Journal La licence globale, une “mauvaise solution pour un faux problème”

Posté par .
28
4
août
2011

Laurent Chemla interviewé par Jérémie Nestel (Libre Accès) : la licence globale est une taxe qui ne financerait que les contenus produits par les industries du loisir au détriment de tous les autres types de contenus, par exemple, les contenus créés par les "amateurs", les blogs, les journaux en ligne, les logiciels libres, les oeuvres libres.
http://libreacces.org/spip.php?article106
Jean-Luc Godard : “Comme la salle de cinéma, Internet n’est qu’un moyen de diffusion. Si quelqu’un veut l’œuvre, qu’il la copie. J’ai été payé pour mon travail, ou je me suis débrouillé pour être payé pour mon travail. Si je n’ai pas été payé, c’est que je suis idiot, que j’ai travaillé pour rien. Pour le reste, ce n’est plus mon problème” ?
http://www.pcinpact.com/actu/news/63794-jeanluc-godard-hadopi-juan-branco.htm

  • # Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Et l'une des bonnes solutions, plus "globale" justement, d'après moi, est le revenu de base :
    L'abondance contre l'économie.

    D'autres arrivent à la même conclusion :
    Il faut rejeter la licence globale
    Rémunération des artistes : Un problème ? Quel problème ? (une synthèse du lien précédent)
    Le droit de vivre

    blog.rom1v.com

    • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

      Posté par . Évalué à 6.

      Hello,

      Vous partez d'un axiome, Laurent Chemla et toi, qui me laisse pantois :

      D’un côté on a ceux qui pensent que le partage d’œuvres culturelles sur le net nuit à la culture, et que la perte de revenus liée au partage est en train de faire mourir la culture. Ce sont les mêmes qui défendent la Hadopi, et les mêmes qui défendent la licence globale.

      C'est un peu du n'importe quoi. Et très méprisant pour les opposants à HADOPI.

      Est ce que je pense que « le partage d’œuvres culturelles sur le net nuit à la culture » ? Certainement pas. Est ce que je pense que « la perte de revenus liée au partage est en train de faire mourir la culture » non plus.

      Pourtant je ne suis pas opposé à une licence globale (mais j'ai encore un cerveau, donc bien sûr je suis contre HADOPI).

      Si on sortait de cette vision réductrice. Qu'est ce que tu propose ?

      Un revenu universel et pour le reste chacun fait ce qu'il veut dans son coin et en contrepartie, on partage comme on le sent. C'est bien ça ?

      Corrige moi si je me trompe.

      Parce que si c'est bien ce que tu tentes de dire, ça répond tout à fait aux attentes des artistes alternatifs, aux personnes qui mettent des vidéos amateur sur youtube etc., je reste sceptique sur d'autres points.

      Qui demain sortira le nouveau Star Wars ? Qui investira dans un film qui révolutionnera les effets spéciaux des 10 prochaines années ?

      Est ce que tu penses qu'il y aura suffisamment de fans pour acheter quelque chose qu'ils pourront avoir gratuitement par ailleurs ?
      Si c'est le cas est ce que tu penses que les investisseurs seront aussi confiants que toi sur ce point (ainsi que sur d'autres points comme le financement via des produits dérivés ou autres) ?

      Moi je n'en suis pas certain. C'est pourquoi je ne suis pas opposé à une licence globale. Même si ce n'est pas forcément la panacée, elle a infiniment plus de chance d'être crédible à court terme (notamment au niveau politique) que le revenu universel. Ce qui ne veut pas dire que le second n'est pas digne d'intérêt. Ou que le premier doit être une solution définitive.

      Pour autant considérer que je ne vaut pas mieux qu'un HADOPIste… C'est un poil réducteur.

      • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Qui demain sortira le nouveau Star Wars ? Qui investira dans un film qui révolutionnera les effets spéciaux des 10 prochaines années ?

        Les gens passionnés. On parle de cinéma, pas de business.

        • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

          Posté par . Évalué à 6.

          Pour toi un investisseur est un passionné ?

          Orange, TF1 et Vivendi/Canal+ ne sont pas vraiment ce qu'on peut appeler des mécènes désintéressés.

          Il reste aussi le CNC qui - soit disant - est massivement financé par le racket^W^W la taxe SACEM^W^W redevance sur la copie privée.

          Mais cette dernière ne mérite pas d'exister tellement elle est injuste, injustifiée et décidée par des rapaces sans foi ni loi.

          Et même en mettant de côté les boites, est ce que les particuliers se montreront plus efficaces ?

          D'après l'interview :

          « A contrario de la licence globale, des artistes se sont engagés dans la libre diffusion de leurs œuvres... Certains ont essayé d’inventer de nouveaux modèles économiques avec leurs publics, aucun ne s’est avéré concluant, qu’en penses-tu ? »

          Pourtant de mémoire, l'initiative de Radiohead était un succès. De même que les « Humble Indie Bundle ». Mais est ce que c'est généralisable ? Pas sûr.

          Bref, tu es optimiste, c'est bien. Mais je suis tout de même plus réservé.

          • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

            Posté par (page perso) . Évalué à -1.

            Je ne parle pas des investisseurs, mais des réalisateurs/acteurs/scénaristes/cameramen/perchistes/costumiers...

            • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

              Posté par . Évalué à 7.

              Et ces personnes vont faire un film sans financement externe ? Juste pour la beauté du geste ?

              Certes, ils peuvent produire un film. Pas de problème, ils ont les compétences.

              Ils peuvent probablement faire des films d'auteurs, géniaux, profonds, qui ont quelque chose à dire.

              Mais faire quelque chose qui fera progresser la technique, comme l'a fait star wars, le peuvent-ils ?

              Je ne suis pas sûr (mais je ne suis pas très fort en prévisions).

              • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                Posté par . Évalué à 6.

                Mais faire quelque chose qui fera progresser la technique, comme l'a fait star wars, le peuvent-ils ?

                Star war c'est du génie pas du financement lourd (budget de $11 million). Le seul acteur vedette du film (à l'époque) c'était Obi-wan.

                Si tu veux un truc qui a du financement, tu prends Avatar (237 millions $) (attention hein pas le dernier maitre de l'air); a moins que tu ne veuille parler du truc avec un certain Jar Jar ?

                Et puis si y a moins d'argent à gaspiller pour faire un film, peut être ils éviteront les séquences qui servent à rien comme une poursuite en dragon dans HP4 qui n'avait rien à faire dans le film. C'est la technique qui doit être au service du film; et quand je vois les films à grand budget, j'ai plus l'impression que le scénario est juste là comme prétexte.

                Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                  Posté par . Évalué à 4.

                  C'est la technique qui doit être au service du film; et quand je vois les films à grand budget, j'ai plus l'impression que le scénario est juste là comme prétexte.

                  Ben ouais, mais ce sont les films comme ça qui sont les plus téléchargés.

                  Alors stoppe l'hypocrisie. On commence par parler de la situation où les gens enfreignent massivement la loi (ce qui, en soi, indique qu'il y a un problème) pour télécharger d'abord des films à gros budget bourrés d'effet spéciaux, et au bout de 5 minutes de discussion avec quelqu'un qui propose une soi-disante solution, on se retrouve avec la réponse "Ho mais c'est pas grave si les blockbusters disparaissent, de toute façon c'est du caca."

                  Et si on était francs, pour une fois? On les aime, les films con-cons avec des explosions partout? Ben ils coûtent cher à fabriquer, ces films. Donc, soit on s'en passe, soit quand on propose une solution on les prend également en compte.

                  THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                  • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                    Posté par . Évalué à 4.

                    on fait comme en Iran, on les interdit, et on pend tous ceux qui protestent

                  • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                    Posté par . Évalué à 7.

                    Ben ouais, mais ce sont les films comme ça qui sont les plus téléchargés.

                    C'est marrant, c'est aussi ce qui sont le plus regardé. Au fait ils ont un problème de rentabilité ces films? Non? Alors arrêtez de nous faire chier avec des lois à la con. Je conchie ces films je ne les regardes pas, mais j'en ai mare d'avoir truc à fait un record d'entrée, mais il a été massivement téléchargé alors il faut renforcer les lois contre le piratage!!!

                    Donc, soit on s'en passe, soit quand on propose une solution on les prend également en compte.

                    C'est marrant de voir un problème là ou il n'y en a pas. Ils sont rentable, même avec le téléchargement point.

                    Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

              • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                C'est vraiment une nécessité de révolutionner les effets spéciaux à chaque film ?

                Plus sérieusement, tu détournes mon propos (ou alors je me suis mal exprimé, c'est fort probable).
                Ce que je veux dire c'est que, à mon sens, le cinéma est une histoire d'art, pas d'argent.

                Le financement est un problème annexe. Linus n'a pas créé Linux pour devenir riche, les groupes qui égaient nos soirées dans les pubs le font pour la musique, pas pour l'argent, pareil pour les peintres.
                Et pour eux aussi le financement est un problème, pas une fin.
                Si les gens talentueux pouvaient créer ce qu'ils veulent sans ce frein, ils le feraient, d'ailleurs les films a petits budget sont parfois de vraies pépites.

                Par contre, je suis une grosse quiche en économie, je ne sais pas quelle est la meilleure solution.

                • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  L'interview de Francis Ford Coppola plus bas exprime (mieux que je ne saurais le faire) ce que j'essaie de dire.

                • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  C'est vraiment une nécessité de révolutionner les effets spéciaux à chaque film ?

                  Bien sûr que non.

                  Mais je n'ai jamais dit que c'était le cas aujourd'hui. Ni que ça devait être le cas demain.

                  Encore une fois, il y a de très bons films d'auteurs avec peu de moyens.

                  La question est plutôt la suivante :
                  Est ce qu'on pourrait se passer de films qui révolutionnent les effets spéciaux ? Complètement ?

                  Est ce qu'un développement communautaire nous permettrait encore d'être bluffé en regardant une vidéo ? Aussi souvent ?

                  Et si ce n'est pas le cas, est ce qu'il faut considérer comme normal le fait de ne plus avoir l'évolution qu'on a connu précédemment ?

                  Je ne conclus rien, je ne fait que poser des questions. Mais ne pense pas que la réponse magique du revenu universel soit sans failles. Même si j'aime beaucoup l'idée.

                  • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Est ce qu'on pourrait se passer de films qui révolutionnent les effets spéciaux ? Complètement ?

                    Moi je m'en passe très bien :)

                    Penser qu'il faut forcément des montagnes de fric pour impressionner le spectateur implique des choix techniques et esthétiques assez balisés. Même en restant dans la science-fiction, une des œuvres mythiques du genre, la Jetée a dû être faite avec un budget dérisoire (peut-être un SMIC ou deux ?) : un film presqu'entièrement en images fixes, où le seul effet spécial est justement le surgissement d'une séquence animée.

                    Et si ce n'est pas le cas, est ce qu'il faut considérer comme normal le fait de ne plus avoir l'évolution qu'on a connu précédemment ?

                    Je ne sais pas si c'est normal mais pour moi ce serait bienvenu.
                    Voir des bidules synthétiques toujours mieux rendus, ça m'impressionnait quand j'avais cinq ans, aujourd'hui j'ai d'autres critères.

                    Mais ne pense pas que la réponse magique du revenu universel soit sans failles.

                    Rien n'est sans faille ni magique, mais c'est bien pour cela qu'il serait dommage de se contenter du système actuel.

                  • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

                    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

                    Si tu veux qu'on puisse révolutionner les effets spéciaux en faisant des œuvres respectueuses des libertés essentielles, je te propose de soutenir la Blender Foundation.

                    Eux, ils font progresser la technique avec des films sous CC-BY.

          • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Il reste aussi le CNC qui - soit disant - est massivement financé par le racket^W^W la taxe SACEM^W^W redevance sur la copie privée.

            Le CNC est parfaitement finançable par autre chose qu'une taxe sur la copie privée. Prétendre qu'il faut une taxe spécifique à la culture (à cause des méchants pirates (tm)) est une démagogie honteuse, et permet d'éviter de débattre les questions importantes, comme le bien-fondé des niches fiscales et l'allocation des recettes.

        • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

          Posté par . Évalué à -1.

          Il n'y aurait peut-être plus des films d'avant-garde qui engrangent des centaines de méga-euros tous les 2 mois. Cela dit, si tout le monde peut vivre et créer ce qu'ils désirent, ces films à méga-euros qui disparaissent ne seront peut-être rien à côté des films à venir. Je ne crois pas que ce soit un argument qui tue. (Moi j'en ai un : on fait quoi de l'écrasante majorité des humains qui n'ont pas de RMG ?)

          RMG : revenu minimum général

      • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Ce sont les mêmes qui défendent la Hadopi, et les mêmes qui défendent la licence globale.

        Je suis en désaccord avec cette phrase de Romain Rivière (dans un billet dont j'ai donné le lien). Je sais que ce ne sont pas les mêmes personnes. Je dirais même plus : je pense que la défense d'Hadopi et la défense de la licence globale sont presque incompatible…
        J'ai d'ailleurs, durant les débats HADOPI, été plutôt favorable à la licence globale (mais toujours opposé à l'HADOPI).

        Un revenu universel et pour le reste chacun fait ce qu'il veut dans son coin et en contrepartie, on partage comme on le sent. C'est bien ça ?

        Le partage de la culture autorisé, oui, ça c'est une nécessité, que ce soit la licence globale, le revenu de base ou autre.
        Le revenu de base permettrait (entre autres, ici je ne m'intéresse qu'aux arguments liés au débat sur le financement de la création) à ceux qui le veulent de réaliser des choses qui ont de la valeur, mais qui n'ont pas ou peu de valeur marchande (musique, logiciels libres…), notamment parce qu'ils doivent être accessibles à tous sans contraintes (et qu'il faudrait ajouter des contraintes d'accès pour imposer une valeur marchande).

        Qui demain sortira le nouveau Star Wars ? Qui investira dans un film qui révolutionnera les effets spéciaux des 10 prochaines années ?

        C'est une question à laquelle je n'ai pas la réponse. On pourrait la reformuler ainsi, en caricaturant : si on ne concentre pas tout l'argent dans les mains de quelques uns, comment faire pour financer les plus gros projets ?

        C'est un peu le même problème pour la presse : si on laisse 5 ou 10 journaux sortir leurs papiers chaque jour, ils vont pouvoir avoir un public conséquent, et pouvoir gagner de l'argent. Si on laisse 65 millions de personnes (y compris des professionnels) écrire ce qu'ils pensent sur Internet sans autorisation, ça fera forcément de la concurrence, et ça "diluera" les revenus de chacun.

        Faut-il tenter de garder un quasi-monopole afin d'avoir des plus gros projets, ou donner une chance équitable à chacun ?

        Une autre réponse pourrait être de miser sur l'amélioration de l'accès aux outils de production, rendus de plus en plus simple (je ne dis pas qu'un gus dans son coin pourra faire un Star Wars tout seul, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit).

        Et encore une autre réponse : je pense que la licence globale ne répond pas mieux au problème (à moins de distribuer beaucoup de l'argent récolté à quelques monopoles).

        Est ce que tu penses qu'il y aura suffisamment de fans pour acheter quelque chose qu'ils pourront avoir gratuitement par ailleurs ?

        Deux réponses.
        1. Avec le revenu de base, il n'est pas absolument nécessaire d'être payé par ailleurs.
        2. Avec la création monétaire équitablement distribuée à chacun (plutôt qu'au privilège de quelques uns), l'économie don ne sera plus freinée par la structure centralisée du système monétaire…

        blog.rom1v.com

        • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

          Posté par . Évalué à 4.

          C'est un peu le même problème pour la presse : si on laisse 5 ou 10 journaux sortir leurs papiers chaque jour, ils vont pouvoir avoir un public conséquent, et pouvoir gagner de l'argent. Si on laisse 65 millions de personnes (y compris des professionnels) écrire ce qu'ils pensent sur Internet sans autorisation, ça fera forcément de la concurrence, et ça "diluera" les revenus de chacun.

          Pour la presse, le contexte est très différent.

          Je vois trois types de presse :
          * Le voyeurisme / tabloïd & co.
          * Les recopies de dépèches AFP etc.
          * L’investigation.

          En raison des contraintes financières, les deux premiers on pris le pas sur le troisième. Il suffit de voir que TF1 est la chaine la plus regardée en Europe. Et que « The Sun » est deux fois plus vendu que « The New York Times » (et presque 10 fois plus que « The Guardian » ou « Le Monde »).

          Est ce grave ?

          À mon avis non.

          Le « canard enchainé » se porte comme un charme. Ce qui prouve qu'il y a encore des gens qui cherchent à utiliser leur cerveau. Que les gens qui produisent du contenu (et ne mettent pas de pubs partout) on une adhésion franche des leceurs.

          Pour le reste, la presse peut crever. Au moins dans sa forme actuelle.

          Le travail d’investigation et de recherche est décentralisé par des personnes ou groupes de personnes qui se donnent les moyens d'aller au fond des choses et qui ne sont pas tenus par une logique financière ou sensationnaliste, comme wikileaks (ou les *leaks), regards citoyens, la Quadrature du Net, l'April etc.

          Recopier des dépêches AFP, reuteurs ou bloomberg, ou des communiqués d'assos, n'importe qui peut le faire.

          Bref, pour ce qui est de la presse, l'avenir ne me semble pas très compliqué.

          Pour ce qui est de la culture, je suis plus mitigé.

          Faut-il tenter de garder un quasi-monopole afin d'avoir des plus gros projets, ou donner une chance équitable à chacun ?

          C'est bien manichéen comme question. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir une courbe en racine (carrée selon la proposition de Philippe Aigrain, cubique selon celle de RMS), d'une part, et, d'autre part, conserver la possibilité de la mutualisation de moyens pour produire des choses plus importantes, donc le cout marginal est loin d'être nul ?

          Je parle bien ici de mutualisation pour financer des moyens (matériel, effets spéciaux, animations, etc.), pas de rémunérer des intermédiaires nuisibles ou même des artistes.

          • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            À propos de la presse, un autre atout du revenu de base est qu'il contribuerait beaucoup à réduire la dépendance économique des journalistes…

            Pour les propositions de fonctions comme les racines (dont la dérivée seconde est négative, c'est à dire des fonctions qui augmentent de moins en moins vite), si une licence globale est mise en place, c'est plutôt une bonne idée. Mais je ne pense pas que ce soit une solution de société à long terme…

            blog.rom1v.com

          • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

            Posté par . Évalué à 2.

            Je vois trois types de presse :
            * Le voyeurisme / tabloïd & co.
            * Les recopies de dépèches AFP etc.
            * L’investigation.

            tu négliges l'un des rôles de la presse moderne, c'est son rôle de propagande politique. apparemment ils font les trois premiers mais une fine analyse révèle souvent que tout passera par un prisme déformant pour faire passer des messages subliminaux, par exemple l'insécurité c'est les moricauds et plus récemment les roumains. enfin, les roms, mais c'est pareil.

            et comme ça sera financé par des gros groupes qui visent les élections et les marchés publics, même pas besoin que cette presse soit rentable, il suffit qu'il existe et soit largement diffusé

            • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

              Posté par . Évalué à 4.

              l'insécurité c'est les moricauds et plus récemment les roumains. enfin, les roms, mais c'est pareil.
              C'est justement ça le prisme déformant, parce que la sécurité chez nous n'est pas un problème, mais à l'appeler insécurité et à en discuter, par exemple sous l'angle de "qui en est la cause?", on l'intègre comme acquise dans notre pensée.

      • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

        Posté par . Évalué à 3.

        Qui demain sortira le nouveau Star Wars ? Qui investira dans un film qui révolutionnera les effets spéciaux des 10 prochaines années ?

        C'est vraiment marrant que tu sorte cet exemple, vraiment. Les studios n'étaient vraiment pas chauds pour se lancer la dedans, et seul le succès précédent de Georges Lucas lui a permis de se lancer dans l'aventure.

        Est ce que tu penses qu'il y aura suffisamment de fans pour acheter quelque chose qu'ils pourront avoir gratuitement par ailleurs ?

        C'est déjà le cas. Certes c'est pas 'légal', mais toutes les personnes que je connais qui passe sur des site de lecture de manga en ligne, ou télécharge des animés japonais ou des série américaine ou Anglaise ( life on mars, merlin, doctor who, spaced), vont acheté le manga/la série si ça leur à vraiment plu, ou l'offriron à un Noël ou un anniversaire. Et je peux te garantir qu'il a des trucs que je n'aurais jamais acheté avant d'avoir vu (jungle wa itsumo hare nochi guu)

        Ensuite pour ou contre la licence globale, j'ai un avis mitigé; le revenu universel est très intéressant d'un point de vu théorique, mais pour le faire marcher va falloir freiner l'immigration ou la limiter aux ressortissants du pays.

        Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

        • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          mais pour le faire marcher va falloir freiner l'immigration ou la limiter aux ressortissants du pays

          Toute amélioration de la société a tendance à attirer plus de monde. Les citoyens d’un régime autoritaire veulent fuir vers des pays démocratiques, ceux des pays pauvres veulent aller vers des pays riches, etc.

          Mais faut-il refuser une amélioration parce qu’elle attirerait du monde ? Si c’était le cas, l’objectif de tous les pays seraient d’avoir la pire société possible. Ce serait une course à la médiocrité.

          blog.rom1v.com

          • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Mais faut-il refuser une amélioration parce qu’elle attirerait du monde ?

            Absolument pas; mais si tu te mets à donner un revenu minimum à tous les habitants du pays, tes caisse vont être le contraire du tonneau des Danaïdes: toujours vide. Ou alors tu crées l'argent de nulle part, ce qui revient à ne rien donner.

            Si tu veux avoir un système économiquement viable, y a pas 36 solutions. J'ai pas dit qu'il ne fallait pas de revenu minimum; simplement que si on l'instaure, il y a d'autres aspects à prendre en compte.

            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              simplement que si on l'instaure, il y a d'autres aspects à prendre en compte.

              Tu as raison. L'un des aspects, c'est qu'à terme (pas forcément lors de la mise en place), le revenu de base soit instauré dans les autres pays.

              Mais je ne vois pas d'autre solution. On ne peut pas continuer à ne recevoir de l'argent qu'avec un emploi, alors que l'emploi se raréfie grâce à l'augmentation de l'efficacité des moyens de productions (et c'est tant mieux)… Il faut alors détruire ce qu'on a créé pour faire augmenter le PIB, et créer des emplois… Avec l'enjeu écologique, sur le long terme, en plus d'être stupide, c'est impossible.

              blog.rom1v.com

      • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Est ce que tu penses qu'il y aura suffisamment de fans pour acheter quelque chose qu'ils pourront avoir gratuitement par ailleurs ?

        Je suis d'accord avec ce que dit fearan plus haut. On est déjà dans cette situation : les gens ont tout gratuitement (ou plutôt sont persuadés qu'ils ont tout gratuitement) puisqu'ils piratent...et payent. Le système est pourri, mais il tient debout.

        Si on donne l'autorisation légale de se servir gratuitement, je ne pense pas que ça change radicalement les habitudes de consommation de beaucoup de personnes. Les gens continueront à télécharger gratos pour voir et écouter chez eux, et continueront à payer pour aller au cinéma et dans les concerts.
        Les moines copistes du disque continuent à s'en mettre plein les poches via la pub quand Madame Michu télécharge sur MafiaUpload, MachinStreaming (souvent même sans savoir que c'est illégal), YouTube ou Deezer. Plusieurs études ont montré que Madame Michu continuait à acheter des DVD malgré qu'elle pirate (et qu'en moyenne ceux qui piratent le plus sont ceux qui achètent le plus). Aux States, un artiste en bas de l'échelle qui proposait ses chansons gratuitement sur son site a gagné plus de 100 000 $ en les vendant sur iTunes.

        Quant au don, prétendre que cette voie de financement ne donnera rien parce que les consommateurs sont endettés jusqu'au cou/subissent la crise de plein fouet et chercheront toujours à économiser par-ci par-là est un argument à mon avis erroné. Si on arrête de leur imposer des taxes débiles, si on arrête les perfusions aux majors, si on arrête de leur vendre des galettes à 20 € remplies de DRM, et surtout si on sort de cette logique "je paye parce qu'on m'y oblige", je suis persuadé que les consommateurs seront nettement plus enclins à donner.
        Et si on met en place le dividende universel, ce sera encore plus évident.

        Enfin, il faut noter qu'il n'y a pas que le don comme méthode de financement de la création. Il y a aussi le crowdsourcing (qui se développe, allez donc voir sur Kickstarter ou Vodo, beaucoup misent là-dessus ; n'hésitez pas à donner votre obole si des projets vous intéressent), la vente de goodies, le mécénat (c'est surtout sur ça que repose le logiciel libre, non ?), ou encore la pub (même si je ne parierais pas sur ce dernier point sur le long terme).

      • [^] # Re: Une bonne solution serait-elle le revenu de base ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Qui demain sortira le nouveau Star Wars ? Qui investira dans un film qui révolutionnera les effets spéciaux des 10 prochaines années ?

        Les mêmes que maintenant. HP7 partie 2 a atteint 1Md de brouzoufs de recettes en 3 semaines au ciné, ça suffit à financer un film ça, non ? On peut prendre toutes les grosses productions, ils récupèrent très largement leur mise juste avec le cinéma. Ce qu'ils touchent sur les DVD et autres produits dérivés, c'est en plus, cadeau. Et s'il y en a un qui échoue de temps en temps, c'est pas bien grave, ça arrive, et ça se lissera si les maisons de production jouent bien leur rôle. Pour les grosses productions, rien ne changera, licence globale ou pas.

  • # Merci Godard

    Posté par . Évalué à -6.

    "Si je n’ai pas été payé, c’est que je suis idiot, que j’ai travaillé pour rien."

    C'est une dédicace aux développeurs du libre ?

    "Si quelqu’un veut l’œuvre, qu’il la copie."

    Non. Si quelqu'un ne veut pas payer, qu'il privilégie les œuvres gratuites. C'est pas dur.
    J'invite les gens qui font bosser Godard à ne pas le payer puisque visiblement ça lui semble normal d'obtenir un service sans respecter les engagements qui vont avec.

    • [^] # Re: Merci Godard

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est une dédicace aux développeurs du libre ?

      Tu peux faire du libre et être payé. Il y a aussi ceux pour qui c'est un choix de ne pas être payé.

      Non. Si quelqu'un ne veut pas payer, qu'il privilégie les œuvres gratuites. C'est pas dur.

      Il doit y avoir un juste milieu, payer un peu pour les œuvres, mais pas autant qu'avec le système actuel. C'est de ça que l'on discute.

      J'invite les gens qui font bosser Godard à ne pas le payer puisque visiblement ça lui semble normal d'obtenir un service sans respecter les engagements qui vont avec.

      Merci pour cette réflexion profonde.

      • [^] # Re: Merci Godard

        Posté par . Évalué à 2.

        Il doit y avoir un juste milieu, payer un peu pour les œuvres, mais pas autant qu'avec le système actuel. C'est de ça que l'on discute.

        Tu peux détailler ?

        • [^] # Re: Merci Godard

          Posté par . Évalué à 2.

          Le problème étant que d'un coté on trouve le contenu gratuit, ce qui ne satisfait pas les éditeurs de contenu ni la plus part des artistes. Et de l'autre côté il y a les éditeurs qui veulent des prix assez élevés pour du contenu facilement duplicable sans coût et de qualité souvent douteuse.

          La discussion tourne donc autour de : quelle est la meilleur solution pour que tout le monde est accès à la culture (toutes les œuvres gratuite/payante) sans se ruiner, en favorisant la création et la rémunération des artistes ?

          Tu disais juste, ceux qui ne veulent pas payer n'ont cas télécharger le contenu gratuit... Ça ne fait pas vraiment avancer la discussion.

          Alors que lorsqu'on a un média comme internet sous la main, il existe des solutions. Il y a la force du nombre, les artistes pourraient être correctement rémunérés avec des contenus à très bas prix, mais diffusés largement plus des services (concerts, CD)
          Là où ce situe le problème, c'est que les éditeurs de contenus on bien compris la force d'internet (le nombre, la duplication gratuite) mais ne veulent pas changer de buisness model car ça leur profite aussi : on ne baisse pas les prix, alors que le coût de production est nulle. Et du coup ils s'en foutent plein les fouilles sans contre-partie et sur le dos des artistes !

          • [^] # Re: Merci Godard

            Posté par . Évalué à 2.

            "La culture pour tous" est une formulation assez répandue chez les pirates pour dire "je ne veux pas payer mon divertissement". Il suffit de regarder les chiffres des oeuvres les plus piratées pour s'apercevoir que :
            - l'obtention légale de l'oeuvre n'aurait pas "ruiné" le pirate. Beaucoup d'oeuvres sont d'ailleurs disponibles a très bas prix (bibliothèques, médiathèques, télévision, radio etc) quelques mois après leur création. Seulement le pirate ne souhaite pas forcément se cultiver mais plutôt se divertir en écoutant lady gaga ou en matant le dernier michael bay le jour de la sortie.
            - l'intéret culturel de l'oeuvre est le plus souvent contestable. Chacun sa culture, mais si tout divertissement est culturel, faut-il offir un abonnement Dorcel TV à tout le monde ?

            Si le cout de production est nul, pourquoi tout le monde ne créé pas d'oeuvres ? Ils s'en metteraient plein les fouilles sans contre-partie !

            Ce thread contient beaucoup de justifications du piratage.
            - Il est souvent question de la "mauvaise qualité de l'oeuvre" qui ne mérite pas qu'on la paye. Bizarrement les gens qui affirme que certaines oeuvres ne valent rien passent quand meme beaucoup de temps à se divertir avec.
            - Il est aussi question des marges des producteurs. Il est simple de faire baisser ces marges : il suffit de payer directement des artistes. Si les oeuvres des artistes sans producteur ne vous plaisent pas, c'est peut etre que les producteurs ont une valeur ajoutée que vous devriez reconnaitre.

            • [^] # Re: Merci Godard

              Posté par . Évalué à 4.

              l'obtention légale de l'oeuvre n'aurait pas "ruiné" le pirate.

              Ahhh l'erreur classique. Si quelqu'un dépense pour acheter toute la boue qu'il télécharge, son budget tiendra pas. Il fait donc un tri. Ce qu'il aime vraiment bien il achète. Suffit de voir que les gros téléchargeurs sont aussi les plus gros clients.

              Beaucoup d'oeuvres sont d'ailleurs disponibles a très bas prix (bibliothèques, médiathèques, télévision, radio etc)

              Entre un clique (ou deux) et le truc est dans le pc prêt à l'emploi et les autres systèmes, le pirate il fait ce qui est simple.

              • l'intéret culturel de l'oeuvre est le plus souvent contestable. Chacun sa culture, mais si tout divertissement est culturel, faut-il offir un abonnement Dorcel TV à tout le monde ?

              Évidemment ! Et aux mineurs en primes!!!

              Si le cout de production est nul, pourquoi tout le monde ne créé pas d'oeuvres ? Ils s'en metteraient plein les fouilles sans contre-partie !

              je te recommande
              http://noob-tv.com/
              http://www.info-graphik.com/flanders/
              http://damned.next.free.fr/Damned/visiodrome.htm
              http://drhorrible.com/
              sinon le fameux pioneer one :)

              • Il est souvent question de la "mauvaise qualité de l'oeuvre" qui ne mérite pas qu'on la paye. Bizarrement les gens qui affirme que certaines oeuvres ne valent rien passent quand meme beaucoup de temps à se divertir avec.

              T'as jamais joué avec un vieux pneu trouvé sur le bord de la route? Joué sur une plage avec une pomme de pin en guise ballon? Ça ne vaut rien, mais qu'est ce qu'on passe comme temps avec :)

              Si les oeuvres des artistes sans producteur ne vous plaisent pas, c'est peut etre que les producteurs ont une valeur ajoutée que vous devriez reconnaitre.

              à part le financement et un gros régime de pub, rien L'un comme l'autre pouvant être remplacé.

              Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

              • [^] # Re: Merci Godard

                Posté par . Évalué à 0.

                Ce qu'il aime vraiment bien il achète.

                Et ce qu'il aime pas, il s'octroie le droit de le pirater ?

                Entre un clique (ou deux) et le truc est dans le pc prêt à l'emploi et les autres systèmes, le pirate il fait ce qui est simple.

                Il faut donc légaliser le piratage car c'est plus simple ?

                • [^] # Re: Merci Godard

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Et ce qu'il aime pas, il s'octroie le droit de le pirater ?

                  Fait toujours exprès de pas comprendre, globalement le pirate il va télécharger 20 trucs, et en acheter 3, celui qui pirate pas achètera moins. Globalement tout le monde est gagnant.

                  Il faut donc légaliser le piratage car c'est plus simple ?

                  Et améliorer l'offre? Ça t'es pas venu à l'esprit ou t'est juste un gros troll poilu des familles? Aller je t'aide Deezer et Jiwa avant qu'ils ne se fassent plomber par les majors...

                  Dans le genre connerie sans nom, il y a les séquences non zappable des DVDs vu uniquement par ceux qui les achètent.

                  Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                  • [^] # Re: Merci Godard

                    Posté par . Évalué à -1.

                    Globalement tout le monde est gagnant.

                    Ce qui est bizarre, c'est que c'est l'avis de tout les pirates mais d'assez peu de gens piratés. Mais tu vas faire toujours exprès de pas comprendre.

                    Et améliorer l'offre? Deezer et Jiwa avant qu'ils ne se fassent plomber par les majors.

                    Je ne vois pas en quoi c'est en contradiction avec ce que j'ai dit. Deezer et Jiwa existent toujours. Je suppose que ce qui ne te plait plus, c'est qu'ils soient payants ? Quand tu dis amélioration de l'offre, tu penses gratuité ? Tu ne serais pas juste un gros troll poilu des familles?

                    • [^] # Re: Merci Godard

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Tu lis un peut ce qu'on te dis?
                      Tu suis un peut le changement de ce services?

                      Le catalogue s'est appauvrit, et les sites sont devenus plus galère à utiliser et avec des limitations à la con

                      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                    • [^] # Re: Merci Godard

                      Posté par . Évalué à 9.

                      Sommaire

                      Globalement tout le monde est gagnant.

                      Ce qui est bizarre, c'est que c'est l'avis de tout les pirates mais d'assez peu de gens piratés. Mais tu vas faire toujours exprès de pas comprendre.

                      Entre ce qui est perçu (« Hé mais c'est ma musique que t'écoutes ! T'as payé pour ça au moins ?! ») et la réalité, y'a un monde. La « gratuité » qu'offre le p2p et autres moyens de téléchargement sur le net fait qu'effectivement plus de monde va sans doute écouter/télécharger une œuvre sans payer. Plein de monde va aussi acheter l'œuvre en question parce qu'ils ont découvert gratuitement l'œuvre. Ce qui dérange les artistes, j'ai l'impression, c'est que le nombre de gens qui écoutent sans payer et le nombre de gens qui finissent par acheter ne grandissent pas proportionnellement. Mais ce qu'ils oublient, c'est qu'au final, le nombre d'achat est TOUJOURS plus important que sans diffusion du tout via Internet (source : moi. Voir plus loin).

                      Je vais me répéter, mais bon allons-y, donnons quelques exemples.

                      Au bon vieux temps, on faisait comment déjà ?

                      Iron Maiden, ou « J'ai pas de sous pour payer 100FF un album de Maiden, je fais comment ?

                      Première copie de deux albums de Maiden quand j'ai 12 ans. Je ne sais pas ce qu'est le net à l'époque, et du coup je ... je ... ? Ah ben oui, j'exerce mon droit à copier une cassette audio vers une cassette vierge. Enfin, deux.

                      Metallica

                      Idem pour Metallica. Les deux groupes, je les connaissais parce qu'un pote m'avait un jour rapporté les cassettes en question en me disant que je devais écouter ça.

                      Bon, mais finalement à copier comme des gorets comme ça, on achète les CD oui ou merde ?

                      Lors d'un voyage chez les grands bretons, j'utilise un peu d'argent donné par mes parents pour acheter un album de Maiden, et un autre de Metallica. Les albums ne sont pas les mêmes que ceux que j'ai (légalement !) copiés. Mais j'ai bien payé des sous aux deux groupes.

                      À noter qu'acheter des cassettes audio n'est pas non plus totalement gratuit (~20-30FF pour 2 cassettes de 90 minutes si je me souviens bien).

                      Internet et Peer to Peer : ou comment satisfaire sa boulimie de musique

                      Tool un ch'tit groupe qu'il est bien (juste au niveau musical)

                      Fast forward. J'ai ~17 ans. J'ai Internet via le câble. Et on me parle de beaucoup de groupes que je ne connaissais pas : Nine Inch Nails, Tool, etc.

                      1. J'ai appris l'existence du groupe Tool il y a plus de 10 ans. On m'avait filé un CD de MP3 à l'époque.
                      2. J'ai commencé à écouter le bootleg qui se trouvait sur le CD deux ou trois ans après l'avoir acquis. J'étais encore un étudiant/lycéen sans le sou à l'époque.
                      3. Lorsque j'étais en stage, pas loin de cinq ans après avoir récupéré le CD de MP3 « original », j'ai acheté mon premier CD de Tool.
                      4. Deux ans plus tard, je réitérais (ça coïncide toujours avec des périodes où je suis rémunéré, de quelque façon que ce soit, c'est bizarre, hein?)

                      Nine Inch Nails, le groupe qui m'a fait dire « I wanna fuck you like an animal »

                      Pour Nine Inch Nails, c'est plus ou moins le même topo. À noter que Tool (et en particulier Meynard Keenan) sont des control freaks, à fond contre le « piratage », la copie, etc. Il faut vraiment que j'aime leur musique pour que j'achète leurs CD, même maintenant.

                      Au contraire, NiN (et donc Trent Reznor) s'est dégagé des majors dès qu'il a pu — i.e. dès que Reznor a eu suffisamment de sous et que la technologie a été suffisamment avancée pour qu'il puisse le faire. Au final, il propose ses albums sur le net (enfin ceux qui n'ont pas été produits avec son ancienne maison de disque) à des prix ridicules : gratuits, ou possiblement de l'ordre de 5$. Il a réitéré il y a peu avec la B.O. de The Social Network. Contre 5$, on obtient un enregistrement lossless de haute qualité. J'ai tout acheté. Au final, pas de CD, pas de packaging (sauf si on est prêt à payer ~20$), et trois albums payés 5$ pièce.

                      Et pourquoi pas ne pas écouter la musique à la radio ?

                      Je n'aime pas la musique que la plupart des radios françaises diffusent. Je n'aime pas la pub non plus. Même ici, aux USA, je n'écoute pas la radio car la pub est vraiment infernale (par contre il y a des stations qui diffusent de la musique que j'aime).

                      En fait, ma « radio » à moi, c'est Internet. Pas Deezer ou last.fm, non. Je télécharge les morceaux sur le net, en fonction de ce que j'ai entendu quelque part (chez un ami, à la télé, ou la radio¹ etc.), ou qui m'ont été recommandés. Parfois, c'est simplement que je copie des fichiers depuis le disque dur externe d'un ami². J'ai toujours fait ainsi : enregistrer un morceau depuis la radio sur une cassette, ou bien copier un CD ou une cassette sur une autre cassette, ou même plus tard copier d'un CD vers un autre CD.

                      Tous des pirates !

                      Je pense qu'il est bon de rappeler qu'on criait déjà au piratage, à l'assassinat, etc., du temps où la cassette audio a commencé à être commercialisée, et où les maisons d'édition/producteurs n'avaient plus le même contrôle absolu sur la marchandise qu'ils vendaient. Les industries du disque s'en sont pourtant relevées. L'avènement du CD a été une aubaine pour eux, puisque les graveurs étaient extrêmement chers à l'époque³. De même, la possibilité d'aller dans une vidéothèque et de louer une cassette vidéo, puis de copier celle-ci était parfaitement légale. Évidemment, les maisons d'édition n'étaient pas contentes. Mais je connais plein d'autres industries qui ne sont pas contentes parce qu'on ne les laisse pas vendre les produits comme elles l'entendent. Je suis sûr que Oracle serait très intéressé par forcer les gens à souscrire à un service de support pour toute installation de Java sur un OS ou un téléphone. Un opérateur téléphonique serait content de me forcer à souscrire à une assurance en cas de vol de mon portable à 1€ (assurance qui coûte 7€/mois, bien entendu)⁴.

                      J'ai tout entendu à propos du « piratage ». On m'a expliqué que « oui mais la différence entre le CD et la cassette, c'est que la cassette a un son dégradé par rapport au CD, donc la cassette c'est pas grave, mais le CD, si. Il ne faut pas autoriser la vente de graveurs. » Mais bien sûr. Je renvoie donc à ce que l'industrie disait à l'époque dans les années 50-60 à propos de la cassette (« voleurs », « pirates », etc.). Le CD était juste un nouvel outil pour contrôler la distribution des œuvres : la qualité de l'enregistrement n'a rien à voir avec tout ceci. Ensuite, lorsque Napster est arrivé, on a essayé de m'expliquer que « oui mais tu comprends, avant avec la cassette et le CD, c'était juste mano a mano, alors que là, c'est de la copie de masse ». Admettons. Mais à l'époque, vue la qualité des connexions Internet, on passait d'un format « parfait » (le CD) à un format avec pertes (MP3 128kbps), et donc exit l'excuse précédente du « Oui mais tu comprends le CD que tu copies tralala ».

                      Tous des vaches à lait, aussi.

                      Entre temps, la taxe sur les cassettes et CD a été généralisée à l'intégralité des supports de stockage. Je paie donc un droit à exercer mon droit à l'exception sur la copie privée (ou quelque soit le nom exact), qui me permet de copier des œuvres à titre privé.

                      Concernant le téléchargement sur Internet, le(s) juge(s) a tranché : télécharger une œuvre depuis Internet n'est pas condamnable. Mais télécharger vers Internet est de la contrefaçon. Ce qui signifie que globalement, des protocoles p2p tels que BitTorrent sont de facto des protocoles « illégaux » du point de vue de la loi française pour ce qui est de la copie d'œuvres via Internet. D'un point de vue purement technique (technique au sens du respect de la loi), je ne trouve rien à redire. D'un point de vue logique, je trouve ça débile. Le partage d'œuvres de l'esprit (pas forcément une œuvre d'art) est ce qui permet qu'elle se diffuse, et qu'elle soit visible. Et au final d'avoir plus de gens qui paient.

                      Et soit dit en passant, le bootleg qui m'a permis de connaître Tool et de finir par acheter leurs albums n'est pas (plus ?) commercialisé de nos jours. Idem pour les Nonnes Troppos, les VRP, et tout un tas d'autres groupes plus ou moins confidentiels qui ne ciblent pas le grand public directement.

                      [1] Je n'écoute pas la radio ou la télé, mais parfois elle mise en marche dans les coffee shops, dans la voiture d'amis, etc.
                      [2] Ce qui, selon moi, s'apparente à une exception à la loi sur le droit d'auteur en terme de copie privée. Mais IANAL, tout ça, tout ça.
                      [3] En 1994/1995, j'ai souvenir d'avoir vu des prix de l'ordre de 10'000FF — environ 1500€ — pour un graveur simple vitesse.
                      [4] Je sais, ces exemples ne sont pas les meilleurs qui soient, mais justement je trouve que montrer des exemples qui semblent absurdes permet de mettre en lumière que ce qui semble aller de soi pour certains est parfaitement incongru pour d'autres. Par exemple : si j'ai un appareil dont l'objectif est de pouvoir enregistrer et stocker des données (disons un magnétoscope), et qu'il est légalement autoriser de l'acheter, pourquoi est-ce que je n'aurais pas le droit de copier un film que j'ai loué ? Réponse : j'ai bien le droit.

                      • [^] # Re: Merci Godard

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        Les bonshommes de Iron Maiden sont super contents que tu apprécies ce qu'ils ont fait. Les gars de Metallica souhaitent te voir pendu.

                        • [^] # Re: Merci Godard

                          Posté par . Évalué à 3.

                          Yep. :) Je me souviens du procès Metallica/Napster. Je me souviens avoir aussi vu des américains métalleux pas contents du tout, et qui expliquaient avoir cassé tous leurs CD de Metallica et de jurer de ne plus acheter leur musique ni aller à leurs concerts à l'avenir. :)

                          • [^] # Re: Merci Godard

                            Posté par . Évalué à 5.

                            Ah bien voila la preuve que piratage == vente en moins !!! :D

                            Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

                  • [^] # Re: Merci Godard

                    Posté par . Évalué à -5.

                    Bien, appliquons ce raisonnement au soft.
                    Celui qui pirate va faire 20 infractions a la GPL, pour 3 contributions upstream. Globalement tout le monde est gagnant.
                    Heuuu, quoi? Ah non ça marche pas la?

                    Allez, poussons le raisonnement.
                    Le CEO qui a ramene +200% de chiffres d'affaires s'est aussi servi de 10 millions dans la caisse pour ses faux frais. Globalement, tout le monde est gagnant, non?
                    Ah non, ça marche pas la non plus?

                    Le médecin de génie qui trouve le vaccin contre le sida a bute sa femme, son amant et son chien. Bon, globalement, tout le monde est gagnant, non?
                    Non plus?

                    If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

              • [^] # Re: Merci Godard

                Posté par . Évalué à -5.

                Si quelqu'un dépense pour acheter toute la boue qu'il télécharge, son budget tiendra pas.

                Je peux te poser une question?

                Si c'est de la boue, pourquoi il le telecharge en premier lieu?
                Pouquoi il le garde sur son disque dur?
                Serait il possible que ce contenu ne soit pas tant de la boue que ça, que le pirate est juste une grosse feignasse qui veut pas se lever son cul pour aller a la médiathèque et prefere tout pomper sur son disque dur pour gratis?

                Tiens au passage, si le partage de la culture est si important, on se demande bien pourquoi ces défenseurs de la culture ne vont pas a la médiathèque, c'est l'endroit parfait pour échanger la culture et faire bouillonner les idées.

                If you can find a host for me that has a friendly parrot, I will be very very glad. If you can find someone who has a friendly parrot I can visit with, that will be nice too.

                • [^] # Re: Merci Godard

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Si c'est de la boue, pourquoi il le telecharge en premier lieu?

                  Je n'ai pas l'arrogance de prétendre que mes goûts sont universels.

                  Serait il possible que ce contenu ne soit pas tant de la boue que ça, que le pirate est juste une grosse feignasse qui veut pas se lever son cul pour aller a la médiathèque et prefere tout pomper sur son disque dur pour gratis?

                  Ce serait exact si les plus gros téléchargeurs n'étaient pas non plus les plus gros acheteurs; il fait simplement un choix sur là où il met des sous

                  Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

            • [^] # Re: Merci Godard

              Posté par . Évalué à 0.

              faut-il offir un abonnement Dorcel TV à tout le monde ?

              Bah écoute, si tu proposes :o
              -> []

              Si le cout de production est nul, pourquoi tout le monde ne créé pas d'oeuvres ?

              Coût de production... J'entends, coût de reproduction/copie. Une fois l'objet obtenu, en obtenir un deuxième identique est nul. Contrairement aux objets matériels.

              Il est souvent question de la "mauvaise qualité de l'oeuvre"
              quand je parlais de "contenu facilement duplicable sans coût et de qualité souvent douteuse"
              Je pensais plutôt aux mp3 avec DRM et/ou avec un encodage médiocre. J'aurais dû préciser.

              • [^] # Re: Merci Godard

                Posté par . Évalué à -2.

                J'entends, coût de reproduction/copie.

                Si il faut que chaque copie soient gratuite, le 1er a acheter le DVD de pirates des caraibes va devoir payer tres cher pour un seul DVD !

                • [^] # Re: Merci Godard

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Tu es vraiment de mauvaise fois ! à ce niveau c'est même plus du troll !

    • [^] # Re: Merci Godard

      Posté par . Évalué à 6.

      C'est une dédicace aux développeurs du libre ?

      Pas forcément. Il ne remet pas en cause le don. Par contre, il remet en cause l'idée de faire aveuglément confiance à la bonté et/ou à l’honnêteté d'autrui pour vivre.

      Les développeurs du libre ne travaillent que rarement pour rien : ils travaillent pour rêgler un problème qu'ils ont ("scratch your own itch"), pour se faire un nom, pour une idée, etc.

      Le monde de la culture aujourd'hui ressemble beaucoup à "je fais une œuvre sans me poser la question de sa rentabilité, et ensuite je demande à la société de faire en sorte que cette œuvre m'assure un revenu".

      Et ça, j'avoue ne pas être fan : si tu as envie de faire un film "classé Divx" (i.e. qu'on est prêt à voir gratuitement, mais certainement pas à payer pour), libre à toi, mais si tu espères gagner ta vie avec tu es "idiot".

      • [^] # Re: Merci Godard

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Le monde de la culture aujourd'hui ressemble beaucoup à "je fais une œuvre sans me poser la question de sa rentabilité, et ensuite je demande à la société de faire en sorte que cette œuvre m'assure un revenu".

        En faisant des œuvres en tenant compte de leur rentabilité, on pond des soupes insipides. C'est très souvent le cas.

        • [^] # Re: Merci Godard

          Posté par . Évalué à 3.

          En faisant des œuvres en tenant compte de leur rentabilité, on pond des soupes insipides. C'est très souvent le cas.

          C'est là la grosse erreur, à mon avis. C'est encore vrai, et ça le sera un temps. Mais pas indéfiniment. Cela fait une dizaine d'années que j'ai commencé à avoir accès, comme beaucoup, à des films "piratés" (et je tiens aux guillemets). Et c'est de là que nous était venue l'expression "classé divX" pour un film : des trucs qu'on verrait bien, mais certainement pas assez fort pour payer une place de cinéma. Des trucs qu'on regardera si ça passe à la télé, qu'on voit le DVD en promo, ou qu'un pote nous passe le Divx.

          C'est finalement juste la loi du marché. Sans même parler de Divx, la quantité de films que bien des gens ont à disposition (soit des DVDs qu'ils n'ont pas encore regardés, soit ceux qu'il peut emprunter dans la DVDthèque du voisin, ...) fait que la grosse bouse n'a plus aucune chance de percer au cinéma.

          Avec un bémol majeur, lié à la définition même de "bouse" : le gros blockbuster qui ne te branche pas forcément, il peut avoir ses chances au cinéma. Juste parce qu'il propose quelque-chose que les gens sont prêts à payer 10€ : un bon moment passé avec des potes, des jolies filles à reluquer, une immersion dans un univers qu'ils aiment bien, etc.

          Aujourd'hui, à mon sens, faire un film (ou une oeuvre) sans se préoccuper de son public, et espérer que le-dit public paye pour y accéder, c'est illusoire. Ce peut-être dommage - et de toutes façons les mécanismes de financement du cinéma français permettront à cette illusion de durer encore quelques temps - mais c'est la conséquence logique de la possibilité d'un accès gratuit - fut-il illégal - aux produits culturels.

          • [^] # Re: Merci Godard

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Je ne parle pas de faire un film sans se soucier du public, je parle de faire un film par amour du cinéma et pas pour gagner des sous.

            Fut un temps je lisais pas mal d'interviews de réalisateurs de film "divx" (les direct-to-dvd). Ces mecs ne sont pas des passionnés (pour la plupart j'entends), mais des gens super blasés qui bâclent leurs films parce que ça les gonfle (mais faut bien bouffer).

          • [^] # Re: Merci Godard

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            [...], des jolies filles à reluquer, [...]

            Et le pire, c'est que c'est parfois justement ça qui a coûté le plus cher dans le film.

      • [^] # Re: Merci Godard

        Posté par . Évalué à 3.

        Le monde de la culture aujourd'hui ressemble beaucoup à "je fais une œuvre sans me poser la question de sa rentabilité, et ensuite je demande à la société de faire en sorte que cette œuvre m'assure un revenu".

        Heu, là tu inverses carrément l'ordre des choses, j'espère que tu te rends compte. Non, les artistes ne posent pas une oeuvre sur la table pour demander ensuite "Payez moi". Ils prennent contact avec un éditeur, qui va leur proposer un contrat, et qui va vendre des copies de l'oeuvre en marquant dessus "Interdit de pirater."

        Et il y a quelque chose qui me dérange beaucoup dans le discours qui légitime le téléchargement illégal, c'est cette double étiquette qu'on colle sur la culture:

        Tantôt, on en fait un droit fondamental (à plus haut titre que la nourriture, je n'ai tjs pas vu de proposition pour garantir l'accès à la bouffe), et attention: ce droit s'appliquerait à toute la culture. Autrement dit, on part du constat parfaitement exact qu'un humain a besoin de savoir et de culture, pour glisser vers un supposé droit à voir gratuitement le film qu'il a envie de voir.

        Et tantôt, on en fait quelque chose qui vaut peanuts, c'est à dire qu'on parle de films "classés DivX".

        Je pose la question sans détour: le film "classé DivX" qui ne vaut pas la peine de dépenser 15€ pour y accéder légalement, il fait également partie du Sacro Saint Droit au Savoir et à la Culture?

        C'est pas pour dire, mais si t'en as tellement besoin, tu peux peut-être trouver 15€ non?

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Merci Godard

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          y'a quand même des artistes qui réalisent leurs oeuvres sans chercher des contacts avec un éditeur...

        • [^] # Re: Merci Godard

          Posté par . Évalué à 2.

          C'est pas pour dire, mais si t'en as tellement besoin, tu peux peut-être trouver 15€ non?

          Non.

          • [^] # Re: Merci Godard

            Posté par . Évalué à 2.

            Ok. Donc chacun des films existant est davantage nécessaire que 15€ de bouffe.

            Je ne suis pas d'accord :)

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Merci Godard

              Posté par . Évalué à 5.

              Sommaire

              Ben 15€ de bouffe, c'est beaucoup. Pour chaque tranche de 15€ de bouffe, je pourrais ne dépenser que 10€, et pour chaque groupe de trois tranches obtenir 2 CD de « vieille » musique, ou un CD de nouvelle (ou bien un DVD « budget » toutes les deux tranches, et un DVD « nouveau film qui vient de sortir » toutes les quatre tranches). :-P Évidemment, il est possible que je veuille savoir à quoi ressemble la musique de l'artiste avant d'acheter quoi que ce soit.

              En fait, je vais passer mon temps à faire des réponses-fleuves pour ce journal je pense. :)

              De la distorsion du regard des gens vis à vis de la copie

              Du droit à la copie privée

              Plus sérieusement, le problème à mon sens, c'est que les gens oublient qu'il fut un temps où copier de la musique ou de la vidéo n'était pas considéré comme le mal absolu. En fait c'est ça qui est rigolo : si je copie des CD/DVD en passant par le medium physique (disons en passant par un copain), alors que ça a été légal pendant des décennies, désormais on (« on » = le grand public) me considère comme un « pirate » alors que j'ai le droit. Ce qui a fait que les majors ont recommencé à gueuler, et que les gens oublient, ce n'est pas Napster. Napster, ça a été la goutte d'eau. Non, les majors avaient gueulé très fort dès que Phillips ou HP (je ne me souviens plus) avait commencé à faire de la pub pour faire « vos propres compils » (avec un bon gros chiffre de ventes qui s'en est suivi¹).

              De l'habitude d'accumulation et de collection

              Napster est venu ensuite et bien entendu ça a fait chier les majors de nouveau, parce que le niveau de copie a atteint des sommets « industriels ». Ils oublient un truc dans l'affaire :

              1. Quand je télécharge 600MiB de MP3 remplis de musique que je ne connais pas (ou juste « de loin ») en une nuit, il n'est pas garanti du tout que j'écoute le tout.
              2. En fait il est même quasiment certain que la majorité de la musique ainsi téléchargée ne soit pas écoutée au final.
              3. Les gens qui téléchargent comme des gorets le font parce qu'ils le peuvent. Ils téléchargent en gros, mais ça ressemble plus à de la collectionnite aiguë qu'autre chose². 90% de ce qu'ils téléchargent ne sera jamais réellement écouté.

              Concernant les films, c'est quasiment la même chose : on télécharge 284319048 films, en se disant « je le télécharge maintenant, et je regarderai plus tard ». Plus tard arrive parfois, et parfois l'espace disque qui se réduit contraint l'utilisateur à effacer des DivX. Et je trouve ça de bonne guerre.

              Du besoin de contrôle des médias

              Je ne suis plus en France pour le moment, mais quand j'avais Free sans télé, j'ai moyennement apprécié que TF1 et M6 suppriment leur chaîne de « free TV »³. J'ai aussi moyennement apprécié qu'ils autorisent la diffusion de leurs programmes sur le boitier TV, mais que l'enregistrement soit uniquement accessible via un machin qui chiffre sur le HDD de la freebox. Parce qu'avant, avec mon magnétoscope, je pouvais enregistrer légalement les programmes. Sous prétexte que je pourrais « diffuser le contenu sur Internet », ils m'empêchent de faire ce que j'avais le droit de faire avant.

              Et le pire dans tout ça : il existe des alternatives viables

              Donc oui, payer 15€ pour un DVD ça me fait mal au cul. Je le fais régulièrement hein (mais plus trop fréquemment, parce que je peux mater pas mal de choses grâce à Hulu et Netflix ici, pour un coût ridiculement bas: gratuit pour Hulu (1 minute de pub toutes les 15-20 minutes de programme, c'est correct comparé à la télé, même française), 7$ pour Hulu+ (et sans pub) ~8$ pour Netflix (auquel je n'ai pas souscrit, mais beaucoup le font). Le tout par mois, bien entendu. Et tant que je souscris, je peux mater 1000 fois le même truc si j'ai envie. Du coup, les séries/films que je veux vraiment garder « pour moi », je les achète en DVD, parce qu'il s'agit d'un bien plus petit ensemble. Bref tout le monde est gagnant.

              L'autre avantage des solutions à la hulu(+)/netflix est que c'est un système qui ne s'attache pas au matériel. Je ne pense pas qu'on puisse se logger depuis deux endroits distincts (ce qui est de bonne guerre), mais au moins mon compte me suit partout. Donc même si un pote ne souscrit pas au service, je peux le lui apporter avec moi, et me connecter via son ordinateur. Et ça, c'est une vraie valeur ajoutée qui en fait quelque chose de « mieux » que simplement télécharger les films : pas besoin de trimballer un quelconque HDD portable ou un ordinateur.

              Donc, pour bien enfoncer le clou, oui, payer 15€ un DVD quand je sais qu'il existe de bien meilleures alternatives, ça me gonfle.

              [1] Oui je sais, il existe le verbe « s'ensuivre », mais il n'est pas obligatoire de l'utiliser. Na.
              [2] En fait j'ai connu ça avec certaines personnes qui « collectionnaient » les logiciels piratés de grands noms, genre 3D Studio, Autocad, etc., principalement parce que le fait de pouvoir se dire « j'ai l'équivalent de 30'000 brouzoufs de logiciels en disquettes 3"½ » leur faisait chaud au cœur. Et peu importait que leur 486 avec 4MiB de RAM soit insuffisant pour faire tourner lesdits softs.
              [3] J'aime NCIS. Je sais, c'est mal, c'est une série caca. So sue me. :P

        • [^] # Re: Merci Godard

          Posté par . Évalué à 5.

          Le monde de la culture aujourd'hui ressemble beaucoup à "je fais une œuvre sans me poser la question de sa rentabilité, et ensuite je demande à la société de faire en sorte que cette œuvre m'assure un revenu".
          Heu, là tu inverses carrément l'ordre des choses, j'espère que tu te rends compte. Non, les artistes ne posent pas une oeuvre sur la table pour demander ensuite "Payez moi". Ils prennent contact avec un éditeur, qui va leur proposer un contrat, et qui va vendre des copies de l'oeuvre en marquant dessus "Interdit de pirater."

          Il y a quand même une tendance des "artistes" à croire que tout ce qu'ils font mérite salaire, peu importe la qualité. Juste l'expression "financement de la création" m'exaspère. Personne n'a besoin d'un financement pour créer, tout le monde est capable de créer à coût quasi nul (même si ça reste à l'état d'idée). Cette expression fait croire qu'il faut forcément des sous a priori. Non, il en faut pour concrétiser un projet de création (disque, film), et c'est le rôle des maisons de productions d'assurer ce financement, en filtrant les projets. Malheureusement, elles ne jouent plus ce rôle. Elles sont devenus des usines à marketing, on lance un produit (l'"artiste" avec son "nouvel album", qui est souvent le premier et le dernier), on bourrine le crâne des ados pour qu'ils achètent, on jette et on passe à un autre produit. C'est ça qu'on veut financer ? C'est ça la création ? Non merci, pas pour moi. Les maisons de productions veulent supprimer leur prise de risque en la faisant financer par la société. Dans ces cas là, à mon sens, plus besoin de maisons de production, elles peuvent crever.

  • # Demande de complément sur le revenu universel

    Posté par . Évalué à 5.

    L'idée d'un revenu suffisant pour tous est alléchante, plus de misère mais comment on le finance ce revenue ?
    On fait tourner la planche a billet encore plus que maintenant (comment on empêche l'inflation que ça induit) ou on taxe ce qui on envie de gagner plus que le revenue de base et alors il faut suffisamment de gens qui est envie de gagner plus pour donner un smic a tous.
    Je suis loin d'être un as en économie mais je vois mal comment on peut faire marcher le système en pratique.

    • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      L'idée d'un revenu suffisant pour tous est alléchante, plus de misère mais comment on le finance ce revenue ?
      On fait tourner la planche a billet encore plus que maintenant

      Au moins en partie par création monétaire. Pas simplement en créant de l'argent nouveau par-dessus le système actuel, mais en déplaçant cette création monétaire : en interdisant à des acteurs privés de le faire.

      Actuellement, ce sont des banques privées qui créent l'argent ex-nihilo (lorsque vous faites un prêt). C'est totalement injuste.

      Je vous conseille cette petite fable, très intéressante :
      L'Île des naufrages

      Pour moi la vrai question est la suivante.
      Lorsqu’on augmente la masse monétaire (« on crée de l’argent »), comment cela doit-il se passer : on donne tout cet argent créé à quelques acteurs privés et rien aux autres, qui devront le gagner et l’emprunter avec intérêts à ceux qui en bénéficient, ou alors on distribue cette augmentation à tout le monde équitablement ?

      Ça, c'est pour la partie "on enlève l'injustice de création monétaire". Si la création monétaire est distribuée à chacun, alors l'argent n'est plus "dette", et ne doit plus être inévitablement redonné aux banques, avec intérêts (qui sont eux-mêmes crées par les banques, par des prêts futurs!).

      Ensuite, peut-être que cette partie ne sera pas suffisante, et qu'il faudra d'autres redistributions. Mais en tout cas, elle est nécessaire.

      comment on empêche l'inflation que ça induit

      Concernant l'inflation, qu'elle soit au bénéfice de quelques uns ou au bénéfice de tous, c'est de l'inflation. Sauf que dans le premier cas, c'est un problème pour tous ceux qui n'en bénéficient pas, dans le second, ce n'est pas forcément un problème.

      blog.rom1v.com

      • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Actuellement, ce sont des banques privées qui créent l'argent ex-nihilo (lorsque vous faites un prêt).

        Je croyais que c'était fait en lien avec la Banque Centrale (pour la zone euro la BCE)? Et que les banques lui empruntent l'argent qu'elle prête (en augmentant le taux d'intérêts)?

        "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

        Posté par . Évalué à 5.

        Je suis une grosse buse en économie, mais il me semble que c'est justement parce que tout le monde n'a pas d'argent que ça a de la valeur.
        Je tente de m'expliquer : la valeur d'un bien ou d'un service est a peu pres déterminée en fonction l'offre et de la demande.
        Si tu me file 1500 euros par mois sans contrepartie, combien faudra-t-il me donner pour que j'aille faire l'éboueur ? ou pour me peter le dos à ramasser des carottes ? ou pour monter un mur ? Et le type qui a des carottes, il n'ajuste pas ses prix parce qu'il y'a beaucoup de gens qui ont faim mais peu qui travaillent ? Comme le prix de la carotte augmente, mon indemnité augmente ? Si oui, ou s'arrete-t-on ? Si non, je suis obligé de travailler alors ?..

        • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

          Posté par (page perso) . Évalué à 5.

          il me semble que c'est justement parce que tout le monde n'a pas d'argent que ça a de la valeur

          Ou plus précisément parce qu'il n'y en a pas une quantité illimitée. Oui.
          Ce qui importe, c'est la part que tu possèdes par rapport à tout l'argent en circulation.

          Si tu me file 1500 euros par mois sans contrepartie, combien faudra-t-il me donner pour que j'aille faire l'éboueur ?

          Très bonne question. Je te conseille cet article sur OWNI :

          Une autre objection immanquablement suscitée par le revenu de base, « Mais qui fera les sales boulots ? », constitue à elle seule un aveu terrible, fait-elle remarquer : « La poser, c’est admettre qu’il nous faut une catégorie de population suffisamment vulnérable pour ne pas pouvoir refuser les boulots dont nous ne voulons pas. » Les solutions possibles données par les partisans du revenu garanti varient assez peu. Il y en a trois : les faire soi-même, les automatiser et les rationaliser, ou enfin reconnaître leur utilité sociale et les payer en conséquence, de façon à les rendre attractifs sur le plan financier.

          mais peu qui travaillent

          Beaucoup pensent que s'il y a de la pauvreté, c'est qu'il n'y a pas assez de travail effectué pour satisfaire tous les besoins. Mais c'est faux, il n'y a juste pas l'argent pour les échanger. Je te conseille le début de ce texte de Larkin.

          Et on le comprend facilement, quand on voit la schizophrénie du système :
          - il faut travailler pour satisfaire les besoins
          - il faut créer de nouveaux besoins pour avoir du travail

          D'un côté, il faut être plus efficace pour satisfaire les besoins, c'est très bien. Et de l'autre, il ne faut surtout pas satisfaire les besoins car alors il n'y a plus d'emploi. Une conséquence typique est l'obsolescence programmée (voir absolument le documentaire d'Arte "Prêt à jeter").

          Mais l'emploi n'est pas un but, comme beaucoup le pensent (il suffit de voir les réactions ici et là concernant l'annonce de Foxconn de remplacer ses employés par des robots).
          Le travail est un moyen : il permet de surmonter les obstacles à la satisfaction des besoins. Regretter la trop grande facilité avec laquelle les obstacles sont franchis (car alors il y a moins de travail pour y parvenir), c’est vouloir combattre le but pour préserver le moyen, comme l’explique Frédéric Bastiat dans le deuxième chapitre de « Sophismes Économiques ».

          blog.rom1v.com

          • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

            Posté par . Évalué à 1.

            Les solutions possibles données par les partisans du revenu garanti varient assez peu. Il y en a trois : les faire soi-même, les automatiser et les rationaliser, ou enfin reconnaître leur utilité sociale et les payer en conséquence, de façon à les rendre attractifs sur le plan financier.

            J'avais lu ce passage et je ne vois pas en quoi il répond à la question :
            - Est-ce que le vendeur de carotte est libre de fixer le prix de ses carottes ?
            - Comment garantis-tu que l'allocation versée permettra toujours à tout le monde de s'acheter des carottes ?

      • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

        Posté par . Évalué à 3.

        Pour moi la vrai question est la suivante.
        Lorsqu’on augmente la masse monétaire (« on crée de l’argent »), comment cela doit-il se passer

        Pour moi la vraie question est plutôt la suivante :
        Est ce que la masse monétaire a vocation à toujours augmenter ?

        Plutôt que de chercher comment la répartir, ne devrait-on pas chercher à savoir s'il est utile qu'elle augmente ?

        Comme tu l'as dit, la masse monétaire augmente quand les banque créent de la monnaie en accordant des prêts[1]. La banque prête le principal, le client rembourse le principal et les intérêts. Les intérêts n'existaient pas avant et sont une manne nouvelle pour la banque (d'où la création d'argent).

        Mais comment le client rembourse tout ça ?

        Par son revenu, en général le travail.

        Qu'est ce qui permet de rembourser plus que ce qu'il a emprunté ?

        La croissance.

        Or est ce qu'on peut être en croissance perpétuelle dans un monde aux ressources limités ?

        Je ne pense pas.

        Et plutôt que de continuer à conserver un système instable qui passe son temps à alterner crises et croissances irrégulières, ne pourrait-on pas chercher un système stable qui ne cherche pas la croissance à tout prix ?

        [1] À ce propos, je vous invite à regarder le documentaire « l'argent dette » de Paul Grignon : http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Argent_Dette

        • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Pour moi la vraie question est plutôt la suivante :
          Est ce que la masse monétaire a vocation à toujours augmenter ?

          Une très bonne question.

          Effectivement, une partie essentielle est de corriger le système inique de création monétaire, où des acteurs privés créent de l'argent ex-nihilo. On pourrait alors se dire "dans ce cas, il faudrait ne pas augmenter la masse monétaire".

          Mais il y a des raisons qui justifient qu'on continue à le faire (mais différemment). Une très importante, c'est pour respecter l'"égalité dans l'espace-temps" définie dans la Théorie Relative de la Monnaie. En gros, ne pas désavantager les générations futures par rapport aux générations anciennes face à la création monétaire. Et puis, il ne faut pas qu'il "manque" d'argent pour certains. Cette création peut être vue comme une petite redistribution des richesses (je détaille un peu dans un commentaire).

          blog.rom1v.com

        • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Est ce que la masse monétaire a vocation à toujours augmenter ?

          L'argent sert de valeur symbolique et sa masse a vocation à être en adéquation avec les valeurs réelles et plus particulièrement en adéquation avec leurs échanges.

          Or est ce qu'on peut être en croissance perpétuelle dans un monde aux ressources limités ?

          On ne peut probablement pas, mais certaines ressources sont virtuellement illimitées, comme l'énergie ou les ressources de type service. Ces ressources interviennent dans les échanges économiques et doivent être représentées par de l'argent.

          • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

            Posté par . Évalué à 4.

            certaines ressources sont virtuellement illimitées, comme l'énergie

            L'énergie est illimitée ‽

            • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              L'énergie solaire, l'énergie géothermique, l'énergie éolienne, l'énergie marémotrice (des marées) et l'énergie potentielle hydrolique (qui actionne les barrages de retenue) sont, du moins en ce qui concerne notre civilisation et les dix ou douze suivantes, inépuisables.

              En ce qui concerne leur utilisation on a encore quelques progrès à faire, c'est vrai!

              • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

                Posté par . Évalué à 4.

                Ok, ce que tu appelles illimité, c'est renouvelable.

                Ce n'est malheureusement pas illimité. Sans quoi, on n'aurait probablement presque plus de consommation de pétrole, de charbon, de gaz et de nucléaire.

                • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

                  Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                  Ok, ce que tu appelles illimité, c'est renouvelable.

                  On les appelle habituellement renouvelables, mais ce qui les caractérise c'est leur abondance, qui en pratique les rend illimitées. Par exemple, d'après nos savants le soleil devrait briller encore plusieurs milliards d'années, donc à notre échelle, un temps infini. Pour les autres énergies, c'est à peu près pareil.

                  Ce n'est malheureusement pas illimité. Sans quoi, on n'aurait probablement presque plus de consommation de pétrole, de charbon, de gaz et de nucléaire.

                  C'est bien illimité mais ça a des propriétés différentes: pour les énergies fossiles on a de bonnes propriétés de stockage et de gestions de l'alimentation (une alimentation continue est possible) ce qui n'est pas forcément le cas des autres énergies.

                  En principe nous disposons d'un stock illimité d'énergie, mais on maîtrise plus ou bien bien les sources: l'accès à cette énergie peut devenir plus difficile, mais n'a pas de raison de disparaître.

                  • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Ce n'est pas parce que l'énergie du soleil est, de notre point de vue, illimitée, que sa puissance l'est.

                    Autrement dit, il y a deux problèmes:

                    • s'assurer un approvisionnement sur le long terme (donc, s'appuyer sur le soleil, les forces de marée),

                    • ne pas consommer plus de puissance qu'on n'arrive à en capter.

                    Avec la sacro-sainte "croissance", on finirait par en arriver à la nécessité d'une "sphère de Dyson" autour du Soleil.

                    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

                • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

                  Posté par . Évalué à 3.

                  L'énergie en elle-même peut effectivement être considérée comme illimitée, mais ça n'a pas grand intérêt.

                  Ce qui est intéressant, c'est la puissance, soit la quantité d'énergie disponible par unité de temps. Et ça, ce n'est pas du tout illimité.

    • [^] # Re: Demande de complément sur le revenu universel

      Posté par . Évalué à -1.

      J'aimerais bien avoir une réponse claire à cette question. Pour l'instant, quand je pose la question, on me répond qu'il y a déjà des réponses. Voir sur Wikipédia.

      Owni.fr a publié un article, Monnaies virtuelles: une révolution fiscale?, assez fascinant à ce sujet. Si je force le trait, leur thèse est que l'apparition de Bitcoin et des monnaies décentralisées va nécessairement empêcher à moyen/long terme l'imposition sur le revenu en fonction du revenu. Donc obligation de donner à tous de quoi subvenir à ses besoins.

  • # A lire aussi

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Cette interview de Jean-Luc Godard m'a rappelée celle de Francis Ford Coppola qui a déclaré que la vocation d'un artiste n'est pas de gagner de l'argent :

    http://www.numerama.com/magazine/17950-qui-a-dit-que-les-artistes-devaient-faire-de-l-argent-s-interroge-coppola.html

    • [^] # Re: A lire aussi

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      la vocation d'un artiste n'est pas de gagner de l'argent

      Très bien, mais c'est un peu pareil pour tout le monde non? Il n'y a pas beaucoup de professions dont la vocation est de gagner de l'argent!

    • [^] # Re: A lire aussi

      Posté par . Évalué à 2.

      Cela dit, quand on l'interroge sur Le parrain III, il répond qu'il faut bien manger de temps en temps ...

    • [^] # Re: A lire aussi

      Posté par . Évalué à 4.

      Et généralement, ce sont les réalisateurs qui gagnent le plus qui le disent...
      Bizarrement, moi, quand je fréquente des petits réals, des petits monteurs, des petits gens des plateaux, leurs vocations, c'est de pouvoir finir leur fin de mois, au moins. Ou de pouvoir trouver des financements pour leurs films.

  • # On s'en fiche!

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Que les entreprises du cinéma et de la diffusion de disques périclitent, ce n'est pas le dernier ni le premier changement dans l'économie de la culture: bientôt la revanche du théâtre, de l'opéra et des concerts?

  • # Lapin compris

    Posté par . Évalué à 1.

    Je ne comprends pas vraiment certain point de la discussion.

    Si on a une licence globale rediffusé aux fournisseurs d’œuvre suivant le nombre de téléchargements (avec éventuellement un prorata sur te temps de l’œuvre pour les musiques et vidéo avec une limitation à 2 ou 3h maximum : genre moins de 10mn prorata 1, +1 par 10mn et on arrête à 3h).

    L'amateur peut vu touchera un peu,
    le film peu vu touchera un peu plus
    l'amateur très vu encore plus
    et le film très vu serait payé en conséquence...

    Comme je suis pas sur d'être clair sur le prorata je pensai un peu au nombre de part sur le partage d'un butin, si il y a 3 œuvres, et une cagnotte de 20 000€:
    - film 2mn vu 1000 fois= 1000 part
    - film 1h vu 1000 fois= 6000 part
    - film 5mn vu 3000 fois = 3000 part
    soit un total de 10 000 part, soit un partage à 2€ la part.
    Bon ,ça reste un exemple simple et il faudrait probablement des limites un peu partout...
    durée nombre de part etc... par par planche pour les bd, par photo par caractères pour les livres. Mais ça devrait bien être possible!

    • [^] # Re: Lapin compris

      Posté par . Évalué à 3.

      tut tut tut tut...

      Une répartition type logarithmique me semblerait plus pertinente. Cela permetterait la diversité, plutôt que d'avoir que des trucs qui cherchent un maximum d'audience.

      Il ne faut pas décorner les boeufs avant d'avoir semé le vent

  • # Rémunération des "artistes"

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Un des problèmes est que les "artistes" (je mets cela entre guillemets car la définition de l'art est subjective) ou auteurs peuvent toucher de l'argent sur leurs œuvres pendant 70 ans après leur mort (du moins en France).

    Les chanteurs, compositeurs, écrivains,... comptent parmi le peu de professions où ce droit s'applique et pourtant ce sont loin d'être les seuls créateurs dont le travail sera utilisé pendant des années ou des décennies. Amis cobolistes, si vous aviez eu le même privilège, vous seriez riches à ce jour. Ce privilège devrait être modifié. Voici ma proposition faite "à la va-vite" et dont les paramètres pourraient être ajustés selon la réalité.

    Un artiste passant par une maison de disque ou une maison d'édition devrait toucher pour chacune de ses œuvres un salaire fixe négocié avec cette même maison. Si la distribution de l’œuvre n'arrive pas à faire gagner suffisamment d'argent à la maison de disque tant pis pour sa gueule. C'était à elle de mieux négocier salaire et gérer les dépenses.
    Pendant disons 3 ans, s'il y a des bénéfices réalisés, ils peuvent aller à l'artiste selon un pourcentage négocié avec la maison de disque ou d'édition.
    Passé 3 ans jusqu'à 6 ans, ce pourcentage des bénéfices ne va plus à l'artiste mais va à la maison de disque dans un fond pour promouvoir de nouveaux auteurs. Ce fond doit être contrôlés pour s'assurer que c'est le cas et que cela ne part pas dans d'autres frais.
    De 6 ans à 20 ans, l’œuvre devient ouverte à tous, ce qui ne veut pas dire dans le domaine public. Celle-ci devient distribuable, modifiable, réinterprétable par qui veut bien tant que la source est citée et en s’acquittant de payer un pourcentage sur les bénéfices engendrées par ces actions. Celui-ci va dans un fond public d'aide à la culture pour aider les nouveaux artistes, pour l’organisation de festivals et autres trucs en rapport avec le domaine culturel.
    Passé 20 ans, l’œuvre tombe dans le domaine public.

    Si l'artiste meurt, tout ce qui devrait lui revenir va dans le fond public à la culture (sauf salaire dû). Les ayants-droits ne touchent rien comme dans n'importe quelle autre profession. L'héritage est là pour ça.

    Pour les artistes qui ne veulent pas passer pas une maison de disque ou d'édition, la logique reste la même en considérant qu'il est sa propre maison et donc les sommes revenants à la maison lui reviennent. Par contre il n'y a plus de notions de salaire fixes. Après 6 ans, il ne touche plus rien en tant qu'auteur de son œuvre. Par contre rien ne l’empêche de toucher en tant que distributeur mais une partie de ses bénéfices ira au fond public après 6 ans.

    Voilà, mon idée est peut-être tordue mais un truc du genre me paraît plus juste que le fait qu'un jeune qui n'a jamais connu son grand-père puisse toujours recevoir magiquement de l'argent de sa part pour un truc qu'il avait fait il y a 60 ans. Et tout autant, ça me choque qu'un mec qui a fait un truc ado il y a 60 ans touche de l'argent dessus alors que d'autres personnes arrivent à l'age de la retraite mais continue de travailler car ils ne vont pas pouvoir toucher suffisamment après avoir pourtant travaillé pas loin de 50 ans comme des tarés.

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Rémunération des "artistes"

      Posté par . Évalué à 2.

      Avec tes propositions, y'en a qui vont faire la gueule à St Trop' ;)

      • [^] # Re: Rémunération des "artistes"

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Ma proposition n’empêchera pas d'aller se faire des couilles en or pendant les premières années ou pendant les concerts ou soirées privées. Donc pour reprendre un épisode de South Park, certains ne pourront pas se payer leur piscine olympique privée cette année mais probablement l'année prochaine. Les pauvres :,(

        L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Rémunération des "artistes"

      Posté par . Évalué à 0.

      Ah my gad, il ne me reste plus d'avis pour te pertinenter, mais l'esprit y est !

    • [^] # Re: Rémunération des "artistes"

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      le problème n'est pas de propose des solutions mais juste d'être en mesure de les faire passer et là c'est pas du gâteau !!! Ca se saurait si c'était facile de changer :-)

      • [^] # Re: Rémunération des "artistes"

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Forcément, ceux qui ont le pouvoir sont ceux qui profitent de ce genre de privilèges ou ont des amis qui en profitent donc ils ne vont pas voter pour les faire disparaître. Mais ce journal montre qu'ils ne sont pas tous égoïstes et certains seraient près à changer alors je fais tout de même des propositions, on ne sait jamais :)

        Je préfère ceux qui font des propositions qui ont peu de chances d'être suivies que ceux qui n'en font pas car ils pensent qu'elles ne seront jamais suivies. Spéciale dédicace à mon entreprise _o/

        L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Rémunération des "artistes"

      Posté par . Évalué à 1.

      Les droits d’auteurs liés à l’enregistrement de la performance d’un « interprète » (chanteur, musicien, acteur) tombent seulement après 50 ans de durée de vie de l’enregistrement. Si cet enregistrement ne fait pas l’objet d’autres droits d’auteurs que ceux du ou des interprètes alors on peut le copier librement.

      Il y a un exemple : pour la musique classique, il existe beaucoup d’enregistrements de plus de 50 ans et dont le compositeur est mort depuis plus de 70 ans (qui ne s’applique donc pas pour l’interprète).

  • # Et les artistes du logiciel?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Un logiciel tout comme une musique ou un film peut être copié facilement.

    Pourquoi ne voit-on pas de propositions d'Hadopi ou de licence globale pour les développeurs de logiciel?

    http://devnewton.bci.im

    • [^] # Re: Et les artistes du logiciel?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Parce que malheureusement le logiciel n'est pas considéré comme un art à part entière. Cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_des_arts#Les_neuf_arts et le 10ème art.

      Mais l'art c'est subjectif. Quand je vois un employé de ma commune qui prépare les plates-bandes avec diverses fleurs et plantes, je trouve que c'est de l'art. Quand je vois mon coiffeur qui prépare une coupe de mariée, je trouve que c'est de l'art. Quand je vois un joli programme de tri en perl, je trouve que c'est de l'art (abstrait certe). Quand je vois certaines toiles exposées dans des galeries, je trouve souvent que c'est de la merde.

      Il ne faut pas essayer de faire rentrer les choses dans la catégorie Art pour en suivre les mêmes principes indécents de rémunération mais plutôt faire en sorte que ce qui est actuellement considéré comme de l'art suive des principes plus réalistes et proches des autres créations.

      On doit aider la création, pas aider les gens à vivre d'anciennes créations. On doit inciter les créations à être librement diffusables après une certaine période (à définir selon le type de création) ce dans le but d'éviter que des entreprises se voient posséder des droits et empêcher les consommateurs d'en profiter.

      Par exemple, je serais près à payer un abonnement mensuel pour écouter de la musique ou regarder des films mais ce qui me fait chier c'est de voir que les catalogues de musiques proposés sont limités à cause de maisons de disque qui ne veulent pas diffuser leur création par ce biais ou qui acceptent mais au bout de 6 mois retirent certains morceaux. Moi je veux bien payer pour des créations récentes mais je voudrais que toutes les créations puissent être librement diffusables "à la demande" ou "par abonnement" par qui veut bien en s’acquittant bien sûr de payer selon ce que j'ai expliqué dans mon précédent message. Je n'ai pas envie de payer 10 abonnements par mois : un pour EMI, un pour Warner, un pour Universal, un pour Disney, un pour Casterman,...

      Par exemple, j'ai voulu regarder "Largo Winch" comme film et je n'ai trouvé que "Largo Winch 2" sur Apple TV ou CanalPlay. Mais WTF ? Alors j'ai voulu me rabattre sur District 9 et là, même pas dispo sauf au loueur de DVD du coin à 6 euros o_O car pas inscrit comme adhérent.

      Si la diffusion des œuvres reste aussi pourrie qu'aujourd'hui, le piratage a encore de beau jour devant lui. Si par contre la diffusion est plus ouverte, je pense que beaucoup seront près à payer pour accéder à un fournisseur avec un catalogue complet.

      L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Et les artistes du logiciel?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      C'est un élément qui, au départ, m'a fait douter de la licence globale : elle ne prend pas en compte les logiciels libres. Dans une vision non centralisée, tout le monde est a priori à la fois producteur et consommateur. Tout le monde produit plus ou moins des contenus (que ce soit du texte, des images, de la musique, des logiciels)… Mais seuls certains (ceux référencés) auraient le droit à un revenu ?

      C'est également un élément en faveur du revenu de base.
      Ne croyez-vous pas qu’un frein majeur au développement des logiciels libres (par définition copiables, donc abondants) soit justement la nécessité de gagner de l’argent sur la rareté ? Bien sûr, il est possible d’être rémunéré indirectement, par les services, le support… Mais est-ce suffisant ?
      Les entreprises sont même parfois contraintes de financer le logiciel libre par le logiciel propriétaire

      blog.rom1v.com

    • [^] # Re: Et les artistes du logiciel?

      Posté par . Évalué à 3.

      Tout simplement parce que si tu exclus pas des secteurs, le principe de la licence globale s'effondre de lui-même sur son propre poids d'incohérences.

  • # Travailler moins pour ...

    Posté par . Évalué à 2.

    Hello,

    On pourrait peut-être diminuer le temps de travail (semaine de 32h par ex.) pour laisser plus de temps à consacrer à la culture.
    C'est d’ailleurs une tendance actuelle qui a été relevée, travailler moins pour plus de loisirs.

    • [^] # Re: Travailler moins pour ...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est d’ailleurs une tendance actuelle qui a été relevée, travailler moins pour plus de loisirs.

      On pourrait travailler moins et consacrer une demi-journée par semaine à de l'engagement bénévole: ça, ça changerait la société et pas en mal.

    • [^] # Re: Travailler moins pour ...

      Posté par . Évalué à 0.

      Je propose qu'on travaille plus du tout pour faire que des loisirs, comme cela, on relancerait l'économie, on éradiquerait la faim dans le monde et aussi les hémorroïdes par la même occasion.

      Mais après je me suis réveillé.

  • # Du débat et des protagonistes...

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Les fils de commentaires qui suivent ce journal sont vraiment intéressants. On n'y parle pas trop de licence globale, mais beaucoup de dividende universel et de divers moyens d'assurer la juste rétribution des artistes et autres créateurs. Et le plus beau c'est que ça ne part pas en flamewar.

    Geeks, libristes, pirates, économistes, politiciens, juristes...depuis que la répression anti-piratage se durcit, tous cherchent à trouver une solution à une situation tendue et et certainement défavorable aux artistes.

    Mais les artistes, les premiers concernés, on ne les entend pas trop...

    • [^] # Re: Du débat et des protagonistes...

      Posté par . Évalué à 3.

      Parce que la plupart s'en foutent. Ce qu'ils voient, c'est leurs rapports avec leurs véritables acheteurs: les diffuseurs et les distributeurs. Ils n'ont pratiquement jamais de contact avec le public (et même les petits/indépendants). Tant que leurs prix d'achats ne baissent pas auprès des D/D, cela ne les occuperont pas.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.