Les primaires parisiennes de l'UMP par internet

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
8
15
mai
2013
Internet

Les élections municipales françaises de 2014 approchant, les partis politiques devront choisir leurs candidats. C'est dans ce contexte que l'Union pour un mouvement populaire (UMP) a décidé, comme l'avaient fait avant lui le Parti socialiste et le Parti radical de gauche pour l'élection présidentielle de 2012, de faire des primaires ouvertes pour la ville de Paris.

Le principe est simple : l’élection est ouverte à tous les Parisiens électeurs à Paris et qui se seront préalablement inscrits sur le site de la primaire. L’inscription se fait exclusivement par Internet jusqu’au 28 mai 2013 à 19h et coûte 3 euros. Il y a six candidats à départager.

C'est là que le bât blesse : « vote démocratique » et « Internet » ne font pas bon ménage. Comme pour n'importe quel vote sur un ordinateur, il sera impossible de participer ou de contrôler le dépouillement. Impossible de savoir si ce qu'on choisit sur l'ordinateur est bien pris en compte. Impossible de savoir si un élément technique (client, serveur, élément réseau) n'a pas bugué ou n'a pas été piraté. De plus, le vote par Internet ne garantit pas que c'est vraiment l'électeur qui vote ou qu'il ne vote pas sous la contrainte. Il donne également la possibilité de violer le secret du scrutin.

NdM : à noter que deux cent mille Français à l'étranger sont susceptibles de voter par internet lors des législatives partielles dans le scrutin 1er tour ouvre le 14 mai.

Les médias sont les grands absents de ce questionnement sur la validité d'un tel vote. Lorsque cette primaire est abordée, il n'est malheureusement jamais dit que le candidat désigné ne sera en rien légitimé par un tel vote.

Rappelons que l'UMP a un tout un historique avec les ordinateurs de vote. Le vote électronique a déjà été utilisé pour des élections internes. Le député-maire d'Issy-les-Moulineaux, André Santini, est un fervent promoteur du vote électronique. Les nombreux agréments permettant d'utiliser des ordinateurs de vote pour les élections républicaines avaient été pris en 2003 par le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. Son successeur François Baroin avait ensuite agréé de nouvelles machines en avril 2007, dans les jours précédant l'élection présidentielle. Lors de cette élection présidentielle de 2007, seul le candidat de l'UMP avait soutenu le vote électronique.

Le principal adversaire de la favorite Nathalie Kosciusko-Morizet, Pierre-Yves Bournazel, a déclaré faire confiance au scrutin (dans l'émission « On n'est pas couché » sur France2). Heureusement, même à l'UMP le questionnement existe : le bureau politique de l’UMP avait entériné le retour au vote manuel et l’abandon du vote électronique pour l'élection du chef de parti en 2012.

Bref, n'hésitez pas à signaler à l'UMP, à ses militants et ses électeurs vos craintes sur ce sujet. Parlez autour de vous du danger du vote sur Internet ! Il s'agit là d'une élection locale pour un parti, mais ce genre de pratique pourrait être massivement généralisé dans les prochaines années.

NdM : le vote par internet est déjà présent pour les législatives des Français de l'étranger et pour diverses élections professionnelles.

  • # Élections, piège à cons ?

    Posté par . Évalué à 5.

    Heureusement, même à l'UMP le questionnement existe : le bureau politique de l’UMP avait entériné le retour au vote manuel et l’abandon du vote électronique pour l'élection du chef de parti en 2012.

    C'est vrai que ça avait bien marché.

  • # Dans le contecte des fraudes à l'UMP...

    Posté par . Évalué à 6.

    Le vote électronique crée sûrement des problèmes moraux pour l'UMP, mais c'est probablement le cadet de leurs soucis. D'abord parce que l'enjeu du scrutin est faible : les ténors du parti ont déjà adoubé la favorite. Ensuite parce que l'UMP est bien habituée aux fraudes. Par exemple, lors de l'élection récente du président de l'UMP, un tiers des votants a voté par procuration, avec des pics incroyables dans certains bureaux. Et des milliers d'irrégularités de procédures ont été relevées par les deux candidats au poste. Pour les responsables de l'UMP, peu leur importe la fraude du moment que la candidate prévue est élue largement. Tant mieux si la fraude amplifie la victoire. Et tant pis si le vote électronique coûte plus cher qu'un vote purement physique. Au moins, ils pourront se vanter d'être "modernes".

    Pour les législatives, c'est autrement plus grave. En 2007, ça avait déjà été une catastrophe. Une appli développée par une boîte privée, hébergée sur des serveurs espagnols, requérant du client une vieille version de Java, et avec au moins une faille exploitée en conditions réelles.

    PS : Je ne dénigre pas l'UMP en particulier, car pour ce que j'en sais, le fonctionnement des autres partis est du même genre. Dès qu'il y a un enjeu de pouvoir ou d'argent, peu de contrôle et quasiment pas de sanctions, il est naturel que les gens trichent ou abusent. Le principe s'applique bien au-delà des élections internes (bavures policières, corruption politique, conditions de travail, etc).

    • [^] # Re: Dans le contecte des fraudes à l'UMP...

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      En 2007, ça avait déjà été une catastrophe.

      Non, c'était en 2012. Là il y a une législative partielle suite à deux invalidations. Et c'est la même solution technique qui est en place.

      nb: je suis, comme en 2012, délégué à l'unique bureau de vote électronique pour A. Guillard - au passage ex-président de Parinux -, candidat du Parti Pirate dans la 8è circonscription, et là je dois me rendre au Ministère des affaires étrangères pour l'ouverture du scrutin électronique 1er tour à 12h.

      • [^] # Re: Dans le contecte des fraudes à l'UMP...

        Posté par . Évalué à 5.

        Oui, 2012, bien sûr. Désolé pour le lapsus. Dans ma tête, le dernier duo électoral ne s'est pas bien imprimé ; sans doute que je n'ai pas bien vu le changement annoncé ;-)

  • # Pourquoi faire simple

    Posté par . Évalué à 6.

    Il y a un petit amalgame entre vote à distance (ou par correspondance) et vote électronique. Il est probable que les inconvénients de ces 2 modes se cumulent contrairement à leurs avantages.

    Le défaut insurmontable du vote électronique est qu'il est contraire au 1er principe de la démocratie, qui est que le recueil de la volonté du peuple doit compréhensible et contrôlable par tous le monde.

    On peut expliquer à un enfant de primaire comment se déroule une élection et lui montrer lors d'un vote manuel que l'explication correspond à la réalité. Pour le vote électronique il faut croire les experts.

    • [^] # Re: Pourquoi faire simple

      Posté par . Évalué à 2.

      Le défaut insurmontable du vote électronique est qu'il est contraire au 1er principe de la démocratie, qui est que le recueil de la volonté du peuple doit compréhensible et contrôlable par tous le monde.

      Si le vote est secret oui, sinon non. Le vote est secret pour éviter des pressions. Ce qui fait que tu peux très bien recevoir une enveloppe de 1000€ pour voter pour untel et, dans l'isoloir, voter pour machin.

      Dans le cas d'un vote de militants, je n'ai aucune objection à ce que le vote ne soit pas secret (ce qui, au passage, éviterait des épisodes déplorables)

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: Pourquoi faire simple

        Posté par . Évalué à 2.

        Le vote est secret pour éviter des pressions. Ce qui fait que tu peux très bien recevoir une enveloppe de 1000€ pour voter pour untel et, dans l'isoloir, voter pour machin.

        Dans le cas d'un vote de militants, je n'ai aucune objection à ce que le vote ne soit pas secret (ce qui, au passage, éviterait des épisodes déplorables)

        J'ignore ce que tu entends par épisodes déplorables, mais l'enveloppe de 1000€ me parait une objection non négligeable..

        • [^] # Re: Pourquoi faire simple

          Posté par . Évalué à 1.

          J'ignore ce que tu entends par épisodes déplorables, mais l'enveloppe de 1000€ me parait une objection non négligeable..

          Pour une élection où tout le monde est convié, oui, l'enveloppe est une objection plus que pertinente, dans le cas de militants encartés ump (sachant que c'est généralement payant), on a à faire avec des gens impliqués dans le mouvement, et qui n'ont pas honte de leur conviction (sinon ils n'auraient pas payé la carte du Parti). Bref on est pas dans la même problématique, ou du moins dans les endroits que je fréquente, les militants sont appelé à participer et non entériner le choix du chef. Si lors des réunions je prend position pour bidule, ou propose des choses qui vont plus dans le sens de bidule, et qu'aux primaires je vote trukmuche en total désaccord avec mes prises de positions ça va se voir. Ensuite si on vient me voir avec une enveloppe de 1000€ je l'accepte et je l'accuse d'avoir voulu m'acheter avec 500€ (que je rends, bien évidemment) ;)

          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

      • [^] # Re: Pourquoi faire simple

        Posté par . Évalué à 4.

        Ce qui fait que tu peux très bien recevoir une enveloppe de 1000€ pour voter pour untel et, dans l'isoloir, voter pour machin.

        Ben non, faut pas croire que les corrupteurs sont idiots. Quand on lit les rapports d'observateurs, par exemple aux dernières élections nationales mexicaines, on voit qu'il existe des astuces pour assurer le retour sur investissement.
        Par exemple, un scrutateur vérifie que tu prends bien un bulletin de chaque candidat, et son acolyte récupère les bulletins inutilisés à la sortie. Autre possibilité : on prévient qu'il y a des caméras miniaturisées cachées dans les isoloirs. C'est peut-être du bluff, mais le votant n'est pas forcément prêt à miser sa vie là-dessus.

        À Corbeil-Essonnes, les enveloppes de Dassault qui auraient circulé (instruction judiciaire en cours) n'étaient apparemment pas destinées à de simples électeurs, mais à des "rabatteurs" chargés de propager la consigne de vote par différents moyens.

        • [^] # Re: Pourquoi faire simple

          Posté par . Évalué à 2.

          Oui enfin tu peux aussi venir avec les bulletins qui t'ont été envoyé par la poste, ou du moins celui qui t’intéresse, ou au pire mettre un bulletin blanc dans l'enveloppe, voir récupérer un des bulletins dans la poubelle de l'isoloir ;)

          Il manque le coup de la caméra cachée, mais y a pas 50 angles de possibles, suffit de bien s'affaler sur la tablette pour plier proprement le bulletin pour voter ce qu'on veut.

          Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

          • [^] # Re: Pourquoi faire simple

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Il manque le coup de la caméra cachée, mais y a pas 50 angles de possibles, suffit de bien s'affaler sur la tablette pour plier proprement le bulletin pour voter ce qu'on veut.

            Sauf qu'on peut très bien imaginer que si tu fais un coup pareil, on te réserve le même sort que si tu vote pour un autre candidat.

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Pourquoi faire simple

      Posté par . Évalué à 4.

      Pour le vote électronique il faut croire les experts.

      Non seulement, mais en plus il est relativement aisé de les abuser.

  • # rectif ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    "Le principal adversaire de la favorite Nathalie Kosciusko-Morizet, Pierre-Yves Bournazel, a déclaré faire confiance au scrutin"

    Si ma mémoire est bonne (et ce que je trouve en cherchant sur internet) confirme qu'au contraire, pendant cette émission, il a exprimé l'avis inverse: qu'il était contre.
    Sur son site web, il le dit clairement: http://www.bournazel2014.fr/mairie-de-paris-un-systeme-de-vote-qui-divise/

    "L’UMP annonce des primaires ouvertes pour la mairie de Paris du 31 mai au 3 juin prochain. Les votes seront électroniques, payants et le corps électoral sera figé. Un manque de transparence que dénonce Rachida Dati, Jean-François Legaret et Pierre-Yves Bournazel."

    • [^] # Re: rectif ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Il me semble qu'il n'a rien contre le vote électronique en soi, ce sont les modalités d'organisation qui lui déplaisaient. Extraits de son blog :

      • 26 février : « Si je ne suis pas hostile au recours à un scrutin électronique, un tel procédé devrait être accompagné des garanties de transparence et d’équité les plus solides pour emporter mon adhésion. »
      • 15 mars, sur i-Télé : avec 2 autres candidats, il se dit opposé au vote électronique prévu par l'UMP.
      • 15 mars, dans Le Point : Q. Qu’est-ce qui vous pose problème dans l’organisation de la primaire ? R. « Le point d’achoppement essentiel, majeur, c’est que l’UMP décide de figer le corps électoral en obligeant les électeurs à s’inscrire un mois avant le vote. »
      • 24 mars, dans Métro : « Dans l’absolu j’aurais préféré un vote papier. Cela a été une réussite lors de la primaire du Parti socialiste pour la présidentielle. Mais les organisateurs souhaitent mettre en place un vote électronique. J’en accepte les conditions car il faut avancer. »
      • 5 mai, dans On n'est pas couché : il "fait confiance" au scrutin électronique.
      • [^] # Re: rectif ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Voici ses propos dans l'émission (cf vers la 32e minute) :

        « - Moi j'aurais voulu un autre système, le vote papier comme les socialistes, au lieu de ça, il y a un vote électronique (…)
        - Est-ce que vous pensez qu'il va y avoir de la tricherie ?
        - J'espère que non.
        - Est-ce que vous pensez que c'est possible ?
        - J'ai décidé de faire confiance au système. »

        • [^] # Re: rectif ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          • J'ai décidé de faire confiance au système. »

          Elle est belle celle la.
          On ne décide pas d'avoir confiance ou pas, on a confiance ou pas.
          Traduction de sa phrase : je n'ai pas confiance mais je me couche.

          • [^] # Re: rectif ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Et pour arriver au statut de "on a confiance" ou "on n'a pas confiance", en partant d'un état initial où on ne s'est pas encore posé la question, il ne faut pas décider d'aller vers l'un ou l'autre état ? (en étant aidé par d'autres éléments, technique, philosophiques, astrologiques, religieux, qu'importe)

            Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

            • [^] # Re: rectif ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Traduction de sa phrase : je n'ai pas confiance mais je me couche.

              C'est tout à fait cela, et en plus, il faut l'entendre le dire : on sent bien qu'il y a un point final après cette affirmation et qu'il préfère changer de sujet. L'animateur (ou est-ce un chroniqueur?) a d'ailleurs changé de sujet juste après cette phrase.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.