Sortie de Quantum GIS 1.2.0 'Daphnis'

Posté par . Modéré par Mouns.
13
5
sept.
2009
Bureautique
Quatre mois après la sortie simultanée de la version de bugfix 1.0.2 et de la version de développement 1.1.0, voici une nouvelle version stable de Quantum GIS, le logiciel bureautique de manipulation, création et visualisation de données cartographiques, géographiques et géomatiques (plus communément appelés Systèmes d'Informations Géographiques ou SIG).

QGIS se base principalement sur le langage python pour les greffons, et est écrit majoriairement en C++ et Qt4.
Il utilise la majeure partie des bibliothèques et outils libres développés sous l'aile de la fondation OSGEO :
  • PostGIS, le cartouche spatial additionnel à PostgreSQL, qui permet de stocker des données géomatiques dans une table relationnelle, et qui ajoute au langage SQL des extensions permettant de faire des requêtes spatiales (retourne-moi les objets compris dans telle zone géographique, faisant une intersection avec cette autre zone, étant à moins de XXX km de tel point, et ayant les propriétés X, Y et Z, plus d'exemples ici) ;
  • Proj4, qui gère tous les systèmes de projection géographiques existants au monde ;
  • GDAL/OGR, la bibliothèque de traduction/manipulation des centaines de formats de fichiers vecteurs et rasters existants, dont les plus communs (ArcGIS Shapefile, Mapinfo Exchange, Mapinfo natif, GeoTiff, ECW...). Elle permet en outre de faire des reprojections, des dallages, des corrections de couleur, etc. ;
  • Il permet aussi d'accéder à des données fournies par les protocoles WMS/WFS par des serveurs dédiés (le plus souvent utilisant la référence du secteur Mapserver), tels que ceux du Géoportail, les services du cadastre français, mais aussi de la NASA et de centaines d'autres encore (une recherche web sur 'public wms server' vous en donnera suffisamment).

NdM : Voir les nouveautés de cette version 1.2.0 ci-dessous et merci à JRM pour son journal sur le sujet. À travers la bibliothèque GDAL/OGR, QGIS permet d'accéder à la grande majorité des formats de données vecteurs (données vectorisées) et rasters (images), mais aussi à des bases de données spatiales PostGIS, ainsi qu'a des données servies par des serveurs WMS/WFS. Il peut enfin être utilisé comme interface graphique pour GRASS, un autre moteur de manipulation, modélisation et analyse de données géomatiques.

Les principales nouveautés de cette version 1.2.0 sont (en dehors des petites améliorations et corrections de bugs):
  • L'intégration de fTools démarrée avec la 1.1.0, auparavant disponible sous forme de greffon, qui permet de faire des analyses statistiques poussées sur les données manipulées, ainsi que de réaliser graphiquement des opérations autrement uniquement réalisables via la console SQL et PostGIS (intersections, buffers, découpages, triangulation, centroides) ;
  • L'intégration d'un greffon OpenStreetMap, permettant de l'utiliser comme un éditeur pour ce fameux projet de cartographie libre. Pour l'avoir testé un peu, il n'est pas aussi complet et intuitif que la référence du secteur JOSM, ni aussi embarqué que l'application Maemo osm2go (qui fonctionne aussi sur les desktops), mais il est très prometteur, et ouvre de nouvelles possibilités pour l'accès à des données de base.

QGIS est un des concurrents les plus prometteurs face aux poids lourds propriétaires du secteur que sont ESRI ArcGIS et MapInfo. Les autres solutions libres équivalentes étant l'ancêtre GRASS (très puissant, mais complexe à prendre en main) OpenJUMP (écrit en java) et son dérivé gvSIG, ou encore uDig basé sur la plateforme Eclipse.
  • # byo

    Posté par . Évalué à 4.

    Bonjour,

    GDAL/OGR, la bibliothèque de traduction/manipulation des centaines de formats de fichiers vecteurs et rasters existants...

    J'avais un petit espoir pour les cartes bayo (carto explorer) mais visiblement toujours rien, et je suppose que ça n'arrivera jamais.
    Quelqu'un sait-il comment utiliser ces cartes sous linux sans passer par un émulateur windows ?
    • [^] # Re: byo

      Posté par . Évalué à 5.

      Il y a avait un logiciel libre (je n'ai plus son nom en tête), mais Bayo a tout fait pour qu'il cesse d'exister. Je crois qu'effectivement, sauf gros changement de mentalité chez Bayo, le mieux qu'il y ait à faire est de ne pas acheter leurs produits si on veut les utiliser autrement que dans CartoExplorer.

      Normalement, on doit pouvoir commander des rasters de qualité directement auprès de l'IGN, via le geoportail, non? Ça permettrait d'éviter de passer par cet intermédiaire très douteux.
      • [^] # Re: byo

        Posté par . Évalué à 4.

        Je suis d'accord avec toi, je ne suis plus près d'acheter chez eux, mais le problème, c'est que j'en ai acheté il y a quelques années lorsque j'utilisais encore windows. Et maintenant ça me désole d'avoir ces CD dans un coin qui ne me servent plus :(
        Tant pis pour moi, voila ce que c'est d'utiliser des formats fermés.
  • # Oula!

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Bien le post, sauf que Qgis n'est absolument pas basé sur Python mais est écrit en C++, seul les plugins peuvent être écrits en Python... et de plus fTools qui est à la base un plugin est devenu un module intégré à qgis de base depuis la version 1.1.0, et non la 1.2.0.
    • [^] # Re: Oula!

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      merci de ces précisions que j'ai prises en compte en modifiant la dépêche.

      Un passage par http://www.ohloh.net/p/3663 permet effectivement de voir que c'est surtout du C++ (ce qui m'avait fait tiquer quand j'avais vu Qt4 mais je n'avais pas creusé...). Et pour les greffons il y a http://www.ohloh.net/p/10913 ainsi que http://www.ohloh.net/tags/qgis qui semble plus complet ;-) ).
    • [^] # Re: Oula!

      Posté par . Évalué à 4.

      Effectivement, par contre la 1.2 inclut le module eVis qui permet de visualiser via la carte de QGIS des éléments multimédias, p. ex. cliquer sur un point géolocalisé affichera la photo prise par l'appareil de surveillance afin de déterminer si ce sont des braconniers franchissant la clôture de la réserve ou un troupeau de gnu se baladant.

      le site -> http://biodiversityinformatics.amnh.org/open_source/evis/ind(...)

      Et fTools est vraiment l'extension qui fait réfléchir quant à la politique de segmentation commerciale de certains produits propriétaires où de telles fonctionnalités sont souvent dispersées entre plusieurs extensions coûtant bonbon.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.