Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

Posté par . Modéré par Fabien Penso.
Tags :
0
3
déc.
2002
Communauté
Avec ce "melting pot" de prétextes pour se voir et de s'émouvoir, nous entendons rappeler ce bon vieux principe hacker : l'information veut être libre. Elle ne le doit pas, sur le mode d'une injonction impuissante, elle le veut, parce que l'enjeu politique est celui de notre liberté de circuler, de penser, de coder, de parler, d'aimer, de créer, d'innover. L'information veut être libre, parce qu'elle ne peut être soumise ni aux diktats marchands, ni aux injonctions policières.

La zelig.rc2 est organisée par : Bugbrother, CNT-SII, Fédération informatique et libertés (FIL), Globenet, LSIjolie, Madchat Reposito, nettime-fr, pRiNT, Ras l'Front, samizdat.net, Les Virtualistes, et des individu(e)s, monstres, mutant(e)s et cyborg... Avec le soutien de : April (association pour la promotion et la recherche en informatique libre), l'Autre Net, Fédération anarchiste, Ouvaton, Observatoire du droit des usagers (ODU), Pl@cenet.

NdM: ceux qui n'apprécient pas de voir les logiciels libres se faire politiser, quelque soit la tendance, risquent de s'étouffer...
  • # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

    Posté par . Évalué à 1.

    le lien qui marche serais plutôt "http://www.zelig.org/index_fr.php3"....(...)
  • # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

    Posté par . Évalué à 3.

    NdM: ceux qui n'apprécient pas de voir les logiciels libres se faire politiser, quelque soit la tendance, risquent de s'étouffer...

    D'ailleurs, le fondateur de la Free Software Foundation, un certain RMS, est violemment apolitique...
    • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Moi aussi, et je suis assez étonné de voir l'APRIL volontairement s'afficher à côté d'association anarchiste. Pour ma part en tout cas LinuxFr ne s'affichera jamais avec une quelconque association politique, quelle qu'elle soit, anarchiste, de gauche ou de droite.

      Je trouve ça d'ailleurs assez malsain, ça me rappelle une fois à une conférence ou un communiste indiquait que le libre finalement était développé dans les mêmes idées, en tentant de reprendre à son profit le mouvement du libre.

      Ce qui n'empeche pas que j'irai sans doute à nozelig, et que ces associations ont toute ma sympathie (ce qui ne sous entend pas que je suis d'accord), mais je pense que c'est deux choses différentes, et que vouloir les mélanger me semble un peu dangeureux.
      • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

        Posté par . Évalué à 3.

        Oups, excuse-moi, quand je disais que RMS était "violemment apolitique", c'était ironique. Suffit de voir sa page perso ;)

        Maintenant, c'est vrai que l'orientation politique du logiciel libre ne transparait pas sous forme d'attachement à une tendance politique précise, et c'est une bonne chose. Par contre le logiciel libre est depuis le début une construction politique et morale, et c'est ça qui le sauve à mon sens du discours insipide et servile de l'OpenSource. Je n'ose imaginer ce que serait la portée philosophique du Libre et son impact sur les informaticiens s'il n'y avait eu que des Eric Raymond et des VA Linux. Probablement pas grand'chose.
        • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

          Posté par . Évalué à 1.

          Mouais, mieux vaut être récupéré par les cocos que par la NRA ; )
          • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

            Posté par . Évalué à 1.

            Ta remarque est assez marrante. il me semble que notre "ami"
            Eric Steven Raymond (the cathedral & the bazaar) aime bien les armes.

            Plus serieusement j'ai l'impression qu'en ce moment tout le monde voit le mal partout des qu'on prononce le mot politique ou qu'on fait parti d'une asso/organisation qui a des idees.
            pour revenir a la zelig c'est vrai que ca me fait bizarre de voir la CNT mais bon. la zelig a un rapport avec les logiciels libres mais c'est pas que ca : l'information veut etre libre ils disent :)

            un autre truc qui m'interpel niveau LL et politique c'est que les logiciels libres sont autant de "gauche" que "liberals de droites" :)

            voili voilo
            • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

              Posté par . Évalué à 1.

              Ta remarque est assez marrante. il me semble que notre "ami"
              Eric Steven Raymond (the cathedral & the bazaar) aime bien les armes.


              http://tuxedo.org/~esr/guns/(...)

              Une citation (d'ESR) qui résume tout:

              « Geeks and guns are a natural match. Open-source software is about getting freedom; personal firearms are about keeping it. »

              Vous parliez de politisation du logiciel libre? (Oups pardon, open-source)
              • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                Posté par . Évalué à 1.

                ouais c'etait cette page que je cherchais et que j'ai pas retrouve.
                comme quoi les geek qui font de dev freesoftware ou opensource sont pas tous des gauchos .... quoi que c'est peut etre une nouvelle difference entre le free et l'open ?
                • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                  Posté par . Évalué à 1.

                  oui mais en même temps, ESR se considère anarchiste. mais il ne m'a pas l'air très anticapitaliste.
                  • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                    Posté par . Évalué à 1.

                    « oui mais en même temps, ESR se considère anarchiste. mais il ne m'a pas l'air très anticapitaliste. »

                    C'est parce qu'il n'est pas anarchiste au sens où tu l'entends, c'est à dire au sens encore en vigueur en Europe.

                    Aux États-Unis, être anti-capitaliste, c'est comme un crime (pas légalement, mais en pratique). Souvent, les termes « anarchiste » ou « libertaire » y ont un autre sens. En particulier, il y a ce qu'on appelle les anarcho-capitalistes. Ces gens se sont limités à la définition d'anarchie qu'on peut trouver dans un dictionnaire bâclé, et ont conclu que ça voulait dire « Absence de l'État ». Leur conception du terme « anarchie » ne va pas au-delà. Ce sont donc en fait des capitalistes, qui considèrent l'action de l'Etat nuisible, et qui souhaitent sa disparition ou son affaiblissement tout en maintenant les bases capitalistes, la propriété privée, l'économie libérale, etc. Ce qu'ils souhaitent correspond en quelque sorte à un monde où règne la « loi du plus fort », la règle du jeu correspondant à l'économie actuelle.

                    Souvent les anarcho-capitalistes, trouvant sans doute qu'il est inconcevable d'être de gauche, se nomment tout simplement « anarchistes ». Ce qui est un contre-sens total. Tu trouveras plus d'infos dans la FAQ anarchiste, il me semble qu'à l'origine elle a été créée pour rectifier les confusions liées à cette utilisation du terme.

                    (désolé, c'est pas d'ma faute si ya pas de -1)
                    • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                      Posté par . Évalué à 2.

                      oui je sais, anarcho-capitaliste est une oxymore ;)
                      et j'ai aussi lu la FAQ anarchiste ( apt-get install anarchism :)
                    • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                      > C'est parce qu'il n'est pas anarchiste au sens où tu l'entends, c'est à dire au sens encore en vigueur en Europe.
                      C'est surtout parce que c'est un blaireau au niveau politique.

                      Quand au sens de l'anarchisme, il est défini par ceux qui ont forgé le concept, les théoriciens, par ceux qui l'animent, les militants d'hier et d'aujourd'hui, pas par les clampins en mal d'inspiration qui se contentent d'y faire référence pour tout et n'importe quoi.

                      De même que rien d'empêche Le Journal du Net et consorts de parler de Linux sans rien y connaitre, pour ceux qui aiment les analogies.

                      >En particulier, il y a ce qu'on appelle les anarcho-capitalistes.
                      Faudrait quand même relativiser leur importance par rapport à l'histoire sociale, même si l'on considère uniquement les Etats-Unis à l'heure d'aujourd'hui: rien, nada, que dalle.
      • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

        Posté par . Évalué à 5.

        Au contraire ! Il faut mélanger le mouvement du libre avec les mouvements politiques (au sens noble du terme, il ne s'agit pas de s'affilier avec quelque parti que ce soit) ! Les problèmatiques qu'on y retrouve peuvent souvent se recouper, et il est ainsi possible de trouver d'évoluer plus vite, et tous ensemble. Souvent, l'approche purement "informaticienne" qui consiste à séparer le mouvement du logiciel libre de tout ce qui se passe dans le reste du monde ne mène pas bien loin, il y a presque forcément un élargissement nécessaire pour appliquer pleinement la logique contenue dans le logiciel libre (et ceci, sans forcément proposer une interprétation unique et fermée de cette logique: des gens différents font du LL pour des raisons différentes, mais leurs raisons se recoupent quand même généralement sur plusieurs points).
        Pourquoi ce discrédit de la politique dans le mouvement du logiciel libre ? Faire de la politique n'est pas devenir un homme politique ou un militant, c'est juste essayer de construire, de reprendre prise sur le monde qui nous entoure. Cela n'implique pas de devenir dogmatique, fermé, manipulateur ou quoi que ce soit d'autre, cela peu même être épanouissant pour soi et pour les autres.
        Concernant le danger de récupération que tu souligne, pour être impliqué dans un collectif cité dans la news (pRiNT pour ne pas le nommer), je peux de témoigner que le problème est plutôt de convaincre des gens de la CNT, par exemple, de la pertinence de s'engager dans l'informatique, et ce sont généralement des geeks qui font ça, alors le risque de récupération est relativement faible, d'autant que, contrairement à des partis, les orgas participant à la zelig.RC2 n'ont pas pour habitude de récupérer des mouvements pour leur propre profit. Donc, le danger me paraît faible.
      • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

        Posté par . Évalué à 2.

        c'est vrai que dire que le LL est dans le même fil que le communisme, c'est énorme. Par contre j'ai personnellement des opinions assez anar, et j'avoue que LL et anarchisme se "marrie" bien. Disons que ce sont deux philosophies qui partagent pas mal de concepts, notamment au niveau ethique.
        • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

          Posté par . Évalué à -1.

          > c'est vrai que dire que le LL est dans le même fil que le communisme

          > Par contre j'ai personnellement des opinions assez anar, et j'avoue que LL et anarchisme se "marrie" bien.

          Tu dénies aux communistes un droit que tu t'arroges là. Je crois aussi que tu te trompes sur la réalité moderne de l'anarchisme. L'anarchisme combat les règles pour ce qu'elles sont : une limitation. En poussant le raisonnement le principe anarchiste est un principe d'effondrement qui ne construit rien derrière (on est loin des dialectiques hegelienne et marxiste), un nettoyage par le vide. C'est ce que veulent les néo-libéraux de tout poil qui sont eux les VRAIS anarchistes modernes, un état de jungle où règne la loi du plus fort. Eric Raymond est je pense dans le même mouvement (il dit, si je me souviens bien, se considérer comme un "libertarian", ce qui ne veut pas forcément dire "libertaire" mais plutôt "libéral", et encore dans un sens extrêmiste, surtout corrigez-moi si je me trompe).

          Aussi je ne vois pas trop le rapport avec le monde du LL qui à l'inverse essaye d'organiser le chaos en un esprit communautaire mais qui par sa diversité, sa force, echappe à tout prosélytisme. Je te renvoie au "Contrat Social" de Debian par exemple.

          Et oui, le bien ne porte pas forcément les mêmes habits qu'autrefois, faut se méfier.
          • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

            Posté par . Évalué à 0.

            Tu dénies aux communistes un droit que tu t'arroges là

            Il n'accordait pas un droit, il exprimait juste une opinion. Pas de quoi en faire un fromage ;)

            Pour le reste, les définitions de l'anarchisme, tout ça, je pense pas que ce soit dans le sujet, mais tu peux aller faire un tour sur le site Web de la CNT (http://www.cnt-f.org/(...)) pour voir si c'est vraiment des "néo-libéraux de tout poil".
            • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

              Posté par . Évalué à 1.

              Il n'accordait pas un droit, il exprimait juste une opinion.

              Je me suis mal exprimé avec ce mot droit, mais c'est évidemment dans le sens opinion que je l'entendais aussi. Et j'exprimais la mienne en suivant en mettant en relation le concept d'anarchie avec celui de ll (ou ce qui me semble être tel). Je ne suis donc pas vraiment dans le sujet nozelig, mais c'est pas moi qui a commencé hein ;-).

              J'espère que personne ne prend trop au pied de la lettre l'affirmation d'apolitisme du GNU. Car même si cela ne ressemble pas à un courant "politique" ou "idéologique" courant, le GNU et autres courants du libre proposent tout de même des modèles d'organisation communautaire, un certain esprit etc. Donc un construit social et politique, tout alternatif qu'il soit. Partant de là on est très loin de l'anarchisme qui prône à fois la suppression de toute autorité étatique (chaque projet libre est régit selon des règles, avec une hiérarchie) et l'élimination de tout pouvoir disposant d'un droit de contrainte sur l'individu (la GPL est une licence très protectrice mais aussi très contraignante, attention je ne critique pas, je constate... et apprécie aussi)

              Pas de quoi en faire un fromage ;)

              C'est pour ça que je m'arrête là :) Mais il me semble tout de même important de replacer le débat des ll au niveau des idées, de la réflexion politique. Les mots sont très importants et ils sont de plus en plus galvaudés et méprisés, tout comme les idées au profit de la religion moderne de l'individualisme et du pragmatisme. Le monde du logiciel libre en sa base populaire (ici, par exemple, sur linuxfr où il me semble qu'il doit pouvoir se dérouler aussi des réflexions d'ordre philosophique avec maniement de concepts, meta-discours etc. ; et oui il y a aussi des littéraires dans le ll :)) est très pauvre en terme de réflexion de haut niveau. Je remercie d'ailleurs mon premier interlocuteur d'avoir placé le débat à ce niveau, ça fait plaisir :)

              Je ne pourrai pas être à la nozelig mais je suis de tout coeur avec eux, que des débats puissent naître de belles actions pour le bien de l'homme ! Et oui la praxis est toujours là présente ! Qu'elle continue à nous animer !

              Sergi

              P.S. : excusez l'emphase de la fin, j'ai succombé au plaisir de bien écrire, ça nous changera ;)
              • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                Posté par . Évalué à 1.

                « Partant de là on est très loin de l'anarchisme qui prône à fois la suppression de toute autorité étatique (chaque projet libre est régit selon des règles, avec une hiérarchie) »

                Il y a une hiérarchie tout à fait acceptée dans les projets, et elle n'est pas autoritaire. Personne n'est obligé de l'accepter : il suffit de forker le projet.

                « l'élimination de tout pouvoir disposant d'un droit de contrainte sur l'individu (la GPL est une licence très protectrice mais aussi très contraignante »

                En situation d'anarchie, les libertés de la GPL seraient tout simplement automatiques. Pour tout logiciel existant : droit d'utiliser, de modifier, de redistribuer, etc. Ce que tu dis est faux, tu fais même du contre-sens complet.

                « Mais il me semble tout de même important de replacer le débat des ll au niveau des idées, de la réflexion politique. »

                Alors commence par ne pas te tromper en nommant les idées et les théories politiques. Là tu te plantes complètement.
                • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                  Posté par . Évalué à 0.

                  Il y a une hiérarchie tout à fait acceptée dans les projets, et elle n'est pas autoritaire.

                  J'ai pas dit autoritaire j'ai dit autorité. Nous disons la même chose mais pas avec les mêmes mots.

                  Ce que tu dis est faux, tu fais même du contre-sens complet.

                  La GPL a une contrainte : celle de redistribuer son code. C'est une contrainte positive qui agit contre les dérives de la liberté à tout craint, celle de faire n'importe quoi avec la création d'un programmeur. Je ne pense pas faire de contre-sens, sans être un spécialiste de la GPL.
                  • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

                    Posté par . Évalué à 1.

                    « J'ai pas dit autoritaire j'ai dit autorité. Nous disons la même chose mais pas avec les mêmes mots. »

                    Dans ce cas l'« autorité » dont tu parles n'est pas du tout contraire aux principes de l'anarchie. Je pense que dès qu'un groupe de personnes s'organise autour d'un projet commun, il est normal de déléguer différents travaux et responsabilités à différentes personnes. Peut-on sérieusement s'opposer à ça ? Par contre, le « pouvoir » des délégués en anarchie doit être révocable. Et là je te dis que le fait que n'importe qui (et en particulier n'importe quel sous-groupe du projet initial) puisse forker le projet, sans contrainte, est une forme de révocabilité.

                    « La GPL a une contrainte : celle de redistribuer son code. »

                    Elle n'oblige pas à redistribuer son code. Elle implique que si tu redistribues un travail dérivé, alors celui-ci doit conserver sa licence initiale. L'essentiel est que personne n'a l'obligation de redistribuer. Bon, si c'est bien de ça que tu parlais, alors le problème est que tu oublies que dans un contexte anarchiste, cette obligation n'a pas de sens, ne peut pas exister, parce que la propriété n'y est pas abordée de la même manière. En fait dans ce cas là elle n'existerait tout simplement pas. Les 4 libertés de Stallman et la définition de l'Open Source sont écrites en supposant un contexte légal qui est ce que donne le copyright par défaut. Le libre selon l'une ou l'autre de ces définitions ne pourrait pas s'exprimer de la même manière dans un contexte où le copyright n'existerait pas. Ce qui bien sûr ne l'empecherait pas d'exister (d'ailleurs il me semble que tout logiciel ne pourrait être que libre).
          • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

            Posté par . Évalué à 2.

            je crois que je me suis mal exprimé ou que tu m'as mal compris. Je n'ai pas voulu dire que le LL était plus dans la pensée anarchiste que communiste. Je voulais plutôt faire la différence entre "dans le même fil" et "se marrier".

            De manière plus générale, je disais que déclarer que le LL est un sous-courant d'une pensée politique était absurde, mais que dire que le LL et telle pensée politique se trouvait des points communs étaient plus raisonnables.

            Pour ce qui est de ta conception de l'anarchisme, je te renvoit à ce que t'as répondu Danakil.
          • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            >En poussant le raisonnement le principe anarchiste est un principe d'effondrement qui ne construit rien derrière (on est loin des dialectiques hegelienne et marxiste), un nettoyage par le vide.
            Oui oui oui bien sur... D'ailleurs, Bakounine, Kropotkine, Proudhon et consorts dessinaient dans Pif Gadget, le seul ouvrage de référence de la pensée anarchiste, c'est l'anarchist cookbook.

            >Ce que veulent les néo-libéraux de tout poil qui sont eux les VRAIS anarchistes modernes, un état de jungle où règne la loi du plus fort.
            Au lieu de décerner des brevets d'anarchisme, tu ferais mieux d'aller apprendre un peu l'histoire sociale. Chapitre conseillés: le syndicalisme en France (et notamment l'histoire des bourses du travail), la révolution espagnole (ou comment passer d'une industrie féodale à une industrie moderne en pleine guerre civile), etc...

            >Aussi je ne vois pas trop le rapport avec le monde du LL qui à l'inverse essaye d'organiser le chaos en un esprit communautaire
            Merci pour les poncifs éculés
            • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

              Posté par . Évalué à 2.

              Au lieu de décerner des brevets d'anarchisme, tu ferais mieux d'aller apprendre un peu l'histoire sociale. Chapitre conseillés: le syndicalisme en France (et notamment l'histoire des bourses du travail), la révolution espagnole (ou comment passer d'une industrie féodale à une industrie moderne en pleine guerre civile), etc...

              D'ailleurs, si tu as des liens, n'hésite pas.
      • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

        Posté par . Évalué à 2.

        « Moi aussi, et je suis assez étonné de voir l'APRIL volontairement s'afficher à côté d'association anarchiste. Pour ma part en tout cas LinuxFr ne s'affichera jamais avec une quelconque association politique, quelle qu'elle soit, anarchiste, de gauche ou de droite. »

        Donc tu refuserais de faire participer LinuxFr à une initiative contre la vente liée dès lors qu'une association anarchiste participerait à cette initiative ? Je prends cet exemple parce que je sais bien que LinuxFr s'est engagé sur ce problème.

        S'associer dans une initiative commune ne veut pas dire s'associer en dehors de cette initiative. Il y a des différences importantes entre tous ceux qui participent à zelig. Si l'April soutient, ce n'est pas pour les idées anarchistes autres que celles liées au domaine du logiciel (d'ailleurs les anarchistes n'ont pas l'exclusivité, on peut très bien être d'accord avec eux sur certains points et pas sur d'autres !), mais pour celles qu'ils considèrent liées au logiciel libre et à sa survie.

        Les idées de la théorie politique qu'est l'anarchie, appliquées au domaine du logiciel, ça donne les logiciels libres. C'est comme ça, ce n'est même pas une question de politique, mais une question de connaissance de ce que sont ces deux choses. Mais évidemment, ça ne veut pas dire
        - que d'autres théories politiques, appliquées au logiciel (si ça a un sens bien sûr), ne donneraient pas elles aussi comme résultat ce qu'est le logiciel libre
        - que la réciproque est vraie : défendre le logiciel libre n'implique évidemment pas que l'on adhère aux idées anarchistes en général. Je pense que ni l'April ni les associations anarchistes ne défendraient une énormité pareille

        « Je trouve ça d'ailleurs assez malsain, ça me rappelle une fois à une conférence ou un communiste indiquait que le libre finalement était développé dans les mêmes idées, en tentant de reprendre à son profit le mouvement du libre. »

        Le problème n'est pas qu'il voit des idées communes. Le problème, c'est celui d'une éventuelle récupération. Or il ne s'agit pas de ça ici. Peut-être qu'en étant très actif côté logiciel libre tu as cette impression, moi je vois plutôt le « rapprochement » comme une initiative de certains acteurs du libre qui voient là une manière d'envisager certaines libertés de manière plus général. Parce que ça, le libre y est sans arrêt confronté : les problèmes posés par la dérive des lois sur le copyright et les tentatives de flicage généralisées ne sont pas propres au logiciel libre.

        « Ce qui n'empeche pas que j'irai sans doute à nozelig, et que ces associations ont toute ma sympathie (ce qui ne sous entend pas que je suis d'accord), mais je pense que c'est deux choses différentes, et que vouloir les mélanger me semble un peu dangeureux. »

        Quand des idées communes sont minoritaires et menacées, ça me parait tout aussi dangereux de ne pas se regrouper et de rester « fragmentés » sous prétexte que par ailleurs il y a soit des divergences, soit des domaines qui sont complètement différents. Il faut bien voir que sur l'ensemble des idées qu'on a, il y en a qui seront communes avec d'autres dont on ne partage pas toutes les idées. Ici, l'idée commune concerne l'information, le reste est en quelque sorte hors-sujet...
  • # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

    Posté par . Évalué à 2.

    Je poste ici un post de la part d'un copain, m'sieur darkveggy: Quelques remarques à la lecture de ce thread. Je suis assez agacé par ce rejet systématique de toute coloration politique, qui me semble pour le moins partiel. Car étrangement, très peu de personnes semblent choquées par l'intrusion des commerciaux dans l'univers du libre. La logique d'entreprise serait-elle devenue politiquement neutre? Pas exactement! La recherche du profit, ça s'appelle le capitalisme. Si ce n'est pas une idéologie politique... Quant à Stallman, c'est à l'évidence une personne politiquement marquée; en témoignent les brèves d'actu et liens de sa page perso. Il ne cache pas ses engagements "de gauche", et tant mieux. Car ce qui différencie le logiciel libre de l'open source, c'est notamment ce champ de vision plus large: le combat pour le logiciel libre participe d'une lutte plus générale pour la liberté (ce qui est, certes, assez flou). Cependant, des valeurs telles que la solidarité, la coopération et le partage ne sont *pas* des valeurs de droite. Elles sont très clairement ancrées à gauche. Il faut arrêter de fuir la réalité et de vouloir à tout prix compartimenter. Je pense même qu'il serait temps de chercher les articulations possibles du LL avec d'autres problématiques. Refuser les logiques propriétaires en matière de logiciels, pour les accepter partout ailleurs, c'est un peu dommage, sinon ridicule. Enfin, il serait bon que ceux qui affirment que l'anarchisme se positionne exclusivement "contre" actualisent quelque peu leurs connaissances. Les anarchistes ont toujours constitué une force de proposition, tant dans les moyens d'action immédiats que dans les objectifs à long terme. Plus encore, ce sont les seul-e-s, ou presque, pour qui politique implique *mise en pratique*. Dans le domaine électronique (réseau Indymedia, hébergements alternatifs, etc.) comme dans la "vie réelle" (espaces autogérés & expériences de vie, alternatives dans quantité de domaines). Quant aux libertariens, ils ne sont bien ententu pas anarchistes. La loi du plus fort n'a rien à voir avec l'anarchie comme mouvement politique, qui constitue tout le contraire.
    • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

      Posté par (page perso) . Évalué à -1.

      Cependant, des valeurs telles que la solidarité, la coopération et le partage ne sont *pas* des valeurs de droite. Elles sont très clairement ancrées à gauche. Il faut arrêter de fuir la réalité et de vouloir à tout prix compartimenter.

      Ca s'appelle comment dire une chose et pile son contraire ensuite ?

      De plus, je m'élève contre cette réputation que l'on donne aux "valeurs de droite"... Des gens comme Christine Boutin (que je n'approuve pas, certes), Catholique cohérente de son état, sont bien plus "solidaires, coopérantes et partageantes" que bon nombre de militants de gauche, ou anarchistes.
      Je suis moi-même entouré d'anarchistes et d'anarcho-syndicalistes (fa et cnt pour ne citer qu'eux), je travaille avec eux, et je peux vous affirmer que leur volume de discours n'a d'égal que leur absence de pratique dans les faits.

      Il leur est bien souvent plus simple de défendre de "grandes causes martyrs" que de filer une pièce à celui qui en aura besoin, ou de l'inviter à manger un morceau...

      Refuser les logiques propriétaires en matière de logiciels, pour les accepter partout ailleurs, c'est un peu dommage, sinon ridicule.

      La logique propriétaire dans le domaine de la construction automobile par exemple ne me gêne pas, tout simplement parce que la recherche et le développement dans ce domaine nécessite des fonds colossaux, bien plus que dans le logiciel. Cette remarque, issue d'un discours de RMS à la mairie du 11e, me rassure quand aux points de vue modéré de ceux qui ont créé le libre... Espérons que cet esprit de parte pas en vrille...

      Plus encore, ce sont les seul-e-s, ou presque, pour qui politique implique *mise en pratique*. [...] (espaces autogérés).

      Oui, ca me rappelle ces fils à papa qui squattent sans aucune raison ... J'ai bien envie de leur botter le derrière avec leur beau langage, leurs grands discours quand d'autres moins chanceux qu'eux crêvent à deux pas ... Ils se reconnaitront ...

      Quant aux libertariens, ils ne sont bien ententu pas anarchistes. La loi du plus fort n'a rien à voir avec l'anarchie comme mouvement politique, qui constitue tout le contraire.

      On répond quoi à ca ? "ni l'un ni l'autre !" a non... ca fait trop nanar :)
      • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

        Posté par . Évalué à 2.

        « Ca s'appelle comment dire une chose et pile son contraire ensuite ? »

        Pourquoi cette question ? Connaitre le sens des mots, ce n'est pas compartimenter les gens.

        « De plus, je m'élève contre cette réputation que l'on donne aux "valeurs de droite" »

        Elles sont ce qu'elles sont, ce n'est pas parce que ça ne te plait pas que tu vas changer le sens des mots.

        « Des gens comme Christine Boutin (que je n'approuve pas, certes), Catholique cohérente de son état, sont bien plus "solidaires, coopérantes et partageantes" que bon nombre de militants de gauche, ou anarchistes. »

        Merci pour cet exemple, on n'aurait pas trouvé mieux ! Un détail : la solidarité, la coopération et le partage, ce n'est pas sensé être fait de manière hyper-sélective ou discriminatoire. Sauf avec des valeurs de droite peut-être ? Dans ce cas, je comprends mieux.
      • [^] # Re: Programme de la zelig_rc2 : l'information veut être libre !

        Posté par . Évalué à 2.

        Juste une précision : une frontière historique entre droite et gauche, c'est la différenciation entre solidarité et charité. La charité : donner une pièce au miséreux du coin en passant, et se consacrer aux "bonnes oeuvres" (Christine Boutin). La solidarité : organiser un système politique tel que tout le monde puisse idéalement échapper à la misère (les anarchistes).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.