Journal Sortez vos capacités

76
17
nov.
2016

Pour un circuit numérique, il y a toujours une dose d’électronique analogique. “Malheureusement”, penseront certain. Découvrons les condensateurs.

plein_de_condo

Un condensateur est un bipède, qui a un sens de branchement la plupart du temps, selon la technologie employée, contrairement à la théorie. Sa grandeur principale se mesure en farads (F). Elle va de quelques picofarads (pF) à quelques centaines de farads (F).

La petite équation est I = C*du/dt, l’intensité est proportionnelle aux variations de tension, ou Q = C*U, la quantité de particule électrique stocké (en Coulomb), est proportionnel à la tension et la capacité.

Les capacités, les capas, les condensateurs, sont des petites réserves d’énergie incontournables, sur une carte d’électronique numérique. On peut les voir comme des barrages, ou des réservoirs d’eau sur un torrent. La taille du réservoir est proportionnelle à sa capacité.

Une capacité a une limite de tension maximale. Elle est aussi victime d’une résistance parasite (ESR), en série, plus ou moins importante. C’est un facteur limitant du courant maximum, qui la traverse. Un peu comme si la sortie d’un réservoir d’eau avait une largeur plus ou moins importante. Cette résistance parasite augmente souvent, avec la taille du composant, et avec la tension maximale tolérée. Pour une valeur et un modèle de condensateur donné, augmenter la tension maximale à un coût et réduit son courant maximum.

Les condensateurs céramiques ont une capacité plus faible, mais aussi une résistance parasite plus faible que les condensateurs dit chimiques. Parfois, on peut lire sur un schéma une valeur comme 0.1µF, pour qualifier un condensateur, à la place de 100 nF, pour signifier que la résistance parasite n’a pas besoin d’être faible.

Alimentation

L’alimentation des circuits numériques pourrait nécessiter un article à lui tout seul. Les composants numériques simples disposent en général d’une patte d’alimentation. Les éléments analogiques, comme les amplificateurs opérationnels, peuvent supporter jusqu’à 15V en symétrique (+15V/-15V). Les tensions d’alimentation des composants numériques diminuent avec la finesse de gravure MOS, pour des questions de consommation électrique et de tension de claquage interne, qui diminue aussi. On est passé ainsi de 5V à 3.3, 2.5V, et jusqu’à 0.9V. Intel annonce même du 0.5V.

La patte du boîtier est reliée à la puce en silicium, par un fil d’or. Il constitue une inductance parasite (= chute de tension en cas d'appel de courant fort). Les nombres des pattes d’alimentation augmentent ainsi, avec la consommation du circuit. En général, on considère qu’une patte ne peut consommer que 1A, avant que la chute de tension, dû aux fils, ne soit problématique. C’est pour cela que les puces gourmandes ont plusieurs centaines de pattes d’alimentation.
Pour les tensions de 2.5V, et moins, la tension peut être jugé trop faible pour faire des IO correctes : compatibilité TTL/CMOS/LVDS, immunité au bruit, etc. C’est pourquoi, on peut retrouver 2 tensions différentes pour le même circuit. L’un pour le cœur du circuit, l’autre pour ses entrées-sorties.

Seul

Les condensateurs de découplage sont des composants, typiquement de 100nF, que l’on met le plus proche possible des pattes d’alimentations des composants CMOS.

Il s’agit de fournir une réserve d’énergie pour absorber les appels de courant, dû aux commutations des transistors. Comme les appels sont très brefs, et donc à haute fréquence (celle de l’horloge), les pistes d’alimentation sont très perturbées par l’inductance parasite des fils. C’est pour cela que ces condensateurs doivent être proches du composant protégé, pour réduire la longueur des pistes.

Il faut faire attention aux gros condensateurs, qui ne sont pas capables de fournir des courants intenses rapidement, car plus la capacité est grande plus la résistance augmente. Cela implique que pour les composants CMOS, les plus rapides, il faut fournir des capacités plus faibles, pour contenir la résistance parasite. C’est aussi pour cela que les composantes rapides, disposent de plusieurs lignes d’alimentation séparées. Et chaque ligne doit être découplée. La taille idéale de la capacité dépend de la fréquence de fonctionnement.

impédance

Ce graphique montre l’impédance d’un condensateur en fonction de la fréquence de fonctionnement du circuit. Il permet de choisir un condensateur, en fonction de la fréquence des signaux.

Il n’est pas rare d’avoir plusieurs condensateurs de tailles différentes, pour une même patte d’alimentation. Les plus petits seront les plus proches du circuit.

Un circuit numérique avec une tension trop basse a un comportement erratique, qui peut faire osciller ses IO, et donc consommer fortement. Cela arrive notamment lors de la mise en route d’un circuit avec 2 tensions, si l’une des tensions monte trop lentement. Heureusement, le problème est de mieux en mieux maîtrisé au niveau des puces.

Dans les systèmes avec plusieurs tensions, il peut y avoir un ordre de mise en route à respecter, avec une pente précise de la tension d’alimentation, dans le but de limiter ces appels de courant.

Une baisse, même faible, de tension peut perturber un convertisseur analogique numérique, qui utilise l’alimentation, comme point de référence. Cela peut être un problème difficile à trouver, car la baisse de tension est locale. C’est pour cela que les tensions de références des convertisseurs sont souvent indépendantes des lignes d’alimentation.

Les capacités de découplages servent à palier aux problèmes de courants transitoires d’une puce, mais elles sont aussi à l’origine d’un courant d’appel violent, à la mise sous tension.

Il n’est pas rare qu’une alimentation d’un équipement électronique voit 1F comme charge capacitive totale. Certains gros systèmes démarrent leurs sous-modules en séquences décalées, pour éviter le problème.

C’est le problème de “l’inrush current”, qui est la pointe de courant à l’allumage du système, quand toutes les capacités de découplage se chargent d’un coup.

Cette pointe de consommation peut mettre l’alimentation en protection. Cela peut provoquer une remise à zéro, reset qui provoque, à nouveau, un pic d’appel de courant. Et cela recommence.

detail_RaspberryPi.jpg

Quelques capacités de découplage de la Raspberry

detail_Raspberry-pi-bottom.jpg

Pour les puces denses, il est plus simple de poser les condensateurs par en dessous.

Parasite

L’entrée d’un composant MOS correspond à la grille d’un transistor. Cette grille peut être vue comme une capacité. La valeur de cette capacité est en général de quelques pF. Pour faire varier la tension d’entrée, il faut remplir ou vider cette capacité. La quantité de courant qu’il est possible de fournir, donne la vitesse maximale de variation.

Sur les circuits rapides, cette capacité diminue, elle est dépendante de la finesse de technologie utilisée (taille de la grille du transistor). Vider et remplir cette capacité explique aussi pourquoi la technologie CMOS consomme surtout lors des commutations, et consomme moins avec les technologies plus fines.

Les supercapas

Il existe depuis quelques années des composants, appelé super-capacité, qui ont vocation à remplacer des batteries dans certaines applications. Il s’agit de capacités presque normales de 1, 10 F ou plus. Elles ont souvent une tension maximale assez limitée, qui oblige à les mettre en série.

Elles ont aussi une résistance parasite assez grande, qui limite l’intensité maximale. C’est un domaine en pleine évolution. En l’an 2000, on parlait du volume d’un bureau, (plus d’un mètre cube) pour une capacité de 1F.

À plusieurs

Un montage série de capacité fait baisser la capacité totale (comme pour les résistances parallèles). Cela peut être un moyen de contourner la tension maximale, d’un seul composant.

Les capacités s’additionnent en parallèles. En général, on met de grosses capacités en sortie d’une alimentation pour fournir de la puissance aux IO, et plus on se rapproche des composants, plus les capacités seront petites, pour qu’elles “réagissent” plus rapidement.

Une méthode, pour créer de la haute tension, est de charger une ligne de capacités branchées, en parallèle, puis de toutes les brancher en série. Mises en série, les tensions de chaque capacité s’additionnent.

Filtre

Les filtres sont vus dans les études d’électroniques. Je passerais donc rapidement sur les détails. Je me rappelle d’un professeur qui aurait voulu faire un contrôle en demandant simplement ce qu’il était possible de faire avec une capacité et une résistance. Mais il pensait que le sujet était trop vaste.

Un filtre RC est un filtre du premier ordre. On peut considérer que c’est un “mauvais” filtre, car sa « pente » est (trop) douce, et rejette lentement les fréquences non désirées. Il est courant de voir des filtres d’ordre 8. La fréquence de coupure est de 1/(2*π*R*C), ou l’inverse pour avoir une constante de temps.

Un filtre du premier ordre a d’autres avantages : la phase du signal est moins modifiée, et surtout il est stable. Il n’y a pas de point de fonctionnement, qui peut renvoyer une tension inverse, qui pourrait faire osciller tout un système. Dis plus simplement, les cas où cela ne marche pas, sans savoir pourquoi, sont plus rares.

Il existe pas mal de montages qui fonctionnent mieux avec une capacité rajoutée “par-dessus”. Il s’agit souvent de faire un filtre passe-bas, pour supprimer les plus hautes fréquence qui peuvent perturber le schéma (amplification, retro-action,…).
Dans le cas du filtre passe bas, la tension est convertie, par une résistance en courant, qui remplit le condensateur. Plus la résistance en grande, plus le remplissage est lent, idem si le condensateur est gros.

Un filtre passe-bas est nécessaire devant un convertisseur analogique numérique, si vous voulez reconnaître le signal lu. Sinon vous risquez l’aliasing. Parfois une simple résistance série suffit, le filtre se fait avec la capacité parasite d’entrée. Sans ce genre de filtre, vous pouvez lire n’importe quoi, y compris des parasites hautes fréquences.
L’addition d’une résistance série, à côté d’une capacité de découplage d’une alimentation revient à un filtre passe bas, qui permet de filtrer du bruit haute fréquence dans l’alimentation, utile dans le cas de montage de précision.

Une capacité en série sur un fil, agit comme un filtre passe haut (une capacité est passante en haute fréquence). Par contre, il faut faire attention de prendre une capacité qui fonctionne dans les 2 sens de polarité. Ce genre de filtre est notamment utilisé après les amplificateurs audio pour supprimer la composante continue, qui peut abîmer les haut-parleurs.

De la même façon, une petite capacité (100 pF et supportant la haute tension), connecté aux 2 bornes d’un moteur, permet de filtrer le bruit généré, par celui-ci, en court-circuitant les hautes fréquences.

En résumer, nous venons de voir que les capacités avaient d’autres grandeurs utiles que le nombre de farads, par exemple, leur tension maximale et leur résistance parasite.

Vous pouvez reprendre une activité normale (comme regarder les réseaux sociaux).

2_condo.jpg

  • # Excellente idée de journal ÀMHA

    Posté par . Évalué à 8.

    Pour quelqu'un comme moi, qui se débrouille à peu près en soft mais qui n'a jamais osé se lancer dans l'électronique, ce journal est une mine d'or.

    J'espère en voir plus dans le futur !

  • # Coquille?

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Quelques résistances de découplage de la Raspberry

    Si j'ai bien compris, c'est plutôt des capacités de découplage, non?

    ⚓ À g'Auch TOUTE! http://agauch.online.fr

    • [^] # Re: Coquille?

      Posté par . Évalué à 4.

      De même :

      se mesure en farad (f)

      => (F) !

    • [^] # Re: Coquille?

      Posté par . Évalué à 2.

      oui, c'est une coquille. En CMS, les résistances sont plutôt noires et les condensateurs bruns.

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Coquille?

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Corrigé, merci.

        J'en profite pour dire que ces journaux, les deux sur résistances et capacités, et les potentiels suivants, mériteraient de passer par l'espace de rédaction collaborative (*) pour éliminer le plus tôt possible les fautes d'orthographe/grammaire/markdown/style/ponctuation/etc., et probablement aussi pour aider à structurer le texte et avoir des questions de néophytes plus tôt, permettant de rendre le texte plus accessible (je pense qu'il est lisible par quelqu'un qui a déjà eu des cours ou des travaux pratiques avec des résistances et des capacités, mais qu'il est trop riche/fouillis actuellement pour un vrai débutant). Dit autrement, il y a énormément de matière dans ces journaux, c'est vraiment enrichissant, mais un travail sur la forme serait souhaitable, et ça tombe bien, les autres visiteurs du site pourraient aider sur ce point.

        (*) oui, l'espace de rédaction collaborative est plutôt prévu pour les dépêches ; oui, il y a une entrée dans le suivi pour l'étendre aux journaux mais ce n'est pas encore fait ; et ce n'est pas grave car la dépêche pourrait soit être acceptée, soit être refusée ensuite pour devenir un journal, tout en bénéficiant des fonctionnalités de l'espace de rédaction collaborative.

        • [^] # Re: Coquille?

          Posté par . Évalué à 4.

          ok. Je ferais la suite en dépêche.

          Mais ce n'est pas pour des néophytes complets. C'est pour l'étape juste après. De mémoire, un bac S devrait pouvoir comprendre.

          "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Coquille?

          Posté par . Évalué à 2.

          et plutot qu'une serie avec une publication tous les jours, les publier une fois par semaine, histoire de tenir le lecteur en haleine.

          en tout cas merci pour ces rappels,
          j'ai eu appris ces choses là, mais ne pratiquant plus depuis, j'avais un peu oublié.

          j'attend la suite avec impatience.

          • [^] # Re: Coquille?

            Posté par . Évalué à 4.

            Bof, on verra, cela traîne depuis trop longtemps dans mon ordinateur. Autant que cela serve à quelqu'un. Faire un strike avec des journaux notés à plus de 50, c'est amusant aussi :)

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Coquille?

              Posté par . Évalué à 2.

              Nicolas Boulay best poster of the month ? :D

        • [^] # Re: Coquille?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Autre aspect mineur : on pourrait aussi convertir les « I = C*du/dt » en I = C . \frac{\delta{u}}{\delta{t}} (mais c'est pénible à faire si on ne connaît pas trop la syntaxe, ce qui est mon cas) et ça donne une image au lieu d'un texte.

          • [^] # Re: Coquille?

            Posté par . Évalué à 8.

            Image illisible pour ma part, en tout cas.

            "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Coquille?

          Posté par . Évalué à 1.

          Par contre, j'aimerais ne pas attendre qq jours pour une validation d'article. Je sais que j'ai poussé la dépêche que hier soir, mais j'aimerais ne pas trop attendre, il y a d'autres trucs dans le pipe.

          "La première sécurité est la liberté"

  • # Super :-) J'attends la suite avec impatience

    Posté par . Évalué à 4.

    Merci beaucoup, c'est super intéressant, j'attends la suite avec impatience, la résistance, le condensateur, la bobine, ça va, j'ai l'impression d'être un peu à l'aise avec la mécanique de la chose. Par contre, j'ai appris récemment l’existence du memristor, et là, je sèche. Je comprend juste pas. Je précise que je suis un peu nul en physique alors les équations me parlent peu.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Memristor

  • # Types de condensateur

    Posté par . Évalué à 2.

    Super ces petits journaux ! Clairs et bien écrits… Bravo !

    Au sujet des condensateurs, un truc qui manque, ce serait de préciser les avantages et inconvénients des différentes technologies (céramique, mica, tantale, electrochimique, polymachin, polychose…)
    J'ai un mal fou à trouver une documentation synthétique là-dessus, et au moment d'acheter un condensateur, pour une capacité donnée, il y a parfois plusieurs technologies possibles, et je m'y perd…
    Tu indiques déjà la différence céramique/electrochimique, si tu as des infos pour les autres, n'hésite pas à les exposer…

    • [^] # Re: Types de condensateur

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu t'en fous en faite. Ce que tu as besoin de savoir, c'est si un sens est imposé, leur tension max et la résistance parasite. Il faut donc lire leur spec.

      Cela change tout le temps. Historiquement, les céramiques sont plutôt petites et rapides(résistance faible). Les électrochimiques ont un sens, et une résistance un poil plus forte. Les supercapa ont une résistance forte, une capacité énorme, et une tension max assez basse.

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Types de condensateur

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Si tu n'as pas de besoins particuliers, tu prends la bonne capacité et une tension max suffisante pour ton usage, et tu prends le moins cher.

      Tu peux avoir besoin de regarder d'autres caractéristiques, mais c'est dans des cas assez particuliers, par exemple une utilisation à haute fréquence (genre 1GHz ou plus).

      Ah oui, et l'autre truc à regarder, c'est la taille du composant, selon la place disponible dans ton projet et si tu as l'habitude de souder des tout petits CMS (composants montés en surface).

  • # Excellent journal

    Posté par . Évalué à 1.

    Et c'est pile synchro avec le blog de JipiHorn (Blog + VLOG électronique) ssur les capas:
    https://www.youtube.com/watch?v=uUZ2ocVdwVA
    Sans oublier celui sur les résistances : https://www.youtube.com/watch?v=gzdU2zwOrh8
    C'est assez complémentaire, je trouve.

  • # Index

    Posté par . Évalué à 1.

    Ca fait quelques jours que je vois des articles similaires sur le thème de l'électronique, ça serait bien que dans chaque article on ait les liens vers les articles précédents de façon à former un cours.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.