Journal 1 semaine avec Fedora Core 15

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
25
24
août
2011

Les motivations

Envie de changement

Cela fait de longues années que j'utilise Debian, tant pour mes serveurs que pour mes machines personnelles. Fedora est une distribution qui me semble intéressante de par ses choix techniques et la qualité de réalisation d'un système cohérent et unifié, utilisable par tout un chacun (d'ailleurs, mes beaux-parents utilisent FC13).

Mon laptop (Samsung N150) souffre sous Debian de petits problèmes que j'ai la flemme de résoudre:
- la connexion ethernet est instable au point d'être inutilisable.
- il ne se met pas en veille (suspend to ram) quand je le laisse écran ouvert.
- mauvaise performance des accès disques (pas la peine d'essayer de faire qqchose si on a lancé une copie de fichier dans un coin)
- ...

Moins de console

Je passe mon temps en console, via ssh. Pour qui connaît et maîtrise, les avantages de la console et des outils textes sont indéniables. Par contre, je suis régulièrement confronté à des étudiants qui ont du mal à passer le stade du "la console c'est tout noir, c'est moche, c'est vieux", et j'aimerai leur montrer qu'il existe des outils graphiques et "sexy" pour les tâches d'administration classiques.

D'où l'idée de me plonger (moi, barbus adepte de zsh, vi et utilisateur d'awesome) dans un environnement de bureau graphique complet, moderne et "userfriendly".

L'installation

Choix de la FC + Gnome Shell, par curiosité. Une grande et heureuse surprise lors de l'installation: il m'a été possible d'accéder à mon Groupe de Volume chiffré, et de réutiliser le Volume Logique /home, évitant ainsi une fastidieuse recopie des données.

L'installation se fait sans problème. La partie compte utilisateur me permet de spécifier manuellement l'uid / gid de l'utilisateur principal et de lui affecter son ancien /home.

La post-installation

Tout marche, ou presque. Ce qui ne marche pas:

  • les touches permettant de régler la luminosité. récupération de mon script perso, configuration des raccourcis claviers adéquats, et ça roule.
  • Les bugs rencontrés sous Debian ont disparus.
  • La recherche de paquet dans le gestionnaire de paquet, c'est pas ça (après avoir gouté aux joies d'axi-cache

J'aime

Gnome-Shell et le raccourci Mod4

j'ai été séduit, notamment par l'accès à une application déjà lancée, ou au lancement de la-dite application à l'aide de la touche win+terme de recherche. Par exemple, je fais win+office (sans même attendre le champ de recherche), il me propose presque instantanément l'icône de libreoffice-writer, qui me permet soit de basculer vers mon traitement de texte s'il est lancé, soit de le lancer.Si je fais win+vidéo, il me propose toutes les applications associées à cette activité.

Le tout-graphique

Il est possible de tout faire en mode graphique (même si je ne peux m'empécher d'avoir une console dans un coin), par exemple l'installation d'une nouvelle imprimante réseau propose la modification de la configuration du parefeu afin d'autoriser la découverte automatique.

L'interface bien léchée

L'intégration et l'homogénéité de l'interface.

J'aime pas

  • Les bureaux virtuels (dont le nombre est dynamique) en mode vertical plutôt qu'horizontal.
  • Les applications que j'aimerai voir se lancer en mode maximisé par défaut (pour cause de 12").
  • Les applications que j'aimerai voir se lancer sur un bureau virtuel donné, même si le raccourci windows + début nom permet de basculer facilement d'une fenêtre à l'autre, c'est un peu fastidieux à la longue.

Conclusion

L'aterrissage dans cette univers de fenêtres s'est finalement bien passé. Le geek nourri à la ligne de commande que je suis s'est laissé apprivoiser par une interface qui a su, à mon sens, réunir le meilleur des 2 mondes (graphique et cli), avec, notamment des programmes / fenêtre faciles à trouver et lancer par leur nom ou leur fonction, ce qui permet de se passer complètement des menus et barres de raccourcis

  • # appli maximisé et sur un bureau

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je ne sais pas si c'est une limitation de Gnome, mais KDE permet de régler les paramètres de lancement d'application (bureau, maximisé ou pas, taille de la fenêtre). Je pense qu'il doit y avoir une option dans Gnome pour avoir la même chose (je ne connais pas Gnome)

    En tout cas, en tant que simple utilisateur de Mageia (et avant Mandriva), j'ai toujours (ou quasiment) pu faire sans ligne de commande (mais je pense que mes besoins d'utilisateur non informaticien ne sont pas forcément les mêmes que les utilisateurs informaticiens)

    • [^] # Re: appli maximisé et sur un bureau

      Posté par . Évalué à 9.

      Je pense qu'il doit y avoir une option dans Gnome

      je ne connais pas Gnome

      Ça se voit ! :)

      (Notez que je critique Gnome mais je l'utilise actuellement et j'en suis bien content)

      • [^] # Re: appli maximisé et sur un bureau

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Ça se voit ! :)

        Moi je viens de remarquer que depuis GTK3, on ne peut plus créer de dossier via la boite de dialogue d'ouverture/sauvegarde de fichier...

        Et là je dis bravo, encore un abruti de l'IHM qui a trouvé ca intelligent...

  • # Version ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Les bugs rencontrés sous Debian ont disparus.

    C'est la même version du noyau ? Peut-être que la Fedora que tu utilises à un noyau plus récent qui supporte mieux ton matos ? Si c'est le cas alors le passage en Sid devrait également corriger tes bugs.

    • [^] # Re: Version ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je suis déjà en sid, et j'ai effectivement pensé au noyau. Malheureusement, les nombres changements de version n'ont pas corrigé le problème.

  • # Les bureaux virtuels dynamiques

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    En gros, le nombre de bureaux s'agrandit au fur et à mesure du besoin.

    Pour ceux (comme moi) habitués à affecter des applis en fonction du bureau pour pouvoir switcher d'appli en appli instantanément par le biais d'un raccourci clavier (genre Ctrl-F1, Ctrl-F2, etc), ce truc là est une horreur absolue qui m'a fait quitter gnome-shell en agitant les bras et en hurlant dans les couloirs comme un débile mental.

    • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je confirme que c'est le gros point noir actuellement. Je ne me rappelle jamais sur quel bureau se trouve la fenêtre que je cherche, et donc soit je cycle à l'aide de alt-tab, soit j'utilise le super raccourci mod4+nom, mais c'est fastidieux à la longue...

      Sous awesome, j'ai un raccourci me permettant de switcher sur la dernière fenêtre ayant eu le focus, ce qui facilite grandement les aller-retours entre par exemple le navigateur et le vim (quand je met au point un support de cours par ex). Et ça ça manque (même si le comportement de alt-tab s'en rapproche un peu).

      • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

        Posté par . Évalué à 4.

        alt-shift-tab ?

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Pour le placement dans le bureau virtuel spécifique :
      $ gsettings set
      org.gnome.shell.extensions.auto-move-windows
      application-list "['epiphany.desktop:2',
      'gedit.desktop:4']"

      Source (muffin N°3) : http://mag.fedora-fr.org/wiki/Accueil#T.C3.A9l.C3.A9chargements_disponibles_.21

      Par contre, comme indiqué sur le forum, aucune idée pour agrandir toujours la fenêtre... Bien dommage je l'accorde.

      • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Merci pour l'info, à la fois pour muffin et pour les gnome-shell-extensions !

        • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Donc les gnome-shell-extensions-* c'est bon, mangez-en. Il faut:
          1. les installer
          2. relancer gnome-shell (alt+F2 r)
          3. configurer les extensions.

          L'extension automove-windows permet de placer les applications sur un bureau précis, et se configure soit en console

          
          

          , soit graphiquement à l'aide de l'application dconf-editor (merci à Gnome de nous faire jongler entre fichiers de conf, gconf et ce nouveau dconf pour la configuration de nos systèmes ...)

          (Ceci est un résumé du n°3 de Muffin et de mes propres expérimentations)

      • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Pour agrandir la fenêtre, dans GNOME 2 il fallait utiliser Devil's Pie. ça marche sans doute encore sous GNOME 3.

        • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          ça marche sans doute encore sous GNOME 3.

          Je confirme, et ça permet également de positionner les fenêtres sur un espace de travail particulier.

          Merci de l'info

    • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

      Posté par . Évalué à 1.

      Ça m'intéresse ce point tiens:
      Il n'est pas possible de déplacer une application d'un bureau à un autre?
      Quid de lancer des applications sans passer par le menu principal (e.g. gmrun)?

      • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Il n'est pas possible de déplacer une application d'un bureau à un autre?

        Bien sûr que si, à la main sur la décoration de fenêtre.
        On peut aussi probablement le programmer en JavaScript (le langage d'extension de gnome-shell) par le biais d'une extension j'imagine.
        Ou bien passer par gconf-editor, sûrement.

        [mavie]Bref, je dois être vieux con mais je suis passé sous XFCE, j'ai retrouvé mes 8 bureaux virtuels statiques, sans me prendre la tête, installé devilspie pour affecter des propriétés à mes fenêtres (numéro de bureau, état de maximisation, etc) et roule ma poule !
        En plus il gère bien mieux mon multi-écran portable/flatron que KDE4[/mavie]

      • [^] # Re: Les bureaux virtuels dynamiques

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Lancer des applications sans passer par le menu, c'est justement l'objectif du raccourci Mod4:

        Il suffit de le faire suivre d'un nom de l'appli que l'on veut lancer (ex: thunder...), ou de l'activité associé (ex: email) pour lancer ton client de messagerie favori.

  • # mise en veille de l'écran

    Posté par . Évalué à 2.

    C'est pas plutôt un réglage de ton environnement de bureau plutôt que de la distribution ça ?

    De mémoire chez moi c'est KDE qui gère ça, on peut le paramétrer comme on veux.

    • [^] # Re: mise en veille de l'écran

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je n'ai pas d'environnement de bureau, juste un gestionnaire de fenêtre (c'est pour ça qu'il est très difficile de trouver une réponse à ce genre de problème, dans ma situation)

      • [^] # Re: mise en veille de l'écran

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Normalement tu installes "pm-utils" et ça roule...

        Pour mettre en veille: pm-suspend

        Et pour le reste il y a tout ce qu il faut comme script dans /etc/acpi (par exemple lm-lid pour quand tu rabats/ouvres l'ecran...

      • [^] # Re: mise en veille de l'écran

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        J'utilise awesome aussi, avec gnome-power-manager dans le autorun. Du coup, je peux configurer via la GUI le comportement que je veux... et hop ! Ta situation n'est vraiment pas difficile :) Si tu ne veux pas utiliser gnome-power-manager (qui reste assez petit...), y a d'autres démons que tu peux tester.

  • # Fedora 15 depuis le début

    Posté par . Évalué à 6.

    Sommaire

    Pour apporter à ton expérience, je vais aussi faire part de la mienne.

    Je me suis mis à Fedora depuis la version 14 et j'ai donc naturellement migré vers la version 15.

    Ce que j'aime chez Fedora c'est qu'ils n'ont pas peur des nouveautés donc on se retrouve (peut être parfois à tord) avec les dernières avancées du logiciel libre. Avec Fedora 15, je me suis donc mis à utiliser Gnome-Shell. Si l'interface dans un premier temps est agréable, elle possède quelques limites (de mon point de vue). Je mets cependant cela sur le coup d'une évolution majeur et c'est donc avec impatience que j'attends GNOME 3.2 en espérant qu'il y ait du mieux.

    J'aime

    • L'intégration. La distribution fait le pari d'utiliser les nouveautés du logiciel libre et le tout est bien intégré et assez stable.
    • La nouvelle interface dans sa globalité. Naviguer entre les applications en ayant leur contenu est vraiment utile.
    • Bien que déroutant j'aime la création des bureaux virtuelles "à la demande" par un simple glissé/déposé.
    • Les extensions de Gnome-Shell qui permettent d'apporter un peu de personnalisation.
    • Les system-config-* qui permettent de configurer son système graphiquement.
    • Package-kit qui s'intègre au système et propose d'installer les bons drivers quand on branche une nouvelle imprimante. Pour l'anecdote un driver HP qui plantait sur une machine avec Windows 7. J'ai branché l'imprimante sur mon PC et 2 minutes plus tard une feuille sortait déjà.
    • plymouth car c'est quand même plus bling bling que des lignes qui défilent à l'écran (à noter que Debian permet d'installer plymouth et que le thème est sympa ;).
    • xrandr, car c'est vraiment sympa de brancher un port VGA et un port HDMI et de voir que le tout se configure tout seul à chaud.

    Je n'aime pas

    • yum. Je n'arrive vraiment pas à m'y faire. Il ne vaut selon moi pas un aptitude. Le gros problème (même s'il est possible de contourner cela) est qu'il télécharge la base des paquets à chaque appel et le résultat de la commande search est vraiment chaotique (de même que le nom des paquets :s).
    • Le thème qui prend la moitié de l'écran pour afficher un bouton. J'avais l'impression de retourner quelques années en arrière.
    • Heu... C'est quoi le nom de cette application déjà ? En anglais ou en français ? En plus avec les noms coupés au troisième caractère ça n'aide pas... Heureusement, la recherche ne se fait pas que sur le nom et ça c'est bien.
    • Tenter de configurer une IP fixe (donc carte pas encore montée) ? En cliquant sur l'icône en haut ? Non ! Bon on tape quoi "réseau" ou "connexion" ? On tente "réseau". Ah paramètre réseau... Ah non retour à la case départ. Connexion. Application ou paramètre ? En fait c'est la même chose et là je peux ajouter mon réseau avec IP fixe. Bref NetworkManager n'est pas encore bien intégré.
    • Les fichiers de configuration. Il ne vaut mieux pas chercher à savoir comment configurer le réseau. Car déjà il y a NetworkManager et avant il y avait system-config-network.
    • La perte de la fonctionnalité du focus qui suit la souris. Devoir cliquer pour taper du texte (avec évidemment la fenêtre qui se met au premier plan) m'ennuie fortement.
    • Le fait que l'on ne puisse changer de thème et de façon générale, tout ce qui touche à la personnalisation de l'interface. Heureusement GnomeTweakTool est là.
    • Cette barre en haut qui me bouffe de la place sur mon écran.
    • GNOME qui devient super lent sans aucune raison.
    • Nautilus à qui j'ai demandé de classer mes fichiers par type (dans les préférences) mais qui s'obstine à les classer par taille.
    • Les fenêtres qui sautent d'un écran à l'autre quand le contenu change. Cela arrive aussi bien sous GNOME qu'avec GDM. A la fenêtre de login, on valide son nom d'utilisateur et on joue à cache-cache pour trouver sur quel écran entrer le mot de passe. De même sous GNOME, la fenêtre est sur un écran un clique et hop elle part sur un autre. Ce bug était déjà présent dans les précédentes versions de GNOME du moins dans la version de Fedore 14.
    • Le saviez-vous, si le menu contextuel se cache derrière la barre d'activité, il est toujours possible de cliquer sur un des éléments. L'utilisation d'un thème ayant une barre transparente m'a permit de m'en rendre compte.

    Mi figue mi raisin

    • Le fait que le bureau virtuel ne concerne qu'un seul écran. Si on a un second écran, seul l'écran ayant la barre en haut est concerné par les bureaux virtuels, les autres affichant toujours les mêmes applications. Je ne sais pas si c'est bon ou mauvais car d'un côté ça permet de toujours avoir un terminal ou un navigateur sous la main mais d'un autre un vrai bureau virtuel doit affecter tout les écrans.

    Conclusion

    Hormis quelques bugs que j’attribue à la jeunesse de GNOME 3, j'aime assez Fedora de part son intégration. Avec une Debian, je cherchais des thèmes, je fouillais dans les fichiers de configuration pour intégrer un peu le tout à ma façon. Avec Fedora, je touche à la configuration très rarement. L'organisation du système de fichier quelques peu "bizarre" n'est pas non plus étranger à ce phénomène.

    Cependant, GNOME 3 amène sont lot de problèmes d'intégration. Toutes les applications n'ont pas encore migré et ça se voit.

    • [^] # Re: Fedora 15 depuis le début

      Posté par . Évalué à 1.

      yum. Je n'arrive vraiment pas à m'y faire. Il ne vaut selon moi pas un aptitude. Le gros problème (même s'il est possible de contourner cela) est qu'il télécharge la base des paquets à chaque appel

      Il ne télécharge pas la base des paquets à chaque exécution, il vérifie si la base a été mise à jour en téléchargeant un petit fichier de 3 ou 4 ko voire beaucoup moins. C'est paramétrable.
      Yum a un cache, ce n'est pas pour rien.

      Yum a aussi l'utilitaire repoquery pour faire des cherches compliquées.

      Ne pas oublier 'yum provides "bin/transmission"' par exemple non plus.

      Les fichiers de configuration. Il ne vaut mieux pas chercher à savoir comment configurer le réseau. Car déjà il y a NetworkManager et avant il y avait system-config-network.

      J'ai F13, mais on doit toujours pouvoir configurer le réseau avec script. Voir /etc/sysconfig/network-scripts/ , mettre "NM_CONTROLLED=NO" à ifcg-{interface} pour que NetworkManager ne gère pas l'interface. D'autres informations ici : /usr/share/doc/initscripts-*/sysconfig.txt

    • [^] # Re: Fedora 15 depuis le début

      Posté par . Évalué à 5.

      d'un autre un vrai bureau virtuel doit affecter tout les écrans.

      Pas d'accord. Je suis sous awesome et j'ai 5 bureaux virtuels par écran :)

      Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Fedora 15 depuis le début

      Posté par . Évalué à 2.

      Je ne sais pas si c'est bon ou mauvais car d'un côté ça permet de toujours avoir un terminal ou un navigateur sous la main mais d'un autre un vrai bureau virtuel doit affecter tout les écrans.

      Bof. Sous enlightenment DR17, tu as des bureaux virtuels indépendants sur chaque écran, ce qui permet de switcher seulement un côté et pas l'autre. Le grand luxe quoi.

  • # Amalgame

    Posté par . Évalué à 7.

    Salut!

    Juste une petite réaction suite à la lecture de ton article :

    Mon laptop (Samsung N150) souffre sous Debian de petits problèmes que j'ai la flemme de résoudre

    Cette remarque indique qu'il doit en effet y avoir des soucis de compatibilité matériel probablement dut au version des paquets que tu utilise.

    J'utilise en effet le même laptop que toi (N150) avec une Debian Squeeze stable et à jours. Je n'ai rencontré aucun des soucis que tu viens d'énoncer!
    Une page de wiki Debian traite d'ailleur de l'installation et de la configuration de Debian sur ce laptop sur une Squeeze. lien_wiki_N150

    Au final quand on fini de lire ton article, on en viendrait presque à la conclusion que Debian est une distribution qui ne fournit que des interfaces en ligne de commande et qui ne supporte que très peu de matériel contrairement à Fedora. Pour moi tu fait en faite un amalgame entre le choix des logiciels/interface et le choix de la distribution/versions.

  • # Touches de luminosité

    Posté par . Évalué à 2.

    Ce qui ne marche pas: les touches permettant de régler la luminosité. récupération de mon script perso, configuration des raccourcis claviers adéquats, et ça roule.

    Pour un gros nul, y'a moyen d'avoir les scripts? Parce que je suis sous fedora depuis quelques versions et j'ai jamais eu les touches qui marchent :(

  • # Pas core

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Ça s’appelle Fedora, et non-plus Fedora Core, depuis Fedora 7.

  • # Gnome est aussi dispo sous Debian, et plein d'autres trucs aussi

    Posté par . Évalué à 1.

    De ce que je comprends, tu as des soucis de configuration dont un monsieur vient de dire qu'il ne les a pas sur la meme machine.

    Tu trouves également que finalement les outils graphiques, c'est pas si mal, et ça tombe bien: Debian a plein de paquets, et je suis pret à parier qu'une bonne part des outils que tu apprécies sous Fedora ne sont pas exclusifs à Fedora.

    Non, il y a bien des raisons d'apprécier l'une ou l'autre distribution, mais j'ai le sentiment que tu es complètement passé à coté.

  • # Gnome3, pas Fedora

    Posté par . Évalué à 3.

    Ton retour d'expérience concerne plutôt GNOME3 et pas Fedora 15 (on ne dit plus le "core"). Un reproche sur Fedora est yum : il a tout le temps besoin de resynchroniser sa base de données, et croyez-moi ça ne prend pas "3 ou 4ko"... Quand on a les RPMFusion c'est plutôt 20 Mo... alors si votre connexion ADSL est solide ça va, mais quand vous êtes en voyage et que vous vous tapez une connexion EDGE mobile c'est l'enfer...

    J'étais sur Fedora depuis la 13, jusqu'à la 15, mais je suis passé à autre chose pour cette raison.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.