Les journaux de LinuxFr.org ont fait des petits !

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Bruno Michel, Benoît Sibaud, ZeroHeure et Nÿco. Modéré par Yvan Munoz.
38
2
mai
2017
LinuxFr.org

L’une des caractéristiques du logiciel Libre, c’est qu’on peut — et même qu’on est encouragé — à reprendre les excellentes idées. C’est très exactement ce qu’a fait Zeste de Savoir avec sa nouvelle fonctionnalité : les tribunes, qui sont directement inspirées des journaux de LinuxFr.org.

Sommaire

Qu’est‐ce donc que « Zeste de Savoir » ?

À moins que vous ne soyez déjà passé sur le site ou que vous ayez une excellente mémoire, vous ne savez sans doute pas ce qu’est Zeste de Savoir.

C’est un site communautaire gratuit et sans publicités de partage de connaissances (au sens large du terme, même si dans les faits on y trouve principalement de l’informatique et des sciences). On y trouve des contenus de préférence sous licence libre (mais on ne force la main à personne) et des forums d’entraide. Le code du site est sous licence GPL v3, et le tout est piloté par une association à but non lucratif (loi 1901 en France) pour garantir que tout ça restera gratuit1.

Notez aussi que Zeste de Savoir est une initiative créée par une bonne partie du staff démissionnaire du Site du Zéro, qui a donc repris certaines organisations de l’ancienne version du site. Si OpenClassrooms et Zeste de Savoir ont pris des directions très différentes aujourd’hui, cet historique a un impact direct sur le sujet des tribunes.

Les tribunes : pourquoi ?

Or donc, au commencement étaient les Contenus (articles et tutoriels, directement inspirés du découpage de feu le Site du Zéro), et les Forums. Ces derniers sont des forums tout ce qu’il y a de plus normaux : tout le monde peut les lire, et il suffit de s’inscrire au site pour pouvoir y participer. Les Contenus, eux, sont présentés comme chacun sur leur page spécifique et se veulent un minimum pédagogique et véridique. Pour ce faire, ils sont validés ; c’est‐à‐dire qu’ils sont relus et retravaillés avec une équipe de bénévoles, pour arriver à la meilleure qualité possible. C’est semble‐t‐il efficace, mais très (trop) long.

Il manquait donc un moyen de partager un retour d’expérience, de donner son opinion quant à une actualité, de donner un lien intéressant… En bref, de publier simplement des contenus qui peuvent intéresser les lecteurs, mais qui ne nécessitent pas spécialement d’interaction avec les autres membres.
Or, LinuxFr.org a une fonctionnalité qui répondait bien à ce besoin : les journaux. Vous les connaissez bien : l’auteur écrit son blabla (que ce soit un lien tout seul ou un gigantesque pavé), et c’est immédiatement lisible pour les membres, qui peuvent réagir (ou pas).

Nous savions que LinuxFr.org, de par sa nature même, nous encourageait à reprendre les idées2 et les adapter à Zeste de Savoir. Il ne restait plus qu’à débattre des détails et de l’implémentation, et à réaliser tout ça.
Enfin, « plus qu’à… », c’est facile à dire. Comme tout site géré de manière communautaire, l’idée a commencé à générer des pages de considérations diverses, puis il a fallu attendre que l’infrastructure permette d’ajouter facilement la fonctionnalité, puis trouver des personnes motivées et disponibles pour le développement. Un rapide calcul nous montre que « plus qu’à » vaut à peu près deux ans et demi.

Le vocabulaire choisi est différent de celui d’ici : sur Zeste de Savoir, chaque membre a une tribune dans laquelle il peut publier des billets.

Les tribunes : comment ?

D’un point de vue technique et fonctionnel, les tribunes sont un type de contenu un peu spécifique. Voici ce que ça implique :

  • c’est du contenu au format Markdown, enregistré sur le disque (et non en base de données) et exportable sous divers formats (EPUB, HTML, PDF, quand ça sera réparé…) ;
  • le contenu est historisé via Git, comme tous les contenus éditoriaux du site ;
  • l’auteur publie ses billets dans sa tribune quand il en a envie (il y a donc possibilité de faire des brouillons) ;
  • le staff du site peut modérer des billets qui contreviendraient aux CGU ; c’est une modération a posteriori ;
  • si une tribune est intéressante, elle peut être mise en avant sur la page d’accueil. Actuellement, c’est manuel et à la discrétion du staff, mais il y a eu diverses propositions d’algorithmes ;
  • si le sujet s’y prête, la tribune peut être transformée en article — l’équivalent zestien de la transformation d’un journal en dépêche ;
  • les membres peuvent commenter chaque billet — exactement comme ici ;
  • les billets sont rangés dans des catégories et peuvent être étiquetés (« tagués ») ;
  • l’auteur peut choisir sa licence préférée pour son billet (toutes les Creative Commons, et le copyright).

Les tribunes vs journaux : fight !

Vous l’avez lu dans la section précédente, les tribunes de Zeste de Savoir ont beaucoup en commun avec les journaux de LinuxFr.org. Mais il y a aussi des différences, en voici quelques‐unes :

  • le contenu est structuré — ce qui est aussi un inconvénient : à l’heure actuelle, la rédaction est un peu compliquée, un développement est en cours pour simplifier ça ;
  • comme les billets sont des contenus (au sens technique), on peut les rédiger à plusieurs ;
  • les commentaires, comme partout sur Zeste de Savoir, sont linéaires alors qu’ils sont arborescents ici ;
  • comme ici, les étiquettes (tags) sont facultatifs ; mais il est obligatoire de ranger son billet dans au moins une catégorie ;
  • les billets peuvent être présents sur l’accueil du site ;
  • la liste des billets ne permet pas d’en lire les chapeaux ;
  • il n’y a pas (encore) de mécanisme permettant de plussoir ou moinser les billets.
  • le vocabulaire choisi ne permet pas d’écrire « Bonjour, Nal ! ».

Ça ne veut pas dire que l’une ou l’autre version est meilleure, mais que des choix différents ont été faits. Peut‐être que ça vous donnera des idées en retour, qui sait ?

Merci pour l’idée !

Cette dépêche, c’est aussi et surtout l’occasion de vous remercier — oui, vous, les moules de LinuxFr.org — pour avoir conçu et réalisé un système qui répondait à notre besoin, pour avoir prouvé depuis des années qu’il fonctionne et pour l’avoir placé sous licence libre ; ce qui nous a permis de repomper ses concepts sans avoir à faire la part entre ce qui tient de l’idée non soumise au droit d’auteur et ce qui tenait de l’implémentation protégée.
Rien que ça permet de faire avancer les autres, c’est un mode de partage, semble‐t‐il, assez peu reconnu en tant que tel, et qui pourtant est très important. La preuve : il n’y aurait pas autant « d’inspirations » douteuses et d’espionnage industriel sinon !


Cette dépêche est placée sous licence Creative Commons Paternité 4.0 (CC-BY 4.0).


  1. L’association en elle‐même ne garantit pas la gratuité — une association à but non lucratif peut parfaitement vendre quelque chose, tant que le but n’est pas de faire de l’argent pour l’argent. Cependant, les statuts de l’association garantissent cette gratuité via l’article 2 ; ils pourraient bien entendu être modifiés, mais ceci serait bien plus compliqué qu’une simple décision d’un dirigeant. 

  2. Hélas, nous n’avons pas pu reprendre le code directement, pour cause d’incompatibilité de langages de programmation. 

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.