Journal «L’ouvertisation», le nouveau green washing.

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
8
26
mar.
2013

La récente traduction sur Framapad de l'article de Evgeny Morozov devrait faire plaisir à beaucoup ici (suive Z mon regard). Il y traite de l'usage galvaudé du mot 'open', en voulant s'approprier les vertus de l'open source.
D'ailleurs je ne suis pas sûr d'avoir bien compris son problème avec «l'open gouvernement» donc si une âme charitable veut bien simplifier ?
Voilà, un journal semi-bookmark (quatre phrases sans compter celle-là) sur un sujet épuisé ici même mais on a surtout parlé de «free» et «libre».
Alors openfake et freefake, même combat ?

  • # Houlala

    Posté par . Évalué à 0.

    Je n'ai pas encore fini de lire l'article mais je ne peux m'empêcher de commenter.

    Les logiciels libres guidés par des décideurs et les besoins clients? Il ne doit pas avoir beaucoup étudié le milieu du Libre ce monsieur.

    Sa définition de la démocratie est contradictoire au mieux, ou alors il essaye de nous dire que nos démocraties ne devraient pas en être.

    Concernant les projets d'armes "open-source" à imprimer, la licence du projet n'a que faire de l'usage de l'objet, ça ne me surprendrait guère si bon nombre de matériels militaires utilisaient des logiciels libres…

    • [^] # Re: Houlala

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Ça ne me surprendrait guère si bon nombre de matériels militaires utilisaient des logiciels libres…

      Il y a quelques années, j'ai faillit postuler pour un stage à la DGA : ça parlait d'open BSD et d'open SSH pour les drones. En ajoutant que la défense américaine subventionne très bien adacore, je dirais : oui il y a du libre dans les missiles et oui la défense contribue au libre.

    • [^] # Re: Houlala

      Posté par . Évalué à 10.

      Je n'ai pas encore fini de lire l'article mais je ne peux m'empêcher de commenter.

      C'est une attitude malsaine, et à en juger les commentaires de plus en plus décomplexés sur linuxfr sur ce thème du "je n'ai pas tout lu mais", je vois que ça se répand et que ce n'est même plus un problème.

      Je n'ai pas lu tout ton commentaire, mais je trouve ça dommage.

      • [^] # Re: Houlala

        Posté par . Évalué à 3.

        Ce n'est pas dommage.

        Lorsque l'on considère que la plupart des gens ne lisent que l'introduction et la conclusion de la plupart des articles (et lisent le reste si le sujet les intéresse et les capte), ça ne me choque pas.

        On n'est pas obligé de lire tout un article dans le détail pour se faire une idée de ce qui y est dit. Et parfois je réagis non pas aux détails de l'article lui même , mais aux sentiments et aux impressions que me donnent ledit article à la lecture des points clés (j'ai une lecture rapide et sélective : j'arrive en général assez vite à distinguer les ponts clé rapidement si l'article est bien écrit).

      • [^] # Pas le temps, pas le temps.

        Posté par . Évalué à 1.

        Je n'ai pas encore fini de lire l'article mais je ne peux m'empêcher de commenter.

        C'est une attitude malsaine

        Ça me semble malsain également. À mes yeux, ça s'apparente (de très loin) aux gens qui coupent la parole : « Je voudrais que vous m'écoutiez attentivement, mais je ne fais pas l'effort de vous écouter attentivement. »

        Et parfois je réagis non pas aux détails de l'article lui même , mais aux sentiments et aux impressions que me donnent ledit article à la lecture des points clés

        Avec une lecture « rapide », comment être certain d'avoir repéré tous les points clés ?

        • [^] # Re: Pas le temps, pas le temps.

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Surtout, ce type de phrase :

          Je n'ai pas encore fini de lire l'article mais je ne peux m'empêcher de commenter.

          ce type de phrase sent à plein nez l'idée suivante :

          je ne veux pas commenter l'article, je veux témoigner mon pressentiment

          Effectivement ce genre de commentaire est très courant sur beaucoup de médias, et heureusement encore faible sur LinuxFr malgré une augmentation sensible. C'est le règne des impressions et de l'affect sur la raison. « Je ne sais pas vraiment ce que tu as dit, mais ça me donne envie d'être d'accord/pas d'accord »

          ce commentaire est sous licence cc by 4 et précédentes

        • [^] # Re: Pas le temps, pas le temps.

          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 29/03/13 à 17:20.

          Avec une lecture « rapide », comment être certain d'avoir repéré tous les points clés ?

          Si l'article est bien écrit, ça saute aux yeux …. Et en général, pour ma part, quand je ne lis pas un article en entier, c'est tout simplement parce que l'article est mal écrit (confus, on ne voit pas ou l'auteur veut aller, etc). Exemple : le dernier journal avec le très long article concernant le sexisme chez les geeks. Je n'ai pas tout lu le lien tout simplement parce que l'article était à mon avis mal écrit. Un peu comme quand tu regarde un film : es-tu obligé d'aller jusqu'au bout pour savoir si ce film est bon ou pas ? Pour moi, si je n'accroches pas au début, j'évite de perdre mon temps et je passe à autre chose. Et si on m'en parle, je donne mon avis sur la partie que j'ai vue et je précise pourquoi je n'ai pas regardé jusqu'au bout.

      • [^] # Re: Houlala

        Posté par . Évalué à 6.

        Mouai. En même temps, tu imagines si chaque fois qu'un mec écrit un article de 50 pages, et bien il est "interdit" de répondre sans avoir lu tout l'article: le journal va se faire moinsser par des gens qui n'auront pas lu du tout.

        Et puis un texte bien construit peut être suffisamment modulaire pour qu'une partie puisse être commentée de façon pertinente sans tenir compte du reste du texte.

        Enfin, la notation reste encore l'arme absolue contre les gens qui n'ont "pas lu assez loin" et se vautrent royalement en commentant.

    • [^] # Démocratie ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Sa définition de la démocratie est contradictoire au mieux, ou alors il essaye de nous dire que nos démocraties ne devraient pas en être.

      Déjà, où ça une démocratie ?
      En France comme aux État-Unis, c’est au mieux une dictature élective, au pire une oligarchie.

      Mais en démocratie, les citoyens tiennent la barre (plutôt en délèguent la tenue) et rament simultanément.

      Tout est dans le « plutôt en délèguent la tenue »…

      Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # C'est pas nouveau

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Quand MS appelle son modele de licences (proprietaires bien sur) pour entreprises Open, ce n'est plus de l'open washing, c'est carrement de la novlang.
    Et ca fait pratiquement 10 ans deja… Je dis pas que ce sont les 1ers a avoir fait ca mais ils ont clairement lancé le mouvement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.