Journal """Taxe""" propriétaire pour les SS2L ?

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
8
11
juin
2016

Le mot taxe n'est sûrement pas adapté, je sais que le concept porte une forte charge négative… Mais je n'ai pas encore trouvé de mot plus adapté.

Je songeais au dernier journal qui évoquait la nécessité pour certaines boîtes spécialisées dans le libre de vendre du proprio et j'ai eu une pseudo idée. Je dis 'pseudo' parce que je ne sais pas du tout si c'en est une bonne donc je compte sur vous pour m'éclairer.

L'idée serait de créer un genre de charte pour SS2L stipulant que lorsqu'on est amené à fournir/coder du proprio pour un client, on s'engage à reverser un certain pourcentage du bénéfice de la prestation en question à une asso ou un projet libre. Comme la taxe carbone mais sans la fraude. Notons qu'il n'y a pas besoin de signer quoique ce soit pour s'y mettre et je compte le mettre en place au niveau de ma TPE : Une cliente voulait une solution de formation à distance et je lui ai fourni le très bon Chamilo ainsi qu'un remplaçant libre à son logiciel de messagerie/agenda mais elle souhaitait également un serveur Windows Remote Desktop avec Office. Et là vu la quantité de documents existants (tableaux Excels avec beaucoup de formules, macros …) et les fonctionnalité attendues je n'avais tout simplement pas d'alternative libre à proposer.
Mais je me dis qu'un tel engagement, s'il était rendu public pourrait -inciter d'autres entreprises du libre à faire de même -aider au financement de projets libres pour qu'on ait toujours plus d'alternatives fiables.

Z'en pensez quoi ?

  • # pas sur la prestation

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Si je trouve la question pertinente, mon avis est des plus mitigés sur le fond. Sur le principe, je trouve ça génial. Ca me fait penser un peu au principe du commerce équitable ou du bio par exemple (dans la mesure où l'entreprise tient compte de l'impact du ou des produits qu'elle vend sur un système (écologiquement, socialement, etc…)).

    Maintenant, dans la pratique et dans le cadre d'une entreprise, quel est l'intérêt de faire cela ? Aucun, si ce n'est payer plus cher ce qu'elle aurait pu avoir moins cher. Car il ne faut pas oublier cette dure réalité : pour une entreprise, le libre n'est pas une fin, c'est un moyen. Elle n'utilisera pas un logiciel libre parce qu'il est libre, mais pour des raisons économique, pratique, etc…

    La plupart des entreprises, comme des gens d'ailleurs, se fichent royalement du libre. Si les gens choisissent Libreoffice au lieu de Microsoft Office, c'est pour le côté gratuit, pas parce que c'est libre ! Si maintenant tu dis à tes clients que tes prestations servent à payer du libre… je pense que cela peut carrément avoir l'effet contraire à celui escompter : faire fuir des clients !

    Une autre approche serait de financer le libre non pas sur un pourcentage du bénéfice de la prestation, mais du bénéfice annuel. Déjà, c'est plus sécurisant pour toi : tu ne finances le libre que si tu en as les moyens (ce n'est pas parce que tu fais des bénéfices sur une prestation que globalement tu en fais). Ensuite, tu ne donnes pas l'impression qu'une presta proprio est plus cher qu'une presta libre (même s'il existe des arguments pour justifier cette différence). Enfin, les clients qui n'en ont rien à faire du libre ne vont pas s'éterniser la-dessus, ni poser de questions, tandis que ceux qui seront sensibles à cet argument seront touchés et pourront être influencé par cela dans leur choix futur.

    • [^] # Re: pas sur la prestation

      Posté par . Évalué à 3.

      Le lien avec le bio est intéressant. On pourrait voir cela non comme une taxe, mais comme un label. Une entreprise paie pour un label "libre" qu'elle peut apposer sur ces produits, garantissant le respect d'une charte (utilisation de code libre/contribution pour le libre avec un cadre précis).

      Avec l'idée bien entendu que ce label puisse être présenté comme un plus, comme un gage (a priori) de qualité. Certes pour beaucoup le "libre" est encore vu comme "gratuit", mais ce label pourrait aussi permettre de mieux "créer" l'image de ce qu'est le libre, de la même manière qu'un label bio donne une image facilement identifiable, qui fait que l'on peut être prêt à payer un peu plus pour le gain environemental apporté par le label bio.

      En plus de permettre de financer le libre, cela peut apporter une meilleur visibilité des produits libres.

  • # Taxe => contrepartie ?

    Posté par . Évalué à 5.

    Au lieu de "payer une taxe", "reverser une contrepartie" peut-être ?

    Le premier soucis que je vois c'est que tu crées un déséquilibre sur le marché du logiciel proprio : une SS2I "classique" ne reverserait pas cette contrepartie, alors que la SS2L doit la payer. Pourquoi ? Parce que la SS2L essaie déjà de faire un maximum d'efforts mais dans certaines situations ne peut pas tout résoudre avec du libre (et tu donnes un parfait exemple) ? C'est pas super gentil je trouve :)

    La promotion du libre ne peut que arriver par les clients. Tant que les clients ne seront pas convaincus qu'ils ont intérêt à faire du libre dans 99% des cas (perso, je vois pas le 1%, mais je laisse de la marge pour vos objections ;) ), alors il faudra continuer à produire des logiciels propriétaires.

    Si déjà une SS2L explique au client se qu'elle perd en s'enfermant dans une solution proprio (et toujours ton exemple est parfait : les données !!! le proprio c'est confier ses données à un inconnu !) et qu'elle arrive à convaincre le client que pour ses prochains projets, il faut qu'il intègre des solutions libres dès le premier jour, elle aura fait déjà bcp je pense.

  • # C'est la seule idée? c'est alors triste

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    on s'engage à

    Et pourquoi on devrait s'engager à quoi que ce soit?

    Tu ne mélangerais pas libre et "communautaire" ou je ne sais quoi?
    Le libre, c'est 4 libertés et c'est tout. Personne ne doit rien à personne, n'en déplaise à ceux qui pensent que quand on fait du libre on lui doit quelque chose (genre lui reverser un montant de x)

    reverser un certain pourcentage du bénéfice de la prestation en question à une asso ou un projet libre.

    Laisse les entreprises reverser si elles en ont envie, pas sous la "pression populaire de libristes".

    Mais je me dis qu'un tel engagement, s'il était rendu public pourrait -inciter d'autres entreprises du libre à faire de même -aider au financement de projets libres pour qu'on ait toujours plus d'alternatives fiables.

    Du coup, il y aurait les "bonnes entreprises" et les "mauvaises entreprises".
    bof : pour moi le libre ne fait pas de différence à ce sujet, justement (sinon ce n'est plus libre).

    aider au financement de projets libres pour qu'on ait toujours plus d'alternatives fiables.

    Tu serais pas en train de dire que comme les projets sont nuls incapables de trouver un financement, il faut inciter les gens à payer ces trucs nuls donc à ne pas reverser cet argent à des trucs mieux mais pas libre? Ca s'appelle vraiment une taxe, et c'est idéologique.

    Comme la taxe carbone mais sans la fraude.

    Ha bon? je créé mon asso libre, je fais ce que tu me dis donc tu me valides comme "bien", et je me fais payer 1000€ pour coder 3 lignes de code merdique mais libre, argent payé par cette asso, et tu devrais dire que je suis comme les autre boites signataires "qui reversent". Si tu veux forcer les gens, ils trouveront un moyen de contourner.


    Tu fais dans le négativisme, en forçant des gens à payer des taxes (tu n'as pas trouvé d'autres mot car c'est ce mot), alors que bon ça serait peut-être mieux de motiver à parler de positivisme.

    Tu veux une idée d'acte pour ton idée de prioriser les sous qui vont vers le libre? Allez une si tu penses que ça peut être utile (perso je ne le ferai pas car je ne suis pas sûr que c'est bien d'aller dans cette direction, sans être sûr du contraire) : monte un site qui liste entreprise par entreprise ce qu'elles sponsorise, liste que tu mets à jour en développant des "scrappeurs" des pages de donateurs des projets libre (les gros projets ont déjà une page "sponsor", les petits projets pourraient en avoir une). Comme ça tu sais qui donne quoi et le classement pourrait motiver des entreprises à "battre l'autre".

    • [^] # Re: C'est la seule idée? c'est alors triste

      Posté par . Évalué à 3.

      Heu mais tu t'éloignes carrément de mon idée là, il n'est pas question de forcer qui que ce soit, ça serait évidemment complètement basé sur le volontariat hein. Mais sur de nombreux sites de projets libres (y compris les gros très utilisés, je sais pas pourquoi tu pars dans ton histoire de "projets nuls incapables") on a une page "supporté par X, financé par Y". Même sur LinuxFR . Donc là je propose exactement là même chose, avec une incitation quand on vend du proprio …
      Tu fais si tu veux, tu choisis ton projet.

      C'est bien toi qui disait (il me semble mais je peux me tromper sur ce coup) que tu n'aimes pas le mot "privateur" parce que le proprio ne force personne à l'acheter (et je suis d'accord avec toi en plus …). Alors pourquoi me faire dire

      en forçant des gens à payer des taxes
      alors que ce n'est pas du tout le cas ?

    • [^] # Re: C'est la seule idée? c'est alors triste

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Tu ne mélangerais pas libre et "communautaire" ou je ne sais quoi?
      Le libre, c'est 4 libertés et c'est tout. Personne ne doit rien à personne, n'en déplaise à ceux qui pensent que quand on fait du libre on lui doit quelque chose (genre lui reverser un montant de x)

      https://www.youtube.com/watch?v=qBb9VAIn4jE (pour le sample d’intro, pas la chanson, mais vous avez le droit d’écouter la chanson quand même)

      Peu de choses à dire sur le reste du commentaire tu as complètement lu le journal de travers.
      Il parle d’un truc volontaire de la part des entreprises pour soutenir le libre même quand sur un contrat elle se retrouve à vendre une presta sur du prorio (ce qui reste un choix on peut aussi ne pas proposer ce genre de prestation).
      Mais en tous cas nulle part dans le journal il n’est question de contrainte.
      Et pour répondre à d’autres commentaires qui parlent de coût moi tel que je l’avais compris l’idée était de facturer ça au client puisque c’est lui qui impose le proprio a priori. (mais là j’interprète peut-être)

  • # racket

    Posté par . Évalué à 5.

    Ce que tu décris ressemble à du racket. Idée stupide en somme, d'autant plus que la société dans son ensemble n'est pas hostile au code propriétaire.

  • # Encore une taxe...

    Posté par . Évalué à 10.

    C'est déjà la croix et la bannière d'avoir un business qui tourne et de réussir à se verser un salaire correct.

    Alors si en plus tu te rajoutes une contrainte car tu n'arrives pas à caser que du libre dans ton mandat… T'hypoteques un peu la viabilité de ton entreprise.

    Au pire tu fais un don en fin d'année si t'es finances le permettent.

  • # 1%

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Taxer les entreprises françaises qui produisent du code me semble très contre-productif. D'autant plus que le problème vient principalement des entreprises étrangères qui vendent des licences propriétaires en France.

    Tant qu'à taxer, bien plus simple : ajouter une taxe de 1% sur la vente de licences logicielles propriétaires, et reverser le tout à… à qui en fait ?

    1% du total des ventes de logiciels en France, ça doit faire un bon paquet.

    Premier problème = à qui reverser cette somme ?
    C'est la même problématique que pour l'idée proposée dans ce journal, ou que si l'état débloque des millions d'euros pour aider le libre. Ça ira de préférence chez les trouducs.

    Second problème : pour contourner ça, il suffit de ne pas vendre de licences. On remplace ça par un droit aux mises à jour mineures (par exemple pour Microsoft Office), ou par une augmentation des frais d'installation (par exemple pour un gros logiciel de gestion).
    Pour l'idée proposée dans ce journal, idem : il suffit de ne pas vendre le code, mais une prestation de développement, ou de conseil, etc.

  • # Double peine

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Alors quand on est est "obligé" de proposer une solution propriétaire (et donc onéreuse) il faut ajouter un surcoût, avec cette taxe : je ne comprends pas bien la logique !
    Et puis, quel projet libre on va alimenter avec cette taxe : si dans le libre, il y a d'excellents projets, il y en aussi beaucoup de moins bons.

    Moi, ce que je préfère faire, c'est lorsque je fais une prestation avec des solutions libres, j'intègre dans mon tarif, une participation au projet !
    Après ce n'est pas systématique : si je fais une prestation d'une heure sur WordPress, je ne fais pas de versement à WordPress. Par contre le jour où je vendrai une prestation de 5 jours de formation sur LibreOffice, je ferai une donation à la Document fondation.

    Ca me parait plus logique de rémunérer les projets qu'on prescrit : on peut même l'afficher clairement sur les devis/factures.

    Bonne journée,
    L@u

    • [^] # Re: Double peine

      Posté par . Évalué à 3.

      Alors quand on est est "obligé" de proposer une solution propriétaire (et donc onéreuse) il faut ajouter un surcoût,

      Je plussoie. Je n'avais pas perçu le côté double peine de ce système. C'est noté.

  • # OK

    Posté par . Évalué à 3.

    Bon, le but était d'avoir des avis, ça c'est fait.

    Mais j'ai l'impression que beaucoup ont vu le truc comme quelque chose d'obligatoire où en plus il faudrait décider à votre place à qui on va reverser. On a même évoqué le racket !? Non Non ce n'était pas du tout comme ça que je le voyais …

    • Je parle d'un truc complètement volontaire (comme nombre d'entreprise le font déjà, lorsqu'elles ont les fonds)
    • chaque boîte choisirait à qui et combien (le pourcentage) elle reverse
    • La "charte" serait juste là pour fédérer et inciter. Un peu comme on verse sa cotisation à l'APRIL en l'affichant fièrement, là on pourrait dire "L'entreprise X participe au programme Y de financement du libre"
    • [^] # Re: OK

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Un peu comme la taxe sur la "copie privée" ?

      Laisse les entreprises décider, librement, sans ajouter de la paperasse et des organismes de gestion qui vont consommer l'essentiel des fonds récoltés.

      A une époque j'étais tombé sur un diagramme des relations entre les différents organismes de collectes et de gestion des droits sur les média, très révélateur du fonctionnement administratif qui consomme les fonds.

      A+

    • [^] # Re: OK

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      inciter

      La Mafia italienne, tu n'es jamais obligé, juste incité à verser.
      C'est violent? Je suis d'accord que ça n'a rien à voir, mais ta façon de présenter laisse un peu à désirer, donc on te donne un exemple de à quoi on pense.

      Bon, le but était d'avoir des avis, ça c'est fait.

      Bof, tu n'as même pas cherché à comprendre ce qu’on t'a répondu, tu répond à côté.
      Un conseil : relit calmement, comprend, avant de répondre en restant bloqué sur ton idée qui semble rejetée rien qu'ici (alors dans les entreprises du libre…)

      Un peu comme on verse sa cotisation à l'APRIL en l'affichant fièrement,

      Je rajouterai "sans y être incité" pour reprendre tes mots.

      chaque boîte choisirait à qui et combien (le pourcentage) elle reverse

      OK. Perso je vais donc adhérer et écrire "L'entreprise X participe au programme Y de financement du libre" sur mon site, tu me feras de la pub car je serai trop bien en tant qu'adhérant à ta charte (tu dira partout "ce gars il est trop bien, il participe à ma charte, je vous incite à aller le voir"), tout en reversant 0.00000000000000000001% (allez, arrondi au centime supérieur) à mon propre projet libre quand je fais du proprio.

      J'ai l'impression que ce que tu ne comprends pas est que tu n'apportes rien (surtout que tu ne mets aucune limite sur le pourcentage par exemple, tu ne mets pas quel projet donc je peux le reverser à moi-même, bref soit tu ne mets rien comme limites et ça ne sert à rien soit tu mets des limites et ça limite les gens, tu ne peux pas trouver quelque chose qui convienne au libristes de cette manière)


      Après, balancer des idées sur LinuxFr et ne pas les prendre en compte, ça ne sert pas à grand chose, je te propose donc que tu te lances et prouve au monde entier que ton idée est bonne malgré les avis négatifs reçus.

      • [^] # Re: OK

        Posté par . Évalué à 1.

        Bof, tu n'as même pas cherché à comprendre ce qu’on t'a répondu, tu répond à côté.

        ? Mais ça sort d'où ça ?
        J'ai bien lu et tenu compte des réponses oui, et je pense effectivement que ma présentation était foireuse, j'ai répondu uniquement pour préciser un point : je ne pensais à rien d'obligatoire (taxes, racket, tout ça).

        Les autres critiques restent valables en particulier celles de Francesco et guI

        • [^] # Re: OK

          Posté par . Évalué à 1.

          Bof, tu n'as même pas cherché à comprendre ce qu’on t'a répondu, tu répond à côté.

          ? Mais ça sort d'où ça ?

          De nulle part, à part de chez le Zenitroll.

          "Quand certains râlent contre systemd, d'autres s'attaquent aux vrais problèmes." (merci Sinma !)

      • [^] # Re: OK

        Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 13/06/16 à 14:15.

        balancer des idées sur LinuxFr et ne pas les prendre en compte, ça ne sert pas à grand chose

        Regarde coco lapin, c'est marqué ça dans le journal :

        Je dis 'pseudo' parce que je ne sais pas du tout si c'en est une bonne donc je compte sur vous pour m'éclairer.

        Donc non, vraiment je ne vous en veux pas de vos remarques négatives c'est précisément ce que je suis venu chercher. Regarde mes réponses, elles ne font qu'essayer de corriger un unique point (vu que je l'ai très mal expliqué). Je sais que c'est plus drôle d'affronter qq'un qui campe sur ses positions mais désolé, là ce n'est pas le cas, le troll ne prendra pas. Mon idée était mal formulée et sûrement pas adaptée. C'est noté. Bisous.

  • # Taxe carbone != quotas carbone

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 13/06/16 à 14:59.

    J'en pense que tu n'as pas la première phrase du deuxième lien que tu cites :

    La fraude à la TVA sur les quotas de carbone, parfois improprement appelée « fraude à la taxe carbone » […]

    La taxe carbone n'existe pas encore en Europe à ma connaissance, ce qui existe c'est les quotas. La taxe carbone est un concept popularisé notamment par JM Jancovici et Alain Grandjean sur manicore.com et dans leurs bouquins. Et le concept est différent, mais tu te renseigneras bien tout seul !

    • [^] # Re: Taxe carbone != quotas carbone

      Posté par . Évalué à 2.

      Ok merci pour la correction, j'avoue ne m'être pas penché plus que ça sur le concept c'est juste l'idée de "rembourser" ses émissions en trop qui m'a fait voir un lien avec mon idée.

  • # Logiciel propriétaire et logiciel privé

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    L'exemple que tu cites est mauvais. @LeBouquetin fait du logiciel spécifique pour certains clients qui n'a pas vocation à être réutilisable par d'autres. Cela enfreint la liberté de personne, celleux qui utilisent le logiciel en ont le contrôle. La FSF appelle cela du logiciel privé et n'y voit pas de problème. https://www.gnu.org/philosophy/categories.fr.html#PrivateSoftware

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.