• # Ok, tu veux faire vite mais...

    Posté par . Évalué à 10.

    Il serait quand même peut-être bon de dire deux mots sur le sujet des conférences, non ? Quel public, quel sujet, un petit mot sur l'organisation… parce que là ça me donne vraiment pas envie. On dirait du clickbait : « Wow, trop bien ! Viens voir ! »

    • [^] # Re: Ok, tu veux faire vite mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Oui, je suis d'accord.

      La première conf' , de Quentin est vraiment, vraiment sympa. J'ai beaucoup apprécié son franc parlé et sa vision managériale sur la place du développeur dans une petite boîte.

      Morceau choisi
      Interlocuteur : Ça doit être dur, quand même, de recruter des dév Scala
      Quentin : J'entends ça souvent. Mais en fait, mais non, mais pas du tout. Quand je demande un dév Scala, j'ai trois CV qui atterrissent sur mon bureau. Trois ! Sur une techno standard, j'en aurai environ 50. Imagine le boulot de tri à faire. Ensuite, un dév Scala, il fait ça comme hobbyiste, le soir, chez lui. Donc il est motivé. En fait le salaire il s'en fout, je peux le payer comme je veux puisque lui il aime ce truc. (Résumé : choisis une techno « marginale », tu auras des mecs compétents, motivés, pour un salaire modique et qui aiment ça).

      Une analyse du point de vue du cynique patron mais qui laisse à réfléchir, mais le point principal de cet argument, c'est qu'en effet, les bons programmeurs sont en majorité des gens qui aiment ce qu'ils font (L. Torvalds).

      J'ajoute en passant qu'on connaît tous l'adage « un bon travailleur a de bons outils ». Si 90% des dévs travaillent avec l'outil A, et que l'outil B rend plus compétitif, alors l'outil B est une plus-value essentielle (bon sens élémentaire).

      Toute la conf' est comme ça (ou presque) et franchement bien marrante, donc vous pouvez y aller, si vous avez 60 minutes à perdre :).

    • [^] # Re: Ok, tu veux faire vite mais...

      Posté par . Évalué à -1.

      Bonjour

      Nous regrettons cet incident et la société linuxfr fera tout son possible pour que ce désagrément ne puisse plus perturber pendant vos emplettes.

      Quel est votre numéro de client ? Êtes-vous client platinium ?

      Nous vous encourageons à utiliser votre index sur votre dispositif de pointage pour sélectionner l'un des liens ci-dessus et faire quelques commentaires pertinents sur le sujet.

      Bien cordialement,

      Votre conseiller trollimax

  • # Morceau choisi

    Posté par . Évalué à 6.

    "je suis prêt à payer pour plus bosser avec les gens qui ont rien à foutre de leur boulot et qui sont mauvais".
    Tiens je me sens bien moins seul tout à coup.

    Merci pour la vidéo il a l'air bien sympa ce monsieur.

    • [^] # Re: Morceau choisi

      Posté par (page perso) . Évalué à 7. Dernière modification le 07/07/16 à 15:41.

      "Dans 90% des cas on peut tout faire avec PG (PostgreSQL)…" : vidéo transférée sur le champs à nos collègues en train de mettre en place une archi Kafka + Play + Zookeeper + Cassandra + Whatever_is_now_cool…
      Le pire étant qu'il a sans doute raison…

      Merci pour ces deux vidéos très intéressantes.

      • [^] # Re: Morceau choisi

        Posté par . Évalué à 1.

        peut etre que le kafka/Cassandra de tes collègues sont dans les 10% que PostreSQL ne traite pas.

      • [^] # Re: Morceau choisi

        Posté par . Évalué à 3.

        Il dit juste que l'architecture complexe n'est pas obligatoire au départ pour valider le démonstrateur et qu'il faut savoir faire les choses dans le bon ordre, et ne pas avoir peur de réécrire plusieurs tout ou partie du code. C'est pertinent non seulement pour les devs sur les petits projets, les startupeurs qui doivent aller vite mais aussi pour certains programmes de certains grands groupes que je ne nommerai pas, en grande partie car nos amis les contrôleurs de gestion suivent de près l'évolution étrange de la courbe en "S" du chef de projet et s'inquiètent de la montée en flèche du % du cash alloti au projet qui est consommé en fonction du temps.

  • # [HS] Expression

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    <moment culture>
    Je me demandais d'où l'expression «envoyer du bois» pouvait venir.

    L'Internet me dit que ça viens des concours de force Basques, avec lancer de troncs d'arbres.
    </moment culture>

    Vous pouvez retourner à votre code.

    Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

    • [^] # Re: [HS] Expression

      Posté par . Évalué à 8.

      Tu as aussi les expressions "envoyer du gros" et "envoyer du pâté en boîte" qui viennent des concours d'excellence sur la tribune.

      splash!

      • [^] # Re: [HS] Expression

        Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 07/07/16 à 14:40.

        viennent des concours d'excellence sur la tribune.

        Et : "Ça rox des mamans ours en Alaska"
        Elle vient d'où celle-là ? :-)

        En tout cas moi j'ai bien aimé les deux vidéos en plus en Français c'est vraiment bien !

        kentoc'h mervel eget bezan saotred

        • [^] # Re: [HS] Expression

          Posté par . Évalué à 5.

          Et : "Ça rox des mamans ours en Alaska"
          Elle vient d'où celle-là ? :-)

          Ben d'Alaska :o

          splash!

          • [^] # Re: [HS] Expression

            Posté par . Évalué à 3.

            Nan nan je sais que c'est un proverbe ours mais dire qu'il vient d'Alaska je trouve que c'est pousser le bouchon un peu loin ;-)

            kentoc'h mervel eget bezan saotred

    • [^] # Re: [HS] Expression

      Posté par . Évalué à 4.

      Il manque définitivement une url pour étayer ce propos, la force basque se composant de moultes disciplines mais je n'ai pas souvenance de lancer de tronc d'arbre. Je pense que tu confonds avec le caber de nos amis écossais.

  • # Quand le ridicule ne tue plus

    Posté par . Évalué à 5.

    "je suis prêt à payer pour plus bosser avec les gens qui ont rien à foutre de leur boulot et qui sont mauvais". (son jugement de valeur)

    De mon côté je suis prêt à payer pour ne plus voir des gros obèses mal rasés et prétentieux donner des leçons. (mon jugement de valeur). Un bon gros parigot hipster à queue de cheval, ridicule.

    Ça ne lui est peut-être jamais venu à l'idée de penser qu'un salarié qui évolue dans un management de merde, avec une paie de merde et des horaires à rallonge ne soit plus motivé. Il montre surtout son inexpérience du monde du travail et en particulier de l'IT.

    Ce monsieur devrait faire preuve de davantage d'humilité. Les lieux communs ne lui font pas peur. Il mélange avec bêtise des concepts qui lui échappent.

    Ce qui est certain c'est que c'est un bon commercial mais un très mauvais informaticien. Il montre qu'il n'a aucune expérience des grandes structures…Il croit qu'on a le temps de jouer avec nodejs et riotjs en longueur de journée, il est trop choux ;)

    Il est typique des jeunes cons américanisés, mondialisés et libéraux analphabètes de maintenant qui ont passé plus de temps devant les séries que devant des livres et cela se ressent. Il fait partie des gens qui pensent qu'avec une tablette, une clé 4G, un transport uber et un logement airbnb ils vont révolutionner le monde…La chute sera douloureuse.

    La mère Michu, femme de ménage à 900 euros, avec 3 gosses et qui attend sa retraite non versée par la CARSAT depuis 2 ans, tu crois qu'elle en a quelque chose à foutre de ton monde numérique de fiottes ?

    Alors moi je vous le dis, cette conférence c'est du pipi de chat sauce web 2.0, le franglais c'est insupportable et ce gros lard prétentieux devrait sortir de sa chambre de geek et faire un peu de sport et respirer un peu d'oxygène sans micro particule, ça lui ferait le plus grand bien, youtubeur de mes 2 bourses…

    • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Se vanter que des gens étaient prêt à bosser pour lui avec un petit salaire pour pratiquer le langage qu'ils aiment (Scala en l'occurrence), ça m'a fait bizarre, du genre, "vous avez vu ? Quand les gens sont motivés et aiment ce qu'ils font, même pas besoin de les payer trop ! Cool non ?"

      • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Les développeurs Scala adorent peut-être manger des pâtes natures à tous les repas.

        • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

          Posté par . Évalué à 3.

          Juste pour être clair, en tant que Quentin ADAM :
          J'ai pas dit que je les payais pas, ou mal. J'ai expliqué que c'était un critère de sélection par la motivation qui devançait le salaire pour des gens motivé. Je paye bien les gens, et je leur offres des parts dans ma structure, y compris quand on me le demande pas.

    • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

      Posté par . Évalué à 1.

      Tu as créé un compte juste pour faire ce commentaire ?

      Du coup, je me demande si ce commentaire est à prendre au premier ou au second degré :)

    • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

      Posté par . Évalué à 10.

      Bonjour très cher monsieur Godass,

      J'ai le plaisir d'être ce "gros obèses mal rasés et prétentieux" qui donne des leçons, et qui vit en province, à Nantes pour être plus précis. Quand à mon look, désolé, j'étais "hipster" avant, et je le suis resté. Concernant mon poids (je reviendrais sur les principe de CoC plus tard), outre que je le dois aux 5 dernières années à bosser 100h par semaine, j'ai le plaisir de vous annoncer qu'il est en chute car j'ai repris le sport, merci de vous préoccuper de ma santés.

      Trêves de blagues, passons au contenus de vos remarques.

      Je suis un dev. Un assez compétent même, je code toutes les semaines dans 5 langages différents (java, javascript, scala, rust et… ce qui traine) et j'ai le plaisir d'avoir créer une boite, d'en être CEO et d'être toujours dev, rapport à une organisation interne qui me permet de continuer à contribuer à du code, ce qui est une volonté de ma part ET un vrai plaisir pour moi, car j'adore coder. Ma spécialité est la programmation de streaming zero-copy et la programmation reactive sur des système d'évènements distribué, mais j'avoue avoir aussi payé mes factures avec des choses bien plus terre à terre, du J2EE, du node, du drupal, du C et même du mobile… En fait quand tu monte une boite il faut savoir être flexible par moment. Sinon, en interne on maintien aussi une distribution linux… J'ai jamais touché à riotJS et je ne recommande pas node sur des grosse base de code. En clair, cher godass, tu te plante complétement sur qui je suis techniquement et sur les archi que je défend.

      J'ai eu le plaisir de travailler dans de multiples environnements, des grosses boite et des petites, et je connais particulièrement bien les grosse structure IT (Niort, ça vous dit quelques choses ? les mutuelles et tout… La défense à Paris…). Il y a une différence fondamentale entre "avoir une expérience des grandes structures" et accepter leur manque d'efficacité. Ce n'est pas parce qu'aujourd'hui leur fonctionnement est pas assez efficient qu'il doit le rester, et le but est de réveiller ces gens et de les aider à dealer avec leur management de meilleures conditions de travail et d'efficacité dans leur travail. Car le point est là : je comprend parfaitement qu'on puisse être démotivé par un management de merde, c'est pour ça que j'ai créé une boite ou la direction comprend la techno, travaille dans le bon sens et cherche à faire avancer les choses. Je cherche juste à remotiver les développeurs dans des conditions non alléchante, à leur proposer des alternatives. Mais je fais le distinguo, certaines personnes sont effectivement mauvaises et non intéressé par ce job à la base, et, en effet, je préfère ne pas travailler avec eux, et je préférerais que la société leur propose une autre alternative que de faire une activité qui ne leur plait pas.

      Mon "monde numérique de fiottes" est le vrai, il y en a pas 3000 des mondes… Tu crois que je ne pense pas au démuni quand j'appelle à un changement sociétal ? Ils sont passé où les 40% de travailleur agricole du 19ème siècle ? Les nuages de mains d’œuvre d'usine du début 20ème ? les dactylo qui tapait à la machine il y a 30 ans ?
      La mécanisation et l'automatisation ont remplacés ces jobs, prévenir des mutation sociétales RÉELLES en cours ne fait de moi que le messager, pas l’artisan, et je préférerais que notre société propose une alternative PRECISEMENT aux catégories les moins favorisé et éduqué que de les laisser au bord du chemin. C'est pour ça que j'en parle et tente de mobiliser sur ce sujet, car c'est une réponse sociétale qu'il faut mettre en place. Et également réagir en tant que pays, car tout "américanisé" que je sois, j'ai un certain patriotisme économique qui est alerté par le manque de réponse locale à des entreprise LARGEMENT américaines qui automatise des emplois locaux, déportant l'accumulation de valeur et richesse ailleurs, et appauvrissant le territoire et notre pays, remplaçant les jobs les moins éduqué et les plus faciles à automatiser. Au contraire, je m'en souci.

      Pour être clair sur le salaire d'un dev :
      Je n'ai JAMAIS dit que je payais les gens pas cher. Au contraire, j'ai dit que je les payait "comme je l'entendais". IE : le salaire n'est pas la motivation du travail chez Clever Cloud, je paye les gens le mieux possible et je leur donne des parts (des mienne pour être clair) au maximum. Le point est d'illustrer que le "jour/homme" n'est pas une métrique et que 1 humain != 1 humain, de des gens motivés sont efficaces et sont investi dans leur travail.

      Au delà du fait que ton insulte anonyme est gravement à coté de la plaque (je lis 1 à 2 livres par semaines, sur liseuse numérique, il est vrai, et mon podcast n°1 c'est "les nouveau chemins de la connaissance" la quotidienne de philo de france culture), je me permet de te rappeler que des mots comme "gros lard", "fiotte" ou des références à vos "2 bourses" vont largement à l'encontre d'un esprit de tolérance et d'inclusion actuellement en vogue dans notre milieu professionnel, afin de ne pas agresser les minorités (visibles ou non) de notre société, avec pour impact, peut être de favoriser la féminisation de notre branche ? Je vous renvois à la lecture de https://geekfeminism.org/about/code-of-conduct/ sur ce sujet.

      Sur ce, en guise de conclusion, je suis désolé de ne pas avoir été compris par vous, cher monsieur et anonyme Godass, mais mes intentions sont louables et dans l'objectif de favoriser un déploiement et développement harmonieux de notre écosystème, et sans donner des leçon, mais en exposant ce que j'ai vu.

      Je serais au plaisir d'échanger sur vos propres travaux,

      Cordialement,

      (non anonymement) Quentin ADAM
      @waxzce

      • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

        Posté par . Évalué à 2.

        D'accord avec toi, s'en prendre aux gros obèses n'est plus acceptable, même pour ceux qui ne sont plus dérangés par les tautologies. D'ailleurs, il m'est arrivé d'avoir une queue de cheval. Avec ce bémol : si la moquerie sur les traits physiques est bannie, que restera-t-il de la caricature populaire qui n'a souvent d'autre ressort fédérateur que ladite moquerie pour rabaisser les puissants à leur valeur d'être humain mortels et périssables ?

        Par contre, l'expression "de mes deux", elle, n'a rien de choquant. Les expressions construites autour de l'idée de présence de couilles chez le locuteur - inversement, de leur absence présumée chez l'interlocuteur - peuvent être choquantes lorsqu'elles renvoient aux valeurs supposément supérieures associées à cette idée. Par contre, "de mes deux" renvoie à l'idée de couilles comme partie vulgaire de l'être humain, comme on aurait dit "de merde". On peut s'en convaincre par l'absurde en construisant artificiellement une expression où seraient convoquées simultanément les deux idées antagonistes, comme dans : "de mes deux grosses couilles", expression qui n'est pas harmonieuse à l'esprit, tandis que "de mes couilles de merde" est harmonieuse, quoique dépourvue de sens apparent.

        Si l'on passe sur ces moqueries idiotes et malvenues et autres considérations linguistiques, je dois dire qu'ayant regardé ta conférence, j'ai été très étonné par ta réponse à "monsieur Godass". Le "Parisien" se fait Nantais, le "gros" devient mince, l'Entrepreneur responsable et Node, PHP. On dirait cendrillon qui se transforme en citrouille, si vous me passez l'image.

        Soit monsieur Godass comme plusieurs autres ici s'est construit une image fausse de toi à travers ses seuls clichés en regardant ta conférence, soit tu te présentes dans cette conférence d'une autre façon que dans cette réponse. Je penche pour la seconde explication : sur cette vidéo, c'est peut être toi qui te déguises, par ton discours, en "américain". Tu as beau jeu, ensuite, de venir rappeler ce qui, chez toi, échappe à cette image "américaine".

        Ensuite, que tu souhaites prendre ta part des bénéfices dans le marché toujours renouvelé de l'automatisation et de la sous-traitance généralisée, c'est ton problème moral. Mais par pitié, ne viens pas nous servir le couplet du patriotisme économique et du capitalisme français qui est usé jusqu'à la corde et ne trompe plus grand monde. Le capitalisme français ne défend pas le peuple français contre le capitalisme américain, il veut se servir à la place du capitalisme américain, voilà tout.

        Et puis l'efficience, et l'efficacité, qu'est-ce que c'est pour toi ? Quelle idéologie derrière ces mots ? Ton efficacité, c'est la rentabilité, rien d'autre. Que lis-tu donc deux fois par semaine pour avoir une vue aussi étriquée idéologiquement ?

        • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

          Posté par . Évalué à 2.

          Je ne vais pas nourrir le troll, juste trois points :
          - je ne me déguise pas, je suis un et unique, j'ai juste fournis des exemples de mon travail
          - je ne vais pas argumenter avec des gens qui prétendent mieux me connaitre après une vidéo de 1h que moi même
          - parler des faramineux "profits" à un startuper, c'est juste un manque de sens commun des réalités…
          - je ne vais pas rentrer dans le débat sur le productivisme où tu veux aller, mais je conclurait là dessus : Si une machine peut faire mon job, parce que note technologie évolue, je VEUX que cette machine fasse le job, sinon ce serait comparer mon humanité à un grille pain. Et ce n'est pas mon objectif dans la vie…

          Avant de me traiter de capitaliste, d'entrepreneur avide et de faux semblant, intéresse toi à mon travail, c'est juste tellement hors de propos que c'est risible…

    • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

      Posté par . Évalué à 2.

      Pourquoi mal rasé ? :)

      #define "obèse" Parce que bon… pour qui a déjà croisé Quentin, le compte n'y est pas, et quand bien même, je ne vois pas trop le rapport, tout comme pour Mde Michu. Ça a l'air d'être bagdad dans ta tête :)

      Par contre je veux bien payer pour ne plus lire ce genre de commentaire insultant émanant de haters en mal d'identité, sans doute, sur leur fin de carrière.

      Si tu as un autre point de vue, vas-y propose un CFP, exprime le et confronte le. Les "jeunes" ont l'air d'avoir un peu plus de courage. Tu rappelles d'ailleurs que la jeunesse n'est pas une question d'âge.

      Par contre vu ton état d'esprit, permet moi de te conseiller La Rupture Numérique par Oussama Ammar.

      Cdt,

    • [^] # Re: Quand le ridicule ne tue plus

      Posté par . Évalué à 1.

      Le fond est discutable et peut amener à débat. Mais la forme, pour faire court et simple, est naze et honteuse.
      Le niveau technique de Quentin n'a pas besoin d'être remis en cause pour les personnes s'intéressant un minimum à nos métiers. Sa personnalité amène souvent des réactions binaires mais les réactions insultantes sont indignes.
      Cher godass, afin d'illustrer votre réaction il serait bon de nous donner ici des photos/vidéos de vous, ainsi que des références de contributions techniques, managériales et d'entrepreneur de votre part.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.