Journal Arguments pour les brevets logiciels ?

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
0
15
mai
2004
J'ai expliqué récemment à des amis les risques et les problèmes qu'impliquent les brevets logiciels, et le fait que le conseil des ministres essaye de le faire passer en force. Ils m'ont posé une question à laquelle j'ai pas su répondre : pourquoi ?
Quel intérêt a-t-on quand on est homme politique à faire passer une loi qui autoriserait le brevetage des logiciels ? Quand on est avocat, cadre d'une multinationale ou employé de l'OEB je veux bien, mais à part ça ? Ils ont quoi pour eux les défenseurs des brevets logiciels ?
  • # euh...

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Euh... lobbying ?
    Un homme politique doit bien prendre une décision même si celà ne le concerne pas (et pourtant)... Donc il va appuyer le choix qui va l'influencer le plus par la suite (à cours terme)...
  • # lobbying (2)

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Les intérêts économiques qu'on lui fait miroiter ? S'ils ne peuvent pas se faire comprendre, l'argent est une valeur sûre...
  • # La politique...

    Posté par (page perso) . Évalué à  4 .

    Pose-toi la question :

    Quel est l'intérêt pour un homme politique d'autoriser une usine à déverser X tonnes de déchets polluants dans un cours d'eau ?
    • [^] # Re: La politique...

      Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

      Je vais me faire l'avocat du diable, mais bon, je trouve qu'on jette souvent la pierre aux hommes politiques (et aux femmes aussi, vive l'égalité des sexes) sans vraiment essayer de comprendre la complexité de leurs situations. On leur demande d'être des gestionnaires, des communiquants, des gens moraux, d'avoir de l'autorité, le coeur sur la main, de maitriser des dossiers aussi variés que l'économie, l'industrie, le social, l'agriculture, la culture, etc...etc... Bref, on leur demande bcp. Il faut quand même savoir que ce ne sont que des êtres humains, donc faillibles (ouai, ils ont leurs pulsions, passions, peurs, vilaines habitudes, ...) et influencables (d'où l'efficacité des groupes de pressions). L'homme politique parfait n'existe pas, pas plus que le programmeur parfait (celui qui ne laisse jamais un bug et/ou faille de sécu dans ce qu'il code). Donc avant de trop jetter la pierre (tien, je me repette) il serait peut-être bon de relativiser un peu. Leur job serait facile, il y aurait surement plus de candidats... Il faut être souvent un joli requin (coucou sarko) et froid pour prendre des decisions qui engagent des millons de nos citoyens, pas toujours facile surtout qu'on s'prend des pierres (encore! bah, fallait bien qu'elles tombent qq part) dans la gueule à tout bout de champs (je sais qu'on a de moins en moins la culture paysanne, mais avoir des pierres partout dans un champs c'est vraiment galère pour le labourer pépère). Bref, tout ca pour dire que la critique est aisée mais l'art difficile. Il est de notre rôle de citoyen de leur montrer la voie, de les aiguilloner, descendre qqn en flamme n'a jamais fait avancer le scmililiblilike

      Bref, j'me comprends.
      Bref bis, bon weekend et pensez à donner à Robert pour la croix-rouge.
      • [^] # Re: La politique...

        Posté par . Évalué à  3 .

        Ce que je leur reproche aux hommes politiques, c'est de ne pas écouter leurs concitoyens, qui sont pourant leur électeurs.

        Je ne leur demande pas --- et j'espère que c'est le cas de la majorité des Français --- d'être infaillibles. C'est impossible.
  • # oui mais pourquoi

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Ouais, je suis d'accord, les lobbies tout ça, mais quels arguments ils ont ? Ils peuvent quand même pas leur dire "Votez cette loi comme ça je gagnerai vachement plus d'argent" ? Le politique, tout humain qu'il est, verra quand même que c'est un peu gros comme seule justification pour une loi.
    • [^] # Re: oui mais pourquoi

      Posté par . Évalué à  2 .

      Argument 1: "Les brevets logiciels sont supportés par les leaders du marchés des logiciels."

      Argument 2: "Il est temps de considérer les logiciels comme des inventions à part entière, l'inventeur d'une technologie doit être rémunéré pour son usage."

      Argument 3: "Les brevets logiciels permettent une énumération du savoir informatique actuel. Grâce aux brevets logiciels on peut estimer concrètement et de manière chiffrée le rythme de notre avancée technologique."

      NB: Je suis contre les brevets logiciels et ces arguments sont bancals.

      bien à vous,

      plagiats
      • [^] # Re: oui mais pourquoi

        Posté par . Évalué à  3 .

        L'argument bidon est souvent :

        "Pourquoi faire la différence entre invention ? (informatique ou non)"

        La différence est la différence de nature. L'informatique étant hautement hierrachique. typiquement, il pourrait exister un seul logiciel qui effreind TOUS les brevets (qui a dis emacs :)

        "Il existe un vide juridique, il faut le combler. L'utilisation de l'effet téchnique permet de caractériser le brevet."

        En gros, il y a troue que l'on essait de combler. On invente un terme bidon de limitation bidon qui se jutifie par lui-même. (qu'est-ce qui n'a pas d'effets téchniques ? Quel invention ne pourrait pas être vu sous l'angle d'un effet téchnique ?).

        Le problème principal est de laisser la question aux seuls juristes ! Qui sont les seules à gagner à tout les coups dans cette histoire.

        Lors d'une conférence à Bruxelles, un des représentant du conseil économique et social européen (qui est contre les brevets logiciels) rapportait les paroles d'un expert juridique pro-brevet : "Il n'y a pas que la croissance économique dans la vie."

        "La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver le droit de tout faire". "La question n'est pas de savoir si vous avez quelque chose à cacher. La question est de savoir si c'est nous qui contrôlons le gouvernement ou l'inverse

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.