Journal L'apocalypse d'Internet?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
12
30
jan.
2014

Cher journal, c'est quoi ce "binz" ?

http://www.avaaz.org/fr/internet_apocalypse_pa_eu/?cHQkIab

Bon déjà, au passage, si je pouvais avoir un sondage d’opinion à propos de Avaaz, j'aimerais assez :)

Ensuite, voici l'annonce tonitruante :

Les 1% les plus riches pourraient désormais contrôler pour toujours ce que nous voyons sur le web. C'est l'apocalypse de l'Internet tel que nous le connaissons. C'est la fin de la promesse démocratique de l'autoroute de l'information pour tous qu'avaient imaginée les pionniers du world wide web.

Notre communauté s'est créée grâce à cette idée: ensemble nous avons utilisé le web pour combattre la corruption, pour sauver des vies et apporter une aide citoyenne aux peuples des pays en crise. Mais les États-Unis et l'Union européenne sont sur le point de donner aux plus riches entreprises le droit d’accélérer l’affichage de leurs contenus, tout en ralentissant ou en bloquant tous les autres. Jusqu'ici, Avaaz pouvait montrer les images tournées par les citoyens en Syrie ou bien lancer des campagnes pour sauver la planète. Aujourd'hui, nous sommes menacés.

Des deux côtés de l'Atlantique, les décisions sont prises en ce moment. Mais les innovateurs de la technologie, les défenseurs de la liberté d'expression et les meilleures entreprises du web contre-attaquent. Si nous sommes des millions à les soutenir, nous pourrons créer le plus grand appel jamais vu pour un Internet libre et démocratique. Signez maintenant et parlez-en à tout le monde

Qu'en est-il ?

Que peut-on faire à part acheter plein de T-Shirt April et Quadrature du net au Fosdem ?

  • # dramatisation

    Posté par . Évalué à 6.

    Si j'ai bien compris :
    - les entreprises auraient le droit d’accélérer le transport de leurs contenus, tout en ralentissant ou en bloquant tous les autres
    - cela entrave donc notre liberté d'information

    Question : le terme "bloquant" est-il réel ou imaginaire ? Le texte mentionne-t-il vraiment le droit de "bloquer" ?

    Je pense que l'article d'Avaaz dramatise. Les multiples entreprises qui possèdent les tuyaux de l'internet ne sont pas celles qui fabriquent le contenu. Il y aura donc des négociations commerciales, et même si certains contenus sont favorisés (télévision, vidéo à la demande, etc.) je ne crois pas que l'internet public en pâtira trop, car les publicités continueront de soutenir une partie gratuite de l'internet. Et finalement si notre liberté d'information dépend d'articles textuels ou de photos, ils ne seront quasiment pas ralentis dans les tuyaux, car leur taille sera ridicule en comparaison des vidéos.

    • [^] # Re: dramatisation

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je pense qu'il y a quand même lieu de s'alarmer, surtout quand on regarde le nombre faible d'acteurs de l'internet au niveau mondial (et quand je dis internet, je parle bien du transport de bits, pas de création/hébergement de contenu). L'idée des négociations c'est plus ou moins de dire que si un transporteur n'importe où sur la chaine veut favoriser ou défavoriser tel ou tel pair, pour des raisons autres que purement techniques (typiquement à cause de contrats), et ben c'est pas grave. Les gros arriveront à s'en sortir parce qu'ils ont déjà de l'argent… mais les petits et surtout les futurs pas encore nés n'arriveraient pas à percer dans un modèle comme celui-là, tout simplement parce qu'ils n'ont pas la force de frappe nécessaire pour négocier.

      Aujourd'hui si je veux faire un concurrent à Youtube, il me "suffit" d'avoir de gros disques durs et un FAI qui acceptera mon débit et "c'est bon". L'orientation des discussions internationales c'est de dire que si je veux que Mme Michu regarde mon contenu, il faut en plus que je négocie un contrat avec son FAI et tous les FAIs entre nous. Autrement dit, extrêmement discriminatoire. Ça serait juste de la pure malhonnêteté de dire que personne n'est censuré.

      • [^] # Re: dramatisation

        Posté par . Évalué à 2.

        Tout a fait, mais là tu cites un gros service centralisé, or internet a été conçu au contraire pour décentraliser. Et si tu inventes un concurrent à Youtube basé sur le P2P ? Les données réparties dans des "nodes" dans le monde entier ? Il serait alors quasi-impossible d'être bridé par les FAI…

        • [^] # Re: dramatisation

          Posté par . Évalué à 10.

          Et les FAI pourraient brider ton protocole P2P sous prétexte que tu n'as contracté aucuns accords avec eux pour autoriser le débit créé suite à l'usage de ton protocole.

          • [^] # Re: dramatisation

            Posté par . Évalué à 4.

            C'est possible techniquement ça ?
            Si je me réfère à tor, il me semble qu'il ne peut pas être bloqué, la seule solution est de blacklister les nœuds.

            Par ailleurs Free a essayé de bloquer le p2p en 2006 et ça a causé énormément de dégâts collatéraux (en gros seul le http marchait à peu près correctement).

            • [^] # Re: dramatisation

              Posté par . Évalué à 9.

              C'est possible techniquement ça ?

              C'est bien entendu contournable. N'importe qui qui connait un peu le fonctionnement des VPN, Tunnels et autres redirections de ports et NAT transversal sera toujours plus ou moins capable de passer outre les limitations.
              Ca fait 0,01% de la population internet qui peut accéder à ton contenu si elle en a le temps et l'envie.

              Madame Michu ne saura même pas que tu existe.

              • [^] # Re: dramatisation

                Posté par . Évalué à 6.

                N'importe qui qui connait un peu le fonctionnement des VPN, Tunnels et autres redirections de ports et NAT transversal sera toujours plus ou moins capable de passer outre les limitations.

                Et encore, même cela peut devenir impossible. Vu la direction que prennent les choses, dans moins de 10 ans, internet pour particulier ça ne sera que de la CONSULATION sur le port 80 et 443 (port tcp 80,443 SORTANT). Et que du HTTP/SSL standard sur ces ports, sinon, c'est trop facile :). Bien sur, plein de destinations seront blacklistées, sinon, c'est aussi trop facile.

                J'ai dis moins de 10 ans ?
                \o/ Mon téléphone est déjà dans ce cas, avec les ports mails en plus.

                • [^] # Re: dramatisation

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Et encore, même cela peut devenir impossible. Vu la direction que prennent les choses, dans moins de 10 ans, internet pour particulier ça ne sera que de la CONSULATION sur le port 80 et 443 (port tcp 80,443 SORTANT).

                  Il y aura toujours un hacker pour faire un tunnel basé sur le protocole multi-player de candy-truc.
                  Mais une fois de plus ca va concerner 0.01% de la population…

      • [^] # Re: dramatisation

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        En même temps, YouTube "squatte" un service qu'il ne paye pas, à savoir de la bande passante sur des grosses interconnexion. On est arrivé à la période où cette utilisation démesurée d'une ressource commence à avoir un coût non négligeable qui ne peut plus être absorbée dans le cadre d'un service "général".

        Ça ne me parait pas choquant qu'un acteur comme YouTube se retrouve à devoir payer une partie des coûts qu'il engendre pour son utilisation démesurée d'une ressource.

        A côté, je n'ai rien vu qui remette en question le fait que les autres contenus serait accessibles à une vitesse raisonnable.

        Ça serait juste de la pure malhonnêteté de dire que personne n'est censuré.

        Au contraire, pour l'instant, je n'ai rien vu dans ce sens. Les gens n'arrêtent pas de faire des amalgames entre augmenter le débit de service précis qui payent pour cela, et la censure.

        Si tu veux diffuser un film imaginons contre la tuerie des baleines traduit en 45 langues dans le monde entier sur Internet, tu sera dans la situation suivante:

        1. Tu peux mettre ton film sur YouTube et profiter du débit fantastique négocié par YouTube.

        2. YouTube n'aime pas ton film, tu peux déjà aller voir les concurrents de YouTube (DailyMotion, …)

        3. Pas de bol, tous les concurrents de YouTube veulent censurer ton film. Il te faut donc le diffuser par tes propres moyens. Tu te prends une dedibox avec 1Gbit et éventuellement des services équivalent dans d'autres pays. Pour un prix raisonnable par mois, tu as une bonne bande passante raisonnable et tu n'es toujours pas censuré.

        4. Pas de bol, même OVH et Amazon ne veulent pas héberger ton film sur les tueries des baleines. Dans ce cas, tu peux travailler avec des associations type GreenPeace ou EFF pour trouver des solutions. Tu peux aussi mettre ton film sur Tor ou en P2P ou chez MegaUpload.

        Bref, il reste encore pas mal de solutions.

        Pour l'instant, c'est un peu comme si tu appelais à la censure du forum de Davos parce que tu dois payer un billet d'avion pour y aller.

        Après si tu veux monter un service commercial et payant, on parle d'autre chose. Mais on se retrouve avec la même question. Si tu abuse d'une ressource, il est normal qu'il y aie une contrepartie payante.

        • [^] # Re: dramatisation

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          En même temps, YouTube "squatte" un service qu'il ne paye pas, à savoir de la bande passante sur des grosses interconnexion. On est arrivé à la période où cette utilisation démesurée d'une ressource commence à avoir un coût non négligeable qui ne peut plus être absorbée dans le cadre d'un service "général".

          Ca me paraît légitime, comme à une époque où le particulier payait sa bande passante selon le volume qu'il voulait.
          Par contre, il faut que l'entreprise fasse un tarif "unique" et non à la tête du client (avec des éventuelles négociations) et ne pas refuser selon le type de contenu ou le détenteur du service. Bref, être équitable.

          Le risque est que certains fournisseurs de tuyaux qui ont des services de contenus comme Orange brident la concurrence dans n'importe quelle situation.

        • [^] # Re: dramatisation

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          En même temps, YouTube "squatte" un service qu'il ne paye pas

          Euh… Google est son propre AS et s'interconnecte avec les autres AS. Je suis prêt a mettre ma main a couper au feu que les contrats sont pas du type free peering comme sur l'internet libre qu'on voudrait, mais qu'ils sont ardemment négociés pour que tout le monde y trouve son compte. Et si un autre AS qui se connecterait a Youtube veut pas mettre les moyens pour avoir des tuyaux assez gros pour tout faire passer, c'est son problème.

          Maintenant, si tu parles de l'AS coté client, c'est une énorme farce de le voir se plaindre que Youtube est trop gros sur ses tuyaux. Si Youtube passe par ses tuyaux, c'est parce que ses clients veulent du Youtube, pas parce que Youtube est imposé partout. Si quelqu'un doit payer, c'est bien le client (mais la encore parce que c'est du gros débit, pas parce que c'est Youtube).

          Au contraire, pour l'instant, je n'ai rien vu dans ce sens

          J'ai été un peu rapide: ce sera de la censure si le modèle discuté arrive. On n'en est pas encore la, heureusement.

          Bref, il reste encore pas mal de solutions.

          Tes solutions partent du principe que le bridage n'a lieu qu'au niveau de l'AS du cote du fournisseur de service et des intermédiaires directs, ce qui est le cas aujourd'hui et qui est tout a fait normal. Les discussions visent a étendre la discrimination a tous les AS…

          Si tu abuse d'une ressource, il est normal qu'il y aie une contrepartie payante.

          Oui, mais c'est a celui qui demande de payer, pas a celui qui offre (ou alors je vais dire a la caissière de Leclerc qu'elle doit payer pour la quantité de courses tellement énorme qu'elle rentre pas dans mes pauvres cabas)

          • [^] # Re: dramatisation

            Posté par . Évalué à 4.

            Cette discussion n'est qu'un moyen pour les opérateurs télécom de monnayer un max leurs infras. Quelque part de leur part c'est de bonne guerre, dans la mesure ou les producteurs de contenus déjà plus ou moins grassement payés essaient de profiter du système de droits d'auteur pour imposer des redevances aux FAI et tenter de pomper leur fric d'une façon tout aussi déloyale, en essayant de marteler auprès des politiques que sans eux, Internet n'existerait pas et que les FAI n'auraient rien à véhiculer. Au final, ce qui est à déplorer, c'est que ce sont les clients finaux comme nous qui payons pour la cupidité des intermédiaires.

            J'avais lu il y a quelques annéesde celçà un article ou un billet expliquant que cette tentative de faire payer encore plus et de discriminer les flux n'était que du pipeau, et un moyen de faire payer 2, 3 ou 4 fois l'exploitation d'un même tuyau physique. Mais dommage, je n'arrive plus à trouver les références.

      • [^] # Re: dramatisation

        Posté par . Évalué à -1.

        le nombre faible d'acteurs de l'internet au niveau mondial (et quand je dis internet, je parle bien du transport de bits, pas de création/hébergement de contenu).

        Faible nombre d'acteurs ? Je pense qu'il y en a au moins une dizaine en France : Orange, Renater, OVH, Bouygues, SFR, etc. (je suppose qu'il y en a d'autres que je ne connais pas).
        Donc en extrapolant à l'international, ça donne pas mal de fournisseurs de tuyaux.

        Je me trompe peut-être. Pourrais-tu préciser ?

        • [^] # Re: dramatisation

          Posté par . Évalué à 3.

          Faible nombre d'acteurs ? Je pense qu'il y en a au moins une dizaine en France : Orange, Renater, OVH, Bouygues, SFR, etc. (je suppose qu'il y en a d'autres que je ne connais pas).

          Oui, quelques acteurs énormes, dont le réseau s'étale sur tout le territoire (en étoile centré de Paris typiquement).

          En passant : le réseau internet français est très fragile. S'il y a un gros problème à Paris (une inondation par exemple), tout le réseau français sera à genoux. Et il y aura aussi probablement un grand nombre de villes (même dans le sud) qui seront déconnectées).

          Please do not feed the trolls

        • [^] # Re: dramatisation

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          rigolo, ta liste ne compte aucun opérateur tier-1, tu parles de nains des telecoms (à l'échelle internationale).
          La liste d'opérateurs tier-1 est plutôt courte, et c'est ceux-la qui sont importants pour un bon flux de manière globale (et non locale).

          (pourquoi OVH dans la liste? il ne possède pas spécialement de tuyaux, il loue par fibre de 10 Gbps il me semble).

          • [^] # Re: dramatisation

            Posté par . Évalué à 3.

            Qualifier opentransit de nain des télécoms à l'échelle mondiale, faut être gonflé comme même.

            • [^] # Re: dramatisation

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              J'avoue avoir hésité vis à vis d'Open Transit qui sort du lot des noms cités, c'était une commentaire plus général sur l'ensemble de la liste (surtout avec OVH dans la liste), Open Transit (qui appartient à orange) est "majeur" sans être tier-1 d'après Wikipedia.

        • [^] # Re: dramatisation

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Je pense qu'il y en a au moins une dizaine en France

          Justement, si on imagine qu'il y en a 10, ça veut dire qu'il y a un FAI pour 6 millions de personnes. C'est loin d’être le modèle rêvé pour Internet, ou chaque pair est censé être indépendant et ou la foultitude de routeurs au milieu fait que n'importe qui peut tomber a tout moment (ou faire n'importe quoi) sans que ça ne casse tout le réseau. Si ça se joue a 10, on va pas aller très loin au niveau résilience.

          Et puis justement, tu prends un peu le mauvais exemple avec la France, parce qu'on a de la chance d'avoir la FFDN qui vise a construire une multitude ilots d'interconnexion plutôt que de grandes machines dans laquelle tu n'es qu'un numéro et ton avis compte trop peu. Il me semble que FDN visait quelque chose comme 100 personnes par FAI, ce qui me semble être encore gérable.

          Alors bien sur tu vas dire que je rêve et que 1 AS pour 100 humains c'est impossible, mais c'est pourtant plus ça le modèle fonctionnel d'Internet.

          • [^] # Re: dramatisation

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Le numéro d'AS était sur 32 bits, ça fait fait une AS pour deux humains, c'est donc tout à fait possible :)

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: dramatisation

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              Non, il était sur 16 bits, mais maintenant ils l'ont effectivement passé sur 32 bits :)

              • [^] # Re: dramatisation

                Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                Je voulais écrire étant tout en pensant à ce moment là qu'ils étaient sur 16, je me suis donc un peu emmêler les pinceaux.

                « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: dramatisation

      Posté par . Évalué à 10.

      Non, l'internet "libre" ne sera pas bloqué, mais sévèrement handicapé.

      Depuis la Chine, sur la plupart des connexions que j'ai eues, les sites à l'étranger semblent bien plus lents que les sites "locaux" (ça en devient même risible quand ça va plus vite à travers un VPN!). Résultat: les sites locaux sont les plus fréquentés même là où la concurrence est ouverte. Bien sûr il y a aussi la censure, mais la censure ne fait pas tout.

      Tu peux donc décider quel site devrait avoir la plus haute fréquentation, certainement celui qui propage tes idées plutôt que celles qui te dérangent…

      En ce qui concerne les solutions de contournement, je crois que tu rates un élément:
      Les sites privilégiés ne seront pas "accélérés" (les tuyaux sont toujours les mêmes), c'est le reste du monde qui sera ralenti pour conserver la bande-passante en cas de sollicitation vers les potes.

      • [^] # Re: dramatisation

        Posté par (page perso) . Évalué à 4. Dernière modification le 31/01/14 à 10:37.

        Depuis la Chine, sur la plupart des connexions que j'ai eues, les sites à l'étranger semblent bien plus lents que les sites "locaux" (ça en devient même risible quand ça va plus vite à travers un VPN!). Résultat: les sites locaux sont les plus fréquentés même là où la concurrence est ouverte. Bien sûr il y a aussi la censure, mais la censure ne fait pas tout.

        Et elles le sont.
        Le grand pare feu chinois fait du RST TCP sync pour "temporiser" les connexions vers et depuis l'extérieur afin de mieux les harmoniser filter.
        ça a un double avantage, ça favorise le traffic local et ça désengorge les solutions de filtrages.

        Magnifique non ?

    • [^] # Re: dramatisation

      Posté par . Évalué à 5.

      Je pense que l'article d'Avaaz dramatise. Les multiples entreprises qui possèdent les tuyaux de l'internet ne sont pas celles qui fabriquent le contenu.

      Orange / Dailymotion
      SFR / Vivendi/Univers sale / Canalplus
      Bouygues Télécom / TF1 / Eurosport / LCI
      Google / Youtube / Gmail / etc………

  • # C'est moi le roi de la route !

    Posté par . Évalué à 10.

    Les 1% les plus riches pourraient désormais contrôler pour toujours ce que nous voyons sur le web. C'est l'apocalypse de l'Internet tel que nous le connaissons. C'est la fin de la promesse démocratique de l'autoroute de l'information pour tous qu'avaient imaginée les pionniers du world wide web.

    Le problème est là. L'autoroute. L’autoroute n'a rien de démocratique. C'est une concession d'un bien public a une corporation privée qui décide ensuite, où tu dois faire le plein, ce que tu trouvera dans ton sandwich et ton café a 2€ d'autoroute. Certes, c'est rapide et sécurisé. Mais c'est un autoroute où tout le monde fonce tout droit sans réfléchir, ivre de vitesse.

    Brefle, les pionniers du world wide truc doivent se réveiller et réinventer la petite route de l'information, la départementale digitale, le chemin de traverse numérique et quitter ces autoroutes à la con.

    Que peut-on faire à part acheter plein de T-Shirt April et Quadrature du net au Fosdem ?

    Réécouter les nones troppo ?

    Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

  • # Me want cookie!

    Posté par . Évalué à 6.

    si je pouvais avoir un sondage d’opinion à propos de Avaaz, j'aimerais assez :)

    C'est du web citoyen, soutenu par des organisations avec pas mal de force de frappe. Par contre, ca ressemble quand meme fortement a une belle facade avec pas grand chose derriere, qui permet a ces organisations d'afficher des gros chiffres pour le nombre de membres probablement sans grand rapport avec un reel engagement (ou meme la realite).

    Sinon, le web participatif, le partage, tout ca, c'est gentil mais partager les cookies avec tout le monde c'est quand meme pas top… Si quelqu'un pouvait leur faire un rapport de bug:
    [[https://secure.avaaz.org/common/js/]] ZeroClipboard.swf?id=\%22%29%29}catch%28e%29{}if%28!self.a%29self.a=!alert%28document.cookie%29//&width&height

    Version a jour sans trou de securite ici: https://github.com/zeroclipboard/zeroclipboard

  • # Apocalypse = un problème de bande passante ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Quand je lis ce genre d'annonce, je me fais les réflexions suivantes:

    Déjà ils n'arrêtent pas de confondre www et internet. Nous en avons l'habitude, mais ça ne fait pas très sérieux dans un brûlot qui se veut manifeste.

    Les 1% des plus riches qui contrôlent tout: revoilà le complot, là où il serait plus intelligent de ne voir qu'une convergence d'intérêts. Oui, des intérêts ploutocratiques, puisque vous insistez, mais il serait plus intéressant de se pencher sur les forces en présence pour en tirer un petit schéma de leurs relations. Ils ne forment pas un tout, et ont souvent des intérêts divergents selon le secteur où ils se placent (tuyaux, hébergeurs, déverseurs de «contenus»…).

    la promesse démocratique imaginée par les pionniers du world wide web : wabon ? C'était une «promesse démocratique» le www ? Je pensais que c'était juste une façon futée de représenter des données documentaires. Et faire mieux que Gopher.

    on va nous interdire de lancer des campagnes d'information pour sauver la planète : rassurez-vous, les gouvernements de tout poil adorent les pétitionneurs, surtout virtuels.

    les meilleures entreprises du web contre-attaquent : ah oui sauvé, Zuckerberg , Schmidt et Newell arrivent à la rescousse! En avant les 1% !

    signez maintenant et parlez-en à tout le monde : C-w

    Ce qui a de la valeur, que ce soit économique ou subversive (ph3ar), c'est l'information.
    L'information se satisfait très bien d'un modem 28800 à 2Ko/s pour faire écrire sur des newsgroups en nntp (et ce n'est même pas compressé!).
    Donc même en étranglant complètement la bande passante, l'information trouvera toujours un endroit où passer.
    Ces gens confondent le chantage commercial que se font de grosses entreprises situées à différents niveaux de l'écosystème internet, et la circulation de l'information.

    En résumé, ils confondent video youtube HD qui rame sur leur écran grand format, et liberté d'expression.

    • [^] # Re: Apocalypse = un problème de bande passante ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      L'information se satisfait très bien d'un modem 28800 à 2Ko/s pour faire écrire sur des newsgroups en nntp

      Leafnode powa \o/

      * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

    • [^] # Re: Apocalypse = un problème de bande passante ?

      Posté par . Évalué à 5.

      En résumé, ils confondent video youtube HD qui rame sur leur écran grand format, et liberté d'expression.

      Mais regarder (et faire partager) des vidéos, ça fait également partie de la liberté d'expression.

      Je préfère renvoyer quelqu'un vers une vidéo de l'île aux fleurs que vers un texte de trois pages, sans image expliquant que le gâchis, quand même, c'est mal.

      Il ne faut pas, à mon sens, être élitiste et faire une hiérarchie entre les moyens d'accéder à l'information sous prétexte qu'il y a un moyen noble et un moyen pour les kikoolol.

      Et si tu as tout à fait raison dans tes propos - on pourra toujours avoir accès à l'information - ça ne rend pas moins grave la limitation de l'accès à l'information pour les moins dégourdis ou les moins motivés.

      Par ailleurs les différents moyens de communication sont complémentaires. Si on ne conserve que la version textuelle sur le Web (et le reste du Net), on pourra faire de merveilleux argumentaires top moumoute et les partager entre nous, les convaincus, en nous disant que, quand même, qu'est ce qu'on a réfléchi et qu'est ce qu'on analyse bien la situation. Et on propose plein de solutions toutes très pertinentes aux maux que l'on rencontre. Mais personne d'autre que nous n'ira lire tout ça. L'intérêt est limité.

      • [^] # Re: Apocalypse = un problème de bande passante ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Il ne faut pas, à mon sens, être élitiste et faire une hiérarchie entre les moyens d'accéder à l'information sous prétexte qu'il y a un moyen noble et un moyen pour les kikoolol.

        Il y a pourtant des différences fondamentales entre les différents moyens de publication.
        La liberté d'expression ne s’applique que pour garantir qu'un citoyen puisse dire, dans les limites de la loi, ce qu'il veut à partir d'un médium de son choix. Cependant, il ne contraint pas les éditeurs ou relayeurs de contenus de publier tout ce que les citoyens veulent dire ce qui peut les forcer à se tourner vers des moyens propres (auto-hébergement dans le cadre d'Internet, tracts imprimés par ses soins ou discours dans un lieu contrôlé par l'orateur, etc.).

        Youtube n'est ainsi pas garant de la liberté d'expression car elle a le droit à sa propre censure et elle ne s'en prive pas. L'intérêt d'héberger soit même est que tant que ce qui est dit est légal, même si personne n'aime le contenu, personne ne peut retirer ce contenu. Cette différence est suffisante pour moi pour dire qu'il y a des méthodes "nobles" et d'autres pas, car dans certains cas tu n'as pas une réelle liberté d'expression.

        • [^] # Re: Apocalypse = un problème de bande passante ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Youtube n'est ainsi pas garant de la liberté d'expression car elle a le droit à sa propre censure et elle ne s'en prive pas.

          Je pense que c'est super important de répéter ce genre de trucs, parce que c'est dingue à quel point les gens ne comprennent pas ce qu'est la liberté d'expression. La liberté d'expression, c'est le droit de dire ou d'écrire ce qu'on veut. Mais ce n'est absolument pas le droit de bénéficier d'un service privé! L'argument revient super souvent sur Wikipédia : «vous dites que vous êtes une encyclopédie libre mais vous censurez ce que je veux y écrire».

          Une entrave à la liberté d'expression pourrait venir d'une coupure arbitraire en provenance du FAI qui n'a pas aimé par exemple ce que vous écriviez sur un blog hébergé ailleurs. Mais autrement, chacun fait ce qu'il veut sur ses serveurs. Techniquement, en général, il existe des conditions d'utilisation, qui vous préviennent que le contenu sera supprimé s'il viole telle ou telle clause, mais dans les faits, je pense que chacun supprime ou autorise exactement ce qu'il souhaite (le seul bémol étant que si un hébergeur filtre activement ses contenus, il risque de ne plus pouvoir se planquer derrière le statut d'hébergeur).

  • # Proposition

    Posté par . Évalué à -1.

    Bonjour,
    J'ai reçu la pétition et je me demande si je vais la signer (probablement oui).
    Je me dis que je préférerais que YouTube et autres gros et petits acteurs paient leur impôts normalement car le système des impots est pas trop mal fait : les riches paient (devaient tout au moins) beaucoup, et les petits ne sont pas empêchés de grandir par les impôts (ils en paient peu).
    Ensuite, ce serait aux états de financer au moins en partie l'internet (comme les routes par exemple) car là aussi ils y a des mécanismes pour éviter la gestion non démocratique des états (même si les révolutions mettent parfois qq décennies à arriver et font qq morts au passage ….).
    (mais je ne sais pas comment est financé internet en fait, et je ne pose pas la question ici, je suis sûr qu'il y a déjà plein de réponse sur Internet : je les chercherai ce we avant de voter ….)

  • # IPv6

    Posté par . Évalué à 7.

    En lisant le titre, je croyais qu'on relançait le troll sur l'épuisement des IPv4 et la fin du réseau tel qu'on le connaît.

    Je suis vraiment déçu.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.