Journal 5 ans de support pour un sous-ensemble de Debian Squeeze

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
26
21
avr.
2014

Cher journal,

Tu as peur de Heartbleed mais tu as aussi peur de mettre à jour, tu n'aimes pas les h, les o ou les u dans le nom de ta distribution. Voici une nouvelle qui devrait t'intéresser. Le support de Debian Squeeze va s'arrêter fin mai mais un groupe distinct1 de l'équipe sécurité officielle de Debian a décidé de continuer le support jusque février 2016. Tous les détails ne sont pas encore fixés mais il semblerait qu'on s'oriente vers une branche à part, appelée squeeze-lts où les personnes chargées de la maintenance auraient les droits d'upload. De plus, seules les architecture i386 et amd64 seront prises en charge et certains paquets (comme les applications web) ne seront pas maintenu mais il y aura un moyen de déterminer quels paquets seront affectés.

Et, cerise sur le gâteau, si cela se déroule bien et que les personnes derrière ce projet sont toujours motivées, il se pourrait bien que le scénario se répète pour Wheezy et Jessie.

Et pour ceux qui n'aiment pas Debian ou qui aiment mettre à jour, une nimage.


  1. même si une partie des personnes impliquées se trouve dans les deux équipes. 

  • # nimage

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Wow l'image de dingue.

    Je cite Aristote que cite Michel Serres dans Petite Poucette : Aristote avait dit autrefois que pour intéresser les gens, il n'y avait que deux passions à agiter : la terreur et la pitié. Tous les journaux, télévisions et radios ne manipulent que ces deux passions

    • [^] # Re: nimage

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il y a le sexe, aussi.

      "On asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu'avec des miradors"
      Alexandre Soljenitsyne

      • [^] # Re: nimage

        Posté par . Évalué à 3.

        Un grand écrivain l'a peut-être dit, alors ça doit sûrement être vrai.
        Mais pratiquement, ça se passe comment ? On déverse par tonnes du contenu pornographique sur les villes des populations à soumettre, et emballé c'est pesé, on se retrouve en terre conquise, avec des peuples dociles et soumis ?
        Bien des états et des armées seraient intéressés, faudrait penser à leur dire…

        Bon, après, plus sérieusement, j'imagine que je pourrais agréer s'il s'agit seulement de dire qu'un système de pouvoir basé sur le contrôle des désirs (de toutes sortes, c'est à dire pas seulement sexuels) est plus efficace qu'un même système basé sur la censure et la répression (Huxley versus Orwell, en somme).

        • [^] # Re: nimage

          Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 21/04/14 à 16:32.

          Un système basé sur la répression est moins efficace qu'un système basé sur la propagande (=notre système actuel). Noam Chomsky a développé une théorie intéressante sur la question, et même convaincante pour tout dire.
          Après il est certain que la peur est très utilisée en politique actuellement — un vrai fonds de commerce (qui sait que la violence est en baisse, rien que le nombre d'homicides en France a été divisé par deux en 15 ans entre 1995 et 2010 ? Lire L’invention de la violence par Laurent Mucchielli) —, certainement plus que la pitié ou la pornographie où, en effet je perçois mal le rôle politique qu'elle pourrait avoir.
          Dans les médias je constate qu'on alterne pas mal la violence et le voyeurisme en tout cas (à 12 ans un enfant a déjà vu 20.000 morts - même source que mon post précédent)

          • [^] # Re: nimage

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            En fait le problème est de caractériser l'ensemble de la violence.
            Le meurtre a en effet baissé depuis un paquet de temps, mais d'autres délits ou crimes ont augmenté à côté. Qu'est-ce qui est le plus important ?
            Le problème n'est pas tant que les médias parlent de la violence (c'est un sujet assez important) mais qu'ils en parlent de manière sournoise en s'attardant sur des faits divers inintéressants, sur des conflits à l'étranger dont le déroulement ne nous concerne pas vraiment, etc. Cela maintient une impression que la violence est en effet partout alors qu'en réalité elle reste faible dans nos contrées.

            D'autant qu'on se sert des dits faits divers pour promulguer des lois censées contre carrer le fait divers en oubliant que dans 99% des cas ça sera assez inefficace. Est-ce qu'il est possible réellement de supprimer le terrorisme ? Qu'est-ce qui empêche un homme qui sombre dans la folie de commettre des atrocités avec un couteau ou autre arme envers sa famille ou un inconnu ? La seule solution réelle est de réduire en soit la pauvreté qui limiterait les crimes violents comme certains vols mais après l'État et la société reste bien impuissant devant certaines situations…

            • [^] # Re: nimage

              Posté par (page perso) . Évalué à 5. Dernière modification le 21/04/14 à 16:46.

              J'ajoute le lien vers les stats / homicides : http://quoi.info/actualite-societe/2013/01/18/insecurite-delinquance-est-ce-quon-tue-plus-en-france-quavant-1151088/

              La réalité quotidienne de la violence n'est pas celle dont on a peur : un malfrat inconnu dans une ruelle obscure.
              en France une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son concubin, deux enfants meurent chaque jour de la violence d'un adulte - le plus souvent un parent. Et je pourrais parler des incestes etc.

              Alors oui 665 homicides par an c'est 665 de trop, mais rapporté à la population c'est un épiphénomène. Le problème c'est que ça permet d'ouvrir tous les soirs le journal TV en annonçant deux homicides, d'où une vision totalement déformée de la réalité.

            • [^] # Re: nimage

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Pour la pauvreté je te rejoins entièrement. Mais compte tenu du système décrit par Noam Chomsky dans lequel les élites nous enferment il est peu probable que ça change.
              Voir aussi la vidéo de la discussion entre Thomas Piketty et Emmanuel Tood à l'occasion de la sortie du livre du 1er (le capital au XXIè s.) sur les inégalités qui n'ont jamais été aussi grandes.
              Citons aussi le rapport de l'Oxfam : les 85 personnes (ça tient sur les doigts de 9 personnes) les plus riches du monde détiennent autant de fortune que les 3,5 milliards les plus pauvres (la moitié de la planète).

              • [^] # Re: nimage

                Posté par (page perso) . Évalué à -1.

                Citons aussi le rapport de l'Oxfam : les 85 personnes (ça tient sur les doigts de 9 personnes) les plus riches du monde détiennent autant de fortune que les 3,5 milliards les plus pauvres (la moitié de la planète).

                Il faut remettre en perspective des chiffres aussi énormes.
                Les 85 plus riches appartiennent aux pays les plus riches (en négligeant les familles royaux), qui sont pour la plupart les plus riches depuis des siècles. Ces riches sont en général des dirigeants d'entreprises où tu retrouves leur produit dans pratiquement toute les maisons et qui font vivre des milliers/millions d'emplois à eux seuls. Les 3,5 milliards de personnes les plus pauvres sont souvent sans emplois ou alors produisent de quoi vivre pour eux et leur famille. C'est normal du coup d'avoir une différence impressionnante de richesse si on compare leur productivité.

                Aplanir les inégalités sociales de pays différentes est je pense impossible sans que les pays les plus pauvres arrivent à s'en sortir. Mais comment des pays en guerre civile, avec des dirigeants souvent corrompus ou autres encore peuvent réellement s'en sortir ? Comment l'Occident pourrait les aider ?
                Je pense qu'il y a déjà fort à faire pour le faire dans nos propres pays, où on peut jouer sur la fiscalité et autres dispositifs pour réduire ça, que de s'occuper du monde entier où il n'y a aucun dispositif en place pour régler le dit problème.

                D'autant que ce n'est pas la pauvreté en Syrie qui cause des violences en France, du moins pour l'instant.

                • [^] # Re: nimage

                  Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 21/04/14 à 17:17.

                  Ça m'impressionne que tu n'y voies pas un pb, quand on sait que les plus riches pillent les ressources naturelles et polluent celles qui restent de sorte que les plus pauvres ne pourront bientôt plus se nourir naturellement. Et la variable écologique rend bien le pb mondial à mon avis.

                  Par ailleurs, que des fortunes privées soient comparables à celles des États pose un problème de société.

                  • [^] # Re: nimage

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    C'est un problème, mais comme je le signale c'est un problème dont on a aucun moyen de le réduire. Du moins aucun moyen contraignant.

                    Après oui certaines fortunes sont comparables à des États mais n'oublions pas que certains États comme Monaco ou le Vatican ne concernent que quelques milliers de personnes aussi, soit une taille plus réduite que certaines entreprises !

                    • [^] # Re: nimage

                      Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 21/04/14 à 17:44.

                      Thomas Piketty montre que les deux guerres mondiales ont joué ce rôle régulateur. Il faut évidemment le regretter car le but n'est pas (de tuer un grand nombre de personnes et) d'appauvrir tout le monde. Mais le fait est que les deux guerres ont masqué l'ampleur du déséquilibre du système. Pourtant Adam Smith lui-même était septique sur le libéralisme, il parle de la richesse des nations mais pas de celles des hommes car il perçoit que la recherche d’efficacité va entraîner une baisse des revenus au minimum de subsistance. De fait Thomas Piketty montre que depuis le XIXe s, la rente croit bien plus vite que le revenu ce qui conduit mécaniquement à un renforcement des fortunes et des inégalités (c'est par définition décorrélé de tout mérite contrairement à ce qu tu énonces). Apparemment, Il propose logiquement d'alléger la fiscalité sur le revenu et d'alourdir celle sur le patrimoine (ce qui n'est pas la tendance contemporaine) mais il faut pour cela agir au niveau régional ou mondial ; Emmanuel Todd prône le protectionnisme. Je pense personnellement qu'il faut être ouvert à toute idée et sortir du discours dominant et de la propagande des élites (dont TINA). Les travaux de Piketty semblent montrer si j'ai bien compris que, historiquement, la crise actuelle n'en est pas une et que c'est les trente glorieuses qui étaient une exception conjoncturelle (rattrapage post guerre). Si l'état actuel du système est son état normal, il faut de sévères corrections ou en changer, ça me parait logique. Mais comme les élites et donc le système politico-médiatique n'a pas intérêt au changement, ce discours ne peut être mis en avant. Donc on va parler de la violence et prendre des boucs émissaires, au hasard les jeunes et le immigrés : ceux qui ne votent pas, quoi.

                      • [^] # Re: nimage

                        Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                        Mais comme les élites et donc le système politico-médiatique n'a pas intérêt au changement, ce discours ne peut être mis en avant.

                        C'est pire que ça : ce sont ces élites qui ont mis en place ce système actuel. Système protectionniste pour le citoyen normal qui croule sous les contraintes administratives, et libéral pour les grands afin qu'ils soient pas, eux, trop liés par des contraintes à un État, tout en profitant des contraintes imposées aux autres : d'un côté ça freine la concurrence des petits, et d'un autre ça permet à des subventions et autres stratagèmes payés par tous de finir dans leur poche (comme pour les chalutiers, entre mille autres choses). Ce n'est pas le libéralisme ou le protectionnisme qui est en faute, mais le fait que suivant si on est grand ou non, on a droit au deux ou qu'au deuxième.

                      • [^] # Re: nimage

                        Posté par (page perso) . Évalué à -10. Dernière modification le 21/04/14 à 20:43.

                        Mais comme les élites et donc le système politico-médiatique n'a pas intérêt au changement, ce discours ne peut être mis en avant.

                        Tu veux plutôt dire : comme tu n'arrives à convaincre personne avec de la bouillie, ce discours ne peut être mis en avant.
                        C'est rigolo comme les gens arrivent à trouver que c'est la faute des élites quand personne de chez personnes dans les citoyens ne trouve ces "idées" interessantes.

                • [^] # Re: nimage

                  Posté par . Évalué à 10.

                  Les 85 plus riches appartiennent aux pays les plus riches (en négligeant les familles royaux), qui sont pour la plupart les plus riches depuis des siècles.

                  Ces riches sont en général des dirigeants d'entreprises où tu retrouves leur produit dans pratiquement toute les maisons

                  Ces riches ne tirent pas l'essentiel de leurs revenus d'un salaire, donc de leur activité de dirigeant, mais de la rente des capitaux qu'ils possèdent, c'est à dire de la valeur qu'ils captent du travail des autres. Gérer son patrimoine est un travail en soi, mais c'est pas ça qui produit la valeur d'usage dans les maisons…

                  et qui font vivre des milliers/millions d'emplois à eux seuls.

                  Qu'ils sont doux et bons, ces riches, de faire vivre des millions de gens, et à eux seuls en plus ! De vrais héros ! D'autres verraient le truc dans l'autre sens : ce sont des millions de travailleurs qui font vivre quelques possédants, dans un grand élan de solidarité sans doute.

                  Blague à part, je ne sais pas ce que ça veut dire que faire vivre un emploi, j'ai supposé au-dessus qu'un glissement avait été opéré entre emploi et employé. Sinon, il me semble qu'en théorie les entreprises répondent à une demande, et c'est donc cette demande qui créé de l'emploi. Les propriétaires de l'entreprise s'arrangent pour capter cette demande et les richesses qui vont avec : il ne s'agit pas de « faire vivre des milliers/millions ».

                  Les 3,5 milliards de personnes les plus pauvres sont souvent sans emplois ou alors produisent de quoi vivre pour eux et leur famille

                  … ou alors qu'ils produisent bien plus que de quoi les faire vivre eux et leurs familles, mais qu'ils sont simplement privés du fruit de cette production.

                  Un bengalais qui coud 12h/jour et 7/7j pour ne palper que quelques euros par jour, il n'est certainement pas assez productif. Un enfant de 10 ans qui passe ses journées à porter des briques pour 2€ est lui aussi très peu productif.

                  C'est normal du coup d'avoir une différence impressionnante de richesse si on compare leur productivité.

                  Tout à fait. C'est d'autant plus normal que ce sont les employeurs qui ont le monopole de la productivité : ils sont les seuls à décider de qui est productif (dans l'emploi) ou non (hors emploi), et à évaluer la productivité de chacun. Il est normal que cette classe se

                  s gens à travers un salaire, qui est la seule source de revenu pour la plupart des gens…

                  • [^] # Re: nimage

                    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                    mais de la rente des capitaux qu'ils possèdent,

                    Capitaux qui doivent souvent soit comme un équivalent de salaire soit comme un investissement au départ. Le patron qui a mis ses économies pour créer une boite et prend les risques peut en effet s'il réussit en tirer parti de ce capital. Ça me semble être une récompense raisonnable pour un risque assez énorme.

                    Qu'ils sont doux et bons, ces riches, de faire vivre des millions de gens, et à eux seuls en plus ! De vrais héros ! D'autres verraient le truc dans l'autre sens : ce sont des millions de travailleurs qui font vivre quelques possédants, dans un grand élan de solidarité sans doute.

                    Sauf que de créer une boite c'est prendre un risque que tout le monde ne veut pas prendre.
                    Et un dirigeant qui fait mal son boulot, cela se traduit par des pertes colossaux et des effectifs à réduire. je doute que l'échec d'un ouvrier ou d'un ingénieur conduise au même résultat dans une entreprise. L'employeur permet par sa vision, les contrats qu'il peut signer et les opportunités de marché qu'il voit de créer de l'emploi, accroître son entreprise et améliorer les produits. C'est important que le reste de la pyramide fasse du bon travail mais si quelques éléments échouent cela ne va pas tout effondrer.

                    Sinon, il me semble qu'en théorie les entreprises répondent à une demande, et c'est donc cette demande qui créé de l'emploi. Les propriétaires de l'entreprise s'arrangent pour capter cette demande

                    Comme tu le dis, c'est le dirigeant qui va choisir la direction de l'entreprise et la mener à sa réussite ou à sa perte… Et cela peut tout changer en terme d'emplois.

                    Un bengalais qui coud 12h/jour et 7/7j pour ne palper que quelques euros par jour, il n'est certainement pas assez productif. Un enfant de 10 ans qui passe ses journées à porter des briques pour 2€ est lui aussi très peu productif.

                    C'est juste que son travail ne concerne pas assez de monde pour permettre d'avoir une certaine rentabilité. Ces personnes là n'ont qu'une influence très locale et la demande pour leur travail est très limité (en plus ce sont des tâches dont la compétence ne manque pas dans la population).
                    Ils font sans doute du mieux qu'ils peuvent, mais l'impact étant limité de facto le rendement et la rentabilité est en chute libre par rapport à d'autres professions.

                    Regarde un artiste, ceux qui vendent le plus de contenus et attirent le plus du monde à leurs exhibitions sont ceux qui récoltent le plus. C'est après tout normal que ceux qui influencent le plus de gens et qui arrivent à vendre le mieux leur travail en récolte plus. même s'ils ne travaillent pas forcément plus, ils ont justes plus efficaces.

                    • [^] # Re: nimage

                      Posté par . Évalué à 7.

                      Le patron qui prend des risques il n'est pas riche, enfin pas plus qu'un ingénieur quelconque. Mais il existe une classe de décideurs pressés qui récupère un max de thune (bien plus que celui qui met ces économies en jeux) et qui prend le risque de se voir remercier avec une prime de départ…

                      Pour les travailleurs pauvres, je ne suis pas sûr que les ballons de foot, les basquettes ou autre soit très local, peu demandé, etc

                      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                      • [^] # Re: nimage

                        Posté par . Évalué à 3.

                        il existe une classe de décideurs pressés qui récupère un max de thune (bien plus que celui qui met ces économies en jeux) et qui prend le risque de se voir remercier avec une prime de départ…

                        Je suis d'accord, et j'aimerais rajouter que la première règle de l'investissement (je ne parle pas de création d'entreprise), c'est de ne mettre que l'argent dont on est certain de ne pas avoir besoin au moins dans le moyen-terme (et plutôt dans le long terme). Dans une très moindre mesure, lorsque je mets 200$ dans un projet kickstarter, je considère cet argent comme « perdu ». J'espère que le produit que j'aide à financer va se réaliser, mais je n'ai aucune garantie.

                        Du coup, il est évident que lorsque la famille a déjà une certaine fortune, il est plus aisé pour l'héritier de tenter d'investir (en bourse par exemple), et de se rétablir si ça n'a pas marché.

                    • [^] # Re: nimage

                      Posté par . Évalué à 9.

                      Capitaux qui doivent souvent soit comme un équivalent de salaire soit comme un investissement au départ. Le patron qui a mis ses économies pour créer une boite et prend les risques peut en effet s'il réussit en tirer parti de ce capital. Ça me semble être une récompense raisonnable pour un risque assez énorme.

                      Oui, le risque est le prétexte à l'accumulation de richesses par le capital, c'est ce qui justifie aussi bien (en partie) les intérêts dans les prêts financiers que la captation de la valeur ajoutée. La prise de risque devrait être encouragée et récompensée.

                      Sauf que. Sauf que le risque effectivement pris dépend notamment de ton patrimoine de départ, et que les situations du français qui ouvre son magasin de réparation informatique dans un bled paumé, et celle de Bill Gates n'ont absolument rien à voir.

                      Les 85 personnes les plus riches, elles perçoivent des récompenses déraisonnables pour un risque assez marginal.

                      Sauf que de créer une boite c'est prendre un risque que tout le monde ne veut pas prendre.

                      Certes.

                      Et un dirigeant qui fait mal son boulot, cela se traduit par des pertes colossaux et des effectifs à réduire.

                      Éventuellement. Même un dirigeant qui fait bien son boulot, ceci dit : si une entreprise se pète la gueule, c'est pas nécessairement que le dirigeant à mal fait son taff, et réciproquement. L'entreprise s'inscrit inévitablement dans une conjoncture.

                      je doute que l'échec d'un ouvrier ou d'un ingénieur conduise au même résultat dans une entreprise.

                      Bah ça dépend de la structure de l'entreprise et de la fonction de ces ouvriers / ingénieurs. Concrètement, quelqu'un qui entreprend d'ouvrir un restaurant, il lui faut une équipe qui assure, des cuistots au service… En restauration de peinture aussi, un ouvrier peut faire du dégât :)

                      L'employeur permet par sa vision,

                      L'employeur au sens large, c'est ceux qui possèdent l'entreprise. C'est pas forcément eux qui l'ont créé, donc pas forcément eux qui prennent le plus de risque. La vision du CA de Nokia

                      les contrats qu'il peut signer

                      C'est sûr que c'est pas l'ouvrier qu'on fait pointer qu'on autorisera à signer des contrats…

                      et les opportunités de marché qu'il voit de créer de l'emploi,

                      Comme je le disais plus haut, il ne créé pas d'emploi, il fait en sorte que l'emploi qui doit être créé pour répondre à la demande le soit dans son entreprise, afin que ce soit lui plutôt qu'un autre qui capte le pognon associé à cette demande.

                      accroître son entreprise et

                      Particulièrement avant de revendre l'entreprise : on embauche à tour de bras pour faire grimper la valeur de la boîte, on vend, et le nouveau propriétaire débauche.

                      améliorer les produits.

                      Ou éventuellement les dégrader, en mettant en place diverses restrictions :
                      - logicielles pour créer artificiellement des gammes de produits électroniques
                      - matérielles et logicielles, pour rendre la clientèle captive

                      Le premier élément que tu énonces (créer de l'emploi) n'est pas du fait de l'employeur. Les autres (faire grossir l'entreprise et améliorer les produits) ne sont pas des finalités mais des moyens potentiels pour l'employeur de satisfaire ce qu'il pense être son intérêt. Autrement dit : c'est ce qui permet au capitaliste de cumuler plus de capital.

                      On est loin du mythe de « l'entrepreneur » prenant des « risques » mais qui grâce à « sa vision » « fait vivre » le monde qui l'entoure.

                      Comme tu le dis, c'est le dirigeant qui va choisir la direction de l'entreprise et la mener à sa réussite ou à sa perte… Et cela peut tout changer en terme d'emplois.

                      Si l'on considère l'entreprise comme un objet indépendant et auto-suffisant, oui, ça peut tout changer en terme d'emplois. Si l'on considère l'entreprise comme un agent d'une économie plus vaste, en terme d'emplois l'impact me semble négligeable.

                      C'est juste que son travail ne concerne pas assez de monde pour permettre d'avoir une certaine rentabilité. Ces personnes là n'ont qu'une influence très locale et la demande pour leur travail est très limité (en plus ce sont des tâches dont la compétence ne manque pas dans la population).
                      Ils font sans doute du mieux qu'ils peuvent, mais l'impact étant limité de facto le rendement et la rentabilité est en chute libre par rapport à d'autres professions.

                      Le bengalais dont je parlais fabrique des milliers de t-shirts chaque année, qui peuvent être vendus à des européens ou des américains plusieurs dizaines d'euros l'unité. C'est une industrie mondialisée qui me semble au contraire très très rentable.

                      Regarde un artiste, ceux qui vendent le plus de contenus et attirent le plus du monde à leurs exhibitions sont ceux qui récoltent le plus. C'est après tout normal que ceux qui influencent le plus de gens et qui arrivent à vendre le mieux leur travail en récolte plus. même s'ils ne travaillent pas forcément plus, ils ont justes plus efficaces.

                      Hé bien, faire fi de toute le système médiatique et conclure que les revenus sont simplement proportionnels à l'efficacité, c'est pas mal !

                      • [^] # Re: nimage

                        Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 22/04/14 à 14:08.

                        Renault, Je rejoins thamieu : tu raisonnes au niveau micro sans prendre en compte les contextes macro. La macro-économie sur laquelle s'appuie thamieu dans son argumentation permet de voir l'ensemble du tableau (ex : « il ne créé pas d'emploi, il fait en sorte que l'emploi qui doit être créé pour répondre à la demande le soit dans son entreprise, afin que ce soit lui plutôt qu'un autre qui capte le pognon associé à cette demande. »), de même que la sociologie, en montrant l'influence de la société sur les individus, permet de relativiser la notion de mérite. Dans tous les cas, il faut voir le système dans son entier pour apprécier la place de ses acteurs

                        thamieu : j'aime beaucoup ton approche, très claire. Tu enseignes ? (tu devrais)

                    • [^] # Re: nimage

                      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

                      Sauf que de créer une boite c'est prendre un risque que tout le monde ne veut pas prendre.

                      En tant qu'entrepreneur, j'abonde.
                      Mais… Je suis entrepreneur, et pas rentier, justement.
                      Dit moi quelle risque il y a dans ça, sachant que l'année dernière c'était ~3.5%, et qu'en 2014 ils garantissent mini 2%.

                      Une personne qui "gère" des milliards, une Bétencourt ou autre, n'a plus cette gestion du risque, c'est jsute des chiffres.

                      Oui, il faut que la prise de risque paye, mais non, il ne faut pas que quelqu'un qui a juste 2 clics à faire puisse se tourner les pouces tranquille et engranger des millions comme ça sans risques.

                      Note : j'ai entre autre ce contrat, j'en profite, mais ça ne veut pas dire que je trouve ça "normal", surtout que je vais payer très peu d'impots dessus, juste 15% de charges sociales et rien en impot sur le revenu progressif avant un bon montant plus que le SMIC du mec qui en chie au travail, facile la vie de rentier.

                      • [^] # Re: nimage

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Une personne qui "gère" des milliards, une Bétencourt ou autre, n'a plus cette gestion du risque, c'est jsute des chiffres.

                        Surtout que c'est probablement pas elle qui gère.

                        Note : j'ai entre autre ce contrat, j'en profite, mais ça ne veut pas dire que je trouve ça "normal", surtout que je vais payer très peu d'impots dessus, juste 15% de charges sociales et rien en impot sur le revenu progressif avant un bon montant plus que le SMIC du mec qui en chie au travail, facile la vie de rentier.

                        Tout à fait, et n'oublions pas les autres niches fiscales à la con, genre investissement locatif (Robien, Scellier… maintenant Duflot qui semble quand même beaucoup plus restrictif).

                        (je précise que moi aussi j'ai une AV, mais je trouve tout de même les avantages fiscaux totalement iniques)

                        • [^] # Re: nimage

                          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                          (je précise que moi aussi j'ai une AV, mais je trouve tout de même les avantages fiscaux totalement iniques)

                          Pareil ici.
                          Plus je gagne d'argent, moins je paye d'impôts (hors TVA, et impôts locaux certes).
                          Depuis que j'ai quadruplé mes revenus, je suis à quasi zéro euros d'impôts sur le revenu depuis 6 ans (sauf une année ou j'ai merdé, mais ça a été limité à quelque chose comme 1200 €).

          • [^] # Re: nimage

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Des chiffres complets qui font état de la baisse de la violence qui ne se limite pas aux homicides. Même les vols sont en baisse sur les dix dernières années. http://www.scienceshumaines.com/violence-de-quoi-parle-t-on_fr_30395.html

  • # Besoin d'aide pour le support long terme

    Posté par . Évalué à 10.

    Comme rappelé dans le communiqué, cette prise en charge long terme ne peut être pérenne que si les contributions suivent :

    Y a-t-il besoin d'aide supplémentaire ?
    Absolument. squeeze-lts n'est pas gérée par l'équipe de sécurité de Debian, mais par un groupe distinct de bénévoles et sociétés intéressés pour en faire un succès (avec un chevauchement des personnes impliquées). Donc, si vous êtes une société utilisant Debian et voyant un bénéfice dans une prise en charge de la sécurité pour cinq ans, entrez en contact avec team@security.debian.org et nous verrons comment vous pouvez aider (si vous n'avez par exemple pas les ressources humaines ou ne savez pas comment contribuer, nous pouvons vous indiquer une liste de conseillers Debian).

    • [^] # Re: Besoin d'aide pour le support long terme

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Merci pour la précision, j'avais initialement prévu de l'ajouter en cours de rédaction mais mon attention de mouette passant par là, j'ai publié le journal sans cette information importante.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # Qui ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Alors je doit reconnaitre que j'imagine que ça va faire plaisir à tout les gens qui veulent pas systemd, mais j'imagine qu'il y a aucun lien de cause à effet.

    Par contre, ce qui me chagrine, c'est qu'on sait pas exactement qui est derrière l'idée. IE, tout les articles parlent d'un groupe distinct, mais la, je ne sais pas si il y a déjà des volontaires, etc.

    • [^] # Re: Qui ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il faudra attendre l'annonce officielle pour ça à mon avis. On sait déjà qu'il y a une partie de l'équipe sécurité actuelle mais on ne sait pas si tous les membres de l'équipe sont déjà désigné ou pas. Vu la teneur de l'annonce, j'imagine que certains aimeraient se faire payé en tant que consultant pour ça.

      « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Qui ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pour ma part j'avais vu un message sur LWN demandant aux personnes éventuellement intéressées par une squeeze-lts de se manifester, chose que j'ai faite. Toutes les personnes ayant fait de même ont été inscrites sur une mailing list («Squeeze LTS coordination list»), où il nous a été demandé de nous présenté, puis quelques discussions y ont débuté. Chose étonnante pour Debian, la liste en question est privée.

      De ce que je peux dire c'est qu'il y a des gens qui propose une aide pécuniaire, et d'autres qui proposent une aide plus large (par exemple, leur employeur faisant déjà une partie du boulot en interne, ils seraient intéressés pour contribuer directement).

      En tous cas, ça me semblait un peu tôt pour annoncer quoi que ce soit de manière officielle.

      alf.life

      • [^] # Re: Qui ?

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        En tous cas, ça me semblait un peu tôt pour annoncer quoi que ce soit de manière officielle.

        Clair.
        C'est très très loin de ce qu'annonçait le journal (aucun conditionel), hum

        • [^] # Re: Qui ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est très très loin de ce qu'annonçait le journal (aucun conditionel), hum

          Il n'y a aucun conditionnel dans l'annonce de l'équipe de sécurité de Debian.

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

          • [^] # Re: Qui ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            C'est bien ce qui m'étonne. Qu'ils annoncent la fin du support traditionnel de la Squeeze, est tout à fait normal. Mais l'annonce de la Squeeze-LTS, moi ça m'a surpris. À moins que le «projet» ait été migré sur une autre liste à laquelle les «volontaires» n'ont pas été conviés, pour moi ça n'était encore qu'un projet, en discussion.

            Mais à la limite, si ça bouge vite, c'est pas forcément plus mal.

            alf.life

          • [^] # Re: Qui ?

            Posté par . Évalué à 1.

            1 mois et demi s'est écoulé entre l'appel à contribution (https://lists.debian.org/debian-devel-announce/2014/03/msg00004.html) et l'annonce de la concrétisation. mois et demi qui a sans doute permis d'avoir du recul et de vérifier la faisabilité d'une lts au vu des retours et propositions de contributions.

  • # Annonce officielle

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Voilà l'annonce officielle mais il n'y pas d'information supplémentaire.

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.