Le rapport Bravo est paru

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags : aucun
15
16
juil.
2009
Éducation
La mission conduite par M. Alain Bravo, directeur de Supélec, a rendu le 8 juillet son rapport au secrétariat d'État à l'Économie Numérique, rapport présenté sous le titre « La société et l’économie à l’aune de la révolution numérique, enjeux et perspectives des prochaines décennies (2015/2025) ».

Une page de présentation est disponible dans le premier lien ci-dessous.

Dans les recommandations à court terme, on peut noter
  • « Mobiliser les financements privés et publics pour relever les défis industriels du logiciel libre (...) » en « instituant au niveau européen une liste minimum de logiciels libres génériques, en particulier en bureautique, avec lesquels tout nouveau logiciel propriétaire devra être compatible sous peine de non-respect du droit de la concurrence. Cette recommandation devrait s'accompagner de l’adoption de normes internationales garantissant l’interopérabilité entre logiciels. »

  • « Adapter la protection de la propriété industrielle et intellectuelle à l’ère de la société de la connaissance, de l’économie de l’immatériel et du développement durable. », décliné notamment ensuite en « soutenant de nouvelles approches juridiques de la propriété intellectuelle issues de la pratique des logiciels libres (Creative Commons, Science Commons), en élargissant les exceptions selon l’approche du fair use2, et en redonnant un socle légal à des pratiques anciennes comme la "licence de droit" » et « en réduisant les délais d’examen de brevets déposés dans les technologies à évolution rapide comme les TICs, tout en maintenant un haut degré d’exigence pour la délivrance des brevets ».

  • « Placer le numérique (matériels, outils et contenus) au coeur de l’éducation et de la formation initiale » en « renforçant, dès l’école primaire et au collège, l'apprentissage des techniques usuelles de l’information et de la communication : (...) les logiciels libres, et en formant aux usages de l’Internet. »

Bref, à lire, faire lire et débattre !
  • # Je n'ai qu'un mot à dire

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Félicitations à M. Bravo !
    • [^] # Re: Je n'ai qu'un mot à dire

      Posté par . Évalué à 0.

      Je dirais même plus (ou moins) : bravo !
    • [^] # Re: Je n'ai qu'un mot à dire

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Ah, tu n'es pas tombé dans le piège du "Bravo à Mr Bravo" mais on sent que cela a été difficile :)

      Sinon, j'éspère que ce ne sera pas un énième rapport qui prendra la poussière sur un coin de bureau, comme cela a été trop souvent le cas lors des précédents essais. Peut-être que NKM aura l'intelligence de comprendre ces enjeux sous forme sociétal et non pas qu'économique. Après 2015, c'est peut-être encore un peu loin, les actions doivent être prises dès maintenant, et au niveau européen.
      • [^] # Re: Je n'ai qu'un mot à dire

        Posté par . Évalué à 5.

        « que NKM aura l'intelligence de comprendre ces enjeux ... » à mon avis ça ne fait aucun doute. De plus, qu'elle ne prenne en compte que les enjeux économique, ce sera déjà pas mal. Que ce soit suivi d'une politique économique cohérente et adapté, ça se serai vraiment bien, mais c'est pas gagné.
        • [^] # Re: Je n'ai qu'un mot à dire

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          A mon avis la vraie question est plus de savoir quel est le poids véritable de NKM dans les décisions qui sont prises par le gouvernement.
          • [^] # Re: Je n'ai qu'un mot à dire

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Il est clair que vu la façon dont elle a été écartée des débats sur la HADOPI (qui l'a concernait quand même un peu....) on a vraiment l'impression qu'elle n'est qu'une autre poupée du gouvernement, bonne a être agitée quand ça peut faire remonter la côte de popularité du reste de la clique. Il serait peut-être temps qu'elle monte réellement au créneau vu les enjeux qui sont derrières, "l'économie numérique" n'étant pas vraiment négligeable dans nos sociétés occidentales. Après, c'est une des rares personnes du gouvernement à laquelle j'accorde un peu de crédit, je serai donc tenté de lui accorder un peu de confiance, et j'aurai même envie de la voir réellement en action (alors que si d'autres pouvaient éviter d'agir je m'en porterai mieux). Mais un secretariat n'est pas un ministère, Hirsh a fait sa BA avec le RSA (je ne juge pas le RSA, juste le fait qu'il ai réussi à emmener son projet à terme), a elle d'en faire de même.
            De plus, le rapport de Bravo va dans l'ensemble dans le bon sens, ce qui prouve qu'elle peut s'entourer des bonnes personnes, ou du moins celle déjà techniquement "capables".
      • [^] # Re: Je n'ai qu'un mot à dire

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Certes j'ai pesé le pour et le contre, mais étant donné que je trouve ces propositions vont dans le bon sens et ne manquent pas de courage, mes félicitations sont sincères.
  • # Très bien. Mais…

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Juste un petit regret : si la « liste minimum de logiciels libres génériques » peut être une bonne chose, je suis moins enthousiaste concernant l’obligation pour les logiciels propriétaires d’être compatibles avec ceux de cette liste « sous peine de non-respect du droit de la concurrence ».

    Tout d’abord parce que le logiciel libre défend, bien plus que la gratuité, la liberté !
    S’il me parait envisageable d’imposer des standard ouverts (sans pour autant préciser lesquels) dans tous les échanges publics de documents entre entités publiques ou privées (afin de n’exclure personne), ainsi que (par bon sens) pour l’archivage au sein des institutions publiques, je trouve l’obligation générale de compatibilité excessive.
    Après tout, si une PME souhaite (exemple fantaisiste) gérer toute sa doc en interne avec MS Works (non compatible bien sûr), mais communiquer avec ses fournisseurs et client par des copies d’écran PNG, de quel droit l’en empêcherions-nous ? Et pour quelle raison pénaliserions-nous l’éditeur du produit non conforme mais malgré tout utile à certains utilisateurs dans des contextes qui ne concernent que ces utilisateurs (sans impact sur l’extérieur) ?

    Ensuite, Choisir un format et l’imposer, même un format libre, est à mon avis une mauvaise idée.
    OpenDocument est peut-être actuellement le meilleur format bureautique ouvert (quoi que cela soit discutable) mais demain peut-être subitement LaTeX/Lyx deviendront les nouveaux outils standard et il serait dommage de s’en priver (on parle là d’une vision sur 10 ou 20 ans). Idem pour tous les autres formats.

    Yves.
    • [^] # Re: Très bien. Mais…

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      D’ailleurs, pourquoi « tout nouveau logiciel propriétaire » ?

      Si on avait OpenDocument comme format retenu et que KOffice et MSOffice décidaient — c’est pour l’exemple — de suivre leurs propres voies (incompatibles), alors MSOffice, propriétaire, serait hors-la-loi, alors que KOffice, open-source, ne le serait pas ?
      C’est chercher querelle avec les éditeurs…

      Yves.
      • [^] # Re: Très bien. Mais…

        Posté par . Évalué à 3.

        Je pense qu'il serait plus simple d'imposer un format (libre de préférence), plutôt qu'un logiciel. Ainsi, quelque soit le logiciel (libre/proprio) du moment qu'il support le format, il sera autorisé. (Sauf que dans la réalité, à mon avis les administrations vont choisir un seul logiciel afin d'éviter des coûts de formation sur plusieurs logiciels).

        Et si on impose pas un format (t'as pas l'air très favorable visiblement) explique moi comment arriver à l'interopérabilité ?
        • [^] # Re: Très bien. Mais…

          Posté par . Évalué à 6.

          Imposé un format pour un usage dans une administration c'est bien et ca a du sens.

          Mais imposé un format et dire que tout les logiciel qui ne sont pas compatible sont hors la loi c'est du délire...
          -
          de 1 c'est un contraire au principe de liberté (du logiciel , ou de liberté en général).

          -et de 2 ca serai un frein a l'inovation , imagine aujourd'hui que tout les traitement de texte soit OBLIGATOIREMENT compatible avec le format odt.
          Demain un guss dans son garage révolutionne le traitement de texte avec un truc qui permet d'écrire en 3d (ceci est un exemple a la con mais bon il en faut un) et bien le gars il est bien embêté car son logiciel doit être compatible avec le format odt sinon il va en prison ....

          C'est caricatural mais c'est comme ca, pour que le libre existe il faut laisser le propriétaire être libre.
          • [^] # Re: Très bien. Mais…

            Posté par . Évalué à 2.

            Ça n'empêche en rien ton super traitement de texte de pouvoir exporter au format légal, sans les effets dans ce cas. Et si le développeur n'est pas complètement idiot il le fera : un format fermé n'est viable que si il est en situation de quasi monopole...

            C'est le cas de nombreux logiciels. Un exemple Xara , un logiciel de dessin vectoriel, utilise son propre format mais exporte en bitmap , ça n'est vraiment gênant que pour un travail collaboratif ou chacun doit utiliser Xara . Mais l'image finale est visible pas tous .
            • [^] # Re: Très bien. Mais…

              Posté par . Évalué à 2.

              un format fermé n'est viable que si il est en situation de quasi monopole...
              J'ai jamais dit que format serai fermé...
              Ça n'empêche en rien ton super traitement de texte de pouvoir exporter au format légal
              Oui rien de l'en empêche ce que je trouve abérant c'est de l'obligé a le faire sous penne de poursuite... si le mec ne veut pas le faire et reste dans sont coin il n'y a aucun raison de l'en empêcher!!
              Moi aussi je trouve qu'il devrai faire un export dans se format mais cela ne doit pas etre obligatoire, si le logiciel a une vision totalement transversale et que la sauvegarde dans un format données n'est possible que sous peine de perdre des données, cela devient discutable de l'OBLIGER a le faire.
        • [^] # Re: Très bien. Mais…

          Posté par . Évalué à 4.

          Je pense que le Monsieur a suivi la polémique sur l'implémentation du support d'ODF avec ses petites variantes dans toutes les suites bureautiques.

          Moi j'interprête ça par "plutôt que de se mettre d'accord sur un standard grâce auquel tout le monde fait un truc différent à la fin, décidons d'une implémentation de référence, et c'est celui-là qui a raison, les autres n'ont qu'à suivre ou aller voir ailleurs".

          Certes, c'est pas cool pour "les autres", mais s'il faut en arriver là pour qu'on ait vraiment compatibilité entre les suites bureautiques...
  • # Belgique

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    En Belgique, y'a-t-il une organisation comme l'APRIL pour informer nos dirigeants politiques ? Quelqu'un s'est-il chargé de communiquer ce rapport aux députés et ministres?
    • [^] # Re: Belgique

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je ne suis pas sûr que ce soit le bon jour pour communiquer avec les ministres. D'abord il faut trouver quel est le niveau de pouvoir compétent, bien que ce soit sûrement une combinaison fédéral/région/communauté, et ensuite trouver le ou les ministres qui ont l'attribution 'formats de fichiers'.

      Et ça c'est la galère parce qu'ils sont tous en train de changer...
    • [^] # Re: Belgique

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Un membre du conseil d'administration de l'April, Nicolas Pettiaux, est belge et réside en Belgique. Il a notamment travaillé sur la campagne candidats.be.
    • [^] # Re: Belgique

      Posté par . Évalué à 2.

      Le gouvernement de la région a l'air informé sur la problématique (mais je ne sais pas si c'est par une organisation comme l'APRIL, désolé):

      Dans le chapitre "inscrire la région wallone dans la société de la connaissance et de l'information" du projet de déclaration de politique régionale wallonne il y a tout une section consacrée aux logiciels libres (p. 213) avec ceci comme chapeau :

      Les standards ouverts et les logiciels libres sont des outils indispensables pour
      assurer l’accessibilité de tous aux technologies de l’information tout en
      garantissant la liberté de chaque utilisateur. Ils ont ainsi une influence sur la
      position compétitive de nos entreprises, particulièrement celle des petites et
      moyennes entreprises, et sur l’innovation technologique.


      Et suivent des engagements en 7 points.

      ([http://www.lesoir.be/mediastore/_2009/juillet/du_11_au_20/Pr(...)])

      Soit dit en passant on peut voir une évolution de l'importance consacrée aux LL depuis 2004, puisqu'on ne leur consacrait pas encore une section entière mais juste quelques lignes (p.20 et 131)

      Promouvoir de façon systématique l’utilisation des logiciels libres et des
      standards ouverts dans les administrations régionales et sensibiliser à leur
      utilisation les citoyens, les communes et les entreprises.


      Mettre en place progressivement une préférence systématique pour
      l’usage des standards ouverts et des logiciels libres dans les
      administrations de la Région wallonne ;


      ([http://www.google.com/url?sa=t&source=web&ct=res&(...)])
      • [^] # Re: Belgique

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ce serait bien que cette partie soit commune avec la communauté française, notamment pour la diffusion dans les écoles et pour la promotion par les média comme la RTBF.

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Encore un rapport pour rien ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Vu ce qu'il est advenu du rapport de la commission Attali ou encore plus récemment du f(a/u)meux RGI, on peut douter que celui-ci apporte des changements significatifs à la situation actuelle.

    En tout cas bravo pour ce beau rapport qui met en avant le logiciel libre mais qui a été créé et rédigé à l'aide de:
    * Acrobat PDFMaker 6.0 pour Word
    * Acrobat Distiller 6.0.1 (Windows)
    • [^] # Re: Encore un rapport pour rien ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Cinq mois après la parution du rapport Attali (2008), les 2/3 des propositions sont déjà appliquées. Et je ne connais pas les chiffres exact à ce jour.
      J'aimerais bien que ce rapport (Bravo) soit aussi bien appliqué que celui Attali !
      • [^] # Re: Encore un rapport pour rien ?

        Posté par . Évalué à 5.

        Une bonne partie des mesures appliquées étaient déjà engagées avant la sortie du rapport. Une autre partie a subit des « adaptations », et c'est ce qu'on peut redouter pour ce nouveau rapport. S'il s'agit de faire comme pour le RGI : proposer des mesures qui font pschitt parce que le courage d'affronter les lobbies n'est pas là, on n'aura rien gagner. Pour autant certains s'enorgueilliront de dire que les mesures auront été appliquées...
        • [^] # Re: Encore un rapport pour rien ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Que dire de nos dirigeants, sinon qu'ils se comportent depuis très longtemps comme des chiffes molles.
          Que ce soit par incompétence, naïveté ou par corruption, leur attitude est difficilement acceptable.
          • [^] # Re: Encore un rapport pour rien ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Ne tombe pas dans ce discours, Pierre — j’aime la plupart de tes posts et commentaires, mais là, il faut pas dire ça.
            Diriger un État est une chose des plus difficiles, faite de compromis, d’équilibres, de choix, qui doit tenir compte d’une multitude de problèmes et de demandes contradictoires. On avance lentement, on fait ce qu’on peut, et c’est vrai que ça va pas toujours aussi vite que le voudraient ceux qui défendent un point de vue, mais bon, c’est comme ; un point de vue unique ne peut pas toujours s’imposer, le camp propriétaire a aussi sa légitimité, et joue ses cartes à lui, et les politiques sont pris entre les deux et essayent de trouver leur voie. Mais tu sais probablement tout ça. Le mieux est de continuer le travail de fond de l’April et autre ; chaque avancée est une petite victoire, qu’il faut savourer, sans crier à la corruption et à l’incapacité.
            • [^] # Re: Encore un rapport pour rien ?

              Posté par . Évalué à 10.

              Ouai, enfin la difficulté elle a l'air d'être à géométrie variable:
              - Pour le RGI c'est vachement dur d'imposer des choix
              - Pour Hadopi par contre, tous les acteurs du net sont formellement contre, mais là on sent qu'il y a bien eu un sacré "courage" politique pour s'en foutre...
              • [^] # Re: Encore un rapport pour rien ?

                Posté par . Évalué à 4.

                Exactement ça : Hadopi, c'est une procédure dite "accélérée", si ca ne marche pas la première fois, on travaille vite sur un deuxième texte identique pour vite le refaire passer, on motive, voir, on met un grosse pression sur l'équipe pour etre présent lors du vote, etc... pour un futur résultat dont on connait tous la finalité - quasi nulle -.

                Bizarrement, le RGI, ca fait plus de 2-3 ans que ca dure et on se retrouve avec une version dépouillé de toute substance... en faveur des "propriétaires"... malgré les évidentes bonnes raisons de pousser vers de l'interopérabilité.

                Répression, oui, pas de problème, communication et échanges.... ils n'ont pas l'air de connaitre...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.