• # Oubli

    Posté par . Évalué à 10.

    C'est dommage, on a pas l'info qu'elle distribution a été choisie et donc qu'elle est la distrib' la plus explosive…

    • [^] # Re: Oubli

      Posté par . Évalué à 10.

      Déjà, vu que les terroristes étaient surement pressé, on est sur que ce n'est pas une Gentoo…

      • [^] # Linux For Scratch

        Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 26/09/12 à 17:03.

        Sûrement une LFS : Linux For Scratch…

    • [^] # Re: Oubli

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      qu'elle distribution […] qu'elle est la distrib'

      Deux fois la même faute dans une phrase, ça pique ! Quoiqu'avec un peu de mauvaise foi, on peut accepter la seconde.

  • # les nouveaux terroristes ?

    Posté par . Évalué à 6.

    Comme les terroristes écolo n'existent pas vraiment, ils vont créer de nouveaux terroristes de l'open source ? Histoire d'occuper la NSA ?

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: les nouveaux terroristes ?

      Posté par . Évalué à 3.

      en vrai non, mais en livre, il y en a des très bien.
      De tête, "Zodiac" de Neal Stephenson, et "En direct" de Norman Spinrad.
      De toute façon, il faut lire tout Spinrad. Allez, hop !

  • # Commentaire supprimé

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 26/09/12 à 15:20.

    Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

  • # Boarf

    Posté par . Évalué à 4.

    un PC a été passé sous linux (avec pour conséquence la perte de données).

    Étant donné la taille d'une installation Windows de base, et la taille de la plupart des installations Linux :

    Non, les données ne sont certainement pas perdues dans un cas pareil. Les documents créés après l'installation du Windows sont toujours là sur le disque dur, et n'ont pas été recouverts tant qu'on n'utilise pas le Linux.

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Boarf

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Et s'il s'agissait d'une Ubuntu, ou, si mes souvenirs sont exacts, il y a une option "Utiliser le disque entier" ?

      En tout cas, vu l'article originel, on comprend mieux que ça n'avait rien d'accidentel, donc la question ne se pose même pas.

      • [^] # Re: Boarf

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Ça change la table de partitions mais ça n'efface pas les vraiment les données, les bits de données sont toujours là, mais aucun "lien" n'est fait pour les déclarer au système.

        Par exemple il a l’excellent PhotoRec qui permet de retrouver les photos supprimées : http://www.cgsecurity.org/wiki/PhotoRec

        « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

        • [^] # Re: Boarf

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Oui bien sur, d'ailleurs photorec et testdisk m'ont aide plus d'une fois dans la récupération de fichiers. Je me demande juste si, vu le ton de l'article, la différence entre écraser la table de partitions et effectivement écrire des 0 partout est claire pour le journaliste.

      • [^] # Re: Boarf

        Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 26/09/12 à 16:11.

        même avec l'option "utiliser le disque entier", les données restent en grand partie récupérables,
        les opérations de partitionnement/formatage classiques ne ré-écrivent pas chaque octet de chaque secteur du disque dur (trop long)

        EDIT : grillé

        Envoyé depuis mon Archlinux

        • [^] # Re: Boarf

          Posté par . Évalué à 3.

          sauf si on chiffre.

          • [^] # Re: Boarf

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Ça dépend de ta paranoïa, tu peux aussi chiffrer sans pré-remplir le disque de bruit. Tu laisses des informations accessibles, comme le fait que le disque contient effectivement des données, et à peu près quel volume il contient, mais les données elles mêmes ne sont pas accessibles. Ne fais pas ça s’il te reste des dossiers du KGB à planquer, mais sur un disque externe de plusieurs teracoctets sur lequel tu stockes tes photos de vacances, ce n’est pas un drame.

  • # Heureusement linux est là pour nous aider !

    Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 26/09/12 à 17:37.

    Supprimer irrémédiablement les données d'un disque est une opération très compliquée. Si les bits écrits sur le disque son connus on peut retrouver les données d'origine grâce à une faible différence de potentiel.

    L'article suivant explique le problème, et nous oriente vers une mini distribution linux qui génère des nombres très aléatoires pour réécrire sur le disque.

    • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

      Posté par . Évalué à 1.

      dban est aussi accessible sur le livecd System Rescue CD d'ailleurs.

    • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

      Posté par . Évalué à 4.

      J'avais lu que c'était un mythe. Écrire le disque en une passe avec une valeur arbitraire semble suffire: http://www.infosecisland.com/blogview/16130-The-Urban-Legend-of-Multipass-Hard-Disk-Overwrite.html

      • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

        Posté par . Évalué à 4.

        Ce n'est pas un mythe mais utiliser les différences de potentiels ou les décalages physiques entre deux écritures successives d'un même bit implique un matériel et des connaissances très pointues. Une salle blanche et un capteur de micro-magnétisme, c'est vraiment pas donné à tout le monde !

        Donc en pratique, à moins de travailler dans le secret-défense, écrire des zéros (ou des uns) sur l'intégralité du disque suffit largement, pas besoin d'écrire aléatoirement 0 ou 1 et de faire plusieurs passes.

        • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

          Posté par . Évalué à 6.

          J'ajouterais que vu le temps que ça prend d'écrire de l'aléatoire et de faire plusieurs passes, en prenant en considération le risque de mal le faire et le coût d'un disque neuf, dans le secret-défense (en tous cas au CEA) le disque dur, la bande magnétique ou autre support, finit généralement à la déchiqueteuse.

          • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

            Posté par . Évalué à 1.

            le disque dur, la bande magnétique ou autre support, finit généralement à la déchiqueteuse.

            Et après on va se plaindre de la pénurie de terres rares et autres matières premières

            • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

              Posté par . Évalué à 3.

              On doit pouvoir les récupérer dans les miettes non ?

              J'ai vu une fois un reportage dans lequel un industriel allemand expliquait qu'il avait mis au point une technique (secrète) pour récupérer l'or des déchets électroniques. Il expliquait qu'au final c'était plus rentable de récupérer l'or d'une tonne de déchets électronique que d'une tonne du meilleur minerai aurifère.

              • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

                Posté par . Évalué à 2.

                il datait de quand ce reportage ?

                de tête (et sans la moindre idée de ma source), ça a été vrai, mais suite l'amélioration des processus industriels, la quantité d'or a fortement réduit. Du coup, ce n'est plus rentable.

              • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

                Posté par . Évalué à 1.

                Comme il est très bien expliqué dans ce bouquin et dans la vidéo de mon lien du dessus, le recyclage/retraitement
                - n'est jamais complet et jamais en cycle fermé : le degré de pureté diminue et les usages du produit recyclé ne sont que rarement identiques à ceux du produit initial (c'est d'ailleurs pareil avec l'énergie, qui reste constante mais dont l'entropie augmente : l'énergie diffusée lorsqu'on chauffe de 5°C une rivière n'est pas réellement récupérable/concentrable à nouveau…)
                - le degré de pureté du produit retraité est proportionnel à l'énergie qu'on met (c'est d'ailleurs pourquoi l'extraction minière de ces produits - très peu concentrés même dans les minerais de base - est très polluante et énergivore). Or celle-ci va aussi manquer et il est nécessaire de s'y préparer
                - Comme la contribution/pollution (énergétique et matière) d'un nouveau produit électronique est considérable, on en déduit qu'il vaut mieux faire durer nos iMachines le plus longtemps possible (même si les nouveaux modèles sont mieux et moins énergivores à l'utilisation), et que réparer est infiniment mieux que recycler !

        • [^] # Re: Heureusement linux est là pour nous aider !

          Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 26/09/12 à 18:20.

          Non, c'est un mythe complet. L'origine est la différence de positionnement entre 2 écritures par la tête de lecture. Ainsi on doit pouvoir relire les différentes traces légèrement décalées entre 2 réécritures.

          Pour lire les traces, il faut utilisé un afm (microscope à force atomique), un scanner à micro-pointe qui mesure le champ magnétique avec une précision de l'ordre du femtometre. Sachant que pour scanner une zone de qq mm², il faut des heures, que la machine se décale et que l'image résultante est déjà gigantesque; imaginer le temps de scan et la taille de l'image résultante pour un disque de 3.5" !

          Une fois que vous avez votre image de quelques centaine de terapixel minimum, il faut ensuite le passer dans un système de reconnaissance de forme pour retrouver les bits du disque de 1To que vous venez de scanner. Bon courage.

          De plus, le papier scientifique en question date d'avant la GMR et ne s'applique plus, depuis en gros, la sortie des disques dures de 10 Go.

          Donc coller des zéros ou la destruction de l'électronique de commande (voir même seulement de la flash d'info de calage usine de la tête de lecture) suffit largement.

          "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.