Journal Besoin d'un détecteur de crocodiles

12
29
août
2011

#include <Bonjour_cher_lecteur.h>

Il existe en Russie une drogue nommée "Krokodil", qui fait des ravages dans certaines parties (défavorisées) de la population. Elle tire son nom de l'aspect d'écailles vertes que prend la peau de ses malheureux consommateurs aux endroits où ils se l'injectent.

Vous me direz, bon, c'est pas bien, mais, pour les lecteurs de ce site, ça reste d'une dangerosité limitée : bien que demeurant une opération délicate, la recompilation du noyau n'implique à priori pas de risques majeurs d'injection de substances illicites (ou alors la notion de comportement indéterminé en C doit faire l'objet d'une révision urgente). Et puis, en plus, ce n'est pas vraiment nouveau, certains en ont même déjà entendu parler, il y a deux mois.

Oui, oui, deux mois, précisément. Comment je le sais? Facile, la quasi-totalité des articles occidentaux sur le sujet sont datés de la période allant du 20 au 30 juin 2011.

Vous ne me croyez pas? Mon ami Google indique les dates des contenus qu'il référence. Sur la première page de l'édition anglophone, la recherche "Krokodil drug" indique un article de l'Independant daté du 22 juin , deux vidéos datées des 21 et 22, un article du Time daté du 20, trois autres sites datés entre le 21 et le 26, une vidéo récente, mais russe, et un article de Foxnews daté du 28. Les pages suivantes, ainsi que l'édition française, présentent des résultats similaires.

Bien, il s'agit donc d'un phénomène de mode dans la presse. Mais comment se fait-il donc que certains articles comportent des descriptions de victimes de ce produit? Des victimes bien différentes, je veux dire. L'Independant parle d'Oleg et Sasha, deux consommateurs actifs, Le Time d'Irina Pavlova, une ex-consommatrice, et l'édition anglaise de la Pravda évoque un homme et trois jeunes femmes anonymes à Ufa. Au passage, le Time date sa photographie du 13 juin : le journal aurait-il, sans le savoir, lancé le phénomène, amenant les autres à réagir en urgence par l'envoi de leurs propres journalistes?

Sans doute. Mais alors, d'où viennent ces vidéos qui ont envahi le web précisément au même moment? Aujourd'hui encore, sur Google Vidéo, six des neuf résultats de la première page de la recherche "Krokodil drug" datent d'entre le 21 et le 30 juin 2011 (le dixième est une liste de vidéos, et sur les trois autres, l'un est russe, les deux autres datent de juillet 2011). La réactivité des internautes établirait-elle des records, remplissant le web de témoignages audiovisuels anglophones précisément au moment où ce phénomène, strictement cantonné à la Russie rappelons-le, fait brusquement parler de lui?

Félicitons-nous donc de l'esprit de réactivité qui anime aujourd'hui tant la presse professionnelle que le réseau d'amateurs qui font la fierté d'internet, et qui permet de fournir à l'esprit toujours en éveil du citoyen moderne toutes les informations sur les sujets de société qui l'intéressent vraiment, et ce, immédiatement, et sans délai ni suivi superflus!

Malheureusement, des esprits chagrins pourraient faire remarquer que cet afflux d'informations pourrait s'apparenter, disons le mot, à de la manipulation. Les mauvais penseurs que voilà! Car enfin, supposer que quelqu'un soit parvenu à manipuler des groupes aussi divers que les lecteurs d'xkcd, les journalistes de Rue89, et la foule de blogueurs que référence google blogs search sur ces termes, n'est-ce pas proprement insensé?

Mais bah, les marionnettes sont un jeu comme les autres, il y aura toujours de mauvais perdants.

Cependant, pour rassurer ces mauvais esprits et les ramener dans le droit chemin, on pourrait tenter d'établir une liste de signes qui permettent de distinguer l'authentique sujet d'intérêt commun de la basse manipulation. Je propose d'y inclure les points suivants.

Tout d'abord, les manipulations portent sur des phénomènes qui n'intéressent pas immédiatement le citoyen : pour créer un intérêt, elles sont contraintes de procéder par un matraquage sur une courte durée, propulsant brusquement dans l'espace public une quantité d'informations bien plus élevée que ce que le sujet ne permet de justifier.

De même, dès que leur fourniture cessera, l'intérêt artificiel se dissipera et les informations fournies ne feront l'objet d'aucun suivi. Mais ça, dirons ces oiseaux de mauvaise augure, cela ne fonctionne que rétrospectivement.

Un autre indice pourrait être le caractère peu réaliste de la survenue spontanée d'un intérêt quelconque pour l'information considérée. Par exemple, si un journal annonçait qu'un skipper risque de se voir refuser le franchissement du détroit de Gibraltar parce qu'il semble que son catamaran a été traité au DDT, les gens auraient sans doute raison de croire qu'on tente de les manipuler — mais bon, de toutes façons, personne ne parviendrait jamais à faire avaler ça à qui que ce soit. En revanche, s'il s'agissait d'un porte-avions désaffecté contenant peut-être de l'amiante dans le canal de Suez, le caractère légitime des craintes citoyennes serait incontestable, tant la menace sur les populations serait évidente et inacceptable.

On pourrait aussi citer le fait que la manipulation doit avoir un but, alors que l'information est par nature désintéressée. Hélas, il faut prévoir que certains, citant l'article anglais de Paul Graham sur le sujet, feront remarquer que ces objectifs peuvent être difficiles à repérer. Dans ce cas, l'auteur (un maudit manipulateur qui a osé publier les méthodes qu'il a employées) avait fait paraître des articles mentionnant notamment qu'il y avait à l'époque 5000 boutiques en ligne, afin de pouvoir affirmer à ses investisseur qu'avec 1000 clients, il détenait 20% du marché mondial. Ainsi, toute information peut être vue comme ayant un objectif caché : des personnes tordues pourraient accuser les honnêtes récits concernant la drogue Krokodil de servir la cause des partisans de la tolérance à l'égard de l'héroïne (afin de maintenir son prix abordable pour le consommateur américain, lui évitant les affres de son pauvre alter-ego russe), ou bien, qui sait! de chercher à salir l'image de la Russie à l'étranger.

Le problème, évidemment, c'est qu'avec toutes ces considérations, ce qu'il reste de cette liste est un peu court, et risque de ne pas suffire à rassurer les plus sceptiques. Je me tourne donc vers vous : auriez-vous d'autres idées qui permettraient de distinguer les rares et méprisables manipulations du public des nombreuses et ô combien louables informations honnêtes qui chaque jour tentent de désaltérer la soif de connaissance qui anime légitimement l'homme moderne?

  • # Manipulation

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je pense que tu es en train de nous manipuler avec tes histoires de Krokodil !

    blog.rom1v.com

    • [^] # Re: Manipulation

      Posté par . Évalué à 6.

      Ich bin Schnappi, das kleine Krokodil...

      (et voilà, c'est malin !)

  • # Krokodil Gena

    Posté par . Évalué à 1.

    Ils sont accros au Krokodil Gena ?
    http://www.youtube.com/watch?v=JKaRb28b0NU

  • # Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

    Posté par . Évalué à 10.

    Je n'ai pas de connexions privilégiées dans toutes les rédactions du monde, mais je suis prêt à parier que les choses se sont passés ainsi :

    Il y a des reporters un peu partout dans le monde, y compris en Russie. Les différentes rédactions du monde doivent donc avoir des piles de reportages et de photos sur cette saloperie de drogue, et ce depuis des lustres. De plus il y a probablement des groupes qui essayent de tirer la sonnette d'alarme depuis un moment, qui gesticulent devant les médias de façon à attirer l'attention depuis des mois.

    Mais bon entre les US qui perdent le triple A, la crise éco qui revient, les élections aux US et en France et la guerre en Libye qui en a quelque chose à foutre de junkies russes qui se shootent à l'acide iodhydrique. Surtout que ça bouffe tellement le corps que les gonzesses ont même pas le temps de se prostituer avant de pourrir vivante.

    Ah merde, il y a un mec qui sort un sujet là dessus et qui fait de l'audience... Vite vite on sort tout ce qu'on a, et on appuie bien le fait que l'on est indigné par l'inaction quasi totale du gouvernement russe.

    • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Les différentes rédactions du monde doivent donc avoir des piles de reportages et de photos sur cette saloperie de drogue

      Ce n'est qu'un avis personnel, mais une drogue efficace (d'après la description, elle est efficace) qui n'est consommée que dans un seul pays, ça m'étonnerait beaucoup.
      Je pense plutôt à une pseudo information. Surtout avec le détail étrange comme quoi la peau ressemblerait à des écailles autour des points d'injection. J'y crois à mort.

      Pourquoi pas, mais ça fait tout de même deux points très étranges. Je n'ai pas lu les articles, mais ce ne doit pas être les seuls.

      • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

        Posté par . Évalué à 8.

        Ce n'est qu'un avis personnel, mais une drogue efficace (d'après la description, elle est efficace) qui n'est consommée que dans un seul pays, ça m'étonnerait beaucoup.

        Dans la plupart des pays, les contenant de la codéine sont vendus exclusivement sous ordonnance, et à des prix volontairement gonflés. Ca limite pas mal les dégâts.

        Je pense plutôt à une pseudo information. Surtout avec le détail étrange comme quoi la peau ressemblerait à des écailles autour des points d'injection. J'y crois à mort.

        Ca par contre, plus le fait que le mec signale dans un article que 'si on manque la veine, c'est l’abcès assuré' ça me fait plutôt penser que c'est vrai. Dessèchement de la peau, cassage en écaille, nécrose noire/bleue/verte et enfin chute des chairs, ca ressemble pas mal à ce qu'on obtient avec des acides forts hyper solubles (dont l'acide iodhydrique fait partie).

        • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

          Posté par . Évalué à 4.

          allez hop, dans le troll
          ça pu la manipulation, ouhaip.
          Et ce n'est pas la première fois qu'on voit apparaître des drogues dont les effets pour le corps sont extrèmement violents et rapides. C'est louche. Il faut savoir qu'en Russie, culturellement, les drogues ne sont pas prises comme un problème, et ne sont pas traitées tel un problème "à part". La consommation de toutes les drogues y est historiquement assez bien tolérés. Ce sont les effets médicaux et sociaux qui ne le sont pas, soit l'abus. Le toxico est alors plutôt considéré comme un malade mental, et selon les époques envoyés en camp ou en tôle ou à l'hôpital.

          Une drogue qui détruit aussi vite ses consommateurs n'a aucun intérêt commercial. C'est très louche de voir apparaître encore une fois ce type de produit sur le marché (après la rachacha coupé à jesaisplusquoi, qui transforme les poumons en passoire en moins de dix prises). Ca ressemble fortement à une manipulation. De qui et pour quoi, ça ce sont les spéculations.

          ps : pour la codéïne, faut être un peu "chtarbé" quant même :p alors que le big top c'est le sulfate de morphine (nom commercial français : skenan) Peu d'effets secondaires, un flash très clair, un contrôle facile, très pur donc très propre sur le corps, seul l'abus et l'usage irraisonné pose problème. Bon, ok, la codéïne est plus facilement accessible.

          ps : pour ceux se posant la question, je ne suis ni pharmacien ni drogué :p juste ancien w social dans une autre vie :p

          • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

            Posté par . Évalué à 4.

            Une drogue qui détruit aussi vite ses consommateurs n'a aucun intérêt commercial.

            Elle n'est d'ailleurs pas commercialisée, mais produite directement en boucle par le consommateur. La phase de production générant apparemment des odeurs nauséabondes caractéristiques. Donc à part un junky dans un ghetto (ou en tout cas un endroit très isolé) personne ne prendrait le risque de fabriquer cette drogue pour un autre.

            Ca ressemble fortement à une manipulation. De qui et pour quoi, ça ce sont les spéculations.

            Si c'est une manipulation, elle est très bien faite. A part le nom "krokodil" qui semble assez récent dans les médias - et qui serait en fait la déformation du mot hlorokodid, une des formes de desomorphine artisanale (Et si on ajoute à cela les symptômes, ça tombe pas mal comme nom). On trouve des articles sur google parlant de desomorphine par paquets. Il suffit de faire une recherche sur

            дезоморфиновая

            Pour s'en prendre des pelletées, certaines ayant plus de deux ans. On trouve aussi un paquet d'éléments sur la fabrication de la drogue (y compris dans des journaux sérieux, dont un va jusqu'à donner la recette ou presque, d'ou l'absence de lien direct). Faites le test, vous verrez.

            Bien sur il n'est pas rare de voir un spoof qui a foiré sur le coup, repartir de nul part deux ans après. Mais bon, la même la Pravda et Dimitri Medvedev se seraient fait avoir :
            http://english.pravda.ru/hotspots/crimes/23-06-2011/118296-desomorphine-0/
            http://eng.state.kremlin.ru/state_council/2088

            En fait c'est apparemment le meeting d'avril qui a tout déclenché. Mdvedev aurait refusé de retirer la codeine de la vente libre, grosse grogne, donc il a refait une conférence en juin pour faire porter le chapeau à internet et commencer une suite de procédures contre les sites qui donnent la recette. (C'est toujours de la faute d'internet, je sais pas si vous avez remarqué)

            • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

              Posté par . Évalué à 2.

              Si c'est une manipulation, elle est très bien faite.

              Je précise ma pensée : à mon avis, toutes les informations données sont parfaitement authentiques. La manipulation que j'évoque consiste à les publier brusquement dans la presse occidentale, de façon massive, et à priori sans élément déclencheur qui pourrait justifier ce soudain intérêt.

              Pas besoin de mentir pour manipuler...

              • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

                Posté par . Évalué à 2.

                et à priori sans élément déclencheur qui pourrait justifier ce soudain intérêt.

                L'élément déclencheur c'est la seconde conférence de Medvedev en juin, vu que celle d'avril avait pas vraiment convaincu.

                En étant plus méchant on peut y voir aussi une tentative des médias US pour discréditer la Russie vis à vis de l'Europe au moment ou la Russie commence ses négos pour rentrer dans le marché commun (Mais ca serait ignoble de faire ça, regarder les publications anglaises détenues par des consortiums américains, elles sont on ne peut plus objectives vis à vis de l'Europe)

      • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

        Posté par . Évalué à 9.

        C'est le résultat classique des injections de produits contenant des coagulants.
        Par exemple, en France il n'existe toujours pas de protocole complet de soin incluant au départ la prise contrôlé, pour travailler en premier lieu sur les effets sociaux. Le protocole ne commence qu'avec le substitut, qui se présente sous deux formes: méthadone ou subutex. La méthadone étant encadrée de manière particulière, elle est l'outil de la troisième phase. Le subbutex devant être celui de la seconde phase : celle du traitement des habitudes et du commencement des soins médicaux. Or le subbutux est détourné de son usage, car de nombreux toxicos ne sont pas prêts psychologiquement (ils leur faudrait la fameuse première phase), et beaucoup se retrouvent à s'injecter du subbutex.
        Or le subbutex n'est rien d'autre que du sulfate de morphine, mais additionné de coagulant, justement pour éviter l'usage intraveineux. Faut être vraiment con, peu empathique, pour ne pas voir que ça ne va pas : on projette ce que nous ferions sur eux.

        Donc, pour avoir vu défiler de nombreux bras et jambes ravagés par le subbutex, cela correspond parfaitement à la description journalistique des effets de cette "drogue" : une apparente nécrose de la peau, avec dé-sèchements des chairs, et des veines d'un bleu cobalt du plus bel effet : t'as l'impression que le bras va tomber tout seul ... C'est en fait le résultat des coagulants ajoutés à la drogue.
        (alors que pour ces gens, pas encore prêts pour décrocher du rapport à l'injection, il existe le skenan : propre et controlable)

        Donc ça pourrait tout aussi bien être une simple coupe, ajouté pour produire de manière volontaire cet effet là. Et ça ne peut avoir aucun intérêt commercial.

        • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

          Posté par . Évalué à 5.

          La question qui tue :
          le skenan n'est pas utilisé en milieu hospitalier, ou très très peu.
          le skenan ne peut être prescrit dans un cadre d'un programme de réhabilitation (médicale, sociale)
          le skenan est disponible partout, sur prescription
          mais alors, qui achète le skenan ?

          zut, une question qui fache.

          • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

            Posté par . Évalué à 4.

            Les malades ayant de grandes douleurs récurantes ?

            Tes remarques sont intéressantes et t'as l'air de vachement t'y connaitre, si ma réponse est innocemment fausse n'hésite pas à me contre répondre.

            • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

              Posté par . Évalué à 8.

              Les malades ayant de grandes douleurs récurantes ?

              Ouhaip, mais c'est très minoritaire. Le skenan est typiquement un opiacé de confort. Le malade souffrant de grandes douleurs récurrentes passera par les divers paliers de morphinique (du stade 1 au stade 4). Et le skenan peut être avantageusement remplacé par d'autres types de préparations, plus efficaces. Par exemple celles diminuant l'effet de flash et allongeant l'effet anti-douleur.

              C'est donc certainement l'usage classique le plus répandu : celui de la médication ambulatoire ou à domicile, mais c'est avantageusement -nettement- remplacé par d'autres morphiniques. Il est probable qu'il s'agisse d'une consommation bien moindre que la consommation de confort, récréative, accordée semble t il assez largement. Mais il est difficile, voire impossible, d'obtenir des chiffres précis mettant en rapport la production et les cadres de consommation, en France. C'est la question qui fache car il existe une consommation de confort de ce type de substances, qui est complètement tabou, ces gens ne sont jamais désignés comme des 'drogués', panache des consommateurs 'hors la loi'. C'est cette hypocrisie qui est surprenante. (Et dire que des gens conduisent avec ça ...)

              Et il n'existe pas en France d'autorisation d'utilisation d'autres types d'anti-douleurs reconnus, malheureusement. C'est à dire qu'une personne souffrant d'une maladie chronique engendrant des douleurs récurrentes n'aurait accès qu'à des médications faibles puis directement aux opiacés. Or, entre les médications faibles et les opiacés de palier 2 et 3, il existe d'autres substances intéressantes. Le problème majeur des opiacés est l'effet d'accoutumance : il est rapide de devoir augmenter les doses pour produire le même effet. Le second est l'effet incapacitant : sous l'emprise initiale la personne ne peut pas faire grand chose à pas attendre dans un fauteuil... pas terrible. C'est dommage car d'autres pays (les USA dont la FDA est plutôt exemplaire, le Canada, la Suisse, l'Angleterre, etc etc) ont commencés l'utilisation des CBN et CBD, qui n'ont pas d'effet accoutumance : pas besoin d'augmenter les doses. Ni d'effet handicapant : la personne peut rester active. Mais ici la question reste tabou, trop lié à la culture, trop émotive, manquant de recul et d'objectivité, certainement.

              ps : j'ai oublié le 'tem' (temgésic), et oui ces sujets m'ont passionnés, fut un temps.

        • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          ouhla ! Subutex n'est pas de la morphine, loin de là. il s'agit de buprénorphine. Pharmacologiquement, son action est celle d'un agoniste partiel c'est à dire agoniste sur certains récepteurs seulement, au contraire de la morphine qui est un agoniste pur sur tous les récepteurs(ce qui provoque certains effets secondaires).

          Il n'y a pas de coagulant dedans. Pour éviter les injections, il y a la spécialité suboxone qui associe buprénorphine et naloxone (antidote des opiacés), cette dernière ne passe pas par voie sublinguale mais agit par voie injectable, ce qui rend inintéressant l'injection voire peu donner un syndrome de sevrage (elle va occuper les récepteurs aux opiacés sans donner aucun effet).

          Les problèmes de coagulation (thrombus et autres) sont plus liés aux brèches veineuses ou aux additifs ajoutés par les consommateurs qu'aux composés du produit.

          • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

            Posté par . Évalué à 2.

            Tu as lu wikipedia, toi :-) La buprénorphine est un (type de) sulfate de morphine. Mais toute précisions de chimie correcte éclaire mieux. Merci. j'emploi un vocabulaire "de la rue" et des w sociaux (ce qui résume, par exemple le sulfate de morphine) et effectivement merci de préciser pour le subboxone.

            Après recherche, difficile de re-trouver des infos dessus de nos jours. Donc tu me met le doute sur la présence de coagulant dans les préparations de subbu. Par contre là où il n'y a aucun doute c'est sur le résultat, systématique, de l'injection de subbu sans préparation préalable. Si ce n'est pas des coagulants, il y a bien des ajouts dans les préparations de subbutex afin d'empêcher un usage détourné (nommé "usage de consommation" en opposition à "usage de substitution")

            La précision du cadre (d'utilisation) permet de nettement différencier de l'usage courant pour lequel il est administré. Est ce une dérive de certains médecins ? une incompréhension ? je sais pas, je juge pas. Mais nous sommes bien en présence d'un outil correspondant à un type d'usage : celui utilisable lorsque la personne a déjà franchi les stades de : 1.contrôler sa consommation. 2.arrêter le shoot. 3.arrêter le flash. Ce qui est bien précis, et correspond parfaitement au produit. Malheureusement il n'est pas utilisé comme cela, et vient trop tôt. Il manque d'autres outils le précédant, typiquement le skenan lorsque la personne n'est pas encore au stade de laisser tomber le flash, et se situe entre le stade du contrôle de consommation et de l'arrêt du shoot (le sken' pouvant être utilisé dans ces deux cas)

            C'est le plus difficile : décrocher des rituels et des habitudes. Plus encore que changer de fréquentations (secondaires, en général, cela se fait naturellement en phase terminale du traitement). C'est bien plus difficile cela que de décrocher de l'usage de confort. C'est pourquoi il manque un outil permettant de faire le lien entre la consommation ritualisée (autour des préparations, des gestes, etc) et la consommation de substitution.

            Malheureusement dans ce type de pathologie (lorsque la dégradation médicale, psychologique et sociales sont installées) une substition immédiate ne suffit pas. Et l'usage intraveineux du subbu n'améliore pas la situation médicale.

            • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              Tu as lu wikipedia, toi :-) La buprénorphine est un (type de) sulfate de morphine. Mais toute précisions de chimie correcte éclaire mieux. Merci. j'emploi un vocabulaire "de la rue" et des w sociaux (ce qui résume, par exemple le sulfate de morphine) et effectivement merci de préciser pour le subboxone.

              Je persiste (je n'ai pas lu wikipedia, c'est mon métier), la buprénorphine n'est pas un type de morphine même si il fait partie de la famille des opiacés (au même titre que l'oxycodone, le dextropropoxyphène ou le lopéramide par exemple). Pour faire une analogie (avec les limites habituelles de ce type d'exercice), Linux et FreeBSD sont des OS libres mais FreeBSD n'est pas un type de Linux.

              Après recherche, difficile de re-trouver des infos dessus de nos jours. Donc tu me met le doute sur la présence de coagulant dans les préparations de subbu. Par contre là où il n'y a aucun doute c'est sur le résultat, systématique, de l'injection de subbu sans préparation préalable. Si ce n'est pas des coagulants, il y a bien des ajouts dans les préparations de subbutex afin d'empêcher un usage détourné (nommé "usage de consommation" en opposition à "usage de substitution")

              Le subutex classique n'est pas fait du tout pour être injecté (c'est un comprimé sublingual), ce qui fait qu'il contient divers excipients qui ne sont pas censés se retrouver dans les veines et peuvent donner des effets indésirables. Et on peut ajouter à cela les composés ajouté par le consommateur pour faire la remise en solution (eau non stérile par exemple).
              Cela dit certains toxicos en sont à s'injecter le sirop de méthadone (sirop simple, ultra concentré en sucre) :/

              (...)

              C'est le plus difficile : décrocher des rituels et des habitudes. Plus encore que changer de fréquentations (secondaires, en général, cela se fait naturellement en phase terminale du traitement). C'est bien plus difficile cela que de décrocher de l'usage de confort. C'est pourquoi il manque un outil permettant de faire le lien entre la consommation ritualisée (autour des préparations, des gestes, etc) et la consommation de substitution.

              Les salles d'injection ne me paraissaient pas une mauvaise idée pour ça mais a priori, ça ne plait pas à tout le monde.

              • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

                Posté par . Évalué à 3.

                Le subutex classique n'est pas fait du tout pour être injecté

                Ouhaip. Et alors que la pharmacie dispose d'un produit efficace, son emploi est refusé par les instances politiques. Le skenan répond à ce besoin de disposer d'un outil légal correspondant à la phase où la personne se situe sur un premier stade de controle de sa consommation (ce que permet la propreté du produit, mais surtout sa disponibilité contrôlée) tout en continuant d'avoir un rapport à l'injection et au flash.

                Bref, à chaque étape du traitement il existe une solution déjà prête.
                Mais bizarrement ce type de solution est mal vue par (une frange de plus en plus minoritaire, mais à qui on a tellement menti pendant tellement longtemps que ça va être dur maintenant de changer les choses...). L'usage des subbutex (je vois qu'il existe maintenant des génériques, et -surtout- des variantes)

                Croire qu'il suffit de donner un substitut sous une forme non-injectable est illusoire. Le rapport psychologique et social (induit plus par le cadre de consommation que par le produit) est bien plus fort que la réelle dépendance physique (bien que la buprénorphine présente un sevrage physique de un mois alors que l'héroïne c'est une semaine). L'aspect psychologique et social est le point le plus important. Et le mode de consommation (issu de la dépendance au marché noir) est une clef essentielle.
                Les salles de shoot sont un excellent outil : elles ritualisent la consommation au delà du simple bénéfice de l'encadrement.

                Pour élargir, on peut se demander ensuite s'il ne devrait pas y avoir un droit au delà de la réglementation dans le cadre de la réhabilitation. Les voitures peuvent aller à 170km/h, ce n'est pas pour cela qu'une majorité de gens roulent comme des fous. Pour boucler sur une touche d'humour geek : c'est parce qu'il n'existe pas d'howto fiable sur la consommation de ces produits que beaucoup de gens font n'importe quoi avec. Et ce n'est pas l'interdiction qui paliera à l'absence d'informations. ;)

      • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce n'est qu'un avis personnel, mais une drogue efficace (d'après la description, elle est efficace) qui n'est consommée que dans un seul pays, ça m'étonnerait beaucoup.

        Pas forcemment, non.
        Une drogue de synthese produite localement par une mafia qui n'a pas l'envie/les moyens logistiques de s'exporter ne sortira pas forcemment d'un pays aussi grand que la russie.

        Regarde la crystal meth, c'est un phenomene tres nord americain.
        Bon ok, c'est une drogue asiatique a la base, mais la consommation est assez limitee par rapport aux ravages que ca cause dans l'ouest americain.

        Ou encore ce derive de crack apparu au bresil recemment.

        Meme pour des drogues courantes, tu peux avoir de grosses differences de production, par exemple l'heroine europeene est vendue basee, ce qui n'est pas le cas aux us (ou le contraire, me rappelle plus).

        If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

        • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

          Posté par . Évalué à 2.

          (ou le contraire, me rappelle plus)

          Faut arrêter la drogue ... sérieux !

          Allez hop ===> []

        • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

          Posté par . Évalué à 3.

          Ouhaip, et c'est la seule réussite attribuable à la répression et la criminalisation des drogues du sud. (réussite qu'on pourrait atteindre aussi par le contrôle, mais faut quant même pas oublier qu'il y a eu quant même eu cette réussite là. Unique, certes). Celle de l'absence de substance base directement importée. Pour la cocaïne, la pasta, qui n'est jamais arrivé en France sous cette forme, ce qui a préservé le marché du crack.
          Le crack est inexistant en France (ou plutôt consommé quasiment exclusivement dans le milieu antillais) : c'est à dire que médicalement le crack français est le même qu'aux usa (ou aux antilles) mais socialement cela n'a rien à voir. Le crack français est préparé à partir de cocaïne (on la "base", ce qui produit un isomère du c17h21no4). Le prix sur le marché est donc sans commune mesure avec le crack préparé avec les résidus de purification de la pasta. Grâce à cela nous n'avons jamais connu de "déferlante crack" comme les usa l'ont connus à la fin des années 80.
          Pareil pour les résidus de morphine lors de la préparation d'héroïne : la rachacha est fabriqué en europe de l'est puis importée. Ce qui la place en terme de prix dans une situation elle ne peut pas "déferler" sur le marché.

      • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

        Posté par . Évalué à 4.

        J'ai lu les différents articles, et bien d'autres, avant de poster ce journal. Les sources s'accordent sur divers points :

        1) La drogue existe depuis plusieurs années, certaines sources russes datées de 2009-2010 en parlent déjà;
        2) Elle n'est pas très efficace : 90 minutes d'effet pour 60 minutes de préparation;
        3) Elle n'a aucun intérêt commercial, et n'est pas exploitée par les mafias locales : les consommateurs se la préparent eux-mêmes lorsqu'ils n'ont pas les moyens de se payer de l'héroïne;
        4) C'est d'ailleurs ce mode de préparation qui fait sa dangerosité, car elle laisse quantité d'impuretés et de produits chimiques divers dans le produit final.

        Je n'ai pas mentionné tout cela parce que le sujet du journal n'était pas là, mais dans l'ensemble, mes recherches m'ont permis d'écarter l'hypothèse de l'information mensongère. Par contre, c'est un problème qui a déjà plusieurs années, et malgré sa croissance rapide, il n'y a à mon avis aucun moyen d'expliquer le torrent d'informations qui sont apparues durant ces dix jours sur la toile - sauf à évoquer une manipulation, avec des reportages et des vidéos préparés à l'avance par et servis simultanément par une agence de communication.

        Ensuite, dans quel but... J'avoue que je ne sais pas. Mais je trouve qu'il est intéressant de voir la méthode employée, ainsi que la grande diversité des sites touchés.

        • [^] # Re: Ne jamais attribuer à la malveillance ce qui peut s'expliquer par la seule stupidité.

          Posté par . Évalué à 3.

          ha vi, avec cette lumière, ça change :

          les consommateurs se la préparent eux-mêmes

          On a déjà à faire à une population fragile, et à tendance auto-destructrice (la consommation de produits aussi violents pour la santé dénotant plus qu'une recherche -un peu idiote de cette manière- de sensations fortes et de plaisirs). Ce type de consommation peut totalement être enraillée (voir les études en Suisse, les plus précises et parfois les plus choquantes, aussi, pour notre regard) dès lors que cette population a accès à des produits de qualité. On peut résumer la situation par un "ce n'est pas parcequ'ils sont un peu cons à un moment donné qu'ils ne méritent pas le temps de la réflexion et du changement", situation assez typique où la prise de contrôle n'ajoute que des bénéfices.

  • # TLDR

    Posté par (page perso) . Évalué à -6.

    .

    • [^] # Re: TLDR

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Alors cherche sur Google Images "Krokodil drug". Mais accroche toi à ta cuvette parce que c'est pas joli-joli.

    • [^] # Re: TLDR

      Posté par (page perso) . Évalué à -2.

      Mais à part ça, je n'ai pas compris le but du journal… C'est pour parler de la drogue crocodile ? À part être dangereuse pour la santé elle fait quoi de cool ?

      Ou c'est pour dire qu'on est tous manipulé par les journalistes ?

      Les journalistes font leur boulot, il y a un sujet dans l'air du temps qui intéresse une grande partie de la population, ils en parlent, ça va pas chercher plus loin…

      • [^] # Re: TLDR

        Posté par . Évalué à 2.

        Les journalistes font leur boulot, il y a un sujet dans l'air du temps qui intéresse une grande partie de la population, ils en parlent, ça va pas chercher plus loin…

        Sauf quand certains d'entre eux se mettent à parler simultanément d'un sujet qui jusqu'à présent n'intéressait personne...

        Et quand en plus il n'y a apparemment aucun motif pouvant expliquer ce soudain intérêt, tu ne crois pas qu'on peut évoquer l'hypothèse d'une manipulation?

        • [^] # Re: TLDR

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          Non pas de manipulation, faut arrêter, qui seraient les vrais manipulateur ? Quelle manipulation cela apporte le fait que tout le monde parle de la même drogue russe au même moment ?

          Les journalistes ils font comme tout le monde, ils regardent les sujets sur les autres journaux, les dépêches afp etc. ils ont les mêmes sources, c'est rares qu'ils parlent de choses différentes. Et puis ça permet à tout le monde d'en parler le lendemain à la machine à café, peu importe qu'on regarde tf1, m6 ou france 2 on peut parler de la même chose :p

          • [^] # Re: TLDR

            Posté par . Évalué à 3.

            Non pas de manipulation, faut arrêter, qui seraient les vrais manipulateur ? Quelle manipulation cela apporte le fait que tout le monde parle de la même drogue russe au même moment ?

            Est-ce que tu as lu l'exemple de l'avant-dernier paragraphe du journal?

            Les journalistes ils font comme tout le monde, ils regardent les sujets sur les autres journaux, les dépêches afp etc. ils ont les mêmes sources, c'est rares qu'ils parlent de choses différentes. Et puis ça permet à tout le monde d'en parler le lendemain à la machine à café, peu importe qu'on regarde tf1, m6 ou france 2 on peut parler de la même chose :p

            Est-ce que tu as lu le sixième paragraphe du journal (celui sur les vidéos), et repéré que je ne parlais justement pas que de journalistes?

  • # miam

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    les krokrodiles c'est trop bon, surtout les rouges !

  • # Complot ?

    Posté par . Évalué à 7.

    Maintenant on a la théorie du complot mais pas le complot qui va avec :)

    Ils sont forts ...

  • # i feel fantastic

    Posté par . Évalué à 3.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.