Journal De ma propre schizophrénie...

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
5
22
juil.
2011

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas participé à Linuxfr, ni en proposant de journal, ni en commentaire. J'écris beaucoup pour mon propre blog, mais je continue de lire avec régularité ce site depuis que je le connais (2005) et je trouve que la communauté ici est sympathique, a de bonnes remarques et critiques. Alors, en cette période de vacances et en ce vendredi, je vous soumets un texte, déjà publié sur mon blog (http://genma.free.fr/spip.php?article1376). Le but n'est pas de faire ma propre promotion (sinon j'aurais juste fait un journal bookmark et j'aurai subi un effet Slashtdot, euh Linuxfr). (De plus, le texte original contient des liens vers d'autres articles de mon blog, je n'ai pas remis ces liens ici)

Comme tous mes articles étant sous Licence Creative Commons CC BY SA, n'importe qui aurait pu le republier ici ou ailleurs (ça n'arrive jamais, dommage), alors je le reprends et le soumets à une plus grande audience, un public différent et plus ciblé. J'espère avoir du troll (on est vendredi et le texte s'y prête je pense) mais aussi lancer le débat. Je ne pourrais pas forcément participer dans la journée (je travaille), peut être ce week-end. Mais une chose est sûre, je lirais vos réactions.

Merci à vous tous pour Linuxfr, contributeurs réguliers de Linux pour l'esprit qui règne ici.

_Voici donc mon texte.
_

Dans cet article, je voudrais évoquer une schizophrénie un peu particulière dont je pense être victime... Non pas celle de Genma (identité sur le web) et de Jérôme (celle de la vraie vie), deux identités distinctes comme je l’ai expliqué dans mes différents articles sur la gestion de mon identité numérique. Quoique...

Une nouvelle mission qui remet en cause mon intérêt pour le libre ?

Après 3 ans passé à faire du développement Java, j’ai eu 6 mois d’une mission assez éprouvante (semaines chargées, débordé, pas le temps, stressante, avec un chef que je ne peux plus voir...) et des temps de trajets long (j’ai d’ailleurs évoqué tout ça dans un article Quelques réflexions sur mes conditions de travail), j’ai débuté un nouveau projet, beaucoup plus calme et intéressant, sur lequel je ne vois pas les journées passées, je m’entends bien avec mes nouveaux collègues (mon chef et la personne que je vais remplacer). C’est un projet de maintenance d’une application qui a un client lourd (sur les PC) et une version Web. L’application existe depuis quinze ans, je dois me l’approprier, comprendre son historique, ses fonctionnalités. J’aurais à faire de la documentation, un peu de code, des spécifications et de la revue de code (car on fait sous-traiter du code au Vietnam). Je ne peux pas en dire plus sur cette mission...

Si ce n’est que l’environnement de travail est différent. La j’ai une machine virtuelle Microsoft Virtual PC, virtualisant un Windows XP avec un Visual Studio 2005, avec 1.5 giga de Ram allouée à la machine virtuelle. Et en lançant deux Visual studio un Sqlserver, l’appli compile plus rapidement bien que plus chargée graphiquement (mais pure Windows) et se lance plus rapidement que mon ancienne application full JAVA/J2EEE. Une VM et ça tourne mieux ! C’est un comble. Après un environnement, qui ramait constamment (Windows XP, Eclipse, Java 6, DB2) alors que j’avais 3 giga de RAM, je suis passé à un environnement de développement 100% Microsoft. En effet, je suis passé JAVA à .NET (C#, ASP.Net), avec SqlServer, Visual Studio... Je commence donc à travailler en environnement 100% Microsoft, je vais avoir différentes formations dont une formation avec certification. Et c’est là que la schizophrénie s’installe. Moi qui est appris l’informatique avec Linux, que j’utilise à titre personnel depuis 7 ans, je vais devenir un pro-Microsoft ? C’est plus compliqué que ça.

Je travaille dans une grande SSII. C’est un choix. Je ne suis pas développeur de formation, je suis un biologiste reconverti, je voulais faire du journalisme scientifique et de la vulgarisation mais le destin à fait que je me suis formé sur le tard à l’informatique et que c’est dans ce domaine que j’ai trouvé du travail. Je n’ai pas le niveau (ni la passion, ni l’envie) de travailler dans une petite structure spécialisée dans le logiciel libre.

Genma est pour le logiciel libre, est adepte de ses valeurs. Jérôme fait son travail au delà de ce genre de préoccupations et s’il faut utiliser du logiciel propriétaire, il le fait. Certains pensent que ce n’est pas acceptable et qu’il faut changer de travail, qu’on ne peut pas se prétendre "libriste". Je pense différemment. D’où ma schizophrénie. Je prends le problème sous un autre angle. Je ne connais pas bien le monde Microsoft, c’est l’occasion d’apprendre. Je suis curieux de nature. Je le vois comme un défi intellectuel, une façon d’entraîner mon cerveau à apprendre de nouvelles choses, à réfléchir, à progresser... Mais je vois plus ça comme une forme de hack (Hack my brain). J’apprends je développe mon esprit. Oui capuecestpaslibre. Et ? Mieux connaitre son ennemi, n’est-ce pas aider à mieux le combattre ? Je saurais enfin de quoi je parle quand je parle des technologies propriétaires Microsoft.

Chiffrement versus tout dévoiler

Cette schizophrénie s’exprime aussi d’une autre façon, qui n’est pas, d’une certaine façon, si éloignée. En effet, je suis à la fois pour l’ouverture et pour le secret, pour le chiffrement et pour tout dévoiler. Je m’explique. Je suis pour le logiciel libre et l’ouverture du code, je suis pour les opendata, je suis pour la transparence et en simplifiant grandement, je suis pour Wikileaks (c’est plus compliqué que ça car dévoiler des secrets mettant en danger des vies humaines...) et pour le fait que l’Etat doit rendre des comptes publiques aux citoyens. Je suis donc pour la transparence. Et à côté de ça, je suis pour l’utilisation d’https pour les connexions aux sites. Et pire, je protège mes données personnelles par chiffrement (disque dur, clef USB... TrueCrypt est mon meilleur ami). Le chiffrement ? C’est maintenant de la paranoïa ?

Je différencie vie publique, travail publique, personnage publique de ma vie privée. Je publie sur mon blog des données publiques. Et pourtant je ne dévoile pas tout, je choisis, je gère soigneusement mon identité numérique, tant celle de Genma le blogueur que celle de Jérôme (je suis présent sous mon vrai nom pour bloquer le compte Facebook sous ce nom, j’ai un profil Linkedin professionnel (voir mon article à ce sujet). Je gère mon identité numérique en cloisonnant mon identité réel de mon identité virtuelle... Et pourtant j’utilise Facebook et pire, j’utilise Google en étant connecté à mon gmail. Je donne donc des informations on ne peut plus publique et j’en cache d’autre… Schizophrénie ?

En conclusion

Dans cet article, j’ai présenté deux domaines pour lesquels je suis, il me semble assez contradictoire. Je ne sais pas trop quoi en penser, et le rédiger ne m’a pas beaucoup aider à avancer dans ma quête de réponse… Et vous qu’en pensez-vous ?

  • # Commentaire utile du vendredi

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce serait pas plutôt un cas de dédoublement de personnalité?

    • [^] # Re: Commentaire utile du vendredi

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Oui la plupart des gens confondent. Sur wikipédia on peut lire :

      C'est donc une « coupure de l'esprit », pas au sens d'une « double personnalité », comme il est parfois entendu, mais au sens d'une perte de contact avec la réalité

      « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

  • # Mon avis

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Pour avoir également bossé en SSII, j'ai eu également à travailler sur des technos que je conchiais à titre personnel.
    Ca n'a pas été aussi loin que toi, mais il ne s'agit là que de chance.

    Dans la vraie vie, on ne travaille pas que pour le plaisir, loin de là.
    Dans la vraie vie encore une fois, on commence généralement à des postes assez peu payés pour finir par être payé très cher.
    Le monde SSII est assez particulier. Je ne rentrerai pas dans les détails car je pense que ce la dépasserait le cadre d'un "commentaire dans un journal", mais je dirai que quand tu travailles dans une SSII et que tu es bien payé, la principale difficulté pour tes bouchers attitrés^W^Wcommerciaux est de trouver une mission.
    Et quand tu es cher, les seuls clients prêts à payer sont ce qu'on regroupe généralement sous l'étiquette grands comptes (qui a soufflé gros cons en ricanant?) comme les banques, les assurances, les instituions, etc...
    Généralement au sein de nos grands comptes, le dev n'est que très peu impliqué dans les choix technologiques quand il s'agit de répondre à une problématique. Il s'agit plus souvent de chefs endimanchés dans leurs jolis costumes qui présentent bien, parlent bien, mais n'ont pas de réelles compétences techniques.
    Oui oui, il s'agit bien des mêmes qui lisent "O1 Informatique".
    Mon argumentation touche à sa fin, vous l'aurez compris... rares sont les fois où ces gens ne choisiront une techno libre car l'Open Source n'a pas sa place dans le publi-rédactionnel de 01 Informatique.
    Résultat, tu te retrouves à coder sur des technos auxquelles tu n'adhères pas!
    Sans compter que dire à ton commercial "non, je veux pas bosser pour eux ça pue caypalibre" c'est juste pas possible. Enfin si, une fois, deux fois, trois fois ... et puis s'en va.

    Après c'est ton attitude que je trouve la plus louable. Le sectarisme est par essence idiot et effectivement, dans la vie tu fais pas toujours ce que tu veux.
    Je me suis déjà retrouvé dans une discussion IRL trollesque à cracher sur le monde Microsoft et à me rendre compte que beaucoup de mes arguments étaient surannés. Nous ne sommes plus à l'époque de Windows 98 ou on pouvait faire crasher l'OS à coup de ping -f et de ce fait, tout libriste souhaitant être au top pour défendre sa chapelle dans des trolls endiablés devrait savoir de quoi il parle (ou fermer sa gueule).

    Pour ce qui est de la seconde partie de ton billet, c'est encore une fois une chose qui ne me choque pas, bien au contraire.
    Dans un monde idéal, le libriste lirait ses mails sur son propre serveur avec thunderbird (ou autre hein), gérerait son emploi du temps sur un serveur caldav, discuterait sur un compte jabber auto-hebergé.
    Le libriste n'aurait ni compte facebook, ni compte linkedin, ni gmail ni rien.

    Mais encore une fois dans la vraie vie, être auto-hebergé c'est long, chiant et couteux (et si on est un vrai parano, on a pas plus confiance en FDN et autres hébergeurs "libres" qu'en google)
    Dans la vraie vie, google nous a pondu un système de PIM terriblissime, un téléphone google-centrique qui représente la seule vraie alternative au iPhone, des stats web (analytics) bien plus performants qu'awstats, etc...
    Dans le monde idéal toujours, on dirait à tata Michelle d'envoyer les photos du petit dernier par email plutôt que sur facebook et elle le ferait.
    Dans la vraie vie, elle va pas se prendre la tête pour son neveu "un peu bizarre, qui tiens un discours de guru sur facebook et microsoft.

    Ensuite, pour l'HTTPS, l'encryption etc... je dirai que ça n'a rien à voir. On peut être libriste et avoir envie de protéger sa vie privé. Or maintenant, vie privé et vie numérique étant parfois tellement imbriqués l'un dans l'autre qu'on a tout intérêt à faire attention aux données qu'on laisse trainer.
    On peut demander à notre gouvernement d'être transparent, c'est légitime il s'agit de nos représentants.
    On peut également demander à un développeur de libérer son code, c'est légitime car c'est un outil auxquels on confie des informations d'importantes variables.
    C'est pas pour autant que tu dois mettre en ligne tes conversations coquines sur gTalk^Wjabber avec ta copine et tes photos de vacances.
    On peut et doit exiger la transparence quand il s'agit de choses "d'utilités publiques" (un code, des comptes, ...) mais nos données personnelles n'ont généralement pas cette portée.

    Conclusion, tu n'es pas schizophrène ... juste suffisament intelligent pour avoir compris que parfois, il faut se souiller un peu!

    Désolé pour les fautes, les termes mal employés, etc... mais c'est MATIN

  • # Commentaire inutile mais valable toute la semaine

    Posté par . Évalué à 10.

    Non, je ne pense pas qu'il y ait contradiction.

    Je m'explique:

    -Est-ce que tu contribues à l'hégémonie de MS? Peut-être un peu, mais pas tant que ça: l'application et l'environnement étaient là avant que tu arrives.

    -Est-ce que ce que tu fais est répréhensible d'un point de vue moral?
    Non, tu ne promeus pas la vente liée, ni une situation de monopole, et tu ne participes à aucun coup tordu, alors où est le mal?

    -Est-ce que ton travail est incompatible avec tes convictions?
    Il s'agit d'un travail, qui n'est nuisible à personne, alors franchement, non.
    Perso je bosse dans les composants électroniques (je fais des capteurs MEMS). C'est un monde où tout est fermé (openhardware, dans le secteur, ça pèse que dalle!), et où on nous encourage à déposer des brevets plus ou moins bidons, et pourtant je n'ai aucun remord à jouer le jeu.
    Sommes-nous nuisibles? Non, pas vraiment: on fait tous la même chose de la même façon. Sans nous, vos photos ne tournent plus avec votre téléphone (catastrophe), la Wii n'existe plus (diantre!) et les airbags et ESP avec (c'est peut-être plus gênant).
    Je dis "nous" au sens large, en tant que "nous les fabricants de capteurs MEMS", pas "nous ma boite en particulier".

    Conclusion: ne t'en fais pas, et essaie d'apprécier ta nouvelle tâche, MS ou pas MS. Etre libriste et linuxien, ce n'est pas être contre MS, c'est être pour le Libre et Linux, ce qui est tout-à-fait différent!

    • [^] # Re: Commentaire inutile mais valable toute la semaine

      Posté par . Évalué à 5.

      Sommes-nous nuisibles? Non, pas vraiment: on fait tous la même chose de la même façon. Sans nous, vos photos ne tournent plus avec votre téléphone (catastrophe), la Wii n'existe plus (diantre!) et les airbags et ESP avec (c'est peut-être plus gênant).

      Je crois que tu mélanges la technologie elle-même, et les choix éthiques dont elle est entourée.

      Il est parfaitement possible, matériellement, de faire du hardware libre et ça ne l'empêche pas de fonctionner. Je trouve ton argument un peu fallacieux.

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: Commentaire inutile mais valable toute la semaine

        Posté par . Évalué à 5.

        Je ne mélange pas.
        Oui, il est possible de faire du hardware libre, théoriquement. En pratique, on ne connait pas de modèle basé sur le Libre dans mon secteur qui puisse être rentable et concurrentiel. En gros, l'approche bourrin "on ouvre et on verra bien" est un suicide assuré.

        Et non, je n'ai jamais eu le pouvoir de décider dans ma boite. Quand bien même j'aurais le pouvoir, je me garderais bien de presser le bouton sans avoir un plan précis dans lequel j'ai confiance!

        Ma précédente boite, ce n'étaient que 500 personnes qui dépendent de la bonne ou mauvaise décision, avec aucune marge d'erreur si on se vautre. Boite trop petite!

        L'actuelle, c'est 20,000 personnes. Mais vous serez contents d'apprendre que dans le domaine des logiciels associés aux produits, ils sont plus ouvert au modèle Libre.

  • # visual

    Posté par . Évalué à 2.

    Moi aussi je kiffe Microsoft Visual Studio et les techno .Net qui sont largement plus agréable à utiliser que le lourdingue Java.

    Par contre ma todolist est sous emacs avec org-mode.

    • [^] # Re: visual

      Posté par . Évalué à -8.

      C'est pénible les moinsseurs. On n'a plus le droit d'exprimer un avis sincère sans avoir un karma négatif.

      Allez, moinssez-moi ce message, ça me fera les pieds.

  • # AMHA

    Posté par . Évalué à 2.

    J'ai eu quelques brefs expériences avec les technologies M$.
    Pour faire court, j'ai dû faire évoluer un connecteur aux API MediaWiki en C# pour une application écrite avec silverligth (version desktop, ne m'en demandez pas plus).
    J'ai été agréablement surpris. ça s'est installé facilement (Studio 2008 je crois) et ça a compilé, buildé, runné (dsl pour le franglicisme) sans souci. Après je développe très bien en Java donc C# n'a pas été un grand bouleversement. Accessoirement, j'ai fait quelques dev en C - sous DevCpp - pour coller du java sur des DLL (JNI/JNA) mais aussi récupéré qques sources pour des usages très ponctuels.
    Ce que j’apprécie dans l'opensource, c'est de pouvoir facilement savoir comment ça marche. De pouvoir faire des modifications pour faire coller à mes besoins sans passer par un éditeur de logiciels. Et, le cas échéant de pouvoir verser un travail qui me semble utiles au autres dans le domaine public.
    Et vous remarquerez que mes bonnes expériences avec les technologies M$ se sont faites avec des sources ouvertes.
    Je dirai ainsi que ce n'est pas vraiment les technologies M$ qui me repoussent mais bien la politique de la maison mère : FUD, ventre liée/forcée, brevets bidon, complications technologiques volontaires (ACPI), mépris des clients devenus tous petits par rapport à l'éditeur.
    Après, concernant ta schizophrénie, je dirais que c'est le lot de beaucoup d'employé de SSII qui arpentent ce site. Tu travailles avec des technologies fermée mais rien ne t'empêcherai ou empêcherai ton client de libérer les sources de son produit mais quel serait l'intérêt pour la communauté : surement aucun.

    La Connaissance s'accroît quand on la partage

  • # Ton intérêt pour le libre n'est pas en cause

    Posté par . Évalué à 2.

    Une nouvelle mission qui remet en cause mon intérêt pour le libre ?

    Ta mission ne remet en cause son intérêt pour java. Tu peux t'intéresser au libre en développant dans l'environnement que tu préfères, il n'y a aucune contradiction. Si java est lourd pour toi ou les utilisateurs de tes projets, alors utilise un autre environnement de développement. (Cela dit si ton code est portable sur les OS libres c'est mieux.)

  • # évangélisme gentil tout doux

    Posté par . Évalué à 4.

    Le fait de travailler dans une structure aux techno full MS te donnera peut-être l'occasion de faire de l'évangélisme libre. Sans forcer le discours, sans lever le poing, il est parfois possible de faire passer des messages (gare à la marche).

    Si tu arrives a résoudre un problème en utilisant du libre sur un projet comme semble être celui ou tu es, c'est peut-être un pied dans la porte pour le libre.

    Je te conseillerai mille fois de rester prudent et d'avancer lentement et sûrement mais promouvoir un peu de libre pourrait soigner ta schizophrénie.

  • # ouverture

    Posté par . Évalué à 5.

    Wikileaks défend l'ouverture quand il s'agit d'état, de puissant mais de protection quand il s'agit d'individu. C'est proportionnel à leur capacité à se protéger.

    Pour les technos microsoft, .NET n'est pas les mfc, mais bon il y a de quoi te dégouter pour longtemps.

    "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: ouverture

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      oui. un Etat n'est pas une personne, et il doit travailler dans l'intérêt (et sous la surveillance) des personnes. Donc il est normal de réclamer la transparence lorsqu'il s'agit des affaires d'un Etat.

      un individu lambda n'a probablement pas de comptes à rendre à quiconque, donc il est normal qu'il ait droit à un espace privé qui puisse être garanti.

      • [^] # Re: ouverture

        Posté par . Évalué à 9.

        C'est plus subtile que ça. Je ne trouve pas de citation exacte, mais le fondateur de wikileaks considérait aussi les personnages puissant de l'état avait moins le droit à une vie privé que les citoyen lambda.

        L'exemple qui me vient en tête fait suite à un dossier du figaro sur la France des assistés qui était une charge contre l'aide social. N'est-ce pas une information importante de savoir que l'auteur est la femme d'un patron du CAC40 ? Est-ce que cela ne change pas la perspective de l'information ?

        "La première sécurité est la liberté"

  • # contribution et militantisme

    Posté par . Évalué à 1.

    Je crois que la grande question là-dessous est jusqu'où va ton engagement.

    Par exemple pour le boulot : Bosser sur des produits MS, participer à l'éco-système MS va assez à l'encontre du logiciel libre. Mais un engagement total pour le LL est coûteux : trouver du taf sera délicat, il faudra accepter d'être moins bien payer, etc. Il faudra donc trouver un compromis.

    Pareil pour la partie GMail/Facebook : Perso j'ai choisit de ne pas avoir de facebook, d'utiliser google le moins possible, etc. c'est un choix perso, militant et qui est coûteux pour moi (pas accès aux photos facebook, je doit m'occuper de mon serveur perso…

    La grande question derrière tout ça est celle qui revient pour tout engagement, tout combat : Quel coût suis-je prêt à supporter pour mon engagement dans mon idéal de vie ?

    • [^] # Re: contribution et militantisme

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Quel coût suis-je prêt à supporter pour mon engagement dans mon idéal de vie ?

      Vous faites comme si le libre et l’auto-hébergement ce n'était que des contraintes...

      Avec ma distribution linux, je peux installer des milliers de logiciels gratuits en une commande sans pourrir mon système et mon temps CPU n'est pas bouffé un antivirus ou un firewall.

      Avec mes mails auto hébergés, je peux changer d'interface quand je veux, créer autant de boites qu'il me plait, envoyer des pièces jointes sans limite.

      Avec mon serveur web, je peux partager des tera octets de photos en haute résolution en un éclair sans avoir à attendre un upload interminable, publier ce que je veux sans censure, héberger les projets les plus débiles sans avoir à me justifier.

      Avec mon serveur de chat, je peux créer un salon de discussion pour un groupe de personnes qui normalement n'aurait jamais pu se parler parce "moi j'ai un compte ci, ah zut moi j'ai un compte ça".

      Avec mon proxy, je peux faire des tests réseaux ou lire de la doc inaccessible à des collègues bloqués à cause de firewall nazis.

      Bref ces "trucs de geeks", ce n'est pas qu'un "engagement", c'est aussi bien pratique au quotidien.

      http://devnewton.bci.im

      • [^] # Re: contribution et militantisme

        Posté par . Évalué à 2.

        Je suis bien conscient de tout ces avantages ;-)

        Mais il y a aussi des inconvénients : administrer le serveur, s'il meurt il faut le remplacer…

        Pour quelqu'un qui a l'habitude des trucs tout fait à la facebook ou google, je pense qu'il faut être conscient que ça prend du temps d'administrer un serveur, surtout quand tu n'y connais pas des masses.

        • [^] # Re: contribution et militantisme

          Posté par . Évalué à 1.

          Mais il y a aussi des inconvénients : administrer le serveur, s'il meurt il faut le remplacer…

          S'il meurt, tu as toujours la possibilité de racheter une machine et la réinstaller à l'identique.
          Si Facebook ou Google ferme son service, évolue d'une façon qui ne te convienne plus, ou change ses conditions d'utilisation, comment est-ce que tu le remplace ?

        • [^] # Re: contribution et militantisme

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Le problème aujourd'hui, c'est que les services sont de moins en moins interopérables. Il est possible d'héberger ses mails, mais pas son compte FB par exemple.

          http://devnewton.bci.im

  • # Normal

    Posté par . Évalué à 10.

    Je suis pour le logiciel libre et l’ouverture du code, je suis pour les opendata, je suis pour la transparence et [...] pour Wikileaks [...]. Je suis donc pour la transparence. Et à côté de ça, je suis pour l’utilisation d’https pour les connexions aux sites. Et pire, je protège mes données personnelles par chiffrement

    Et alors ?

    Rien de plus normal.

    La transparence, c'est pour les États, les institutions, les données publiques. Pas pour les citoyens.

    Tu confonds transparence démocratique et vie privée.

    C'est ce qui fait la différence entre « le canard enchaîné » et « news of the world ». L'un fait dans la transparence salvatrice, l'autre dans le voyeurisme sauvage et piétine la vie privée.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.