Journal Chinoiseries dactylographiques

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
33
23
déc.
2012

Sommaire

Lors d'une mise à jour d'Ibus, j'ai dû chercher une alternative temporaire pour écrire en chinois.
Dans la suite, je présente la manière dont j'écris en chinois sur ordinateur. Puis je poursuis en expliquant le problème auquel j'ai dû faire face. Enfin, je termine en expliquant que la solution temporaire que j'ai trouvée à des chances d'être permanente.

Comment je m'y prends pour écrire en chinois 

Clavier

Je suis de ceux qui utilisent un clavier bépo orthogonal — dont je ne citerai pas la marque. Celui-ci m'offre l'ensemble des caractères d'un clavier qwerty et même plus, ce qui est parfait.

Besoins et style

Le chinois mandarin utilise principalement un système d'entrée phonétique décliné en deux principales variantes : le Hanyu Pinyin et le Zhuyin Fuhao.
Ce dernier précède le premier et il n'est utilisé qu'à Taïwan, alors que le premier est utilisé en Chine continentale. De manière simpliste, on peut considérer que ce n'est qu'une simple habitude à prendre entre ces deux méthodes et qu'elles sont équivalentes (le Pinyin utilisant des caractères latins, il a ainsi l'air plus simple pour un occidental, quoiqu'il soit parfois difficile de faire changer le son d'une lettre qui nous est familière).

Le chinois est une langue tonale ; il en comporte 5. Certains mots sont homophones au ton près. Ainsi, à une syllabe donnée, correspond un nombre élevé de caractères dont il faut faire le tri.

À côté de ces méthodes-ci, il existe des méthodes basées sur la décomposition en parties des caractères chinois. Ces méthodes-là, telle que wubizixing, permettent d'écrire le caractère que l'on souhaite sans avoir à choisir parmi une liste. C'est de cette manière que nous écrivons le français par exemple (à une nuance près).
L'avantage premier de ce genre de méthodes est la possibilité d'écrire un caractère dont on ignore la prononciation, mais l'opposé, c'est-à-dire la possibilité d'écrire un caractère dont on connaît la prononciation mais dont on ne se rappelle pas bien la forme, est l'apanage des méthodes phonétiques.

Je pratique, et j'étudie, le chinois traditionnel. Pour l'écrire j'utilise principalement le pinyin et les tons. Ceux-ci jouent un rôle double : les utiliser permet de s'en rappeler facilement, et cela permet également de diminuer la fréquence à laquelle on doit choisir un caractères dans une liste.

Néanmoins, je tends à utiliser une autre méthode, array30 (lien en chinois), qui est bien mieux adaptée au chinois traditionnel que ne l'est wubizixing.
Cette méthode utilise 30 touches, soit 3 lignes de 10 touches. C'est simple et pratique puisque les touches portent simplement un numéro et une flèche vers le haut pour la ligne haute, un « - » pour la ligne de repos et une flèche vers le bas pour la ligne basse.
Cerise sur le gâteau, la méthode de décomposition est basée sur l'ordre d'écriture des traits des caractères. C'est une bonne chose pour la mémoire.

Moteur choisit

J'utilise Ibus comme gestionnaire et moteur de méthodes d'entrées. En outre, le Pinyin « tonal » n'est pas facilement utilisable, si ce n'est en dehors de Rime.

Rime est un moteur pensé pour l'écriture du chinois. Il peut être intégré à Ibus ou au vénérable SCIM par exemple. Il propose différentes variantes de Pinyin, mais également de Zhuyin et de méthodes basées sur des tables de décompositions.
De plus, tout a été fait pour que la ponctuation chinoise soit naturellement simple à taper. Par exemple, en tapant sur « [ » on obtient une liste des caractères liés, soit : 「【〔[
C'est vraiment agréable.

Problème

Jusqu'à récemment, Ibus permettait d'utiliser soit le clavier système, soit le clavier par défaut (comprendre qwerty).

C'était très bien, même s'il me fallait changer de disposition (soit décocher une case dans le panneau des préférences d'Ibus) pour utiliser Array 30 de manière agréable.

Mais depuis la version 1.5, tout a changé. Cette case à décocher ne fonctionne plus, et Ibus est prioritaire par rapport à la disposition d'Xorg. Il suffit donc d'ajouter une disposition pour taper du français, et roulez jeunesse !

Sauf que… il n'y a pas de bépo ! Le pire c'est qu'une fois Ibus tué, ma disposition ne revenait pas au bépo…
Les dispositions sont codées en dur dans un fichier xml, ce qui explique tout.
J'ai donc ouvert un rapport de bogue, mais ça va prendre du temps avant d'être résolu.

Fcitx

Petit inconnu

Alors que le rapport n'avançait pas vraiment, j'ai décidé de chercher autre chose temporairement. J'ai pensé revenir au bon vieux SCIM, mais c'est alors que je suis tombé sur Fcitx.
Son nom un peu mystérieux est « 小企鵝輸入法 » en chinois, soit « la méthode d'entrée du petit manchot ».

J'ai d'abords pensé que c'était sûrement un projet très jeune, car je n'en avais pas entendu parlé, mais il a déjà plus de 2 ans et est déjà en version 4.2.6.

Je l'ai donc installé, et, à mon grand bonheur, Rime fonctionne également parfaitement avec Fcitx.

Intégration

Fcitx s'intègre parfaitement avec Gtk2 ou 3, ainsi qu'avec Qt puisqu'il est directement basé sur Xlib, Cairo et Pango.

Il est également possible de faire un thème avec transparence pour ceux que ça intéresse.

Fonctionnement

Contrairement à Ibus (du moins pour l'instant, mais c'est prévu pour un futur plus ou moins proche), Fcitx permet de spécifier une disposition de clavier particulière pour chaque méthode d'entrée.

De plus, le bépo est très bien pris en charge.

Conclusion

D'abords solution temporaire, Fcitx s'est révélé agréable à utiliser, léger et simple. Même si Ibus corrigera ce petit défaut, je ne peux cacher que j'ai été conquis par Fcitx.

À tous ceux qui ont eu des soucis avec Ibus, ou qui veulent essayer autre chose, je vous conseille Fcitx; vous ne le regretterez pas.

  • # Admiration sincère...

    Posté par . Évalué à  8 .

    Parce que pour moi, ce que tu racontes c'est du chinois.
    Etre compétent en langues orientales et doué en informatique… J'espère pour les autres que tu n'es pas beau gosse, en plus…

  • # Nombre de tons ?

    Posté par . Évalué à  2 .

    Le chinois est une langue tonale ; il en comporte 5.

    Je n'en connais que 4 :
    1. ˉ (exemple : , 妈)
    2. ˊ (exemple: , 麻)
    3. ˇ (exemple: , 犸)
    4. ˋ (exemple: , 骂)

    Peux-tu m'en dire un peu plus sur le cinquième ?

    • [^] # Re: Nombre de tons ?

      Posté par . Évalué à  10 .

      Le 5ème et dernier ton, c'est le ton dit neutre. Il est représenté par un petit "°" sur le son en pinyin et se prononce de façon, on va dire, normale pour un français (puisque le français est une langue très neutre sans énormément de variations au niveau du ton).

      Il est surtout utilisé pour certains interrogatifs comme ma qui s'écrit 吗 et qui signifie en très gros "est-ce que" ou encore ne qui s'écrit 呢 et qui sert à retourner une question à quelqu'un sans avoir à la reposer, l'équivalent du "et + pronom personnel ?" ou "et + nom/prénom ?".
      Il est aussi utilisé pour les onomatopées et les mots de ponctuation comme ba ( 吧 ) et qui sert à inciter quelqu'un à faire quelque chose (Fais donc ceci, bois donc un thé, entrez-donc, …)

      (Désolée de ne pas avoir pu mettre les tons sur les sons directement mais je ne sais pas encore comment le faire)

      • [^] # Re: Nombre de tons ?

        Posté par . Évalué à  1 .

        Merci pour cette explication : cela corrobore ce que j'ai cru comprendre. Mais au cours de mes (courtes) études de chinois je n'en avais pas eu confirmation ; du coup je ne connaissais même pas la notation de ce cinquième ton !
        Encore merci.

  • # Autres ressources sur le sujet, et état dans GNOME

    Posté par (page perso) . Évalué à  6 .

    Le chinois vu par un francophone parti à Taïwan: http://bochecha.fedorapeople.org/chinese_ims/

    IBus a aussi été intégré à GNOME 3.6, au détriment de Fcitx. Il y a pas mal de mails sur le sujet des IM (Input Methods) ces 3 derniers mois sur la desktop-devel-list. C'est un sujet assez… disputé. Le whitelisting des input sources a pas mal été contesté par utilisateurs chinois.
    http://mail.gnome.org/archives/desktop-devel-list/

    Voici les projets pour GNOME 3.8:
    http://blogs.gnome.org/mclasen/2012/12/18/input-sources-in-gnome-3-7-4/

    • [^] # Re: Autres ressources sur le sujet, et état dans GNOME

      Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

      au détriment de Fcitx

      Pour l'instant, d'utiliser fcitx c'est vraiment par dépit. Je préfèrerai pouvoir toujours compter sur ibus ; je ne sais pas si quelqu'un a pris le temps de lister correctement les fonctionnalités manquantes.

      le wiki fcitx ne semble pas le faire. quant à la ml, comme tu dis sujet "disputé" donc pas facile de dégager des éléments précis de ce brouhaha!

    • [^] # Re: Autres ressources sur le sujet, et état dans GNOME

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      Euh, mais fctix c'est réservé au chinois, non ? Je suis bien content d'utiliser ibus, car je peux basculer entre français/anglais, japonais et coréen… (et je me demande ce qu'utilise un gars que j'ai rencontré hier, qui parle nativement mongol et tibétain, couramment anglais et coréen, et qui se débrouille en japonais et cantonais…)

  • # Utiliser Ibus pour switcher temporairement à bépo?

    Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

    Salut,

    j'avais justement mis un message sur le ticket de suivi, parce que je cherchais à utiliser ibus pour switcher en bépo temporairement alors que ma configuration système est autre (qwerty en l'occurrence), mais il s'est avéré que le ticket ne parlait pas de cela, donc je n'ai pas persévéré.

    Et donc je me dis que si je demande ici, quelqu'un pourrait me répondre peut-être.
    En gros, ma situation est que mon clavier est configuré en qwerty donc, et pour le moment je n'envisage pas de changer notamment parce que je suis un gros utilisateur vim, raccourci, etc. et que j'ai la flemme de reconfigurer tout vim pour correspondre à un mapping bépo. Par contre quand j'écris (plutôt que coder), j'aimerais passer en bépo. J'ai vu que des desktop comme KDE (et donc peut-être GNOME aussi?) ont une option qui permet exactement cela. Et c'est super cool. Mais voilà, en général, je n'utilise pas KDE, ni GNOME. Comme j'utilise déjà ibus pour des langues orientales, et que j'ai vu qu'il permet par exemple de remapper un clavier en azerty par exemple, j'ai cherché si y avait pas une méthode d'entrée bépo plutôt, mais sans succès. Cela est-il possible?
    Merci!

    • [^] # Re: Utiliser Ibus pour switcher temporairement à bépo?

      Posté par (page perso) . Évalué à  2 .

      En fait, dans le rapport de bogue, il y a la solution : rajouter une entrée dans le fichier xml idoine.

      Ensuite, tu pourras rajouter le bépo dans Ibus comme d'habitude.

      • [^] # Re: Utiliser Ibus pour switcher temporairement à bépo?

        Posté par (page perso) . Évalué à  1 .

        Salut,

        merci pour la réponse. Donc c'était bien de cela qu'il s'agissait. Comme le ticket semble mélanger les 2 problèmes, je ne savais plus quand ça parlait de quoi.
        Quoiqu'il en soit, je n'ai pas un tel fichier simple.xml dans ma version d'ibus packagée par ma distrib. Je vois que c'est présent dans la dernière version cependant. Je vais voir si ça vaut le coup d'installer cette version alors (surtout que le blem que tu cites a l'air plutõt chiant aussi).

        Peut-être que je vais essayer fcitx aussi (apparemment ils ont aussi un gros panel de langages).

        Merci.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.