Revue de presse — octobre 2012

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nils Ratusznik, baud123 et Xavier Teyssier. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
14
15
oct.
2012
Presse

Ceux qui ne sont pas encore passés par leur marchand de journaux ce mois‐ci peuvent actuellement trouver en kiosque les magazines suivants :

  • GNU/Linux Magazine № 153 titre sur systemd ;
  • Linux Essentiel № 28 et son dossier sur Google (ou plutôt l’absence de Google !) ;
  • Linux Inside № 8 ;
  • Linux Pratique hors‐série № 25, sur HTML 5 ;
  • MISC hors-série № 6 sur la cryptographie.

Et toujours trouvable en kiosque, pour les retardataires : Linux Pratique № 73, Planète Linux № 71, MISC № 63, GNU/Linux Magazine hors‐série № 62 (supervision via Shinken) et Linux Essentiel hors‐série № 2 (Inkscape).

Bonnes lectures !

NdM : La revue de presse est ouverte et collaborative. Si vous voulez parler de votre magazine préféré, ou prendre en charge un magazine spécifique, n’hésitez pas à nous rejoindre sur l’espace de rédaction de LinuxFr.org. Nous pourrons même vous faire gagner un abonnement au magazine choisi !

Bien que GNU/Linux Magazine № 153 titre sur systemd, présenté comme un potentiel vainqueur face à upstart ou les vénérables scripts « System V » (même si l’on comprend que ce n’est forcément mérité), bien que l’article le plus dense soit sans conteste celui concernant la réception radiofréquence définie par logiciel : après une présentation du Software Defined Radio (SDR), vous installerez les outils GNU Radio pour exploiter du matériel basé sur le récepteur E4000 d’Elonics. Quelques heures de bidouillage en perspective pour les passionnés ! Les autres articles vous feront découvrir :

  • Samba 4 et sa capacité d’agir en tant qu’Active Directory ;
  • Mondo Rescue pour la sauvegarde et le clonage à chaud de vos systèmes ;
  • Les tests de performance avec JMeter ;
  • la suite de la découverte des méandres d’Android, avec cette fois le système graphique ;
  • et enfin, côté code, la suite de la découverte de PHP 5 (cache sur les méthodes), un article aborde la fameuse seconde intercalaire ajoutée le 30 juin dernier et l’étude des nouveautés de GCC 4.6 et 4.7 au travers du prisme de la norme C++1 approuvée en août 2011.

Ne ratez pas (ou pas) non plus l’édito de Denis Bodor si vous voulez savoir s’il dit « GNU/Linux » ou « Linux » !

Linux Essentiel № 28 liste les alternatives à la galaxie Google : « Peut‐on vivre sans Google ? ». Après le dossier sur le « rétro‐gaming », c’est une nouvelle très bonne surprise de Linux Essentiel. C’est certainement une réponse à la petite polémique qui était née de l’article de GLMF portant sur la bascule à Google Apps. Au travers de ce dossier, l’auteur passe en revue l’ensemble des alternatives aux services et logiciels proposés par Google, en tentant de favoriser les libres, que ce soit pour la recherche, le cœur de métier de Google, mais aussi (prenez votre souffle) Gmail, Agenda, Documents, Drive, Reader, Google+, Traduction, Blogger, Maps, Picasa ou encore Chrome, le navigateur maison (ouf !). La conclusion, beaucoup ici s’en doutent déjà, n’est évidemment ni toute blanche, ni toute noire, mais au moins cela a le mérite de faire concrètement le tour d’un sujet devenu très vaste !

Côté systèmes d’exploitation, trois sont présentés dans ce numéro : Zorin OS, Pear Linux 5 et PinguyOS et sur le matériel, le fameux Raspberry Pi qui continue de faire couler beaucoup d’encre, ainsi qu’Ordissimo, présenté par Michaël Bouchaud, ingénieur framework chez Substantiel. Sur le logiciel, pas mal de petits articles ludiques (TuxPaint, SuperTuxKart, Frozen Bubble et autres jeux compatibles), mais aussi du plus sérieux avec XFCE, la personnalisation de KDE, le multi‐amorçage avec EasyBCD ou encore Palimpsest pour la gestion de vos disques. Enfin, trois tutoriels : Hugin pour les panoramas, GnuCash pour votre comptabilité et Ubuntu Tweak.

MISC hors‐série № 6 porte sur la cryptographie, second numéro sur ce sujet, cette fois plus orienté sur la pratique. Malgré tout, un peu d’historique (la crypto dans les cartes à puce) et de théorie (méthodes de cassage de tunnels sécurisés) pour les deux premiers articles. Ensuite, on attaque le vif du sujet avec des éléments de bonne utilisation de la crypto (l’utiliser c’est bien, mais l’environnement tout autour, c’est important !) et les attaques contre TLS (et son implémentation par OpenSSL), une présentation de la compétition autour de l’algorithme pour SHA-3, écrit avant que le résultat ne soit connu, comment bien implémenter des algos de crypto, le séquestre de clefs, le revers des mécanismes de crypto d’une application désuète du millénaire passé (qui servait à accéder à du contenu pour adultes) et deux cryptanalyses par la pratique : les vulnérabilités dans l’implémentation de RSA pour RDP et le contrôle d’authenticité des clichés numériques réalisés avec les appareils Canon.
Bref, encore un numéro très dense et très éclectique sur la cryptographie. Les amateurs de sécurité comme les pros devraient apprécier.

Linux Pratique hors‐série № 25, sur HTML 5. La folie des jeux sur plate‐forme mobile ne vous aura certainement pas échappé. Et HTML 5 devient un incontournable dans le domaine, son adoption étant désormais acquise, bien que la norme ne soit pas encore finalisée. Vous l’aurez compris, ce hors‐série traite le HTML 5 sous l’angle du développement ludique. La première partie d’ailleurs a plus à voir avec la conception d’un jeu que de la technique HTML 5 : « Game design », plateau de jeu, algorithmes de détection de collision, les différents styles de graphismes, musique et surtout la monétisation. La seconde partie rentre dans le vif du sujet, avec ce qui fait le cœur d’HTML 5 pour le jeux : le fameux canvas, l’utilisation et l’animation de sprites. Sont ensuite abordées les autres technologies bien utiles : SVG, interruptions clavier/souris, stockage local, polices de caractères personnalisées, l’interation avec un serveur pour le multi‐joueur, la musique, etc.
Enfin, la dernière partie est une mise en pratique concrète avec un petit morpion et la mise en œuvre d’une carte isométrique. Vous trouverez aussi 3 outils pour vous aider au développement : Zen-coding, pour améliorer votre productivité avec les raccourcis claviers, melon.js, afin de réaliser un éditeur de niveau, et le moteur physique box2d.

  • # Pas de vrai troll

    Posté par (page perso) . Évalué à  4 . Dernière modification : le 16/10/12 à 11:34

    Au sommaire de l'Android Magazine France du GNU/Linux Magazine France, il y a exactement « Systemd prêt à remplacer init… ou pas… », ce qui est un vrai appel à plus vils instincts de trolls des cavernes. Eh bien, déception : rien de tel dans l'article, qui se contente de présenter et d'expliquer de façon neutre, voire enthousiaste !

    Sinon, justement, malgré un article sur Android, on dirait bien qu'on en a fini avec la série des Android Magazine France, et qu'on a retrouvé notre bon vieux GNU/Linux Magazine France.

    Ah, dernière choses, sympa les № !

  • # Ah, nostalgie, quand tu nous tiens…

    Posté par . Évalué à  5 .

    J'ai vraiment trouvé très bien l'article dans GNU/Linux Magazine sur la transformation d'un décodeur TNT en récepteur large bande. En tout cas sur le fond par contre sur la forme, je le trouve trop long, ça aurait été mieux de faire une série d'articles plus courts, et ainsi développer certains aspects passés rapidement. Si Open Silicium existait toujours il y aurait eu matière à consacrer un numéro entier à la réception et au décodage de ce qui circule sur les ondes. Je ne connaissais absolument pas ce type de bidouille, il y a une quinzaine d’année, ce type de récepteur valait une petite fortune, et aujourd'hui on peut en bricoler un pour 15 à 25 €. Alors soit, il n'a pas les caractéristiques des récepteurs spécialisés, mais en tout cas ça permet de découvrir la discipline à peu de frais, quitte à investir ensuite si on accroche.

    <Ma vie>
    Ça ma replongé une quinzaine d’années en arrière lorsque, habitant en Normandie, j'essayais (quelques fois avec succès) de recevoir des images en SSTV, des bulletins météorologiques en SYNOP sur les prévisions maritimes de l'Atlantique, de la mer du Nord et de la Baltique, ainsi que des cartes des fronts en fax, des dépêches en RTTY… Et tout ça avec comme antenne, un simple bout de fil qui courait au plafond.
    Puis j'ai déménagé, et coincé entre des montagnes, je n'ai presque plus rien reçu. Je me suis alors tourné vers les satellites, notamment ceux de la NOAA qui permettent de recevoir des images de la terre. C'est pourquoi je suis déçu qu'ils n'aient pas réussi à capter de satellite (mais avec une antenne dipôle — qui m'a semblé de mémoire mal conçue —, je n'ai également jamais reçu de satellite, on utilise généralement une antenne tourniquet ou hélice quadrifilaire), et qu'ils n'aient pas dit ce qu'ils avaient utilisé comme logiciel de suivi de satellite (mais déjà que je trouve l'article trop long…), car on peut rester des heures sans qu'il y ait de satellite au-dessus de nous, il vaut donc mieux connaître les heures de passage.
    Ensuite j'ai encore déménagé, et maintenant je me retrouve coincé en ville dans un immeuble sans terrain où mettre des antennes, j'ai donc laissé de côté cette activité. Et ce type d'article me donne vraiment envie de m'y replonger car le logiciel gnuradio couplé à un matériel très peu cher m'a l'air très prometteur. Il va falloir que je redéménage en prenant en compte l'aspect radio :).
    </Ma vie>

    NB : l'E4000 est le tuner (la partie analogique), gnuradio communique avec le circuit RTL2832U, donc si votre récepteur TNT a ce RTL2832U, il pourra probablement fonctionner même si vous n'avez pas un tuner conçu avec le circuit E4000. Il sera peut-être juste moins performant et n'aura peut-être pas une bande de fréquence aussi large (ou le contraire).

    • [^] # Re: Ah, nostalgie, quand tu nous tiens…

      Posté par . Évalué à  2 .

      sur la forme, je le trouve trop long, ça aurait été mieux de faire une série d'articles plus courts, et ainsi développer certains aspects passés rapidement.

      Pour ma part, une des raisons pour laquelle j’ai arrêté de lire Google/Linux Magazine, ce sont les articles saucissonnés en 36 épisodes. Je préfère un article qui survole une question, quitte à approfondir de mon côté si elle m’intéresse.

      Mais bon, ils m’ont déjà perdu comme lecteur, alors…

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

    • [^] # Re: Ah, nostalgie, quand tu nous tiens…

      Posté par . Évalué à  1 .

      pour la prevision des passages satellites, je reste un inconditionnel de Sattrack, n'ayant toujours
      pas compris (ou vraiment cherche' a comprendre) comment marche Predict. Wxtoimg est pas mal quand une
      interface graphique est disponible (le menu depasse la taille d'ecran un eeePC701, un peu penible).

      • [^] # Re: Ah, nostalgie, quand tu nous tiens…

        Posté par . Évalué à  3 . Dernière modification : le 17/10/12 à 12:54

        Pour la prévision des passages satellites, je reste un inconditionnel de Sattrack, n'ayant toujours pas compris (ou vraiment cherché à comprendre) comment marche Predict. Wxtoimg est pas mal quand une interface graphique est disponible (le menu dépasse la taille d'écran sur un eeePC701, un peu pénible).
        Il est probable que le dipôle soit insuffisant pour recevoir les satellites NOAA … néanmoins, j'ai fait mes tests rapidement selon la procédure sur laquelle j'avais fini par converger avec le RX2 du RIG, et dans ce cas un bête dipôle s'était avéré suffisant. L'antenne QFH n'a pas donné de meilleurs résultats (mais ne marche pas bien non plus avec le RX2), il faut encore que je refasse une antenne turnstile pour vérifier si on est en limite de sensibilité ou si mon antenne était vraiment trop mauvaise. Tel que mentionné dans les footnotes, http://rof.li/pic/groundplane/ a eu des super résultats avec une discone.

        Toute la partie réception images sat a été développée en détail (et là pour le coup, c'est vraiment détaillé) dans http://jmfriedt.free.fr/LM_sat2.pdf & http://jmfriedt.free.fr/LM_sat1.pdf

        • [^] # Re: Ah, nostalgie, quand tu nous tiens…

          Posté par . Évalué à  1 .

          J'imagine qu'avec un récepteur sensible, un dipôle est suffisant, mais généralement les récepteurs TNT ne brillent pas par leur sensibilité. L'ampli que tu as utilisé est un large bande ou conçu pour la bande des 137 MHz ? Car avec un dipôle et un ampli large bande, je n'ai jamais réussi à capter un satellite (avec un AR3000A), par contre, avec un ampli 137 MHz et une antenne double V, ça passait relativement bien. Il faut dire qu'il y avait près de chez moi un émetteur FM qui m’embêtait bien, j'aurais dû essayer d'ajouter un filtre pour supprimer la bande FM car l'ampli large bande n'arrangeait pas les choses.
          Je suis étonné des résultats avec l'antenne discône, j'avais toujours entendu dire qu'elle n'était pas adaptée à la réception satellite. À l'époque je n'en avais pas pour tester, mais récemment j'en ai récupérée une qui ne me sert pas encore faute d'emplacement approprié. Il faudrait que je teste mon matériel pour voir s'il fonctionne encore après quelques années passées à la cave et aller faire un tour dans la nature pour faire quelques essais.
          Merci pour les liens.

          • [^] # Re: Ah, nostalgie, quand tu nous tiens…

            Posté par . Évalué à  1 . Dernière modification : le 17/10/12 à 12:56

            j'ai testé très bêtement (et rapidement) avec un ampli DC-3 GHz derrière le dipôle (et effectivement ça ne marche pas). J'ai utilisé une discone large bande Diamond D190 (visible sur la Fig 2 de l'article) avec un AOR3000A et ça marche pas mal, avec la limite bien connue de la largeur de bande insuffisante du démodulateur NFM du scanner (http://jmfriedt.free.fr/ejp196357p16.pdf figure 6 a été faite ainsi).

  • # Commande difficile, dommage

    Posté par . Évalué à  2 . Dernière modification : le 19/10/12 à 14:38

    Le Linux Pratique HS m'intéresse grandement, et j'aimerai bien avoir la version papier, surtout qu'il y a longtemps que je n'ai pas acheté de magazine.

    Donc je vais voir le site web du journal. Mais là je ne trouve pas les informations que je voudrais, et je me retrouve face à des impasses:

    • Est-ce qu'on peut télécharger la version pdf si on l'a acheté en vrai ? C'est plus pratique pour cliquer sur les liens, pour le copier-coller de code, pour l'archivage et la recherche d'informations.
    • Quel est le prix de la version papier ?
    • Je regarde si c'est possible d'acheter la version papier sur le site, et de se faire livrer en Suisse. Bon apparemment on ne peut acheter que la version pdf.
    • Pour acheter il faut se créer un compte sur le site… Ca m'ennuie, mais je me décide quand même car le contenu du magazine m'intéresse beaucoup.
    • Oh, il y a un message: "Le site ne permet actuellement l'abonnement et la prise de commande de nos différents titres de magazines que pour la France métropolitaine." ??? Même pour les pdf ?

    Bon maintenant j'hésite entre trois solution: faire le tour des kiosques en espérant le trouver (mais je n'ai pas vraiment le temps ces jours-ci); ou essayer de trouver le pdf sur le net, bien que je doute de le trouver facilement (après tout, j'avais déjà fait l'effort de commencer à créer un compte…); ou abandonner.

    Que me conseillerez-vous ?

    PS: le fait de le trouver sur le net n'est pas incompatible avec l'achat dans un kiosque s'il se révèle que le contenu soit suffisamment intéressant et que je le voie par hasard dans un kiosque.

    • [^] # Re: Commande difficile, dommage

      Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

      Est-ce qu'on peut télécharger la version pdf si on l'a acheté en vrai ? C'est plus pratique pour cliquer sur les liens, pour le copier-coller de code, pour l'archivage et la recherche d'informations.

      Ceci n'est pas possible aujourd'hui, ce sont deux choses différentes.

      Quel est le prix de la version papier ?

      Le même. Le prix est défini par le contenu pas par la forme, le support.

      Je regarde si c'est possible d'acheter la version papier sur le site, et de se faire livrer en Suisse. Bon apparemment on ne peut acheter que la version pdf.

      La version papier est également disponible ici, mais uniquement pour la France métropolitaine. Pour la VPC de magazines vers la suisse, le plus simple est encore de passer un coup de fil au service commercial ou faire une commande par courrier.

      Pour acheter il faut se créer un compte sur le site… Ca m'ennuie, mais je me décide quand même car le contenu du magazine m'intéresse beaucoup.

      heu… Il faut bien s'identifier et s'authentifier pour acheter quelque chose sur le Web, il n'y a là rien de très surprenant. C'est le contraire qui serait plutôt curieux :)

      Oh, il y a un message: "Le site ne permet actuellement l'abonnement et la prise de commande de nos différents titres de magazines que pour la France métropolitaine." ???

      En effet, la boutique en ligne ne permet pas, dans l'état, la vente/livraison à l'étranger. Mais c'est là quelque chose qui sera amélioré. Pour les abonnements et l'achat de magazines vers l'étranger, c'est téléphone ou courrier.

      Même pour les pdf ?

      Non, les versions PDF sont disponibles dès leur sortie de kiosque (quand ils ne sont plus vendu chez les marchands de journaux) sur la plateforme izibook : ici

      Je comprend que c'est un peu déroutant, mais pour faire court, à l'heure actuelle les PDF c'est la plateforme izibook et la VPC c'est le site marchand (la boutique). Nous sommes globalement entrain de travailler sur la validation des solutions qui permettront d'unifier ces deux éléments et d'ajouter des fonctionnalités. Work in progress

      • [^] # Re: Commande difficile, dommage

        Posté par . Évalué à  3 .

        Pour acheter il faut se créer un compte sur le site… Ca m'ennuie, mais je me décide quand même car le contenu du magazine m'intéresse beaucoup.

        heu… Il faut bien s'identifier et s'authentifier pour acheter quelque chose sur le Web, il n'y a là rien de très surprenant. C'est le contraire qui serait plutôt curieux :)

        Oui, c'est souvent le cas. Mais en fait, techniquement ce n'est pas nécessaire. Les seules informations nécessaires sont l'adresse de livraison et soit les informations de paiement, soit la confirmation que le paiement a été effectué sur un site tiers. L'adresse email est aussi utile en cas de besoin. Il existe des sites qui ne nécessitent pas la création d'un compte pour un simple achat, ce qui je trouve, est plus simple pour l'utilisateur. Mais les solutions de vente clés en main sont souvent basées autour d'un système de comptes d'utilisateurs.

        Merci pour toutes ces informations, je comprends mieux. J'imagine bien que tout cela vous demandera encore du travail, alors bonne chance.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.