Journal Annonce : Manux 0.0.4

52
21
fév.
2014

Bonjour tout le monde!

Je voudrais profiter de ce journal pour vous annoncer que mon projet personnel, Manux, vient de passer en version 0.0.4.

Pour rappel, Manux est un petit système d'exploitation nativement binairement compatible avec Linux, mais conçu pour encaisser les exploits jour zéro. Son noyau a été entièrement écrit par mes soins, sans reprendre la moindre ligne de Linux (ou de qui que ce soit d'autre), et tant son architecture noyau que son architecture de l'espace utilisateur sont originales. Pour l'instant, il reste très limité (mode texte seulement, toutes les sécurités ne sont pas en place, pas de pile réseau, et pas de gestion de l'UEFI), mais il fonctionne; d'ailleurs, je tape ce message dessus (mais je le posterai depuis Linux).

Les principaux changements, depuis la version 0.0.1, sont :
- diverses améliorations dans la gestion des disques durs, en matière de prise en charge comme de débit;
- la gestion du pavé numérique du clavier;
- l'amélioration de l'affichage à l'écran;
- la traduction de la totalité du code source en anglais (bon, ça, c'était assez long);
- la création de deux nouvelles cartes du clavier, une anglaise et une allemande. Cela dit, comme je n'ai pas de clavier de ce type, je ne les ai testées que de façon très superficielle;
- diverses corrections de bogues, à droite et à gauche (et devant et derrière et ailleurs et… Oui, bon, d'accord, il y en avait un certain nombre, et il en reste certainement encore.)

Très peu de nouvelles fonctionnalités sont disponibles; jusqu'à présent, j'ai préféré me concentrer sur la traduction et l'amélioration de l'existant. Côté stabilité, je trouve que c'est plutôt réussi : pour donner une idée, sur mon autre machine, j'ai une Debian stable, et sur les derniers mois, si j'excepte les plantages dus directement au développement du système (du genre un patch_kernel mal inspiré), j'ai eu nettement plus de plantages avec la Debian qu'avec Manux.

(Bien sûr, la majorité des plantages de la Debian étaient dus à des bogues dans des fonctionnalités que je n'ai pas… Mais le fait demeure.)

Pour ceux que cela intéresse, le code source est disponible à l'adresse http://www.manux.info/versions/0/0.0.4/manux.tar.gz , et l'installeur à l'adresse http://www.manux.info/versions/0/0.0.4/installer.tar.gz .

Pour l'essayer, détarez l'installeur, puis, en root, tapez :

root@linux:# cd installer
root@linux:# ./installer --device /dev/sdaX --username XXX --lang <fr|en|de> [--hostname XXX]

La langue n'est pas entièrement implémentée; pour l'instant, elle ne sélectionne que la carte du clavier. En ce qui concerne la partition /dev/sdaX, donnez-lui simplement une partition (LIBRE!) de quelques Go du disque dur (4Go suffisent amplement).

Ensuite, si c'est votre première installation de Manux, il vous faut créer une entrée pour grub, comme précisé dans le document ./docs/fr/grub2 (ou grub1) de l'installeur.

Cela fait, éteignez électriquement votre ordinateur (oui, éteignez, pas de reboot), puis redémarrez-le, choisissez "Manux" dans le menu de grub, puis laissez-le faire…

En effet, contrairement aux autres systèmes d'exploitation actuels, à l'installation, Manux a besoin d'un véritable bootstrap. Si vous êtes curieux, vous pouvez regarder le script qui s'en charge, à savoir /packages/core/0.0.1/bootstrap/0.0.1/main/meta/install, mais si vous voulez le modifier, je vous préviens qu'un script shell qui s'exécute dans un système d'exploitation non opérationnel, ce n'est pas exactement la chose la plus triviale qui soit. Selon les machines, cette phase peut durer de 5 à 20 minutes environ; cela dépend avant tout de la vitesse du disque dur.

Cela fait, vous devriez arriver à un écran qui ressemble à ça :

orion tty1
login:

Tapez votre login, choisissez un mot de passe, et voilà! Ensuite, si vous voulez accéder à votre homedir linux, et que la partition correspondante est en ext2 (y compris ext3, qui n'est techniquement qu'une variante d'ext2), tapez par exemple :

ecolbus@orion:[]$ mkdir mnt10
ecolbus@orion:[]$ mknod hd0,10 b 0 0

(en supposant que votre /home soit sur la partition que Linux appelle /dev/sda11). Ext2 est malheureusement le seul système de fichiers que Manux sache actuellement monter.

ecolbus@orion:[]$ admin
ecolbus@orion:[]# smount -t ext2 hd0,10 mnt10
ecolbus@orion:[]# unadmin
ecolbus@orion:[]$

Les commandes "admin" et "unadmin" changent votre PATH et votre prompteur, mais c'est tout. Elles ne servent qu'à éviter des fautes de frappe dangereuses. Quant à smount, il s'agit d'une petite adaptation du "mount" Linux.

ecolbus@orion:[]$ cd mnt10/home/ecolbus
ecolbus@orion:[]$ ls

Ici, vous verrez le contenu de votre homedir Linux. Si vous avez aussi téléchargé et détaré les sources de Manux, vous pouvez y faire un tour :

ecolbus@orion:[]$ cd manux
ecolbus@orion:[]$ ./make
# [ Autorecompilation du noyau et des principaux binaires... ]
ecolbus@orion:[]$ admin
ecolbus@orion:[]# ./scripts/update_kernel -v
# [Mise à jour dynamique du noyau]
ecolbus@orion:[]# unadmin
ecolbus@orion:[]$ vim ./kernel/ext2/main.c
ecolbus@orion:[]$ ./make ext2
# [Recompilation d'ext2...]
# Juste pour la démonstration : ephemodules/misc/hw est un module
# éphémère du noyau qui affiche simplement "Hello, World!" à chaque
# fois qu'on fait un appel-système test_sys(2) : 
ecolbus@orion:[]$ ./make ephemodules/misc/hw 
ecolbus@orion:[]$ admin
ecolbus@orion:[]# patch_kernel ext2
ecolbus@orion:[]# patch_kernel ephemodules/misc/hw
ecolbus@orion:[]# test_sys
Hello World!
0

# A la fin, pour éteindre la machine :
ecolbus@orion:~$ admin
ecolbus@orion:~# exec init 0

Et voilà! Si vous avez aussi envie d'installer les binaires du noyau que vous avez recompilés, vous avez plusieurs solutions :

  • Vous pouvez tricher un peu, et mettre des commandes /sbin/patch_kernel XXX dans votre .bash_login (bouh, pas très propre ça!);
  • Vous pouvez tricher plus finement, et copier vos binaires à la place de ceux situés dans /packages/core/0.0.1/a0/0.0.4/main/root/boot/ ; évidemment, là, gare à vous s'ils ne marchent pas!
  • Enfin, vous pouvez suivre la procédure complète : télécharger les sources globales (manux+std.tar.gz), aller dans manux+std/installer, faire un ./mkall, et ensuite, refaire une installation complète depuis Linux (utilisez simplement le programme manux+std/installer/installer au lieu du ./installer habituel).

Mais, et pour répondre à une question qui m'a été posée à plusieurs reprises, non, il n'est pas possible de faire une installation manuelle d'après les sources comme avec Linux. En effet, le bootstrap est indispensable, sans quoi la quasi-totalité des binaires demeureront inutilisables; et faire ce bootstrap manuellement… Disons que, taper des commandes shell quasiment à l'aveugle, et alors que même les programmes de /bin et les fichiers de /dev ne sont pas encore disponibles, ça me semble aussi pénible que complexe, et ce pour un résultat assez inintéressant.

Voilà! Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas!

Emmanuel

  • # Bravo

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 21/02/14 à 18:52.

    Je ne suis pas assez geek pour utiliser un truc dans une version aussi alpha, mais je salue l’initiative de ce système dont les choix conceptuels me plaisent beaucoup. Je te souhaite donc bien du succès.

  • # licence ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Quelle est donc la licence ?

    • [^] # Re: licence ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      une licence "maison" : http://www.manux.info/fr/licences/v1/

      • [^] # Re: licence ?

        Posté par . Évalué à 9.

        OK je suis pas un expert en licence.
        Autant se faire un système maison, c'est sympa, cela fait un joli POC, mais le mettre sous sa propre licence ça fait un peu égocentrique non ?
        Car bordel des licences il y en a plus que des distributions Linux !

        J'aurai envi de dire, faudrait pensert à un truc de forme plutôt cylindrique, on y collerait un moyeu en son centre et cela ferait rouler nos traîneaux.

        J'ai plussé mais il l y quand même un moment ou on peut pas tout réinventer.

        Sinon bon courrage quand même !

        • [^] # Re: licence ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          le mettre sous sa propre licence ça fait un peu égocentrique non ?

          Je pense que ce n'est pas l'objectif : http://www.manux.info/fr/docs/licensing/

          Car bordel des licences il y en a plus que des distributions Linux !

          Pas sur, faut quand même voir le nombre de distrib qui existe, c'est juste magnifique vu que désormais pour rajouter un paquet on fait une distrib :-)

          • [^] # Re: licence ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 10.

            Je pense que ce n'est pas l'objectif

            Ben ton lien dit justement que c'est égocentrique! La personne veut qu'on tout lui revienne sinon il met des bâtons dans les roues.

            Et puis bon, j'aime bien les "Ce contrat est une licence de logiciel libre" suivi de "De plus, le licencié n'est pas autorisé à modifier le logiciel en lui appliquant une modification originaire d'un exemplaire du logiciel portant un nom différent de celui porté par l'exemplaire du logiciel qu'il souhaite modifier" qui le rend non libre.

            Non, ce n'est pas libre; Je le défie de faire valider sa licence par l'OSI (plus conciliante que la FSF).

            • [^] # Re: licence ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              La personne veut qu'on tout lui revienne sinon il met des bâtons dans les roues.

              Ben disons que tout dépend si tu considère que ça doit revenir à la personne ou au projet (ce qui est différent du côté "égocentrisme"). Après j'ai juste lu de travers donc bon…

            • [^] # Re: licence ?

              Posté par . Évalué à 3.

              Non, ce n'est pas libre; Je le défie de faire valider sa licence par l'OSI (plus conciliante que la FSF).

              Dans le monde du logiciel libre, la notion de "licence libre" est souvent un point contentieux, des définitions et des analyses différentes pouvant mener à des résultats très distincts. A mon avis, ce sont les licences GPLv2, GPLv3, BSD 2-clauses, BSD 3-clauses, BSD 4-clauses, Apache et MIT qui auraient dû être déclarées non-libres.

              Explication (avant que vous ne me preniez pour un troll particulièrement en forme) : aucune de ces licences ne comporte de clause précisant la loi applicable. Cela signifie qu'on peut leur appliquer la loi que l'on souhaite; donc en particulier la loi française.

              Prenons donc le code de la propriété intellectuelle, partie législative, chapitre I, article L131-3, premier paragraphe :

              La transmission des droits de l'auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l'objet d'une mention distincte dans l'acte de cession et que le domaine d'exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée.

              Cela signifie que, pour qu'une licence logicielle soit valide, elle doit comporter, à peine de nullité, la mention du lieu et de la durée d'utilisation qu'elle couvre. La CeCILL le fait (article 2 : la licence est mondiale, article 4.2 : la licence produira ses effets durant toute la durée de protection des droits patrimoniaux du logiciel); les licences précitées, non.

              Résultat, toutes les licences en question sont entachées de nullité. Nullité relative, certes (et heureusement!), mais nullité quand même. (La nullité est relative parce que les dispositions en question visent à protéger les détenteurs du droit d'auteur, pas à sauvegarder l'ordre public : elle ne peut donc pas être soulevée par n'importe quelle partie, uniquement par un auteur qui s'en prétend "lésé").

              De ce fait, si l'auteur d'une portion (significative) d'un logiciel quelconque distribué sous l'une de ces licences s'installe en France, puis intente une action en justice parce que, bah, "je n'avais pas prévu que des gens continueraient à utiliser ce logiciel après que j'aie arrêté de le distribuer et que je sois allé travailler dans le privé", il gagnera son procès, et les utilisateurs et distributeurs recevront une gentille mise en demeure de cesser d'utiliser et de distribuer ce logiciel. Bref, comme ces licences ne précisent pas la durée d'exploitation, alors que cette mention est absolument obligatoire, elles seront invalidées dès qu'un détenteur des droits le demandera.

              Ah, et inutile d'essayer de plaider la mauvaise foi de l'auteur, la mauvaise foi n'étant pas une défense recevable face à une nullité. (Enfin, façon de parler. Si vous êtes confronté à cette situation, allez-y, plaidez sa mauvaise foi : ce n'est pas interdit, et cela devrait sérieusement réduire, voire supprimer, les dommages et intérêts auxquels vous pourriez être condamné).

              Bref, à mon avis, le fait de permettre ainsi à tout auteur de mettre fin au droit d'utiliser et de distribuer le logiciel fait que toutes les licences en question auraient dû être regardées comme non-libres. Cela étant, je conçois que cela pose d'énormes problèmes : il y a énormément de logiciels sous ces licences, il est extrêmement difficile de s'en passer, d'ailleurs, j'en utilise et distribue moi-même. Mais il va de soi que je ne souhaite pas créer un problème de ce type pour mes utilisateurs, donc j'ai choisi de placer mon logiciel sous ma propre licence.

              (J'aurais aussi pu choisir la CECiLL, mais elle ne comportait pas de clause d'auto-incompatibilité en cas de renommage, et puis, de façon secondaire, sa clause 13.2 n'est pas en majuscules, ce qui crée des doutes sur sa validité).

              La personne veut qu'on tout lui revienne sinon il met des bâtons dans les roues.

              Hmmm… Non, ce n'est pas vraiment le problème. Mon seul objectif était de casser la viabilité des forks créés exclusivement pour des motifs bassement mercantiles et anti-communautaires, en les contraignant à faire des forks complets (dont le coût détruirait la viabilité du projet), pas d'embêter les développeurs qui voudraient le modifier de façon "conventionnelle".

              D'ailleurs, je me permets de remarquer qu'il y a dans ma licence une sécurité implicite, mais très puissante, contre un tel comportement : aucune règle ne précise dans quelles circonstances le responsable légal désigné est tenu de contraindre un projet concurrent à changer de nom; en particulier, "jamais et en aucune circonstance" est un choix autorisé.

              Cela signifie que, si un responsable légal, fût-ce moi-même, décidait de "mettre des bâtons dans les roues" d'un autre projet parce que tout ne lui "revient pas", ledit projet se retrouverait effectivement contraint de faire un fork… Et ensuite, lequel des deux projets se retrouvera avec l'ensemble de la communauté moins un développeur? Hé oui, comme le logiciel est libre, rien n'empêchera le nouveau projet de promettre d'autoriser les usages de leur nom sans restrictions; d'ailleurs, il pourra même s'y contraindre légalement, en publiant un contrat d'usage de sa propre marque dans laquelle il autorise effectivement n'importe quel usage. Résultat, les développeurs le rejoindront, et le responsable qui avait abusé de son droit se retrouvera seul dans son bac à sable.

              En pratique, cela signifie qu'il n'est pas possible d'utiliser cette clause pour quoi que ce soit d'autre que son objectif annoncé, parce que tout autre usage sera vécu comme un "coup dans le dos" par la communauté, résultant en un fork, un basculement de la communauté sur le nouveau projet, et voilà tout. Cf. l'aventure de Xfree86, qui avait abusé des droits qu'il détenait sur le logiciel, ce qui a simplement amené la naissance de X.org.

              "De plus, le licencié n'est pas autorisé à modifier le logiciel en lui appliquant une modification originaire d'un exemplaire du logiciel portant un nom différent de celui porté par l'exemplaire du logiciel qu'il souhaite modifier" qui le rend non libre.

              Je ne vois pas en quoi cela rendrait la licence non-libre. C'est une clause d'auto-incompatibilité inattendue, certes, mais à ma connaissance, aucune règle du logiciel libre ne précise quel degré de compatibilité avec les autres logiciels les licences libres doivent fournir. D'ailleurs, ces incompatibilités peuvent survenir avec d'autres licences, par exemple, si on passe sous GPL un logiciel sous BSD, il sera impossible d'inclure du code originaire du nouveau venu dans son prédécesseur.

              De façon plus générale, dans toutes les définitions du logiciel libre, je ne vois aucune règle, explicite ou implicite, interdisant de contraindre un fork à faire un fork complet, sans utilisation future du code futur du projet d'origine. Je suis entièrement d'accord pour dire que cette clause est hautement inhabituelle, mais ce n'est pas un critère : pour être un logiciel libre, tout ce qui compte, c'est de respecter la définition du logiciel libre, pas de respecter cette définition de façon habituelle.

              • [^] # Re: licence ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 10. Dernière modification le 22/02/14 à 13:14.

                Prenons donc le code de la propriété intellectuelle, partie législative, chapitre I, article L131-3, premier paragraphe :

                Cette article s'applique à quelle partie du monde? Ca me semble un truc franco-français ce truc, j'avoue que je m'en fou un peu de la France. Un article de l'OMC mini?

                Résultat, toutes les licences en question sont entachées de nullité

                Elle sont tellement entachée de nullité que plein de tribunaux, y compris français, les acceptent… (bon, ils demandent parfois une traduction en français certes)

                De ce fait, si l'auteur d'une portion (significative) d'un logiciel quelconque distribué sous l'une de ces licences s'installe en France, puis intente une action en justice parce que, bah, "je n'avais pas prévu que des gens continueraient à utiliser ce logiciel après que j'aie arrêté de le distribuer et que je sois allé travailler dans le privé", il gagnera son procès,

                Tu crois vraiment que les juges sont si stupides que ça?
                tu crois vraiment que tu es meilleurs analystes que les avocats spécialistes en la matière qui ont fait les licences (surtout la GPL)?

                (J'aurais aussi pu choisir la CECiLL, mais elle ne comportait pas de clause d'auto-incompatibilité en cas de renommage, et puis, de façon secondaire, sa clause 13.2 n'est pas en majuscules, ce qui crée des doutes sur sa validité).

                Forcément, CECiLL se veut une licence libre.

                Cf. l'aventure de Xfree86, qui avait abusé des droits qu'il détenait sur le logiciel, ce qui a simplement amené la naissance de X.org.

                Merci la licence libre choisie au départ.

                sans utilisation future du code futur du projet d'origine.

                La liberté de modifier, ça comprend de mixer.
                sans compter que je vois en fait mal la réalité de ton délire : je créé un .patch entre ma version et celle de l'époque, je reprend la version en cours et applique mon patch, na, je n'ai pas utilisé de "code futur" puisque je re-forke.
                Mais bon, c'est surtout rien que l'idée derrière qui pose quelques problèmes en fait…

                Je suis entièrement d'accord pour dire que cette clause est hautement inhabituelle, mais ce n'est pas un critère : pour être un logiciel libre, tout ce qui compte, c'est de respecter la définition du logiciel libre, pas de respecter cette définition de façon habituelle.

                Un peu comme la clause TiVo donc.


                Admettons que par une bizarreté bizarre ça se retrouve accepté par OSI/FSF/Debian (les 3 référence en la matière de libre, si une entité trouve que ça coince il y a de grande chances que les gens n'apprécient pas la licence), je déconseillerai l'utilisation de ce projet pour un problème de licence :
                - Prolifération des licences à éviter (on en a déjà assez!)
                - Complexité énorme (pire que la GPL)
                - Volonté encore pire que la GPL de mettre des bâtons dans les roues (surtout si on aurait l'idée de vouloir concurrencer, la concurrence c'est mal :) ).
                - Incompatibilité avec la GPL (c'est bon, on a déjà la CDDL pour ça) contrairement à CeCILL par exemple
                - En langue française (donc on élimine 95% de la planète).

                "Libre", mais pas trop hein, faudrait pas trop laisser de liberté aux gens…
                Après, libre à chacun d'adhérer ou pas, l'histoire dit ce qui marche ou pas.

                • [^] # Re: licence ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Cette article s'applique à quelle partie du monde? Ca me semble un truc franco-français ce truc, j'avoue que je m'en fou un peu de la France. Un article de l'OMC mini?

                  J'avoue que je ne sais pas ce qui se passe si un français intente un procès à un étranger pour obtenir l'annulation de sa licence au titre d'une disposition du droit français sans équivalent à l'étranger, je ne sais pas dans quelles conditions il peut obtenir l'application du droit français au contrat sans désignation de droit qu'est la GPL. Il faudrait effectivement se pencher sur les règles de l'OMC pour le savoir, mais là, je ne suis plus trop dans ma spécialité.

                  Cela dit, une licence comportant une clause "si vous vivez en France, vous devez cesser définitivement de distribuer et d'utiliser le logiciel dès la réception d'une simple demande de n'importe quel auteur" serait immédiatement jugée non-libre. Or toutes les licences en question comportent exactement cette clause, en version implicite…

                  Elle sont tellement entachée de nullité que plein de tribunaux, y compris français, les acceptent… (bon, ils demandent parfois une traduction en français certes)

                  Oui et non… Je me souviens d'un procès, dont je ne retrouve plus l'arrêt, dans lequel le violateur de la GPL avait tenté d'invoquer cette nullité pour s'exonérer de ses fautes. Le juge avait répondu qu'il n'était pas l'un des auteurs, et donc que, si la GPL était invalide, alors il n'aurait pas eu de licence légale du tout, ce qui aurait fait de lui un contrefacteur, et a donc refusé d'examiner l'argument plus avant.

                  Cette solution était juste, mais force est de constater que c'était passé tout près. La nullité était bien là, mais l'avocat du défenseur n'a pas réussi à l'invoquer précisément parce que ce n'est qu'une nullité relative, et qu'il ne faisait pas partie des personnes protégées par la disposition violée. A contrario, s'il était l'un des auteurs, la nullité aurait vraisemblablement triomphé.

                  Tu crois vraiment que les juges sont si stupides que ça?
                  tu crois vraiment que tu es meilleurs analystes que les avocats spécialistes en la matière qui ont fait les licences (surtout la GPL)?

                  Les juges sont tenus d'appliquer la loi, qu'elle leur plaise ou non. Et quant à ces fameux "meilleurs spécialistes", voyons donc ce qu'ils en disent :

                  http://fr.jurispedia.org/index.php/Licence_libre_%28fr%29#Une_cession_non_express.C3.A9ment_limit.C3.A9e

                  Ah, tiens, ils ont repéré la même nullité que moi?

                  La liberté de modifier, ça comprend de mixer.

                  Les logiciels sous licence GPL et CDDL sont non-mixables; cela a beau agacer bien des gens, cela reste des licences libres.

                  sans compter que je vois en fait mal la réalité de ton délire : je créé un .patch entre ma version et celle de l'époque, je reprend la version en cours et applique mon patch, na, je n'ai pas utilisé de "code futur" puisque je re-forke.

                  La clause 6 prévoit ce cas.

                  • [^] # Re: licence ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    La clause 6 prévoit ce cas.

                    Je serai assez curieux de la voir en action devant un juge tellement cette clause veut tout dire et ne rien dire (déjà avec un mélange de copyright et de marque).


                    Toujours est-il qu'on est très très loin de l'idée derrière le libre, quelque soit la vision du libre des gens (copyfree ou copyleft) avec ces interdictions de maintenir des forks (alors que le monde de libre en a à ne plus savoir qu'en faire, y compris des forks amicaux, à commencer par… Des distros Linux forkés des dizaines de fois), on est très loin de laisser l'utilisateur libre, on sent l'égocentrisme "vous avez le droit de modifier mais bon surtout vous restez autour de moi".

                    C'est pire que le CLA de Canonical la (et déjà que le CLA de Canonical est conspué…)

                    • [^] # Re: licence ?

                      Posté par . Évalué à 4.

                      Justement, le maintien de forks ne pose pas de problème. D'une part, rien ne s'oppose à la création et au maintien d'un fork complet : dès qu'il est renommé, il n'a plus rien à voir avec le précédent logiciel, et ciao!

                      Ensuite, en ce qui concerne la création de distributions qui s'entreforkent (joli verbe, ça), ça ne pose pas de problème non plus… puisqu'il suffit de déclarer, exactement comme dans le monde Linux, que les distributions s'appellent MandriHat Manux ou RedCake Manux! Bah oui, ce n'est pas un renommage, ça, c'est une intégration du nom dans un autre nom, ce qu'aucune disposition n'interdit - et tout ce que les règles ont oublié d'interdire est autorisé. Et hop, aucune difficulté, ce n'est même pas regardé comme un fork au regard de ma licence.

                      (Cela dit, maintenant que j'y pense, c'est peut-être de ma faute, ma licence n'est pas très explicite de ce côté… Dans la prochaine version, je la modifierai pour qu'il soit clair que ce comportement ne constitue pas un renommage.)

              • [^] # Re: licence ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                La transmission des droits de l'auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l'objet d'une mention distincte dans l'acte de cession et que le domaine d'exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée.

                Sauf qu'une licence logicielle, ce n'est pas une transmission de droits d'auteur, mais une explicitation des droits et des conditions d'utilisation. De ce fait, la clause de nullité que tu invoques n'a, de mon point de vue, pas lieu d'être puisque ce n'est pas une transmission de droit d'auteur.

                Si vraiment la licence logicielle était une transmission de droits d'auteur, alors l'association Videolan, qui gère VLC, n'aurait pas eu à contacter tous les contributeurs en vue du changement de la licence de VLC. Car un auteur à le droit de changement de licence, un utilisateur non. Pour moi, le débat qui a lieu ici sur la nullité des GPLs et autre licences libres sur le territoire français n'a pas lieu d'être au vue du mélange des notions de droits d'utilisation / droit d'auteur. En tout cas, pas dans le cadre du code de la propriété intellectuelle, partie législative, chapitre I, article L131-3, premier paragraphe sur lequel tu te bases et repris en début de ce commentaire.

                • [^] # Re: licence ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Désolé de te décevoir, mais le droit d'utiliser un logiciel fait partie du droit d'auteur. Code de la propriété intellectuelle, article L122-1 :

                  Le droit d'exploitation appartenant à l'auteur comprend le droit de représentation et le droit de reproduction.

                  L'utilisation d'un logiciel, chose étrange, est considérée en France comme relevant du droit de reproduction, à cause de l'obligation de placer une copie du logiciel en mémoire pour l'exécuter. Je sais, moi non plus, ça ne me plaît pas énormément, mais c'est comme ça que les tribunaux ont construit la chose.

                  Si vraiment la licence logicielle était une transmission de droits d'auteur, alors l'association Videolan, qui gère VLC, n'aurait pas eu à contacter tous les contributeurs en vue du changement de la licence de VLC. Car un auteur à le droit de changement de licence, un utilisateur non.

                  Holà! Seul la personne investie de l' ensemble des droits d'auteur sur une œuvre a le droit de changer sa licence. Le problème de VLC, c'est qu'il tombait dans la catégorie des œuvres de collaboration, qui sont couvertes par l'article L113-2 du code de la propriété intellectuelle :

                  L’œuvre de collaboration est la propriété commune des coauteurs.
                  Les coauteurs doivent exercer leurs droits d'un commun accord.
                  En cas de désaccord, il appartient à la juridiction civile de statuer.
                  Lorsque la participation de chacun des coauteurs relève de genres différents, chacun peut, sauf convention contraire, exploiter séparément sa contribution personnelle, sans toutefois porter préjudice à l'exploitation de l’œuvre commune.

                  La phrase "Les coauteurs doivent exercer leurs droits d'un commun accord" signifie que tous les coauteurs doivent se mettre d'accord sur une licence pour pouvoir diffuser leur œuvre sous celle-ci. Cela ne pose généralement pas de problème dans le monde du logiciel libre, puisque si une personne n'est pas d'accord avec la licence d'un projet, elle n'a qu'à ne pas y participer; et qu'aucun coauteur ne peut tenter de forcer un changement de licence en exerçant son droit de retrait, puisque celui-ci lui est explicitement retiré par l'article L121-7, point 2, de ce même code :

                  Sauf stipulation contraire plus favorable à l'auteur d'un logiciel, celui-ci ne peut :
                  […]
                  2° Exercer son droit de repentir ou de retrait.

                  En revanche, pour changer de licence, là, il faut l'accord de tous les coauteurs.

                  De façon plus générale, il ne faut pas confondre "transmission de droits d'auteur" et "transmission de l'ensemble des droits d'auteur". Un auteur peut très bien ne transmettre qu'une partie de ses droits, par exemple en autorisant la diffusion d'une œuvre, mais non sa modification, ou bien justement dans le cas d'une licence de logiciel libre, où il conserve généralement la propriété de son travail (ainsi donc que le droit de le diffuser sous une autre licence, plus tard, si ça lui chante), mais transmet les droits d'utilisation, de modification et de distribution, dont il serait sans cela le seul détenteur.

                  Accessoirement, de toutes façons, la transmission de l'ensemble des droits d'auteur est impossible en France, sauf en cas de décès, parce que le droit d'auteur inclut aussi le droit moral, qui est inaliénable et imprescriptible, article L121-1, paragraphe 3, de ce même code.

              • [^] # Re: licence ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                Tu soulèves un point de droit international privé assez classique, bien que complexe et je ne suis pas d'accord avec tes conclusions, à savoir que le défaut de mention du droit applicable entacherait de nullité les licences précitées.

                En DIP il est d'usage de distinguer le critère relatif à la procédure applicable, et particulièrement la désignation d'un juge territorialement compétent et ensuite de déterminer le droit matériel, i.e. éventuellement un droit différent qu'il va devoir appliquer.

                Ces critères de rattachements sont classiquement la nationalité des parties, le lieu d'exécution du contrat et enfin la commune intention des contractants.

                Dès lors il sera toujours possible de trouver un juge compétent territorialement sur le fondement des deux premiers critères à défaut de désignation par la licence.

                La question du droit matériel applicable va être tranché par ce juge en fonction des règles locales, il peut donc y avoir divergence d'un Etat à l'autre mais non une nullité.

                En outre même si tout le monde s'entendait pour voir juger les litiges relatif à une licence suivant le Droit belge ou portugais, les risques de conflits d'interprétation sont également élevés. Bref à défaut d'autorité mondiale dominante et de juridictions uniques, tout contrat international comporte une dimension d'incertitude, ce qui ne signifie pas qu'il est nul.

                • [^] # Re: licence ?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Prenons un cas simple : l'auteur et l'utilisateur sont de nationalité française, vivent en France, et le logiciel couvert a été diffusé et utilisé en France. Dans ces conditions, est-ce que tu vois une seule façon d'éviter l'application de la loi française à un éventuel litige? Et, dans le cas contraire, est-ce que tu vois une façon d'éviter la nullité?

                  Et le problème se produira à nouveau dans toutes les circonstances où, une fois le droit applicable déterminé, le juge constatera que celui-ci impose explicitement la nullité.

                  En outre même si tout le monde s'entendait pour voir juger les litiges relatif à une licence suivant le Droit belge ou portugais, les risques de conflits d'interprétation sont également élevés.

                  Certes, mais il y a une grande différence entre un risque d'ordre interprétatif et une nullité noir-sur-blanc, comme ici.

            • [^] # Re: licence ?

              Posté par . Évalué à -1.

              Mais on s'en fout de la licence, qui va seulement utiliser Manux, hein?

              Conçu pour encaisser les exploits jour zéro?
              1) ça ne veut rien dire.
              2) on attendra de voir avec un vrai userland et des applications tierces non développées par lui avant de prétendre une telle chose.
              Les exploits du genre, c'est rarement le noyau Linux la victime.

              Loin de moi la volonté de pisser sur son projet libre mais si ça peut calmer la brouille sur la licence, c'est déjà ça. :)

              • [^] # Re: licence ?

                Posté par . Évalué à 7.

                Mais on s'en fout de la licence, qui va seulement utiliser Manux, hein?

                Si il veut attirer des contributeurs, la licence est extrêmement importante je pense.

              • [^] # Re: licence ?

                Posté par . Évalué à 7.

                Je pense que tu pourrais être un peu plus respectueux dans ta façon de t'exprimer.

                Et en ce qui concerne les logiciels non développé par lui, il y a par exemple vim qu'il utilise (il l'expliquait dans le précédant journal), vu que Manux est binairement compatible avec Linux.

                bépo powered

      • [^] # Re: licence ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        et pas libre :-(

        • [^] # Re: licence ?

          Posté par . Évalué à 0.

          et pas libre :-(

          Justement, d'après moi, ma licence est parfaitement libre; et en plus, ce sont les licences habituelles qui sont en réalité non-libres (d'où ma décision de ne pas opter pour l'une d'elles). Si vous trouvez des objections à mon raisonnement sur le sujet, allez-y, cela m'intéresse; malheureusement, je crains qu'il ne soit inattaquable.

          Cependant, si vous n'êtes pas convaincus, mais que vous n'avez pas d'arguments juridiques à m'opposer, je peux vous proposer une forme de compromis.

          En effet, dans la mesure où j'estime que la GPL est invalide, je n'ai pas d'objection fondamentale à passer mon logiciel sous une double licence "Licence Manux/GPL" : puisque j'estime qu'elle est frappée de nullité, dans une telle approche, de mon point de vue, je ne fournirais en réalité pas réellement de droits supplémentaires.

          Je peux donc proposer d'ajouter à ma licence une clause rédigée ainsi :

          "La General Public Licence, version 3, dite 'GPLv3', est une licence de logiciel libre rédigée par la Free Software Foundation (FSF), sise [ adresse de la fsf ].

          En plus des droits accordés par cette licence, l'utilisateur est autorisé à redistribuer le logiciel sous les termes de la GPLv3, en lieu et place de cette licence-ci, à condition bien sûr que la GPLv3 soit elle-même valide.

          Toutefois, l'auteur de cette licence-ci tient à avertir loyalement le licencié que la précédente condition n'est à son avis malheureusement pas remplie, par suite notamment de graves incompatibilités entre la GPLv3 et le droit français. Cependant, il existe dans la communauté du logiciel libre de nombreuses personnes qui ne partagent pas cette opinion, et qui au contraire estiment que, sans la présente clause, c'est la licence Manux elle-même qui serait non-libre. Constatant, d'une part, que le désaccord entre les deux groupes n'a pu être résolu par voie argumentative, et d'autre part, que si l'opinion de l'auteur de la licence était juste, alors l'ajout de la présente clause n'aurait pas d'effet notable, la permission précitée a été ajoutée.

          Afin que le licencié ne puisse reprocher à l'auteur de la licence d'avoir agi à son égard de façon traître, en plaçant dans la licence une clause dont il savait par avance qu'elle n'était pas utilisable, ledit auteur a préféré ajouter l'avertissement que vous venez de lire. Le licencié est donc invité à étudier soigneusement le problème avant de faire usage de ce droit."

          De la sorte, on préserve les intérêts du loup, de la chèvre et du chou :

          • Les personnes qui estiment que ma licence n'est pas libre, mais que la GPLv3 est libre, seront satisfaites, tout au plus tristes que je me sois trompé;
          • Les personnes qui, comme moi, estiment que ma licence est libre, et pas la GPLv3, seront satisfaites aussi, puisque ma licence demeure;
          • Et moi, enfin, je serai satisfait, puisque je n'aurai pas le sentiment d'être le vilain méchant pas beau qui utilise ses connaissances en droit pour tendre un piège à ses utilisateurs, dans la mesure où je les aurai avertis clairement et loyalement du problème.

          Qu'est-ce que vous en pensez?

          • [^] # Re: licence ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            j'estime que la GPL est invalide

            Tu estimes que la GPL n'est pas bien libre, et qu'elle est invalide au regard du droit français. Ok, c'est un avis.

            Plutôt que d'écrire toi-même une licence qui n'a pas fait ses preuves, as-tu pensé à une licence de type BSD ? Ça fait 25 lignes en comptant les blancs, c'est une licence vraiment hyper libre (je ne vois pas comment faire plus libre, vu que c'est kif-kif avec le domaine public sans le droit de t'approprier le travail).

            • [^] # Re: licence ?

              Posté par . Évalué à 3.

              as-tu pensé à une licence de type BSD

              Disons que je souhaite que les utilisateurs puissent disposer du code source de mon logiciel, et je ne suis pas favorable à sa propriétarisation (à mon avis un non-sens dans ce qui touche la sécurité), donc de ce côté-là, je suis plus favorable aux licences de type GPL que BSD.

              De plus, de mon point de vue, les licences BSD ont le même défaut que la GPL : pas de délimitation temporelle et spatiale des droits concédés, donc nullité au regard du droit français.

          • [^] # Re: licence ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3. Dernière modification le 23/02/14 à 21:21.

            Je peux donc proposer d'ajouter à ma licence une clause rédigée ainsi : (…)

            Le mieux est d'utiliser un texte fait par des juistes, genre :

            COMPATIBILITE AVEC D'AUTRES LICENCES

            Le Licencié peut inclure un code soumis aux dispositions d'une des versions de la licence GNU GPL, GNU Affero GPL et/ou EUPL dans le Logiciel modifié ou non et distribuer l'ensemble sous les conditions de la même version de la licence GNU GPL, GNU Affero GPL et/ou EUPL.

            Le Licencié peut inclure le Logiciel modifié ou non dans un code soumis aux dispositions d'une des versions de la licence GNU GPL, GNU Affero GPL et/ou EUPL et distribuer l'ensemble sous les conditions de la même version de la licence GNU GPL, GNU Affero GPL et/ou EUPL.

            GNU GPL: désigne la GNU General Public License dans sa version 3 ou toute version ultérieure, telle que publiée par Free Software Foundation Inc.

            GNU Affero GPL: désigne la GNU Affero General Public License dans sa version 3 ou toute version ultérieure, telle que publiée par Free Software Foundation Inc.

            EUPL: désigne la Licence Publique de l'Union européenne dans sa version 1.1 ou toute version ultérieure, telle que publiée par la Commission Européenne.

            (avec ou sans le texte, ce n'est pas important)

            • [^] # Re: licence ?

              Posté par . Évalué à 2.

              L'idée n'est pas mauvaise, mais juridiquement, je n'en ai pas le droit : le texte en question est lui aussi couvert par le droit d'auteur, je n'ai donc pas le droit d'en recopier une portion quelconque dans ma licence. (Et parmi les juristes, ceux spécialisés dans le droit d'auteur qui ont rédigé ce texte ne sont pas exactement du genre à ignorer leurs propres droits en la matière ;-) ).

              Cela dit, le mécanisme employé par le texte que tu cites est intéressant. Je vais m'en inspirer.

              (Pour ce qui est de préférer des textes rédigés par des juristes, en fait, ça n'a pas grande importance. Tout ce que les juristes apportent, normalement, c'est deux choses : la clarté (pour permettre l'application des articles 1156 à 1164 du code civil), et l'absence d'erreur de droit. Mais, pour le premier point, ce n'est pas bien difficile de demeurer clair, et pour le second, outre le fait que je ne sois pas trop mauvais en droit, comme tu l'auras sans doute remarqué :-) , lorsqu'on suit les mêmes disposition qu'un de leurs textes, on ne fera pas plus d'erreur de droit qu'eux. Et, oui, ça, c'est parfaitement légal, puisque les idées seules ne sont pas soumises au droit d'auteur.

              Bon, après, je suppose qu'au-delà d'une certaine échelle, des accusations de plagiarisme pourraient faire surface, mais pour une seule clause comme ici, c'est sans risque.)

              • [^] # Re: licence ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                ce n'est pas bien difficile de demeurer clair,

                Euh…
                1/ Perso, je comprend pas grand chose à tes bidouilles quand je lis la licence
                2/ Clair que les avocats ne se battent jamais, oh grand jamais, sur la signification des mots dans un contrat…

                • [^] # Re: licence ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Clair que les avocats ne se battent jamais, oh grand jamais, sur la signification des mots dans un contrat…

                  Oui, enfin… Il y a beaucoup de ces batailles qui sont perdues d'avance, et dans lesquelles ils ne se lancent que pour faire gagner du temps à leurs clients. Un grand classique. (J'ai plusieurs avocats dans ma famille).

                  Enfin, cela dit, tu as raison, ce n'est pas toujours simple, et il faut effectivement y prendre garde. Je ferai spécialement attention à cette clause.

                  • [^] # Re: licence ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 24/02/14 à 00:27.

                    Peut-être s'inspirer de ce qui est dans la CeCiLL-C qui a été revu avec la FSF
                    http://www.cecill.info/licences/Licence_CeCILL-C_V1-fr.html#distrib-derive qui indique expressément les conditions de distribution « sous un contrat de licence autre que le présent Contrat ».

                    À noter que cela ne cite pas explicitement de licence, j'imagine que la compatibilité doit être vérifiée dans les deux sens…

                    Sinon, ce que propose Zenitram< peut être utilisé pour indiquer la double (ou multiple) licence et doit pouvoir suffire, en précisant « au choix de celui qui reçoit cette licence ». À noter qu'il vaut mieux proposer la GPL 2 ou supérieure, s'il s'agit de pouvoir échanger avec le noyau Linux.

  • # Architecture

    Posté par (page perso) . Évalué à 8. Dernière modification le 22/02/14 à 04:41.

    C'est pour qelle architecture?

    Je peux le tester sur une Cubie? avec du Arm?

    Pourquoi ne pas avoir choisi une licence libre?

    Bravo et bon courage!

    • [^] # Re: Architecture

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est pour qelle architecture?
      Je peux le tester sur une Cubie? avec du Arm?

      Le site dit Manux is an operating system for x86 computers.

  • # 0 day

    Posté par . Évalué à 10.

    "conçu pour encaisser les exploits jour zéro."

    Certes. Tu peux peut-être en dire un peu plus? Des dévs d'OS, il y en pleins, des OS, il y en a je ne sais pas combien au monde que l'annonce d'un nouvel OS ne m'emballe pas plus que ça.

    Par contre des OS conçus pour résister à des 0day ça ne court pas les rues, et ça c'est super intéressant. Mais dans la dépêche, rien ne vient étayer cette affirmation.

    • [^] # Re: 0 day

      Posté par . Évalué à 1.

      Si tu lis la doc, il y a marqué :

      L'architecture de l'espace utilisateur ne ressemble à aucune autre : tous les processus y sont chrootés (oui, même /bin/true). Et il n'est pas nécéssaire d'avoir accès au chroot d'un autre programme pour pouvoir le lancer;

      Après je ne suis pas un expert en sécurité…

      • [^] # Re: 0 day

        Posté par . Évalué à 6.

        Exactement. Un exemple, quand je tape cat ~/docs/file.txt, c'est le lanceur de cat, un petit exéctuable de /bin, qui se lance. Il construit alors une arborescence virtuelle contenant simplement le fichier file.txt dans le répertoire ~/docs, puis fait un chroot dans la racine du vrai programme cat (à laquelle il a accès grâce à un lien racine, un lien spécial qui n'est suivable qu'en faisant ce genre de chroot). Ensuite, il fait un execve() sur le vrai binaire de cat.

        Ce binaire, à son tour, examine sa ligne de commande, voit qu'il doit accéder à ~/docs/file.txt, l'ouvre (sans repérer qu'il se situe dans une arborescence virtuelle qui ne contient rien d'autre que ce fichier), fait son travail et quitte. Et même s'il y avait eu un exploit jour zéro dans ce fichier, comme cat n'a (normalement) pas l'accès en écriture à sa propre racine, et qu'il n'a accès qu'à un seul autre fichier en-dehors de celle-ci, il se retrouve coincé.

        C'est cela que je veux dire par "encaisser" : je ne peux pas empêcher l'existence d'exploits, mais je peux les rendre en pratique inexploitables.

        • [^] # Re: 0 day

          Posté par . Évalué à 4.

          tu n'as pas peur de l'overhead que cela va generer sur tes programmes plus complexes qui vont faire plusieurs appels à plusieurs programmes et librairies ?

          • [^] # Re: 0 day

            Posté par . Évalué à 8.

            Pour ce qui est des bibliothèques, aucun souci : au moment de l'installation des dépendances, elles sont simplement installées dans la racine du programme qui en a besoin à l'aide de liens matériels. Résultat, le coût additionnel est nul.

            En ce qui concerne les programmes, oui, il y a un ralentissement, mais il est vraiment minime. Les lanceurs sont compilés statiquement sans libc, les appels-systèmes étant simplement réalisés avec asm volatile ("int $0x80" : : ); et les opérations requises sont très rapides. Pour donner une idée, la seule initialisation de la glibc au lancement d'un programme, avant l'appel à main(), prend plus de temps que la totalité des opérations du lanceur.

            • [^] # Re: 0 day

              Posté par . Évalué à 5.

              au moment de l'installation des dépendances, elles sont simplement installées dans la racine du programme qui en a besoin à l'aide de liens matériels

              belle idée, j'approuve,

              par contre, ca resiste aux mises à jour de la lib (changement des inodes) ?
              ou il faut regenerer les links ?

              Les lanceurs sont compilés statiquement sans libc

              ca donne quoi lorsque plusieurs programmes utilisent les memes libs ?
              ca duplique le code, ou ca permet toujours d'utiliser la memoire partagée ?

              • [^] # Re: 0 day

                Posté par . Évalué à 9.

                par contre, ca resiste aux mises à jour de la lib (changement des inodes) ?
                ou il faut regenerer les links ?

                Il faut les regénérer. Cela ralentit l'installation des bibliothèques, j'en suis conscient, mais il n'y a pas d'alternative.

                ca donne quoi lorsque plusieurs programmes utilisent les memes libs ?
                ca duplique le code, ou ca permet toujours d'utiliser la memoire partagée ?

                Alors, euh… Si j'avais programmé la mémoire partagée, alors oui, la mémoire serait effectivement partagée entre les différents logiciels situés dans des chroots différents, mais, comme je ne l'ai, euh, pas encore programmé…

                • [^] # Re: 0 day

                  Posté par . Évalué à 5.

                  désolé pour les questions "genantes"
                  j'aime bien essayé de decortiquer les nouveautés.

                  donc pas de memoire partagée, c'est probablement un bon choix pour la securité,

                  mais il va falloir pas mal de ram quand tu vas lancer plusieurs programmes en simultané.

                  d'ailleurs, dans le meme ordre d'idée, comment se passe la communication inter-programmes ?

                  • [^] # Re: 0 day

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Pas de problème.

                    En fait, la mémoire partagée sera implémentée dans l'avenir; cependant, comme chacun sait, celle-ci entraîne la création de canaux de communication cachés très importants dans le système. Pour résoudre ce problème, l'administrateur aura le choix entre :

                    • S'il s'appelle super-parano-man, reconfigurer le noyau pour désactiver cette fonctionnalité (après tout, je n'ai pas créé un noyau à patchage dynamique pour rien!);
                    • Si c'est juste parano-man ou un de ses acolytes, il pourra installer les mêmes bibliothèques plusieurs fois, et choisir quels programmes accèdent à quels exemplaires des bibliothèques. Cela donnera un comportement proche de celui des compartiments de Solaris.

                    d'ailleurs, dans le meme ordre d'idée, comment se passe la communication inter-programmes ?

                    Cela dépend du mécanisme. Si c'est un simple pipe, pas de problème : il est créé classiquement par le père par pipe(2) avant le fork(2), puis conservé par les fils après l'execve(2). Si c'est un pipe nommé ou une socket du domaine UNIX, il faut recourir à un lien matériel vers le fichier en question pour lui permettre d'apparaître dans les divers chroots. A titre d'exemple, c'est déjà ce qui est fait pour permettre la communication entre init et telinit du paquetage sysvinit.

                    (Les sockets anonymes du domaine UNIX, qui ne sont au fond qu'une extension Linux, ne seront tout simplement pas implémentées.)

                    En ce qui concerne les segments de mémoire partagés, et les autres IPCs system-V, je reconnais que je n'ai pas encore décidé de la façon dont j'allais procéder à leur isolement, mais j'emploierai certainement une méthode de type "espace de noms" comme sous Linux (CLONE_NEWIPC); de même pour les signaux.

        • [^] # Re: 0 day

          Posté par . Évalué à 5.

          Comme Plan9, non ?

      • [^] # Re: 0 day

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        tous les processus y sont chrootés (oui, même /bin/true). Et il n'est pas nécéssaire d'avoir accès au chroot d'un autre programme pour pouvoir le lancer;

        Je ne saisi pas en quoi ça supprime la possibilité d'un zero day.

        Si un navigateur web est troué, qu'est-ce qui va interdire l'attaque ?
        Si un serveur ssh a une faille, qu'est-ce qui va le protéger ?

        • [^] # Re: 0 day

          Posté par . Évalué à 4.

          Si un navigateur web est troué, qu'est-ce qui va interdire l'attaque ?

          Rien. Mon système ne peut qu' encaisser les attaques, pas les empêcher. En ce qui concerne le navigateur, s'il est troué, l'attaquant pourra en prendre le contrôle, regarder, modifier et supprimer l'historique de navigation, regarder ce que fait l'utilisateur sur le net… Mais il ne pourra pas accéder aux documents pdfs, LibreOffice, et autres, situés sur la machine. Je pense que c'est déjà bien, comme protection; et de toutes façons, l'OS seul ne peut malheureusement pas en faire plus.

          Ensuite, si l'utilisateur (ou sa distribution) a installé deux instances séparées du navigateur, un pour sa banque, l'autre pour sa navigation privée, l'attaquant qui contrôle le site sexy-tabou.com ne pourra pas obtenir les informations sur les comptes de la victime. Ça aussi, ce n'est pas négligeable.

          Si un serveur ssh a une faille, qu'est-ce qui va le protéger ?

          Tel que les serveurs ssh sont actuellement conçus, rien, et une faille dans un serveur ssh, honnêtement, c'est un peu l'Armaggedon. Mais il est possible de le sécuriser, en séparant le serveur ssh (chargé de la communication réseau) du logiciel d'authentification et de création de session; de la sorte, le serveur ssh se retrouverait incapable d'ouvrir une session arbitraire sans son mot de passe.

          Autant dire tout de suite que ce n'est pour l'instant pas implémenté.

          • [^] # Re: 0 day

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Mon système ne peut qu' encaisser les attaques, pas les empêcher. En ce qui concerne le navigateur, s'il est troué, l'attaquant pourra en prendre le contrôle, regarder, modifier et supprimer l'historique de navigation, regarder ce que fait l'utilisateur sur le net… Mais il ne pourra pas accéder aux documents pdfs, LibreOffice, et autres, situés sur la machine. Je pense que c'est déjà bien, comme protection; et de toutes façons, l'OS seul ne peut malheureusement pas en faire plus.

            Mais alors le navigateur ne peut pas enregistrer un fichier PDF ? (pas de droits en écriture ?)
            Le navigateur ne peut pas uploader une image ? (pas de droits en lecture ?)
            Ni ouvrir un fichier html local quelquonque ?

            Je ne pige toujours pas.

            .

            Ton explication pour ssh me semble étrange.
            Cela revient à créer un tunnel sécurisé pour accéder au login. Ça déporte juste le problème sur /bin/login (ou sur le tunnel si l'attaque porte sur la sécurisation du transport).
            ssh est plutô bien sécurisé. Tu peux t'authentifier avec facteurs multiples, tu peux interdire l'accès direct à root. On peut renforcer contre le pilonnage avec fail2ban et portknocking, mais ça reste des solutions de limitation, pas d'interdiction totale.

            • [^] # Re: 0 day

              Posté par . Évalué à 3.

              Mais alors le navigateur ne peut pas enregistrer un fichier PDF ? (pas de droits en écriture ?)
              Le navigateur ne peut pas uploader une image ? (pas de droits en lecture ?)
              Ni ouvrir un fichier html local quelquonque ?

              Pour enregistrer un fichier pdf ou uploader une image, il faudra que le navigateur fasse appel à un programme externe (ou, éventuellement, que l'utilisateur déplace le fichier dans le répertoire du navigateur, ce qui fonctionnerait mais ne serait pas franchement intuitif).

              Pour ouvrir un fichier html local, si, pas de problème : il suffira de taper firefox file:///home/me/mon_fichier.html (ou de double-cliquer sur l'icône correspondante, de telle sorte que le shell graphique fasse cet appel pour l'utilisateur), et le tour sera joué. Par contre, en effet, on ne pourra généralement pas l'ouvrir à partir de la barre d'adresse.

              ça reste des solutions de limitation, pas d'interdiction totale.

              Tout à fait. Mais la présence de /bin/login est habituellement indispensable sur une machine, et pas celle de ssh. En ne plaçant qu'un seul de ces programmes au lieu de deux, on réduit d'autant la probabilité d'une faille. Mais oui, dans le cas particulier du serveur ssh, tu as raison, on ne peut hélas faire que de la limitation.

              • [^] # Re: 0 day

                Posté par . Évalué à 7.

                Pour ouvrir un fichier html local, si, pas de problème : il suffira de taper firefox file:///home/me/mon_fichier.html (ou de double-cliquer sur l'icône correspondante, de telle sorte que le shell graphique fasse cet appel pour l'utilisateur), et le tour sera joué. Par contre, en effet, on ne pourra généralement pas l'ouvrir à partir de la barre d'adresse.

                Donc, on pourra ouvrir une page locale, mais les liens vers d'autres pages locales ne fonctionneront pas, ni même les images et CSS externes référencées dans la page.
                Autant dire que ça ne fonctionne pas.

                • [^] # Re: 0 day

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Donc, on pourra ouvrir une page locale, mais les liens vers d'autres pages locales ne fonctionneront pas, ni même les images et CSS externes référencées dans la page.

                  Ah oui, c'est vrai, il y a ce cas-là. Désolé, vu l'esthétique de mon site, c'est vrai que j'avais oublié ces histoires de CSS.

                  Autant dire que ça ne fonctionne pas.

                  Hé, une minute! Le point que tu viens de soulever est intéressant, j'en conviens, mais il est limité au cas particulier des documents qui incluent ou référencent légitimement des fichiers externes qui ne font pas partie des dépendances du logiciel chargé de les ouvrir, ce qui est relativement limité. (Même gcc n'est pas concerné, les #include locaux fonctionnant du fait de la transmission du chemin courant et des -I répertoire . D'ailleurs, comme mon système est déjà auto-hébergé, si ce problème empêchait son fonctionnement, je l'aurais déjà repéré.).

                  J'admets que, dans le cas de ces fichiers, il va falloir appliquer une solution légèrement différente de celle à laquelle j'avais songé. En pratique, je vais certainement opter pour l'approche la plus simple : créer un répertoire spécifique à ce genre d'opérations, auquel firefox aura simplement toujours accès; à charge pour le développeur qui veut accéder à son site en local de l'y placer.

                  (Il existe d'ores et déjà une autre solution, en ligne de commande, puisque l'utilisateur a la possibilité d'ajouter l'accès aux fichiers de son choix à n'importe quel logiciel lors de son appel, mais il est évident qu'on ne peut pas raisonnablement attendre que l'utilisateur tente une telle approche.)

                  De façon générale, la sécurité est une affaire de compromis : mon système d'exploitation accroît la sécurité au prix d'une diminution de l'utilisabilité, Linux (et les autres systèmes d'exploitation) ont fait le choix inverse. Je tente de maintenir mon système aussi utilisable que possible avec ses sécurités contre les exploits jour zéro, mais son utilisation sera toujours légèrement plus complexe que celle d'un Linux.

                  • [^] # Re: 0 day

                    Posté par . Évalué à 4.

                    continuons dans les cas non prevus …

                    un logiciel fait comment pour aller lire dans les dossiers de l'utilisateur pour …
                    - ouvrir un document, le modifier, et l'enregistrer
                    - ajouter une piece jointe à un email

                    il faut mettre le document dans un dossier securisé avant de lancer le logiciel ?
                    puis copier le document depuis ce dossier securisé vers un dossier "mes documents" ?

                    • [^] # Re: 0 day

                      Posté par . Évalué à 9.

                      continuons dans les cas non prevus …

                      Le pire, c'est que ça vient de me revenir : en fait, j'avais déjà repéré le problème, et décidé d'opter pour un répertoire spécial pour ce cas… Mais ça m'était complètement sorti de l'esprit. Honte sur moi /o\ .

                      (Bon, pour ma défense, c'était il y a plusieurs années.)

                      un logiciel fait comment pour aller lire dans les dossiers de l'utilisateur pour …
                      - ouvrir un document, le modifier, et l'enregistrer
                      - ajouter une piece jointe à un email

                      En fait, tous les logiciels qui font ce genre de choses font appel à des bibliothèques externes pour le faire; c'est pour ça que, dans LibreOffice par exemple, lorsqu'on fait "ouvrir", on obtient une fenêtre avec un aspect différent sous Gnome et sous KDE (j'avoue que je ne me suis pas penché plus loin sur la question, et je ne sais pas quelle est précisément cette bibliothèque). Tout ce que je ferai, c'est de fournir une bibliothèque de ce type qui appellera un programme externe, lequel aura accès à tous les fichiers de l'utilisateur ainsi que la possibilité de les ajouter à l'arborescence de son appelant; et c'est ce programme qui affichera la fenêtre à l'utilisateur lui demandant quel fichier il veut ouvrir. De la sorte, pour l'utilisateur, ce sera transparent; quant au logiciel appelant, qu'il s'agisse d'un traitement de texte, d'une messagerie électronique, ou d'autre chose, il n'y verra que du feu.

                      (J'anticipe la question : que se passera-t-il en cas d'exploit jour zéro dans ce logiciel-là? Ma réponse, c'est que comme il ignorera toutes les options de sa ligne de commande, et qu'il ne s'occupera pas du contenu des fichiers qu'il ouvrira, les exploits seront assez peu probables; en tout cas, nettement plus improbables que dans les logiciels appelants. En plus, pour l'exploiter, il faudrait disposer de deux exploits, l'un dans ce logiciel, l'autre dans un de ses appelants, donc ce sera vraiment très compliqué. Mais effectivement, si ça se produit, la sécurité sera abattue. C'est malheureux, mais dans un tel cas, l'OS aura vraiment fait tout ce qu'il pouvait.)

                      • [^] # Re: 0 day

                        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

                        Tiens justement, Android va faire quelque chose de similaire dans Kit Kat:

                        • les applications auront le droit d'écrire dans leur dossier
                        • elles pourront lire hors de leur dossier, mais pas y écrire. Pour le faire, il faudra passer par l'application centrale qui gère tout, le Storage Access Framework

                        Les plus pressés ont compris ça comme ON NE POURRA PLUS ÉCRIRE SUR LA CARTE SD, mais en fait je trouve que c'est un design assez sympa pour protéger le système des applications malveillantes, et qui permet en plus d'offrir un accès unifié aux documents dans ton cloud.

  • # Une communauté

    Posté par . Évalué à 10.

    Additionnellement, si une communauté apparaissait autour de ce système, j'aimerais la garder plus, disons, amicale, que la LKML.

    Pour qu'il y ait une communauté, il faudrait :
    - un gestionnaire de version (type git, mercurial, bazaar) interfacé avec un outil d'intégration continue (par exemple jenkins)
    - une petite VM prête à l'emploi généré de temps à autre.

  • # Bibliothèques partagées

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Ça a l'air vraiment génial, super boulot!

    Les bibliothèques partagées sont elles gérées par ce système ou tout binaire doit être lié statiquement ?
    Si oui, est-ce à coup de hardlinks ou avec le fs … ?

    • [^] # Re: Bibliothèques partagées

      Posté par . Évalué à 6.

      Les bibliothèques partagées sont gérées sans problème : elles sont liées matériellement dans la racine de chaque programme qui en a besoin. Lors de l'installation d'un paquetage, c'est l'une des tâches du logiciel de résolution de dépendances.

  • # nom de l'OS

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Je devine pourquoi il n'y a pas un 'i' à la place du 'u',
    faillait bien que quelqu'un la fasse …

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.