Publication de Pastèque version 6

29
23
oct.
2015
Commercial

Pastèque est une suite logicielle pour gérer un ou plusieurs points de vente (point of sales, POS). Avec le matériel adéquat (imprimante thermique, lecteur de carte bleue…), elle permet de gérer tout point de vente : restaurant, épicerie, bar, librairie…

Début octobre, la version 6 du logiciel a été publiée. Cette nouvelle version apporte des changements majeurs dans la version Android du logiciel. Beaucoup de choses ont eu lieu autour de la gestion du projet : passage à Github, publication sur le Play Store de Google, etc.

Mais le gros de l’actualité est législatif, la réglementation autour des logiciels de caisse enregistreuse (et de comptabilité) étant débattue au travers du projet de loi de Finances 2016.

Sommaire

Fonctionnellement, quoi de neuf ?

Pasteque-Desktop, the walking dead

Pasteque-Desktop est un logiciel de front office écrit en Java. Il est le descendant d’OpenBravo POS sur lequel se basait originellement Pastèque, il partage une furieuse ressemblance visuelle avec son aîné. Et c’est tout. L’administration a été ôtée, il va chercher ses données sur Internet en mode synchrone (avec support des pertes de connexion et tout)

On a accéléré à fond le démarrage : autour de 8 secondes pour un set de données normal, contre une quarantaine précédemment.
On a corrigé quelques soucis de droits d’exécution par défaut dans le fichier compressé.

Pastèque-Server, de petites améliorations

Pastèque-Server est un logiciel de back office écrit en PHP. Il mélange l’interface d’administration et l’API sur laquelle repose le projet.

  • Il est possible à présent de définir des fournisseurs par produits, ce qui permet de faire des statistiques de ventes par origine. C’est utile notamment dans le dépôt-vente.
  • Les comptes clients connaissent un peu de nouveau, avec notamment l’application de grilles tarifaires personnelles.
  • Quelques fonctions ont été ajoutées dans l’API : modes de paiement configurables, un embryon de fidélisation etc.

Pastèque-Android, le cœur des évolutions

Pastèque-Android est un logiciel de front office écrit en Java pour Android. Il a été l’objet de toutes les attentions. Pour être tout à fait clair, c’est une question de moyens : on a été payés pour faire tout ça. C’est beau les modèles économiques du logiciel libre quand ils arrivent à générer tant d’avancées sur du code.

Alors, qu’est-ce qu’on a de nouveau ?

L’interface a été entièrement repensée. On passe d’un logiciel old school à quelque chose de plus moderne. Plus moderne et plus ergonomique. On passe de 3 mouvements pour réaliser l’encaissement à 2.
Oh la belle interface

On a un progrès fonctionnel énorme. Bon, parfois ça rattrape uniquement le retard sur Pastèque-Desktop (passer des réductions sur des produits par exemple), mais pas mal de choses sont des nouveautés que ce mort-vivant de Pastèque-Desktop n’exploite pas comme les moyens de paiement configurables, la fidélisation, etc.

Et l’avenir technique ?

On a eu une petite réunion technique à la Coroutine, à Lille, début septembre pour savoir où on allait. On y était à 7 à discuter de problèmes terre à terre tout autant qu’à rêver éveillé.

Pastèque-Desktop, on débranche ?

Il n’y a plus de demandes commerciales sur Pastèque-Desktop ou du moins très peu. Et le très peu tient sur les derniers avantages du logiciel, comme le langage de script embarqué.

Cependant on l’aime bien, sans lui on contraint à utiliser des tablettes à durée de vie limitée ou à installer Android sur du x86 ce qui pue de la gueule.

On va chercher à lui trouver un remplaçant. En Qt ? En HTML5 ? On ne sait pas encore.

En attendant, la décision est qu’on fait du petit entretien jusqu’au jour où des changements radicaux dans l’API amèneront sa mort.

Pastèque-Server, faut casser

L’API de Pastèque est le cœur du projet. Si pour gagner du temps on a mélangé API et Backoffice, faut arrêter.
On s’oriente à terme vers deux logiciels : Pastèque-Admin (BackOffice) et Pastèque-API (API)

On a pour principe de ne pas repartir de 0. Les nouveaux logiciels s’intégreront avec Pastèque-Server pour ne pas avoir de recul fonctionnel.

Les évolutions continuent à être réalisées sur Pastèque-Server en attendant les nouveaux bébés.

Pastèque-Android, rien à dire

On continue d’avoir des demandes sur Pastèque-Android. On est dans une phase de fiabilisation, tout roule.
On a quand même un souci : l’intégration du matériel de caisse (balances, afficheurs clients, imprimante thermiques classiques), etc. Ça nous amène à …

Pastèque-Gear, le nouveau projet

Si on devait sortir un Pastèque-HTML5 ou si on veut que Pastèque-Android puisse accéder à du matos USB (ou pire, RS232), il nous faut une solution.

La solution c’est Pastèque-Gear qui sera un boîtier (Raspberry Pi ?) auquel sera branché le matériel. Pastèque-Gear gère les pilotes & Cie et se présente aux autres logiciels sous forme d’une API à partir de laquelle on peut réaliser affichages, pesages, scannages et autres impressages.

On ne s’est pas vraiment arrêtés sur la technologie utilisée. Mais on ne devrait pas couper au développement en C pour les pilotes. Des contributions noyau pour Pastèque, ça aurait de la gueule.

Et en dehors de ça ?

Pastèque est essentiellement porté par Scil qui pour toute sympathique et auto-gérée qu’elle soit n’en reste pas moins une société qui vise à payer ceux qui travaillent pour elle.

Des intégrateurs

Scil est de plus en plus pris par la programmation de nouvelles fonctionnalités. On gère de moins en moins facilement le support utilisateur et l’installation de caisses.
Alors on a commencé à avoir des intégrateurs, le premier d’entre eux est Délice Service à Toulouse.

On veut généraliser ce modèle : Scil ne doit à terme faire que du code.

Du prix libre

Quand on se prend une question dont la réponse est triviale, on propose toujours un prix libre. Nous sommes extrêmement étonnés du retour positif de cette expérience. Le seul organisme qui n’ait pas payé quelque chose s’en est presque excusé ; la moyenne versée est supérieure à notre ancien tarif.
Il arrive qu’on reprenne foi en l’humanité :)

Du fundraising ?

On a des demandes régulières. Deux particulièrement : réaliser l’intégration des TPE Ingenico (majoritaires en France) et de balances connectées.

On va essayer, pour voir, un modèle économique par fundraisings successifs. LinuxFr sera évidement tenu informé par journal des lancements de collectes de fonds.

Last but not least, projet de loi finances 2016 en France

Fin 2013, le législateur donnait un grand tour de vis sur les éditeurs de logiciels de caisse enregistreuse et des logiciels de comptabilité. On a été un peu lents au réveil, c’est uniquement début 2015 qu’on s’est penché sérieusement sur le sujet.

Rien de bien dramatique alors : notre logiciel devait répondre à deux trois obligations sous peine de gros soucis.

Mais on a eu vent d’une volonté d’aller plus loin et de rendre les éditeurs non pas seulement responsables de ce qu’ils publient, mais de ce qu’on trouve chez leurs utilisateurs imposant notamment une condition d’inaltérabilité du logiciel.

Scil est en contact avec son député de circonscription, Bernard Roman, pour veiller à ce que ça ne se transforme pas en obligation de code source fermé. On demande simplement que la clause de co-responsabilité saute si l’utilisateur a effectué des modifications au logiciel sans en référer à l’éditeur.

Un travail est en cours sur la liste de l’April.

Autres éditeurs de logiciels de caisse enregistreuse ou de comptabilité, contactez-moi. On sera plus audibles ensemble.

  • # Du prix libre...

    Posté par . Évalué à 2.

    Quand on se prend une question dont la réponse est triviale, on propose toujours un prix libre. Nous sommes extrêmement étonnés du retour positif de cette expérience. Le seul organisme qui n’ait pas payé quelque chose s’en est presque excusé ; la moyenne versée est supérieure à notre ancien tarif.

    Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire. Pouvez-vous reformuler svp?

    • [^] # Re: Du prix libre...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      boah, réponse triviale (= fournir un lien à la FAQ, voire recopier le texte de la FAQ) = 10 € au panier àmha, j'imagine que c'est plutôt 50 € voire 100 € pour s'excuser du dérangement ;-)

      mais oui, quelques exemples concrets seraient sympathiques :D

      • [^] # Re: Du prix libre...

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        En gros, on a une moyenne qui tourne à deux fois ce qu’on facturait avant pour les dépannages. Le ratio temps est compliqué à calculer car ce sont des échanges mails. On est à un moyenne de 100€ le coup de main qui s’étale sur une semaine d’échange de mails (1H ? 2H ? Dur à dire, on facturait ça 55€ avant)
        Je dirais que le prix libre relève d’une forme de don.

        La seule fois où une personne n’a rien versée, elle s’en est justifiée avec de bonnes raisons.

        Le prix libre reste cependant une offre commerciale de notre part, on ne l’a pas encore instauré en offre de catalogue. Fait définir précisément ce qui tient du dépannage trivial du cas plus complexe, je n’y suis pas arrivé pour le moment.

        • [^] # Re: Du prix libre...

          Posté par . Évalué à 3.

          Merci de votre réponse.

          C'est intéressant comme proposition commerciale.

          Si je lis entre les lignes, je comprends que ce mode de financement est uniquement proposé aux clients et aux partenaires ?
          Ou bien est-ce que ça marche aussi avec une personne pour laquelle ce serait la première fois dont vous en entendez parler.

          • [^] # Re: Du prix libre...

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Ça marche à des gens qui nous contactent pour la première fois. Encore une fois, ce n’est pas une offre catalogue à l’heure actuelle ; si je suis incroyablement surpris du résultat, je manque encore de foi en l’humanité pour en faire une offre standard :)

            Les clients ou partenaires, on répond aux demandes triviales. Ça me paraît « compris dans le prix »

            • [^] # Re: Du prix libre...

              Posté par . Évalué à 2.

              C'est très clair maintenant, merci beaucoup.

              En effet je suis également surpris que ça marche mieux que l'ancien mode de fonctionnement. Merci de partager cela avec nous.

  • # Rire

    Posté par . Évalué à 2.

    installer Android sur du x86 ce qui pue de la gueule.

    C'est vulgaire mais ça m'a fait péter de rire (et ça pue aussi :-D)

    kentoc'h mervel eget bezan saotred

  • # Part de marché

    Posté par . Évalué à 3.

    bonjour,
    je trouve votre projet intéressant (même si pas concerné… je travaille dans l'industrie).
    Savez vous donner un ordre de grandeur de votre parc installé et/ou part de marché ?
    merci

    • [^] # Re: Part de marché

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Dur à dire vue que c’est un logiciel libre.

      La plate-forme my.pasteque.coop, c’est quelques centaines d’utilisateurs. Le total de téléchargement des logiciels d’août 2014 à août 2015 était à 10000.

  • # Député

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Merci beaucoup pour cette dépêche.

    La partie sur la loi de finance est dérangeante. Est-il possible d'avoir le nom du député avec qui vous êtes en discussion ? Je pense que je vais également écrire à mon député sur le sujet. Je ne veux pas de logiciel fermé dans ma boutique !

  • # Des intégrateurs ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Bonsoir !

    Cela fait quelque temps que je suis "Pastèque" de loin au travers des différentes dépêche sur LinuxFR et via le site.

    Je m'y intéresse de plus près désormais.

    Je suis fort intéressé par le projet, car libriste convaincu et ayant un projet à court/moyen terme d'intégration de cette solution dans le futur magasin d'un ami (et associé) à Lille.

    Il serait bon de pouvoir prendre contact rapidement afin que l'on se rencontre (si possible) pour discuter de tout cela autour d'un fort bon breuvage pétillant.

    Bon courage et à tchao !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.