Journal de l'utilité des formats ouverts

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
16
25
mai
2015

Bonjour,

Lisant un article sur une affaire récente impliquant tout un tas de systèmes informatiques, j'ai constaté un argument plaidant en faveur des formats ouverts que je n'avais pas lu auparavant.

En espérant que cela aide, un petit peu.

Au sujet de l'affaire Jérôme Kerviel Vs SG.

L'enquêtrice principale nous explique,

En octobre 2008, l’enquête de la justice est à son tour achevée. « Sur la masse de scellés que nous avions réalisés, vu l’urgence, compte tenu du peu d’effectifs dans le groupe et de la masse de travail qu’il y avait à effectuer, certains n’ont pas été exploités », reconnaît l’ancienne enquêtrice de la brigade financière. D’autant qu’il faut parfois des équipements spéciaux pour pouvoir les exploiter. Alors, les enquêteurs s’en tiennent à ce que la Société générale leur fournit. « À titre d’exemple, le fameux entretien qui a eu lieu entre Jérôme Kerviel et ses supérieurs hiérarchiques à la découverte des faits, ça devait être les 20 et 21 janvier 2008 de mémoire, tous les enregistrements qui ont été faits dans cette salle nous ont été transcrits de manière manuscrite par la Société générale », précise-t-elle.

Dans lequel on notera ces deux phrases,

D’autant qu’il faut parfois des équipements spéciaux pour pouvoir les exploiter. 

Alors, les enquêteurs s’en tiennent à ce que la Société générale leur fournit.

Et la conclusion fumeuse qui s'en suivit,

« À titre d’exemple, le fameux entretien qui a eu lieu entre Jérôme Kerviel et ses supérieurs hiérarchiques à la découverte des faits, ça devait être les 20 et 21 janvier 2008 de mémoire, tous les enregistrements qui ont été faits dans cette salle nous ont été transcrits de manière manuscrite par la Société générale »

Voilà qui laisse songeur.

Ce qui me semble plus important, étant donné que la justice ne peut faire son travail en toute impartialité sans l'accès aux documents électroniques de manière autonome, alors, j'émets l'idée qu'au lieu de faire payer l'État pour acquérir connaissances et outils de chaque format privé qui peut exister sur cet internet, il me semble plus judicieux de faire payer les sociétés en les obligeant à utiliser des formats ouverts.

a+

Ps : ma grand mère est malade et j'ai l'orthographe en vrac, ok ? désolé si ça pique.
PS2 : à défaut d'avoir trouver un argument nouveau pour le format ouvert, on pourra se rabattre sur le reste du phénomène.

  • # Solution plus réaliste

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je pense qu'il y a une solution intermédiaire un peu plus réaliste. On pourrait simplement obliger toute société qui créé un format propriétaire à fournir gratuitement à la Justice les outils nécessaires pour les exploiter (et ce, bien avant même qu'une affaire éclate).

    • [^] # Re: Solution plus réaliste

      Posté par . Évalué à 3.

      C'est déjà le cas pour la comptabilité : si la société ne fournit pas au contrôleur du fisc les moyens de tout consulter.

      BeOS le faisait il y a 15 ans !

  • # Grand mère

    Posté par . Évalué à 10.

    Pas besoin d'ordonnance pour un bon remède : http://fr.ulule.com/grammalecte/

    kentoc'h mervel eget bezan saotred

  • # De ce que je sache

    Posté par . Évalué à 10.

    A la SG, les trades sont au format SgcibML, ce qui est un XML dérivé du standard FpML. Ce que je comprends, c'est que la justice n'avait pas les moyens de développer les outils qui vont bien pour en ressortir ce qu'ils voulaient ou faire de l'analyse de masse des données correspondant à Kerviel.

    • [^] # Re: De ce que je sache

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      C'est une stratégie de noyer la justice dans une masse de document, de fait inexploitable.

      • [^] # Re: De ce que je sache

        Posté par . Évalué à 8.

        Faire un procès d'intention sans aucune base est un peu malhonnête. La SG doit faire environ entre 5 et 10 millions de trades par jour (estimation basée sur mon expérience non SG). Sur la période concernée, disons que ça fait 1 milliard de transactions.
        => Si tu veux vérifier les allégations de Kerviel, tu dois faire une analyse de masse sur ces transactions.

        Comment aurais-tu voulu que fasse la SG?

        • [^] # Re: De ce que je sache

          Posté par . Évalué à 1.

          Il a juste dit que c'était une stratégie… Pas qu'elle avait été mise en œuvre.

          Qui fait un procès d'intention ? :D

          Please do not feed the trolls

        • [^] # Re: De ce que je sache

          Posté par . Évalué à 6.

          La SG a fait une analyse hyper rapide de ces transactions pour accuser Kerviel et lui faire porter le chapeau. Ou alors, ils n'en ont rien à foutre et ont charger Kerviel sans preuve.

          • [^] # Re: De ce que je sache

            Posté par . Évalué à 5.

            Quand tu as préalablement développé les outils qui vont bien, ça me semble normal.

            PS: personne ne remet en cause la responsabilité de Kerviel, même lui admet ce qui lui est reproché. Le seul "doute" est de savoir si sa hiérarchie était au courant ou pas.

        • [^] # Re: De ce que je sache

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Comment aurais-tu voulu que fasse la SG?

          La SG a des logiciels pour analyser ces données, qu'elle aurait pu mettre à disposition de la justice, par exemple en aménageant un environnement bac à sable reproduisant la partie nécessaire de leur infrastructure d'étude des données.

          • [^] # Re: De ce que je sache

            Posté par . Évalué à 3.

            Ça semble être une bonne idée. Si elle fait ça dans son coin, la justice a-t-elle les moyens de mettre en place une infrastructure aussi massive (hardware / software / humaine) ? C'est une vraie question, je ne connais pas du tout son fonctionnement.

            • [^] # Re: De ce que je sache

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              C'est une vraie question, je ne connais pas du tout son fonctionnement.

              Je n'en sais rien. J'avais eu l'idée que je propose en repensant à un article que j'avais lu sur une affaire impliquant un constructeur automobile aux US. Le code source du matériel embarqué a été soumis à un expert, qui a travaillé pendant plusieurs semaines dans une “salle blanche” mise à disposition par l'entreprise: de cette façon l'expert pouvait avoir accès au code source sans que l'entreprise ne laisse ce dernier sortir de chez elle.

          • [^] # Re: De ce que je sache

            Posté par (page perso) . Évalué à 5.

            On en reviens au fait que la justice va se contenter de ce que la SG lui donne. Si les données ont aussi besoin d'expert dans le domaine, faut le trouver. Soit c'est quelqu'un de la SG, soit c'est un concurent. Dans les 2 cas, il y a un certain risque. On pourrait mitiger ça en ayant X experts et en supposant aucune collusion, mais ça deviens assez couteux, soit à la justice ( qui doit payer les dits experts ), soit pour les experts ( qui sont payer moins bien que la normal ).

            Je vois pas de solution magique qui n'enfume pas un des participants ( et qui du coup, nuit à la bonne marche de la chose ). La solution serait sans doute dans l'existence d'experts payés soit par les assurances, soit employé pour ça par une administration ( un peu comme ce qui fait pour l'aviation ).

            Mais bon, si c'est pas le cas pour le moment…

            Et au passage, si les données sont dans le format d'un soft interne de la SG, le concept de format ouvert ou fermé, ou de soft libre ou pas ne s'applique pas aussi bien que pour le reste.

        • [^] # Re: De ce que je sache

          Posté par . Évalué à 2.

          La justice pouvait demander à Kerviel, lui qui a tout fait avec 3 feuilles excels et 2 macros VBAs.

  • # données

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Alors, les enquêteurs s’en tiennent à ce que la Société générale leur fournit.

    C'est particulièrement le cas des e-mails qui sont stockés dans une serveur aux USA (dans une entreprise spécifique) durant 7 ans

    Mais quand les policiers demandent les e-mails d'une personne on ne leur répond pas… article de rue 89 sur les e-mails de SG

  • # ouais

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Je comprends que l'on pense au prix que coûte les experts, mais cela me laisse un arrière goût dans la bouche que dans un dossier aussi complexe, avec des implications politiques et fiscales, on laisse le plaignant fournir ses preuves sans que la justice vérifie elle même que toutes les informations ont été fournis et que seuls des vraies informations complètes l'ont été (une erreur d'addition avait même été reprise comme telle dans le premier jugement). C'est marrant lorsque c'est le citoyen lambda on vérifie un peu mieux avant de le libérer.

    Maintenant on peut aussi décider qu'il n'est pas possible humainement de vérifier dans le milliards de transactions parce qu'on a pas les outils pour être certains de trouver toutes les informations, mais en ce cas, on ne peut condamner une personne. Enfin si on peut (la preuve), mais c'est une bien piètre justice.

    • [^] # Re: ouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Le pire c'est qu'il existe la "réquisition" qui permet d'obtenir les outils pour ce genre de choses, les outils INTERNE à la SG.

      ce qui aurait pu se passer dans ce cas:
      Juge: SG, nous avons besoin d'être sur que tout les documents ont été fourni par conséquent nous allons devoir lire les emails, documents techniques, financiers, les transactions, ainsi que les bandes d'écoute de vos entretiens téléphonique et conférences.
      Par conséquent j'entame une réquisition de vos données de productions ainsi que vos outils de travail informatiques.
      Il va de soit qu'étant donné la réquisition, vos outils informatiques sont figés et vous ne pouvez plus les utilisés.

      SG: Mais ! on a besoin de ces outils, vous allez nous faire perdre une somme folles ! on parle de nos outils de production la !

      Juge: J'entends vos arguments, mais je ne peux juger des responsabilités que vous donnez à m. Kerviel sans ces données ni les outils pour les analyser, ceux ci sont détenu par vous !

      SG: Est-ce que l'on ne pourrait pas trouver une solution ? par exemple vous fournir des extraits ?

      Juge: extrait par vous ? non je ne peux juger de la pertinence.
      Par conséquent, si vous avez la possibilité de fournir à la justice une plateforme d'analyse, ainsi que les données associés, et cela à vos frais, je consent à ne pas bloquer vos outils de production. Sinon j'estimerai que vous ne voulez pas que l'on découvre la vérité.

      mais cela c'est dans les films, en vrai il y a l'argent, la politique, les lobbies… etc…

      bref, kerviel est coupable.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.