancien ! J'ai fait une demo au journee du libre 3emem edition de Strasbourg base sur le LVS... et les JL3, c'etait 12/13 mai 2000 et le projet etait tres fortement avance... puisque un cluster se mettait en prod en 3-4 jour et que la mailing avait un bon gros debit.
        Le site linux HA existait aussi d'ailleurs.

        C'est genant, les gens qui recherche ma, parce que apres ils disent que mon OS cherie ne sait rien faire ;)
        • [^] # Re: et oui pasbill...

          Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

          Ce que je veux dire c'est que c'était loin de la capacité des produits commerciaux !

          Maintenant c'est plus le cas. Si tu relis mon post tu verras que j'ai regardé LVS et les high availibility. Par contre les 2 autres dans la news c'était quand meme inconnu au bataillon !
      • [^] # Re: et oui pasbill...

        Posté par (page perso) . Évalué à  -7 .

        Je crois pas non, Linux Virtual Server, c'est assez ancien ! J'ai fait une demo au journee du libre 3emem edition de Strasbourg base sur le LVS... et les JL3, c'etait 12/13 mai 2000 et le projet etait tres fortement avance... puisque un cluster se mettait en prod en 3-4 jour et que la mailing avait un bon gros debit.
        Le site linux HA existait aussi d'ailleurs.

        C'est genant, les gens qui recherche mal, parce que apres ils disent que mon OS cherie ne sait rien faire ;)
      • [^] # Re: et oui pasbill...

        Posté par . Évalué à  -3 .

        regarde la date de création du document: 23/05/2000. Il y a 1,5 an. Le temps passe trop vite sans doute pour toi aussi ;)
    • [^] # Re: Merci

      Posté par . Évalué à  -1 .

      Ah merci pour cette page, ça faisait longtemps que je cherchais un doc clair résumant les différentes solutions, avec quelques définitions utiles.
      • [^] # Re: De rien mais...

        Posté par . Évalué à  -2 .

        cette etude date d'il y a plus d'un an, se reporter au projets pour avoir les fonctionnalités actuelles.
  • # Différentes facons de voir la haute disponibilité

    Posté par . Évalué à  10 .

    Plusieurs technos éxistent pour faire de la haute-dispo, ici sont présentées 2 facons de faire
    - Kimberlite ressemble au HACMP d'IBM : quand un des deux noeuds "tombe", le deuxième reprend les services assurés par le premier. C'est une architecture classique d'un cluster assymetrique dans la mesure où chacun des deux noeud a ses applications préférées. Un noeud reprend toutes les applis seulement s'il se retrouve tout seul.
    - LVS permet surtout de faire du Load-Balancing, mais il reste un "single point of failure" : le serveur maitre, le point d'entrée du cluster. Je crois savoir que si le serveur maitre tombe, un serveur esclave en reprendra les fonctions. Quelu'un peut confirmer ?
    - MOSIX, qui n'est pas cité ici, permet d'associer un multitude de machines (identiques de préférence) afin de ne voir qu'un seul noeud (et une seul adresse IP). Il s'agit plutot de faire sun serveurs d'applications, mais la migration de process avec leur contexte est géré. Ce type de cluster est dit symmetrique : on ne sait pas sur quel noeud va être lancé un process.
    - Un peu de pub chauviniste : Alinka Orange. Cette solution serait basée sur LVS, mais je n'en suis pas sûr.

    Quelqu'un dans la salle aurait t'il eut à étudier les différentes sulotions disponibles pour linux ? Existerait t'il un comparatif des solutions ? Certaines solutions serait t'elles mieux adaptées à certaines applications ?

    De par mon expérience, les serveurs mis en haute diponibilité sont souvent des serveurs de base de données. Dans la mesure où il s'agirait d'Oracle sur un linux, quelle serait la meilleure solution ?
    • [^] # Re: Différentes facons de voir la haute disponibilité

      Posté par . Évalué à  3 .

      Bug? la case "anonyme" s'est cochées toute seule à la phase 2/3... je signe donc ici...

      Beuh! -1
    • [^] # Re: Différentes facons de voir la haute disponibilité

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      - LVS permet surtout de faire du Load-Balancing, mais il reste un "single point of failure" : le serveur maitre, le point d'entrée du cluster. Je crois savoir que si le serveur maitre tombe, un serveur esclave en reprendra les fonctions. Quelu'un peut confirmer ?
      Je connais plutôt piranha, qui est la version RedHat de LVS. Le principe est ultra simple pour le fail-over: tout simplement le serveur maitre et l'esclave se "baladent" l'IP à laquelle tu accèdes en fonction de la disponiblité du ou des services considérés sur les machines. Il y a une connexion entre le maitre et l'esclave, plus un heartbeat périodique... et quand le "coeur" du maitre ne bat plus, l'esclave démarre l'interface sur l'IP en question, et le service est alors rendu par lui au lieu du maitre. C'est en fait très proche du HACMP d'IBM. Est-ce que ça répond à ta question ?
    • [^] # Re: Différentes facons de voir la haute disponibilité

      Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

      Oui, je n'ai pas regardé toutes les possibilités, le domaine étant vaste. Mosix ne s'intéresse principalement à distribuer les process sur la grappe à la smp, ce n'est donc pas une solution complète (mais utilisable pour le calcul pur. Je pense d'ailleur que c'est installé sur la modeste grappe de mon univ.) et en tout cas pas pour la haute disponibilité.

      Sinon on peut également rappeler :

      beowulf:
      http://www.beowulf.org/(...)

      PVM:
      http://www.epm.ornl.gov/pvm/pvm_home.html(...)

      MPI:
      http://www-unix.mcs.anl.gov/mpi/(...)
    • [^] # Re: Différentes facons de voir la haute disponibilité

      Posté par . Évalué à  6 .

      MOSIX permet effectivement d'associer un certain nombre de machines sur lesquelles une migration préemptive des processus pourra avoir lieu... Cependant elle ne sera pas vu comme une seule adresse IP.
      Par contre dans le cas de LVS il y a effectivement une adresse virtuelle que toutes les machines du cluster partagent.
      C'est à cette adresse (+ numero de port) que les clients accèdent.
      Le répartiteur de charge "dispatche" quant à lui les requetes sur les "serveurs reels".
      C'est ce répartiteur de charge qui est le maillon faible (Tu sors ! :)).
      Il suffit pourtant de rajouter un repartiteur identique au premier mais qui ne soit actif que dans la cas d'une défaillance du premier pour assurer la disponibilté du serveur virtuel.
      Bref LVS assure le load balancing, et il suffit de rajouter une couche pour assurer la haute dispo.

      Est ce que Failsafe fonctionne avec un modèle répartiteur de charge / serveurs ?
    • [^] # Re: Différentes facons de voir la haute disponibilité

      Posté par . Évalué à  4 .

      Je ne suis pas tout à fait d'accord pour LVS. Le serveur maître constitue bien une pièce maitresse dans la gestion du cluster. Mais il est tout à fait possible de surveiller cette machine à intervalle très régulière, (3, 5 ou 10s) et avoir une machine de backup configuré de la même manière, complètement identique en tout point, et qui automatiquement prend le relais en cas de défaillance de la machine maitre.
  • # question x25

    Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

    Je voudrais savoir si dans la salle, il y a quelqu'un qui connait quelles sont les cartes x25 supportées par Linux et si quelqu'un a déjà mis en place une solution x25 sous Linux ?
    Ma question n'est pas innocente puisque je suis administrateur de cluster HA et que je cherche à pouvoir faire des propositions d'évolutions à mon client pour passer sous Linux.
    Merci d'avance.
    • [^] # Re: question x25

      Posté par . Évalué à  7 .

      Je commence à utiliser des cartes X.25.
      Je me suis orienté d'abord vers les cartes Sangoma, qui ont l'air bien supporté. Le seul revendeur (à ma connaissance) en france est une boite parisienne du nom de Ercom

      J'ai du, pour des problèmes de marché, changer mon fusil d'épaule.
      Je me suis orienté vers les cartes X.25 AT-FUT-D de Thalès [1] (Ex Dassault AT). J'ai pas encore eu le temps de voir en détail.

      C'est basé sur les Streams SYSV. Ils utilisent l'implémentation linux LiS [2]. Le driver est prévu pour le 2.2.14 et ne fonctionne pas sur machine multipro, mais je crois qu'ils en on développé un nouveau. On n'a pas les sources du driver, et pas les sources de la lib XTI/TLI qui est fournie avec la carte.

      Sinon, Dassault a visiblement un forte expérience Unix, contrairement à Eicon qui parait-il fournirait des drivers linux pour ses cartes X.25

      La carte embarque un OS et du code qui gère le protocole X.25 jusqu'au niveau 3, je crois.

      La configuration se fait à travers une interface texte à la ncurses.

      Stéphane

      [1]http://www.idatys.thomson-csf.com/telecoms/c_file.htm(...)
      [2]http://www.gcom.com/(...)
    • [^] # Re: question x25

      Posté par . Évalué à  2 .

      J'ai fait marcher sous Linux (2.2.14) une carte OXUS, une carte CIREL (c'est français à l'origine) et une carte EICON. Les drivers ne sont pas tous disponibles avec leurs sources et ne sont pas tous de la même qualité/finition. Je ne sais pas pourquoi mais au moins 2 sur les 3 ont besoin des Streams, plus précisément de LiS (Linux Streams), c'est dispo avec les sources (je crois que c'est libre).

      J'avais été voir le stand EICON (qui est une marque reconnue) à la Linux Expo, ils supportent Linux mais je ne sais pas si tous leurs drivers sont avec les sources. Je leur ai fait la remarque (peut-être naïve) que j'avais du mal à imaginer les secrets industriels d'un driver X25, pas vraiment une techno récente, et que je ne comprenais pas pourquoi ils ne donnaient pas les sources.
  • # Et les singes ?

    Posté par . Évalué à  8 .

    Je rajouterais le projet UltraMonkey (http://www.ultramonkey.org(...)) qui est developpé par VA Linux. Ce projet est le regroupement de LVS et de Heartbeat.
    Ceci permet de faire à la fois du Load Balancing et Haute Disponibilité.

    Les schemas sont assez biens fait et permettent de comprendre assez vite les differentes architectures possibles. Toutefois, la doc technique/install n'est pas complete à mon gout.
    Surtout au niveau parametrage des interfaces reseau. On s'emmele vite fait les pinceaux.

    A essayer tout de meme.

    Nico
    • [^] # Re: Et les singes ?

      Posté par (page perso) . Évalué à  -1 .

      Oui, il y a beaucoups de projets dans le domaine.
      J'ai pas jugé bon d'essayer de les énumérer tous. J'ai essayé de dégager les principaux dans la news.
      • [^] # Re: Et les singes ?

        Posté par . Évalué à  -1 .

        je ne critique rien... et puis les commentaires sont là justement pour pouvoir ajouter des liens, nan ? ;)
        • [^] # Re: Et les singes ?

          Posté par (page perso) . Évalué à  -2 .

          moi non plus je critiquais pas ;=) Mauvaise compréhension puisque qu'on s'exprime tous les deux parfaitement lol
  • # Attention noyau 2.4.12 sorti

    Posté par (page perso) . Évalué à  -2 .

    sortie anticipée du noyau 2.4.12, à cause d'un gros bug bloquant dans la gestion des liens symboliques dans le 2.4.11.

    il s'agit d'une nouvelle extrêmement importante, mais hélas uniquement visible dans la petite boiboite "Autres" sur linuxFR(3), et dans la petite boiboite noyau en bas.
  • # Pour info

    Posté par . Évalué à  1 .

    Redhat propose une distribution haute disponibilité.

    http://ha.redhat.com/(...)
  • # Stabilité de kimberlite ?

    Posté par . Évalué à  2 .

    J'utilise kimberlite en test sur un cluster depuis 2 semaines, il ne semble pas y avoir de problème.
    Est-ce que quelqu'un utilise ce soft en production ? Vaut mieux avoir des avis avant de lacher le serveur sur le net ;)
    Autre chose: kimberlite utilise les rawdevices, j'ai lu quelque part qu'il y avait un bug quand on utilise les rawdevices avec le support big mem ( > 1G ).
    Est-ce que c'est toujours vrai pour les derniers kernels ?

    Il existe une autre solution pour la haute disponibilité avec un disque SCSI partagé : lifekeeper:
    http://www.steeleye.com/products/linux/(...)
    mais bon, c'est un produit commercial :(
    • [^] # Re: Stabilité de kimberlite ?

      Posté par . Évalué à  1 .

      J'ai fait des essais avec 2 machines et Kimberlite l'an dernier (Kimberlite n'était pas encore en version 1.0), pour ce que j'avais essayé ça marchait (je voudrais aussi avoir une solution pour des clients). J'utilisais 2 disques SCSI partagés, montés en RAID mirroir logiciel, avec 2 cartes Adaptec Ultra-160. J'avais un problème si une machine se bloquait (ou était éteinte) car alors elle ne faisait plus la terminaison propre du bus SCSI. Il aurait fallu que je me procure un terminateur spécial capable de faire pass-through ou de prendre le relais. Je pense que pour un truc bien sérieux du Fiber Channel serait plus adapté.
      Quel type de montage (physique) disque utilises-tu ?
  • # Mosix est une solution de cluster "transparent"

    Posté par . Évalué à  7 .

    http://www.mosix.org/(...)
    Mosix est une solution de cluster "transparent".
    Toutes les applications binaires Linux peuvent
    tourner sous Mosix sans modification et en étant
    répartie sur les machines du cluster en fonction
    de leur charge.

    En un mot: génial. Et cette solution est testée et reconnue depuis plusieurs années:http://www2.physics.ox.ac.uk/datagrid/ukhepgridtestbed/talks/dave%2(...)
    • [^] # Re: Mosix est une solution de cluster "transparent"

      Posté par . Évalué à  2 .

      Mosix est-il un choix pertinent pour une utilisation web (base de données, apache)?
      Un hébergeur (comptes utilisateurs, ftp, apache, bdd, mail,...) a-t-il des avantages à utiliser mosix plutôt que LVS?
      Merci d'avance pour la réponse.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.