Journal Une preuve de plus que le libre est viable

14
22
jan.
2013

En Belgique, une petite entreprise est devenue une multinationale grâce au logiciel libre. Il s'agit d'OpenERP, un logiciel de gestion d'entreprise que certains d'entre vous connaissent déjà.
On en a parlé , et également sur le forum.
La société distribue gratuitement le soft sous licence AGPL et vit grâce au support et formations.
Pour faire face à la demande, ils sont présents dans plusieurs pays sur différents continents.
Un article succinct sur le site de la RTBF relate l'aventure (bon, comparer un type qui fait du logiciel libre à Bill Gates… il y en a qui n'ont pas encore tout compris)

  • # eh eh

    Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

    bon, comparer un type qui fait du logiciel libre à Bill Gates… il y en a qui n'ont pas encore tout compris

    cela aurait pu être plus sournois et le comparer à Steve Jobs :)

  • # normal mais

    Posté par . Évalué à  4 .

    ils ont beau distribuer gratuitement le logiciel
    un upgrade de la 6 à la 7 n'est pas prevu par un simple
    dpkg -i version7.deb

    enfin j'ai pas testé, j'ai juste demandé si c'etait prevu,
    et on m'a gentillement retorqué qu'il valait mieux passer par une prestation de migration.

    mais oui, heureusement y a plein de société qui vivent grace et avec du libre.

    • [^] # Re: normal mais

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      Et alors? la mise à jour de Kmail 1 à Kmail 2 n'est pas automatique non plus. Il faut passer par des scripts d'importation et diverses manipulations pour être certain de tout récupérer (dans les cas d'utilisation poussée).
      Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant.
      Il s'agit d'une version majeure d'un logiciel de gestion d'entreprise, qui contient toutes sortes de données. Tu peux très bien faire la mise à jour toi-même, mais si tu crois que ça se fait à coup de dpkg -i version7.deb, il vaut effectivement mieux passer par le support technique.
      Au reste la "prestation de migration" est assurée aussi par des partenaires OpenERP, pas seulement par la "maison-mère".

      "La liberté est à l'homme ce que les ailes sont à l'oiseau" Jean-Pierre Rosnay

      • [^] # Re: normal mais

        Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

        C'est d'ailleurs souvent le sens des numérotation majeurs de versions : passer de l'une à l'autre demande un travail différent qu'une mise à jour de version mineur : reconfiguration, conversion de formats de données, ré-apprentissage de l'ergonomie, et cætera. C'était une bonne vielle convention, d'avant la course effrénée des navigateurs.

      • [^] # Re: normal mais

        Posté par . Évalué à  2 .

        quand un logiciel est packagé proprement il fournit les scripts de migration d'une version à une autre.
        quitte à appliquer les scripts à la main pendant la migration.

        hormis une refonte complete de la base de données,
        qu'est-ce qui peut justifier qu'on ne puisse pas passer d'une installation par defaut de la v6 à une installation par defaut de la v7 ?

        je connais plein d'outil qui fournissent les scripts de migration lors de l'update du code.

        • [^] # Re: normal mais

          Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

          En fait dans le cas de la migration d'un openerp c'est un peu plus compliqué que ça.
          Le modèle est peut-être discutable (en tout cas c'est ce que je pense) mais il est compréhensible.

          Toute la difficulté vient du fait qu'il faut non seulement migrer openerp lui-même mais aussi tout les modules qui ont été installés (openerp n'est pas grand chose sans les modules). Certains passages de version demandent une modification de la structure de données (dans la BDD), ce qui complique grandement la migration. Pour ce qui est des modules officiels c'est assez simple, pour les modules custom c'est déjà plus complexe.
          Ce qu'openerp (l'entreprise) fait c'est de migrer tes données et ton code et de te valider le fonctionnement du tout (pour ne pas avoir de mauvaises surprises après 6 mois par exemple).

          Voici en gros la raison. Après rien ne t'empêche de migrer ton installation par toi même, mais à tes risques et périls. En général le patron de PME n'a pas les connaissances pour migrer ça.

          Librement

          Si tu ne sais pas demande, si tu sais partage !

    • [^] # Re: normal mais

      Posté par . Évalué à  2 . Dernière modification : le 23/01/13 à 02:13

      ils ont beau distribuer gratuitement le logiciel
      un upgrade de la 6 à la 7 n'est pas prevu par un simple
      dpkg -i version7.deb

      Arf.

      enfin j'ai pas testé, j'ai juste demandé si c'etait prevu,

      J'ai pas, j'ai juste.

      et on m'a gentillement retorqué qu'il valait mieux passer par une prestation de migration.

      Peut-être que parce que tu n'y comprenait rien à OpenERP on s'est dit qu'un accompagnement ne ne ferait pas de mal et que t'avais de quoi racker la formation…

      ;)

  • # Libre, viable, oui, sûrement, mais...

    Posté par . Évalué à  3 .

    Mais, et tant pis pour les votes "inutile", je crains que le lancement d'une application libre, par une entreprise qui se compose à son départ d'un seul développeur, ne demande un travail largement plus conséquent qu'un logiciel privateur.
    En effet, le dev ne peut alors gagner de l'argent que par la formation, l'assistance. Un dev n'étant pas nécessairement un bon formateur/assistant, il peut y perdre un temps fou.

    Si ce temps fou est chiffré trop cher, il n'aura pas de clients.
    Sinon, il n'aura pas l'argent pour continuer à améliorer son logiciel, celui-ci stagnera et n'arrivera donc pas à se faire un nom, qui aurait pu lui permettre de financer les embauches qui lui auraient permis d'améliorer le logiciel.
    Il y a les dons, c'est vrai… mais franchement, je n'y crois pas trop.

    Mis à part ce problème, déjà de taille, je pense qu'il y à un autre point qui fait que ça doit être extrêmement ardu: faire un logiciel pour des informaticiens, ou un jeu.
    Ces marchés ont deux problèmes: la majorité des joueurs vont tout faire pour éviter de raquer, et les informaticiens n'ont pas nécessairement besoin de support, surtout aux débuts du logiciel ou si sa documentation, signe de qualité, est propre et complète.

    Conclusion:
    Oui, c'est vrai, le libre peut être rentable. Mais je pense que le risque d'avoir bossé pour rien et de se ramasser la gueule, voire de se faire piquer son idée par une entreprise peu scrupuleuse, est plus élevé dans le libre que le privateur.
    Parce qu'on ne me fera pas croire que toutes les entreprises jouent le jeu quand elles emploient un logiciel libre…

    • [^] # Re: Libre, viable, oui, sûrement, mais...

      Posté par . Évalué à  3 .

      Bon sang de timing trop court pour l'édition (au moins la bd me fait marrer, c'est déjà ça) !

      Quant à l'argument majeur, la possibilité pour les autres de contribuer… hum. Je serais curieux de connaître le ratio contributeurs/utilisateurs pour le libre de façon générale (c'est à dire, le nombre d'utilisateurs de logiciels libres qui ont contribué à l'un d'eux, quel qu'il soit).
      Sachant que ce ratio sera fatalement nettement plus élevé que le même ratio appliqué à un logiciel seul si celui-ci est peu encore réputé, je ne crois pas que cet argument soie réellement valable.
      Pas au début, en tout cas. Encore une fois.

      PS: je n'ai rien trouvé sur wikipedia concernant l'historique d'openERP. Pas envie de chercher 50 ans, non plus, alors si quelqu'un à des infos, je serais assez intéressé.

    • [^] # Re: Libre, viable, oui, sûrement, mais...

      Posté par (page perso) . Évalué à  7 .

      En effet, le dev ne peut alors gagner de l'argent que par la formation, l'assistance.

      Euh… Non. Je gagne mon fric en développement de nouvelles fonctionnalités.

      Il y a les dons, c'est vrai… mais franchement, je n'y crois pas trop.

      Tu as bien raison.

      et les informaticiens n'ont pas nécessairement besoin de support, surtout aux débuts du logiciel ou si sa documentation, signe de qualité, est propre et complète

      Oui, c'est l'avantage même : tu te fait pas chier à faire des trucs simples.
      Par contre, ben si : tout le monde n'a pas envie de faire les trucs compliqués en apprenant trop, et préfèrent déléguer, et qui de mieux que le dév pour?

      Mais je pense que le risque d'avoir bossé pour rien et de se ramasser la gueule,

      Comme partout.

      voire de se faire piquer son idée par une entreprise peu scrupuleuse,

      Ben c'est que quelqu'un est meilleur que toi, à toi de changer!

      Parce qu'on ne me fera pas croire que toutes les entreprises jouent le jeu quand elles emploient un logiciel libre…

      Quel jeu? C'est libre, elles font ce qu'elles veulent, il n'y a aucune règle "tu dois contribuer upstream", ce serait même contre le libre.

      Ce que tu vends en tant que dev principal, c'est ta compétence. Et si toi le dev principal tu es moins compétent que d'autres, ça craint! Aucune autre personne ne peut être meilleure et "ne pas jouer le jeu"…
      L’intérêt du libre est justement la liberté.

      • [^] # Re: Libre, viable, oui, sûrement, mais...

        Posté par . Évalué à  1 .

        Euh… Non. Je gagne mon fric en développement de nouvelles fonctionnalités.

        Hum, aussi effectivement, j'avais oublié ce point.

        et les informaticiens n'ont pas nécessairement besoin de support, surtout aux débuts du logiciel ou si sa documentation, signe de qualité, est propre et complète

        Oui, c'est l'avantage même : tu te fait pas chier à faire des trucs simples.
        Par contre, ben si : tout le monde n'a pas envie de faire les trucs compliqués en apprenant trop, et préfèrent déléguer, et qui de mieux que le dév pour?

        Le fait est que, si on se fait pas chier pour un truc simple, il y a moins besoin d'assistance, et donc moins de rentrée d'argent potentielle. Je parle d'un point de vue purement économique la, hein.

        Mais je pense que le risque d'avoir bossé pour rien et de se ramasser la gueule,

        Comme partout.

        tu as oublié la fin: "est plus élevé". Il est évident qu'on peut se ramasser partout… je pense juste que le début, avec le libre, me semble bien plus délicat qu'avec un modèle fermé.

        voire de se faire piquer son idée par une entreprise peu scrupuleuse,

        Ben c'est que quelqu'un est meilleur que toi, à toi de changer!

        Un logiciel qui viens de naître, fait par un type seul, n'a aucune chance de pouvoir concurrencer au niveau des compétences une entreprise sur le même marché depuis belle lurette, ne serait-ce qu'en terme de force de travail.
        Tu peux être aussi excellent que tu veux, si en face tu as une équipe d'une 10aine de dev ayant entre 5 et 10 d'expérience dans le même domaine, je doute que ce soit possible.
        Yakafokon s'améliore, c'est pas toujours si simple que ça, quoi.

        Parce qu'on ne me fera pas croire que toutes les entreprises jouent le jeu quand elles emploient un logiciel libre…

        Quel jeu? C'est libre, elles font ce qu'elles veulent, il n'y a aucune règle "tu dois contribuer upstream", ce serait même contre le libre.

        Ce que tu vends en tant que dev principal, c'est ta compétence. Et si toi le dev principal tu es moins compétent que d'autres, ça craint! Aucune autre personne ne peut être meilleure et "ne pas jouer le jeu"…

        Pas tant que ça… cf ma réponse précédente.

        L’intérêt du libre est justement la liberté.

        Certes.

  • # Une preuve de plus que le libre est viable

    Posté par . Évalué à  1 .

    Ca me donne l'impression d'une bonne blague belge. :D
    De là à dire que c'est une multinationale…

    Bon, à la limite si on peut considérer comme multinationale une entreprise qui est présente dans plusieurs nations alors je veux bien.
    J'entends plus par multinationale un organisme qui est partout avec une bonne structure…

    Une preuve de plus que le libre est viable

    Quelqu'un en doute ? surtout depuis que l'industrie va moins bien ?
    De nos jours des demandes pour du libre existent sous différentes formes…
    L'ennui c'est que la majorité ne connaît toujours pas linux mais au moins commence à entendre parler d'android.

    Peut-être que quelques uns auront envie d'un android dans leur laptop ? Et donc du linux plus tard ?
    Qui sait… On a le droit de rêver non ?

    • [^] # Re: Une preuve de plus que le libre est viable

      Posté par . Évalué à  1 .

      Bon, à la limite si on peut considérer comme multinationale une entreprise qui est présente dans plusieurs nations alors je veux bien.

      Ben voilà. Je cite Wikipedia (qui vaut ce qu'il vaut) : Une multinationale ou transnationale est une entreprise implantée dans plusieurs pays par le biais de filiales dont elle détient tout ou une partie du capital.

      J'entends plus par multinationale un organisme qui est partout avec une bonne structure…

      Et tu considères qu'une bonne structure, c'est à partir de quand? Et "partout"?

      • [^] # Re: Une preuve de plus que le libre est viable

        Posté par . Évalué à  -1 .

        Je cite Wikipedia

        Je connais la définition de multinationale.
        Je me base sur la définition du commun des mortels qui diffère de cette définition.
        Pour monsieur tout le monde, soit multinationale signifie une organisation de mauvaise qualité (pollueur, etc.) soit une " bonne " organisation (Une carrière, etc.).

        Et tu considères qu'une bonne structure, c'est à partir de quand? Et "partout"?

        Une bonne structure dans le sens d'une entreprise ayant un organigramme bien structuré.
        Lorsque l'entreprise est implantée dans un autre pays elle est tout aussi bien structurée.
        [Un DG, un DAF, un DRH, etc.]
        Beaucoup de multinationales sont de simples bureaux… pour ne pas dire une seule personne en tout et pour tout…

        " Partout ", comme cela sous entend, l'entreprise est présent dans tous les pays, du moins dans les pays majeures avec représentations dans TOUS les pays.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.