Journal La boutique contre le bazar — the death of the open web

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
19
31
mai
2010
Superbe billet ce matin sur affordance.info¹, le blog d’Olivier Ertzscheid, un enseignant-chercheur en science de l’information et de la communication.
Il reprend et analyse un article du NY Times « The Death of The Open Web »². L’article compare l’évolution du web à celle des grandes cités étasuniennes où les blancs, finissent par ne plus vouloir supporter ? subir ? la diversité de la ville et les contraintes que cela comporte et partent s’enfermer à l’extérieur dans des lieux ultra-protégés et bien pensant.

La comparaison est faite, naturellement, avec le modèle hyper clos et policé (et clinquant) que propose Apple™. Puisque, pour le journaliste du NYTimes, utiliser les produits / services Apple revient à quitter le web ouvert.

Olivier Ertzcheid fini par une représentation du web en trois blocs, je vous laisse découvrir…

L’article est vraiment superbe, je vous encourage à aller le lire. Je n’en dit pas plus ici, ce serait le dénaturer inutilement. Mais notable que les inquiétudes grandissent vis-à-vis du modèle proposé par Apple™ et pas que chez les « super libristes » (bon il site le récent article de Cory Doctorow³ quand-même).

À lire sans doute, compte tenu du grand lectorat dont dispose ce site, les réponses.

[1] http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/05/la-boutique(...)
[2] http://www.nytimes.com/2010/05/23/magazine/23FOB-medium-t.ht(...)
[3] traduction sur framalang : http://www.framablog.org/index.php/post/2010/05/29/ipad-pour(...)

PS : j’ai essayé de faire des liens avec la balise « a » dans le journal mais la prévisualisation semblait ne pas donner les liens correctement : j’ai laissé tombé, mais je veux bien qu’on m’explique pour la prochaine fois. Il semble que si je met une adresse simple c’est bon, mais pas si elle est longue. Sans doute faut-il la « protéger » ?
  • # Une petite citation

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    « Le choix à faire est binaire. Ouvert contre fermé. Interopérable contre propriétaire. Le cœur stratégique du web est celui de l'interopérabilité. Le rêve fondateur du client-serveur contre le modèle économique d'Apple, celui du client-captif. Le rêve fondateur du web: permettre à chacun, indépendamment de son équipement logiciel ou matériel d'accéder à l'ensemble des ressources disponibles. A l'exact inverse, le paradigme de la boutique Apple: permettre à ses seuls clients (= acheteurs du hardware/ matériel) d'accéder aux seules ressources disponibles chez les seuls fournisseurs de sa boutique, et seulement consommables sur son matériel. »
    • [^] # Re: Une petite citation

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Interopérable contre propriétaire

      C'est une vision plutôt réductrice...
    • [^] # Re: Une petite citation

      Posté par . Évalué à 5.

      DARPA c'est vraiment des humanistes visionnaires.
      • [^] # Re: Une petite citation

        Posté par . Évalué à 4.

        Éradiquer ses congénères , c’est mettre fin à leurs souffrances, c’est être humaniste.
        Pour les plus jeunes parmi nous, le DARPA n’est pas un cousin du DHARMA de Lost, mais la branche R&D du département de la défense US, à l’origine du projet ARPANET.


        PS: gopher://gopher.floodgap.com/1

        Depending on the time of day, the French go either way.

  • # Balise a

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    PS : j’ai essayé de faire des liens avec la balise « a » dans le journal mais la prévisualisation semblait ne pas donner les liens correctement

    Je n'ai pas ce problème là. Peut-être que ce bug https://linuxfr.org//tracker/669.html refait surface.

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

  • # quant l'élite parle des autres

    Posté par . Évalué à 2.

    Moi il m'a fait marrer l'article.
    marrer, rigoler, s'en payer une bonne tranche, ...

    Non mais franchement : c'est carrément au ras des paquerettes son article, là. En dehors des explications sur certains termes qui me permettent de mieux comprendre certainement l'article, le fond est à chier. Bon en fait tout ce mérite revient en premier lieu au NYT, ok. Aucune pensée pour essayer d'aborder ce semblant de virage sous l'angle sociologique. Alors que nous assistons certainement seulement au modelage du web à l'image de la société. Pour faire court "t'as 15 ans t'utilises facebook, t'as 30 ans tu fais plus gaffe". Bon je vais pas écrire 3400 mots, c'est juste que ça me gonfle profondément cette opposition permanente. Lorsqu'on est incapable de définir correctement une idée, un concept, alors on le défini contre d'autres idées et concepts. C'est le niveau 0 de la reflexion.

    Monsieur est "maitre de conférence" ?
    L'exemple typique sur ce qu'il, finalement, s'interroge en filigramme dans son billet : un cloisonnement des usages à l'image non plus de ce que nous sommes mais de ce que nous voulons paraitre. Moi je lui conseille simplement de reprendre ses cours de cm2 sur les ensembles et sous-ensembles...

    En tout cas, ça fait beau son article, on voit qu'il sort d'une grande école et qu'il s'adresse à sa caste (...)

    Allez juste une réflexion sur l'usage en français des termes ET OU, de leur complémentarité parfois, de leur spécificités souvent, de leur chevauchement aussi... Bonne piste pour ce monsieur. Ainsi que reprende le "Imaginons le web comme une ville" en lui conseillant d'aller plus souvent en ville, à la rencontre de gens différents, et pas seulement en tant qu'usage géographique pour retrouver sa caste.

    /purée/
    • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Je suis très d'accord avec toi à quelques détails près... sauf que lorsque tu es énervé, ben ton texte il est tout pourrite. Les arguments sonnent creux, et l'ensemble n'est pas convaincant. D'habitude c'est mieux.

      Ca fait deux fois en peu de temps, force moins sur la caféine :-)
      Une cure de bisous c'est pas mal aussi (posologie: au moins 5 fois par jour, à vie).
      • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

        Posté par . Évalué à 1.

        L’énorme succès d’AOL, Compuserv, le MSN des origines, Infonie en France, est la preuve flagrante que les gens veulent un internet propre sur lui.
        L’auteur de l’article surf juste la vague antiapple du moment, ne connait pas son histoire d’Internet. Il n’y a rien à argumenter.

        Depending on the time of day, the French go either way.

        • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

          Posté par . Évalué à 5.

          non-non, pas un internet propre sur lui, mais facile, non, trivial à installer et à utiliser.

          dans le cas des FAI que tu cites, c'est passé par une crétinisation massive de l'utilisateur. ceux qui restaient étaient suffisement satisfaits, je suppose.
          • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

            Posté par . Évalué à 1.

            Sauf AOL peut être ?

            En dehors de l'aspect choix technique, épopée du portail et du webmail, il y avait avec AOL une volonté de partage des bénéfices de l'accès internet. Avec le recul, sincèrement, Apple nous la rejoue AOL et ils ont peut être pas tord sur le sujet, non ?

            Me souviens d'un AOL qui nouait des partenariats avec des maisons d'éditions et des journaux. Par exemple mon accès AOL illimité me permettait de lire Sciences&Vie en ligne, ainsi que bon nombre d'autres publications. Je trouve cela formidable encore plus au regard de ce qui se passe aujourdhui. Le côté face c'est que AOL a lancé la mode des portails, IE des sous web enfermant l'utilisateur lambda dans un "univers" bien cloisonné. De nombreux FAI se sont cassés les dents sur ce modèle. A contrario les FAI d'aujourdhui ont à l'époque misé sur la gratuité maximale. Nous avons même vus des pubs télévisées vantant la vitesse de téléchargement ... de téléchargements de quoi comment, déjà ?

            Le modèle "tout gratuit" moi je veux bien ... Mais alors pourquoi je paye 30 ou 40 euros mensuels à mon FAI ? A quant l'accès gratuit à internet ? Bullshit encore une fois. Le modèle "tout gratuit" ce n'est rien d'autre que le modèle du FAI qui ne veux rien payer, simplement encaisser les sous de l'abonné sans jamais partager ce revenu avec les producteurs de contenu.
            • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

              Posté par . Évalué à 2.

              s/&vie/&avenir
              sorry
            • [^] # Re: quantl'éliteparle des autres

              Posté par . Évalué à 7.

              > En dehors de l'aspect choix technique, épopée du portail et du webmail, il y
              > avait avec AOL une volonté de partage des bénéfices de l'accès internet. Avec
              > le recul, sincèrement, Apple nous la rejoue AOL et ils ont peut être pas tord
              > sur le sujet, non ?

              Non. Pour moi un fournisseur d'accès devrait se cantonner à son rôle. Ce serait
              même mieux pour la neutralité d'Internet.

              > Me souviens d'un AOL qui nouait des partenariats avec des maisons d'éditions
              > et des journaux. Par exemple mon accès AOL illimité me permettait de lire
              > Sciences&Vie en ligne, ainsi que bon nombre d'autres publications. Je trouve
              > cela formidable encore plus au regard de ce qui se passe aujourdhui. Le côté
              > face c'est que AOL a lancé la mode des portails, IE des sous web enfermant
              > l'utilisateur lambda dans un "univers" bien cloisonné. De nombreux FAI se sont
              > cassés les dents sur ce modèle. A contrario les FAI d'aujourdhui ont à
              > l'époque misé sur la gratuité maximale. Nous avons même vus des pubs
              > télévisées vantant la vitesse de téléchargement ... de téléchargements de quoi
              > comment, déjà ?

              J'attends d'un FAI qu'il me donne un accès de qualité à un contenu qu'il ne gère
              pas, je m'en branle de son hébergement mail que je n'utilise pas, des contenus
              qu'il peut t'apporter, etc. Je paie pour accéder à Internet, les contenus
              doivent être rémunérés d'une autre manière que par le FAI. C'est un peu comme
              payer une taxe sur la copie privée qui va être immanquablement mal redistribuée.
              Comme tu dis, c'est du web dans le web, on pourrait limite parler de vente liée
              indésirable.

              > Le modèle "tout gratuit" moi je veux bien ... Mais alors pourquoi je paye 30
              > ou 40 euros mensuels à mon FAI ? A quant l'accès gratuit à internet ? Bullshit
              > encore une fois. Le modèle "tout gratuit" ce n'est rien d'autre que le modèle
              > du FAI qui ne veux rien payer, simplement encaisser les sous de l'abonné sans
              > jamais partager ce revenu avec les producteurs de contenu.

              Il n'y a pas de modèle « tout gratuit », rien ne l'est réellement. Et il
              faudrait peut-être différencier les tuyaux du contenu.
      • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Oui le ton est un peu typique du sociologue :
        1. Il se place au dessus de la société qu'il étudie
        2. Il utilise des mots pour se distinguer d'autres études moins 'sociologiques'
        3. Il croit avoir trouvé une idée formidable et la met à sa sauce pour que ça sonne original


        Une fois qu'on a dit ça.
        Une fois qu'on a pris conscience que les travaux de sociologie sont souvent exprimés sur ce ton là
        On peut se concentrer sur le fond, et le fond n'est pas si mal.
        Certes ce n'est pas révolutionnaire, mais cet article a le mérite de formaliser un minimum une idée que tout le monde ressent :
        _La taille du web se réduit : je vous laisse consulter le top 1000 de google sorti aujourd'hui : http://www.pcinpact.com/actu/news/57264-google-top-1000-site(...)
        _Un phénomène de banlieues apparait sur le Web et se trouve être calqué sur ce qui se passe dans nos pays 'modernes'

        Bref, je ne vois pas où est le problème.
        Si j'avais lu cet article dans Lyon Plus ce matin, j'aurais été encore plus ravi.
        Mais là il s'agit d'un sociologue qui se craque un peu sur newyorktimes.com...alors ça passe un peu moins bien
        • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

          Posté par . Évalué à 2.

          + 1
          D'accord sur toute la ligne. Mais le phénomène n'est pas nouveau, loin de là. (Le "Monsieur le découvre donc c'est nouveau" passe mal). Ensuite il branlatise façon parkinson : découvrant la sociologie -où plutôt la topologie- d'internet, il joue aux vierges effarouchées "ho mon dieu ce n'est pas le monde des bisounours où tout-le-monde-s'aime-tout-le-monde-il-est-égaux" puis justifie cela grâce à une plume d'élite en nous démontrant qu'il y a opposition avec l'utopie d'un web sans frontière. Bullshit. Jamais cela n'a été la réalité, à peine une utopie dans la tête de certains. L'important -et le réel- étant l'accès égalitaire, non un forcing égalitaire.

          Ce type de bonhomme me fait aimer la révolution chinoise : moins de blabla plus de productivité : à l'usine le penseur, à l'usine ! Goute la réalité pour mieux la comprendre !

          [désolé]
          • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            >>> il joue aux vierges effarouchées "ho mon dieu ce n'est pas le monde des bisounours où tout-le-monde-s'aime-tout-le-monde-il-est-égaux" puis justifie cela grâce à une plume d'élite en nous démontrant qu'il y a opposition avec l'utopie d'un web sans frontière. Bullshit.

            Moi j'ai plus le droit de dire "Bullshit" alors je me tais.
            • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

              Posté par . Évalué à 4.

              Une abrévation de bullshit en anglais us c'est "bull!". Ca passera, tout le monde croira que tu parles d'informatique.
          • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            J’ai compris la critique sur la forme, mais le fond est-il faux ? Cette comparaison est-elle simpliste ? Inappropriée ?
            En tout cas ce lien est retransmit par des personnes pas forcément sensible à ces questions, qui étaient content d’avoir leur portable mac parce que « ça marche tout seul ». Et je continue à trouver ça positif.
            • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

              Posté par (page perso) . Évalué à 5.

              oui c'est positif que ça "marche tout seul", maintenant le but d'une étude "sociologique" et "scientifique" est avant tout de se poser la question : "c'est quoi marcher".

              Est-ce que l'on peut considérer que quelqu'un sait lire parce qu'il comprend Oui-Oui avec des gros dessins et 5 mots par page ? Ou alors on considère que savoir lire, c'est surtout, plus ou moins, comprendre un contrat d'adhésion, comme ceux qui émaillent notre vie réelle ?

              A partir du moment ou tu restreints l'ensemble de départ à un sous-sous-ensemble, que tu considères que marcher c'est juste satisfaire à ce sous-sous-ensemble, que tu expliques que les gens sont content de cette restriction parce que ça marche et qu'ils n'ont pas besoin de comprendre grand chose, et donc que les gens aiment quand ça marche, tu n'a pas démontré grand chose, si, que les gens veulent pas se prendre la tête et qu'ils préfèrent vivre dans une médiocrité facile et intellectuellement reposante (permettant du temps de cerveaux disponible pour ceux qui diffusent dans ce fameux sous-sous ensemble).

              Ca fait un peu pauvre comme avancé ou même comme raisonnement intellectuelle.

              Le iphaune même pas capable de faire du transfert de photo par bloutouffe le ipade ne possède même pas une prise usb et tous les "journalistes" (le mot m'amuse) qui font des "articles" et des "reportages", voir des pages de "Unes" sur ces produits "révolutionnaires".

              Je crois que cet état de fait à le seul avantage de montrer la pauvreté intellectuelle de ceux qui "font" le monde. Et le "juste marche" c'est juste un indice d'un produit limité, qui n'a comme seul objectif de bien présenter, même si la moitié des fonctionnalités nécessaires n'est pas présente, même si les utilisateurs doivent devenir des pousses boutons tels des souris de laboratoires qui poussent sur le vert pour avoir à manger.
              • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

                Posté par . Évalué à 0.

                je préfère qu'un produit fasse moins de chose mais qu'il le fasse parfaitement.

                Après les goûts et les couleurs.

                Je suis sûr qu'Apple fait exprès de ne pas faire comme les autres pour se démarquer : genre "on ne va pas être un port USB car tout le monde s'attend que l'on mette un port USB" ou "on ne va pas mettre le MMS dans l'iphone car tout le monde s'attend à ce qu'on le mette".

                Avec comme corrolaire maciavelique : "donc les gens vont parler de cette limitation donc les gens vont parlé le l'iphone donc ca nous fera de la pub gratuite".

                Ah... marketing....
      • [^] # Re: quant l'élite parle des autres

        Posté par . Évalué à 2.

        > Une cure de bisous c'est pas mal aussi
        Un curé et des bisous ? T'es sûr ?

        et hop, pula ===>[]
  • # pertinent

    Posté par . Évalué à 0.

    La these est plus qu'intéressant.

    Reste que ça n'aborde pas du tout le coeur du probleme, et la raison principale pour laquelle les gens achete de l'apple : c'est beau, c'est simple, ça marche.

    La qualité des applications "suburb" est quand même nettement supérieur que celle que l'on trouve en "centre ville", c'est pourquoi les gens se dirigent vers ce monde fermé. Tout y est propre, et surtout ça marche. Avant l'arrivée de l'iphone, les appli était éparsent, très peu de SDK existaient (sur tel portable), les opérateurs voulaient absolument tout verrouiller. Après, on assiste à une relance de la compétition (android est arrivé, symbian a fait un bon en avant (meme s'il va mourir), windows mobile... bah il partait de tellement loin lui). Bref, ca a donné un coup de fouet. Et la concurence, c'est bien!

    Reste à nous autres, libriste, de faire des appli de qualité. Faut que l'on sorte du paradigme "la ligne de commande et vim sont l'avenir" pour sortir des appli plus simple, plus jolie, qui marchent (parce qu'une appli complexe qui plante, ça ne sert à rien), avec qque fancy pour donner du plaisir d'utilisation (bah oui, ca sert aussi, si ton bonhomme prend son pied en utilisant ton appli, il va l'utiliser plus longtemps, plus souvent,...).

    Apple l'a compris, et on se bat contre lui en lui reprochant ses formats proprio. Mais faisons mieux qu'eux en terme d'utilisabilité, d'ergonomie, et surtout d'intégration, et les gens sortiront naturellement de leur girons.
    • [^] # Re: pertinent

      Posté par . Évalué à 6.

      la raison principale pour laquelle les gens achete de l'apple : c'est beau, c'est simple, ça marche.

      non : 100% des nouveaux clients n'ont jamais utilisé et ne savent donc pas si c'est simple et que ça marche... par contre ils savent qu'être vu en possession d'un objet Apple, encore plus lorsqu'il viens de sortir, c'est avoir l'air d'appartenir à une élite, c'est branché, d'une part à cause de l'image de la marque, mais aussi à cause du prix élevé : pas besoin d'aller chercher plus loin.

      Alors oui, après on peut s'inspirer de certains éléments d'interface, mais de là à dire que tout chez Apple est d'une ergonomie et d'une intuitivité sans égales... faut arrêter de propager des légendes urbaines... quand même...
      • [^] # Re: pertinent

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est tres con de réduire le choix à la seul apparance que ça va donner envers les autres. Très stupide, réducteur, et surtout ça n'apporte rien. Etudie plutot réellement les motivations des gens.

        J'ai un iphone et je me contrefiche de ce que les autres penses. C'est juste l'un des appareils les plus simples et agréable à utiliser (j'aimerais bien tester le droid qui m'a l'air de jouer dans la meme cours).

        On en revient toujours aux mêmes arguments: on dit "mais apple fait des interfaces propres et ergonomique", ce à quoi on répond "mais non les autres font pareil, c'est pas si beau que ça"... sauf que SI, justement, c'est simple et très efficace. Et surtout précurseur (c'est le premier sur un marché). Avant les interface tactiles étaient réservé pour les marchés asiatiques (car les européen ne veulent pas taper avec un stylet) et apres l'iphone, on a expérimenter le fait que si, justement, c'était possible. je parle d'expérience, je travaillais en tant que dev chez un constructeur quand l'iphone est sorti.

        Bref, tout ne se réduit pas à l'interface, mais à beaucoup de détail qui rendent l'expérience agréable. L'espacement entre les options, le nombre limité d'action par page, tout est méthodiquement étudié et présenté. Chaque appli à son "cachet", tout en respectant un certain cadre (les appli ne sont pas toute completement différentes).

        Ne pas le voir, c'est se voiler la face sur un élément important de la démocratisation d'une technologie.

        Et "ergonomy is a feature".
        • [^] # Re: pertinent

          Posté par . Évalué à 4.

          C'est tres con de réduire le choix à la seul apparance que ça va donner envers les autres.

          ben va à la FNAC de ton coin ou à l'Apple Store s'il y en a un et demande aux nouveaux utilisateurs pourquoi ils prennent Mac... tu serais surpris.

          on dit "mais apple fait des interfaces propres et ergonomique", ce à quoi on répond "mais non les autres font pareil, c'est pas si beau que ça"... sauf que SI, justement, c'est simple et très efficace.

          Non, on répond plus quelque chose du genre "c'est pas objectif, l'ergonomie est toute relative, la simplicité aussi, l'interface est pensée pour du mono fenêtre, mono écran, le système est réfractaire à toute ouverture et introduit des concepts d'une rare stupidité (Deck, Finder, menu hors de la fenêtre courante...)" ce qui est très différent.

          Avant les interface tactiles étaient réservé pour les marchés asiatiques (car les européen ne veulent pas taper avec un stylet)

          Avant les smartphones, je te rappelle que Palm (et HP dans une moindre mesure) étaient leaders... avec des interfaces tactiles, non seulement, mais avec stylets et, pour palm, l'utilisation de "gestures" : et le marché européen était très porteur. Coté smartphone, symbian (encore plus avec sa version UIQ) était très ergonomique et utilisable au stylet ou au doigt (d'un pouce)... mais j'ai dû rêver...

          apres l'iphone, on a expérimenter le fait que si, justement, c'était possible.

          genre Apple a créé le smartphone tactile... ce qu'il faut pas lire...

          espacement entre les options, le nombre limité d'action par page, tout est méthodiquement étudié et présenté.

          oui, pour que ça soit eye candy, pas pour être ergonomique. Le slider pour déverrouiller l'iPhone en est un exemple, le clavier virtuel en est un autre.

          Ne pas le voir, c'est se voiler la face sur un élément important de la démocratisation d'une technologie.

          Ne pas comprendre que le marketing fait la plus grande partie du travail, c'est encore pire que se voiler la face.
          • [^] # Re: pertinent

            Posté par . Évalué à -2.

            Franchement, t'as jamais dû utiliser d'iPhone toi. Essaye d'oublier tes préjugés à 2Fr, et essaye de voir ce que donne l'interface d'Apple objectivement (oui, essaye d'oublier tout le mal qu'il y a derrière ; là-dessus je suis d'accord).
            • [^] # Re: pertinent

              Posté par . Évalué à 3.

              je pense qu'on est tous d'accord sur des points centraux: les choix commerciaux d'apple puent, ils vérouillent les utilisateurs, créé un outil de consommation de contenu drmisé...

              Ca, ok.

              Maintenant, il faut étudier les cotés positifs. Quel innovations ils ont apporté. Quels sont les techniques qu'ils ont utilisé pour élaborer leur interfaces...

              Tu sais, j'ai passé pas mal d'entretien l'année derniere pour des job sur les interfaces utilisateurs, toutes les boites louent apple et le fait de sortir du paradigme fenetre menu bouton etc. Tu as remarqué, il n'y a aucun menu "popup" sur l'iphone. On est dans un paradygme similaire à des états différents d'une application, avec des choix différents. Comme si on se balade en ville. La on a 3 chemins différents, là on en a que 2,.... D'un point de vue ergonomique, c'est beaucoup plus stabilisant que de se dire "il faut que j'aille dans le menu fichier, ouvrir". Là on pense par concept.

              Ca me rappel la notion de mind map. Chaque élément est lié à un concept fort, et on se balade d'un concept à un autre, du plus générique au plus précis. sur l'iphone c'est un régal. Sur pc se serait inutilisable (on attend bcp plus de chose d'un pc)
            • [^] # Re: pertinent

              Posté par . Évalué à 1.

              ce ne sont pas des préjugés mais de l'usage critique : lorsque j'utilises une appli, quelle qu'elle soit, je la critique objectivement, et je ne parlais pas de l'idéologie d'Apple. Désolé si je n'ai pas une érection dès qu'on me montre une appli/objet d'Apple. Et, si, j'ai utilisé l'iPhone, depuis la toute première version.
          • [^] # Re: pertinent

            Posté par . Évalué à 1.

            Benoar et Gaetan ont raison. Je déteste tout ce que représente Apple d'un point de vue commercial, mais j'ai un MacbookPro pour la fac, et OSX est une tuerie pour bosser : le côté ergonomique et ultra eye-candy n'y est pas pour rien.

            C'est exactement la même chose pour l'iPhone. Oui, l'Appstore çapue, n'empêche que mon HTC Hero fait pitié sur pas mal de points à côté, même si je l'ai passé en Android 2.1. Pourquoi ? Le toolkit graphique d'Android est moche, c'est lent (obligé de passer par un killer automatique de tâche...), parfois mal foutu, et la qualité de la majorité des applications tierces n'est clairement pas la même.
            • [^] # Re: pertinent

              Posté par . Évalué à 1.

              Ca c'est aussi un coté pervers d'une plateforme plus libre : on autorise les applications finies à moitié de vivre quand même. Sur l'appstore, une appli moche ne survie pas. Elle doit être innovante, belle, agréable, etc.

              C'est un peu une sélection naturelle : seul les plus forts sont acceptés sur l'appstore. Seuls les appli les plus complete y survivent. Si tu permet à tes appli d'être tout buggé, de faire planté ton terminal, etc à être distribué sur ton canal (androit market par ex), bah innexorablement tu en auras sur ton store, ce qui contribuera à une diminution de la qualité générale des applis, et à l'installation d'un sentiment d'infériorité des appli sur android que sur iphone.

              L'appstore a ce coté de "pousser" les développeur à aller au bout du dev. Et pas juste à poser 4 boutons et dire "mon appli est prête"!
          • [^] # Re: pertinent

            Posté par . Évalué à 2.

            Bon on va répondre point par point, vu que tu aimes ça:
            [quote]
            ben va à la FNAC de ton coin ou à l'Apple Store s'il y en a un et demande aux nouveaux utilisateurs pourquoi ils prennent Mac... tu serais surpris.
            [/quote]
            Relativise. Ca participe à l'image de la pomme, évidement. C'est du marketing. Toutes les marques tentent de se créé un espace où il serait "unique".
            Néanmoins renier les inovations de la pommes c'est ignorer des points important. Innovation qui ne le sont pas nécessairement dans l'absolu, mais rendu tellement simple et agréable à utiliser que le grand public, et les média, associe cet innovation à la pomme, et pas à son inventeur originel.

            [quote]
            Non, on répond plus quelque chose du genre "c'est pas objectif, l'ergonomie est toute relative, la simplicité aussi, l'interface est pensée pour du mono fenêtre, mono écran, le système est réfractaire à toute ouverture et introduit des concepts d'une rare stupidité (Deck, Finder, menu hors de la fenêtre courante...)" ce qui est très différent.
            [/quote]
            Oui, c'est subjectif. Mais place un quidam devant un écran mac, subjectivement il te dira qu'il le trouve beau et agréable. C'est juste le point de mon propos. Apple sait espacer les lettres et les controles dans ses boites de dialogue pour quelle paressent belles, et ça, c'est directement hérité de la typographie, ou la caligraphie, d'art plus noble. Ce n'est pas "juste" poser 4 controles dans une boite de dialogue. Tout est étudié.

            [quote]
            Avant les smartphones, je te rappelle que Palm (et HP dans une moindre mesure) étaient leaders... avec des interfaces tactiles, non seulement, mais avec stylets et, pour palm, l'utilisation de "gestures" : et le marché européen était très porteur. Coté smartphone, symbian (encore plus avec sa version UIQ) était très ergonomique et utilisable au stylet ou au doigt (d'un pouce)... mais j'ai dû rêver...

            genre Apple a créé le smartphone tactile... ce qu'il faut pas lire...
            [/quote]
            Justement. J'ai travailler chez motorola. Et comme dans toute l'industrie du téléphone, opérateur en premier, tactile signifiait stylet. On vendrait des téléphones tactile, mais que en chine. Me demande pas pourquoi, je trouvais les A780 ou MING assez jolis, mais soit disant ça ne marcherait pas en europe/USA.
            La question n'est pas qui a inventé le tactile, ça existe depuis 30 ans. La question est qui a trouvé un moyen de le mettre dans toutes les poches. Et surtout, comment.

            En s'insipirant de leur démarche, on pourra s'améliorer. En niant, on se coupe d'une source d'inspiration forte.

            [quote]
            espacement entre les options, le nombre limité d'action par page, tout est méthodiquement étudié et présenté.

            oui, pour que ça soit eye candy, pas pour être ergonomique. Le slider pour déverrouiller l'iPhone en est un exemple, le clavier virtuel en est un autre.
            [/quote]
            Si, justement. Ergonomique. Car si tu peux pas cliquer sur un objet, tu ne peux pas l'utiliser. Dissocier eye candy et ergonomie est justement la plus classique des erreurs des libristes. Le eye candy ne sert à rien s'il n'est pas au service de l'ergonomie. Et c'est ce qu'apple fait excélement bien.

            [quote]
            Ne pas comprendre que le marketing fait la plus grande partie du travail, c'est encore pire que se voiler la face.
            [/quote]
            Mais le marketing d'apple est aussi une référence en la matière! Et tant mieux pour eux s'ils marient marketing et talent technologique.

            Et ne me dis pas que j'ai choisi l'iphone à cause du marketing, tu m'insulterais. Je l'ai choisi parce que c'était le meilleur choix à l'instant donné. Meilleux choix pour mes besoin (portable avec internet/sms essentiellement). Et pour comparer régulièrement, Android devient enfin comparable en terme d'ergonomie (meme supérieur pour la dernière version)

            Et vas dire à google que c'est que par marketing qu'ils vont migrer une bonne partie de leur ordinateur desktop sous mac.

            Franchement. Tu le crois vraiment que c'est UNIQUEMENT le marketing qui tient la firme à la pomme. Pas qu'ils font exactement le bon produit au bon moment?
            - ipod : les mp3 existaient déjà. Leur idée principale : toutes votre librarie tiens dans la poche.
            - iphone : on vire le clavier physique, on utilise le clavier virtuel avec ses doigts. Faut y penser. Et surtout fallait oser (c'est pas Motorola ou Nokia qui aurait osé).
            - ipad : pile au moment où la presse cherche un renouveau numérique. Aucune idée si ça va vraiment marché, mais en tout cas ça marche à fond.

            Leur force est justement de savoir quel sera le prochain "cheval", quel technologie va plaire, à contrario des autres qui regardent ce qui plaisent.

            Après il y a aussi des raté, le monde est tel qu'il est:
            - apple TV
            ...

            Sinon, coté logiciel... imovie, iphoto, aperture, final cut... mais tu n'as pas l'impression d'avoir affaire avec des logiciels d'une qualité excélente? Technologiquement excélente?

            Bref, ne réduit pas Apple au marketing. Il font de très bons produits, c'est en cela qu'ils sont très dangeureux. Si ce n'était que du marketing, on s'en foutrait d'apple.

            Connait ton ennemi plus que toi même.
            • [^] # Re: pertinent

              Posté par . Évalué à 1.

              Un argumentaire se fait point à point, chaque réponse se fait point à point, où est le problème ? j'aime être précis, un problème avec ça ? (je rêve)

              Allez, pour toi, une réponse sans quote, ou plutôt non, apparemment, lorsqu'on cherche à être objectif et critique pour faire apparaître les avantages et inconvénients réels d'une création d'Apple, on est has-been et con... Je ne suis pas anti Apple primaire, ni intégriste du libre, je cherche simplement à objectiviser le débat ce qui n'est pas possible avec des Apple fan-boys...

              Donc, pour moi, le débat s'arrêtera là.
              • [^] # Re: pertinent

                Posté par . Évalué à 0.

                je suis pas apple fanboy. Je suis pragmatique. Mais leur succes se réduit pas à un marketing efficace. Et j'apporte des arguments concrets que l'on ne soulève jamais (sur la structuration des interfaces, les concepts mise en pratique...).
                • [^] # Re: pertinent

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Comment un nouveau client sait-il que c'est fonctionnel ? Explique moi.
                  • [^] # Re: pertinent

                    Posté par . Évalué à 1.

                    parce qu'il l'a essayé chez un ami. Parce qu'il l'a lu dans un test comparatif. Parce qu'il a lu plein d'article dans la presse spécialiséés. Parce que des gens sur Linuxfs ou un autre forum en ont dit du bien, et surtout, que les défaut ont été suffisamment abordés pour qu'il sache s'il les accepte ou pas.
                    Et en dernier, peut etre, parce que la pub l'a marqué.

                    A la génération internet, le marketing est de plus en plus difficile, car le consommateur a accès à de multiple source de comparaison, d'information, de commentaires des autres utilisateurs, qui l'aident à se forger son propre avis, loin, très loin de l'image que tout le monde sait biaisé la pub.

                    Néanmoins, évidement, on peut rapprocher tout ça d'un plan marketing planétaire, mais gizmondo ou clubic ne sont pas controllés par Apple. La on touche dans un débat plus large: où s'arrête exactement le marketing...
                    • [^] # Re: pertinent

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Parce que les premiers à avoir acheté l'iPad ont pu la tester chez des amis ? parce qu'ils ont lu un comparatif alors qu'il n'y a pas eu de tests publiés par des médias français ? idem pour le premier iPhone... et oui certains sites ont fait un article dessus, mais ce ne sont pas des sites à forte visibilité par les "béotiens" (le monsieur tout le monde)

                      A la génération internet, le marketing est de plus en plus difficile

                      Au contraire, il est plus facile : l'interraction est possible, l'échange aussi, l'intrusivité permanente et totale encore plus, et l'utilisateur est demandeur en plus (oui le mouton moyen est demandeur de pubs, il a été éduqué pour l'être)

                      où s'arrête exactement le marketing

                      il ne s'arrête jamais, et c'est, à mon sens, ce qui manque cruellement au monde libre : du marketing pur et dur qui rajoute une couche de laque bien brillante aux outils libres.

                      J'aimerais que la FSF ou la Linux foundation ou pourquoi pas la MoFo se mettent à faire des pubs à la MS ("je reçoit un mail de quelqu'un se faisant passer pour ma banque, Thunderbird me dit « danger », je ne l'ouvre pas, je ne clique sur aucun lien et je suis protégé. Moi je suis Linux, et je suis libre!") par exemple... ou simplement rappeler que linux est partout, du GPS, au téléphone mobile, au distributeur de boissons, à la chaine hi-fi, à la box internet, à l'auto-radio ou lecteur de dvd voire TV lcd alors pourquoi pas dans votre ordi ?... mais je rêve là...

                      Remarque aux mal comprenants, au risque de me répéter : Apple joue très bien son rôle de moteur, charge aux acteurs du libre d'en apprendre, sur le coté qualité et cohérence de réalisation (plus qu'ergonomie) et, surtout, sur le coté marketing. Une solution, aussi utile et brillante qu'elle soit, ne sera jamais adoptée si elle n'est pas sexy et ne porte pas une image d'exception.
  • # ... et partent s’enfermer à l’extérieur ...

    Posté par . Évalué à 3.

    Je n'arrive pas à décoller mes yeux de cette chaîne de caractères.
    Je ne sais pas pourquoi.
    Sensation étrange, quelque chose m'échappe...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.